Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 50

À l’épreuve du feu

beaute-img1Le feu n’est pas seulement cette douce et très agréable sensation de chaleur que l’on peut ressentir devant une cheminée, par exemple. Il peut revêtir d’autres apparences bien plus douloureuses au quotidien. Car, sans même que nous nous en apercevions, le feu est là, sournois, tapis et prêt, tel un volcan, à se réveiller et à s’exprimer avec véhémence. Conséquence de différents facteurs endogènes ou exogènes, il sait se manifester de différentes façons, avec des effets souvent maléfiques : colère, stress, inflammations diverses, rougeurs, démangeaisons… Si le feu nous fait mal, il est toutefois un excellent signal d’alerte pour que nous prenions les choses en main afin de l’éteindre. Il est grand temps de déclarer le « cessez-le-feu » via des solutions 100 % naturelles…


La plante du mois
Le millepertuis (Hypericum perforatum L.)
Une parade contre le feu

Impossible de parler du feu sans évoquer le millepertuis, réputé pour ses puissants effets anti-inflammatoires et anti-traumatiques, notamment sur les muqueuses. Mais que savons-nous réellement de cette plante ?

Description botanique

Le millepertuis est une plante herbacée de 40 à 60 cm de hauteur, répandue dans toutes les régions tempérées du monde, où elle pousse notamment en bordure des chemins.

Ses fleurs nombreuses, à cinq pétales jaune d’or, dégagent une odeur balsamique. Leur goût est aromatique, amer et astringent. Le fruit est une capsule ovoïde à trois loges, renfermant de nombreuses graines minuscules.

Le millepertuis a développé une stratégie de défense contre les insectes « brouteurs » en produisant des substances photosensiblisantes, qui leur sont fatales. Cependant, certains insectes se sont adaptés en se mettant à l’abri du soleil sous les feuilles du millepertuis.

Histoire et tradition

Le millepertuis fut pour la première fois mentionné par le médecin grec Hippocrate, au 5e siècle avant notre ère. Dioscoride, Pline et Galien citaient aussi la plante dans leurs ouvrages et la recommandaient particulièrement pour le traitement de la sciatique.

La médecine traditionnelle a recours aux fleurs de millepertuis, depuis l’Antiquité, pour le soin des blessures, infections internes et troubles névralgiques. Elles sont appréciées dans les baumes et onguents pour combattre la goutte, les rhumatismes, les brûlures et panser les plaies. À partir du Moyen Âge, le millepertuis développe sa notoriété dans le traitement des troubles psychologiques. Surnommé « chassedémon », il est conseillé dans la lutte contre les névroses, l’anxiété et la dépression. Ambroise Paré le préconisait comme remède précieux « pour les blessures profondes et celles qui traversent le corps ».

Le millepertuis entre dans la composition du baume tranquille (élaboré au 16e siècle) et est utilisé en frictions dans le cas de rhumatismes chroniques douloureux et de la goutte.
On en fait aussi un vin remontant et reminéralisant contre le rachitisme, l’anémie et la perte d’appétit. En Pologne, les sommités fleuries sont employées comme cholagogue (facilitant l’évacuation de la bile vers l’intestin).

Enfin, le millepertuis peut servir à aromatiser et à colorer des liqueurs, dans lesquelles on fait macérer un rameau fleuri.

Étymologie et légendes

Le millepertuis – qui signifie mille trous – doit son nom aux petites glandes translucides qui ponctuent ses feuilles, donnant l’impression de multiples perforations lorsqu’on les observe par transparence. Le millepertuis est aussi appelé herbe de la St-Jean, car il s’épanouit pleinement au moment du solstice d’été, à la St-Jean (24 juin). Cette plante est liée à de nombreuses superstitions, surtout en Europe centrale. Elle aurait notamment le pouvoir de chasser les fantômes et autres manifestations diaboliques. Jadis, on en suspendait au plafond des maisons pour se protéger de l’esprit malin. Le millepertuis symbolise l’oubli du passé et des tourments, ainsi que la patience envers les libertés prochaines.

Bon à savoir : L’huile essentielle de millepertuis, obtenue par hydrodistillation des parties aériennes fleuries, concentre les composés aromatiques de la plante, mais ne contient ni hypéricine, ni hyperforine (principal actif antidépresseur de la plante, mais également responsable d’interactions médicamenteuses). Elle ne pose donc pas de problème de photosensibilisation. À éviter toutefois pendant la grossesse et l’allaitement, et chez les enfants de moins de 6 ans.

Côté santé

Le millepertuis est un véritable antidépresseur naturel. Selon la forme sous laquelle on l’absorbe, il a plusieurs vertus et peut aider à réveiller la joie de vivre.

Lorsqu’on le prend en simple infusion, il calme en douceur la nervosité et facilite le sommeil. Il faut compter 1 cuillère à soupe de feuilles, tiges et fleurs pour ¼ de litre d’eau frémissante. Laisser ensuite infuser 10 minutes. Boire 3 tasses par jour, à distance des repas. Comme nous l’avons vu précédemment, le millepertuis contient un principe actif, l’hypéricine, qui peut remplacer les antidépresseurs chimiques. Encore faut-il que l’extrait de millepertuis en soit suffisamment riche !

En cas de déprime, mieux vaut se tourner vers un extrait alcoolique, dont la concentration en hypéricine est alors plus importante. Ainsi, pour que le traitement soit efficace, il est nécessaire d’absorber environ 3 mg d’hypéricine par jour, soit 10 fois plus qu’avec un traitement à base de tisane. Plusieurs études ont démontré que le millepertuis s’avère aussi opérant que les molécules de synthèse pour atténuer les symptômes de la dépression, avec des effets secondaires beaucoup moins importants.

Attention : l’hypéricine étant incompatible avec certaines molécules, il est impératif de consulter un médecin et d’éviter toute automédication.

Par ailleurs, dans le cas de douleurs articulaires et rhumatismales, le macérât de millepertuis est recommandé en massage, obtenu par macération solaire de sommités fleuries dans une huile végétale. Moins connue mais tout aussi performante, l’huile essentielle de millepertuis, recueillie par hydrodistillation des parties aériennes fleuries, est réputée pour ses effets antiinflammatoires et anti-traumatiques puissants, notamment sur les muqueuses. Elle s’utilise localement en cas de traumatismes externes (coups, bleus et bosses), psoriasis, stomatites, inflammations uro-génitales.

millepertuis3 recettes express à l’huile essentielle de millepertuis

Pour les traumatismes externes (coups, bleus, bosses) : mélangez 2 gouttes d’huile essentielle de millepertuis à 2 gouttes d’huile végétale. Appliquez de manière locale sur la zone concernée.

Pour les traumatismes ou inflammations internes : dans le creux de votre main, diluez 5 gouttes d’huile essentielle de millepertuis dans 1 c. à s. d’huile végétale de votre choix. Appliquez en friction localisée sur la zone concernée.

Pour les inflammations des muqueuses buccales (stomatites) : 1 à 2 gouttes d’huile essentielle, dispersées dans 4 à 8 gouttes de solubol (un hydrodispersant naturel), à diluer dans un verre d’eau. Utilisez en bains de bouche.

Côté bien-être

L’huile essentielle de millepertuis est très intéressante pour se resynchroniser sur les rythmes de la nature et lutter notamment contre les troubles du sommeil. Elle répare également les « bleus de l’âme » après des traumatismes.

Recette express : Dans le creux de votre main, mélangez 2 à 3 gouttes d’huile essentielle de millepertuis dans environ 10 gouttes d’huile végétale. Appliquez ce mélange en frictions localisées sur le plexus solaire, la plante des pieds et la face interne des poignets. Amenez les poignets au niveau du visage et inspirez profondément.

Côté beauté

Le macérât de millepertuis est particulièrement apaisant pour calmer les brûlures, les démangeaisons, les coups de soleil et toutes les irritations de la peau. Il s’utilise pur ou mélangé avec des huiles essentielles ou d’autres huiles végétales, en applications locales, en compresses, pansements ou cataplasmes, ou en frictions ou massages sur les zones enflammées ou pour composer une huile de soin ou une huile après-soleil.

ATTENTION
– Ne pas employer avant une exposition au soleil (risque de photosensibilisation).
– Ne pas utiliser chez les femmes enceintes et les jeunes enfants. – À utiliser en usage externe uniquement.


Côté Santé

sante-img1Aussi peu visible qu’il soit, le feu est bien plus présent qu’on ne le pense dans notre quotidien. Ses diverses manifestations (inflammation, fièvre ou sensation de chaleur) mettent bien souvent notre organisme à rude épreuve. Si ces dernières ne sont pas toujours faciles à appréhender, elles ont le mérite d’être un signal pour nous alerter et pour que notre corps puisse réagir et se défendre à temps. Car la manifestation désagréable n’est autre que la partie visible de l’iceberg, ou plus justement du volcan. Zoom sur cette guérilla du feu qui ne fait pas dans la dentelle et sur les solutions au naturel pour cesser le feu.

Le dossier du mois :
L’inflammation et les solutions au naturel

Une inflammation est une réaction de défense immunitaire du corps face à une agression telle qu’une infection, une brûlure ou encore une allergie.

L’inflammation peut se manifester par :
› une rougeur (érythème) : il y a une vasodilatation locale › un gonflement (oedème)
› une sensation de chaleur
› une douleur qui semble pulser. Le corps utilise différents procédés pour se défendre, qui visent à protéger les cellules corporelles, mais également leur environnement, appelé « terrain ».

Cet ensemble de cellules qu’est notre corps, ne peut tolérer des cellules étrangères en son sein se comportant en opposition avec l’harmonie générale. Il existe donc une composition idéale du terrain qui garantit aux cellules un excellent environnement pour fonctionner. Lorsque les cellules sont en danger, le corps est obligé de réagir avec plus ou moins de force selon la dangerosité des agresseurs (microbes, poison, corps étranger ou toxines) pour les neutraliser et les éliminer.

Il existe un médiateur fondamental qui intervient dans le processus de défense des inflammations : il s’agit des prostaglandines (ou PGE). Dès lors qu’une cellule est agressée, elle libère deux sortes de prostaglandines :

› les prostaglandines de guerre (action pro-inflammatoire)

Ce sont elles qui déclenchent et préparent la réaction défensive, active et agressive du corps, puisque des globules blancs attaqueront et se battront contre l’envahisseur. Sans pitié, elles réveillent, excitent et mettent en état d’ébullition les systèmes d’attaque avec lesquels le corps agresse l’ennemi pour le détruire. C’est grâce à leur action que les capillaires sanguins de la région agressée se dilatent, que le sérum sanguin passe en grande quantité dans les tissus pour former l’oedème. Par ailleurs, elles favorisent aussi la transmission des signaux de douleur qui informent les défenses organiques de l’agression.

› les prostaglandines de paix (action anti-inflammatoire)

A contrario, ce type de prostaglandines a pour vocation de réduire le conflit, en limitant la transmission des signaux de douleur et en contractant les capillaires sanguins afin de réduire l’oedème.

Le mode d’action général des anti-inflammatoires

Étant donné le rôle des prostaglandines lors des inflammations, il y a deux manières dont les anti-inflammatoires peuvent procéder :

› soit viser à bloquer la production des prostaglandines de guerre (qui est en excès),

› soit chercher à augmenter la production des prostaglandines de paix (qui est insuffisante). La 1ère de ces deux mesures s’effectue à l’aide de plantes en médecine naturelle, ou d’aspirine et de cortisone en allopathie.

La 2e mesure ne fait appel ni à des médicaments, ni à des plantes, mais à la nutrition. Elle consiste à apporter, en quantités suffisantes, les nutriments indispensables à la production des prostaglandines de paix, à savoir des oméga 3. Rappelons que ces derniers se trouvent dans les huiles de lin, colza, chanvre, cameline, noix, germe de blé et dans les poissons gras des eaux froides, tels que le flétan, le hareng, la sardine, le saumon, les anchois…

Notre top 5 des plantes médicinales aux vertus anti-inflammatoires

reine-des-pres

LA REINE DES PRÉS (Filipendula ulmaria)

Elle est utilisée depuis l’Antiquité pour ses vertus anti-rhumatismales. En 1835, à Berlin, Karl J. Löwig isole et identifie l’acide salicylique, substance anti-inflammatoire et analgésique, précurseur de l’aspirine (mot dérivant de l’ancien nom de la reine des prés : la spirée). La reine des prés fut alors largement exploitée en cas de fièvre, maux de tête, douleurs dentaires, manifestations articulaires douloureuses, tendinites, foulures, etc.

saule-blanc

LE SAULE BLANC (Salix alba)

Dans l’Égypte ancienne, le saule blanc est considéré comme un remède souverain pour lutter contre les fièvres et les douleurs. 400 ans av. J.-C., le médecin Hippocrate prescrit une décoction d’écorces de saule contre les inflammations articulaires. Au Moyen Âge, le saule tombe dans l’oubli jusqu’à la fin du 17e siècle, où il regagne sa réputation de plante « antidouleur ». Par analogie avec l’écorce de quinquina, l’écorce de saule sert notamment à lutter contre les fièvres dues au paludisme. Puis, au début du 19e siècle, le principe actif de l’écorce de saule est isolé et identifié : la salicine, précurseur de l’acide salicylique, puissant anti-inflammatoire.

Quelques années plus tard, on obtient sa synthèse chimique et celle de son célèbre dérivé, l’aspirine.

L’HARPAGOPHYTUM ou griffes du diable (Harpagophytum procumbens)

La racine secondaire de l’harpagophytum contient de nombreux composants, mais surtout des glucosides : l’harpagoside, l’harpagide et le procumbide, ainsi que des bêtasitostérols, qui ont la propriété d’inhiber la formation d’une enzyme qui participe au processus inflammatoire : la prostaglandine-synthétase, tous ces principes actifs (qui agissent vraisemblablement en synergie) étant à l’origine de ses propriétés anti-inflammatoires et anti-rhumatismales.

presle

LA PRÊLE (Equisetum arvense)

On appelle aussi cette plante « queue de cheval », en référence à son nom latin Equisetum composé de equus (cheval) et de setae (soies, crins). On lui attribue des propriétés anti-inflammatoires recommandées contre les rhumatismes, la goutte et diverses affections articulaires.

LE CURCUMA (Curcuma longa)

Le curcuma présente des activités anti-inflammatoires et antalgiques significatives, que l’on a comparées à celles de la cortisone. Il est conseillé dans le traitement des douleurs rhumatismales, arthritiques ou musculaires.

Pour aller plus loin

Les anti-inflammatoires naturels
de Christopher Vasey

Prévenir et guérir de façon naturelle

livre-anti-inflammatoiresContrairement aux médicaments chimiques, la médecine naturelle a cet avantage de ne pas se cantonner uniquement à la lutte contre les symptômes ; elle parvient également à supprimer les causes de la maladie. La nature offre une alternative idéale : une multitude de plantes médicinales sans effet secondaire.

Véritable guide, cet ouvrage présente l’inflammation du point de vue de la médecine naturelle, la replace dans le cadre général des processus de défense de l’organisme et présente une sélection d’anti-inflammatoires naturels et non nocifs : griffe du diable, basilic, curcuma, reine des prés, propolis, etc. Des tableaux pratiques classent les plantes par usage, rôle, posologie, contenants… soit tout ce qu’il faut savoir pour que le lecteur puisse les utiliser à bon escient !

Éditions Jouvence Santé – 19,50 €


Les huiles essentielles à l’assaut de l’inflammation

Au même titre que les plantes médicinales, certaines familles d’huiles essentielles se révèlent être de précieuses alliées pour traiter les inflammations et leurs manifestions.

Parmi les huiles essentielles anti-inflammatoires efficaces, il y a :

– celles qui sont riches en monoterpènes. Stimulantes, chauffantes, analgésiques et anti- inflammatoires, elles sont très indiquées en cas de troubles rhumatismaux ou de douleurs aiguës. Par leur effet légèrement irritant sur la peau, elles stimulent indirectement la production par l’organisme de substances antiinflammatoires et analgésiques (médiateurs).

Exemples d’huiles essentielles riches en monoterpènes : cyprès, genévrier, pin sylvestre, sapin blanc…

– celles qui sont riches en aldéhydes monoterpéniques, qui agissent directement sur les prostaglandines, les fameux médiateurs de la douleur et de l’inflammation, dont elles freinent l’augmentation.

Exemples d’huiles essentielles riches en aldéhydes monoterpéniques : mélisse, verveine citronnée, litsée citronnée, lemongrass, eucalyptus citronné.

– celles qui sont riches en ester mono- et sesquiterpéniques ont souvent un effet anti- inflammatoire, notamment en cas de problèmes cutanés au stade initial.

Exemples d’huiles essentielles riches en ester mono- et sesquiterpéniques : camomille romaine, sapin de Sibérie, sauge sclarée, lavande fine, cardamome…

katafrayZoom sur une huile essentielle qui gagne à être connue

Connaissez-vous le katafray – ou Cedrelopsis grevei –, cette plante endémique de Madagascar qui appartient à la famille des Lauracées ? Elle se développe surtout dans la partie sud et sud-ouest de l’île, une région de forêts sèches.

Le katrafay entre dans la pharmacopée malgache, où il prend une place importante. Son huile essentielle soulage aussi les rhumatismes du fait de sa puissante action anti-inflammatoire et analgésique.

Recette express : pour les rhumatismes et les arthrites, diluez de 1 à 5 gouttes de cette huile essentielle dans une cuillère à soupe d’huile végétale fluide telle que la noisette, le sésame ou l’amande douce. Massez ensuite les zones concernées avec cette huile aromatique. Renouvelez si besoin 1 à 2 fois dans la journée.

Photo : © http://www.formad-environnement.org

À lire…

Le guide de l’aromathérapie et des soins beauté naturels

livre-guide-aromatherapieFruit de l’expertise réunie d’Aroma-Zone et d’Aude Maillard (docteur en pharmacie, aromatologue et olfactothérapeute reconnue), ce livre illustré et très complet permet d’apprendre à connaître et à utiliser en toute sécurité les huiles essentielles et les extraits naturels. Fiches pratiques détaillées, conseils d’experts, précautions d’emploi… il invite à découvrir des formules d’aromathérapie simples et faciles pour se soigner et rester en bonne santé, ainsi que des recettes de beauté 100 % naturelles. Véritable guide pratique, cet ouvrage vous accompagne au quotidien et apporte toutes les clés pour prendre soin de sa santé, de sa beauté et de son bien-être au naturel.

Editions j’ai lu – 14,90 €


Quand nos articulations soufflent le feu…

articulationsL’arthrite est une maladie qui provoque une inflammation chronique de la membrane entourant les articulations. On la dit « autoimmune » parce que c’est le système immunitaire de la personne elle-même qui s’attaque aux tissus des articulations.

Les articulations des mains, des poignets et des pieds sont souvent les premières touchées et deviennent difformes. Curieusement, ce type d’arthrite se manifeste dès le début de l’âge adulte. Bien que les scientifiques n’aient pas encore découvert sa cause, elle semble être d’origine auto-immune et influencée par le bagage génétique et les habitudes de vie, en particulier l’alimentation. La plupart des maladies arthritiques sont chroniques. Certaines vont entraîner la détérioration de structures articulaires. En effet, la raideur diminue la mobilité de l’articulation et les muscles qui l’entourent s’atrophient, ce qui accélère la progression de la maladie. Avec le temps, le cartilage s’effrite, l’os s’use et l’articulation peut se déformer. Mais toutes les formes d’arthrite ne sont pas destructrices.

Les symptômes : Inflammation – Douleur – Enflure – Rougeur – Chaleur

Les causes

La douleur arthritique varie en fonction de l’alternance des poussées et des rémissions et peut affecter gravement la qualité de vie. On ne comprend pas encore tous les mécanismes biologiques impliqués dans la genèse de la douleur arthritique. Il semble cependant que l’appauvrissement des tissus en oxygène joue un rôle de premier plan. Ce manque d’oxygène est lui-même causé par l’inflammation dans les articulations et les tensions dans les muscles. C’est pourquoi tous les moyens qui aident à détendre les muscles ou qui favorisent la circulation sanguine dans les articulations soulagent la douleur. Par ailleurs, la fatigue, l’anxiété, le stress et la dépression affectent négativement la perception de la douleur.

Les solutions au naturel

Côté aromathérapie (huiles essentielles) : les huiles essentielles d’eucalyptus citronné, de gaulthérie, d’immortelle ou encore de laurier noble.

Recette express : mélangez 90 gouttes d’huile essentielle de votre choix parmi celles citées cidessus (soit 2,5 ml) dans 50 ml d’huile végétale. Appliquez le mélange en massage sur les zones douloureuses.

Côté gemmothérapie (bourgeons) : le cassis et la vigne. On recommande 15 gouttes le matin dans un verre d’eau, à prendre pendant 1 mois, puis en cures discontinues de 20 jours par mois pendant 3 mois si besoin est.

Pour aller plus loin

Comment j’ai vaincu l’arthrose
de Laura Azenard

livre-j-ai-vaincu-l-arthroseLaura Azenard, jeune cadre énergique et sportive, ressent de terribles douleurs dans les genoux l’année de ses 40 ans. Diagnostic : arthrose grave. Il n’y a rien à faire, lui disent les médecins, sinon renoncer à sa vie d’avant et prendre des médicaments contre la douleur pour le restant de ses jours. Seule, elle se documente sur les solutions aussi bien conventionnelles qu’alternatives contre l’arthrose. Et décide de toutes les tester ! Pendant un an, elle va essayer pas moins de 20 approches thérapeutiques : kiné, semelles, injections, compléments alimentaires, ventouses, jeûne, médecine indienne, gym, magnétisme, ostéopathie, phytothérapie, changements alimentaires… C’est ce banc d’essai inédit, grandeur nature, qu’elle livre ici avec humour et allant, agrémenté de son jugement et de ses conseils.

14,90 € – Éditions Thierry Souccar


Le billet expert du mois :
Le feu, un des cinq éléments de la médecine chinoise

feuAssocié à l’été et au double couple organe-entrailles « coeur/intestin grêle » et Maître du coeur Triple réchauffeur, le feu est également une notion d’état ou de pathologie.

Ce Feu qui nous anime peut être aussi celui qui nous consume.

La notion d’énergie est un monde à part, invisible, impalpable, non mesurable. Il n’en existe pas moins une règle évidente de l’équilibre énergétique : ce qui manque ou ce qui est en excès est pathologique.

Nous avons besoin du feu pour impulser notre corps afin de l’émouvoir à travers le coeur, mais il doit être mesuré et « maîtrisé ». On se souvient d’une réflexion populaire ou d’une chanson : « Elle m’a mis le feu ». Soit…

Mais quel FEU ? Celui du REIN, FEU de la sexualité mécanique et des hormones, siège de notre capital santé et de nos mémoires, ou celui qui aura trop souvent le « FEU », qui va user prématurément notre capital santé ? Et s’il n’est pas assouvi (ou éteint), qui pourra déclencher des peurs, des éjaculations précoces ou des troubles de l’érection.

Ou plutôt le FEU de notre FOIE vecteur de notre libido, ce désir ardent et fantasmagorique de « l’autre », mais également siège de nos colères, de « non-deuils » et du stockage du sang. Imaginez quelle colère un refus pourra déclencher et quelle incidence sur un cycle féminin ledit refus ou excès aura comme incidence…

Ou alors parlons-nous de Feu du COEUR, celui qui vous fera soulever des montagnes par amour, décrocher la lune, qui vous donne une « énergie » jouissive de tous les instants. Mais c’est le siège de la frustration de la peine, de la circulation sanguine, du système cardiovasculaire et du shen (esprit ou équilibre psychique de l’individu).

Quels dégâts ce FEU amoindri produirait-il sur vous ? Probablement un incident cardiovasculaire ou une dépression.

Alors, pour tenter de maîtriser ce FEU qui nous anime et, surtout, qui nous consume, faut-il moins aimer, moins désirer ou moins idéaliser ? Dès lors, quelle vie pauvre et monastique nous attendrait ? Choisir, c’est renoncer. Alors, choisissez d’aimer pleinement, sans regrets ni remords, sans projection, ni attentes trop hâtives, tout en lâchant prise quand votre corps exprime à l’extérieur ce FEU qui devient par évidence envahissant.

Bertrand Bimont – Expert en médecine chinoise –
www.laboratoiresbimont.fr

À lire…

Coupeurs de feu et panseurs de secrets
livre-coupeurs-de-feude Jean-Luc Caradeau

Il y aurait, en France, 6 000 « coupeurs de feu »… Qu’ils apaisent le feu ou guérissent d’autres maux, tous sont appelés « panseurs de secrets ». L’un prie et marmonne des mots inintelligibles en faisant des signes de croix, l’autre se concentre, le troisième applique la main sur le mal, un quatrième utilise de mystérieuses préparations… L’origine de leur pouvoir est toute aussi diverse : transmission du don par un parent, découverte fortuite, apprentissage des prières et invocations…

Éditions Trajectoire – 18 €


Au diable la cystite !

De loin la forme d’infection urinaire la plus courante, la cystite touche presque uniquement les femmes. Il s’agit de l’inflammation de la vessie. La plupart du temps, l’inflammation est provoquée par la prolifération de bactéries intestinales de type Escherichia coli, qui sont nombreuses aux environs de l’anus. Les bactéries passent de la région vulvaire à la vessie en remontant l’urètre. Tout ce qui gêne la vidange de la vessie augmente le risque de cystite. La cystite s’accompagne normalement d’une urétrite, l’inflammation de l’urètre.

cannebergeLes symptômes les plus communs

Des douleurs ou des brûlures au moment d’uriner. Une fréquence anormalement élevée de mictions durant le jour (parfois le besoin d’uriner survient aussi la nuit). Un sentiment persistant d’avoir besoin d’uriner. Des urines troubles, qui dégagent une odeur désagréable. Une pression dans le bas-ventre.

2 solutions au naturel

– L’EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE

Sa richesse en bioflavonoïdes et en vitamine C lui confère ses étonnantes vertus. On prendra environ 15 gouttes, de 1 à 4 ou 5 fois par jour, pendant 5 jours.

– LA CANNEBERGE (OU CRANBERRY)

Les baies contiennent des flavonoïdes, des anthocyanes et des proanthocyanidines. Ces derniers composés seraient capables de se fixer sur certaines bactéries Escherichia coli, responsables des cystites, et les empêchant ainsi d’adhérer aux cellules de la vessie et de causer l’infection. Ne bénéficiant pas de point d’ancrage, ces bactéries sont alors naturellement éliminées par les voies naturelles.

À consommer sous forme de jus, d’ampoules ou de comprimés de poudre encapsulée.

Massage anti-cystite aromatique Dans 5 gouttes d’huile d’amande douce, ajoutez :
– 2 gouttes d’huile essentielle de palmarosa
– 2 gouttes d’huile essentielle de bois de Hô
– 2 gouttes d’huile essentielle de tea tree
Mélangez soigneusement, puis appliquez en massage 4 fois par jour sur le bas ventre, pendant 5 jours.


éco livre

Vous êtes fous d’avaler ça !
livre-vous-etes-fou-d-avaler-cade Christophe Brusset

Christophe Brusset raconte l’histoire d’une course de vitesse planétaire entre fraudeurs, largement dominée par les Chinois. Thé vert de Chine aux pesticides, faux safran marocain, champignons de Paris bleus made in China, piment indien rempli de crottes de souris, oignons transformés en échalotes, miel dopé au sucre, origan coupé avec des feuilles d’olivier, gambas gonflées à l’eau glacée, pâte d’amande sans amandes, etc. Pour ces producteurs sans scrupules (Chine, Inde, Turquie…), tous les moyens sont bons pour baisser les prix des matières premières et gagner, de ce fait, des parts de marché.

Flammarion – 19 €


Côté Bien-être

Du côté de notre bien-être, le feu est également omniprésent au travers de nombreux maux des temps modernes, tels que le stress, la colère ou les sautes d’humeur. Ce feu est bien souvent ressenti comme quelque chose de désagréable, que nous voulons éteindre au plus vite pour retrouver paix et sérénité. S’il n’est, par exemple, pas réaliste d’imaginer que l’on ne se mettra plus jamais en colère, peut-être faut-il trouver les clés dans une analyse personnelle différente, avec l’aide d’outils et de solutions naturels, ciblés et appropriés. Mais le feu n’est pas que désagrément et peut se révéler être également source de détente et de plaisir intense. Zoom sur un élément de la nature qui ne laisse surtout pas indifférent…

« La bienveillance aimante nous permet de nous appuyer sur notre propre
fêlure afin de nous relier aux autres plutôt que de nous isoler. »
Sharon Salzberg (écrivain spécialiste de la méditation)

Dossier bien-être :
Une nouvelle appréhension de la colère

colereSi la colère est bien souvent perçue comme une émotion taboue et interdite, engendrant nuisance et perte de contrôle de soi, force est de constater le statut particulièrement intéressant de la colère, qui a un rôle à jouer.

Émotion de l’action et du présent, la colère est le langage d’un retentissement, d’une résonance en nous. Elle n’est pas une nuisance mais une émotion comme une autre, avec ses avantages et ses travers : elle nous permet d’extérioriser un trop plein d’énergie négative, de mettre à jour un aspect inné de notre nature animale, de signifier notre désaccord à l’autre et de tenter le retour à l’équilibre rompu. Malheureusement, c’est souvent notre entourage proche qui en subit les foudres.

Toute la subtilité va donc être d’appréhender la colère d’une nouvelle façon, par le biais de la Communication Non Violente. Comment ? Par une action en 4 étapes, élaborée par Marshall B. Rosenberg, psychologue clinicien et fondateur du Centre pour la Communication Non Violente, dont voici les principales caractéristiques :

1- Définir clairement le déclencheur de la colère, sans y ajouter sa propre évaluation ou son propre jugement.

2- Se rendre compte de la différence entre le déclencheur et la cause de notre colère. En effet, ce ne sont pas simplement les actes des autres qui nous mettent hors de nous, c’est l’évaluation que nous portons sur ce qu’ils ont fait qui est la cause de notre colère.

3- Rechercher le besoin insatisfait à l’origine de notre colère. En partant du principe que nous nous mettons en colère parce que nos besoins ne sont pas satisfaits. Le problème vient du fait que nous ne sommes pas reliés à nos besoins. Nous avons le réflexe de faire appel à notre mental, qui se focalise sur ce qui ne va pas chez les autres et pourquoi ils sont incapables de combler nos besoins. Ainsi, les jugements que nous portons sur les autres sont en réalité l’expression déformée de nos besoins insatisfaits.

Exercice à faire :

Dressez la liste des jugements que vous êtes susceptible d’avoir quand vous êtes en colère. Pensez à la dernière fois où vous vous êtes mis en colère et demandez-vous quelles étaient vos pensées pour être dans cet état. Écrivez-le.

4- Engager le dialogue avec l’autre une fois que notre colère est transformée en d’autres sentiments. Ces derniers nous aident à voir le besoin qui se cache derrière notre jugement.

Pour aller plus loin…

livre-la-colereLes ressources insoupçonnées de la colère
de Marshall B. Rosenberg

L’approche de Marshall B. Rosenberg, fondateur de la CNV (Communication Non Violente), constitue un outil puissant pour résoudre les différends de façon pacifique, tant aux niveaux personnel que professionnel et politique. Un ouvrage rempli d’exemples concrets, qui convie chacun à transformer sa colère en actions bienveillantes pour soi… et pour les autres, grâce à la Communication Non Violente.

Jouvence – 4,95 €

Osez la colère qui guérit
de Corinne Van Loey

livre-osez-la-colereForte de sa longue expérience thérapeutique, l’auteur conteste l’injonction sociale au refoulement des émotions et affirme le caractère vital et salutaire de la colère.

L’auteur développe donc ici une approche alternative qui interroge judicieusement nos différentes façons de la définir. En conceptualisant la « colère racine », elle nous montre que nos comportements colériques ont souvent pour objet de mauvaises cibles. Ainsi, nos colères seraient de mauvais pansements appliqués aux mauvais endroits !

Tout au long de ses investigations, Corinne Van Loey établit que seule une analyse minutieuse de l’histoire de chacun – et essentiellement de l’enfance – peut permettre d’approcher, ressentir et revivre les fondements de cette colère racine, cause unique de tous nos débordements colériques. Ces débordements peuvent alors être revisités et traités par une thérapie basée sur l’hypnose, qui va mobiliser pleinement les émotions du patient, tant du domaine intellectuel que corporel. Les différents témoignages donnent à cette nouvelle approche toute la force de la pertinence et de l’efficacité.

Éditions Dangles – 18 €


Quand les abeilles veillent
sur notre immunité !

Ballot-Flurin-img1Pionnière de l’apiculture biologique et experte en apithérapie, la marque Ballot-Flurin est engagée depuis 1977 dans la production de préparations santé et beauté respectueuses de la nature. Fondatrice de l’Apiculture Douce®, Ballot-Flurin perpétue, depuis plus de 35 ans, une fabrication artisanale dans sa miellerie des Pyrénées et veille jour après jour au bien-être des abeilles, auxquelles le plus grand soin est apporté.

Plus que jamais soucieux de veiller sur notre santé en cette période hivernale, les spécialistes de l’apithérapie douce et biologique ont concocté un délicieux grog réchauffant au miel de forêt, à la propolis noire et au cajeput.

Un grog santé-plaisir sain et naturel, 100 % bio, à préparer facilement chez soi : du bon miel de forêt, de la propolis noire (une des meilleures au monde avec un fort taux d’antioxydants et de polyphénols garanti), du jus de citron, 4 huiles essentielles des terroirs lointains et un élixir de la ruche ; le tout dynamisé pour en optimiser les bénéfices.

Le rituel bien-être
Bien mélanger avant emploi. 1 fois par jour, de préférence le soir, diluer 2 cuillères à café dans une tasse d’eau frémissante. Boire chaud et doucement. Pot pour 9 infusions.

Pour en savoir plus : www.ballot-flurin.com


Vivre au mieux de ses capacités (à 100 %)
avec les Fleurs de Bach !

On peut dire que le CALME INTÉRIEUR de tout un chacun est dénué de toute COLÈRE… L’apaisement total ne peut être atteint que si un équilibre est lisse et serein ; le cerveau, l’esprit et le corps sont apaisés de toute tension, sans frustration ni impulsion qui surgiraient et nous feraient sortir de nos gonds.

Qu’est-ce que la colère ? Une émotion forte, puissante, chaude, épuisante, rageante, impulsive. Elle répond à une frustration, déstabilisation profonde de nous-même, et exprime un mal-être certain. Elle se pose comme l’unique façon de réagir à un élément extérieur d’injustice, d’attaque, voire de défense et de survie.

Pour répondre à ces états, difficiles à gérer tant pour soi-même que pour l’entourage, le docteur Bach nous propose, dans la thérapie florale, 3 quintessences liées à la colère :

CHERRY-PLUM_1CHERRY PLUM (le prunier Myrobolan) : c’est la Fleur même de la perte du contrôle émotionnel ! Celle du « pétage de plombs ». Cela peut se traduire par de la violence verbale ou physique, de l’agressivité, des réactions excessives face à une personne ou à une situation. On perd le contrôle de soi et de ses gestes ; c’est la tempête !

Et, pourtant, la colère n’est pas forcement négative. Elle montre les limites de ce que l’on peut supporter, elle réagit face à des situations d’injustice et de révolte, qui peuvent être tout à fait légitimes… La colère exprime la non-soumission. Il suffit aussi de la contenir ou de la modérer pour ne pas avoir à regretter des gestes inconsidérés, voire de la culpabilité.

L’élixir de Cherry Plum donne une impulsion de lucidité. Il aide au recadrage et à la prise de recul devant l’événement perturbateur : maîtrise de soi et sang froid. D’ailleurs, cette Fleur fait partie des 5 composant le remède d’urgence, et pour cause !

HOLLY (le houx) : Le végétal lui-même exprime le côté abrasif et vif de par la couleur de ses baies, d’un rouge éclatant, et des feuilles très vertes, brillantes et piquantes… Pour Edward Bach, cet élixir est celui de l’Amour inconditionnel !

Sa phase sombre est donc le contraire : jalousie, haine, colère, rage… Si nous ressentons ces émotions négatives, cela montre que nos besoins vitaux ne sont pas assouvis ; cela peut se dérouler même de façon inconsciente… Il ne faut donc ne pas rester dans cet état négatif de Holly, de violence envers autrui. Cela mine, use et fatigue. La colère qui s’ensuit vide de toute énergie positive et aimante.

Chez les enfants, la venue d’un petit frère ou d’une petite soeur peut provoquer de la mauvaise humeur et des crises de colère chez l’aîné. Holly est un bon remède pour rétablir le calme et l’acceptation. Holly est la fleur de l’ouverture du coeur, d’un sentiment d’union avec l’autre et de l’harmonie intérieure !

WILLOW_1WILLOW (le saule) : il s’agit là d’une forme de colère rentrée, sournoise et accumulée. Elle est celle de Calimero. On est en colère envers autrui car c’est lui le fautif ; il est en effet plus facile de se révolter contre quelqu’un que contre soi-même ! Dans ce cas, la rage et le ressentiment fermentent… Ce n’est pas bon du tout. L’image de soi est altérée et réduite à la passivité. Elle amène à un sentiment d’injustice et d’apitoiement sur soi, de la tristesse et un manque de joie de vivre. Cet élixir inverse ce sentiment en une pulsion responsable et aide à reprendre son destin en main…

Si l’une de ces 3 situations vous interpelle, n’hésitez pas à prendre quelques gouttes de ces élixirs bienfaiteurs pour vous débarrasser de votre hargne, qui ronge et fatigue. Je me tiens à votre disposition pour en parler « très calmement » !

Isabelle Bourdeau – Florithérapeute
06.814.614.86 / contact@lapogeedesoi.fr
www.lapogeedesoi.fr


3 astuces au naturel
pour vivre autrement sa colère

a – Miser sur l’aromathérapie

Bien dosées, les huiles essentielles sont de précieuses alliées pour chasser les tensions au quotidien et atténuer les flammes du stress, de l’anxiété et de la colère. Parmi les plus appréciées, on notera :

• L’HUILE ESSENTIELLE DE NARD est connue pour favoriser l’équilibre émotionnel et soulager les tensions nerveuses. Elle contient des substances facilitant l’harmonisation et son parfum augmente la capacité de concentration, ce qui a pour effet d’aider à la méditation.

• L’HUILE ESSENTIELLE D’ANGÉLIQUE procure une information puissante de calme intérieur, de profondeur chaude et bienveillante. Sa fragrance racinaire semble connue depuis toujours et soulève les plus lointains souvenirs d’enfance. Elle soutient donc favorablement le mouvement du moment, apporte le centrage sur soi et son histoire, en toute certitude et confiance, et favorise ainsi un esprit serein et juste, propice au choix et à la prise de décision.

• L’HUILE ESSENTIELLE DE MARJOLAINE À COQUILLES est réputée pour ses propriétés calmantes et sédatives ; elle est ainsi efficace pour soulager anxiété, angoisse et stress, et pour réguler le rythme cardiaque.

• L’HUILE ESSENTIELLE DE MÉLISSE Rééquilibrante du système neurovégétatif, cette huile est très utilisée dans les affections d’origine nerveuse. Elle est connue pour calmer les spasmes, l’anxiété, favoriser le sommeil et la digestion.

Le rituel bien-être aroma anti-colère

2 gouttes d’une des huiles essentielles citées précédemment mélangées à 4 gouttes d’huile végétale de votre choix, appliquées en massage sur le plexus solaire et sur la voûte plantaire dès que la colère monte, ou le matin et le midi pendant les périodes de conflit.

• L’HYDROLAT D’YLANG-YLANG facilite la communication. Relaxant, il aide à combattre le stress, les angoisses, la dépression, les insomnies et les phobies. Il déclenche légèreté, joie, euphorie et sensualité sans culpabilité.

Le rituel bien-être :

Vaporisez l’hydrolat au niveau du plexus solaire ou mélangez 1 cuillère à soupe dans 1 litre d’eau, à boire tout au long de la journée en cure de 40 jours.

b – Adopter la méditation de la bienveillance

Pratiquée au quotidien, la méditation a pour objectif de faire évoluer notre rapport au monde et aux autres. Elle nous apprend la patience, à surmonter les obstacles, les inconforts lorsqu’ils se présentent. Elle nous aide aussi à développer notre intelligence primordiale, à avoir une vue claire sur les choses qui nous amènent à distinguer l’essentiel de l’accessoire.

meditationLa méditation de la bienveillance nous permet de renouer avec notre intuition et nous apprend à avoir davantage confiance en nous-même, en nos ressources et, en premier lieu, en notre capacité à aimer. C’est un formidable antidote au sentiment d’isolement que nous avons tous connu à un moment ou à un autre, et qui est cause de tant d’incompréhensions, de souffrances et de colère.

En pratique :

Commencez par créer un climat propice à la méditation, au calme, sans télévision ni téléphone :

• Pensez à avoir une bonne posture en vous tenant droit, dans tous les sens du terme, sur une chaise sans vous appuyer sur votre dossier. Vos pieds doivent reposer sur le sol et vos cuisses doivent former un angle droit avec les jambes. Les mains sont posées sur les cuisses et les épaules relâchées.

• Portez attention à votre respiration et acceptez qu’elle soit vivante, nuancée et mouvante.

• Ne vous accrochez pas à vos pensées, mais laissez-les vous échapper.

• Revenez à l’instant présent ici et maintenant.

Vous êtes alors prêt pour commencer à pratiquer la méditation de la bienveillance :

• Fermez les yeux et commencez par penser à une qualité qui vous est propre. Cela peut être, par exemple, un compliment que l’on vous a fait récemment.

• Essayez ensuite d’évoquer une parole ou un geste généreux que vous avez eu dans votre vie : un service rendu, quelque chose d’ordinaire qui nous permet de reconnaître cette bonté en nous. Acceptez l’idée qu’il y a quelque chose de bon en vous.

• Laissez irradier en vous et autour de vous le sentiment de détente, de satisfaction que révèle cette découverte d’une bonté naturelle, simple et sans histoire.

Pratiquez cette méditation de la bienveillance pendant 10 à 15 minutes par jour.

Après toute méditation de la bienveillance, il est bon de revenir à la posture, en restant simplement dans le présent sans commentaire et en reprenant contact avec notre souffle sans le manipuler.

c – Faites la paix avec vous-même en pratiquant le Mudra Namaskar

meditation2Pour revenir dans l’intimité de son être et équilibrer le corps et le mental, nous vous invitons à pratiquer le Mudra Namaskar. Rappelons qu’un mudra signifie en sanskrit un geste, un sceau ou un symbole. Le plus connu est celui des mains.

Comment procéder ?

Étape 1 : assis ou debout, joignez les mains devant la poitrine, paume contre paume, doigts contre doigts, les bouts dressés vers le ciel. Les pouces se posent au centre de la poitrine sur le chakra du coeur et les bras s’étirent horizontalement sur les côtés. Par ce geste, vous unirez vos deux polarités, gauche et droite. La main droite, qui dépend de l’hémisphère gauche du cerveau, et la main gauche, qui dépend de l’hémisphère droit.

Étape 2 : penchez légèrement la tête sur les mains comme en prière et baissez le regard. La tête penchée en avant nous force à un léger étirement de la nuque et du cou, ce qui en chasse les tensions. Notre regard se recentre vers le bout des doigts sans les fixer.

Étape 3 : concentrez-vous sur votre respiration et effectuez une dizaine d’inspirations et d’expirations longues.

Les 5 commandements
de la zen attitude

 

1- J’accepte d’être quelqu’un d’important pour moi-même et le monde.
2- J’accepte d’être imparfait.
3- J’accepte que l’autre soit, comme moi, imparfait.
4- Je n’essaie pas de faire changer l’autre et je garde cette énergie pour ma propre évolution.
5- J’accepte que l’autre ne soit pas moi, j’accepte qu’il soit lui.

Pour aller plus loin…

La méditation de la bienveillance
livre-la-meditation-c-est-malinde Marie-Laurence Cattoire

Au fil de cet ouvrage, l’auteur nous explique comment la méditation de la bienveillance a changé son quotidien de mère, d’épouse et de chef d’entreprise, et combien elle peut être salvatrice dans nombre de situations ordinaires.

À travers des exercices pratiques, des citations de sages et des exemples, l’auteur nous fait découvrir, à notre tour, comment profiter en toute simplicité des bienfaits de la méditation de la bienveillance dans sa vie quotidienne !

Un livre poche très pratique et indispensable pour cesser le feu au quotidien et retrouver calme et sérénité.

Éditions Leduc.s – 6 €

Apaisez votre esprit par la méditation
livre-apaisez-votre-espritde Laurence Luyé-Tanet

Notre vie moderne rime avec course aux objectifs, multitude de tâches à accomplir, performances, manque de temps, fatigue, voire épuisement… Nous pouvons résumer tous ces aspects extérieurs sous le terme de stress. Comment y faire face ? Comment retrouver équilibre et harmonie ? Comment se ressourcer ? Comment être plus serein au milieu de tout ce que vous devez gérer dans votre vie tant au niveau personnel que professionnel ?

Dans cet ouvrage, l’auteur appréhende la méditation dans sa diversité et dresse une typologie des différentes techniques existantes : méditation zen, méditation vipassana, méditation yogique, méditation transcendantale… Sans oublier un ensemble d’exercices pratiques faciles à reproduire et à prolonger durablement au quotidien.

Éditions Dangles – 15 €

livre-vive-l-hypnoseVivre l’autohypnose !
de Jean-Michel Jakobowicz

L’autohypnose est un outil à la fois simple et très efficace pour se détendre et soigner de nombreux maux de la vie quotidienne, que nous utilisons déjà tous les jours sans le savoir. Ce guide très pratique vous livre le mode d’emploi de l’autohypnose pour débuter en douceur (comment ça marche, pourquoi c’est à la portée de tous, comment se déroule une séance…). Pour chaque problème (angoisses, phobies, grignotage, manque de confiance en soi, douleurs…), vous découvrirez un témoignage analysé et un exemple de transe à pratiquer.

Éditions Leduc.s – 18 €


J’ai testé la sophrologie connectée

sophrologieLa sophrologie est une méthode d’éveil et de développement personnel qui renforce l’équilibre de nos émotions, de nos pensées et de nos comportements.

Créée en 1960 par le neuropsychiatre colombien Alfonso Caycedo, la sophrologie, reconnue en tant que profession depuis 2012, se définit comme la science de la conscience. La discipline se base sur 3 outils essentiels : la respiration, le relâchement musculaire et la visualisation d’images mentales positives. Les exercices proposés s’adressent à tous ; simples et pratiques, ils peuvent être réutilisés tous les jours.

Il n’est pas toujours simple, dans nos quotidiens surchargés, de pouvoir se libérer du temps pour aller voir un sophrologue. Le concept Sophrolive (inscrit au RNCP*) propose depuis peu des séances très intéressantes animées par deux sophrologues diplômées de l’Académie de Sophrologie de Paris, qui se déroulent par Skype, avec webcam ou non.

AU PROGRAMME :

> Des séances individuelles pour un suivi personnalisé avec un sophrologue dédié.

> Des séances collectives, en petits groupes, sur des thématiques phares telles que la gestion du stress, la protection du sommeil ou la préparation à la maternité.

Comment se déroule une séance ?

Une séance dure en moyenne 50 minutes (temps d’échange, pratique de relaxation en posture assise, échange sur les ressentis appelés « vivances »). À la fin de chaque session, le « sophronisant » reçoit par email l’enregistrement audio de la séance afin de pouvoir s’entraîner à domicile et vivre tous les bienfaits de la méthode.

Ce que j’en ai pensé…

Une petite appréhension avant de commencer la séance, me demandant si j’allais réussir à me déconnecter du travail. Après m’avoir posé quelques questions sur mes attentes, Stéphanie, la sophrologue, me demande de fermer les yeux et la séance commence vraiment. Je me laisse guider par sa voix douce et rassurante et j’écoute tous ses conseils qui me permettent de me reconnecter à moi-même et d’écouter ma météo personnelle, grâce à un travail de visualisation de 5 parties du corps. Peu à peu, j’arrive à me détendre et à lâcher prise. Une vraie parenthèse de bienêtre rien qu’à moi. J’ai hâte de renouveler l’expérience…

Pour en savoir plus :
http://sophrolive.com
Bon à savoir : La 1ère séance est gratuite !

* Répertoire national des certifications professionnelles


éco livres

Ma méthode de sophrologie pour les enfants
livre-ma-methode-de-sophrologiede Carole Serrat et Laurent Stopnicki

Avec ce livre conçu pour toute la famille, la sophrologue Carole Serrat et Laurent Stopnicki (compositeur) proposent :
– des exercices ludiques à faire faire aux enfants pour les aider, selon leurs besoins, à gérer leurs émotions, avoir davantage confiance en eux, se sentir bien dans leur corps, développer leur imagination et leur créativité, éveiller leurs sens…
– de précieux conseils pour les parents,
– et un conte musical relaxant inédit destiné aux enfants et créé spécialement par Laurent Stopnicki pour ce livre.

Éditions Leduc.s – 20 €

Yoga sans dégâts
livre-yoga-sans-degatsdu Dr Bernadette de Gasquet et Jean-Paul Bouteloup

La pratique du yoga sans précision de placement, de respiration, peut entraîner des problèmes articulaires, voire cardiaques, circulatoires… En effet, contrairement au discours qui présente souvent le yoga comme une discipline de détente, il est indubitable que sa pratique peut être dangereuse : il s’agit souvent d’une mauvaise compréhension des postures et d’une mauvaise adaptation de la discipline au public européen. C’est le contraire d’un yoga adapté, personnalisé et dans le respect de la biomécanique. Ce livre explique comment éviter les postures à risque et réaliser les bonnes postures pour la morphologie occidentale. Photos à l’appui, il vous donne les clés d’une pratique en toute sécurité, pour profiter pleinement des bienfaits du yoga.

Marabout – 15,90 €


Mettez le feu… sur l’oreiller

oreillerEn période de frimas, il n’est pas toujours garanti d’avoir une libido à son zénith.

Rappelons que l’hormone du désir est essentiellement la testostérone et qu’une sexualité active entretient sa production. Malheureusement, au cours de sa vie, cette hormone décroît progressivement chez l’homme et assez brutalement à la ménopause chez la femme, avec d’autres hormones sexuelles (oestrogènes et progestérone) impliquées dans le fonctionnement de la libido. Heureusement, la phytothérapie est là pour nous sauver et veiller sur l’intensité de notre désir.

Voici quelques plantes qui sauront mettre du piment dans votre couple :

L’ortie augmente la disponibilité de la testostérone.

Le ginkgo optimise la microcirculation du cerveau et de la sphère génitale.

Le ginseng stimule la sécrétion des hormones sexuelles et améliore la microcirculation.

La passiflore diminue la conversion de la testostérone en oestrogènes, augmentant ainsi la testostérone libre, considérée comme biologiquement active.

Le guarana stimule la libido. Ces plantes pourront être consommées sous forme d’infusions ou de gélules. Référez-vous aux posologies indiquées par le fabricant.

Vous pourrez également avoir recours, à la place des plantes proposées ci-dessus, à des préparations de gemmothérapie, les fameux bourgeons de plante, à prendre pendant 1 mois, puis en cures discontinues de 20 jours par mois pendant 3 mois si besoin.

Deux préparations sont particulièrement indiquées pour réveiller une libido en berne :

Bouleau pubescent (Betula pubescens) : on utilisera les fleurs mâles en macérât glycériné 1 D à raison de 100 gouttes par jour le matin.

Séquoia (Sequoiadendron giganteum) : on utilisera les jeunes pousses fraîches en macérât glycériné 1 D à raison de 100 gouttes pour le soir.


Vive l’automassage de feu !

Pendant la période hivernale, il n’est pas toujours simple de se réchauffer. Voici pourquoi nous vous proposons cet automassage aromatique réchauffant, directement inspiré de l’Ayurvéda, ou médecine traditionnelle indienne.

Dans un bol, mélangez 3 cuillères à soupe de poudre de moutarde (graines de moutarde moulues) et 2 cuillères à soupe d’huile de sésame, ainsi qu’un peu d’eau de source.

Diluez la poudre de moutarde dans l’eau de manière à obtenir une pâte crémeuse. Appliquez celle-ci généreusement sur les pieds. Laissez agir environ 10 minutes, puis rincez à l’eau tiède. Frictionnez ensuite vos pieds avec l’huile de sésame légèrement chauffée (mais surtout pas brûlante). Vous devriez être rapidement réchauffé et parfaitement détendu.

Pour aller plus loin…

Shiatsu fondamental
livre-shiatsu-fondamentalde Michel Odoul

Cet ouvrage est le dernier volet de la trilogie Shiatsu fondamental de Michel Odoul. Il y présente tous les fondamentaux millénaires dans lesquels le shiatsu prend ses racines. Il en fait une oeuvre majeure sur le shiatsu et toutes les techniques manuelles qui s’appuient sur la notion d’énergie.

Ce livre constitue un outil indispensable à tout praticien de shiatsu et intéressera au plus haut point celles et ceux qui cherchent à en savoir plus sur cette technique énergétique, ainsi que toutes les écoles, tous les enseignants ou élèves des différents domaines des médecines douces.

35 € – Albin Michel


À la découverte de la relaxation coréenne

Ysabel-AndreoInterview d’Ysabel Andreo, praticienne de santé en naturopathie, réflexologies et relaxation coréenne.

Relaxation ou massage ?

La « relaxation coréenne » est également nommée « massage coréen ». Ces deux appellations pourraient porter à confusion pour les occidentaux que nous sommes.

En effet, cette méthode de détente n’est ni une relaxation classique, guidée uniquement par la voix du praticien, ni un massage conventionnel à l’huile.

Nous pourrions la décrire comme une technique manuelle de relaxation qui se pratique en binôme, habillé, traditionnellement au sol, sur un tapis épais, et qui provoque un bienêtre profond aux niveaux physique, mental et psychique. Elle est également très ludique et facile à apprendre.

Cette technique ancestrale nous vient d’Extrême- Orient, de Corée plus précisément. Elle appartiendrait à la grande tradition chinoise. Initialement, elle était pratiquée dans les cercles familiaux villageois, à la fois pour se maintenir en forme et développer des liens sociaux cordiaux. Il n’y avait pas de méthodologie précise. Toujours active dans son pays d’origine et en Asie, cette tradition s’exporte chez nous depuis quelques décennies. En France, elle commence à être de plus en plus connue, surtout dans les grandes villes.

Quelles différences y a-t-il entre la relaxation coréenne et les autres techniques de relaxation ?

Dans la plupart des relaxations classiques, le « receveur » est guidé par la voix du praticien, mais sans contact physique.

Alors que, dans la relaxation coréenne, la technique se pratique à deux, avec un « donneur », un « receveur » et la détente qu’elle procure passe par le toucher ; ce qui demande au binôme une grande interaction.

C’est encore plus flagrant lorsque cette dernière se réalise en groupe. Dans ce cas, les partenaires échangent leur rôle, le « donneur » devient « receveur » et vice versa, ce qui ajoute un attrait supplémentaire à cette méthode car elle permet de travailler sur différents plans de l’être (physique, énergétique, émotionnel, mental).

En effet, j’ai pu observer aussi bien chez les grands enfants, les adolescents que les adultes, que les différents aspects de cette relaxation répondaient à bien des besoins et à des valeurs qui manquent tant à notre société d’aujourd’hui. Outre la détente ressentie à l’issue de la pratique, la relaxation coréenne invite à la bienveillance pour soi et l’autre, à la complicité, au respect et à la gratitude.

En quoi cela consiste-t-il ?

Dans l’idéal, une séance de relaxation coréenne se déroule dans un cadre chaleureux, calme, avec ou sans musique douce. Elle dure environ 15 mn s’il s’agit d’enfants en bas âge (2 mois à 3 ans) à 45 mn pour les grands enfants, adolescents et adultes. Dans certains cas, il est possible de la pratiquer sur une table de massage (ex : problème de mobilité).

Le praticien – « le donneur » – applique une série de mobilisations passives des articulations, par des mini-secousses, bercements et des étirements musculaires progressifs et délicats. Ces derniers sont destinés à induire des micro-vibrations et des ondulations. En général, il commence son enchaînement des pieds jusqu’à la tête, et finit par un massage du visage. Tout cela se déroule dans un rythme particulier, un peu comme une danse qui alternerait des temps toniques et d’autres plus doux, et ce en gardant le contact avec « le receveur ». Pour ma part, en individuel ou en groupe, je propose toujours de finir avec un grand « merci » et un partage des ressentis de la séance.

En séance individuelle et sans contre-indication, le praticien professionnel peut ajouter des postures ventrales afin d’approfondir la détente. En groupe, j’applique uniquement le protocole de relaxation sur le dos, plus facile à mettre en oeuvre avec un public « amateur ».

Les bienfaits

> Détente et souplesse du corps et du psychisme.
> Une meilleure connaissance de soi (en tant que « receveur » et « donneur »).
> L’éveil des sens.
> L’apprentissage d’un toucher bienveillant.
> Un sommeil plus réparateur.

Où peut-on recevoir et apprendre cette relaxation ?

Si c’est à titre privé pour votre propre bienêtre, contactez un thérapeute confirmé ou une association de bien-être qui pratique cette activité, sous forme de séance individuelle ou d’ateliers collectifs.

Si vous souhaitez apprendre cette technique à titre professionnel, il existe quelques écoles en France qui offrent cette formation.

Quelles sont les précautions et les contreindications de la relaxation coréenne ?

Le praticien devra adapter sa séance dans les cas suivants : chez les enfants, surtout les petits, les séances seront plus courtes car il est difficile de capter leur attention longtemps. Chez les femmes enceintes et les personnes porteuses de prothèse de hanche ou d’épaule, on évitera certains mouvements.

La relaxation coréenne est à considérer comme un accompagnement et non comme un acte thérapeutique ou médical. En aucun cas, elle ne se substitue aux soins médicaux ou paramédicaux.

Les contre-indications strictes concernent les personnes qui souffrent de troubles infectieux et de troubles articulaires (au moment des poussées inflammatoires).

Quel avenir pour la relaxation coréenne ?

Elle pourrait être proposée par exemple :

> dans le cadre de la prévention du burn out pour le personnel des entreprises, des hôpitaux, etc.
> dans les établissements scolaires, pour apprendre à se détendre, développer le respect, la confiance en soi et en l’autre.

Ysabel Andreo – Praticienne de santé en naturopathie, réflexologies et relaxation coréenne – Conseillère en hygiène vitale – Créatrice culinaire – Membre OMNES (association professionnelle de naturopathes) :
http://moulindescombes.com/naturopathie naturopathie@moulindescombes.com
Ateliers de relaxation coréenne collectifs à l’association KLOREAUFIL, 1 lundi matin/mois de septembre à juin (87190 Dompierre-les-Églises/ Haute-Vienne/Limousin), en cabinet en individuel sur rendez-vous.
Possibilité d’organisation d’ateliers et de stages sur demande. www.KLOREAUFIL.org


Côté Beauté

beaute-img2Le feu n’épargne pas notre peau, bien souvent fragilisée au quotidien par un contexte des plus hostile (froid, vent, stress, pollution, alcool, manque de sommeil…). Les effets négatifs de cet environnement génèrent une réaction immunitaire cutanée qui se manifeste souvent par une inflammation de notre peau. Les symptômes les plus évidents en sont des rougeurs, une irritation de la peau, une sensation douloureuse ou, dans les cas les plus graves, un oedème. Un phénomène moins visible et pourtant essentiel, également induit par l’inflammation cutanée, est la perte de l’homéostasie de l’épiderme ; en d’autres termes, la perte de son intégrité. Heureusement, la cosmétique naturelle est à l’écoute des peaux les plus sensibles grâce à des actifs apaisants et protecteurs, capables à la fois de calmer le feu et de nous sublimer…

Dossier beauté
À fleur de peau

Environ 20 % des femmes ont un vrai problème de peau sensible et 40 % connaissent fréquemment tiraillements et inconfort, et ce quel que soit leur type de peau. Tous les phototypes sont également concernés, même s’il est vrai que les femmes à la peau fine et claire y sont prédisposées. 60 % des Européennes sont par conséquent concernées de près ou de loin par une peau sensible ou réactive. Ce chiffre semble être en constante évolution, dont l’une des explications serait l’émotivité exacerbée de certaines personnes.

La peau sensible est une réalité complexe, dont on a parfois du mal à percevoir toutes les subtilités. On sait toutefois qu’elle est le résultat d’une hyper-activation du système nerveux par les cellules cutanées. En réaction à une agression cutanée par des agents extérieurs, les mastocytes, d’une part, libèrent des médiateurs pro-inflammatoires (histamine et sérotonine) : c’est la première action de l’organisme contre l’agent exogène.

D’autre part, une réaction non spécifique à l’inflammation est observée : les kératinocytes sécrètent une grande quantité de cytokines. Au final, la combinaison de ces réactions en cascade va être responsable de la dilatation des vaisseaux sanguins et de l’augmentation de la perméabilité capillaire.

Dès lors, rougeurs, échauffements, oedèmes, picotements, démangeaisons peuvent apparaître. Les facteurs déclenchants de la sensibilité cutanée peuvent avoir des origines diverses :

• Une prédisposition épidermique

Bien souvent, les peaux sensibles sont marquées par leur finesse. En effet, les couches superficielles de l’épiderme s’avèrent plus perméables, perdant ainsi en efficacité dans leur rôle de barrière protectrice. Ayant davantage de difficultés à préserver une bonne hydratation, elles se montrent plus réceptives aux facteurs susceptibles de les agresser et se fragilisent ainsi de plus en plus au fil du temps.

• Des aléas climatiques et physiques

Froid, chaleur, variations brusques de température, pollution environnementale sont des facteurs qui fragilisent les peaux sensibles. Par ailleurs, une mauvaise digestion, la consommation d’un plat épicé ou d’alcool, l’arrivée des règles ou de tout autre bouleversement hormonal ont des répercussions non négligeables sur la réactivité cutanée.

• Des facteurs psychologiques

80 % des affections dermatologiques auraient une origine psychique. Car, comme vous le savez probablement, le cerveau, le système nerveux et l’épiderme sont en étroite liaison. Une sorte de SOS lancé depuis l’épiderme. Ainsi, un coup de stress, un état émotionnel particulier, une fatigue passagère peuvent se traduire par une sensibilité ou une réaction exacerbée de la peau.

• Des contacts critiques

Il n’est pas rare que certaines peaux sensibles ne supportent rien, pas même le contact de l’eau, d’un vêtement ou d’un cosmétique inadapté. Ainsi, un savon trop alcalin, un soin antirides trop performant ou un exfoliant trop décapant peuvent devenir très rapidement source de démangeaisons, de picotements et d’échauffements.

LE PLAN D’ATTAQUE
• Restaurer le film hydrolipidique.
• Réduire la libération des médiateurs pro-inflammatoires.
• Diminuer localement les sensations d’inflammation (inconfort, brûlure, tiraillements…).
• Limiter la dilatation des vaisseaux sanguins et, ainsi, les rougeurs.
• Contrôler la prolifération bactérienne afin d’éviter des réactions inflammatoires supplémentaires.

Recette de toute beauté
Mousse démaquillante apaisante
Mauve et Mélisse de Provence

Un soin à la fois ludique et très cocooning pour apaiser, le soir, les peaux les plus sensibles.

? Mousse-demaquillante-apaisantePréparation : 10 mn max
? Conservation : environ 3 mois
? Coût : moins de 6 €

Mon matériel
? 1 flacon mousseur de 200 ml
? 1 éprouvette graduée

Dans mon panier
? 188 ml d’hydrolat de mélisse bio de Provence
? 10 ml d’extrait liquide de mauve bio
? 40 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

La recette
1 > Transférez l’ensemble des ingrédients dans le flacon.
2 > Fermez le flacon et agitez.

Rituel de beauté
Appliquez cette mousse légère sur l’ensemble du visage, à l’aide d’un coton
ou d’un linge propre, afin d’éliminer le maquillage et les impuretés. Adoucissante
et apaisante, elle allie la délicatesse de la mauve et de la mélisse pour
nettoyer les peaux les plus sensibles sans les irriter.

Photo : © Sophie Macheteau


éco livres

Le meilleur anti-douleur c’est votre cerveau
livre-le-meilleur-anti-douleurdu Pr John Sarno

Ce livre s’adresse à tous ceux qui ont mal au dos, au cou ou aux épaules, qui souffrent de migraines, de maux de ventre, de tendinite, fibromyalgie, tous ceux dont l’existence est empoisonnée par la douleur. Cette lecture va changer leur vie. Première révélation : dans la plupart des cas, c’est le cerveau qui crée une douleur physique pour nous détourner d’une colère refoulée après un traumatisme de l’enfance ou un stress : conflits au travail, divorce, pressions familiales, problèmes financiers… Deuxième révélation : sur la base de son expérience clinique, le Pr John Sarno a développé un programme anti-douleur ultrasimple et efficace à faire chez soi, à son rythme. La clé ? Accepter que le subconscient est responsable, identifier les émotions en jeu et conduire le cerveau à mettre un terme à la douleur. Sans médicament, sans psychothérapie, sans séance d’ostéo ou de kiné.

Thierry Souccar Éditions – 18,90 €

Algues marines – Propriétés, usages, recettes
livre-alguesd’Ole G. Mouritsen

Les algues sont de plus en plus présentes dans notre vie quotidienne, et ce sous de multiples aspects. Cet ouvrage, le plus complet à ce jour sur le sujet, vous présente à la fois l’histoire culturelle des algues, leur biologie et écologie, ainsi que leur rôle dans le domaine de la santé et de la beauté.

D’autres usages, dont les débouchés pourraient s’avérer prometteurs dans les années à venir, sont également expliqués : cultures destinées à l’éradication de la faim dans le monde, fertilisants, construction ou bien encore usages industriels.

Enfin, l’aspect gustatif et nutritionnel des algues est détaillé car cellesci sont riches en minéraux, oligoéléments, protéines, vitamines, fibres alimentaires, acides gras polyinsaturés rares. L’auteur, passionné de gastronomie japonaise, propose d’ailleurs 60 recettes à base d’algues brutes ou « préparées ».

Éditions Leduc.s – 40 €

Yoga Anatomie
de Ray Long (Les muscles et les postures)

livre-yoga-anatomieUn livre passionnant, regroupant les 55 postures de yoga illustrées par des planches anatomiques en 3D, qui pointent l’implication des os, muscles, tendons, ligaments concernés dans chaque posture.

livre-yoga-anatomie2Aborder les asanas sous l’angle anatomique permet d’aller plus loin dans les postures, en influençant nos propres réponses physiologiques inconscientes grâce à des actions mécaniques conscientes très ciblées. Les deux tomes de la série Yoga anatomie sont les ouvrages les plus complets sur l’anatomie fonctionnelle adaptée aux mouvements du yoga, à destination des élèves confirmés et des professeurs.

La Plage – 29,95 €


La camomille allemande (matricaire),
fleur de douceur pour les peaux sensibles

Bucolique et champêtre, la camomille parsème le bord des chemins sans qu’on lui prête une grande attention. Sous ses atours modestes, cette petite herbacée, originaire d’Europe et d’Asie occidentale, cache pourtant de nombreux bienfaits. Anti-inflammatoire, calmante et cicatrisante, elle est la fleur des peaux sensibles…

La camomille allemande (ou matricaire) doit son nom à l’intérêt que les populations d’Europe centrale lui portaient. Dans la mythologie germaine et nordique, elle fait partie des neuf plantes sacrées que le dieu Odin donna aux hommes. Son nom de matricaire vient du latin matrix, qui signifie matrice, car elle était principalement employée pour traiter ce qu’on appelait les « maladies des femmes ». Ses fleurs odorantes aux pétales blancs et aux coeurs jaunes apparaissent entre mai et octobre et comptent parmi les plantes les plus utilisées en phytothérapie. Huile essentielle, hydrolat ou extrait CO2, la camomille se décline en trois extraits naturels, pour toutes les utilisations.

camomilleL’huile essentielle de camomille, l’anti-inflammatoire des peaux irritées

Cette huile couleur bleu indigo au parfum herbacé, miellé et légèrement fruité est connue pour son action antiinflammatoire très efficace. Elle soulage les irritations de l’épiderme, facilite la cicatrisation et décongestionne la peau. On l’utilisera pour réaliser des crèmes de soins ou des masques apaisants.

L’hydrolat de camomille, l’eau bienfaisante des peaux sensibles

Très doux, cet hydrolat calme et apaise les peaux irritées ou allergiques. Il s’emploie ainsi en cas d’eczéma, d’urticaire, d’allergies cutanées… Eau de lumière pour les cheveux clairs, il est réputé pour renforcer la blondeur ! Les peaux sensibles l’utiliseront en lotion pour parfaire le démaquillage et préparer la peau à recevoir un soin de jour ou de nuit.

L’extrait CO2 de camomille allemande, un concentré de douceur pour la peau

Avec son odeur superbe de fleurs de camomille fraîchement froissées, cet extrait CO2 adoucit, apaise et répare les peaux irritées ou réactives. Il contient une association inédite de principes actifs en quantités généreuses : la matricine et le bisabolol. Ces deux molécules sont connues pour leur activité anti-inflammatoire importante. La matricine, en particulier serait capable d’inhiber des enzymes pro-oxydantes, comme les cyclo-oxygénases, participant ainsi à la diminution rapide des inflammations. Le bisabolol est, quant à lui reconnu comme ayant un effet anti-inflammatoire très puissant, couplé à des aptitudes antimicrobiennes, ce qui le rend très utile, notamment en cas d’acné ou de coupures.

Cet extrait apportera ses vertus apaisantes et réparatrices à tous les cosmétiques maison : crèmes pour le visage, lotions, laits démaquillants, gels douche, rouges à lèvres…

• R e c e t t e •

Recette de cosmétique maison « active » de l’équipe experte en formulation cosmétique AROMA-ZONE

Crème apaisante pour peaux sensibles et irritées

creme-apaisante? Préparation : 10 mn
? Coût : ~ 4,50 € pour 50 ml
? Difficulté : débutant
? Conservation : 3 mois

Mon matériel
? Flaconnage : pot de 50 ml
? Matériel nécessaire : cuillère à café

Dans mon panier
pour 50 ml de produit :
? Macérât huileux de calendula bio : 1 cuillère à café
? Extrait CO2 de camomille allemande bio : 1 petit pois
? Huile essentielle de millepertuis bio : 2 gouttes
? Avoine en poudre bio : ½ cuillère à café
? Crème neutre désaltérante bio : 1 pot 50 ml

La recette
1- Mettez le macérât de calendula, l’extrait de camomille, l’huile essentielle de millepertuis et l’avoine en poudre dans une coupelle, puis mélangez.
2- Transvasez le mélange directement dans le pot de crème neutre, puis mélangez à nouveau pour homogénéiser.

Rituel de beauté
Baume de réconfort pour les peaux réactives et irritées, cette crème onctueuse et légère hydrate l’épiderme et l’enveloppe d’un complexe végétal anti-inflammatoire puissant, mariage des propriétés de la camomille, du calendula, du millepertuis et de l’avoine.

Appliquez une ou deux noisette(s) sur l’ensemble du visage (sur peau propre et sèche) en tant que soin de jour et/ou de nuit.

fleur-2• Z o o m •

sur le complexe anti-inflammatoire de ce soin

Extrait CO2 de camomille allemande :

Association unique de principes actifs en quantités importantes : la matricine et le bisabolol, réputés pour leur activité anti-inflammatoire d’exception.

Extrait CO2 de calendula :

La richesse de cet extrait en esters de faradiol lui confère une puissante aptitude à calmer les inflammations et à favoriser la cicatrisation.

Huile essentielle de millepertuis :

Cette huile essentielle rare est réputée pour ses effets anti-inflammatoires et anti-traumatiques puissants grâce à sa richesse en sesquiterpènes.

Poudre d’avoine colloïdale :

Céréale aux mille vertus, l’avoine est riche en actifs apaisants, antioxydants et nutritifs, comme le bêta-glucane, les avénanthramides, le phosphore, les vitamines B, les protéines… Elle calme les démangeaisons, adoucit, hydrate et répare la peau.


cuir-cheveluQuand le cuir chevelu gratouille !

Les démangeaisons du cuir chevelu peuvent être dues à un problème pathologique, tel que la présence de champignons sur le cuir chevelu ou de psoriasis.

Mais, dans la plupart des cas, il s’agit de facteurs internes, comme le stress, la fatigue, ou de facteurs externes, comme l’utilisation de shampooings trop détergents, les rinçages incomplets, les brushings, les colorations chimiques, les permanentes à répétition…

Afin de calmer le jeu, il convient de soulager et d’assainir le cuir chevelu à l’aide, notamment, d’huiles essentielles et d’actifs naturels :

Côté huiles essentielles :
géranium, laurier noble, palmarosa, tea tree, cade, bay St Thomas, patchouli…

Ajoutez 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle à une noix de shampooing ou une base de shampooing neutre.

Côté poudres de plantes :
extrait de bardane, poudre de pivoine, tulsi, brahmi, neem, sidr

Côté huiles végétales :
sapote, cranberry et chaulmoogra calment les cuirs chevelus sensibles.

Les huiles essentielles, extraits de plantes et huiles végétales sont à intégrer dans vos préparations cosmétiques maison.

Zoom sur l’huile végétale de sapote

Il existe beaucoup de confusions autour du mot sapote. La « vraie » sapote est le fruit du Pouteria sapota, qui pousse uniquement en Amérique centrale et aux Caraïbes. Ce fruit orange vif ne doit pas être confondu avec la sapotille (fruit du Manilkara zapota), qui est beaucoup plus petite et largement introduite dans le sud de l’Asie. La sapote qui produit l’huile végétale est un gros fruit d’une quinzaine de centimètres, rond ou ovale, pouvant peser jusqu’à 2 kg.

Sa chair rose orangé renferme 1 à 4 graines, riches d’une huile à l’odeur douce d’amande amère. Traditionnellement utilisée à St-Domingue pour stimuler la pousse des cheveux, elle est un véritable soin pour les cheveux secs, frisés ou afro.

Recette express
Huile capillaire apaisante

Si possible, la veille de votre shampooing, mélangez 20 ml d’huile de sapote avec 8 gouttes d’huile essentielle de palmarosa et 8 gouttes d’huile essentielle de géranium. Appliquez cette huile aromatique sur l’ensemble de la chevelure, que vous prendrez soin de masser. Le lendemain matin, lavez vos cheveux.

Recette de toute beauté
Shampooing doux et apaisant
pour cuir chevelu irrité
Sidr et Sapote

Utilisés plusieurs fois par semaine, les shampooings conventionnels finissent à la longue par irriter notre cuir chevelu. Voici un shampooing tout doux qui devrait venir à bout des irritations et démangeaisons.

? shampoingPréparation : 20 mn
? Conservation : environ 3 mois
? Coût : moins de 1,50 €

Mon matériel
? 1 bécher gradué de 500 ml
? 1 mini-fouet ou 1 petite cuillère
? 1 flacon service de 250 ml

Dans mon panier
? 190 ml de crème lavante neutre bio
? 5 ml d’huile de sapote
? 5 g de poudre de sidr
? 5 gouttes d’huile essentielle de palmarosa

La recette
1 > Transférez la crème lavante neutre bio dans le bol.
2 > Ajoutez l’huile de sapote et mélangez soigneusement à l’aide du mini-fouet.
3 > Ajoutez la poudre de sidr et mélangez à nouveau.
4 > Terminez par l’ajout de l’huile essentielle et mélangez une dernière fois.

Rituel de beauté
Lavez les cheveux 1 à 2 fois par semaine avec ce shampooing très doux et traitant.

Le saviez-vous ?
Le sidr est utilisé en médecine ayurvédique pour apaiser les personnes de types Pitta et Kapha. Riche en saponosides, la poudre de sidr peut être employée pour laver les cheveux. C’est un cousin du shikakaï, mais il présente l’avantage de laver les cheveux qui ont été colorés sans les faire dégorger et en fixant la couleur. Riche en mucilages et astringente, cette poudre de feuilles est également utile pour affaiblir les maladies du cuir chevelu et lutter contre les pellicules.

Photo : © Sophie Macheteau


Les actifs apaisants au naturel

La peau a besoin d’aide pour retrouver son équilibre naturel. Elle nécessite la plus grande attention et des actifs naturels ciblés.

Le bisabolol,
l’allié végétal des peaux sensibles

bisabololComposé actif existant dans plusieurs plantes, dont la camomille, l’alpha-bisabolol est un puissant agent apaisant et cicatrisant, très efficace même à faible dose. C’est un ingrédient de choix pour le soin des peaux sensibles.

Comment l’utiliser ?
Cet actif liquide, que vous trouverez aisément sur internet, se dilue à hauteur de 0,05 à 1 % dans une huile végétale appropriée (amande douce, argousier, baobab, macérât de calendula, cameline, cassis, chaulmoogra).

Recette express – Sérum apaisant calendula et bisabolol
Dans un bol, mélangez 15 gouttes de bisabolol dans 100 ml de macérât de calendula. Transvasez dans un flacon approprié. Appliquez ce sérum le soir, sur une peau bien propre.

Les phytostérols,
des boucliers protecteurs

Ce sont des composés naturels que l’on trouve dans de nombreux végétaux. Des études récentes ont montré que les phytostérols intervenaient directement dans les processus de défense de la peau en régulant les mécanismes de l’inflammation. Capables de réduire les irritations (rougeurs, oedèmes…), ils sont utilisés pour soulager les peaux réactives ou irritées. De structure analogue à la DHEA (hormone antivieillissement), les phytostérols participent au renouvellement du film hydrolipidique. Ils accélèrent la synthèse des phospholipides cutanés et donnent un aspect plus ferme à la peau. On en trouve notamment dans l’avocat et le kiwi. Alors, n’hésitez pas à vous confectionner des masques de beauté minute avec la chair de ces deux fruits. Vous pourrez bien évidemment la mélanger à du fromage blanc.

La mauve,
petite fleur cocooning pour la peau

mauveDepuis l’Antiquité, la mauve est symbole de douceur. Cette jolie fleur violette occupe une place de choix dans les soins cosmétiques douceur pour les peaux sensibles, irritées et sèches. Riche notamment en mucilages, comme le D-galactose et l’acide galacturonique – deux actifs hydratants et adoucissants –, la mauve apaise, calme les irritations et lutte contre le dessèchement de la peau.

Comment l’utiliser ?
À hauteur de 5 % (soit 5 ml pour 100 ml de support) dans une préparation cosmétique aqueuse, telle qu’une lotion, une crème, du gel d’aloe vera, une base lavante…

Recette express – Lotion apaisante à la mauve
Dans un bol, transférez 95 ml d’eau florale de rose. Ajoutez 5 ml d’extrait liquide de mauve et mélangez soigneusement. Transférez dans un flacon approprié. Appliquez matin et soir sur une peau propre. Ne pas rincer.

La grenade,
une bombe d’actifs apaisants

grenadeLes pépins de grenade contiennent de l’acide punicique, un acide gras polyinsaturé (oméga 5), de structure proche de l’acide linolénique (oméga 6), aux propriétés calmantes. L’huile exprimée de ces graines par extraction au CO2 supercritique est réputée pour avoir des propriétés anti-inflammatoires puissantes, en plus de ses vertus calmantes et apaisantes.

Comment l’utiliser ?
1 à 5 % d’extrait CO2 de grenade, à incorporer dans une huile, un baume ou une émulsion. Cette huile peut s’appliquer pure pour un usage localisé.

Recette express – Huile réparatrice et apaisante pour les peaux sensibles
Dans un bol, transférez 50 ml de macérât de calendula. Ajoutez 2 ml d’huile de grenade et mélangez soigneusement. Appliquez ce sérum le soir, sur une peau bien propre.

Le lait de jument,
une caresse pour la peau

laitDoux et apaisant, le lait de jument est connu pour son très fort pouvoir régénérant. Avec plus de 60 % de lactose, le lait de jument est aussi un concentré d’enzymes, de minéraux et d’éléments essentiels, dont la lactoferrine, une molécule énigmatique contenue dans tous les liquides de sécrétions, notamment le lait maternel. Appliquée à la cosmétique, cette dernière se révèle être très intéressante pour protéger les peaux les plus sensibles grâce à son action protectrice et calmante.

Comment l’utiliser ?
1 à 10 % de lait de jument lyophilisé bio dans un masque, un démaquillant, une crème, un savon douceur ou encore un gel.

Recette express – Lait démaquillant biphasé au lait de jument
Dans un bol, mélangez 40 ml d’eau de source avec 10 ml de lait de jument en poudre. Transférez dans un flacon approprié. Complétez avec une huile d’amande douce ou un macérât de calendula.
Secouez avant emploi et appliquez sur un linge propre afin de procéder au démaquillage.

Le miel,
le pansement de la ruche

mielRiche en sucres, en éléments nutritifs, en vitamines, glucides et enzymes comme la glucose oxydase, qui stimulent la cicatrisation par production de petites quantités régulières de peroxyde d’hydrogène, le miel fait partie des ingrédients incontournables pour protéger, nourrir et hydrater la peau.

Comment l’utiliser ?
1 à 10 % (liquide ou en poudre) dans un masque, une crème, une lotion…

Recette express – Masque doudou au miel
Dans un bol, mélangez 1 c. à s. de miel, 1 c. à s. de crème fraîche, 1 jaune d’oeuf et 2 gouttes d’huile essentielle d’orange douce. Appliquez sur le visage parfaitement démaquillé ou nettoyé. Laissez agir 10 bonnes minutes, puis rincez à l’eau tiède ou avec une eau florale de camomille. Prenez le temps de faire ce masque une fois par semaine.

La réglisse,
un bâton au coeur tendre

reglisseDes études récentes montrent que la glycyrrhizine, l’acide 18-bêta-glycyrrhétinique et la liquiritigénine contenus dans la racine de réglisse possèdent une puissante activité anti-inflammatoire et antiallergique et auraient donc un potentiel apaisant dans certains cas d’allergie cutanée. Un macérât hydroglycériné de poudre de réglisse sera par conséquent l’actif idéal pour soulager une peau irritée ou sensible.

Comment l’utiliser ?
2 à 5 % de réglisse en poudre dans un masque, un cataplasme ou un macérât hydroglycériné. Insoluble dans l’eau et dans l’huile.

Recette express – Macérât hydroglycériné de réglisse
Mélangez 90 ml d’eau minérale avec 10 ml de glycérine dans un flacon hermétique préalablement désinfecté (rinçage à l’alcool de pharmacie). Pesez 10 g de poudre de réglisse sur d’une balance. À l’aide d’un entonnoir à poudre, versez la poudre dans le mélange aqueux. Agitez bien afin de la disperser uniformément dans le liquide. Laissez macérer 24 h à l’abri de l’air et de la lumière, en agitant à l’occasion.
Après macération, filtrez à l’aide d’un filtre à café ou d’un tissu propre adapté. Récoltez le filtrat et transférez-le à l’aide d’une pipette propre dans un flacon hermétique et propre préalablement désinfecté.

L’avoine,
une céréale « doudoune » pour la peau

avoineL’avoine colloïdale contient des avénanthramides, de la famille des polyphénols, qui agissent au coeur de la peau sensible pour la calmer et la soulager rapidement. Les sensations d’inconfort localisées, comme les picotements et les rougeurs, sont significativement réduites. Des études in vitro ont montré que l’avoine intervient à la source de l’inflammation en limitant la libération de médiateurs pro-inflammatoires (cytokines IL-6 et chemokines IL-8). Ces molécules sont impliquées dans les réactions liées à l’hypersensibilité cutanée. La peau est ainsi fortifiée et moins réactive.

Comment l’utiliser ?
En poudre, 1 à 100 % du poids total de la préparation, à disperser dans une formule aqueuse : lotion, crème, masque…

Recette express – Masque douceur à l’avoine
Dans un bol, mélangez soigneusement 1 c. à s. de poudre d’avoine colloïdale, 1 c. à s. d’argile blanche, ½ c. à c. de miel liquide et environ 10 ml d’hydrolat de camomille allemande. Ajustez si besoin la quantité d’hydrolat afin d’obtenir une pâte onctueuse.
Appliquez sur le visage, laissez poser 10 à 15 minutes, puis rincez à l’eau tiède.


Le feu aux joues

jouesEn hiver, le froid et le vent sont particulièrement agressifs pour la circulation périphérique. Il n’est pas rare que de très fins vaisseaux – appelés capillaires – éclatent en surface. Résultat ? Des rougeurs plus ou moins prononcées apparaissent, c’est la couperose.

Quelques conseils pour les peaux couperosées On évite ou, du moins, on limite tout ce qui va causer la dilatation des capillaires, à savoir :
• Les variations brutales de température
• L’exposition prolongée au froid ou au soleil
• L’abus d’alcool et les plats épicés
• Le stress et le surmenage

Misez sur :
• L’hydratation intense : ne pas oublier de boire une eau de source bio et de qualité.
• Des tisanes de vigne rouge et/ou d’hamamélis.
• Une alimentation antioxydante, riche en fruits et légumes de saison.

Les ingrédients VIP
• Les agrumes, riches en vitamine C et en citroflavonoïdes, qui préviennent le vieillissement prématuré des vaisseaux par leur action antioxydante.
• Les fruits et les plantes riches en tanins, substances antioxydantes, et qui favorisent la contraction des petits vaisseaux, tels que le raisin, le tilleul, la mauve, le nénuphar et la rose.
• L’aubépine, qui régule la pression artérielle.
• L’huile essentielle de cyprès, aux effets vaso-constricteurs.

L’ordonnance beauté
Côté actifs : extrait de petit houx, extrait de vigne rouge
Hydrolats : ciste, cyprès, hélichryse italienne Côté huiles essentielles : ciste, cyprès, hélichryse italienne, lentisque pistachier
Côté huiles végétales : calophylle, son de riz

houxZoom sur le petit houx
Le petit houx – ou fragon – est facilement reconnaissable à ses feuilles, d’un vert sombre et brillant, sur lesquelles pousse directement en leur centre une petite baie rouge écarlate… Drôle de présentation pour cette plante des sous-bois qui, malgré les apparences, n’a rien à voir avec le véritable houx !
Depuis 1959 et le lancement par un célèbre laboratoire d’un veinotonique issu du petit houx, les médicaments qui en sont dérivés sont les plus vendus pour leur action sur le système veineux. En effet, en activant la contraction des veines, le petit houx favorise une meilleure circulation sanguine dans les membres inférieurs, réduisant ainsi la sensation de jambes lourdes et le phénomène de chevilles gonflées. Cette propriété est également bénéfique sur d’autres zones du corps et, notamment, le visage, puisqu’en stimulant la circulation du sang au niveau des capillaires, le petit houx permet de diminuer les rougeurs du visage provoquées par une circulation paresseuse.
Comment l’utiliser ?
5 à 50 % du poids total de votre préparation.

3 recettes de toute beauté anti-rougeurs

COMPRESSES ANTI-COUPEROSE

Mettez 30 g de fleurs de tilleul ou de mauve dans 1 litre d’eau froide. Faites chauffer et laissez bouillir 15 minutes avant de retirer du feu. Laissez infuser 15 minutes, puis filtrez et placez au réfrigérateur.

Cette décoction sera appliquée chaque soir en compresses sur le nez et les pommettes. Laissez agir 20 minutes, puis mettez votre crème de nuit. Elle peut aussi être utilisée comme lotion nettoyante au quotidien.

MASQUE TENDRESSE ANTI-COUPEROSE

Mélangez soigneusement 2 cuillerées à soupe de crème fraîche, 1 cuillerée à café d’huile d’onagre, 3 gouttes d’huile essentielle de citron, 3 gouttes d’huile essentielle de cyprès. Appliquez sur l’ensemble du visage en évitant le contour des yeux. Laissez poser 20 minutes, puis rincez à l’eau tiède.

SÉRUM ANTI-COUPEROSE

Dans 25 ml d’huile de rose musquée, ajoutez 20 gouttes d’huile essentielle de cyprès. Appliquez par petites doses sur les zones couperosées et absorbez l’excédent avec un linge propre.

À lire…

J’ai mal à ma peau !
livre-j-ai-mal-a-ma-peaude Michel d’Anielo

La peau est un organe de communication remarquablement éloquent. Elle est capable d’échanger tant avec l’extérieur qu’avec l’intérieur, les organes et le psychisme. La dermatologie comporte en effet une pleine dimension psychologique. Démangeaisons et allergies, mélanomes et grains de beauté, acné, vieillissement, maladies cutanées et anomalies immunitaires, couperose, infections parasitaires, IST (Infections Sexuellement Transmissibles)… font ici l’objet d’une présentation panoramique (symptômes, prévention, traitements…), avant que l’auteur n’ouvre la discussion à l’aide de « questions à creuser avec le psy ». Ce livre propose ainsi une synthèse précise de toutes les solutions efficaces pour soigner les maladies de peau, en prenant en compte l’importance de la psychologie. Un vademecum pour être mieux dans sa peau !

Éditions Jouvence -7,70 €


chouette-okTESTÉ POUR VOUS !

Une seconde jeunesse pour la peau

L’une des principales préoccupations des hommes et des femmes avançant en âge est la correction des rides et du volume du visage. Il faut dire que la production d’acide hyaluronique, garant de la fermeté et de la tonicité de la peau, diminue avec le temps et entraîne un amincissement du derme. La peau se relâche, les contours du visage sont moins nets et les rides apparaissent.

Il existe un duo d’actifs d’origine naturelle particulièrement performant, l’acide glycolique et l’acide hyaluronique, capable de réduire les signes visibles de l’âge.

L’acide glycolique

L’acide glycolique est un acide alpha-hydroxylé (AHA), qui provient de la canne à sucre. Le teint terne et brouillé est très souvent causé par la quantité de cellules mortes à la surface de la peau. La force principale de l’acide glycolique est d’enlever la couche superficielle de la peau qui est morte, comme une exfoliation. Le teint redevient lumineux et le grain de peau est affiné.

Puissant stimulateur du renouvellement cellulaire, il agit par ailleurs sur les fibres responsables du maintien et de l’élasticité des tissus en dynamisant la production de collagène et d’élastine.

L’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique est présent dans notre corps, notamment dans le derme, les articulations, l’oeil… Mais il se dégrade avec le temps et ne s’accumule pas dans l’organisme. C’est le signe du vieillissement. La peau perd alors de sa fraîcheur, le contour du visage de sa fermeté et les rides se creusent. Il faut donc apporter de l’acide hyaluronique aux tissus pour leur assurer hydratation, souplesse et fermeté. Un bon matelas de soutien pour que la peau se reconstitue alors.

Le Laboratoire Janine Benoit a réuni ces deux actifs dans la gamme JB Jouvence, au travers de quatre soins visage femme et d’un soin visage homme. Ces soins agissent en synergie, pour une réduction des rides, une peau plus lisse, plus douce, repulpée et comme régénérée.

Pour en savoir plus :
http://www.jb-jouvence.com


éco livres

Faire ses cosmétiques naturels, c’est facile !
livre-faire-ses-cosmetiquesde Cyrille Saura-Zellweger

Concocter soi-même ses produits d’hygiène et de beauté permet de mettre les parfums que l’on aime, de maîtriser la composition de ses cosmétiques, d’avoir des produits toujours frais en petites quantités dans un objectif de minimiser le gâchis, mais également de faire de substantielles économies… Faire soi-même ses cosmétiques naturels, c’est beaucoup plus facile qu’on ne le pense et très amusant : les ustensiles et les gestes sont ceux de la cuisine, les produits sont un festival de textures, d’odeurs et de couleurs, que l’on trouve dans les herboristeries et magasins biologiques.

Ce livre s’inscrit dans la pure tendance du home made et du Do It Yourself (DIY). Très pratique, il présente plus de 100 recettes pour tous les usages : baumes, masques, gommages, huiles de massage, soins pour les cheveux… Voilà une belle occasion de prendre soin de soi… au naturel !

Éditions Jouvence – 8,70 €

La science des huiles essentielles médicinales
livre-huiles-essentielles-medicinalesde Pierre Franchomme

L’ouvrage débute par l’historique complet des usages traditionnels, accompagné de magnifiques illustrations au fil des siècles. Il ne se limite pas à recenser l’ensemble des données disponibles à ce jour sur les huiles essentielles, mais présente les plantes aromatiques dans leur globalité, leurs intérêts dans les domaines du médicament, des compléments alimentaires (notamment les aromatisants), mais aussi de la cosmétique. Bref, dans les vastes domaines de la santé et de la vie courante. La science des huiles essentielles médicinales est l’ouvrage de référence qui donne les clés de compréhension des modes et mécanismes d’action des huiles essentielles – le mystère est enfin levé –, ainsi que celles de leur utilisation en pratique quotidienne. Richement documenté et illustré, il apporte des preuves irréfutables de l’efficience de cette thérapeutique de pointe.

Éditions Guy Trédaniel – 39,90 €

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.