Santé, Bien-être & Beauté | L'écolomag

Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 48

Deux mois pour tout régler (ou presque)

Par Sophie Macheteau

beaute-img1L’été n’est pas une saison pour lâcher prise totalement, où plus rien n’a d’importance, puisqu’elle peut également être mise à profit pour régler quelques petits tracas liés à notre santé, notre bien-être ou encore notre beauté, dont nous ne prenons pas forcément le temps de nous occuper durant l’année. Or, ces mois estivaux sont des plus précieux pour faire le point, s’écouter un peu plus, analyser nos forces et nos faiblesses, régler quelques aversions ou négligences, prendre certes soin de nous mais en pleine conscience, bref, pour nous donner pleinement les moyens de revenir à l’essentiel, tenter de rétablir un équilibre que nous négligeons trop souvent tout au long de l’année. Ne pensez pas qu’il s’agisse de bonnes résolutions avant l’heure car il n’en est rien. Imaginez seulement que vous allez mettre à profit cette pause estivale pour vous sentir mieux et vous retrouver en harmonie avec vous-même. À vos carnets et crayons : faites l’expérience, peut-être inédite, de lister tous les petits maux de la vie quotidienne que vous souhaiteriez régler durant cet été. Avec un peu de chance, il se pourrait bien que vous trouviez quelques clés dans ce numéro…


La plante du mois
La mélisse (Melissa officinalis L.)

MelisseQui mieux que la mélisse incarne à merveille cette saison, tant sa douceur et son odeur délicatement citronnée nous plongent immédiatement dans la magie d’une saison au charme inimitable ?

Description botanique
La mélisse officinale est une plante vivace des jardins européens. Elle apprécie tout particulièrement les sous-bois et les lieux incultes, frais et ombragés.
Mesurant de 30 à 80 cm de hauteur, c’est une plante herbacée vivace qui possède un rhizome court. Ses feuilles sont gaufrées et dentées sur les bords. Elles sont d’une couleur vert foncé sur la face supérieure et d’un vert pâle en dessous. Les fruits ovoïdes sont des akènes renfermant quatre petites graines luisantes et brun foncé.
Lorsqu’on les froisse, les feuilles de mélisse dégagent un parfum citronné et sucré qui a valu à la plante son surnom de citronnelle, source de confusion avec la vraie citronnelle.

Étymologie et légendes
Son nom de genre vient du mot latin melissa, signifiant feuille de mouches à miel et fait allusion à l’attrait des insectes pour cette plante. Les apiculteurs avaient d’ailleurs coutume d’en frotter les parois des ruches pour attirer les essaims volants. Quant à son nom d’espèce officinalis, il se réfère à ses vertus thérapeutiques.

Histoire et tradition
La mélisse fut employée dès l’Antiquité, à la fois comme plante médicinale et aromatique. On retrouve des documents sur ses usages médicinaux datant de 300 av. J.-C., comme l’Historia plantarum de Théophraste.
En Grèce ancienne, la mélisse fut tout d’abord préconisée contre les blessures. Elle fut ensuite consommée oralement contre l’insomnie, les maux de tête et de dents, l’anxiété, les crampes d’estomac, les troubles de la menstruation, etc.
La mélisse a ensuite été importée en Espagne au 10e siècle et s’est répandue à travers l’Europe pendant le Moyen Âge. Séchée, elle entre dans la composition traditionnelle de la célèbre Eau de Mélisse des Carmes, réputée pour soigner tous les maux.

Côté santé
Très polyvalente, la mélisse est connue pour ses vertus apéritives, digestives, anti-spasmodiques et carminatives1. On la recommande en cas de ballonnements, de douleurs abdominales d’origine digestive, de lenteur à la digestion, de flatulences ou encore de nausées… La mélisse est aussi efficace dans la prévention des ulcères gastriques. On lui attribue également des fonctions cholérétiques2, diurétiques3 et sudorifiques4.
Sédative et anti-dépressive, la mélisse est employée pour réduire la nervosité et l’anxiété, notamment en cas de troubles mineurs du sommeil, de vertiges et de migraines. Elle abaisse le rythme cardiaque et la tension artérielle et peut trouver une application dans le traitement des palpitations d’origine nerveuse. Des études récentes ont aussi montré que la mélisse contribue à améliorer la mémorisation.

Outre la plante sèche, on trouve sur le marché de l’huile essentielle de mélisse, rare et précieuse (comptez environ 15 € pour 2 ml), ayant des activités antibactériennes et antifongiques très efficaces. Elle est aussi antivirale, notamment contre l’herpès, les oreillons, les zonas, les verrues… Elle possède par ailleurs des propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes qui lui confèrent des vertus intéressantes contre diverses irritations de la peau (eczéma, piqûres d’insectes…).

Côté cuisine
On tire aussi partie de la mélisse en cuisine pour son arôme très fin, frais et citronné, avec des notes sucrées et miellées.
Elle aromatise à merveille un poisson vapeur, agrémente de manière originale un taboulé, accompagne divinement les desserts, notamment les entremets et gelées aromatiques ou encore les cheesecakes.
Vous pourrez utiliser la plante sèche ou fraîche en infusion, ou l’hydrolat aromatique, obtenu par distillation à la vapeur d’eau.

Côté cosmétique
L’hydrolat aromatique conviendra tout particulièrement à un usage cosmétique. Apaisant et adoucissant, il calme les irritations cutanées et les démangeaisons. Antioxydant, il est utile pour prévenir l’apparition et lutter contre les rides. Cicatrisant et tonique, il répare les peaux abîmées et donne du tonus aux peaux relâchées. Enfin, antiseptique et anti-inflammatoire, il soulage les irritations et rougeurs des yeux.

Recette express de toute beauté
Masque apaisant à la mélisse

Dans un bol, mélangez 3 cuillères à soupe d’argile blanche avec 2 cuillères à soupe d’hydrolat de mélisse et 1 cuillère à café de macérât de calendula. Ajustez si besoin la quantité d’hydrolat afin d’obtenir une pâte onctueuse. Appliquez sur l’ensemble du visage et laissez poser 15 minutes. Rincez à l’eau tiède.

Une eau de mélisse

Voilà plus de 400 ans que ce « cordial » remède alcoolisé, qui associe 14 plantes5 et 9 épices6, remporte un vif succès. Laissez-moi vous conter l’histoire de cette eau si bienfaisante. C’est à un médecin visionnaire que l’on doit, dès 1611, la formule originale et complexe de cette Eau aux vertus thérapeutiques. Très vite, il en confie les secrets de fabrication au Père Damien, religieux de la confrérie des Carmes Déchaux (ou « déchaussés » du fait des pieds nus des moines dans leurs sandales), pour qu’il les sauvegarde et assure la production de l’Eau de Mélisse ; ce que les moines peuvent faire puisqu’ils cultivent, sélectionnent, assemblent, distillent les « simples » dans leur jardin. Sédative, antispasmodique, stimulante, la plante phare de cette préparation donne son nom au produit. Le bouche-à-oreille assure les premiers succès et, rapidement, les pouvoirs bienfaisants de l’Eau de Mélisse sont connus à la cour de Louis XIII. Marie de Médicis l’adopte et s’y adonne, Richelieu bientôt ne peut plus s’en passer. Avec leur bénédiction, les moines s’installent rue de Vaugirard, dans ce qui est toujours le Couvent des Carmes.
Pendant plus de 220 ans, les moines du couvent des Carmes Déchaux (1611-1832) ont protégé les secrets de fabrication de la formule, permettant au remède de résister aux batailles et épopées diverses et variées de l’histoire de France. Depuis 1838, les Boyer puis les Renouard-Larivière préservent cet héritage, qui appartient désormais au patrimoine culturel des plantes médicinales.

Eau-de-MelisseUne eau de vie qui a plus d’un tour dans son sac
L’Eau de Mélisse des Carmes-Boyer, le produit le plus ancien vendu en pharmacie, apaise et soulage rapidement les petits maux du quotidien : stress, fatigue, coup de froid, coup de chaud, décalage horaire…
• Diluée dans un verre d’eau, elle rafraîchit l’haleine. • En voyage, elle assainit l’eau de boisson. • Dans une tisane (eucalyptus, camomille, bourrache, par exemple), un thé, une infusion bien chaude, elle calme les crampes d’estomac et les toux nerveuses… • Un grog très chaud + une bonne dose d’Eau de Mélisse aux premiers frissonnements aident à combattre le rhume. • Pour se calmer avant d’aller se coucher, une petite cuillerée d’Eau de Mélisse favorise la détente. • Une friction du front et des tempes s’avère efficace contre la migraine et les maux de tête. • Et, toujours, quelques gouttes suffisent pour lutter contre le mal de mer (ou de voiture).

1- Qui permettent d’expulser les gaz intestinaux
2- Qui favorisent la production de bile
3- Qui augmentent la sécrétion urinaire
4- Qui provoquent la sécrétion de la sueur
5- Mélisse, angélique, marjolaine, coucou, romarin, sauge, lavande, armoise, sarriette, camomille, zeste de citron, cresson, muguet, thym.
6- Coriandre, cannelle de Ceylan, noix de muscade, clou de girofl e, anis vert, graine de fenouil, racines de gentiane et d’angélique, santal citrin.


Côté Santé

Si l’été nous invite à bras ouverts au lâcher-prise, il ne doit pas pour autant nous faire oublier que cette parenthèse enchantée doit être également un moment propice au retour à l’équilibre, et par conséquent à différentes petites remises à niveau pour que cette machine complexe qu’est notre organisme puisse repartir de plus belle à la rentrée. Alors, oui au lâcher-prise, mais oui aussi à la mise en oeuvre de solutions au naturel pour résoudre ces petits soucis de santé, résultant bien souvent d’une accumulation de stress, de pollution et de fatigue pendant une année harassante. Alors, si vous avez du mal à dormir, des fringales répétitives, la vue qui baisse, 3 à 5 kilos à perdre, de la fatigue accumulée depuis des mois ou des intestins capricieux, ce qui va suivre devrait fortement vous intéresser.

Constipé(e), moi, jamais !

constipeVoilà un sujet bien tabou, qui concerne pourtant 15 à 35 % des Français. Certes, il s’agit bien souvent de constipations fonctionnelles et occasionnelles, généralement causées par une mauvaise hygiène alimentaire et une vie bien trop sédentaire.
Si vous êtes concerné par le sujet, n’allez surtout pas penser qu’avec l’été tout va rentrer dans l’ordre. Que nenni ! Car, l’été, nos intestins prennent également leurs congés annuels. La preuve en est : nous sommes nombreux à connaître la constipation en voyage. Car nos tripailles ont leurs petites habitudes pendant l’année ; mais dès lors que nous partons en vacances, les changements de nos habitudes et le manque d’hydratation nous jouent des tours et rendent nos intestins on ne peut plus capricieux.
Autre raison, qui devrait en faire sourire plus d’un d’entre vous, ce que Giulia Enders, auteur du livre Le charme discret de l’intestin, appelle le « syndrome bcpmc » – « berk-c’est-pas-macuvette » –, qui consiste à rechigner à confier la grosse commission à des latrines étrangères, voire publiques.
Résultat des courses : impossible de se détendre suffisamment pour que nos chères tripailles fassent bien leur travail. Et cela a malheureusement vite fait de nous gâcher nos vacances…
Prenez par conséquent vos intestins en main et ne les mettez surtout pas au repos forcé.

Voici quelques astuces pour y remédier :

• Misez sur les fibres alimentaires : non digérées par l’intestin grêle, elles peuvent, en arrivant dans le gros intestin, « toquer gentiment contre la paroi et signaler qu’il y a là quelqu’un qui voudrait bien qu’on le raccompagne à la sortie », comme le dit si poétiquement Giulia Enders. Parmi les fibres championnes du monde, le tégument (à savoir l’enveloppe de la graine) du plantain des Indes et le pruneau. Pensez à anticiper en faisant une petite cure avant de partir en voyage.

Pensez à boire suffisamment d’eau. Eh oui car, gorgées d’eau, les fibres deviennent de petits ballons avec lesquels les muscles d’un intestin paresseux peuvent se divertir pendant que vous suivez tranquillement le programme de cinéma proposé dans l’avion.

Ne vous privez jamais… Quand on a besoin d’aller aux toilettes, il faut y aller, sans trop se poser de questions.

Des probiotiques et prébiotiques, de gentils micro-organismes vivants qui redonneront un coup de pep à un intestin démotivé. Les plantes alliées

Le gel d’aloe vera : prenez 2 à 3 cuillères à soupe de gel d’aloe vera 2 à 3 fois par jour, dans un verre d’eau ou de jus de fruits.

La décoction d’avoine : mettez 2 petites poignées de grains d’avoine dans 1 litre d’eau, dans une casserole. À partir de l’ébullition, laissez chauffer pendant 15 minutes à petit feu. Laissez refroidir, puis filtrez. Buvez ce litre en 2 jours, entre les repas.

Le jus de citron : prenez 1 cuillère à soupe de miel brun dilué dans un verre d’eau tiède avec un jus de citron, tous les matins à jeun.

Le pruneau : faites tremper des pruneaux pendant une nuit dans de l’eau. Le matin à jeun, mangez-les et buvez l’eau dans laquelle ils ont macéré.

Astuce de grand-mère

Faites bouillir ½ cuillère à café d’écorce de bourdaine dans 25 cl d’eau pendant 4 à 5 minutes. Retirez du feu et ajoutez une cuillère à café d’anis vert. Laissez infuser pendant 10 minutes. Filtrez et buvez au coucher avec un peu de miel.

5 conseils d’une experte en phytothérapie
Brigitte Magnat, fondatrice de la marque DOUCEUR CERISE

Mon sommeil est capricieux

PassifloreS’il devait n’y avoir qu’une plante…
LA PASSIFLORE est la plante des troubles du sommeil liés à l’hyperactivité du cerveau, aux états soucieux et surmenés. Elle apaise, détend et permet d’être aussi disponible au réveil qu’après un sommeil normal.

Comment l’utiliser ? Sous forme d’alcoolature de plante fraîche, prendre 25 à 30 gouttes 1 à 3 fois par jour dans un peu d’eau.

À quelle fréquence ? À prendre quand le besoin s’en fait ressentir jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre.

J’ai quelques kilos en trop

CeriseQuelle plante star ?
LES QUEUES DE CERISES sont bien utiles pour affiner la silhouette et retrouver la ligne. Par leurs vertus dépuratives et diurétiques dues à leur richesse en potassium, elles sont reconnues pour faciliter les fonctions d’élimination de l’organisme.

Comment l’utiliser ? Les queues de cerises peuvent être prises en tisane (4 à 6 tasses par jour) ou en boisson hydro-alcoolique (30 à 60 gouttes par jour).

À quelle fréquence ? Il est souhaitable de faire une cure d’1 mois, à renouveler si nécessaire…

J’ai de la cellulite

Reine-des-presS’il devait n’y avoir qu’une plante…
LA REINE DES PRÉS est reconnue pour faciliter les fonctions d’élimination de l’organisme. Le Professeur G. Paturier en fait le meilleur agent thérapeutique de la cellulite. Elle est une bonne alliée des cures d’amincissement !

Comment l’utiliser ? Prendre 30 à 60 gouttes d’extrait de plante fraîche de reine des prés, dans un peu d’eau, en dehors des repas.

À quelle fréquence ? Faire une cure d’1 mois et renouveler à l’automne. La reine des prés doit cependant être déconseillée en cas d’hypersensibilité à l’aspirine.

Lucite solaire

BourracheS’il devait n’y avoir qu’une plante…
LA BOURRACHE, par son huile, est la plante pour bien préparer sa peau à l’exposition au soleil. Son huile est dotée de propriétés hydratantes de par sa richesse en acides gras essentiels. Elle aide ainsi à rendre la peau plus souple, plus résistante et à entretenir son éclat. Elle est également riche en vitamine E, un antioxydant naturel.

Comment l’utiliser ? Pour bien préparer sa peau à recevoir le soleil, il est souhaitable de prendre de 2 à 4 capsules d’huile de bourrache par jour. Elle peut être également utilisée en soin sur la peau pour son action protectrice.

À quelle fréquence ? Il est conseillé de faire une cure d’huile de bourrache pendant le mois précédant l’exposition au soleil, puis au retour de vacances ensoleillées !

Stress

Melisse2S’il devait n’y avoir qu’une plante…
LA MÉLISSE est une plante connue depuis la Grèce antique et utilisée pour ses bienfaits contre le stress et les troubles nerveux. La mélisse est donc appréciable pour ses propriétés calmantes.

Comment l’utiliser ? En tisane, on l’apprécie pour son agréable goût citronné. En extrait de plante fraîche, prendre 30 à 60 gouttes dans un peu d’eau à boire en fin de journée.

À quelle fréquence ? À prendre soit en cure d’1 mois, soit occasionnellement quand le besoin s’en fait ressentir.

Côté biblio

Exit les romans fleuves de l’été, vive les livres utiles et tendance pour reprendre en main ses intestins. La preuve par 3 !

Le charme discret de l’intestin
livre-le-charmede Giulia Enders

Avec plus d’un million d’exemplaires vendus en Allemagne, le moins que l’on puisse dire, c’est que le sujet intéresse un large auditoire. Surpoids, dépression, diabète, maladies de peau… et si tout se jouait dans l’intestin ? Au fil des pages de son brillant ouvrage, Giulia Enders, jeune doctorante en médecine, plaide avec humour pour cet organe que l’on a tendance à négliger, voire à maltraiter. Après une visite guidée au sein de notre système digestif, elle présente, toujours de façon claire et captivante, les résultats des toutes dernières recherches sur le rôle du « deuxième cerveau » pour notre bien-être. C’est avec des arguments scientifiques qu’elle nous invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments, ainsi qu’à appliquer quelques règles très concrètes en faveur d’une digestion réussie. Irrésistiblement illustré par Jill Enders, la soeur de l’auteur, voici un livre qui nous réconcilie avec notre ventre.

21,80 € – Éditions Actes Sud

Recettes bien-être pour intestins fragiles
livre-intestinsd’Audrey Cosson

Il n’est pas toujours nécessaire de recourir aux médicaments pour venir à bout des symptômes désagréables. Parfois, on peut s’aider en adoptant un mode de vie sain basé, entre autres, sur une alimentation adéquate. Mieux connaître son alimentation pour faire les bons choix, redécouvrir les vertus de certaines plantes, apprendre à composer des menus qui n’agressent pas les intestins : voilà le programme de cet ouvrage. De l’entrée jusqu’au dessert, ces recettes simples et délicieuses, judicieusement composées d’aliments qui veulent du bien à vos intestins, vous feront oublier tous les désagréments !

8,90 € – Éditions Larousse

J’ai testé le programme drainant Xantis

Après une cure de sève de bouleau fraîche au début du printemps, qui m’avait fait le plus grand bien, je sentais que mon corps avait besoin d’un nouvel élan, d’une nouvelle sensation de pureté et de légèreté. Tester cette cure 3 en 1 tombait par conséquent à point nommé.

xantis

Cette dernière consiste à prendre pendant 10 jours une poudre blanche (magnésium marin, fibres d’acacia et citron) appelée DÉTOX, à diluer dans un peu d’eau, qui prépare et renforce l’hygiène drainante, une boisson fermentée aux 10 plantes appelée DRAINE (pissenlit, thé vert, frêne, fenouil, ortie, reine des prés, cassis, vigne rouge, piloselle, orthosiphon) et du vinaigre de cidre, à prendre pendant 20 jours, qui favorise l’élimination rénale, et, enfin, des comprimés appelés VIGNE +, à prendre pendant 30 jours, qui soutiennent le système circulatoire. Première impression, le trio est plutôt bien pensé :

• le fait d’avoir utilisé 3 formes galéniques (poudre, comprimés et extrait liquide) rend la cure plus ludique et agréable à faire ;

• le goût relativement neutre des 3 produits est une excellente surprise, cela m’a donné l’envie de bien respecter la durée de la cure. Même la boisson fermentée au vinaigre de cidre est plutôt agréable à boire.

J’ai ressenti une première sensation d’allègement dès 48 heures après le début du programme, ce qui n’était pas sans me déplaire. Bien évidemment, j’ai conservé une alimentation saine et légère pendant toute la durée de la cure. Au bout d’une semaine, la détox qui s’opère commence vraiment à se faire ressentir. J’ai également apprécié que l’arrêt des 3 produits se fasse de manière décalée. On a l’impression que le corps prend ensuite le relais en bonne intelligence. Vivement la prochaine cure !

Sophie Macheteau Plus d’infos sur : www.xantis.fr


Ma vue baisse à vue d’oeil !

À force de passer du temps (trop ?) devant nos écrans d’ordinateurs, smartphones et tablettes en tout genre, qui nous contraignent à la même fixité pendant des heures, notre vue s’épuise très vite et les conséquences ne tardent pas à se faire ressentir : la vue se trouble de plus en plus de près et le port de lunettes s’avère bien souvent nécessaire. Bien évidemment, il est difficile de se dispenser de ces outils, qui font partie de notre quotidien ; mais il existe quelques astuces pour reposer notre vue et éviter ainsi de ne pas l’endommager trop tôt.

Profitez de cette pause estivale pour vous habituer à pratiquer quelques exercices de relaxation oculaire, que vous pourrez ensuite reproduire aisément au travail.

vueJe teste le yoga pour les yeux

C’est une méthode efficace pour reposer ses yeux lorsqu’on la pratique dans un état d’esprit détendu, avec une respiration lente et consciente. Par des exercices répétés, le yoga des yeux permet d’effectuer un travail en douceur grâce à des mouvements des globes oculaires dans toutes les directions, sans qu’il y ait de gêne.

Voici quelques exemples de séries de mouvements que vous pourrez effectuer :
1- Bougez les yeux en diagonale dans un sens, 5 fois de suite. Recommencez de l’autre côté.
2- Bougez les yeux en arc de cercle en haut, de gauche à droite 5 fois de suite.
3- Bougez les yeux en arc de cercle en bas, de gauche à droite 5 fois de suite.
4- Bougez les yeux en décrivant un cercle, 5 fois de suite. Recommencez dans l’autre sens.

Entre chaque série de mouvements, il est recommandé de reposer les yeux via une technique dite de « palming », qui consiste à les couvrir avec la paume de ses mains sans appuyer, et à visualiser le champ visuel en se disant qu’il devient de plus en plus noir.

Coups de coeur

Je vous invite grandement à lire l’ouvrage de Martin Brofman :

livre-voirVOIR DE MIEUX EN MIEUX, qui nous explique que « la vue n’est pas qu’un mécanisme physique, une question d’acuité. C’est une fonction pluridimensionnelle qui affecte et est affectée par notre état émotionnel et mental. Cette fonction est liée à notre type de personnalité, c’est-àdire qu’à chaque type de défaut de vision correspond un type particulier de personnalité. Tous les myopes ont des points communs par leur personnalité. Tous les presbytes partagent certains traits de caractère… »

Ainsi, ce livre passionnant nous montre que notre vue est directement connectée à nos attitudes mentales. Il est donc possible, par un travail de transformation personnelle, de l’améliorer.

Tout au long de la lecture, l’auteur nous accompagne dans ce processus de transformation intérieure favorisant le retour à une vision claire. Comment ? À l’aide d’une gamme d’outils alliant les techniques mentales et physiques les plus performantes. À dévorer sans hésiter pendant l’été. 19 € – Éditions Dangles

Je pratique l’accommodation

Cette technique favorise la souplesse de notre cristallin, qui s’amenuise souvent au fil des années. En effet, le cristallin change de forme en fonction de la distance d’où l’on regarde un objet, et nous devons protéger cette facilité d’adaptation.

Voici un exercice à pratiquer régulièrement : Prenez une page de journal avec des titres de toutes grosseurs, et fixez-la au mur à la hauteur des yeux. Asseyezvous à 2 mètres de cette page en prenant avec vous un texte écrit normalement, et placez-le à 40 cm de vos yeux.
Regardez alternativement le texte placé près de vos yeux et celui du mur. L’alternance est fonction de la durée d’accommodation. Dans tous les cas, le texte doit pouvoir être lu, sans trouble. Au fur et à mesure, accélérez les alternances. À faire 50 à 100 fois. À pratiquer si possible quotidiennement pour préserver et entretenir sa vision. Refaites cet exercice en plaçant le texte normal à 15 ou 20 cm de vos yeux. Pratiquez encore 50 à 100 alternances.

livre-gymnastique-oculaireCet exercice est extrait du livre de Lionel Clergeaud : PRÉCIS DE GYMNASTIQUE OCULAIRE.

Dans cet ouvrage, l’auteur confirme sa propre expérience. Tout d’abord, une introduction anatomique vient nous enseigner, de façon pédagogique, le fonctionnement de la vision. À travers un index des différentes affections (conjonctivite, cataracte, névrite optique…) et troubles (astigmatisme, presbytie, myopie…), il prodigue ses conseils de traitements naturels. Après un test pour faire le point sur la santé de nos yeux, l’auteur propose une vingtaine d’exercices pratiques, illustrés et faciles à reproduire.

Éclairés par l’apport des médecines douces (relaxation, réflexologie, massage, acupressure), ces exercices donnent à chacun l’opportunité de prendre une part active dans la préservation et l’amélioration de sa vue. En fin d’ouvrage, deux chapitres sont dédiés aux cas particuliers que sont les enfants ou les personnes âgées.

Un guide indispensable pour ceux qui tiennent à leur vue comme à la prunelle de leurs yeux ! 18 € – Éditions Dangles

J’adopte une alimentation qui me permet d’y voir plus clair !

Ne négligez pas l’alimentation, qui joue un rôle majeur dans la protection de notre vision. Privilégiez les bons nutriments afin d’en retirer tous les bienfaits :

Les sources végétales riches en lutéine et zéanthine : les fruits et légumes jaunes, orange, rouges et vert foncé tels que les choux verts, les épinards, les brocolis ou les poivrons.

Les sources végétales riches en sélénium, telles que la levure de bière, les céréales complètes, les champignons ou les oléagineux.

Les sources végétales riches en zinc, telles que le germe de blé, les oléagineux, le tofu ou les haricots.

Les sources végétales riches en vitamine C, telles que le citron, le kiwi, le melon, les groseilles, les poivrons rouges et verts ou le chou.

Les sources végétales riches en vitamine E, telles que les huiles de germe de blé, d’olive, de carthame ou de sésame.

J’ai du mal à m’endormir et je me réveille souvent !

endormiTrouver le sommeil même lorsque l’on est fatigué n’est pas toujours chose aisée. Les causes peuvent être diverses : une alimentation du soir peu adaptée, un état émotionnel non propice au sommeil, un coucher à des horaires irréguliers…

Profitez de l’été pour reprendre de bonnes habitudes. Voici quelques conseils qui pourront vous aider :

Ne mangez pas en trop grande quantité ni trop tardivement, car la digestion augmente la température corporelle, alors que le sommeil est favorisé par une température basse.

Programmez une petite promenade ou des exercices de relaxation avant de vous coucher.

Dans la mesure du possible, essayez de vous coucher à heure fixe.

Faites le noir avant de vous coucher afin de favoriser au maximum la sécrétion de mélatonine.

Essayez de pratiquer des exercices de méditation, qui augmentent la production interne de mélatonine.

Pensez à adopter une expiration profonde avant le coucher ; cela favorise la détente musculaire et, par là même, le sommeil.

L’aromathérapie au secours de notre sommeil

Bien utilisée, l’aromathérapie peut se révéler très utile dans le soin des troubles du sommeil. Encore faut-il au préalable identifier l’origine du problème.

Lorsque les réveils nocturnes se font systématiquement vers 3 h 00 du matin, il n’est pas rare qu’il faille se tourner vers le foie. Il faudra alors procéder à un rééquilibrage émotionnel en associant des huiles essentielles drainantes et décongestionnantes, comme par exemple le citron ou la livèche. Il est généralement conseillé de prendre une goutte de chacune par voies sublinguales, 2 fois par jour, et ce pendant 3 semaines. Lorsque les insomnies sont dues à un surplus émotionnel, il est nécessaire de rétablir l’équilibre nerveux avec des huiles essentielles appropriées, comme la lavande fine, le petitgrain bigarade ou la camomille romaine. Choisissez l’une de ces huiles (celle qui vous plaira le plus olfactivement) et privilégiez la voie olfactive (il vous suffira pour cela d’ouvrir le flacon et d’humez à 3 reprises successives l’huile essentielle volatile), très efficace pour réharmoniser le système nerveux. L’impact physiologique se fait ressentir directement et instantanément.


J’ai quelques kilos à perdre

Bien souvent, trop stressé par des journées bien chargées où l’équilibre alimentaire n’est pas toujours respecté, il est fréquent que nous n’arrivions pas à perdre les 2 à 5 kilos qui nous gâchent la vie.

Et si vous profitiez de cet été pour adopter le régime microbiotique ? Ce dernier est proposé par le Dr Raphaël Kellman, et est, selon lui, idéal pour rebooster l’organisme et retrouver la ligne. Mais qu’est-ce donc que le microbiote ? C’est un monde en miniature composé de milliards d’organismes microscopiques non humains (microbes et bactéries), présents dans notre intestin. Ils jouent un rôle essentiel et nous aident à extraire les calories de nos aliments, fabriquent des vitamines, agissent en profondeur sur notre métabolisme et influenceraient même notre santé physique, mentale et psychique.

Toujours selon le Dr Kellman, le microbiote serait la clé pour donner un coup d’accélérateur à notre métabolisme et pour perdre du poids. Pour ce faire, il suffit d’éviter les aliments qui nuisent à notre microbiote et manger ceux qui l’entretiennent.

Voici quelques exemples d’aliments à éviter :

Les oeufs et les produits laitiers, le soja, les céréales, les édulcorants artificiels, les mauvaises graisses (acides gras saturés et acides gras trans), les additifs et conservateurs… Entretenir le microbiote libérerait de la faim, des fringales et du sentiment que le métabolisme est tout simplement devenu « incontrôlable ». Il suffirait alors de quelques semaines pour retourner la situation et retrouver un microbiote sain.

Pour en savoir plus, à lire

Quand l’intestin s’en mêle…
livre-quand-l-intestindu Dr Raphaël Kellman

L’auteur a mis au point un régime complet, efficace et vraiment novateur pour entretenir son microbiote, et ainsi :
• Réguler son transit intestinal
• Retrouver son poids de forme et le conserver
• Rebooster son métabolisme et renforcer son système immunitaire
• Restaurer son tonus et déborder d’énergie

15,90 € – Éditions Larousse

Nous vous conseillons également

livre-meilleure-facon-de-mangerLa meilleure façon de manger
d’Angélique Houlbert et Thierry Souccar

Cette nouvelle édition a été entièrement mise à jour, avec encore plus d’illustrations, mais aussi des recettes, des menus, de nouvelles rubriques : comment construire des repas équilibrés, établir ses listes de course, éviter les toxiques… Cet ouvrage donne des repères précis pour mieux manger : aliments à privilégier, conseils pour les choisir et les préparer, fréquence de consommation, taille des portions. Il répond de manière pertinente à la plupart des questions que nous nous posons sur l’alimentation.

22 € – Thierry Souccar Éditions

Guide pour l’homéopathie uniciste
livre-unicistede Mireille et Philippe Peyronnet

Ce livre passionnant est destiné à tous ceux d’entre vous qui désirent consulter en homéopathie uniciste.

Il s’organise en 3 parties : Avant la consultation : pour vous aider à bien la préparer.

Pendant la consultation : cet ouvrage explique dans quel état d’esprit il est souhaitable de vivre la consultation, afin qu’elle soit la plus fructueuse possible. Après la consultation : afin d’optimiser le suivi. Ce dernier est à la fois nécessaire pour évaluer l’effet du remède et passionnant pour appréhender autrement la maladie et l’état de bonne santé.

En fin d’ouvrage, des fiches pratiques synthétisent les pistes exposées pour collecter les signes les plus frappants, personnels, originaux, caractéristiques.

16 € – Éditions quadrifolium

Super food – La Bible
livre-super-foodde Fern Green

Les superaliments sont les nouveaux héros de nos assiettes. L’auteur dévoile ses recettes à base de superaliments pour tous les repas de la journée. Du petit déjeuner au plat principal en passant par les desserts et en-cas, on découvre 66 idées culinaires aussi savoureuses que saines. Afin de tout savoir sur les vertus de ces recettes vitaminées, chaque plat est accompagné d’un encadré présentant leurs bienfaits sur notre santé.

10,90 € – Éditions Marabout

Quinoa, orge & cie – La Bible
livre-quinoade Molly Brown

Pendant longtemps, les céréales, légumineuses, légumes secs et autres graines ont souffert d’une mauvaise image. L’auteur redonne du pep à ces aliments à travers 66 recettes équilibrées et gourmandes. Un livre très bien fait pour tout savoir sur les différents types de céréales, graines et légumineuses, grâce à une présentation pratique et très joliment illustrée.

10,90 € – Éditions Marabout

Huiles essentielles antivirales
livre-huiles-essentiellesdu Dr Jean-Pierre Willem

L’attaque des virus, des bactéries, des champignons et autres parasites qui envahissent les organismes humains provoque des maladies infectieuses et contagieuses. Le rhume, la grippe, la varicelle, le zona, l’herpès, les hépatites, la mononucléose infectieuse… Au travers de cet ouvrage, le docteur Jean-Pierre Willem nous propose avec brio la présentation complète des huiles essentielles capables de neutraliser les virus et autres agents pathogènes, ainsi que leur mode d’utilisation pour les adultes et les enfants. Un auteur renommé dans les médecines naturelles et spécialisé dans les huiles essentielles par une pratique de terrain depuis 50 ans ne pouvait donner naissance qu’à un livre passionnant.

20 € – Éditions Guy Trédaniel

Cristaux et quantique – Découvrir l’énergie quantique par les pierres
livre-cristauxde Daniel Briez

Cet ouvrage met en évidence le lien qui existe entre les cristaux et les thérapies quantiques. Il présente de manière complète et détaillée les principaux cristaux, ainsi que leur utilisation pour accéder à différents états de conscience. Rédigé comme un « mode d’emploi » du quantique, facile à lire, concret et magnifiquement illustré, ce livre constitue un véritable guide pour celui qui souhaite comprendre la nature quantique de l’être, l’appliquer aux cristaux d’une façon concrète et introduire une dimension quantique dans sa vie quotidienne.

22 € – Éditions Guy Trédaniel


Les fleurs de Bach pour s’accomplir ou réaliser ses envies en deux mois !

Prendre du recul pendant les deux mois d’été ne veut pas dire ne pas travailler sur soi et sur des déséquilibres à régler. Cette période est justement salutaire pour avancer et mettre en place un programme pertinent visant à valoriser son ego. Là encore, les fleurs de Bach sont là pour vous…

Rock Water : la fleur de la flexibilité, pour se donner du temps et être plus gentil avec soimême, surtout l’été quand le corps a besoin de souffler, et ne pas s’imposer une rigueur implacable !

TournesolPine : pour s’accepter tel que l’on est et ne pas se culpabiliser si les choses que l’on voudrait parfaites ne le sont pas tout à fait : la Fleur de l’acceptation de soi ! Débloque le chakra du plexus solaire et aide la décontraction.

Tournesol : élixir floral qui aide à exprimer harmonieusement sa nature solaire et sa brillance ou aide à la mettre en avant. Belle Fleur qui se tourne vers le soleil et suit son arrondi au fil des heures qui passent…

White Chestnut : la Fleur des Pensées, qui évite de ruminer et ressasser sans cesse. Elle aide à lâcher prise sur nos conflits intériorisés et à s’endormir ou se ré-endormir si un petit vélo envahissant nous taraude la nuit !

En conclusion, ne mettez pas la barre trop haut ; le temps des vacances d’été, nous ne savons plus ralentir et ne savons plus contempler… Donnons-nous le temps de nous brancher à notre for intérieur et à l’univers, cela vaut toutes les disciplines qui soient… pour recharger les batteries, regarder l’horizon de la mer ou l’océan, vivre un coucher de soleil, un lever du jour, marcher en montagne dans la nature, écouter les oiseaux… regarder le geste d’une fleur pour la comprendre… pour se comprendre… c’est mieux, non ?

Isabelle Bourdeau Conseillère de Bach – sur RDV. L’Apogée de soi – T. 06 814 614 86 www.lapogeedesoi.fr


Rubrik' à Trucs

Spécial voyages

flaconPour survoler le décalage horaire !

Il n’est pas toujours aisé de voyager d’est en ouest. La fatigue et les troubles du sommeil qui en découlent bien souvent sont peu agréables. Pensez à l’aromathérapie, qui pourra vous aider à mieux gérer le jet lag (décalage horaire). Pour ce faire, préparez un roll-on de 10 ml en mélangeant 5 ml d’huile végétale d’abricot avec 2,5 ml d’huile essentielle de camomille romaine et 2,5 ml d’huile essentielle de basilic tropical. Passez une fois la bille du roll-on à l’intérieur des poignets et respirez profondément (4 fois par jour).

Jamais sans ma menthe

mentheL’huile essentielle de menthe poivrée est une incontournable des vacances et, surtout, des transports. Elle se révèle particulièrement efficace en cas de mal de mer, nausées dans le train ou en voiture. Il suffit d’une trace sur la langue pour que tout le haut du tube digestif se libère. Elle aiguise par ailleurs la vigilance et pourra par conséquent être diffusée dans une voiture pour maintenir le conducteur éveillé (attention, toutefois, qu’il n’y ait pas de femme enceinte ou de bébé à bord). Et ce n’est pas fini… Elle possède également de remarquables propriétés antalgiques. Ainsi, il suffira d’une goutte sur une entorse ou une zone contusionnée pour que son effet réfrigérant neutralise instantanément la douleur. ATTENTION : cette huile essentielle est contre-indiquée chez la femme enceinte, allaitante et l’enfant de moins de 6 ans, et en application cutanée étendue. Ne pas en appliquer plus de 2 gouttes sur la peau.

J’ai attrapé un coup de soleil…

flacon2Même avec une protection rapprochée, nous ne sommes pas à l’abri d’un coup de soleil. Pour soulager l’érythème solaire, mieux vaut s’entourer pendant l’été des meilleurs alliés phyto. C’est notamment le cas du macérât de millepertuis, que nous vous conseillons fortement d’avoir dans votre valise. Traditionnellement, les petites fleurs jaunes qui apparaissent au début de l’été (d’où son surnom d’herbe de la Saint-Jean) sont mises à macérer dans de l’huile d’olive pour en extraire ses principes actifs. Ainsi, on y retrouve l’hypéricine et ses dérivés, qui lui donnent sa couleur rouge caractéristique et ses formidables propriétés anti-inflammatoires. On retrouve également l’hyperforine et une huile essentielle qui viennent renforcer son activité bienfaitrice. Appliqué sur la peau, ce macérât fera merveille en soin réparateur et apaisant après-soleil. Et si vous n’en avez pas sous la main, de l’aloe vera, du vinaigre de cidre ou du yaourt pourront également vous soulager.

La cannelle pour vaincre la turista !

cannelleEn voyage, il est fréquent que le changement d’alimentation provoque des troubles du transit. La turista, qui est une infection digestive souvent d’origine bactérienne, se traduit par des selles liquides associées à des douleurs intestinales, voire des nausées et des vomissements.
Pensez toujours à emporter avec vous un flacon d’huile essentielle de cannelle écorce, qui vous sera fortement utile en cas de turista. Cette dernière fait le ménage au niveau de la flore intestinale et chasse les bactéries indésirables (et même les virus) d’une manière radicale et respectueuse des autres souches bactériennes favorables. Il est conseillé de prendre 2 gouttes sur un peu de mie de pain fraîche, refermer et bien rouler, puis d’avaler la boulette au cours du repas avec un peu d’eau. À répéter 2 à 4 fois par jour.
Précaution d’emploi : cette huile essentielle étant fortement dermocaustique (irritante pour la peau et les muqueuses) et piquante, il est déconseillé de la mettre directement en bouche.


Côté Bien-être

Nous savons tous combien notre bien-être est une denrée précieuse que nous devons développer et faire fructifier au fil de l’année. Mais il est souvent plus facile de le dire que de le faire. C’est pourquoi, mieux vaut mettre à profit ces deux mois estivaux pour accéder à de nouvelles clés de bien-être et arriver sereinement en septembre, fin prêt à affronter le tumulte de la rentrée, en continuant à appliquer les enseignements salvateurs de l’été.

Je n’aime pas le sport

sportVous aimeriez faire une activité sportive, mais vous pensez que le sport « ce n’est pas fait pour moi » ? Généralement, ce sentiment peut être lié à des complexes physiques (je ne suis pas bien dans mon corps, donc pas simple de le mettre en mouvement et de me montrer devant les autres en tenue de sport) et à une sous-estimation de sa faculté de résistance face aux efforts physiques.

La première chose à faire est donc de reconsidérer cette perception du sport en général. Dites-vous :
1- Qu’il y a forcément un sport qui est fait pour vous.
2- Que le plus dur est de commencer et que, bien souvent après coup, on se dit : « Pourquoi n’ai-je pas commencé plus tôt ? »
3- Que la satisfaction qui résulte de la pratique d’un sport est à la hauteur de l’effort fourni.

La pratique d’un sport engendre la production d’endorphines, les fameuses hormones du bonheur. On recommande d’ailleurs aux personnes qui ne se sentent pas bien dans leur peau de faire régulièrement du sport à raison d’une séance d’au moins 30 minutes par jour. La synthèse d’endorphines qui en résulte aide à adoucir les émotions et les sensations négatives au profit d’une impression de bien-être.
Que diriez-vous de reconsidérer les choses et de tirer avantage de ces deux mois de douceur estivale pour mettre votre corps en mouvement et flirter avec les sensations enivrantes et bienfaisantes procurées par le sport ?

Voici quelques idées…

Le canoë
Cette activité physique est l’occasion d’allier le charme d’une randonnée et le plaisir de faire du sport.
Pour qui ? Les amoureux de l’eau et de la nature.

L’escalade
Une activité qui permet d’associer les sensations fortes, une certaine idée de la liberté, le calme, la maîtrise de soi, le contact avec la nature…
Pour qui ? Les téméraires.

La plongée sous-marine
Une activité grisante pour tous ceux qui sont attirés par les profondeurs de l’océan. L’été est bien évidemment le moment idéal pour faire un baptême de plongée.
Pour qui ? Les amoureux du Grand Bleu.

Le tir à l’arc
Cette activité fait travailler de nombreuses parties du corps, à commencer par le haut au moment de la tension de l’arc. Le dos, les épaules, les bras et même les abdos sont mis à contribution.
Pour qui ? Les robins des bois dans l’âme.

Le kitesurf
Ce sport de glisse consiste à surfer sur une planche tout en étant tracté par un cerf-volant qui se gonfle avec le vent. Plus les bourrasques sont fortes et plus vous allez vite.
Pour qui ? Les plus « aériens ».

Le VTT
C’est une activité très agréable à pratiquer en France, compte tenu des centaines de chemins balisés à travers toute la France. Ce sport fait travailler les cuisses et les mollets, en même temps que l’endurance.
Pour qui ? Les plus casse-cou.

Je ne sais pas méditer !

Nous sommes nombreux à croire aux bienfaits de la méditation, mais nous hésitons souvent à nous lancer, pensant que nous ne sommes pas aptes, pas prêts ou pas compétents. Or, méditer est, instinctivement, à la portée de tous. Méditer est un moyen d’atteindre des niveaux de conscience que les préoccupations, les habitudes et le tumulte de la vie quotidienne nous cachent. La méditation ouvre à la vision claire, libère des assauts parasites qui nous empêchent de trouver la sérénité ; elle rend léger, libre et joyeux. Bref, elle aide à nous réaliser.

Comment procéder simplement ?
Pour les plus sceptiques d’entre vous, sachez qu’il suffit de 5 minutes par jour pour pratiquer la méditation et favoriser ainsi la réduction du stress et la concentration. Asseyez-vous confortablement dans un endroit calme, par terre sur un coussin ou sur une chaise. Fermez les yeux et prenez quelques respirations profondes, ressentez l’air lorsqu’il entre dans vos narines, remplit votre poitrine et votre ventre et lorsqu’il ressort. Ensuite, la seule chose que vous aurez à faire sera de laisser votre attention suivre le rythme naturel de votre souffle. Ne culpabilisez pas si votre esprit se met à vagabonder et revenez progressivement à cet état de conscience de votre respiration. En consacrant 5 minutes par jour à cet exercice, nul doute que vous arriverez très vite à être capable de mettre en pratique la méditation en pleine conscience, et ce n’importe où et dans n’importe quelle situation.

Retenez qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise manière de pratiquer, mais juste celle qui vous permettra de vous libérer du stress et des tensions profondes. N’attendez par ailleurs rien de précis de la méditation, car c’est la meilleure façon d’engendrer des émotions qui ne feraient que vous bloquer ou vous distraire. Enfin, n’ayez pas peur de vous retrouver seul avec vous-même ; vous n’avez rien à perdre mais tout à gagner.

Profitez de l’été pour vous lancer dans la pratique de la méditation, ce qui vous aidera ensuite à être beaucoup plus à l’aise pour la mettre en oeuvre simplement dans votre quotidien, à la maison ou au travail.

livre-mediterComme l’indique Philippe Roch dans son livre MÉDITER DANS LA NATURE, « la nature est un milieu privilégié et enthousiasmant pour pratiquer la méditation. Nous évoluons avec elle, dans une dialectique féconde, mais notre rationalité essaie de nous hisser en dehors ou au-dessus de la nature. Dans la méditation, la nature nous accueille, nous inspire et nous offre sa beauté, sa générosité, son calme et son assurance. »

Son ouvrage présente diverses situations propices et des exercices pour entrer en méditation dans la nature. Il accompagne pour faciliter les premiers pas de méditant dans un cadre extérieur. Il propose à chacun de trouver ses propres repères pour continuer librement et déceler en soi des réponses personnelles, profondes et salutaires à tous les défis de la vie. Une très belle lecture pour vos vacances…

14,90 € – Éditions Jouvence

Astuce aromatique pour vous aider dans la méditation

L’aromathérapie pourra vous donner un coup de pouce pour faciliter la préparation et le déroulement de la méditation. À titre d’exemple, l’hydrolat d’encens peut être vaporisé, puis massé au niveau du plexus solaire, et l’huile essentielle de santal amyris pourra être diffusée (une dizaine de gouttes dans un diffuseur électrique) ou encore 1 goutte de cette huile essentielle déposée à l’intérieur des poignets sera à respirer profondément 4 fois par jour.

Je ne profite pas assez du moment présent !

Santoka (poète japonais) disait : « La sagesse est de voir le nouveau dans l’ordinaire, en s’accommodant du monde, tel qu’il est. Il y a des trésors cachés dans l’instant présent. »

Notre époque ultra-connectée conduit bien souvent notre esprit à vagabonder, c’est-à-dire à être ailleurs que dans « l’ici et maintenant ». Dans une étude récente réalisée à l’Université de Harvard, des chercheurs ont mis en évidence que c’est davantage le fait d’être présent (ou pas) à l’activité que sa nature (agréable ou pas) qui influe sur notre niveau de bonheur. Ils ont finalement conclu que le vagabondage mental serait une cause et non une conséquence de notre mal-être. Or, se connecter au moment présent, c’est prendre conscience que le seul moment que nous vivons vraiment, c’est maintenant, et qu’il est dès lors positif de s’entraîner à le savourer, instant après instant. Comment y parvenir ? En faisant preuve d’une grande attention afin de la porter sur le moment présent, en cultivant la patience et la pleine conscience, en prenant une juste distance vis-à-vis de ses pensées, en faisant preuve de bienveillance envers nous-même et les autres.

A lire

livre-10-vertus10 vertus pour cultiver son jardin intérieur

À l’occasion des 25 ans des Éditions Jouvence, 10 auteurs renommés s’expriment sur la vertu qui leur semble essentielle (l’humour, la joie de l’être, la pureté de coeur, vivre le moment présent, l’intégrité, la bienveillance, l’humilité, s’accorder le cadeau du pardon, la générosité, le lâcher-prise). Et belle initiative, chaque auteur a choisi une association à laquelle Jouvence a fait un don conséquent (au nom de l’auteur) pour développer et renforcer ses activités.

19 € – Éditions Jouvence


Dossier : Les bienfaits de la câlinothérapie

Interview de Céline Rivière, auteur du livre La câlinothérapie

Celine-Riviere

Céline Rivière

calinsQuelques mots sur vous et votre parcours ?

Un parcours universitaire classique suivi d’un diplôme de neuropsychologie. avec les personnes âgées, que ce soit à l’hôpital, en maison de retraite ou en centre Alzheimer et, aujourd’hui, j’exerce en libéral auprès d’un public essentiellement d’adultes.

Qu’est-ce qui vous a poussée à écrire cet ouvrage ?

J’ai pu me rendre compte, lors de mes consultations, à quel point les personnes que je recevais souffraient d’un manque affectif profond. Peu de toucher, encore moins de câlins, et on en arrive rapidement à la conclusion : je ne suis pas aimé(e) et je ne mérite pas de l’être. Or, comme le câlin est en lien avec beaucoup d’émotions liées à l’attachement, il m’a semblé important de lui redonner ses lettres de noblesse. Revenir à la simplicité et à l’essentiel est un chemin qui me paraît aujourd’hui nécessaire.

Selon vous, le câlin tient-il la place qu’il mérite dans notre société ? Pourquoi ?

Justement, je pense que notre société est en manque de contacts vrais. À force de se barricader, par peur, on en a perdu ce qui nous relie à l’autre. Se toucher et se câliner est un acte naturel, un merveilleux témoignage d’amitié et d’amour. On le voit bien chez les animaux, pour lesquels c’est instinctif. Il mériterait une place plus importante, nous y gagnerions en harmonie.

Pourquoi le toucher est-il devenu l’un de nos sens les moins utilisés ?

C’est vrai que l’on a presque tendance à oublier que le toucher est un de nos sens et c’est d’ailleurs celui que la plupart d’entre nous citent en dernier. Pourtant, il est le premier de nos sens, dans le contact peau à peau lorsque le bébé est posé sur le ventre de sa mère, après l’accouchement. Les premiers liens de l’attachement se créent dans le contact des corps, là où naissent nos premières émotions. On utilise à outrance nos autres sens et on en oublie la subtilité et la sécurité du toucher lorsque l’on grandit. Pourtant, on voit aujourd’hui fleurir les salons de massages, qui témoignent d’un regain d’intérêt pour le toucher.

livre-calinotherapieLe câlin ferait-il peur ? Pourquoi ?

Oui, il peut faire peur lorsque les tout premiers échanges n’ont pas apporté la sécurité nécessaire. Une maman anxieuse va transmettre, en même temps que le toucher, son stress à son enfant. Le tout-petit va le sentir et l’apprendre. Par la suite, il retiendra que le toucher est anxiogène et l’évitera ; se créera alors une peur. Par ailleurs, des agressions peuvent aussi perturber le toucher et, par extension, le câlin.

Votre ouvrage s’intitule La câlinothérapie. Dans quelle mesure le câlin peut-il être considéré comme une thérapie ?

Le principe de la thérapie est de soulager les symptômes ; le câlin apporte un confort et des bienfaits que bien d’autres thérapies ou médicaments ne créent pas ! De plus, il est sans effets secondaires et chacun peut réguler ses besoins. Il est thérapeutique aussi dans la mesure où les câlins agissent directement sur notre système immunitaire.

Quels bienfaits procurent-t-ils ?

Ils sont nombreux.
Tout d’abord, ils amènent calme, sérénité et apaisement, ce dont nous avons tous tellement besoin dans une société où tout va de plus en plus vite. Ils sont un anti-stress naturel et, lorsque l’on connaît les innombrables méfaits du stress sur la santé, ils sont un atout indéniable.
Ensuite, ils boostent l’estime et la confiance en soi, notamment chez les enfants et, de ce fait, favoriseraient l’apprentissage.
Enfin, ils stimulent le système immunitaire, ce que prouvent de nombreuses études : un corps câliné tombe moins souvent malade.
Et n’oublions pas l’essentiel : ils sont un témoignage non verbal d’amour, d’ouverture et de bienveillance dans le partage.

Qu’est-ce que l’ocytocine et en quoi cette hormone joue-t-elle un rôle majeur lors du câlin ?

Tour à tour appelée l’hormone du bonheur, le cupidon du cerveau ou encore le nectar de guérison, elle renvoie au plaisir et au bien-être. Elle est historiquement connue pour être libérée lors de l’allaitement. On sait aujourd’hui que tous les mammifères, mâles et femelles, en produisent et qu’elle intervient lors de moments agréables, de massages ou encore au cours de séances de méditation. Elle augmente lorsque nous nous câlinons et impacte directement notre capacité à nous attacher et à aimer. De récentes études montrent une corrélation entre la durée des relations et le taux d’ocytocine chez les couples.

Comment pouvons-nous concrètement réintroduire le câlin dans notre vie quotidienne ?

On peut commencer tout simplement par en parler, puis réintroduire peu à peu le contact physique, en se touchant les mains par exemple. Et se laisser aller à notre instinct naturel, dans le lâcher-prise, être à l’écoute de ce qui peut nous faire du bien et qui fait du bien à l’autre. Le câlin, c’est plus simple avec les enfants ou encore avec les amis, avec des personnes de confiance. Et, petit à petit, on se sent mieux, simplement.

Je vous invite à lire l’ouvrage de Céline Rivière, La Câlinothérapie
Une prescription pour le bonheur
. Aux éditions Michalon – 17 €

Deux soins de la ruche pour un été au zénith

Pionnier de l’apiculture biologique et expert en apithérapie, Ballot Flurin est engagé depuis 1977 dans la production de préparations santé et beauté respectueuses de la nature. Fondatrice de l’Apiculture Douce®, la marque perpétue depuis plus de 35 ans une fabrication artisanale dans sa miellerie des Pyrénées et veille jour après jour au bien-être des abeilles, dont elle prend le plus grand soin.

Parmi les nombreux produits développés, deux d’entre eux sont tout spécialement recommandés pour l’été :
On trouve tout d’abord la pommade de secours, un soin réparateur et protecteur particulièrement riche en propolis noire et miel de tilleul. Véritable pansement pour les peaux agressées et spécifiquement adaptée au visage et au corps, cette pommade protège, apaise et hydrate les peaux fragilisées par des expositions au vent, à la chaleur, à la pollution, à la climatisation ou aux frottements. « Couteau suisse » de l’apithérapie, ce baume est un indispensable de votre trousse de secours.

Le rituel beauté :
– En prévention : appliquer pendant 1 semaine 1 dose de pommade 2 fois par jour sur la zone concernée, masser jusqu’à complète pénétration avec des mouvements circulaires légers. – En curatif : masser jusqu’à complète pénétration avec 1 dose de pommade. Afin de prévenir la réapparition des rougeurs, poursuivre l’application 1 fois par jour pendant 1 semaine.

On trouve également le shampooing-douche de la ruche, naturellement très doux et purifiant, qui assainit, revigore les cheveux et nettoie la peau en douceur. Conçu pour une hygiène renforcée et formulé avec de l’extrait concentré de propolis noire biologique des Pyrénées (1 %), il est le parfait allié pour faire face aux petits désagréments de l’été (notamment transpiration excessive et jambes lourdes). Son action purifiante le rend par ailleurs particulièrement efficace pour l’hygiène intime, les peaux juvéniles, les cheveux mixtes à gras et les pellicules. Convient à tout type de peaux et de cheveux. Sa mousse fine, agréable et subtile sera également très appréciée pour le bain.

Le rituel beauté :

Lave et mousse bien. Facile à rincer. Usage fréquent. Pour une utilisation efficace et économique de votre shampooing et de l’eau de douche, mouillez la peau et les cheveux, coupez l’eau et appliquez ensuite une petite noisette de shampooing-douche.
Massez doucement et fermement, puis rincez en vous détendant.

Pour en savoir plus : www.ballot-flurin.com

éco livres

Philosophie du coquelicot – Prendre soin de soi pour prendre soin de l’autre
livre-coquelicotde Rosette Poletti et Barbara Dobbs

Dans cet ouvrage, les auteurs proposent de cheminer sur la voie du coquelicot et de découvrir l’importance de prendre soin de soi pour aller vers l’autre, confiant, fort, à l’écoute, avec des yeux et un esprit ouverts, prêt à donner et à recevoir pour la merveilleuse expérience du partage et de l’aide. « Dans les étapes qui conduisent à l’apprentissage de la méditation, on enseigne à imiter le coquelicot, cette fleur si fugace et vulnérable, qui sait si bien se tourner vers la lumière. » Un très joli livre à lire comme un roman pendant l’été.

11,90 € – Éditions Jouvence

Le petit livre des symboles
livre-symbolesde Christine Barrely

Pourquoi l’abeille est-elle un emblème de l’éloquence ? Comment l’agneau est-il devenu le symbole de Jésus ? Qu’évoque la coquille de l’escargot ? Que symbolise la main ? Depuis quand la pomme est-elle l’image du péché ? Pourquoi le rouge représente-t-il la passion ? En quoi le lierre figure-t- il l’amitié ? Quelle est la signification du saphir ? Pourquoi le jaune est-il la couleur des traîtres ? En quoi le cyprès évoque-t-il la mort ?

Ce petit album illustré de belles images d’antan explique simplement 80 symboles ésotériques, magiques ou mystiques. Un vrai moment de plaisir à partager à plusieurs…

14,95 € – Éditions du Chêne

Gérer son stress
livre-stressde Terry Looker et Olga Gregson

Inutile d’attendre la rentrée pour apprendre à gérer votre stress… Cet été, lisez utile grâce à ce véritable guide de l’anti-stress, qui nous indique comment :
• reconnaître les signes du stress,
• comprendre ses mécanismes physiologiques et son influence sur la santé,
• utiliser au mieux les stratégies de gestion du stress afin d’en diminuer le niveau,
• exécuter des exercices simples et efficaces,
• retrouver vie saine et bien-être intérieur.

6,90 € – Larousse Poche

Orahé : La méthode Estelle Lefébure
livre-orahed’Estelle Lefébure et Sophie Rouanet

Être, manger, bouger sont 3 axes essentiels pour se recentrer. Dans cet ouvrage, Estelle Lefébure partage sa méthode pour se sentir bien en se faisant plaisir. Une méthode illustrée, accessible à tous, qui repose sur des principes simples. Des astuces bien-être pour toutes les circonstances de la vie : gérer le stress, mieux dormir, lâcher prise… Mais aussi des secrets de beauté. Des recettes originales et gourmandes, sans gluten, élaborées avec l’aide d’un nutritionniste… Également des focus sur des superaliments aux pouvoirs bénéfiques. De nombreux conseils et exercices pour se sentir en harmonie avec son corps : natation, yoga, pilates, paddle, marche rapide… Et, ce qui ne gâche rien, de très belles photos réalisées par Olivier Borde et Aline Gérard. À lire en vacances pour amorcer les clés d’une rentrée en beauté.

18 € – Éditions Flammarion

Le massage des pieds
livre-massage-des-piedsde Renée Tanner

Nos pieds sont extrêmement sollicités au quotidien durant l’année : le piétinement, les chaussures mal ajustées, les voyages, le sport… les mettent à rude épreuve. Au travers de cet ouvrage, vous apprendrez les techniques de base pour un auto-massage efficace, sous les conseils de Renée Tanner, l’une des plus grandes spécialistes en réflexologie plantaire. Des prescriptions pour prévenir les affections courantes : de l’utilisation des points de pression à l’aromathérapie, des conseils précis pour soulager migraines, arthrite, insomnies ou simplement avoir de jolis pieds.

13,50 € – Éditions La Plage

Je danse donc j’existe – Le grand boom de la danse-thérapie
livre-je-dansede Catherine Maillard

Des milliers de femmes et d’hommes se retrouvent régulièrement sur le parquet de salles de danse, pas seulement pour exprimer leur vitalité en musique, s’amuser ou se séduire, mais aussi pour rejeter des siècles de frustrations, de tabous et de névroses. Se soigner et s’épanouir en dansant, imagine-t-on une thérapie plus exaltante ?
Pour nous présenter la danse-thérapie, mélange singulier d’exultation corporelle, d’improvisation rythmée et de psychanalyse de groupe, Catherine Maillard a interrogé 5 écoles : la Danse des cinq Rythmes de Gabrielle Roth, le Life Art Process d’Anna Halprin, la Biodanza de Rolando Toro, la danse biodynamique de Rafael Baile, la danse médecine de Susannah et Ya’Acov Darling Khan.

17 € – Éditions Albin Michel


Côté Beauté

beaute2Pendant l’été, le soleil joue les trompe-l’oeil et nous avons souvent l’impression d’être plus jolie qu’habituellement. Baignés de lumière, nos cheveux nous paraissent plus lumineux, notre peau qui se couvre de nuances couleur caramel a un aspect plus éclatant, nos imperfections, asséchées par le soleil, semblent s’effacer comme par magie. Mais, malheureusement, ces impressions ne sont souvent qu’une façade ; notre peau et nos cheveux demeurent, malgré tout, fragilisés par la fatigue et le stress accumulés pendant l’année. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les UV de l’été, le sel de mer et le vent n’arrangent rien. Si nous ne profitons pas de l’été pour prendre notre beauté en main, quand le ferons-nous ? Chouchoutez-vous et servez-vous de la palette infinie de bienfaits que nous offre la nature pour venir à bout de vos petits soucis de beauté.

J’ai des petits boutons

Si vous êtes sujette aux petits boutons, mieux vaut leur « faire la peau » pendant l’été plutôt qu’à la rentrée, via des soins naturels appropriés.

Les boutons d’acné sont généralement dus à une inflammation de la glande sébacée causée par une bactérie qui se développe sous l’influence du stress, des hormones ou de la fatigue. Afin de retrouver une peau lisse et saine, il est donc vivement conseillé de :

1- Favorisez le désengorgement des pores par des exfoliations ciblées et douces, au maximum une fois par semaine. L’agressivité n’est vraiment pas conseillée car elle ne fait que commander à la peau de produire davantage de sébum et donc ne résout rien ! Vous pourrez alterner avec l’application de masques purifiants.

Recette express : Dans un bol, mélangez l’équivalent d’1 c. à s. d’argile Montmorillonite avec 4 c. à s. d’hydrolat d’achillée millefeuille (ne pas utiliser de métal mais une cuillère en bois ou en porcelaine), jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène. Ajoutez 1 goutte d’huile essentielle de fragonia et mélangez à nouveau. Appliquez sur l’ensemble du visage et laissez poser 10 à 15 minutes. Rincez à l’eau claire.

2- Limitez la prolifération des bactéries via une lotion purifiante. Les hydrolats suivants sont tout particulièrement recommandés : achillée millefeuille, hamamélis, laurier noble, lavande fine, lédon du Groënland, litsée citronnée.

Choisissez-en une dont le parfum vous plaise et appliquez-la matin et soir sur une peau bien propre à l’aide d’un coton, comme vous le feriez pour une lotion purifiante.

3- Équilibrez la sécrétion du sébum via notamment des huiles végétales séborégulatrices. Eh oui, il ne faut pas oublier d’avoir recours aux acides gras appropriés pour ne pas donner l’envie à la peau d’en produire plus (tout n’étant dans la vie qu’une question d’équilibre, même dans ce domaine !). Voici quelques exemples d’huiles végétales que vous pourrez utiliser : jojoba, noisette, macadamia, sésame, melon d’eau du Kalahari…

Pense-bête : ne vous amusez jamais à percer, gratter un bouton ou extraire un point noir. Si, malgré tout, la tentation est plus forte, appliquez immédiatement 1 goutte d’huile essentielle désinfectante pure sur la zone (fragonia, manuka, palmarosa, tea tree).

D’autres précieux alliés au naturel

miel1- Le miel
Il possède des vertus désinfectantes et cicatrisantes remarquables. Privilégiez un miel de thym, de lavande ou de romarin.

Recette express : Dans un bol, mélangez l’équivalent d’1 c. à c. de miel de romarin avec 2 gouttes d’huile essentielle de manuka. Appliquez cette préparation de manière locale sur les boutons, laissez poser 20 mn, puis rincez à l’eau citronnée.

cresson2- Le cresson
Aussi surprenant que cela puisse paraître, le cresson, c’est bon pour se débarrasser des boutons !

Recette express : Passez à l’extracteur de jus 2 belles bottes de cresson afin d’en recueillir le jus. Transvasez ce dernier dans une bouteille en verre. Utilisez-le en lotion pour faire disparaître les imperfections cutanées. À conserver 2 à 3 jours au réfrigérateur.

tomate3- La tomate
Riche en vitamines A, B et C, elle possède des propriétés désinfectantes, astringentes et adoucissantes.

Recette express : Ébouillantez une tomate, puis épluchez-la et, enfin, épépinez-la. Mixez ensuite la chair et déposez-la dans un bol. Ajoutez une 1 c. à s. de jus de citron, 1 c. à s. de yaourt nature et 1 c. à s. d’argile verte Montmorillonite. Mélangez le tout jusqu’à l’obtention d’une préparation lisse et homogène. Appliquez sur le visage en couche épaisse et laissez agir ¼ d’heure avant de rincer à l’eau citronnée.


Mes cheveux sont secs

cheveuxSi vous avez tendance à avoir les cheveux secs pendant l’année, peu de chance malheureusement que les choses s’arrangent avec l’été. En effet, les baignades répétées en mer ou en piscine, la chaleur et le vent, le soleil à son zénith ont tendance à dessécher et à ternir les cheveux… Le sébum ne peut plus circuler correctement le long de ceux-ci. Ils perdent en élasticité et deviennent ternes, cassants, fourchus. Pour leur redonner santé et beauté, il faut lisser les écailles, nourrir et gainer les cheveux, tout en régulant la production de sébum.

Voici quelques conseils afin que votre crinière ne vire en botte de paille :

– Adoptez une alimentation équilibrée.

– Lavez vos cheveux 1 fois par semaine avec un shampooing doux et riche, en massant longuement le cuir chevelu afin de stimuler la circulation sanguine et la production de sébum. N’hésitez pas à réaliser un gommage du cuir chevelu avec, par exemple, du sel fin.

– 2 à 3 fois par semaine, faites-vous des masques capillaires avec des beurres ou des huiles adaptés (laissez poser 20 minutes minimum dans une serviette chaude et rincez avec un shampooing doux).

Exemples de beurres végétaux nourrissants : karité, murumuru, mangue, karité Nilotica.

Exemples d’huiles végétales adaptées : avocat, sapote, coco, pracaxi, ricin, piqui, bourrache, yangu.

Rituel de beauté : utilisez en application directe sur les longueurs desséchées en masque avant le shampooing, ou intégrez-les à vos recettes cosmétiques.

Exemples d’huiles essentielles adaptées : ylang-ylang et géranium.

Rituel de beauté : ajoutez 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle de votre choix à une noix de shampooing ou à une base de shampooing neutre.

– À la plage, pensez à protégez vos cheveux. Si nous avons dorénavant le réflexe de bien préserver notre peau des rayons UV, il n’en est pas toujours de même pour nos cheveux. Même s’il est tentant de laisser le soleil les éclaircir, les conséquences sont souvent désastreuses par la suite. Par conséquent, il est vivement recommandé de les enduire d’une huile végétale photoprotectrice, comme le sésame ou le karanja.

Cette dernière a la particularité d’être très riche en certains flavonoïdes, et notamment en pongamol, qui a la faculté d’absorber une partie des UV. Ses propriétés photoprotectrices vous permettront d’épargner durablement vos cheveux.

Recette express : Huile protectrice cheveux sous le soleil

Dans un bol, mélangez 100 ml d’huile végétale de karanja avec 10 ml d’huile végétale de sésame et 30 gouttes d’une fragrance cosmétique naturelle de votre choix (facultatif). Appliquez sur l’ensemble de la chevelure juste avant d’arriver à la plage ou la piscine.

Mes poils repoussent trop vite

Bien évidemment, la repousse des poils varie énormément selon votre méthode d’épilation. Mais si malgré une épilation à la cire, vous avez le sentiment que vos poils repoussent trop vite, sachez qu’il existe des solutions au naturel pour retarder leur repousse.

Tout d’abord, pensez à réaliser un gommage 1 fois par semaine qui débarrassera la peau des cellules mortes et évitera ainsi l’apparition de poils incarnés. La repousse du poil sera plus lente et de meilleure qualité.

Vous pourrez par ailleurs passer un citron, préalablement coupé, sur la zone épilée.

Enfin, nous vous conseillons d’appliquer tous les soirs de l’huile de souchet sur les zones épilées.

Le saviez-vous ? Très cultivée aujourd’hui en Espagne dans la région de Valence, le souchet est intégré dans la préparation d’une boisson traditionnelle espagnole, la horchata de chufa ou lait de souchet. Au Maghreb, cette huile est très utilisée pour ses propriétés cosmétiques et, notamment, comme actif anti-repousse poil.

Je transpire beaucoup

transpireLorsque l’on parle de problématiques liées à la transpiration, on évoque généralement soit l’odeur trop prononcée, liée à la décomposition de la sueur par des bactéries, soit à la quantité de sueur trop importante ; on parle alors d’hyperhidrose. C’est sur cette deuxième problématique que je souhaite m’attarder. Transpirez trop est souvent très handicapant dans la vie quotidienne. Cela nous oblige à porter des couleurs sombres afin de ne pas avoir de grandes auréoles sous les bras qui nous trahissent au moindre geste et, bien évidemment, cela engendre un stress supplémentaire, dont nous nous passerions volontiers. S’il n’existe malheureusement pas de solution 100 % efficace, hormis l’ablation des glandes sudoripares, des alliés au naturel peuvent, grâce à leurs propriétés astringentes, aider à réguler la production de sueur.

En voici quelques exemples :

Les eaux aromatiques de pamplemousse bio ou de citron bio ; les hydrolats de menthe, d’hamamélis ou laurier noble ; les huiles essentielles de géranium, ciste, sauge sclarée, cyprès, menthe ; la glycérine végétale, grâce à son formidable pouvoir humectant (qui retient l’eau dans la peau) ; la pierre d’alun sous forme de stick ou de poudre, minerai d’origine naturelle réputé pour ses propriétés astringente et antibactérienne.

Recette de déodorant régulateur
Une touche de fraîcheur

Pour être frais ou fraîche en toutes circonstances, mieux vaut prévoir un déodorant efficace sur lequel on peut compter. Le plus simple est encore de le faire soi-même !

? deodorantPréparation : 20 mn
? Conservation : environ 3 mois

Mon matériel

? 1 flacon roll-on de 50 ml
? 1 balance de cuisine électronique ou 1 cuillère à soupe et 1 cuillère à café
? 1 mini-fouet
? 1 bol

Dans mon panier

? 15 g (1 c. à s.) de gel d’aloe vera bio
? 30 g (3 c. à s.) de glycérine végétale
? 2 c. à c. d’hydrolat d’hamamélis
? 2 c. à c. de pierre d’alun en poudre
? 20 gouttes d’huile essentielle de lavande fine
? 5 gouttes d’huile essentielle de thym à linalol
? 3 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée
? 10 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

La recette

1 > Dans le bol, mélangez le gel d’aloe vera, la glycérine végétale et l’hydrolat d’hamamélis à l’aide du mini-fouet.
2 > Ajoutez la poudre de pierre d’alun en pluie fine et remuez pour éviter la présence de grumeaux.
3 > Ajoutez un à un le reste des ingrédients, en remuant entre chaque ajout.
4 > Transvasez votre préparation dans le flacon roll-on.

Rituel de beauté

Ce déodorant gel et sans alcool à la pierre d’alun s’applique le matin sur une peau propre et sèche, et dans la journée aussi souvent que nécessaire.

éco livres

Slow cosmétique – Le guide visuel
de Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis

livre-slow-cosmetiqueCoup de coeur pour ce guide très pratique et joliment illustré, qui nous donne un grand nombre de conseils pour chouchouter notre peau au naturel. On adore son côté ultra-pratique, véritable pas à pas vers une beauté naturelle slow. Dans ce guide simple, clair et parfait pour les débutants :

– on apprend à décrypter les étiquettes des cosmétiques,
– on passe à la pratique slow pas à pas,
– on découvre les 10 ingrédients star de la beauté slow,
– on teste les 26 recettes slow pour se lancer en douceur dans la cosmétique maison.

Julien Kaibeck est belge et enseigne l’aromathérapie et la cosmétique naturelle en France et en Belgique. Chroniqueur beauté et santé dans divers médias, il est très sollicité pour ses conseils et recettes, qu’il rassemble sur son blog. Mélanie Dupuis est herbaliste (spécialiste des plantes) et anime le blog Vert-citron, où elle partage ses recettes cosmétiques bio.

19 € – Éditions Leduc.s


L’huile végétale de Karanja bio
pour se protéger du soleil… tout naturellement !

Alliée des jours ensoleillés, l’huile végétale de Karanja bio pourrait bien transformer votre rituel de soins solaires cet été. Tout droit venue d’Inde, cette huile végétale a en effet la particularité d’absorber une partie des rayons UV. Ses propriétés photoprotectrices, évaluées et prouvées en laboratoire, permettent de réaliser ses soins solaires « maison » et naturels, garantis sans nanoparticules !

KaranjaProtectrice solaire et anti-âge

Véritable soin solaire, l’huile végétale de Karanja bio possède la faculté d’absorber une partie des rayons ultraviolets (UVA et UVB). Ses propriétés ont été scientifiquement évaluées par le laboratoire Helioscience (spécialisé dans l’évaluation des produits de protection solaire) et un SPF d’environ 20 a été mesuré in vivo pour l’huile pure. Sa composition riche en flavonoïdes, dont le pongamol et la karanjine, contribue à protéger la peau contre les rayons du soleil et lutte ainsi contre les coups de soleil et le vieillissement prématuré. L’huile de Karanja se révèle ainsi idéale pour préparer des soins naturels « maison » intégrant un filtre solaire. En plus d’apporter à la peau ses bienfaits photoprotecteurs, cette huile exceptionnellement active possède également d’intéressantes propriétés anti-microbiennes et anti-fongiques, particulièrement appréciées dans les soins des peaux à problèmes. Sa richesse en acides gras lui confère aussi des propriétés émollientes, qui adoucissent tous les types de peaux et aident à prévenir l’apparition des rides et ridules…

En pratique

L’huile végétale de Karanja se montre parfaite pour préparer des huiles solaires protectrices, crèmes solaires, sticks protecteurs anti-UV, BB crème incluant une légère protection solaire… On l’associera à l’actif Écran solaire naturel (Aroma-Zone) pour augmenter son pouvoir protecteur grâce à un écran minéral. Très puissante, cette huile ne s’utilise jamais pure sur la peau et il convient de respecter les dosages recommandés lorsque l’on réalise ses propres soins maison (80 % dans un produit pour le visage, 20 % dans les produits solaires pour le corps, 15 % dans les produits pour les enfants de 12 à 36 mois et déconseillée pour les bébés de moins d’1 an). On l’emploiera diluée avec d’autres huiles végétales ou bien en phase huileuse dans la composition d’émulsions, baumes et sticks.

Très polyvalente, cette huile fera aussi merveille pour protéger les cheveux du soleil, les nourrir et leur apporter de la brillance. En mélange avec d’autres huiles végétales, on réalisera des sprays capillaires photoprotecteurs ou des huiles de soin pour la plage à appliquer sur les longueurs et pointes des cheveux (en respectant un dosage maximal de 80 % dans le produit fini).

• R e c e t t e •

Recette de cosmétique maison « active » de l’équipe experte en formulation cosmétique AROMA-ZONE

Huile protectrice pour les cheveux au Monoï

? Préparation : 5 mn
? Coût : ~ 4,30 € pour 50 ml
? Difficulté : débutant

Le flaconnage
? Flacon pompe 50 ml

Mon matériel
? Éprouvette graduée de 50 ml

Dans mon panier ~ 50 ml
? Huile végétale de Karanja bio, 1 dosette de 10 ml
? Macérât huileux de Monoï bio, 40 ml
? Fragrance cosmétique Sublime, 70 gouttes

La recette
1- Mettez l’ensemble des ingrédients dans un flacon.
2- Fermez le flacon et agitez.

Rituel de beauté

Avec son sillage solaire et enivrant, cette huile fluide et satinée protège les cheveux du dessèchement provoqué par le soleil, l’eau de mer ou encore l’eau chlorée. Pour des cheveux brillants, vigoureux et soyeux, vaporisez quelques gouttes de produits sur les longueurs et les pointes de la chevelure, puis massez pour bien faire pénétrer le produit dans la fibre capillaire.

Conservation

Bien conservé et fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales, votre produit pourra se conserver au moins 6 mois.

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.