Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 45

Sophie Macheteau

Vive le froid !

Par Sophie Macheteau

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le froid n’a généralement pas bonne presse : ne dit-on pas d’ailleurs qu’il fissure les murs, hérisse les poils et paralyse les membres ? Il faut reconnaître que, dans notre climat tempéré occidental, nous ne sommes pas vraiment coutumiers du froid, si bien que nous n’avons pas forcément appris à le dompter et à en faire notre allié. Il est grand temps de briser la glace et de rétablir certaines vérités. Non seulement le froid n’est pas notre ennemi juré, mais, dans bien des cas, il peut être salvateur, pour qui sait bien le manipuler. Au travers de ce dossier, vous découvrirez tous nos conseils pour le transcender et l’utiliser au mieux dans la vie quotidienne, à la fois pour votre santé, votre bien-être et votre beauté. Sans oublier de nombreux conseils pour vous réchauffer tout naturellement, lorsque la rudesse de l’hiver ne vous laisse que peu de répit.

 


 

La plante du mois
La cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum)

 

cannelleDescription botanique

Le cannelier de Ceylan est un arbre de taille moyenne (6 à 15 m de haut), originaire du Sri Lanka, anciennement appelé île de Ceylan. Il fait partie de la famille des Lauracées. Ses fleurs, de teinte verdâtre et d’odeur assez désagréable, laissent place à de petites baies de couleur pourpre.

L’arbre est actuellement cultivé dans des plantations appelées « jardins de canneliers », où sa taille est réduite à 3 m pour faciliter le prélèvement des écorces. Les rameaux, récoltés tous les 2 ans, sont fendus longitudinalement pour séparer l’écorce du bois. Séchés au soleil, les lambeaux d’écorce forment de petits rouleaux dorés, qui seront utilisés sous forme de poudre ou de teinture.

 

Étymologie et légendes

Le mot cannelle dérive du mot latin canna (tuyau), allusion aux rouleaux formés par l’écorce qui se roule en séchant au soleil. Son nom de genre vient du grec kinnamômou, signifiant épice. Son nom d’espèce valide, verum, signifie vrai, alors que le précédent, zeylanicum, fait référence à Ceylan, son pays d’origine.

 

Histoire et tradition

L’écorce de cannelle est connue depuis plus de 4 500 ans, tant comme épice que comme plante médicinale. Elle figure dans les anciens écrits chinois, égyptiens et dans l’Ancien Testament. Ses vertus antiseptiques étaient déjà établies par les Égyptiens, qui s’en servaient pour embaumer les morts.

La cannelle emprunta la route de la soie et des épices, depuis l’Inde jusqu’en Mésopotamie. Elle était extrêmement coûteuse et considérée comme un cadeau royal, offert avec la myrrhe, l’or et l’encens. La cannelle se répandit à travers l’Europe au Moyen Âge et fut alors largement utilisée comme aromate. Son commerce engendra d’ailleurs plusieurs guerres dans le but d’en assurer le contrôle.

En parallèle de son usage alimentaire, la cannelle fut employée pour soigner les troubles digestifs, les difficultés respiratoires, les inflammations des yeux, les rhumatismes, les maux de dents, les blessures… À la Renaissance, on affirmait qu’elle protégeait de la peste. La cannelle, dite aphrodisiaque, était aussi recommandée en cas d’impuissance ou de frigidité.

 

Des propriétés multiples pour notre santé

• Antimicrobienne et antivirale, la cannelle stimule le fonctionnement du système immunitaire. Elle aide à chasser les premiers signes du rhume ou de la grippe.

• Hypoglycémiante et hypocholestérolémiante : des études ont révélé qu’une consommation régulière de cannelle avait entraîné une diminution significative de la glycémie et du taux de lipides sanguins.

• Son action antiseptique sur les organes digestifs aide à lutter contre les diarrhées.

• Stimulante digestive, elle facilite la digestion et les lourdeurs d’estomac qui font suite aux excès.

• Elle calme les nausées.

• Antioxydante, la poudre de cannelle a été classée 4e parmi les 50 aliments renfermant le plus d’antioxydants pour 100 grammes. Sa richesse en proanthocyanidines et en cinnamaldéhydes lui confère des propriétés antioxydantes exceptionnelles.

• Elle soigne la mauvaise haleine avec des gargarismes d’eau chaude, de miel, associés à sa poudre.

• Elle soulage les maux de dents.

• Fluidifiante, la cannelle améliore la circulation sanguine.

• Aphrodisiaque puissant, elle réchauffe l’ambiance et lutte contre l’impuissance masculine.

• Tonique général, elle est antifatigue et aide à retrouver énergie et vitalité.

• Elle améliore la mémoire, la vigilance et la concentration.

 

cannelle2Sous quelle forme consommer la cannelle ?

• Sous forme de bâton ou de poudre

Il s’agit de la forme la plus commune de la cannelle, adoptée pour de nombreux plaisirs culinaires, mais aussi pour des masques cosmétiques et des colorations capillaires.

Précautions d’emploi :

En infusion, ne dépassez pas 3 tasses par jour. À haute dose, la cannelle peut provoquer quelques irritations de la bouche (aphtes, inflammation de la gencive) ; alors qu’à dose correcte, elle a plutôt tendance à les éliminer. Elle est déconseillée aux femmes enceintes à cause de ses propriétés stimulantes de l’utérus, mais aussi aux femmes qui allaitent. Déconseillée chez les enfants de moins de 2 ans.

• Sous forme d’huile essentielle

Pour la même espèce botanique, il est possible de trouver de l’huile essentielle de cannelle feuille et de l’huile essentielle de cannelle écorce. Elles sont toutes deux antibactériennes, fongicides et parasiticides.

Précautions d’emploi :

– Huile dermocaustique, à utiliser systématiquement diluée en usage externe au maximum à 20 % dans une huile végétale. En règle générale, faites toujours un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48 heures avant emploi.

– Déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux enfants de moins de 6 ans. – Utiliser sur une période courte (maximum 7 jours).

– Tenir hors de portée des enfants.

• Sous forme d’hydrolat aromatique

Plus simple d’usage que l’huile essentielle, cet hydrolat est fabuleux par sa senteur et sa saveur chaude, épicée et sucrée. Il est préconisé en cas de baisse de forme ou de manque d’enthousiasme, pour amener joie, plaisir ou sensualité.

 

Une épice ensorcelante en cuisine

Largement employée en cuisine, elle donne du caractère à de nombreuses recettes sucrées ou salées :

• Les mélanges d’épices, comme le quatre épices français et le cinq parfums chinois.

• Les tajines, les sauces, les ragoûts.

• Les pâtisseries, comme le pain d’épices, les gâteaux, les crêpes, les flans, les yaourts et les compotes.

• Le vin chaud, les liqueurs et hypocras (boissons anciennes à base de vin, sucrées au miel et aromatisées d’épices).

Il est préférable de n’ajouter la poudre que vers la fin de la cuisson, car elle devient amère lorsqu’elle cuit trop longtemps.

 

Côté beauté

Étonnante, la cannelle en poudre peut être à la fois intégrée dans des soins visage et dans des soins capillaires.

• Côté visage, elle est excellente pour la réalisation de masques purifiants. Recette express : Dans un bol, mélangez 3 cuillères à soupe de miel avec 1 cuillère à café de cannelle en poudre. Appliquez sur le visage en couche uniforme en évitant le contour des yeux. Laissez poser 10 minutes, puis rincez à l’eau claire.

• Côté cheveux, elle sera parfaite pour l’élaboration de masques éclaircissants, grâce à une peroxydase naturelle (enzyme éclaircissante) pour les cheveux blonds à châtain clair.

Recette express : Dans un bol, mélangez 1 cuillère à café de shampooing neutre avec 1 cuillère à café de cannelle en poudre. Appliquez sur cheveux humides, puis laissez poser 10 minutes. Rincez.

 

Côté parfumerie

Note de fond incontestée, la cannelle a une odeur puissante et chaude qui s’harmonise avec les accords épicés et boisés.

La cannelle enflammera tous les amoureux pour la St-Valentin. Voici une infusion à partager à deux. Pour tous les couples enflammés et excessivement amoureux !

 

Infusion polissonne

Étonnant mariage entre les notes aromatiques et légèrement amères des feuilles de damiana, les notes épicées et poivrées du gingembre et les nuances douces et florales de la rose. Découvrez sans plus tarder ce nouveau philtre d’amour, empreint de poésie, à partager à deux pour faire de cet instant un moment unique, en toute intimité…

Méthodologie : infusion

Temps d’infusion conseillé : 5 mn

Recette pour une tisanière de 30 cl :
? 1 pincée de feuilles de damiana
? 2 pincées de racines de gingembre
? 3 boutons de rose
? 1 bâton de cannelle coupé en morceaux

Couleur de la liqueur : jaune brun

Notes aromatiques : épicées et florales

Conseil de dégustation : à consommer chaude ou froide comme préambule à la sérénade.

Du plaisir pour notre bien-être : cette synergie, non contente d’être aphrodisiaque, sera également un excellent tonique général permettant d’affronter les journées les plus actives.

 

Pour aller plus loin

Les épices
Les épicesde Sonia Ezgulian

Quand Sonia Ezgulian rend hommage à un étonnant explorateur au parcours romanesque et au nom prédestiné, Pierre Poivre, elle dévoile un large inventaire d’épices, d’écorces, de pistils et de poudres…

Ce carnet de 80 épices constitue un ouvrage de référence pour les amateurs de bonne cuisine soucieux de découvrir et d’expérimenter des mélanges aromatiques et des saveurs exotiques nouvelles, qui sont parvenus jusqu’à nous grâce au naturaliste Pierre Poivre. 30 recettes créatives et gourmandes complètent cet inventaire.

Éditions Stéphane Bachès – 160 pages – 25 €

 


 

Côté Santé

 

froid1Souffler le chaud et le froid

Nous vivons dans un environnement marqué et rythmé par 4 saisons bien distinctes. Cependant, le réchauffement climatique est une réalité confirmée chaque jour par de nouvelles alertes météo, et l’annonce de menaces à l’encontre de certaines espèces végétales et animales… Il n’en demeure pas moins que, chaque hiver, nous avons au moins 3 mois dominés par le froid. Faut-il s’en plaindre ou, au contraire, apprécier pleinement cette saison blanche ? Le froid a sa raison d’être et il n’est pas complètement négatif. Il convient simplement de l’appréhender sous le bon angle pour en tirer parti. Il est le pendant du chaud, qui, aussi agréable soit-il, n’est pas totalement bienfaisant. Découvrez les vertus du froid.

 

Bien régler le thermostat

Le corps possède son propre système de régulation, lequel doit être en parfait état de fonctionnement pour maintenir sa température interne aux environs de 37 °C. D’ailleurs, la vie n’est plus possible si cette température dépasse 43 °C ou descend en-dessous de 25 °C, les fonctions vitales étant alors menacées.

Notre corps est un peu comme une chaudière : il produit de la chaleur et de l’énergie à partir des nutriments issus des aliments qu’il ingère, mais aussi par l’utilisation de ses réserves en glucides et lipides.

La température extérieure est perçue par des neurones thermosensibles situés au niveau de la peau et dans des zones bien spécifiques du système nerveux. Ce sont eux qui renseignent l’hypothalamus (une petite structure du système nerveux central), responsable de la thermorégulation. Suivant les besoins perçus, la peau va recevoir l’ordre de produire de la sueur pour éliminer un excédent de chaleur, ou alors, au contraire, les vaisseaux sanguins vont se contracter, diminuant ainsi le flux sanguin et permettant de limiter la perte de chaleur. C’est ce qui se produit quand les extrémités (mains et pieds) sont froids, voire glacés : le sang reflue à l’intérieur, vers les organes vitaux. En réaction, pour produire un peu de chaleur quand il fait froid, le corps sollicite ses muscles squelettiques pour provoquer des frissons.

La thyroïde est une autre glande jouant un rôle dans la régulation de la température. Lorsque son fonctionnement est ralenti à cause de pathologies, la chaleur corporelle est alors plus basse qu’elle le devrait et la perception du froid est faussée. Les personnes souffrant d’hyperthyroïdie vont, au contraire, avoir toujours chaud et auront du mal à le supporter.

 

Prendre la bonne température

Avoir froid, notamment au moment du coucher, est non seulement désagréable, mais, de plus, retarde l’endormissement car cette situation crée une forme de stress pour l’organisme et l’empêche de se détendre.

La température idéale pour la chambre à coucher est de 18 °C (19 °C au maximum). Il peut d’ailleurs même être conseillé d’ouvrir la fenêtre quelques minutes avant de passer au lit afin de renouveler l’air et rafraîchir la pièce. Plutôt que d’augmenter le thermostat, mieux vaut enfiler un vêtement supplémentaire, ou prévoir en plus des couvertures, plaids ou édredons d’épaisseurs différentes.

Il est aussi possible de se réveiller en pleine nuit avec les pieds glacés, signe évident d’une mauvaise circulation.

Pour y remédier, la bouillotte est un accessoire certes désuet, mais qui trouve encore sa place en hiver pour réchauffer le lit au coucher.

Par contre, le port de chaussettes peut finir par surchauffer les pieds et s’avérer être très désagréable. Il est à proscrire car cellesci entravent la circulation du sang, même quand elles ne sont pas trop serrées. Les pieds déjà enfermés toute la journée dans des chaussettes et des chaussures ont en effet bien besoin de respirer durant la nuit. Côté literie, le mieux est d’opter pour des couettes en duvet de canard, d’oie ou en soie naturelle, excellentes pour la thermorégulation.

Pour vous dissuader de trop chauffer votre habitation, au-delà des considérations écologiques et économiques, sachez que la surchauffe favorise le dessèchement de la peau et des muqueuses, une mauvaise circulation sanguine, des problèmes ORL, voire des maux de tête. En effet, en réduisant l’humidité de l’air, elle provoque un assèchement des muqueuses et des bronches. Et l’écart de température entre un intérieur surchauffé et l’extérieur froid entraîne un choc thermique délétère, qui accroît la sensibilité aux microbes pathogènes.

 

L’alimentation de l’hiver en médecine chinoise

« Brrr !!! C’est l’hiver », en positive attitude, ça donne : « Hummm, c’est l’hiver »

Au lieu de ne voir que l’aspect hivernal et froid de cette saison, profitons-en pour ajouter à notre alimentation des saveurs énergétiques qui vont tonifier notre corps et nous revigorer par ce temps maussade.

En médecine chinoise, l’alimentation de l’hiver (liée au couple d’organes reins/vessie) est constituée d’aliments dits « chauds » et salés, car c’est la saveur qui convient aux reins. Afin d’aider notre organisme à lutter contre le froid et, ainsi, à préserver notre énergie rénale, carburant vital de notre corps.

Ce couple reins/vessie gouverne les os, les moelles, les organes du bas, à savoir notre système ostéo-articulaire, notre cerveau (mémoire) et la sphère gynécologique. Si nous souhaitons les préserver, l’hiver devrait être la saison de l’hibernage et de l’immobilisme, ce qui, bien évidemment, ne peut plus être le cas dans une civilisation où avoir une activité est un besoin vital.

Je vous propose par conséquent une liste d’ingrédients que vous pourrez ajouter à votre alimentation quotidienne et qui contribuera fortement à la préservation de vos os, de votre mémoire et de votre énergie sexuelle.

Les épices : cannelle, curry et poivre

Les légumes (et légumineuses) et racines : carotte, radis, navet, lentilles, pois, pois chiches

Les viandes : blanches de préférence, avec un plus pour le canard (mais pas le foie gras)

Les poissons : crustacés en général, surtout les huîtres, et la grande majorité des poissons.

Un peu de sel en cette période sera le bienvenu, ainsi qu’un verre de vin rouge (à boire toutefois avec modération).

L’hiver n’est finalement pas si désagréable que ça ! Merci à Bertrand Bimont, praticien en médecine chinoise

www.laboratoiresbimont.fr

 

Réchauffez-vous avec les huiles essentielles !

On ne présente plus la palette de bienfaits des huiles essentielles, dont l’étendue des possibles est infinie. Si, en période hivernale, vous avez les pieds et les mains froids, sachez qu’une fois de plus, certaines huiles essentielles seront de parfaites alliées pour réconforter vos extrémités. En activant la circulation sanguine, elles les réchauffent et leur redonnent des couleurs.

Notre trio aromatique anti-aglagla

L’huile essentielle de poivre noir

Le poivrier noir est un arbre grimpant, qui peut atteindre plusieurs mètres de hauteur. On le cultive principalement dans le sud et l’ouest de l’Inde, mais également à Madagascar, en Malaisie et au Brésil. Pour obtenir du poivre noir, les baies du poivrier sont fermentées puis séchées. Au Moyen Âge, considéré comme « or noir », il fut l’objet de nombreuses discordes. Son huile essentielle réchauffe le corps pendant les saisons froides et prépare les muscles à l’effort.

L’huile essentielle d’hélichryse italienne

Plante vivace typique du pourtour méditerranéen, vivant sur des sols arides et ensoleillés, l’hélichryse italienne est caractérisée par ses feuilles argentées en forme d’aiguilles et, surtout, par ses petites fleurs de couleur jaune or, ne se fanant pas et regroupées en capitules. Son nom vient du grec helios, qui signifie soleil, et chrysos, qui signifie doré, en référence à ses fleurs de couleur jaune or. Son appellation d’« immortelle » serait due à la longévité exceptionnelle de ses fleurs.

Son huile essentielle est tonifiante pour la circulation sanguine.

L’huile essentielle de lemongrass

Cultivé communément dans les régions tropicales, le lemongrass forme des touffes aux très nombreuses feuilles. À peine froissées, celles-ci dégagent la forte odeur citronnée à laquelle il doit son nom, plus juste que son autre appellation de verveine des Indes, car il n’a rien à voir avec la verveine.

Vasodilatatrice, cette huile essentielle améliore la circulation sanguine.

 

Mon huile de massage réchauffante pour mains et pieds froids

Dans mon panier

huile? 5 ml d’huile essentielle d’hélichryse italienne
? 3 ml d’huile essentielle de lemongrass
? 2 ml d’huile essentielle de poivre noir
? 40 ml d’huile végétale vierge d’abricot

La recette

Transférez l’huile végétale dans un bol. Ajoutez ensuite successivement les 3 huiles essentielles. Mélangez soigneusement, puis transvasez dans un flacon propre de 50 ml.

Le rituel

Appliquez une petite noisette de cette huile de massage aromatique sur vos mains et vos pieds froids.

 


 

Le bain dérivatif, de la fraîcheur pour notre santé

Il nous était impossible de parler du froid dans ce numéro sans évoquer le bain dérivatif. Nous avons eu le privilège de poser quelques questions à France Guillain, la spécialiste incontournable en la matière.

Bonjour France, le froid est-il l’une des clés d’une santé préservée ?

France-GuillainLes universités du Japon, de Russie (Saint-Pétersbourg), d’Allemagne, de Finlande, Suède, des Pays-Bas, deux au Canada ainsi que trois aux États-Unis – soit 11 universités – montrent, depuis 2008, que la vie à l’occidentale met la population dans un état inflammatoire élevé chronique depuis 60 ans.

Autrement dit : la température moyenne interne, c’est-à-dire la température rectale interne prise toutes les heures durant 24 heures consécutives, et dont on fait la moyenne, qui était autrefois de 36,6 °C est aujourd’hui de 37,2 °C. Cette moyenne peut se situer au-dessous de 36,6 °C, mais pas au-dessus.

En 1950, des températures de 37,1 °C ou 37,2 °C nous envoyaient à l’hôpital, car c’était une suspicion de début de tuberculose, la maladie tueuse de l’époque.

bainCet état inflammatoire est le déclencheur (pas la cause, le déclencheur !) des maladies dégénératives : cancers, Parkinson, Alzheimer, spondylarthrite… selon le professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine 2008, et l’Université de Shanghaï.

Il s’agit là de température interne rectale, pas de froid externe ni environnant. Sinon, comment feraient les gens qui vivent sous les tropiques, soit 75 % de la population mondiale ?

Dans la nature, les mammifères – dont nous sommes – vivent nus dans des pays chauds et marchent toute la journée. Ils ont chaud en externe, transpirent et leur entrejambe rassemble la sueur, qui s’évapore et fait descendre la température interne. Hippocrate l’écrivait déjà : quand le corps est au froid dehors, il est chaud dedans (inflammation et fièvre) ; quand il est au chaud dehors, il est froid dedans. Reste une astuce connue des félins, des chats et des chiens, des vaches et des chevaux, pour faire baisser la température interne et donc réduire l’état inflammatoire : on refroidit exclusivement l’entrejambe au niveau du sexe. L’extérieur du corps reste chaud, la température interne descend. Les grands animaux se mettent l’arrière-train dans la rivière, la mare, la mer, les animaux souples se lèchent cette partie du corps et la salive, en s’évaporant, apporte la fraîcheur.

C’est exactement le but du bain dérivatif. Nous plaçons du froid au bon endroit pour obtenir le même résultat. Exposer tout le corps au froid aurait l’effet inverse, avec un risque d’hypothermie, ce qui n’est pas le but ! Ce doit être chaud dehors et froid dedans, dans la journée, car tout ceci est aussi lié au jour et à la nuit.

Les bains dérivatifs sont une compétence archaïque qui utilise les bienfaits du froid. En quoi consistent-ils ?

La compétence archaïque est mammifère, comme dit précédemment. En Papouasie, comme j’ai pu le voir pratiquer sur la rivière, chaque pied est au sec sur un caillou, et, avec la main, on met de l’eau fraîche dans l’entrejambe.

En Occident, tout le bassin méditerranéen a gardé l’habitude du bidet. Les religions ont transmis les ablutions, mais vu le nombre d’heures que nous passons couchés, assis ou debout et immobiles, c’est devenu très largement insuffisant, voire inefficace. D’où l’idée judicieuse d’un chercheur du CNRS de mettre des poches fraîches spéciales bain dérivatif dans l’entrejambe tout au long de la journée, chaque fois que c’est possible, au minimum tout le temps passé chez soi. Ces poches doivent répondre à toutes les exigences d’hygiène et sanitaires, bien entendu ! C’est pourquoi je ne peux garantir que celles qui y correspondent. Elles doivent en particulier contenir des produits inoffensifs et passer au lave-linge (une seule marque y répond, yokool.fr).

Pourquoi est-ce aussi intéressant d’associer friction et fraîcheur ?

Il est inutile d’associer friction et fraîcheur, diverses universités l’ont montré. On peut éliminer 20 kilos en mangeant de manière à fabriquer des graisses brunes (Miam Ô Fruit et Miam Ô 5). Cela fut démontré par le Dr Jean Minaberry, endocrinologue. Et cela va beaucoup plus vite en ajoutant les bains dérivatifs sans aucune friction.

La friction pose beaucoup de problèmes : hygiène du bidet, de la cuvette, du gant de toilette, eau trop froide, eau qu’il faut renouveler au moins toutes les dix minutes, eau chlorée, irritations et, bien évidemment, les heures nécessaires tous les jours !

Vous évoquez souvent la notion de graisse brune. Qu’est-ce donc et à quoi servent-elles ?

C’est le Dr Jean Minaberry qui a travaillé le premier depuis 50 ans sur les graisses brunes et a trouvé les 4 premières propriétés de ces graisses brunes.

Depuis quelques mois, selon le chercheur Evan Rosen, spécialiste des graisses à l’Université de Harvard, les graisses brunes sont définies comme un organe à part entière. On leur connaît au moins 17 propriétés spécifiques fondamentales pour le fonctionnement du corps. Mais elles ne peuvent fonctionner que si l’on supprime l’état inflammatoire ! Donc, si l’on fait baisser la température interne.

Dans le corps des animaux d’élevage et des humains « d’élevage », on trouve 3 types de graisses : les blanches épaisses, les jaunes floconneuses et les brunes, fluides comme une huile d’olive épaisse, visible dans la membrane qui entoure la cervelle par exemple. Dans la nature sauvage animale et humaine, chez les humains qui continuent de manger de manière traditionnelle et mastiquent parfaitement, il n’y a que des graisses brunes. Le corps est alors mince et athlétique. Les universités internationales précitées ont clairement montré que c’est la baisse de la température interne (donc, pour nous, le bain dérivatif ) qui permet aux graisses brunes de remplir toutes leurs fonctions.

Parmi celles-ci : elles empêchent la formation de caillots, elles réparent les vaisseaux sanguins, elles fabriquent si nécessaire des vaisseaux sanguins, elles régulent le sucre, le cholestérol, l’appétit, les hormones, elles chassent le mauvais gras blanc ou jaune, elles contiennent des millions de cellules souches réparatrices, etc. Vous trouverez leurs 17 fonctions connues aujourd’hui dans mon ouvrage.

Pourquoi est-il si important de les faire circuler ?

Pour que ces graisses brunes se répartissent bien sous la peau, partout, comme l’indique Evan Rosen, et fassent leur travail si important pour les divers organes et les diverses fonctions du corps ! Si elles ne circulent pas, elles s’amassent sur le ventre, dans les cuisses, histoire bien connue !

yokool

Comment pratiquer le bain dérivatif au quotidien ?

Le plus simple est vraiment la poche fraîche spéciale bain dérivatif, tout le temps, que l’on utilise chez soi, du matin au réveil jusqu’au coucher le soir. Certaines personnes ont un congélateur personnel sur leur lieu de travail et en profitent, les autres prennent l’habitude d’y penser chez elles.

Pour les fervents du bidet, il faut 3 heures de bidet par jour, bon courage ! Lorsque j’ai écrit le premier livre, j’arrivais de 22 années de navigation à la voile autour du monde, je ne connaissais pas le monde des gens assis ou immobiles, ni les gens emmaillotés dans des slips, pantalons, collants, etc. Tous ceux qui m’entouraient vivaient sous les tropiques, très peu habillés, corps athlétiques, tout le monde était très mince et très actif, pas de ventre, pas de mauvais gras, de même les populations qui m’entouraient, Philippins, Papous, Mélanésiens nus, Asiatiques, etc. Car il ne suffit pas d’être maigre ou très mince pour ne pas avoir besoin de bains dérivatifs : il faut aussi marcher, grimper, être très déshabillé toute la journée ! Pour la ventilation rafraîchissante ! Attention, une personne maigre a exactement le même problème qu’une personne trop enveloppée : elle manque de graisses brunes et ne possède que des mauvaises graisses, très compactes et dures chez les maigres.

Quels résultats pouvons-nous en attendre ?

Les résultats sont innombrables. On peut les résumer par un retour au fonctionnement normal du corps. Les universités nommées ci-dessus, en associant baisse de la température interne et présence de graisses brunes, ont conclu :

• perte de 3 à 4 kilos de mauvais gras en 3 semaines,
• montée de la sérotonine (antistress naturel !) jusqu’à sensation euphorique,
• disparition des douleurs articulaires et musculaires,
• montée importante de l’immunité.

Les autres études ajoutent :

• récupération par les graisses brunes de tous les déchets du corps et expulsion de ceux-ci,
• réparation des vaisseaux sanguins,
• réparation des muscles, des os, ainsi que des cartilages,
• distribution des cellules souches réparatrices.

Et bien d’autres encore ! Nous ne les donnons pas toutes ici ! Tout simplement, le corps retrouve son fonctionnement normal, énormément de symptômes désagréables disparaissent, même des symptômes qui étaient considérés comme définitivement incurables !

 

La Méthode France GuillainVous en saurez beaucoup plus en lisant La Méthode France Guillain,

aux éditions du Rocher !

Lire aussi sur le site www.bainsderivatifs.fr et les articles cités. La revue Nature est, avec The Lancet, la seule référence scientifique internationale. Si Nature s’est permis de titrer Les graisses brunes thérapeutiques, ce n’est pas pour rien !

 

Merci France et vive le bain dérivatif !
www.bainsderivatifs.fr
Contacts : Yolande d’Ovidio Tél. : +33 (0)6 18 47 38 53

 


 

Froid moi ?

Certains d’entre nous sont plus sensibles au froid que d’autres. Cette sensibilité s’explique par les gènes et par le vécu, le corps finissant toujours par s’adapter à ce qu’il expérimente.

froidUn bon moyen de renforcer sa résistance au froid est de développer sa musculature par une pratique sportive régulière. En effet, les muscles augmentent le métabolisme de base (dépense minimale d’énergie quotidienne). Ainsi, même au repos, une personne musclée produit spontanément plus de chaleur qu’une autre plus sédentaire. Si elle est supérieure à 37 °C, la personne fait partie des frileux. Cette température plus élevée s’explique par une élévation du métabolisme pour brûler les toxines et déchets qui encombrent l’organisme et nuisent à son bon fonctionnement. Il en résulte une inflammation, de la douleur et une souffrance cellulaire.

Habituer progressivement son corps au froid l’entraîne à mieux y résister : pour ce faire, on limite le chauffage dans son habitation, on ne se couvre pas excessivement, on n’hésite pas à sortir quand les températures sont froides au-dehors, on finit sa douche en diminuant peu à peu la température de l’eau en fonction de ce qui est supportable pour soi… Il ne s’agit pas de se faire du mal, mais seulement de renforcer sa résistance et, par là même, de développer sa vitalité.

 

Un bon cru

Nous utilisons désormais largement la cuisson au quotidien : par les transformations qu’elle induit, cette dernière rend consommables des aliments impossible à manger crus. Elle exhale également les saveurs des mets, transforme leur texture, leur donne du moelleux, détruit d’éventuels germes pathogènes… Enfin, elle permet aussi de manger chaud. Cependant, elle a pour inconvénient de détruire certains nutriments essentiels, comme les enzymes (dès 40 °C) et des vitamines thermosensibles, notamment la vitamine C. Elle est aussi fort préjudiciable à l’énergie vitale, immatérielle, donc invisible et impossible à mesurer, mais que nous pouvons percevoir intuitivement et en nous mettant à l’écoute de nos sensations. D’où l’émergence de l’alimentation vivante ou raw food. Le principe : préserver tous les précieux nutriments en consommant les aliments crus ou « cuits » à très basse température (40 °C au maximum). Cette alimentation met aussi à l’honneur les graines germées (des bombes d’énergie vitale !), les fruits secs et oléagineux, les aliments lacto-fermentés (crudités ou jus), les huiles extra-vierges et les super nutriments, comme le pollen, la spiruline… Si les viandes et poissons en tartare ou carpaccio sont de mise, « cuits » avec du jus de citron, tout comme les oeufs consommés crus ou tout juste cuits avec le jaune encore liquide, cette alimentation vivante est toutefois à dominante végétale. Ses bienfaits : de l’énergie, évidemment, des fibres en quantité pour le transit intestinal et la satiété, des enzymes pour la digestion et les différents métabolismes, des minéraux et vitamines. Ce mode alimentaire apporte aussi des substances antioxydantes et contribue à l’équilibre acido-basique.

 

Pour aller plus loin

L’énergie du cru
L’énergie du crude Leslie et Susanna Kenton

Mettez 75 % de cru dans votre assiette !

Avec un régime composé de 50 à 75 % d’aliments crus, vous serez au mieux de votre forme, aurez une énergie débordante pour affronter la vie, serez protégé contre les maladies bénignes. Quelles sont donc les particularités des aliments non cuits ? Qu’est-ce qui leur donne la faculté de guérir même des maladies installées depuis longtemps ? Pour quelles raisons des régimes de jus et d’aliments crus permettent-ils de rajeunir de 10 ans leurs adeptes ? C’est à toutes ces questions, et à bien d’autres, que les auteurs apportent des réponses passionnantes et documentées.

Éditions Jouvence Santé – 16,90 €

 

Politiques de conservation

Nos logements sont désormais tous équipés d’un réfrigérateur, voire d’un congélateur. Si le premier est absolument indispensable pour conserver les aliments dans de bonnes conditions, le second, moins essentiel, facilite grandement la vie en stockant correctement des aliments sur le long terme.

Toutefois, il convient, pour ces 2 types d’équipement, de se conformer à quelques règles de base afin de préserver ce que l’on nomme la chaîne du froid, garante de la qualité sanitaire des aliments. En effet, lorsque cette chaîne est rompue, les températures recommandées sont dépassées et peuvent être à l’origine d’un développement microbien, empêché justement grâce au froid. La conservation du produit est alors compromise, tout comme sa consommation car son aspect et son goût sont altérés. Mais c’est surtout sa qualité hygiénique qui n’est plus assurée, car l’élévation de la température peut entraîner la croissance de germes pathogènes, comme la salmonelle, le staphylocoque doré, la listeria… bien connus pour être à l’origine d’intoxications alimentaires. Et, dans ce cas, les plus exposées sont les populations dont les défenses immunitaires sont les plus faibles : enfants, femmes enceintes, seniors, personnes malades… Pour aider à respecter cette chaîne, les étiquetages de tous les produits, frais comme surgelés, renseignent sur leurs conditions de stockage. Sachant que, dans un même réfrigérateur, les températures varient d’un emplacement à un autre, voici comment ranger vos aliments.

• La zone la plus froide est l’étage du bas, proche de 0 °C : il convient d’y placer les produits les plus périssables, comme les viandes et poissons crus, les desserts lactés, les fromages…

• L’étage supérieur est, par contre, le moins froid, aux alentours de 5 °C : c’est là que devront être rangés les produits déjà cuits (viandes, poissons, plats cuisinés, légumes), les yaourts et les fromages affinés.

• Le bac à légumes est, comme son nom l’indique, réservé au stockage des légumes frais, mais on peut aussi y disposer les fromages en cours d’affinage. La température y est de 8 à 10 °C.

• Dans les compartiments à l’intérieur de la porte, la température est aussi moins froide (entre 6 et 8 °C) : ils accueilleront les boissons, le lait, les oeufs, le beurre, les produits en tubes, en bocaux…

Enfin, rappelons quelques règles pour le bon usage de son réfrigérateur :

• l’ouvrir le moins souvent et le moins longtemps possible, pour éviter une montée en température.

• Ne pas entasser les produits pour ne pas entraver la circulation de l’air.

• Le nettoyer tous les mois avec du vinaigre d’alcool ou du bicarbonate de soude.

• Pratiquer la règle du PEPS

« Premier Entré, Premier Sorti » : quand vous rangez vos produits alimentaires dans votre réfrigérateur, veillez à toujours placer les aliments plus anciens devant et, derrière eux, ceux que vous venez d’acheter. Vous êtes ainsi sûr de prendre en priorité les aliments plus anciens.

 


 

Froid de canard : spray anti-coup de froid

froid3Pour prévenir et soulager les premiers signes de coups de froid, mieux vaut être bien armé. Ce spray aromatique « petit mais costaud » devrait ne pas vous laisser de glace…

 

Dans mon panier

? 3 ml d’huile essentielle de pin sylvestre
? 3 ml d’huile essentielle de tea tree
? 2 ml d’huile essentielle de menthe poivrée
? 2 ml d’huile essentielle de lavandin
? 40 ml d’alcool à 90°

La recette

Transférez l’alcool dans le bol. Ajoutez ensuite successivement les 4 huiles essentielles. Mélangez soigneusement, puis transvasez dans un flacon spray de 50 ml.

Rituel

Vaporisez sur les points sanguins, dans les pièces de votre appartement ou imprégnez un mouchoir de quelques pulvérisations afin de respirer à votre convenance dans la journée.

 


 

Conseils de santé - Claire DevauxUn bon coup de froid

Le froid est bien souvent, à tort, tenu pour responsable de nos rhumes et autres maux de l’hiver. En fait, ce sont les virus et les bactéries qu’il faut incriminer, mais aussi la promiscuité imposée par la saison qui nous oblige à passer davantage de temps enfermé et à côtoyer d’autres personnes, qui, si elles sont malades, vont alors plus facilement nous contaminer. Par contre, il faut savoir que le froid endort et « anesthésie » ces indésirables, les rendant ainsi moins agressifs en limitant leur activité et leur reproduction. Le froid a donc du bon !

Par ailleurs, pour éviter la goutte au nez, causée par le froid, qui irrite les muqueuses nasales chargées de filtrer et de réchauffer l’air, respirez par la bouche ou placez devant elle un foulard afin de créer un milieu humide pour l’air inspiré.

 


 

éco livres

Les recettes faciles et gourmandes à l’huile de coco pour la santé de votre cerveau
Les recettes faciles et gourmandes à l’huile de cocode Didier et Évelyne Le Bail

Découvrez l’aliment qui tient Alzheimer en respect ! Dans le cas de la maladie d’Alzheimer, le cerveau semble incapable d’utiliser son principal « carburant », le glucose, et les neurones ne sont plus « nourris ». Or, le cerveau est capable de « brûler » une autre source d’énergie : les corps cétoniques, des substances fabriquées par l’organisme à partir de graisse. L’huile de noix de coco est une aide très efficace pour la production de ce « carburant » de secours car elle contient des acides gras à chaîne moyenne (dont l’acide laurique), qui ont la capacité de favoriser la production de corps cétoniques ; d’où son intérêt en prévention de la maladie d’Alzheimer, mais aussi quand elle est déclarée. Les acides gras à chaîne moyenne sont très assimilables, très facilement digérés et fournissent des corps cétoniques au cerveau sans qu’il soit besoin de suivre un régime particulier. Dans cet ouvrage, Didier Le Bail nous explique ses vertus en détail et Évelyne nous donne de nombreuses recettes pour la cuisiner en se régalant !

Éditions Mosaïque Santé – 12 €

 

Soulagez manuellement vos douleurs par les trigger points
les trigger pointsde Clair et Amber Davies

Un guide de référence pour soulager les douleurs chroniques grâce au massage des trigger points, de petits noeuds de contraction qui apparaissent lorsqu’un muscle est trop ou mal sollicité, et aussi en cas de stress. L’automassage des trigger points permet d’éliminer de très nombreuses douleurs musculaires ou articulaires, douleurs pelviennes, sciatique, migraine, sinusite, acouphènes, syndrome du canal carpien, tendinites… Ce guide abondamment illustré est le plus complet et le plus pratique des livres d’automassage.

Thierry Souccar Éditions – 35 €

 

La petite bibliothèque des huiles essentielles
La petite bibliothèque des huiles essentiellesde Thierry Folliard

Ce coffret comprend 8 petits livres pour découvrir les bienfaits de 70 huiles incontournables : pour traiter ou soulager les maux du quotidien – douleurs, infections, inflammations –, pour les soins du corps, pour calmer un enfant agité, assainir et parfumer une pièce de la maison…

Chacun aborde un thème : utiliser les huiles essentielles, les huiles essentielles de la santé, du bien-être, de la famille, de la maison et de la beauté, le dictionnaire des huiles essentielles et, enfin, celui des symptômes.

Éditions Larousse Pratique – 21,90 €

 

Les 5 clés du cerveau
Les 5 clés du cerveaudu Dr John Arden

Le docteur John Arden a mis au point un programme très simple, sur 7 jours, pour amorcer des changements utiles et commencer dès aujourd’hui à entretenir et améliorer la santé et les capacités de votre cerveau. Il a identifié 5 facteurs clés qui sont les 5 piliers d’un cerveau au top de sa forme : l’éducation et l’entraînement, la diététique et l’alimentation, l’exercice physique, les relations humaines, et la qualité du sommeil.

Cet ouvrage regorge de conseils faciles à mettre en pratique et qui ne vont pas bouleverser votre quotidien. Le plus souvent, il s’agit de petits ajustements ne demandant que peu d’efforts, mais dont les bénéfices s’observent rapidement.

Éditions Dangles – 22 €

 

Dictionnaire complet d’aromathérapie
Dictionnaire complet d’aromathérapiede Jean-Philippe Zahalka

Ce dictionnaire ultra-complet pour un usage très « raisonné » des huiles essentielles présente : – Tout ce qu’il faut savoir pour connaître les huiles essentielles et les identifier : les garanties de qualité, tous les modes d’utilisation, les précautions d’emploi et contre-indications, les propriétés physiques, chimiques et thérapeutiques. – Les monographies de 250 huiles essentielles, 32 hydrolats et 34 huiles végétales bio communément associés dans les produits pour la peau, en santé, cosmétique ou massage. – 300 pathologies courantes traitées par des formules d’huiles essentielles agissant en synergie et le matériel nécessaire pour les réaliser. – Un index médical et botanique.

Éditions du Dauphin – Collection : Santé & Bien-être – 24,90 €

 

J’en ai assez de tomber malade
J’en ai assez de tomber maladede Jean-François Lescuyer

Fort de 30 années d’expérience au service de ses patients et d’autant d’années de recherche dans son laboratoire, le Docteur Jean-François Lescuyer explique ici comment prévenir plutôt que guérir les maladies futures, en proposant aux lecteurs de devenir enfin les acteurs véritables de leur bien-être, en faisant les bons choix.

Alimentation, hygiène et habitudes de vie, bien-être physique et mental : tout cela passe par des recommandations simples et efficaces, qui sont trop souvent oubliées ou mésestimées. Le lecteur sera invité à s’interroger sur son mode de vie, ses habitudes alimentaires et se verra également conseiller des compléments naturels, dont les bénéfices ont été scientifiquement prouvés, en fonction de ses fragilités, de son passé médical ou de ses prédispositions familiales.

Éditions First – 19,95 €

 


 

Qu’est-ce que le Colostrum ?

Le colostrum – connu sous le nom de lait immunisant ou premier lait – contient de nombreuses substances bioactives, présentes pour renforcer le système immunitaire du nouveau- né. Il est réputé comme étant nutritif et comme un soutien précieux pour tout âge.

La synergie de très nombreuses substances en constitue un aliment naturel irremplaçable. En effet, le colostrum est riche en minéraux et anticorps. En outre, on y trouve des vitamines, des facteurs de croissance naturels des acides aminés, des immunoglobulines des hormones et des régulateurs immunitaires.

Ainsi, le colostrum de vache se distingue du lait de par son contenu, riche en facteurs immunisants. En effet, le veau ne profite pas d’une immunisation prénatale de la part de la mère, il est complètement dépendant du colostrum. Seul ce lait immunisant lui garantit la survie.

Le colostrum est un liquide jaunâtre, que les mammifères femelles produisent au cours des 24 à 48 heures qui suivent la naissance de leurs petits. Nettement plus riche en protéines et en immunoglobulines (stimulants du système immunitaire) que le lait, il transmet au nouveau-né les résistances immunologiques acquises par sa mère. On remarque que la meilleure immunité observée chez ceux nourris au sein plutôt qu’au biberon est attribuée au colostrum.

De nombreuses maladies auto-immunes ou maladies chroniques (psoriasis, maladie des intestins…) sont souvent liées à une déficience du système immunitaire.

Le colostrum AsproVita que nous distribuons provient de vaches laitières issues d’élevages certifiés biologiques et Demeter. Ce lait est dégraissé et décaséiné, ce qui en fait un puissant concentré en éléments nutritifs. Très similaire au lait humain, il peut donc être très bien toléré et être un soutien naturel pour l’organisme. Seul le surplus de lait qui n’est pas consommé par le veau est récupéré (et non à ses dépens) par un procédé doux, qui permet de maintenir la qualité des ingrédients du colostrum AsproVita.

Aujourd’hui, le colostrum est très populaire auprès de nombreux sportifs. On observe par ailleurs que, depuis la réhabilitation de l’allaitement maternel (dans les années 70), les scientifiques commencent à s’intéresser au rôle que peut jouer le colostrum dans le développement du système immunitaire.

Pour tout renseignements
Laurence gendre-Ruel & Alfred Pfennig,
Tél. : 03 88 73 56 68
E-mail : info@head-balance.com
Bio-colostrum liquide, en capsules, shampooing ou crèmes.

 


 

Côté Bien-être

 

froid4Ne restez pas en froid avec l’hiver !

Stimulant, revigorant, mais aussi anti-inflammatoire et apaisant, le froid est notre allié ! Il convient donc d’apprendre à mieux le connaître, en l’expérimentant, puis en l’apprivoisant pour cesser de le redouter et de le fuir. Certaines des pratiques que nous vous présentons ici devraient vous en convaincre si vous en doutez encore. C’est sûr, vous allez aimer l’hiver et vous vous accommoderez désormais fort bien des froides journées, dont vous profiterez pleinement !

 

Les sports liés au froid

Le froid fait partie de ces – fausses – bonnes excuses fréquemment évoquées pour éviter de faire du sport… Pourtant, il est bénéfique pour les sportifs, comme nous l’avons vu dans la rubrique santé. Et certaines activités sont spécifiquement liées au froid. Quelles sontelles ?

Tous à l’eau

Traditionnellement, le 25 décembre et le 1er janvier, certaines personnes prennent un bain de mer… Vous avez froid pour eux ? Pourtant, ces bains en eau – très – froide activent la circulation, boostent l’immunité, exercent un effet calmant sur les douleurs… Et ils auraient un effet euphorisant, d’autant qu’ils se déroulent dans la convivialité et la bonne humeur ! Cette pratique n’a rien d’anecdotique : elle était déjà connue et utilisée par les Chinois anciens et par les Romains. Aujourd’hui encore, les bains froids, les frictions ou affusions d’eau froide font partie des soins proposés dans les centres de thalasso.

Avis de grand froid

Encore peu connu, le yoga toumo est une discipline d’origine tibétaine, assez extrême puisqu’elle peut se pratiquer dans la neige. On peut aussi s’entraîner à s’adapter au froid pour mieux le supporter et augmenter sa résistance générale et son immunité. Toumo signifiant chaleur intérieure en tibétain, ce yoga permet, via le contrôle du rythme respiratoire, la concentration sur la région du nombril et la relaxation de diffuser uniformément la chaleur intérieure dans tout le corps, en évitant de refroidir les zones les plus fragiles. Cette forme de yoga donne lieu au dépassement de soi, procure une grande vitalité, régénère et renforce le mental.

En avant, marche

Très en vogue depuis quelques années, la marche nordique provient de Finlande, où elle a été imaginée par des skieurs de fond, qui, pour s’entraîner en été, tentaient de reproduire la glisse du ski en marchant tout en s’appuyant sur des bâtons. Très pratiquée aujourd’hui, notamment par des seniors et en forêt, elle a tout bon : elle favorise la détente, tonifie l’ensemble des muscles, aide à mieux respirer, d’autant qu’elle se pratique au grand air, peut favoriser une perte de poids et fortifie le squelette par les vibrations exercées sur les os lors de la marche.

Au sommet de la forme

Impossible de parler de froid sans évoquer les sports d’hiver. Ski, raquettes, snowboard, luge… font partie de ces plaisirs de l’hiver. Activités de loisirs, ils conjuguent agréablement tous les bienfaits de l’activité physique et ceux du froid. En veillant à bien s’équiper (vêtements chauds, casque, matériel adéquat) et à s’entraîner correctement quelques semaines avant de partir pour éviter les blessures courantes, telles que les entorses de la cheville et – plus encore – du genou, ainsi que les entorses ou fractures du poignet.

Alors, on court ?

Enfin, faut-il sortir faire son jogging quand il fait froid ? Oui, si l’on y prend vraiment plaisir et que l’on a du mal à s’en passer, mais en respectant quelques règles d’usage :

• Superposer les couches, en évitant le coton qui garde l’humidité, mais sans trop se couvrir non plus pour se sentir à l’aise.
• Bien protéger ses pieds et ses mains, par lesquels 30 % de la chaleur corporelle s’évacue.
• Couvrir sa tête, car la perte de chaleur à son niveau atteint 40 %. En la protégeant, la chaleur est ainsi mieux redistribuée au reste du corps.
• Boire avant, pendant et après l’effort, car, même quand il fait froid, on produit de la sueur, d’où une perte en eau et en minéraux.
• Augmenter la durée de l’échauffement avant de démarrer sa course et s’étirer consciencieusement après.

Le jogging par temps froid est une très bonne préparation pour les sports d’hiver.

 

Pour ne plus avoir froid dans le dos, ni ailleurs

Le simple fait de bouger va produire de la chaleur, et donc réchauffer. Mais certains exercices sont particulièrement efficaces pour vous réchauffer en un clin d’oeil :

• Les petits sauts sur place, ou jumping jacks : sautez en gardant les jambes serrées, bras le long du corps, puis écartez vos 2 jambes sur les côtés en ouvrant les bras vers le haut jusqu’à ce que vos mains se rejoignent au-dessus de votre tête, comme pour applaudir.

• Contractez vos différents muscles : en montant sur la pointe des pieds, en serrant les fessiers, en joignant les mains devant la poitrine. Tout en vous réchauffant, vous vous tonifiez et vous vous musclez l’air de rien !

• Pour réchauffer le haut de votre corps : debout, jambes écartées, montez les épaules très haut en tirant les omoplates vers l’arrière. Maintenez 3 secondes et relâchez. Répétez l’exercice 5 fois de suite.

• Pour vous réchauffer les mains : laissez-les tomber le long de votre corps quelques minutes afin de stimuler la circulation du sang.

• Pour les pieds : prenez un pied en main, étirez- le vers le haut, puis vers le bas en pliant les orteils. Mais le simple fait de marcher si vous étiez assis (ou allongé) depuis un moment va activer la circulation et recréer de la chaleur.

• Enfin, faites des salutations au soleil : par leur enchaînement de mouvements, ces postures incontournables du yoga sont aussi excellentes pour retrouver de la chaleur, mais aussi de la détente et plus de souplesse.

 

Comme les Vikings

vikingLe Japon est le pays où l’on vit le plus longtemps et en bonne santé : 83 ans en moyenne ; l’Islande est parmi les pays ayant la meilleure espérance de vie. Comment expliquer cette vitalité ? Par un cocktail combinant aliments diététiques, excellente hygiène de vie, atmosphère détendue, grands espaces… Et cette tendance se retrouve non seulement en Islande, mais aussi au Danemark, en Suède, en Norvège et en Finlande. D’où une nouvelle tendance : la viking food, ou régime nordique. Les Islandais se soucient beaucoup de l’origine de leurs aliments, se conforment aux saisons, privilégient le bio et résistent aux influences étrangères. Leur alimentation de base est très simple : des poissons gras (hareng, saumon) et maigres (cabillaud, truite), des céréales entières (orge, avoine, seigle), des pommes de terre cuites à l’eau, de la viande de gibier, des baies, du chou, des légumes racines, de l’huile de colza, des produits fermentés (choucroute), des produits laitiers, des herbes fraîches… Ces aliments leur apportent ainsi des oméga 3, des substances antioxydantes, des fibres, de la vitamine D, des protéines maigres de bonne qualité, des minéraux alcalinisants. On peut encore ajouter à cette liste le jus de bouleau, aux vertus dépuratives bien connues et reconnues, et le lichen d’Islande, qui est anti-inflammatoire, antibactérien et antitumoral. De plus, les Scandinaves pratiquent spontanément une activité physique (vélo, randonnée, marche nordique, ski de fond…). La richesse naturelle en nutriments de leurs aliments s’explique notamment par le fait que le climat étant très éprouvant, ils produisent des substances protectrices pour se préserver. Les animaux vivant en pâture toute l’année sont naturellement maigres. Pour compléter ce mode alimentaire et se rapprocher du mode de vie des Islandais, il convient enfin de prendre des bains de vapeur, de faire des balades par temps froid et de diffuser chez soi de l’huile essentielle de pin.

 

Pour aller plus loin

Le régime nordique
Le régime nordique d’Anne Dufour et Carole Garnier

Renouer avec la nature, retrouver son énergie et sa sérénité, renforcer ses défenses immunitaires, protéger son coeur et son cerveau, mincir… c’est ce que propose le régime nordique.

Les habitants des pays du Nord ont en effet une espérance de vie en bonne santé nettement supérieure à la moyenne. Leurs secrets ? Une vie plus proche de la nature et une alimentation non industrielle, riche en oméga 3, vitamine D, antioxydants et fibres.

Éditions Leduc.s – 17 €

 


 

Du froid pour le bien-être des sportifs !

sportifsSi la chaleur se révèle très efficace en cas de douleurs musculaires de type non inflammatoire et de douleurs articulaires attribuables à l’usure, le froid peut lui aussi être un allié de choix, notamment en cas d’inflammation (quand la région blessée est chaude, rouge, enflée et douloureuse) et lorsque le sportif souffre de problèmes circulatoires.

Comment procéder ?

L’application de glace sera optimale si elle épouse les formes de la zone concernée. La glace peut donc être disposée dans un sac que l’on place autour de la zone lésée et tenu avec la main ou un bandage. Il est recommandé d’interposer une serviette entre le sac et la peau. Il est à noter que la glace devrait être maintenue en place 10-12 minutes par application. Un outil simple et efficace pour ce type d’application est l’utilisation d’un sac de légumes congelés (de petits pois, par exemple), puisqu’il épouse bien les formes du corps.

Il est contre-indiqué d’appliquer de la glace pour une personne ayant l’une des affections suivantes : un diabète avancé, une maladie de Raynaud, une insuffisance circulatoire, une allergie au froid, une plaie ouverte non couverte, une région blessée anesthésique ou des problèmes respiratoires et/ou cardiaques importants.

La cryothérapie corps entier pour les sportifs de haut niveau, et pour nous aussi !

La cryothérapie corps entier (CCE) à -110 °C est utilisée depuis les années 1980, essentiellement dans des pays du nord de l’Europe (Allemagne, Autriche, Finlande, Pologne…).

Depuis le mois de janvier 2009, dans le cadre du projet de rénovation de l’INSEP, le Département Médical s’est doté d’une chambre de CCE à 3 compartiments (-10, -60 et -110 °C) unique en France. Ce traitement de médecine physique se développe autour de 3 axes principaux : la récupération du sportif et l’amélioration des performances, ainsi que la prévention concernant la récidive de certaines pathologies ; le traitement de pathologies musculaires et inflammatoires de l’appareil locomoteur et, enfin, la recherche pour affiner et valider des protocoles de préparation à la compétition.

Depuis janvier dernier, la CCE était accessible aux sportifs de l’INSEP et aux équipes en stage. Elle est désormais ouverte aux personnes extérieures à l’INSEP, sous la responsabilité d’un(e) kinésithérapeute ou d’un infirmier(e) diplômé(e) d’État, qui se seront assurés, au préalable, que les patients ne présentent aucune contre-indication.

Comment se déroule une séance de cryothérapie corps entier ?

Le principe

Le corps humain peut supporter, pendant quelques minutes, des températures froides extrêmes, si l’air est sec et sans mouvement (absence de vent), si la peau est sèche et les parties sensibles du corps sont protégées, si aucune partie métallique n’est en contact avec la peau et si le patient ne présente pas de contre-indications médicales.

L’objectif

L’objectif de la CCE est de créer un choc thermique qui génère une vasoconstriction et une stimulation des récepteurs thermiques du derme. Ce choc thermique a principalement un effet analgésique en ralentissant la conduction nerveuse, et anti-inflammatoire par l’abaissement de la température tissulaire.

La durée et la tenue

Le patient passe entre 2 et 4 minutes dans une chambre à -110 °C (après avoir traversé successivement deux salles à -10 °C et -60 °C). Dans cette pièce, il marche tranquillement et reste en contact (visuel et sonore) permanent avec un opérateur. La séance doit toujours rester confortable et ne pas être douloureuse. C’est le patient qui détermine l’arrêt de la séance avant de ressortir à la température ambiante par le même chemin.

Prévoir pour chaque séance une demi-heure environ (temps de préparation, questionnaire, déshabillage et rhabillage). La chambre de cryothérapie peut accueillir de 1 à 4 personnes au même moment. Les patients sont en tenue de bain ou en short, les extrémités sont protégées. Des gants, chaussettes, bonnet ou bandeau pour les oreilles, ainsi qu’un masque de chirurgien pour les voies aériennes supérieures, leur sont fournis.

Le protocole

Le protocole proposé actuellement à l’INSEP est d’une séance quotidienne durant 5 jours (du lundi au vendredi) et de 2 séances quotidiennes lors de la 2e semaine. En fonction des résultats obtenus, une 3e semaine de traitement pourra être envisagée.

Source : www.insep.fr

 

On adopte la douche tartan !

doucheLe confort de nos vies modernes nous fait souvent oublier que l’eau froide peut avoir de nombreux bienfaits pour notre corps. Eh oui, prendre régulièrement des douches trop chaudes nous rend plus sensibles à la température et, par conséquent, plus fragiles en hiver. La pratique de la douche écossaise est un excellent moyen de profiter pleinement des bienfaits de l’eau froide. Les plus frileux d’entre vous me diront probablement qu’une douche froide est une chose inconcevable pour eux, mais je vous assure (pour être moi-même très frileuse !) qu’avec un protocole rigoureux et un peu d’entraînement, il n’est finalement pas si difficile d’y prendre goût.

Quelles sont les vertus de cette douche des plus revigorante ?

Elle brûle les calories

Tiens, tiens, je vois des femmes qui, du coup, se laisseraient bien tenter par une bonne douche froide…

Le principe est, en fait, facile à comprendre : lorsque nous imposons une baisse de température à notre corps via une douche froide, nous le forçons à se mettre au travail pour qu’il se réchauffe. Il produit de l’énergie en brûlant les calories contenues dans nos tissus graisseux. Et, réjouissez-vous, nous pouvons perdre ainsi de 120 à 150 calories par douche froide. Il ne vous reste plus qu’à vous jeter à l’eau…

Elle nous fait la peau toute ferme

Eh oui, l’action de l’eau froide sur l’épiderme resserre les pores de la peau et la rend plus ferme, moins lâche, plus jeune. Elle nous fait des jambes de gazelle Véritable geste de beauté, l’action de l’eau froide sur notre peau cause une vasoconstriction des réseaux capillaires, veineux et artériels, c’est-à-dire un rétrécissement du diamètre de nos veines et artères. Concrètement, cela signifie que le sang circule moins vite. Car, lorsque nous avons cette désagréable sensation de jambes lourdes, c’est dû au sang qui descend trop vite dans nos jambes et a du mal à remonter dans le haut du corps. Le fait de passer de l’eau froide dessus provoque une diminution du flux sanguin, un dégonflement des jambes et un bien-être immédiats.

Elle augmente la fertilité chez l’homme

Plusieurs études révèlent que prendre une douche froide peut augmenter la fertilité chez les hommes. En effet, les douches chaudes entraînent une augmentation de la température du scrotum, qui fait diminuer la production de spermatozoïdes.

Elle renforce notre immunité

En activant votre métabolisme, la douche froide relance notre système immunitaire en libérant des globules blancs. Sympa, non ?

Cerise sur la douche écossaise, les douches froides sont bien plus écologiques que les douches chaudes, car elles nécessitent moins d’énergie et de ressources !

Le rituel de la douche écossaise

Commencer directement par de l’eau froide n’est pas recommandé. Mieux vaut augmenter la température de l’eau de manière progressive en la maintenant inférieure à 40 °C. La chaleur va dilater les veines, mais également les artères, et ainsi permettre à l’eau de stimuler la circulation sanguine.

Puis, baissez petit à petit la température de l’eau jusqu’à environ 20 °C (inutile de prendre un thermomètre). Les plus courageux d’entre vous pourront aller en deçà.

Au fur et à mesure que l’eau se refroidit, les artères et les veines se contractent afin de limiter la perte de chaleur. Puis, remontez la température, et ainsi de suite. Répétez cette opération plusieurs fois, sans pour autant rester trop longtemps sous la douche.

La douche écossaise est donc une technique tout-en-un ! Elle combine en effet tous les bienfaits du froid, dans un rituel d’hygiène du quotidien qui concerne chacun d’entre nous. De plus, elle met à profit les vertus de l’eau, dont les applications sont multiples et modulables en fonction des besoins du moment et des envies. Elle représente donc une véritable méthode de bien-être, qui plus est, à prix mini !

Références
Tipton MJ, Mekjavic IB, & Eglin CM (2000). Permanence of the habituation of the initial responses to cold-water immersion in humans. European journal of applied physiology, 83 (1), 17-21 PMID: 11072768Siems WG, Brenke R, Sommerburg O, & Grune T (1999). Improved antioxidative protection in winter swimmers. QJM : monthly journal of the Association of Physicians, 92 (4), 193-8 PMID: 10396606

 


 

Le poids du froid

poids-froidNotre organisme a besoin de calories pour produire de l’énergie et ainsi se réchauffer, tout en assurant le bon fonctionnement de tous les organes. D’ailleurs, près de la moitié des calories que nous ingérons sont utilisées pour maintenir notre température interne à 37 °C. Si l’on souhaite alléger sa silhouette, cette dépense énergétique peut être majorée par une restriction calorique, mais aussi grâce au froid.

Tout d’abord, manger des aliments froids oblige le corps à les réchauffer pour les digérer, puis les assimiler. Ce processus requiert une dépense supplémentaire en calories. En outre, la digestion et l’assimilation d’aliments consommés froids étant plus longue, la sensation de faim se manifestera plus tardivement. Boire froid aura le même effet puisque les boissons devront tout autant être réchauffées en brûlant des calories.

Baisser le chauffage chez soi, en passant par exemple d’un très confortable 21 °C à 19 °C, comme cela est généralement recommandé, va encore mobiliser de l’énergie supplémentaire pour produire de la chaleur. Il est aussi possible de moins se vêtir (sans toutefois sortir en simple t-shirt) et de choisir des couettes et couvertures moins chaudes durant la nuit. Enfin, il peut également être envisagé de baisser la température de l’eau de la douche ou du bain, comme dans la fameuse douche écossaise. Dans tous les cas, pour perdre efficacement et durablement du poids, rappelons quand même que rien ne vaut une réforme alimentaire, de la modération et, bien sûr, une pratique physique régulière.

 


 

Claire DevauxDe sang froid

« Il a le sang chaud », « Mon sang n’a fait qu’un tour »… Ces expressions courantes, très imagées, restituent bien souvent de façon très juste ce que nous ressentons véritablement. Rien ne sert de courir, de s’énerver, de stresser… il faut garder son sang-froid ! Même si nous ne sommes pas, comme les reptiles, des animaux à sang froid. En effet, perdre le contrôle ne donne non seulement pas une bonne image de soi à une époque où il convient de toujours assurer et faire bonne figure pour montrer le meilleur de sa personne, mais, en plus, nous expose à des troubles cardiovasculaires.

Comment garder le contrôle ? En revenant au calme par la maîtrise de ses mouvements, de ses paroles, de ses pensées, de sa respiration et de ses réactions.

Reprendre le pouvoir sur ses émotions et ses pulsions, telle est la clé.

Quelques techniques simples pour revenir au calme : prendre du recul mentalement et physiquement en faisant un pas (ou plus) en arrière ; compter jusqu’à 10 ; relativiser ; sortir prendre l’air ; respirer profondément ; écrire sur une feuille ce que l’on ressent, pour s’en décharger… et sourire, pour appeler le calme et la lumière et déconcerter son interlocuteur !

 


 

Les Fleurs de Bach et le froid

froid5L’hiver s’installe après les belles couleurs d’automne… Comment nous sentons-nous ? Quel état émotionnel nous habite ? Fatigué, découragé, sans force, triste, sensible… enrhumé ?

La saison d’hiver implique plusieurs éléments perturbateurs, qui ont un impact fort sur notre ressenti, notre santé et nos humeurs. Il fait froid, la nuit arrive plus tôt dans la journée, la végétation est en hibernation, nous sommes donc plus fragiles car il faut lutter contre les éléments naturels et, malgré tout, notre rythme biologique s’acclimate doucement à cette torpeur hivernale…

fleurs-bachQuoi qu’il arrive, nous devons faire face à la saison car la vie, elle, ne s’arrête pas ni ne ralentit, et aller chercher en nous l’énergie nécessaire pour la traverser au mieux et positivement avec nos Fleurs !

Oui, elles vont nous apporter un sentiment de douce chaleur et de réconfort et répondre naturellement à nos besoins. Il n’y a que vous qui sachiez ce qui est bon pour vous… Tendez l’oreille et faites de cet hiver un temps de douceur, écoutez votre petite voix qui réclame un temps plus « couette et coin du feu »… Sans complexe, car c’est le moment opportun… Quelques gouttes journalières d’élixirs comme :

Olive pour l’énergie, Fleur de l’épuisement et de la convalescence

Hornbeam pour se lever le matin, Fleur starter et du dynamisme

Mustard pour retrouver joie et légèreté, Fleur de l’assombrissement et de la foi

Walnut pour s’habituer à la nouvelle saison et nous sécuriser, Fleur de l’adaptation et de l’entre-deux

Gorse pour accepter l’état hivernal avec le sourire car rien ne peut le modifier, Fleur de l’espoir et de la joie

Cerato pour écouter son ressenti et la nécessité de se protéger intérieurement de l’hiver et du froid ! Fleur de l’Intuition

Red Chestnut pour ne pas se faire trop de soucis pour nos proches, ceux qu’on aime très fort et qui nous manquent.

Je vous souhaite un bon hiver et, si un besoin d’aide se fait ressentir, n’hésitez pas à me contacter pour vous concocter votre composition personnalisée suivant vos besoins et vos projets pour 2015.

 

Isabelle Bourdeau
L’Apogée de Soi – 06 814 614 86
www.lapogeedesoi.fr

 


 

shopping-Sophie

 

Il est bon mon poisson, et bio !
FOOD4GOOD – Bâtonnets de saumon bio

Première marque française de produits de la mer surgelés 100 % écocertifiée (bio ou MSC pêche durable), FOOD4GOOD lance les premiers bâtonnets de saumon certifiés bio ! Et ces bâtonnets de saumon ont été élus Meilleurs produits bio 2015 par un jury de 100 consommateurs de produits bio.

Food4GoodCes panés contiennent 70 % de saumon bio élevé en Irlande, à la chair ferme et sans arêtes.

Leur panure est légère et bio : elle est sans matière grasse ajoutée et composée uniquement de blé, amidon de blé, d’eau, d’un peu de sel et de levure (ingrédients naturels, origine 100 % Union européenne). Du poisson à la panure, tout est bio dans ces bâtonnets, que les enfants vont adorer.

Boîte de 350 g (14 bâtonnets de 25 g) : 9,50 €
www.food4good.fr

 

Le choc d’un grand chocolat
guayachocGUAYAPI – Guayachoc bio

Un mélange gourmand qui surprend et réveille les papilles.

Dans cette alliance inédite, le chocolat grand cru El Inti de la coopérative Pangoa du Pérou rencontre le Warana (Guarana des Terres d’Origine) des indiens Sateré Mawé d’Amazonie. Dans cette tablette, l’élégance du chocolat, sublimée par la noblesse du Warana, offre un voyage gustatif à tous les amateurs de grand chocolat. Ce chocolat noir à 70 % de cacao fond en bouche et y libère ses subtils arômes, lesquels sont rehaussés par le Warana, excellent potentialisateur. Tablette de 100 g : 3,85 €
www.guayapi.com

 

Tout pour bébé
LES TENDANCES D’EMMA Kit à langer

tendances-emmaAvec ce kit à langer, les parents et bébés nomades pourront profiter des grands espaces tout en préservant l’environnement. Son petit sac à compartiments contient tout ce qu’il faut pour changer les enfants sans jeter un gramme de coton : gants et carrés de change lavables, tapis à langer, débarbouillettes et filet de lavage. Idéal pour un cadeau naissance, les parents voyageurs ou l’organisation du change à la maison. Le kit contient :
• 1 sac à compartiments en coton bio
• 5 gants de change en coton bio
• 5 carrés à langer en coton bio
• 5 débarbouillettes en coton bio
• 1 tapis à langer en bambou
• 1 filet de lavage en coton bio

49 €
www.tendances-emma.fr

 

beautanicaeAux petits soins pour les futures mamans
BEAUTANICAE – Huile 9 mois et + bio

Cette huile constitue une alliance harmonieuse d’huiles onctueuses (olive, avocat) qui favorisent l’élasticité, et d’huiles sèches (églantine, abricot), idéales pour une pénétration optimale, toutes riches en vitamines et en omégas 3, 6 et 9 protecteurs.

Elle offre une action multifonction :
• contribuer à la prévention des vergetures en améliorant l’élasticité de la peau
• apporter bien-être et détente grâce à son doux parfum de lait sucré, qui incite à l’acte de massage destiné à soulager la tension musculaire, la fatigue et le stress,
• adoucir et parfumer l’eau du bain,
• permettre un massage holistique du ventre pour établir un lien avec le bébé à travers la peau.

Flacon de 100 ml sous étui cartonné : 28 €
www.beautanicae.com

 

Pour craquer sans mauvaise conscience
A.VOGEL – Yummies bio

YummiesDe petites gommes douces et savoureuses, au goût unique et rafraîchissant. Délicieuses et très tendance, elles existent en 3 goûts au choix :

• Airelles (aussi nommées canneberges ou encore cranberries)
• Sauge & limette (citron vert)
• Gingembre & citron

Ces gommes Yummies sont non seulement très fruitées et rafraîchissantes, mais aussi bio et idéales pour les végétariens et les végétaliens car elles ne contiennent aucun ingrédient d’origine animale. Elles sont aussi sans gluten.

Boîte de 40 g : 2,80 €
www.avogel.fr

 

propoline

 

Un secret de la ruche
DOUCEUR CERISE – Propoline bio

Propoline est un mélange de propolis, eucalyptus, bouillon blanc, bourgeon de pin, lavande et thym parfait pour préserver la sphère ORL en hiver. L’action antibiotique naturelle de la propolis, trésor de la ruche est renforcée dans cette formule par des plantes aux vertus antibactériennes, antiseptiques et apaisantes avérées.

Spray de 50 ml : 14 €
www.douceur-cerise.com

 

 

belvas

 

 

Noir, c’est noir !
BELVAS Brut de noir bio

Un chocolat noir à 82 % de cacao au sucre de fleur de coco bio.

Brut de noir est une délicatesse au praliné noisettes et décoré de brisures de fève de cacao pure. Intense, pur et fruité, Brut de noir est composé d’un mélange de fèves du Pérou et de Saint-Domingue.

Étui du 100 g : 4,49 €
www.belvas.be

 

 

coco

 

La santé en cuisine
AMANPRANA – Huile de coco bio

Cette huile pressée à froid des Philippines et issue du commerce équitable (Fair Trade) est une « graisse saine », bénéfique pour la santé à plus d’un titre : elle augmente la résistance (antivirale, antibactérienne, antiseptique et antifongique), favorise l’absorption des vitamines A, D, E, K et de substances nutritives vitales, protège contre le vieillissement, diminue le stress oxydatif, protège l’estomac et les intestins… Utilisée crue de préférence, ou cuite, elle donne plus de goût aux plats

Pot de 325 ml : 11,95 € / Pot de 1 600 ml : 43,95 €
www.amanvida.fr

 

ladromeLe bien-être digestif en capsules
LADRÔME – Capsules Aroma digestion transit

Très innovantes et pratiques, ces capsules sont composées d’actifs 100 % naturels et bio :

• des huiles essentielles de cumin et de menthe poivrée, qui participent au confort digestif et favorisent un bon transit intestinal ;
• de l’huile essentielle de fenouil, qui aide à apaiser les inconforts digestifs tels que les ballonnements ;
• de l’huile essentielle de gingembre qui favorise le bien-être gastro-intestinal et aide à soulager le mal des transports ;
• et de l’huile de macération ail et basilic, qui favorise la digestion.

Boîte de 30 capsules : 11,40 €
www.drome-provencale.com

 

Absolu

 

Rien que pour vos yeux
SINAGUA – La prunelle de mes yeux

Le contour de l’oeil est une zone qui marque et exprime tout particulièrement le temps qui passe. Ce soin va réparer et agir sur les 3 causes principales des signes visibles de l’âge par un effet antirides, anti-poches et anticernes. Sa formule contient des actifs (candelilla, acide hyaluronique, protium…), tenseurs, hydratants et régénérants.

Flacon airless de 15 ml : 21 €
www.sinagua.eu

 

 

 


 

éco livres

 

Hiver, 100 coloriages anti-stress
Hiver, 100 coloriages anti-stressde Julie Terrazzoni

Redonnez des teintes éclatantes à l’hiver avec de simples crayons de couleur. Chaleureuse atmosphère au coin du feu, voyage féerique dans le Grand Nord, inspiration venue des pays slaves et scandinaves. Des motifs bohèmes, des poupées russes, des oiseaux et des fleurs évoquent les doux moments de l’enfance. Détendez-vous et retrouvez le plaisir de créer.

Éditions Hachette Pratique – 33 €

 

52 façons de pratiquer la pleine conscience
52 façons de pratiquer la pleine consciencede Jan Chozen Bays

Pratiquer la pleine conscience, c’est porter attention à ces détails qui fourmillent dans notre quotidien et auxquels nous sommes habitués, au point de ne plus les remarquer, tels les sons qui nous entourent, les odeurs que nous sentons, les couleurs. Grâce à ses 52 exercices, ce livre vous fera prendre conscience de ces détails pour que vous soyez plus attentif à ce qui se passe autour de vous et en vous. Vous apprendrez par exemple à vous détacher des médias pendant une semaine, à sourire sans raison, jusqu’à ce que cela devienne automatique, ainsi qu’une multitude d’autres petites actions qui changeront votre regard sur le monde.

Éditions J’ai lu – 6,70 €

 

Arrête de te battre tu vas encore grossir
Arrête de te battre tu vas encore grossirde Christelle Dallerac
Ou comment vos émotions et votre poids sont lié

s Ce livre, écrit par une hygiéniste-naturopathe, est un guide pratique sur l’approche comportementale du poids. En effet, notre alimentation trop riche et la sédentarité ne sont pas les seules responsables du surpoids. Les difficultés à faire face à certaines situations du quotidien ou à gérer des émotions peuvent contribuer à alourdir la silhouette. Pour aider les personnes qui le souhaitent à mincir, ce livre propose ainsi de faire le tri sur les idées reçues concernant la nutrition et, surtout, de faire le lien entre la gestion du quotidien, des émotions et du surpoids. 13,90 €

 

Croque la vie
de Dany Culaud
Croque la vieMa méthode santé en 21 petits pas

Quel est le secret de l’équilibre et de la bonne santé ? Dany Culaud, précurseur dans le domaine de l’alimentation vivante, défend la prévention comme meilleure alliée pour être en bonne santé. Elle a mis au point une méthode en 21 petits pas, décomposée en 3 parties : alimentation – exercice physique – pensée positive. L’auteur s’est entourée de 17 spécialistes, qui apportent leur expertise sur les techniques proposées, en valident les bienfaits et livrent leurs conseils. Des pratiques simples pour libérer, à son rythme, sa pleine énergie. L’ouvrage contient également plus de 220 recettes de cuisine vivante savoureuses et faciles à préparer, économiques et écologiques. Une cuisine antifatigue, bénéfique pour la ligne et pour la peau, sans viande, sans gluten, sans produits laitiers et 100 % bio. Certaines de ces recettes sont présentées dans le DVD.

Éditions Trédaniel – 24,95 €

 

L’intelligence émotionnelle
L’intelligence émotionnellede Daniel Goleman

La conception traditionnelle de l’intelligence néglige une part essentielle du comportement humain : les réactions émotionnelles. Le QI n’est pas le seul critère. Il existe une autre forme d’intelligence, l’intelligence émotionnelle, que l’on peut stimuler et développer dès l’enfance. Refuser d’écouter ses émotions peut entraîner une instabilité générale, alors que maîtrise de soi, motivation, respect d’autrui sont autant de qualités pour réussir. Daniel Goleman nous invite à accepter nos émotions, pour développer une nouvelle forme d’intelligence.

Éditions J’ai lu – 12 €

 

Les plantes du bien-être : Les remèdes de A à Z
Les plantes du bien-être de Michel Pierre

Michel Pierre, herboriste de renom, livre ici ses remèdes pour renforcer les défenses naturelles et améliorer sa santé en général. Pour chaque cas, il rappelle les symptômes, les causes, les précautions à prendre en matière d’alimentation et d’hygiène de vie et délivre les traitements et soins sous forme de tisanes, poudres, huiles essentielles, cataplasmes, gargarismes, bains… De Acouphènes à Zona.

Éditions du Chêne – 35 €

 


 

Rubrik' à Trucs

 

carotteEn tenir une bonne couche

Pour protéger les carottes du froid dans le potager, et ainsi éviter qu’elles ne s’abîment, recouvrez-les d’une bonne couche de feuilles mortes et, par dessus, d’une couche de tourbe. De cette façon, elles seront préservées.

 

Sortie de bain

Même si prendre un bon bain chaud s’avère être très agréable par une froide journée d’hiver, sachez que l’eau chaude fragilise les couches supérieures de l’épiderme. On devient alors moins résistant au froid. Un argument supplémentaire en faveur de la douche…

 

Complètement givré !

Pour éviter le givre sur les vitres, dans la maison mais aussi dans la voiture, passez dessus une éponge ou un linge propre imprégné d’alcool à 90° : il empêchera qu’il se forme à nouveau.

 

gros-selCanaliser son énergie

Quand il fait très froid, le gel risque d’endommager les canalisations. Pour éviter ce désagrément, il suffit de mettre quelques poignées de gros sel dans les canalisations. Il empêchera la formation de gel.

 

Ça ne manque pas de sel

Si placer une bouillotte chaude dans son lit au coucher procure une sensation très plaisante, il n’en est plus de même une fois qu’elle a refroidi… Pour la conserver chaude plus longtemps, ajoutez simplement du sel à l’eau bouillante quand vous la remplirez.

 

huile2Avoir du nez

Le froid peut assécher et irriter les fosses nasales. Pour y remédier, imbibez d’huile d’olive un coton tige et passez-le dans les narines. Cette huile, très nourrissante, exercera un effet apaisant et protecteur. Renouvelez l’application plusieurs fois dans la journée si nécessaire.

 

Sur le zinc

huitreLe zinc est un oligoélément connu comme antioxydant et pour renforcer l’immunité. Pour vous prémunir des attaques des virus, faites-en une cure sous forme de compléments alimentaires ou consommez le plus souvent possible huîtres, palourdes, bigorneaux, praires, qui en sont naturellement riches.

 

Tout droit

En réaction au froid, on a trop souvent tendance à se courber et à rentrer la tête dans les épaules. Or, cette attitude crée des tensions dans le cou et le dos et ne diminue pas la sensation de froid. Mieux vaut au contraire se redresser et soulever les épaules en inspirant à fond, plusieurs fois de suite. Ce mouvement détend et redonne, en prime, de l’énergie.

 

Sur tous les fronts

On pense généralement à protéger ses pieds et ses mains du froid ; mais, par contre, pas son front. Or, la plus grande partie des capteurs du froid se situent justement dans cette zone. Protéger sa tête et, surtout, son front avec un bonnet ou un bandeau va limiter la déperdition de chaleur et, en plus, éviter que les mains et les pieds ne se refroidissent trop vite. Sans oublier la nuque, autre zone de thermorégulation, à protéger par un col roulé ou une écharpe.

 

bouilloteBien au sec

Pourquoi a-t-on une sensation de froid encore plus forte quand le temps est humide ? L’évaporation de l’humidité sur la peau lui arrache en quelque sorte des calories et, par conséquent, la refroidit. Pas question donc de sortir avec les cheveux mouillés ou des vêtements déjà humides.

 


 

Côté Beauté

 

froid6Le froid, une ode à la beauté

Si le vent glacial de l’hiver fragilise notre peau et la rend plus vulnérable, le froid n’est pas pour autant, côté beauté, notre ennemi juré. Bien au contraire. Lorsque ce dernier est bien maîtrisé, il peut se révéler être un actif très intéressant pour affiner notre grain de peau, nous aider à repousser les affres du temps, tout en développant des mécanismes de défense très intéressants. La nature en est d’ailleurs la plus belle expression, lorsque des plantes vivant en milieu hostile arrivent non seulement à survivre, mais aussi à développer des actifs d’exception, très prisés par l’industrie cosmétique. Ne soyez pas en froid avec votre beauté !

 

La beauté venue du froid

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la cosmétique emploie de plus en plus des actifs de plantes issues de haute montagne ? C’est tout simplement parce que ces plantes ont une biochimie particulièrement intéressante pour notre peau. Et pourquoi donc ?

Dans des conditions extrêmes (vent glacial, froid mordant, altitude élevée), les plantes n’ont eu que deux possibilités : mourir ou s’adapter…

Les plantes aromatiques et médicinales qui poussent à haute altitude possèdent en grande majorité une force vitale incroyable qui leur permet de faire face à des conditions climatiques et géologiques difficile, à des UV puissants, et aussi d’absorber un oxygène plus pur. Pour survivre, les végétaux ont dû développer des mécanismes de défense très efficaces, notamment en synthétisant des ingrédients actifs aux forts pouvoirs de protection. On parle alors de plantes « extrêmophiles ».

Trois plantes qui ont su dompter le froid en beauté !

 

soldanelle

 

La soldanelle des Alpes (Soldanella alpina) doit son surnom de « la belle endormie » à sa caractéristique peu commune, à savoir dormir durant l’hiver. Cette plante rare fleurit au printemps en faisant fondre la neige grâce aux stocks de ressources emmagasinées dans ses feuilles.

 

saxifrage

 

Poussant sur les flancs des hautes montagnes de Suisse, la saxifrage pourpre (Saxifraga oppositifolia), surnommée « briseuse de pierre », est une petite fleur qui possède une grande capacité de résistance au froid. En raison de cette particularité incroyable, des chercheurs ont décidé de l’utiliser en cosmétique.

 

edelweiss

 

Quant à l’edelweiss sauvage (Leontopodium alpinum), il fleurit de juillet à septembre et pousse de 1 800 à 3 000 mètres d’altitude, sur des sols pauvres et caillouteux. Ses incroyables propriétés antioxydantes lui permettent de vivre dans des conditions extrêmes tout en gardant sa beauté au fil du temps.

 

De par leurs vertus toutes particulières de résistance au froid, ces trois plantes sont aujourd’hui très prisées par les industriels de la cosmétique pour leur vertus anti-âge exceptionnelles.

 

Des cernes, moi, jamais !

Saviez-vous que l’épiderme est jusqu’à 4 fois plus mince sous les yeux que sur le reste du corps ? L’apparition des cernes est généralement due à une mauvaise circulation sanguine et à un dysfonctionnement des tissus lymphatiques. Rappelons que la lymphe est responsable du drainage des tissus et que, si elle ne fonctionne pas bien, l’élimination des pigments regroupés sous la peau ne se fait alors pas correctement ; raison pour laquelle on voit souvent apparaître à cet endroit des cernes d’une couleur marron ou bleutée.

Bien évidemment, les cernes peuvent également être causés par un facteur héréditaire ou par une mauvaise hygiène de vie. Le remède au naturel pour les atténuer ? Miser sur des compresses froides (mais non glacées) d’infusion de plantes aux pouvoirs décongestionnants et apaisants.

Voici notre trio gagnant :

 

bleuet

 

Le bleuet – au doux surnom de « casse-lunettes » – est un précieux ami, de la famille des Astéracées, pour calmer les yeux et les paupières gonflés et irrités après une journée de travail.

 

camomille

 

a camomille romaine, particulièrement anti-inflammatoire, apaise et atténue les irritations.

 

the

 

Le thé vert active la circulation sanguine et soulage le contour des yeux.

 

 

 

Rituel de toute beauté :

1- Infusez 1 cuillère de l’une de ces 3 plantes dans de l’eau bouillante durant 6 à 8 minutes.
2- Imbibez 2 compresses stériles dans votre tisane et placez-les au réfrigérateur 30 minutes afin de bien les faire refroidir.
3- Appliquez-les ensuite sur chacun des yeux pendant une dizaine de minutes.

Astuce : dans le cas de la camomille et du bleuet, vous pouvez remplacez l’infusion par un hydrolat aromatique.

 

Soins polaires pour la peau

Le froid, ennemi juré de notre peau ? Que nenni, à condition bien évidemment de la protéger avec une crème hydratante assez riche et d’éviter les changements brusques de température, qui ont une fâcheuse tendance à aggraver la couperose et la sécheresse cutanée.

peauDe plus en plus répandu en instituts, le froid, en neutralisant les récepteurs et les nerfs sensitifs de la douleur, permet de réaliser des soins en profondeur, comme des peelings ou des gommages plus poussés. Par ailleurs, en stimulant la vasoconstriction puis la vasodilatation, il relance également la microcirculation au niveau de la peau, optimisant ainsi l’éclat du teint. Enfin, il favorise la pénétration des actifs cosmétiques.

La cryo-esthétique (du grec cryos, qui signifie froid) est un concept découvert par le Dr Raymond Bontemps, biologiste renommé d’origine française, qui l’a développé en cosmétique au milieu des années 80, au travers de ses laboratoires Cryolab de Montréal, au Canada, et de Lausanne, en Suisse.

Cette méthode de soin n’a rien à voir avec les traitements classiques de cosmétologie connus jusqu’ici. Dés la première application, il est possible de constater les effets immédiats suivants :

• bien-être,
• tension des tissus améliorée,
• hyperémie immédiate,
• bonne mine instantanée,
• fixation du maquillage.

À plus long terme, il est possible d’observer les résultats suivants :

• régénération des tissus,
• amélioration de la microcirculation locale,
• pores resserrés et grain de peau affiné,
• gommage des ridules,
• réduction de la couperose.

Plus d’infos sur le site : www.cryos.ch

Enfin, la cosmétique de demain se fera probablement à des températures polaires, grâce à des packagings auto-réfrigérants, capables d’abaisser la température du soin de 22 °C à 2 °C, offrant ainsi un coup de froid liftant à la peau. Cette innovation, déjà présente sur le marché, est issue du secteur spatial. Il fallait y penser !

 


 

Claire Devaux - beautéMon menu belle peau

S’il convient d’opter pour des textures plus riches, donc nourrissantes, mais aussi cocooning, pour le soin de la peau du visage et du corps en hiver, certains aliments doivent aussi être mis à l’honneur dans l’assiette. Ces produits vont fournir de bons acides gras car la peau se nourrit aussi de l’intérieur, et des substances antioxydantes naturelles pour la préserver des agressions du froid : poissons gras riches en oméga 3 (sardines, saumon, hareng, maquereau), huiles extra-vierges (olive, sésame, colza, noix, argan…), fruits oléagineux, avocat, thé vert, super fruits (baies de goji, aronia, myrtilles… séchés).

Les oméga 3 vont favoriser la souplesse de la peau et, par leur action fluidifiante, favoriser la circulation du sang dans les extrémités (mains et pieds), très sensibles au froid.

 


 

Du froid pour mes cheveux !

cheveuLe froid est également l’ami de nos cheveux. Eh oui, l’action de l’eau froide sur notre fibre capillaire referme les écailles du cheveu et du cuir chevelu et renforce le bulbe capillaire, évitant ainsi la chute de cheveux.

Résultat ? La peau est plus ferme, la desquamation est ralentie, les pellicules sont moins présentes, le cuir chevelu démange moins, les cheveux sont plus lisses et plus brillants.

Pour optimiser la santé et l’apparence de vos cheveux, pensez à les rincer sous l’eau froide, et ce quelle que soit la saison ! Vous verrez, on s’y habitue relativement vite…

 

La saponification à froid,
une méthode à privilégier pour la peau et l’environnement

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le froid est également un must dans la fabrication du savon.

Rappelons tout d’abord que le savon est le produit d’une réaction chimique entre une matière grasse (huile végétale, beurre végétal, matière grasse animale…) et une base forte (soude pour les savons durs ou potasse pour les savons mous).

savonLa saponification à froid permet de réaliser un savon sans chauffer les différents composants. Toutes les propriétés des ingrédients incorporés sont ainsi préservées, pour obtenir de véritables savons de soin utilisant les vertus des huiles, beurres, huiles essentielles et autres actifs naturels présents dans le savon.

La saponification à froid est idéale pour votre peau :

• Les savons obtenus par cette méthode sont surgraissés au minimum à 4 %, c’est-àdire qu’ils contiennent un excès d’huile afin de préserver le film hydrolipidique de la peau, évitant ainsi son dessèchement.
• Ils sont naturellement riches en glycérine, particulièrement hydratants et émollients pour la peau.
• Ils sont de qualité supérieure et préservent toutes les caractéristiques des autres actifs présents.

Cerise sur le savon :

• Les savons obtenus par cette méthode sont 100 % biodégradables, nécessitent moins de CO2 pour leur fabrication et sont généralement sans huile de palme classique, dont la production déraisonnée a des conséquences désastreuses sur l’environnement.

 

La saponification à froid

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

La soude est mélangée à de l’eau. En contact, les ingrédients montent en température. Cette base doit alors refroidir jusqu’à température ambiante. Pendant ce temps, on fait fondre à faible température les autres ingrédients huileux (huiles et beurres) afin de constituer une base pour le savon. Quand ces 2 liquides sont à température ambiante, ils sont mélangés ensemble afin de former une pâte. Les actifs additionnels (colorants, huiles essentielles, argiles…) sont alors incorporés.

La pâte de savon est versée dans des moules à savon et réservée pendant 24 à 48 heures afin que la saponification puisse se poursuivre.

Le savon est enfin démoulé, puis mis à sécher pendant environ 4 semaines.

 

Le jujube, un antibactérien 100 % naturel

jujube1Le jujubier commun, Ziziphus jujuba, est un arbuste épineux originaire de Chine et très commun sur le pourtour méditerranéen.

Le jujube, son fruit, est comestible. Peu connu en Occident, il est par contre très cultivé et consommé en Asie.

Il est aussi connu dans les médecines traditionnelles pour ses propriétés nettoyantes, purifiantes et astringentes.

C’est aussi un excellent antibactérien, dont l’efficacité a été prouvée contre des souches de bactéries parmi les plus courantes et les plus difficiles à éliminer : Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Streptococcus pyogenes, Aspergillus niger et Candida albicans.

jujube2Il doit notamment ses effets à une synergie de saponines, flavonoïdes, glycosides, mucilages contenus dans ses feuilles. On considère ainsi que des extraits de jujube pourraient être utilisés avec profit en cas d’infections nosocomiales, infections des voies urinaires, gastro-entérites infantiles, diarrhée du voyageur, plaies infectées, méningite… causées par les bactéries précitées. Des études ont récemment mis en avant ses propriétés antibactériennes, antifongiques, antioxydantes, anti-hyperglycémiques et antinoceptives (analgésiques).

Facile à produire et à moindre coût, le jujube est déjà cultivé dans de nombreux pays où il est à la fois utilisé pour soigner et pour se nourrir, surtout dans la région du Moyen Orient.

Fort de tous ces atouts, le jujube apparaît comme étant potentiellement un agent thérapeutique végétal d’avenir.

 


 

L’hydrolat de menthe, un actif
cosmétique qui souffle le froid

mentheOriginaire du bassin méditerranéen et d’Asie, la menthe était connue des civilisations de l’Antiquité et faisait partie des « simples » cultivées dans les jardins médiévaux. Plante vivace et aromatique à l’odeur pénétrante, elle laisse en bouche une sensation de fraîcheur inégalable.

Il existe de nombreuses variétés de menthe, aux qualités à peu près identiques mais aux parfums plus ou moins forts et typés. La menthe poivrée (Mentha piperita) est la variété la plus riche en molécules aromatiques volatiles, qui lui donnent ces odeur et saveur poivrées, brûlantes puis fraîches. Celle de France est particulièrement fine. La menthe verte de Provence (Mentha spicata) est également très rafraîchissante et très appréciée pour ses notes chlorophylliennes. L’hydrolat de menthe verte est idéal pour la confection de dentifrices ou de soins pour l’hygiène buccale.

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau des feuilles et fleurs de la menthe poivrée permet de recueillir l’hydrolat de menthe, plus simple et plus doux d’utilisation que l’huile essentielle. Cet hydrolat séduit par ses propriétés :

• Astringent, il ravive les teints ternes en hiver et resserre les pores de la peau.

• Antibactérien, il purifie les peaux à problèmes et aide à lutter contre la mauvaise haleine.

• Rafraîchissant et calmant, il apaise et calme les irritations et les démangeaisons.

• Activateur de la microcirculation cutanée, il soulage les jambes lourdes, atténue les rougeurs et calme le feu du rasoir.

 

Recette express

La beauté du mâle
Lotion après-rasage apaisante et tonifiante

Dans un bol, mélangez 70 ml d’hydrolat de menthe poivrée avec 30 ml d’hydrolat d’hélichryse italienne. Transférez la préparation dans un flacon vaporisateur propre de 100 ml. À vaporiser sur le visage après le rasage pour apaiser le feu du rasoir.

 

« GREEN SMILE »
Dentifrice fraîcheur à la menthe verte

Une couleur sublime, un parfum d’une fraîcheur intense, une formule très agréable en bouche… En plus de protéger votre émail et de rafraîchir votre haleine, ce dentifrice devrait vous redonner le sourire !

? GREEN-SMILEDifficulté : facile
? Préparation : 20 min
? Coût : moins de 5 €
? Conservation : 1 mois

Mon matériel

? 1 bol
? 1 flacon dentifrice de 80 ml
? 1 petite cuillère en bois ou en porcelaine
? 1 mini-maryse
? 1 balance de cuisine électronique

Dans mon panier

? 50 g d’argile blanche
? 25 g de carbonate de calcium
? 1 g de poudre matcha
? 2,5 g de bicarbonate de soude
? 50 g d’hydrolat aromatique de menthe verte
? 10 g de glycérine végétale
? 10 gouttes d’huile essentielle de menthe verte ? 30 gouttes de conservateur cosgard

La recette

1 > Dans le bol, transférez l’argile blanche, le carbonate de calcium, la poudre matcha et le bicarbonate de soude, puis mélangez soigneusement l’ensemble de ces poudres.

2 > Ajoutez l’hydrolat aromatique de menthe et la glycérine. Mélangez le tout soigneusement à l’aide d’une maryse afin d’obtenir une préparation lisse et homogène.

3 > Ajoutez enfin l’huile essentielle et le conservateur, en mélangeant bien entre chaque ajout.

4 > Transvasez la préparation dans le flacon. Rituel de beauté Cette pâte dentifrice à l’argile, au thé vert et à la fraîcheur mentholée intense s’utilise comme un dentifrice classique.

 

« La bouche en coeur »
Bain de bouche fraîcheur intense à la menthe

Rien n’est plus agréable que d’avoir la sensation d’une hygiène buccale parfaite et d’une haleine fraîche. Ce bain de bouche concentré dynamise toute votre bouche par sa fraîcheur et sont goût pétillant de menthe chlorophyllienne, tout en assurant un rinçage parfait.

? Difficulté : facile
? Préparation : 5 min
? Coût : moins de 6 €
? Conservation : 2 mois

Mon matériel

? 1 flacon de 100 ml avec capsule aluminium
? 1 mini-fouet ou petite cuillère
? 1 balance de cuisine électronique
? 1 petit entonnoir (facultatif )

Dans mon panier

? 8 g de Solubol
? 70 g d’hydrolat de menthe poivrée
? 20 g de glycérine végétale
? 10 gouttes d’huile essentielle de menthe verte
? 30 gouttes d’huile essentielle de citron
? 1 c. à c. de xylitol
? 20 gouttes de conservateur cosgard

La recette

1 > Transférez le Solubol et les 2 huiles essentielles dans un bol, puis mélangez le tout à l’aide d’un mini-fouet.

2 > Ajoutez progressivement le reste des ingrédients, en mélangeant bien entre chaque ajout.

3 > Transférez la préparation dans le flacon, à l’aide d’un petit entonnoir si nécessaire.

Rituel de beauté

Diluez 1 volume de cette préparation dans 4 volumes d’eau tiède. Utilisez ce bain de bouche 1 à 2 fois par semaine, après brossage des dents, afin de purifier votre bouche.

 

Teintes chaudes ou froides, réussissez votre maquillage !

Pour celles qui ont du mal à se maquiller et à choisir avec pertinence les couleurs qui les mettront le plus en valeur, une petite révision des couleurs chaudes et froides semble des plus nécessaire.

C‘est en effet de la qualité des produits employés, mais aussi des couleurs, que dépend un joli maquillage. Cette sélection se fait en fonction de la couleur dominante du teint et du cosmétique choisi.

Rappelez-vous que les couleurs dites « chaudes » sont celles qui comportent du jaune dans leur composition. Toutes les autres couleurs sont qualifiées de « froides ». Dans chaque famille de couleurs, du plus foncé au plus clair, coexistent donc des tonalités chaudes et froides. Il est impératif de bien prendre en compte les nuances des différentes couleurs. La question la plus importante à se poser est la suivante : quelle teinte m’avantage le plus ?

Bonne nouvelle, de façon générale, nous sommes attirées par les couleurs qui nous embellissent. Pour celles qui auraient tout de même un doute sur l’objectivité de leur appréciation, voici une astuce qui devrait vous éclairer :

Prenez un miroir et placez-vous devant une source de lumière naturelle, comme par exemple une fenêtre, puis approchez de votre visage un carton de couleur chaude (par exemple, de l’orange) et un carton de couleur froide (par exemple, du mauve) et comparez. Votre teint devrait être plus lumineux, plus joli avec l’un des deux.

Pour les plus manuelles d’entre vous qui souhaiteraient créer leur propre palette
de maquillage, voici quelques conseils de formulation :

teintes-froidesPour réaliser des couleurs froides
À savoir bleu, mauve, gris, rose…

Parme : oxyde rose + oxyde bleu ou mica cuivre + mica bleu

Rose : oxyde rose ou mica cuivre + mica brillant

Vert : oxyde vert ou oxyde jaune + oxyde bleu ou mica vert

Bleu nuit : oxyde bleu + oxyde noir ou mica bleu + oxyde noir

Bleu turquoise : oxyde bleu + oxyde vert ou mica bleu + mica vert

Gris rosé : oxyde rose + oxyde noir ou mica cuivre + mica argent

Pour réaliser des couleurs chaudes
À savoir orange, rouge, brun…

Brun : oxyde marron ou mica noisette + oxyde noir

Orange : oxyde jaune + oxyde rouge ou mica cuivre + mica or

Bordeaux : oxyde rouge + oxyde bleu ou mica cuivre + mica bleu

Rouge foncé : oxyde rouge + oxyde noir ou mica cuivre + oxyde noir

Beige : oxyde marron ou oxyde jaune + oxyde rouge + oxyde noir ou mica or + mica cuivre

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.