Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 55

Sophie Macheteau

Prévenir plutôt que guérir

beaute-img1Il est une vérité bonne à rappeler : nous consommons beaucoup trop de médicaments (30 % de plus que la moyenne européenne), particulièrement les antidouleurs, anxiolytiques et antidépresseurs. Peu étonnant puisque, la plupart du temps, nous ne nous préoccupons de notre santé que le jour où nous tombons malade. Résultat ? Au lieu d’en identifier la cause et de régler le problème à sa source, nous masquons bien souvent le symptôme par des médicaments, réduisant ainsi notre espérance de vie en bonne santé !

Vous connaissez tous le vieil adage « Mieux vaut prévenir que guérir » ! Eh bien, ce dernier est désormais confirmé par l’ensemble des études scientifiques menées dans le monde sur la prévention médicale.

Partant du postulat que notre meilleur antidote, c’est nous, il nous faut chercher les solutions ailleurs, dans une démarche active et personnelle, en prenant tout simplement notre santé en main au quotidien sans nous reposer à 100 % sur notre médecin. Car, aujourd’hui, on meurt davantage de maladies chroniques que de maladies infectieuses. Or, traiter des maladies chroniques avec des médicaments est loin, très loin, d’être la solution. Gérer notre santé nous implique directement, individuellement et totalement. La vraie prévention se joue probablement dans les liens qui unissent notre corps et notre esprit. En effet, la prévention n’est rien d’autre qu’un art de vivre : alors, soyons à l’écoute de notre petite musique interne, suivons davantage notre intuition, nos ressentis et nos émotions. Repensons notre relation à nous-même, décidons de ce qui est bon pour nous et mettons tout en oeuvre, grâce à des conseils simples et des remèdes naturels, pour vivre heureux et en bonne santé.

« Si vous voulez changer les choses, commencez par vous-même. »

Dalaï-lama Tenzin Gyatso


persilLa plante du mois
Le persil (Petroselinum crispum) Le brin salvateur

Description botanique

De la famille des Apiacées, le persil est une petite plante ombellifère bisannuelle cultivée à la fois dans les potagers de toute l’Europe (notamment France, Allemagne et Balkans), d’Asie occidentale, d’Afrique septentrionale, d’Amérique et d’Australie. Il pousse aussi spontanément sur les murs, les rocailles, dans les décombres et les terrains sauvages. La plante serait originaire des régions méditerranéennes du sud de l’Europe.

Le persil mesure généralement de 15 à 25 cm de haut. Il se présente en rosette de feuilles longuement pétiolées. Celles-ci sont vert foncé, de forme triangulaire et profondément dentées. Selon les variétés de persil, les feuilles peuvent être plates ou plus ou moins frisées. Le persil fleurit en été et ses petites fleurs vert jaunâtre sont regroupées en ombelles formées de 8 à 20 rayons étalés et presque égaux. Quant à ses fruits, ils sont aplatis latéralement, striés et mesurant de 3 à 4 millimètres de long. Il existe 3 espèces différentes de persil : le persil frisé, le persil plat à feuilles lisses et le persil bulbeux, cultivé pour ses racines blanches.

Côté jardin

Le persil se sème de mai à septembre et se récolte de mars à novembre. Il requiert du soleil avec une ombre légère et un sol léger et humifère, frais. Quant à l’arrosage, il doit être fréquent en été.

Astuces pour les semis : pour faciliter la germination des semences, pensez à faire tremper les graines durant toute une nuit dans de l’eau tiède. Autre astuce : les graines pourront être mélangées avec du marc de café, qui permettra de conserver plus longtemps l’humidité.

Étymologie et légendes

Le nom de genre Petroselinum vient du mot grec formé de petra (pierre), car la plante pousse dans les rocailles, et de selinon (céleri), car on croyait à l’époque que le céleri et le persil étaient une seule et même plante. Le nom d’espèce sativus signifie cultivé en latin, et crispus, frisé, ondulé, en référence à l’aspect de ses feuilles.

De nombreuses superstitions sont liées au persil, mais il est généralement considéré comme bienfaisant et purifiant. Selon la légende, la graine de persil ne sortira de terre que si elle a été semée par un homme droit et honnête

Histoire et tradition

Le persil est connu depuis des millénaires dans les régions méditerranéennes, principalement pour ses usages médicinaux. Dans l’Antiquité, les Égyptiens l’employaient pour soigner les affections des voies urinaires et Hippocrate le recommandait aussi comme diurétique. Les Grecs utilisaient des feuilles pour réaliser les couronnes des vainqueurs des jeux et les Romains y avaient recours pour dissimuler les odeurs d’alcool.

Mais c’est surtout à ses vertus emménagogues – qui stimulent et régulent les menstruations – que le persil doit sa réputation. Introduite en Europe centrale par les Romains, le persil vit sa culture imposée par Charlemagne dans son Capitulaire de Villis, rédigé vers 795. Il faudra attendre le 15e siècle pour que les Français apprécient les propriétés culinaires du persil.

Principes actifs

Les feuilles contiennent de nombreux principes actifs, dont :

  • l’apigénine, un flavonoïde reconnu pour ses vertus antioxydantes,
  • des caroténoïdes, avec la présence de lutéine et de bêta-carotène,
  • du fer, du folate, des vitamines C, E, K.

Le saviez-vous ?

Le persil est le 3e aliment le plus riche en caroténoïdes, après le cresson et la carotte.

Utilisations pharmaceutiques

C’est la feuille qui est la plus utilisée en phytothérapie, même si on emploie également les racines et les graines, dont on extrait l’huile essentielle.

La feuille est réputée pour son activité oestrogénique et est fréquemment employée comme emménagogue : elle rétablit le flux menstruel interrompu, le régule et supprime les douleurs qui l’accompagnent, notamment par son action spasmolytique et tonique sur les muscles utérins. Attention toutefois : l’apiol contenu dans le persil peut se révéler abortif à forte dose.

Elle est également efficace dans le traitement des désordres digestifs grâce à ses activités laxatives, antispasmodiques, carminatives et stomachiques.

Diurétique, elle peut être recommandée dans le cadre d’un drainage, en cas d’infections urinaires ou de calculs rénaux.

Les flavonoïdes contenus dans les feuilles de persil, notamment l’apigénine et ses dérivés, confèrent à la plante des vertus hypoglycémiantes et hépatoprotectrices, qui sont intéressantes dans le traitement du diabète. La feuille de persil a également une action préventive face aux accidents cardiovasculaires.

Au quotidien, les feuilles fraîches peuvent être appliquées sur la peau pour soulager les démangeaisons dues, par exemple, aux piqûres d’insectes, ou soulager une allergie, grâce à leur capacité à inhiber la sécrétion d’histamine.

Par ailleurs, riches en chlorophylle, les feuilles peuvent être mâchées pour rafraîchir l’haleine.

Sous quelle forme l’utiliser ?

Huile essentielle, gélules, décoction, infusion, poudre, teinture mère, feuille fraîche ou sèche… Les galéniques ne manquent pas.

Les bons dosages

  • En poudre : 2 g pour un verre d’eau.
  • En infusion : 50 à 100 g/litre.
  • En décoction : un bouquet entier de persil porté à ébullition dans 500 ml d’eau.
  • En teinture mère : 15 gouttes matin et soir, avant ou après un repas, à diluer dans de l’eau (cure de 25 jours).
  • L’huile essentielle devra être diluée à hauteur de 5 à 10 % dans une huile végétale pour la réalisation, notamment, d’onctions huileuses en cas d’infections urogénitales.

Le persil est par ailleurs l’un des ingrédients majeurs du célèbre vin cordial, recommandé notamment par Hildegarde de Bingen au Moyen Âge.

Les ingrédients

  • 8 à 10 tiges de persil frais
  • 1 l de bon vin blanc
  • 1 à 2 c. à s. de vinaigre de vin pur
  • 80 à 100 g de miel bio
  • 1 c. à c. d’alcool pur

La recette

  1. Dans une grande casserole avec couvercle, faites bouillir pendant 10 mn à gros bouillons le vin et le persil grossièrement coupé. Remuez régulièrement pour limiter la formation de mousse.
  2. Ajoutez le miel et faites bouillir à feu doux pendant 4 à 5 mn.
  3. Filtrez, puis versez encore chaud dans une bouteille en verre bien hermétique, dans laquelle vous aurez versé au préalable 1 c. à c. d’alcool pur, afin d’en optimiser la conservation.

Le vin cordial est particulièrement recommandé en cas :

  • d’hyper- et hypotension (effet équilibrant),
  • d’insuffisance rénale,
  • d’insomnies,
  • de troubles nerveux,
  • de tous les troubles cardiovasculaires.

Quelques précautions d’emploi

  • Le persil étant très concentré en fer, il est déconseillé de suivre une cure d’infusions sur plus de 5 jours. Riche en vitamine K, il n’est pas non plus recommandé aux personnes qui prennent des anticoagulants.
  • Les furocoumarines contenues dans les feuilles de persil sont photosensibilisantes. Il convient donc de prendre des précautions d’utilisation pour les produits contenant des extraits de feuilles de persil.
  • Les graines de persil consommées à forte dose sont toxiques. Les femmes enceintes, comme les personnes souffrant de cirrhose ou de maladies rénales, ne peuvent pas en consommer.
  • L’apiol contenu dans le persil peut se révéler abortif à forte dose.

Utilisations cosmétiques

On pense rarement à utiliser les feuilles de persil pour se faire belle. Et pourtant… Adoucissantes et antioxydantes, elles constituent un actif idéal pour le soin des peaux irritées, stressées, fatiguées et manquant d’éclat, ainsi que pour des cheveux ternes et gras.

Astuce : Massez-vous le cuir chevelu, 1 fois toutes les 2 semaines, avec une décoction de persil pour le tonifier et redonner de l’éclat aux cheveux.

2 RECETTES BEAUTÉ EXPRESS au PERSIL

Remède antitaches

Au mixeur, réduisez en purée 5 tiges de persil, 1 c. à c. d’huile d’olive et 3 rondelles de concombre. Une fois une pâte homogène obtenue, ajoutez 5 gouttes d’huile essentielle de citron et mélangez à nouveau. Appliquez cette préparation à l’aide d’un coton tige sur les taches. Laissez agir pendant 10 minutes, puis rincez à l’eau tiède.

Les yeux doux

Dans une petite casserole, mettez 1 verre d’eau et 1 c. à s. de persil haché. Portez à ébullition pendant 30 secondes, puis filtrez. Réservez jusqu’à complet refroidissement. Appliquez alors sur les paupières à l’aide de compresses. Rapidement, les paupières dégonflent et le regard s’illumine. Se conserve 48 h au réfrigérateur.

Utilisations alimentaires

Très prisées en cuisine, les feuilles de persil entrent dans de célèbres préparations culinaires, telles que la persillade, le taboulé libanais, le beurre maître d’hôtel, la poêlée de girolles au persil, les escargots…


Côté Santé

« Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier. »

William Shakespeare

Qu’on se le dise… Nous avons une capacité à nous autoréparer bien plus importante que nous croyons. Mais, attention, s’autoréparer ne veut pas dire ne rien faire et laisser faire la nature. Non, s’autoréparer, c’est avant tout apprendre à s’écouter et à mieux se connaître, se faire confiance et prendre sa santé en main. On évoque souvent la prévention, sans vraiment bien la définir ni en comprendre tous les tenants et aboutissants. Celle que nous allons aborder dans les paragraphes qui suivent est une prévention primaire non médicalisée, basée sur les clés de la bonne santé que sont la nutrition, le sommeil, l’exercice, l’hygiène, mais aussi le plaisir et l’équilibre. Influencez votre santé avant que votre santé n’influence votre vie !

Le dossier du mois :
Trop se soigner rendrait-il malade ?

soignerSous cette question un brin provocante se cache en fait une réalité bien inquiétante. Que nous soyons surmédicalisés (rappelons que la France est à la 4e place des plus gros prescripteurs européens d’antibiotiques) n’est pas un scoop, mais il est un sujet dont on ne parle presque pas et qui mérite pourtant que l’on s’y intéresse de près : la surmédicalisation liée à l’abaissement des seuils d’entrée dans la maladie chronique. À titre d’exemple, le seuil de l’hypertension a été abaissé de 160/95 à 140/90 et celui de l’hypercholestérolémie de 2,40 à 2 g/litre. Résultat, 7 millions de Français prennent tous les jours des statines afin de réduire leur taux de cholestérol, et l’on sait aujourd’hui que ces médicaments ne sont pas sans effets secondaires et peuvent causer des troubles de la mobilité et des douleurs dans les jambes.

Si l’abaissement de ces seuils, décidé par des alliances entre scientifiques et laboratoires, partait probablement d’une bonne intention pour notre santé, difficile toutefois de ne pas se demander à qui profite cette surmédicalisation. Pas à nous en tout cas !

Car les conséquences de cette surmédicalisation sont colossales :

  • des dépenses bien souvent inutiles, qui se Mesurent en milliards d’euros (mais un profit gigantesque pour les laboratoires) ;
  • une balance bénéfices/risques trop souvent déficitaire ;
  • elle déclenche bien souvent d’autres pathologies compte tenu des nombreux effets secondaires des traitements pris ;
  • elle joue indéniablement sur le moral des Français, pouvant ainsi déclencher d’autres pathologies ;
  • elle fait de nous, en quelque sorte, des pions, nous éloignant de notre libre-arbitre, dont nous avons tant besoin pour être en bonne santé.

Des chiffres déconcertants…

Le nombre d’hypertendus en France a doublé du jour au lendemain, en passant d’environ 15 % à 30 % de la population de plus de 20 ans, à savoir de 9 millions à 18 millions de personnes. Ainsi, à partir de 35 ans, 1 Français sur 3 est considéré comme hypertendu.

Dans notre système de santé actuel, lorsqu’il est question de prévention, on désigne avant tout la prévention primaire médicalisée : les dépistages s’intensifient, suivis d’une médicalisation de plus en plus précoce, bien souvent inutile, voire même dangereuse !

La médicalisation croissante a conduit à une situation paradoxale : nous vivons plus longtemps, mais en moins bonne santé.

La solution ne serait-elle pas plutôt dans une prévention primaire non médicalisée ? Les milliards d’euros gaspillés pour l’Assurance Maladie seraient vraisemblablement bien plus utiles dans l’éducation à la santé, qui pourrait être expliquée aux enfants, dès leur plus jeune âge, et prôner combien il est important d’avoir une bonne hygiène de vie et une alimentation vivante de qualité.

livre-trop-soigner-rend-maladeJe vous invite à lire le livre choc de Jean-Pierre Thierry, médecin spécialisé en santé publique, et Claude Rambaud, juriste, spécialiste de la prévention des risques liés aux soins, qui militent pour améliorer la sécurité du patient. Cet ouvrage passionnant se lit comme un polar, au détail près qu’il ne reflète que la réalité : une réalité bien médicalisée qui fait les choux gras de bien des laboratoires pharmaceutiques.

Trop soigner rend malade aux éditions Albin Michel – 18,50 €

Le meilleur allié de la prévention : une alimentation vivante de qualité !

Si l’être humain est l’animal qui perçoit l’acte de s’alimenter non seulement comme une condition nécessaire à sa survie, mais aussi comme une clé essentielle à son bien-être, ce n’est sûrement pas un hasard. Saviez-vous qu’en chinois, le caractère qui désigne le mot nourriture est une combinaison des mots humain et améliorer ? Améliorer la santé de l’humain tout en lui procurant du plaisir, n’est-ce pas là la véritable vocation de l’alimentation ? La prévention de nombreuses maladies – et notamment du cancer – doit passer par la modification de nos habitudes de vie. L’alimentation est l’essence même de notre santé. Elle doit être la moins transformée possible, la moins raffinée et industrielle qui soit, la plus vivante et végétale possible, sans gras trans ni sucres raffinés. Elle doit soutenir notre vitalité, en douceur et sans excès.

Car les végétaux doivent tenir une place prépondérante dans ces nouvelles habitudes. Plus de 200 études épidémiologiques ont montré que les personnes consommant en abondance des aliments de qualité d’origine végétale (fruits, légumes, céréales ou thé vert) ont environ 2 fois moins de risque de développer un cancer que celles n’en mangeant qu’occasionnellement.

Il faut dire que les plantes ne peuvent fuir leurs agresseurs et ont donc dû élaborer un arsenal chimique considérable pour survivre aux conditions hostiles. Cette « guerre chimique » est rendue possible par le pourcentage élevé de végétaux qui possèdent des molécules aux puissantes propriétés antibactériennes, insecticides ou fongicides, leur permettant de combattre efficacement leurs agresseurs. C’est notamment grâce au resvératrol, qui fait office de fongicide puissant pour combattre la colonisation des raisins par des champignons microscopiques. Rien d’étonnant, par conséquent, que les végétaux puissent également veiller sur notre santé.

Howard Straus (le petit-fils et biographe du Dr Max Gerson, qui a mis au point La thérapie de Gerson, un traitement holistique pour les maladies dégénératives avancées) disait : « La majorité des gens ignorent gaiement les effets éventuellement désastreux que peut avoir leur nourriture parce qu’il n’y a pas d’effets immédiats. » Voici donc 15 conseils « en or » pour maintenir une santé optimale via l’alimentation :

  1. Limitez au maximum les produits transformés, c’est-à-dire industriels. Souvent peu intéressants d’un point de vue nutritionnel, ils peuvent en outre renfermer des niveaux élevés de substances indésirables et toxiques (créées entre autres par la cuisson, comme les produits de glycation avancée, les fameux AGE).
  2. Adoptez des modes de cuisson douce, notamment à la vapeur douce. Évitez autant que possible :
    – la cuisson à l’autocuiseur et toutes les cuissons à la vapeur dure (vapeur sous pression ou eau bouillante), qui rendent les sels minéraux inassimilables, tuent les enzymes et la plupart des vitamines ;
    – le four, la poêle ou le barbecue, qui génèrent des goudrons et hydrocarbures par leurs températures élevées ;
    – le micro-ondes, qui détruit les électrons indispensables aux réactions métaboliques et aux échanges cellulaires. Il modifie radicalement la structure des aliments au point de rendre toxiques certaines protéines.
  3. Variez les plaisirs et les couleurs en consommant des fruits et légumes de saison, de productions locales, issus de l’agriculture biologique, et donnez leur chance aux fruits « moches ».
    Bon à savoir : vouloir manger 5 fruits et légumes par jour est une excellente chose, mais encore faut-il bien choisir les produits que vous allez consommer. À titre d’exemple, sachez que 2 pommes sur 3 – ou presque – issues de l’agriculture conventionnelle contiennent 2 pesticides ou plus. La pomme figure parmi les fruits les plus chargés en résidus.
  4. Veillez à consommer plus de la moitié de votre nourriture sous forme végétale. Un excellent moyen de lutter contre l’obésité et de protéger des maladies.
  5. Choisissez des aliments à index glycémique bas, qui font peu monter le sucre sanguin (fruits, exceptée la banane), les légumes et légumineuses, le riz complet, les flocons d’avoine… Un excellent moyen de freiner le vieillissement, de rester mince et de prévenir le diabète.
  6. Choisissez des aliments à densité nutritionnelle élevée, qui renferment davantage de vitamines et de minéraux pour un nombre de calories élevé (ex : céréales complètes plutôt que céréales raffinées). Ils sont vivement recommandés pour se prémunir des déficits en vitamines, minéraux et pour prévenir les maladies chroniques.
  7. Consommez quotidiennement des super-aliments riches en antioxydants, tels que le clou de girofle, le curcuma, le romarin séché, le cacao non sucré… Non seulement ils ralentissent le vieillissement naturel, mais ils réduisent également le risque de maladies chroniques et dégénératives.
    Bon à savoir : le test ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity ou capacité d’absorption des radicaux oxygénés) permet de mesurer le pouvoir antioxydant d’un aliment. Certaines marques investissent dans ces tests pour démontrer la qualité de leurs produits.
  8. Consommez de bonnes graisses : via des oléagineux tels que les noix de cajou, les noix, les noisettes, les amandes, mais aussi les huiles extra-vierges d’olive, de noix, de coco, de chanvre, de palme rouge, de colza… Bannissez toutes les graisses raffinées et les acides gras trans l’huile de friture, la margarine, la graisse de palme blanche dans les biscuits et la pâte à tartiner au chocolat, ainsi que les graisses hydrogénées dans les biscuits et l’alimentation industriels.
  9. N’oubliez pas les épices et les aromates ; non seulement ils donnent du pep à vos plats, mais ils sont également de véritables alicaments (comprenez aliment/médicament) : curcuma et poivre, clou de girofle, gingembre, basilic, thym, fenouil…
  10. Profitez des bienfaits des algues au quotidien : nori, kombu, aramé, dulce, wakamé…Elles sont riches en iode, minéraux essentiels, potassium, fer (certaines contiennent jusqu’à 10 fois plus de calcium que le lait de vache et 5 fois plus que les épinards), riches en protéines et acides aminés. Utilisez des algues séchées que vous pourrez réhydrater et ajouter à vos soupes et vos préparations culinaires.
  11. Minimisez la prise de sucre ajouté : bannissez le sucre raffiné et privilégiez, avec modération, les sucres alternatifs tels que le sucre de coco, la sève de kitul, le rapadura…
  12. Consommez des aliments basifiants (amande, figue séchée, pomme de terre, laitue…) et très peu d’aliments acides (sucre blanc, fromage, alcool, pain, viande et poisson…). Vous pourrez contrôler votre pH régulièrement à l’aide de bandelettes de test pH, que vous trouverez en pharmacie.
  13. Réduisez les quantités et arrêtez-vous à 80 % de satiété (vous devez avoir encore un peu faim et, surtout, ne pas vous sentir lourd).
  14. Diminuez la consommation de sel (chlorure de sodium), dont l’excès peut entraîner des accidents cardiovasculaires. Privilégiez les sources de potassium via, notamment, les légumineuses ou les algues.
  15. Mangez en pleine conscience, sans bruit ni télé, en étant à l’écoute de vos sensations et émotions.

Le saviez-vous ?

Le curcuma a besoin d’être solubilisé dans l’huile pour être absorbé par l’organisme. N’oubliez pas de toujours lui associer du poivre noir, ce dernier augmentant en effet l’absorption du curcuma de façon très importante.

Pratiquer le jeûne séquentiel

livre-prenez-votre-sante-en-mainOn sait désormais que le jeûne est physiquement utile et bienfaisant pour notre santé, sans l’altérer. Il est capable d’apporter un regain de vigueur et de jeunesse aux tissus. Pour se familiariser avec le jeûne et toucher du bout des doigts ses bienfaits, il est intéressant de tester le jeûne séquentiel. Plus facile à suivre que le jeûne intégral, il consiste à ne pas s’alimenter pendant 12 à 16 heures, en moyenne 1 fois par semaine. Vous pouvez, par exemple, prendre un dîner à 20 h 00 et déjeuner le lendemain à 13 h 00. Il vous suffira, pendant ce laps de temps, de boire abondamment de l’eau, du thé ou des infusions de plantes. Les bénéfices sont nombreux : meilleure vitalité, détox, teint plus lumineux, diminution des allergies…

Il faut cependant qu’il n’y ait pas de contre-indications de votre médecin traitant.

Source : Prenez votre santé en main !
du Dr Frédéric
Saldmann,
aux éditions
Albin Michel – 19,50 €


Comment ce que nous mangeons
conditionne notre santé…

Dr-Serge-RafalÀ l’occasion de la sortie de son ouvrage Ben mon côlon !, nous avons posé des questions au Dr Serge Rafal, spécialisé en médecine douce.

Pourquoi le côlon suscite-t-il soudainement autant d’intérêt ?

Comment pourrait-il en être autrement quand nous voyons se succéder, depuis 4-5 ans, semaine après semaine, dans de nombreux laboratoires de recherche partout dans le monde, des études préliminaires et des découvertes qui, par leur contenu, suscitent une curiosité et une impatience non feintes au sein du corps médical. Si les implications se révèlent à la hauteur des espoirs, nous pourrons affirmer que nous vivons une révolution.

Pourquoi dit-on que notre intestin est notre second cerveau ?

Parce que, comme je l’explique dans le livre, les liens entre le ventre et le cerveau sont si étroits que nous pouvons presque nous demander qui commande, les ordres allant certes de haut en bas, mais également – et en plus grand nombre – de bas en haut, c’est-àdire du ventre vers le cerveau. En outre, c’est dans l’intestin qu’est produite la presque totalité de la sérotonine, un des principaux neurotransmetteurs de l’humeur. Cette jolie formule contient quand même sa petite part de vérité, même si le cerveau reste unique.

Qu’est-ce que le microbiote intestinal et pourquoi est-il si important ?

Le livre détaille l’importance des bactéries intestinales pour la santé. Alors qu’elles ont toujours représenté l’ennemi qu’il fallait combattre – avec des antibiotiques par exemple –, il s’avère que ce sont en réalité les bactéries qui constituent un des principaux systèmes de défense de l’organisme. Qui aurait pu imaginer, il y a quelques années, que nous nous préoccuperions aussi attentivement de leur devenir ?

Comment agir favorablement au quotidien sur notre intestin pour être en bonne santé ?

Comme souvent en médecine, il est possible d’agir en amont ou en aval, c’est-à-dire par la prévention ou un traitement curatif. La première solution est généralement préférable à la seconde. C’est ce que nous préconisons en essayant d’implanter ou en favorisant un microbiote assez varié dès la naissance, puis de l’entretenir par des conseils d’hygiène que nous développons tout au long de l’ouvrage. À défaut, le traitement curatif consiste principalement, pour le moment, à prescrire des pré- et des probiotiques qui, malheureusement, ne s’implantent pas de façon durable.

Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs pour prévenir les maladies inflammatoires de l’intestin ?

L’hygiène de vie est ici essentielle, ce que nous avons toujours dit et que nous pouvons à présent affirmer. Et qu’au premier rang se situe, bien sûr, l’alimentation, que nous détaillons dans notre travail.

Faut-il supprimer la viande, source d’inflammations ?

Elle ne doit plus constituer le pivot central du repas, comme cela a été le cas au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Mais elle ne doit pas être diabolisée non plus, comme c’est parfois le cas actuellement. À condition de choisir les bons morceaux – en particulier les moins gras – d’une bête élevée dans de bonnes conditions, la viande constitue une remarquable source de protéines, riches en oligoéléments – fer… – et vitamines – B12 –, à consommer 2 fois par semaine.

Dans quels cas est-il nécessaire de passer aux régimes d’éviction ?

De nombreux patients décident d’y recourir devant des symptômes ou des pathologies diverses ou récurrentes, que la médecine a du mal à contrôler ou supprimer. Nous ne pouvons que les encourager à stopper le lait de vache et les laitages qui en sont issus et à réduire la quantité de gluten ingérée. Il est inutile d’éliminer totalement ce dernier à partir du moment où il y a seulement une intolérance et pas une allergie, comme c’est le cas dans la maladie coeliaque.

Dans quels cas, d’après-vous, faut-il vraiment passer au SANS GLUTEN ou SANS LACTOSE, ou les deux ?

Au fur et à mesure que nous avançons en âge, nous perdons la lactase, enzyme qui sert à scinder et absorber le lactose, le sucre du lait. Cet aliment devient donc de moins en moins digestible au fil du temps. Le gluten est une protéine, qui, apportée en quantités trop importantes, comme c’est le cas actuellement avec les variétés de blé sélectionnées, déclenche ou entretient l’inflammation, avec ses conséquences digestives et générales. Il nous paraît donc utile de supprimer le lait de vache et de le remplacer, par exemple, par le lait et des laitages de chèvre, et de réduire la quantité de gluten ingérée chaque jour. Ceci peut être réalisé en surveillant les apports de pain, de viennoiseries et pâtisseries, de pâtes.

Vos 5 règles d’or pour un intestin en pleine forme ?

Il en est plus de 5, que vous trouverez détaillées dans le livre. Mais l’alimentation représente bien entendu la clé de la santé. Et manger bien est finalement beaucoup moins compliqué qu’il y paraît.

À lire absolument

Ben mon côlon !
livre-ben-mon-colonde Serge Rafal

Nous sommes environ 30 % de Français à nous plaindre de maux de ventre. Or, il s’agit d’une zone du corps extrêmement complexe, non seulement à cause des différents organes qu’il contient, mais également en raison de l’intestin, qui fait communiquer le corps humain avec l’environnement : tout vient du côlon et de l’intestin ! Une foule de choses s’y déroule : digestion, fermentation, mobilité, modification du tissu, perméabilité avec le sang… Pour préserver notre santé, il est donc indispensable de connaître et d’écouter son « deuxième cerveau ». Basé sur les dernières découvertes médicales, ce livre est tout simplement passionnant. À dévorer !

Éditions Leduc.s – 17,50 €


Dr-BrouillardÉco-scoop
Interview Dr Gaétan Brouillard

À l’occasion de la sortie du livre Notre médecin intérieur du Dr Brouillard, version française du best seller canadien La santé repensée (plus de 50 000 lecteurs), qui aborde le thème de la prévention des maladies plutôt que la guérison de ces dernières, nous avons eu le privilège de poser quelques questions à son auteur.

Qu’est-ce qui, selon vous, n’est pas optimal dans la façon dont nous appréhendons généralement notre santé ?

Trois choses. La première vertu : prévenir plutôt que prescrire. Il faut agir différemment car la pilule miracle n’existe pas. La deuxième : travailler sur la cause avant tout et non soulager les symptômes uniquement, comme la plupart de nos médicaments pharmaceutiques le font trop bien. Et la troisième : se renseigner et se responsabiliser sur notre santé et non s’en remettre uniquement à des institutions médicales et pharmaceutiques, qui détiennent tout le savoir sur notre santé.

Quelle place tient la prévention dans une santé plus consciente ?

La prévention est au premier plan de la santé. Le jour où la maladie se déclare, il est souvent trop tard. En plus de perdre temps et argent, il est souvent difficile de regagner cette santé typique d’avant la maladie. Dans les pays soidisant développés, nous souffrons davantage de maladies chroniques que de maladies infectieuses comme par le passé. Les médicaments miraculeux dans le passé on fait des miracles mais, face à nos maladies chroniques, la médication ne peut les guérir. La plupart des médicaments pour traiter l’hypertension, le diabète, les maladies cardiaques, le cancer, les maladies auto-immunitaires de toutes sortes ne sont pas efficaces pour la guérison. Ils ne traitent pas la cause intime de nos maladies, de sorte que nous vivons pour les années à venir sous les effets secondaires souvent nocifs de plusieurs médicaments. Nous ne connaissons pas les interactions de tous ces cocktails médicamenteux à prendre pour des années durant. Par ailleurs, les études nous démontrent que plus de la moitié de toutes ces maladies chroniques pourraient être prévenues complètement avec un style de vie adéquat. Le médecin doit être à l’affût, car trop de recherches scientifiques pharmacologiques sont davantage à la solde de la finance corporative que de l’intérêt de la santé du patient.

Pourquoi parlez-vous d’un « médecin intérieur » ?

Prévention et santé consciente vont de pair. Il faut donc que l’individu se responsabilise, prenne conscience et s’informe de l’ensemble de son environnement, son alimentation, sa qualité physique et émotionnelle. L’individu, l’être humain est une entité, une entité corpsesprit dont la médication ne peut résoudre le dilemme maladif. La médecine ne saurait être extérieure à l’homme. L’homme n’est pas une machine. Nous réalisons de plus en plus qu’il n’y a pas de régime universel. Il n’existe pas de médicament universel, il n’y a pas une seule cause à une crise cardiaque. Nous devons davantage personnaliser tous les traitements et ajuster les médicaments pour chaque individu. Le ressenti de l’individu est quelque chose qui doit être pris en considération. L’écoute thérapeute-patient est fondamentale, elle fait partie des premiers jalons de tout traitement. L’écoute est le tout premier traitement ! Comme mentionné dans mon livre, l’environnement physique dans lequel nous vivons a un impact majeur sur notre état de santé, et notre environnement psychique peut être le déclencheur de nos maladies, notre « mal a dit ». Notre maladie est peut-être là pour dire quelque chose, pour nous faire comprendre que nous avons dévié et qu’il y a quelque chose à rectifier dans le trajet de notre vie. C’est fascinant. Nous devons participer à la maladie et non pas la combattre, non pas la regarder comme une catastrophe, une tuile qui nous tombe dessus, mais plutôt comme quelque chose à comprendre. La médecine n’est pas encore arrivée à ce niveau de compréhension, mais on sait très bien maintenant, par intuition et par expérimentation, que les messages psychologiques non verbalisés, retenus, vont se condenser, se matérialiser dans le corps physique et se manifester sous forme de maladie. Ce livre est justement là pour nous aider à rechercher au dedans de nous ce qui ne va pas et aller à la découverte de ce qui pourrait nous causer préjudice ou ce qui pourrait nous apporter un bien-être. La pilule miracle n’existe pas, mais nous pouvons devenir le miracle !

Quels sont les grands principes de la médecine fonctionnelle que vous mentionnez dans votre ouvrage ?

La médecine doit apprendre à regarder en amont de la maladie, comme la médecine fonctionnelle nous invite à le faire. C’est un nouveau paradigme qui est en train de s’opérer actuellement à travers la planète. C’est ce nouveau mode où l’on parle véritablement de prévention et de traitement de la cause de la maladie. Le diabète est devenu une maladie d’une proportion pandémique. En Inde, en Afrique, en Chine, le diabète était auparavant beaucoup plus rare qu’aujourd’hui. Les statistiques nous montrent l’explosion de l’incidence du diabète dans tous ces pays. La médecine fonctionnelle nous prouve que le diabète est une maladie de société avant tout, un désordre apporté par nos penchants alimentaires et ne devrait pas être traité avec des médicaments pour les 40 prochaines années. Avant tout, dans une grande proportion de la population, c’est une question de style de vie où l’alimentation a été altérée par une trop grande quantité de sucre rajouté.

La médecine fonctionnelle s’appuie sur la biologie. C’est une médecine claire, accessible, pratique et intéressante pour tout médecin à l’esprit ouvert. Elle s’attache à comprendre non pas la maladie directement, mais les causes du dysfonctionnement des organes et les altérations biochimiques qui en découlent. Plus qu’une médecine intégrative, elle exige une approche dynamique pour prévenir et traiter les troubles chroniques si complexes dont souffre une grande partie des humains. Ces troubles sont le résultat d’une interaction entre notre environnement, notre mode de vie et notre prédisposition génétique. Vu sous cette perspective, l’individu est l’aboutissement unique et complexe d’un amalgame d’influences externes et de son propre milieu interne, qui le maintiennent en santé ou déclenchent la maladie.

La médecine fonctionnelle s’adresse d’abord au patient dans toutes ses dimensions. Allant directement à la source, elle remonte à contre-courant pour refaire l’histoire de l’individu, connaître son environnement et tenter d’éliminer les causes du malaise plutôt que de traiter les symptômes. Le diagnostic n’est pas évincé, mais l’objectif est la compréhension des processus qui ont généré la maladie. Elle met donc l’accent sur l’individualité biochimique de chaque être humain.

Les principes généraux de la médecine fonctionnelle, tels que proposés par l’Institute for Functional Medicine (il s’agit d’un organisme américain qui se trouve à Washington et a pour mission de développer la médecine fonctionnelle) sont les suivants :

  • Favoriser une approche centrée sur l’individu plutôt que sur la maladie.
  • Appuyer l’équilibre corps, mental et esprit.
  • Se familiariser avec les interconnexions physiologiques.
  • Promouvoir l’idée que la santé est plus qu’une absence de maladie.
  • Intégrer les meilleures pratiques médicales incluant la prévention, l’utilisation de médicaments, de plantes, de suppléments et différentes techniques de gestion du stress.
  • Prévoir une « réserve santé pour les organes et le corps » pour assurer une santé optimale jusqu’à un âge avancé. Autrement dit, s’assurer que les divers matériaux qui composent le corps humain sont de qualité et en quantité supérieures à la simple moyenne. Par exemple, l’athlète qui s’entraîne au-delà de la moyenne va récupérer plus rapidement et plus efficacement à la suite d’une blessure. Ainsi, la médecine préventive vise à ce que le corps atteigne des valeurs optimales en ce qui a trait, par exemple, au pourcentage de muscles, de gras et d’eau.

Qu’est-ce que la médecine des 4 P ? Estelle, selon vous, la médecine vers laquelle nous devons tendre ?

Ultimement, la médecine doit tendre de plus en plus vers la prévention et la personnalisation, ce que plusieurs experts appellent dorénavant la médecine des 4 P :

  • Préventive : axée sur le maintien de la santé plutôt que sur le traitement de la maladie.
  • Personnalisée : axée sur l’individu plutôt que sur ses symptômes.
  • Participative : basée sur un véritable partenariat de confiance entre le patient et le médecin.
  • Prédictive : basée sur des résultats prévisibles, comme la science l’exige.

Réduire l’inflammation et l’oxydation, deux préoccupations majeures ?

Le processus oxydatif cellulaire est le mécanisme qui nous maintient en vie. L’organisme a besoin d’oxygène pour produire de l’énergie et maintenir la vie. Une partie de l’oxygène produira ce que l’on appelle de l’oxydation ou des radicaux libres. Ceux-ci deviennent néfastes, créant des protéines et des lipides de mauvaise qualité et par le fait même de nombreuses maladies, diminuant ainsi l’espérance de vie. Voilà pourquoi nous retrouvons beaucoup de suppléments que l’on qualifie d’antioxydants, qui auront pour but de prévenir le vieillissement et la maladie. De son côté, l’inflammation chronique – que l’on qualifie actuellement de tueur silencieux – est à la solde de la plupart de nos maladies chroniques. Elle peut être d’origine infectieuse, auto-immunitaire et trop souvent toxique en raison de nos mauvaises habitudes alimentaires. Atténuer l’inflammation chronique est la source d’une bonne santé et un atout préventif de premier ordre.

Prévenir par une bonne hygiène buccodentaire

Saviez-vous que, selon l’OMS, 10 à 15 % de la population mondiale souffre d’une forme sévère d’atteinte des gencives ? Et cette dernière n’est malheureusement pas sans conséquences. En effet, une atteinte chronique des gencives multiplie par 2 le risque d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux, par 2 à 4 fois celui de diabète, par 2 et 5 celui de maladies respiratoires chroniques, et par 4 à 7 les complications en cas de grossesse1.

Une étude a même montré une relation directe entre les infections chroniques des gencives et la formation de plaques d’athérome au niveau des artères carotides2.

L’objectif n’est pas de vous effrayer mais d’insister sur le fait que, dans le domaine de la prévention, avoir une bonne hygiène buccodentaire est primordial. Lorsque ce n’est pas le cas, des microbes pénètrent dans l’organisme et font de nombreux dégâts inflammatoires ou infectieux. La solution est toute simple, mais demande une rigueur de tous les jours :

  • Se brosser les dents au moins 2 fois par jour,
  • Se rendre chez son dentiste 1 à 3 fois par an (notamment pour un détartrage),
  • Utiliser plusieurs fois par semaine du fil dentaire,
  • Pratiquer le oilpulling3.

1- Ann. Péril., Proceedings of the Periodontal-Systemic Connection : A State-of-the-Science Symposium, 2001.
2- Desvarieux M., Gemmer R. T., Rundek T., Periodontal
microbiota and carotid intima-media thickness : the oral infections and vascular disease epidemiology study (INVEST), Circulation, 111(5), 8 février 2005, p. 576-82.
3- Bains de bouche à l’huile, voir page 44.

Coup de Coeur ! ???

Notre médecin intérieur – Tout ce qui peut nous
guérir sans médicaments
livre-notre-medecin-interieurdu Dr Gaétan Brouillard

19,90 € – Éditions Les Arènes

Le Dr Gaétan Brouillard est médecin-conseil à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont au Québec, où il a été chargé d’enseignement clinique pendant 35 ans. Il pratique la médecine préventive et la médecine fonctionnelle, et s’est formé en acupuncture, en naturopathie, en ostéopathie et en hypnothérapie. Il a fondé une clinique où il met en pratique sa vision d’une approche pluridisciplinaire de la santé, axée sur l’individu et non sur la maladie.


Livre

Savez-vous vraiment ce qu’il y a dans votre assiette ?
livre-savez-vous-vraimentd’Isabelle Brockman et de Robert Barouki

Une enquête extrêmement détaillée et longue, à partir de centaines de rapports, d’études, de bilans officiels et d’interviews (éleveurs, agriculteurs, instituts techniques, vétérinaires, agronomes, généticiens, chercheurs) sur les coulisses de notre industrie agricole. Un livre à la fois édifiant et effrayant, que nous nous devons de lire pour faire les bons choix alimentaires dans notre vie quotidienne.

Éditions Solar – 19,50 €


Zoom sur le « oilpulling »

Si les bains de bouche à l’huile de sésame sont bien connus depuis fort longtemps en médecine ayurvédique pour l’hygiène buccale et la santé, nous les découvrons depuis peu en Occident.

L’Ayurvéda, médecine holistique, recommande de faire des bains de bouche avec de l’huile non seulement pour une hygiène bucco-dentaire en profondeur, bien plus complète qu’un simple brossage, mais aussi comme soin préventif pour l’ensemble du corps. En effet, lorsque l’on se lave les dents, on n’atteint généralement que 60 % de leur surface et 10 % de l’ensemble de la cavité buccale. Or, dans celle-ci, vivent en moyenne 10 milliards de micro-organismes (bactéries, virus, champignons et protozoaires). Il a d’ailleurs été démontré scientifiquement, à plusieurs reprises, que les dents et les gencives enflammées peuvent conduire à des infections pulmonaires ou des voies respiratoires, et à des problèmes intestinaux.

Un bain de bouche est donc nécessaire régulièrement et s’apparente à une détox capable d’éliminer les éléments nocifs et les micro-organismes du corps, qui en sort ainsi renforcé. Il réactive les méridiens (flux d’énergie) corporels et peut résoudre certains blocages.

Les bienfaits du « oilpulling »

  • Une haleine plus fraîche
  • Des dents plus blanches
  • Une bouche protégée des bactéries grâce à l’action de l’huile et à ses propriétés antibiotiques et antibactériennes naturelles
  • Moins d’irritations, de saignements, de gonflements des gencives
  • Moins de caries

La routine bien-être

1- Mettre dans sa bouche 1 cuillère à soupe d’huile bio de coco ou de sésame, pure ou avec des huiles essentielles sélectionnées pour leurs propriétés fongicides et antibactériennes, telles que le clou de girofle, l’origan ou la menthe poivrée (attention, il faudra les doser avec la plus grande parcimonie : 30 gouttes pour 100 ml d’huile de coco ou sésame.)

2- La faire circuler pendant 15 à 20 minutes dans tous les recoins de la bouche, en la « mâchant », l’aspirant… sans jamais l’avaler. C’est la langue qui pousse puis tire l’huile devant et derrière les dents.

3- Une fois le bain de bouche terminé, la recracher (de préférence dans les toilettes, pour ne pas risquer de boucher l’évier) afin d’éliminer toutes les toxines qu’elle a permis d’extraire. Ce bain de bouche doit être répété chaque semaine, et même quotidiennement dans le cadre d’une cure détox, de préférence le matin à jeun, après s’être lavé les dents.

recette1

Recette express

Passez un flacon de 100 ml d’huile de coco bio sous l’eau chaude du robinet pour liquéfier l’huile. Ajoutez 30 gouttes d’huile de menthe poivrée bio et secouez bien le flacon. Utilisez ensuite 1 cuillère à soupe de cette huile aromatique en bain de bouche et procédez comme expliqué précédemment. Ce bain de bouche doit être répété chaque semaine, et même quotidiennement dans le cadre d’une cure détox, de préférence le matin à jeun, après s’être brossé les dents.


Vive l’amertume !

Claire-Desvaux-55Aujourd’hui, le goût de nos aliments est de plus en plus standardisé, et certains sont même devenus complètement insipides… Dérives d’une alimentation trop industrielle, sucre et sel sont omniprésents et consommés largement en excès. Si leurs méfaits sont avérés, il n’en demeure pas moins qu’une grande majorité de consommateurs recherche ce type de saveurs et, très tôt, les enfants y deviennent rapidement accros.

L’amer est par contre le mal-aimé. Ce goût ancien tombé en désuétude est peu valorisé, mal considéré car jugé peu agréable, faisant même faire la grimace quand on le découvre. Pourtant, l’amertume rehausse et potentialise les saveurs des produits. L’amer mérite donc de revenir au goût du jour !

Voici 10 bonnes raisons de se jeter à l’amer :

  • L’amertume est bénéfique pour le foie, et, plus largement, pour la digestion : elle stimule la sécrétion de la salive et des sucs digestifs, elle augmente la sécrétion par le foie et l’excrétion de bile par la vésicule, favorisant ainsi la digestion des graisses.
  • Elle diminue la sensation de soif.
  • Elle favorise l’élimination des parasites, bactéries et vers intestinaux.
  • Elle augmente l’appétit, ce qui est intéressant pour les seniors, les convalescents.
  • Elle a des vertus détox : elle aide le foie à éliminer les toxines.
  • Elle favorise le transit intestinal via les sécrétions biliaires, qui sont naturellement laxatives.
  • Elle nettoie la bouche et la gorge.
  • Elle est refroidissante en cas de fièvre ou par fortes chaleurs.

En médecine ayurvédique, on considère que l’amer pacifie les doshas Pitta et Kapha tout en aggravant Vata en excès. Elle donne par ailleurs bien plus de saveur aux plats.

D’où provient donc cette saveur amère ?

De certaines molécules chimiques comme les glucosides, certains alcaloïdes, le magnésium, le calcium, des antioxydants naturels… Pour remettre l’amer à l’honneur dans notre quotidien, on oublie les aliments trop doux, sucrés, pour privilégier ces aliments, boissons et plantes :

  • Salades et légumes : chicorée, pissenlit (en salade quand il est frais, en infusion quand les feuilles sont séchées), endive, chou de Bruxelles, artichaut, radis noir, céleri, concombre, cornichon…
  • Fruits : pamplemousse, papaye, abricot, amandes amères, olives.
  • Boissons : bière, vin, Suze, café bien noir, chicorée (la vraie).
  • Certaines huiles d’olive bien « vertes ».
  • Plantes et aromates : gentiane, camomille, chardon-marie, fenugrec, gingembre, laurier, plantain, romarin…
  • Le chocolat noir à plus de 70 % de cacao, les fèves de cacao.

L’amer permet d’éduquer ou de rééduquer le goût. Enfin, grâce à sa force et à son caractère, il fait remonter en surface davantage d’émotions que les autres goûts. Il rend attentif et oblige à ralentir, à s’interroger. On peut le considérer comme le goût de la maturité, comme le fruit d’une expérience, voire de la sagesse. À (re)découvrir sans aucun sentiment d’amertume !

Claire Desvaux,
naturopathe et diététicienne


Le sommeil salvateur

sommeilPetite devinette : selon vous, combien de temps un être humain peut-il rester sans dormir ? 20 jours, 11 jours ou 15 jours…

La bonne réponse est 11 jours ! Eh oui, nous pouvons rester 40 jours sans manger mais beaucoup moins sans dormir. Cela nous montre toute l’importance du sommeil, qui ne doit surtout pas être négligé. Nous pensons souvent gagner du temps sur le temps en ne dormant pas, mais c’est au détriment de notre santé. Détoxifiant naturel, le sommeil consolide notre mémoire ainsi que notre système immunitaire. Quant aux muscles, ils éliminent leurs toxines pendant la phase de sommeil. Ne pas dormir assez (entre 7 et 8 heures pour les adultes et 10 heures pour les enfants) peut entraîner, notamment, de nombreuses pathologies cardiovasculaires.


éco livres

Ma bible des questions santé ?
livre-ma-biblede Jessyca Falour

Cet ouvrage est un excellent outil pour vous aider à prendre votre santé en main. L’auteur a mentionné pas moins de 650 questions santé dans plus de 40 spécialités médicales et chirurgicales, avec des réponses fiables et de qualité provenant directement des médecins contributeurs. On retrouve également des dossiers consacrés à la prévention et au dépistage des maladies cardiovasculaires et des différents cancers, ce qui est primordial quand on sait que, bien souvent, ils peuvent être évités. Ce livre est riche de nombreux conseils utiles au quotidien (conservation des aliments, médicaments et interactions, traitements d’urgence du VIH, hypnose médicale, etc.). Enfin, il comprend un carnet d’adresses de A à Z, un tour d’horizon des phobies liées à la santé et un lexique médical pour mieux décrypter le jargon de son médecin. L’auteur a par ailleurs souhaité faire intervenir deux avocats en droit de la santé, car il est essentiel de connaître ses droits dans ce domaine.

Éditions Leduc.s – 25 €

Mieux que guérir – Les bénéfices de la médecine intégrative
livre-mieux-que-guerirdu Dr Dominique Rueff

La médecine intégrative, dont la notoriété ne fait que croître, est l’utilisation simultanée de la médecine conventionnelle et de certaines médecines alternatives, en tentant d’intégrer le meilleur des deux, dans un esprit de preuves scientifiques et pour un bien-être maximal du patient. Ce livre passionnant nous explique comment se soigner autrement. On y retrouve tous les éléments de la médecine intégrative (bilans protéomique, nutritionnel, du stress oxydatif, recherche des infections cachées, de déséquilibres acides, approche neuropsychologique), des exemples concrets de la combinaison de ces médecines, ainsi que des témoignages surprenants de rémissions grâce à la médecine intégrative.

Éditions Josette Lyon – 18 €

Prenez en main votre santé – Tome 3
livre-prenez-en-main-votre-santede Michel Dogna

Je ne saurais que trop vous recommander cet ouvrage, aussi passionnant à lire qu’instructif. Michel Dogna, connu pour sa pugnacité dans ses écrits, nous montre combien il ne faut surtout pas se fier aux apparences de notre système médical actuel et qu’il est grand temps que nous prenions notre santé en main. Car, selon lui, la vigilance et l’autonomie sont les deux maîtres mots de la sauvegarde de la santé, surtout en ce qui concerne l’alimentation, car « les mortelles séductions de la facilité » nous guettent partout.

Guy Trédaniel éditeur – 26 €

Prévenir
livre-prevenirde Philippe Presles et Catherine Solano

Non, la maladie d’Alzheimer, les cancers, l’infarctus et d’autres maladies lourdes ne sont pas inéluctables. On peut les prévenir, en organisant des dépistages précoces et, surtout, en adoptant le plus tôt possible une certaine hygiène de vie… Aujourd’hui, on s’intéresse enfin à la prévention de manière scientifique : de grandes études permettent de déterminer avec certitude ce qui est bon ou non pour notre santé. Deux médecins les ont décryptées et nous font part de leurs résultats.

Éditions Robert Laffont – 20 €


Côté Bien-être

« L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Antoine de Saint-Exupéry – Le Petit Prince (1943)

stressLes liens entre le corps et l’esprit ne sont plus à démontrer tellement ils sont en étroite interaction. Nous recherchons bien souvent les clés de la bonne santé et de notre bien-être là où nous ne devrions pas, alors que nous tenons bien souvent les réponses entre nos mains. Car, en chacun de nous, se nichent les clés de la prévention et le pouvoir d’autoguérison. Certes, par la qualité de notre alimentation et de notre sommeil, mais aussi par la simple pensée, par laquelle nous pouvons amener notre corps à produire des molécules antalgiques, telles que des opiacés, des antibiotiques ou encore des cannabinoïdes (substances qui agissent sur le système nerveux central). Prendre en main notre santé, c’est également veiller à un bien-être optimal. Comment ? En limitant au maximum les sources de stress, en faisant de l’exercice, en cultivant les petits bonheurs au quotidien, en exprimant sa gratitude, sans oublier, bien sûr, de prendre du plaisir à faire les choses.

Le dossier du mois :
Le stress, le mal du 21e siècle

Daniele-FestyOn ne présente plus Danièle Festy, pharmacienne d’officine, passionnée par les huiles essentielles et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. À l’occasion de la sortie de son livre Mes huiles essentielles antistress, Danièle Festy a eu la gentillesse de partager quelques précieux conseils avec nous.

Comment l’aromathérapie peut-elle, au quotidien, prévenir – ou traiter dès les premiers symptômes – les troubles liés au stress ?

Pour rééquilibrer un terrain stressé, on utilise les huiles essentielles du système nerveux, de préférence par voie aérienne ou par voie cutanée. On les respire directement au flacon, ou bien on dépose 3 gouttes sur un tissu, ou encore on les disperse dans l’atmosphère au moyen d’un diffuseur électrique : 10 gouttes pour ½ heure de diffusion plusieurs fois par jour. On les applique sur la peau, 2 gouttes, sur les trajets des nerfs ou sur les points d’acupuncture (plexus solaire, veines des poignets, plante des pieds, nuque, thyroïde, reins…). En massages, 5 gouttes diluées dans 1 cuillère à café d’huile végétale (calophylle, par exemple). En bains aromatiques : 5 gouttes pour un enfant ou 10 gouttes pour un adulte, diluées dans 1 cuillère à soupe de base neutre pour bains que l’on verse ensuite dans la baignoire remplie. On y barbote 20 à 30 minutes, puis on en sort sans se rincer pour continuer à bénéficier des molécules aromatiques sur notre peau.

Par quels mécanismes les huiles essentielles sont-elles « les infirmières de l’âme » ?

Les huiles essentielles, très volatiles, sont envoyées directement vers certaines zones réceptrices du cerveau – le système limbique, en particulier –, engendrant des réactions physiologiques ou biologiques : elles agissent sur le plan neurologique par leurs molécules biochimiques, comme des médicaments tranquillisants. De plus, elles exercent une activité informationnelle sur les cellules nerveuses, une activité énergétique et vibratoire. Elles sont donneuses (négativantes, calmantes) ou captatrices d’électrons (positivantes, dynamisantes).

Quel serait votre top 5 des meilleures huiles antistress ? Pourriez-vous nous décrire ces 5 huiles essentielles avec leurs spécificités, leur composition biochimique, leur parfum… ?

L’HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC EXOTIQUE, extraite des feuilles, riche en méthylchavicol, est très antispasmodique. C’est l’as de l’antistress des examens et de tout sevrage. Elle peut se mélanger avant d’être avalée : 1 goutte dans ½ cuillère à café d’huile d’olive 2 ou 3 fois par jour, en cures de 10 jours.

L’HUILE ESSENTIELLE DE CAMOMILLE ROMAINE, obtenue par distillation des fleurs, surtout riche en esters, est la spécialiste des gros stress de la vie : mauvaise nouvelle, séparation du couple parental chez un enfant, décès d’un être cher… Elle aide à accepter les chocs existentiels. Elle permet de « détendre » les nerfs dans la perspective stressante d’une intervention chirurgicale, dentaire ou autre. On la renifle simplement au flacon ouvert.

LA LAVANDE VRAIE, issue des épis bleus de nos régions du sud – au parfum inoubliable –, riche de son alcool, le linalol, et de ses esters, est une magistrale rééquilibrante nerveuse. Elle calme, apaise et en même temps redynamise le terrain anxieux. Toutes les voies d’utilisation sont les bienvenues : bain aromatique, massage, diffusion bien-être, et ce pour toute la famille.

LA MARJOLAINE À COQUILLES, la reine de la boule de stress qui monte, qui monte ! Riche à la fois en alcools, esters, éthers, terpènes, elle doit nous accompagner partout : au bureau, en vacances, à la maison. Quand le stress « monte », on en dépose sur le plexus solaire, sur les veines du poignet que l’on hume, et on respire très profondément fenêtre ouverte. Immédiatement, on sent la boule redescendre et la cage thoracique se rouvrir. On se redresse, l’alerte est passée.

L’ESSENCE DE MANDARINE, l’amie des enfants. Obtenue par pression à froid du zeste du fruit, riche en terpènes adoucis par la petite quantité d’alcools et d’esters qui les accompagne, elle dégage une fragrance rassurante pour les enfants : elle les console, les réconforte, les entoure d’un halo protecteur. Elle convient particulièrement aux petits un peu tristounets. Respiration et bains sont très adaptés à cette essence.

Comment choisir l’huile essentielle antistress ou les huiles qui nous conviennent le mieux ?

Les respirer l’une après l’autre et choisir celle qui vous plaît le plus a priori. Il faut être en harmonie complète avec l’huile essentielle en question. La lavande, la plus courante, est parfaite. Si son parfum ne vous convient pas, choisissez plutôt le petit grain bigaradier, l’ylangylang ou le néroli.

Est-il possible d’associer ces huiles essentielles à d’autres médecines douces ?

livre-huiles-essentielles-antistressElles peuvent être associées à toute technique comportementale : relaxation, yoga, méditation, fleurs de Bach, activité physique au calme et en plein air.

Pour aller plus loin

Mes huiles essentielles antistress
de Danièle Festy

aux Éditions Leduc.s – 18 €


Prévenir le burn out avec les fleurs de Bach
par Isabelle Bourdeau

Isabelle-BourdeauLes médecines douces, naturelles et complémentaires sont particulièrement intéressantes à titre préventif. C’est le cas notamment des fleurs de Bach, qui permettent d’éviter toutes les manifestations d’un trop plein de fatigue, d’un drame non élucidé, d’une colère rentrée, d’un deuil non digéré, d’un stress insupportable qui mènent tout droit au burn out ! En général, nous n’écoutons pas assez ce que notre corps nous dit, ce que notre moi supérieur tente de nous faire savoir par des maux sur lesquels nous ne sommes plus capable de mettre des mots. La tendance actuelle serait plutôt au développement de cette écoute particulière de notre moi d’en haut, guide intérieur de l’être, notre moi pensé, mental et raisonnable, et notre moi senti proche du coeur, de l’affect, des émotions pures… Le Docteur Bach avait prédit cette tendance car il avait déjà compris, en 1930, que « l’état d’esprit d’une personne avait un impact sur sa santé »… Précurseur dans l’âme ! Il s’était mis à dos la médecine allopathique, mais, que faire ! Il a continué à aller chercher dans la nature des réponses qu’il pensait juste et bonne pour l’homme. D’où sa belle florithérapie, qui nous amène à comprendre aujourd’hui notre gestion de nous-même et de nos émotions.

fleurs-img1Voici quelques fleurs salvatrices :

OAK : le Chêne, fleur de l’endurance. Comprendre que prendre du temps pour soi est aussi important que d’honorer ses obligations !

OLIVE : l’Olivier, fleur de l’énergie retrouvée face à l’épuisement tant physique que moral.

CENTAURY : la Centaurée, pour savoir se limiter dans sa générosité et ses investissements et avoir le courage de ne pas plaire à tout le monde.

WHITE CHESTNUT : le Marronnier blanc, fleur des pensées claires et constructives ! Savoir lâcher prise sur les idées redondantes, les ruminations mentales, obscures et non productives. Bonne pour retrouver le sommeil… nécessaire à l’énergie du jour à venir.

VERVAIN : la verveine, fleur du « tout trop », de l’excès ! Savoir modérer ses ardeurs, tempérer ses actions et vivre de façon plus équilibrée. Ces quelques élixirs floraux ne sont que des exemples généraux. Chacun a un ressenti différent vis-à-vis de la fatigue et ses degrés de tolérance car nous ne sommes pas égaux face au burn out ! Un mélange personnalisé sera donc nécessaire à ce moment-là car la source de cet état est différente pour chacun !

La florithérapie peut notamment intervenir de manière efficace pour prévenir les situations d’urgence, dans l’écoute de soi, avec l’aide d’un professionnel conseiller agréé, afin de déterminer les besoins ou blocages du moment, pour pallier au manque de clairvoyance de l’individu malade. Si vous souhaitez en parler et savoir comment aborder cette future rentrée et, surtout, ne pas retomber dans le piège, ce sera pour ma part avec plaisir !

Isabelle Bourdeau – Cabinet L’Apogée de Soi
Florithérapeute – 06 814 614 86
www.lapogeedesoi.frcontact@lapogeedesoi.fr


La sophrologie, aussi en prévention par Perline Noisette

Perline-NoisetteOn vient souvent à la sophrologie après avoir consulté toutes sortes de personnes, essayé toutes sortes de méthodes, médecines occidentale, orientales ou autres. Il est bien dommage de la choisir en dernier recours, même si le bénéfice est au rendez-vous ! Mais, une fois les outils sophrologiques acquis, c’est alors une ère de prévention qui s’ouvre, à tout moment, dans toute circonstance. Singularité de la sophrologie

L’une des – nombreuses – particularités de la sophrologie, qui fait de cette pratique une technique à nulle autre pareille, est d’être à la fois rigide et souple. Alfonso Caycedo, psychiatre et neurologue, a créé la sophrologie dans les années 1960, en choisissant dans diverses pratiques, entre autres occidentales, récentes et orientales, ce qui pourrait le conduire vers son but ultime : la libération de la conscience humaine. Il en a extrait une aide positive à la modification de la conscience, afin de guérir ou de prévenir. Dès sa création, donc, la sophrologie est une technique prophylactique et destinée à tous.

Une pratique pour chacun(e)

sophrologieLa sophrologie est une pratique destinée, à l’origine, au peuple, une méthode pensée pour l’autonomie de chacun et de tout le monde. Elle est donc, dans son essence, intemporelle. Les exigences de démocratie que l’on voit apparaître depuis quelques mois, d’abord en France, puis partout dans le monde, le confirment : l’autonomie et la prise en compte des besoins de chacun sont des désirs inhérents à l’être humain, pour une société plus paisible. Et la sophrologie peut être un outil pour y arriver, individuellement et collectivement. Les relaxations dynamiques, sortes d’exercices, sont un travail sur le corps, sans jugement, sans analyse, sans effort, sans douleur, qui permettent de ressentir son corps, en détail, et de le préparer à la sophronisation – parfois comparée à des visualisations –, qui se font dans un état similaire à celui de l’hypnose, l’état alpha du cerveau, relaxé, conscience apaisée.

Être bien campé sur ses 2 pieds

La prévention, c’est être stable. C’est être en harmonie entre la terre et le ciel. Pour cela, je vous propose l’exercice des hémicorps. À faire sans modération, et dès que l’on se sent déséquilibré(e), au sens propre comme au figuré.

Relaxation dynamique : Hémicorps

  • Prenez la position de base : debout
  • pieds parallèles écartés de la largeur du bassin
  • dos droit
  • tête dans l’alignement
  • épaules relâchées
  • bras ballants

Si nécessaire, pour vous soulager, pliez les genoux, penchez un peu la tête vers l’avant. Yeux fermés.

  1. Faites porter tout votre poids sur le pied droit, sans lever le pied gauche. Le côté gauche restera sans tension.
  2. Levez le bras droit jusqu’à la verticale, main ouverte, en inspirant par le nez.
  3. Bloquez votre respiration.
  4. Étirez tout le côté droit en tirant la main vers le haut et la jambe vers le bas.
  5. Puis, toujours en appui côté droit, laissez redescendre votre bras droit en soufflant fort par la bouche.
  6. Revenez en équilibre sur vos 2 pieds, en position initiale.
  7. Reprenez une respiration naturelle.
  8. Concentrez-vous sur les perceptions que vous ressentez côté droit.
  9. Détaillez-les. Faites cet exercice 3 fois du côté droit. À la fin de la dernière, comparez avec le côté gauche.
  10. Ensuite, faites l’équivalent en basculant tout votre poids côté gauche, 3 fois.
  11. Pour finir, réalisez cet exercice bien campé(e) en équilibre sur vos 2 pieds, en levant les 2 bras vers le ciel et en étirant les 2 côtés à la fois, 1 seule fois. En attendant, respirez fortement par le nez, puis soufflez en 1 seule fois par la bouche tout ce qui vous énerve.

Puis, reprenez une respiration naturelle, douce et reposante.

Perline Noisette – Sophrologue diplômée RNCP
Dr ès sciences-technologie-société
Sophrologie et Compagnie®.
http://sophrologie-et-compagnie.com
Perline@sophrologie-et-compagnie.com

Première séance collective gratuite sans aucun engagement.


La méditation de pleine conscience comme antidote

« Méditer est considéré comme une pratique. Mais nous nous rendons compte que la méditation est au contraire une non-pratique, par l’effacement des différents mouvements de la pensée (…) et de tout ce qui encombre notre conscience. » Arnaud Desjardins (auteur et réalisateur, 1925-2011) a voué son existence à la sagesse. À travers ses films et ses livres, il a transmis le message des grandes traditions orientales, du soufisme au bouddhisme tibétain).

Aujourd’hui, la méditation ne se cantonne plus uniquement aux domaines de la spiritualité et du développement personnel, mais s’invite également dans les domaines de la psychiatrie et des neurosciences. Et ce n’est pas tout… Les scientifiques nous apportent désormais la preuve que la méditation de pleine conscience agit bien sur notre cerveau et qu’elle met en oeuvre des mécanismes réparateurs ou préventifs. À titre d’exemple, une étude a révélé que des patients traités aux ultraviolets pour un psoriasis voient leurs lésions s’améliorer plus rapidement s’ils suivent simultanément des séances de réduction du stress par la pleine conscience. Rappelons que la méditation de pleine conscience consiste à élargir notre champ d’action, afin que nous prenions totalement conscience de l’instant présent, de tout ce que nous ressentons, de nos émotions et de nos pensées, sans pour autant s’y attarder ni anticiper celles à venir. C’est en quelque sorte être spectateur de notre propre pensée, de nos propres émotions, sans juger ni être trop distant. Nombreuses sont désormais les études qui montrent que la méditation de pleine conscience libère l’esprit, favorise les émotions positives, aide à gérer la douleur chronique, améliore la concentration, limite les risques de rechute de dépression, renforce les défenses immunitaires et abaisse la pression artérielle. Les bénéfices de la méditation de pleine conscience commencent généralement à apparaître après 8 semaines d’entraînement d’au moins 20 minutes par jour. Vous commencez quand ?

Coup de Coeur ! ???

livre-mediter

Pour aller plus loin

Méditer c’est se soigner
du Dr Frédéric Rosenfeld

Ce médecin psychiatre, ancien assistant des hôpitaux de Lyon, diplômé en neurosciences et en thérapies cognitives, nous donne dans ce livre des clés pour une médication laïque et préventive, adaptée à chacun. Tout simplement passionnant et très instructif.

Aux Éditions Les Arènes – 22,50 €


Jeûner en toute sérénité avec le label Agréé FFJR – Jeûne et Randonnée®

randonneeEn quête de sens et de retour aux sources, les Français sont de plus en plus sensibles aux expériences, démarches et valeurs qui mettent en avant le bien-être et la (re)découverte de soi et du monde. C’est la raison pour laquelle le jeûne, et plus précisément la formule Jeûne et Randonnée, a le vent en poupe ! Si ce concept, consistant à jeûner tout en réalisant une randonnée en pleine nature, attire, il est primordial de s’y engager dans les règles de l’art pour que cette démarche devienne tant une pause qu’une régénération pour le corps. C’est dans cette optique que, depuis près de 15 ans, 36 organisateurs se sont regroupés en association – la FFJR –, qui promeut le label FFJR Jeûne et Randonnée. Sa vocation est de rassembler tous les professionnels respectant une charte qualité rigoureuse vis-à-vis de l’accompagnement, de la formation et de l’éthique. La FFJR vise désormais, comme en Allemagne, un réseau de 1 000 organisateurs. Avec plus de 25 ans d’expérience, 700 stages organisés par an pour plus de 5 000 stagiaires, l’organisme va également continuer son expansion à l’international. Pour les clients, ce label qualité est l’assurance de faire appel à des professionnels parfaitement qualifiés et sincèrement bienveillants.

Quelques mots sur le concept Jeûne et Randonnée

Si le concept Jeûne et Randonnée séduit de plus en plus d’adeptes, c’est avant tout grâce à ses multiples bienfaits sur le corps et l’esprit. Avec nos vies sédentaires, le stress et les excès en tout genre mettent tant notre corps que notre mental à rude épreuve : on finit par se sentir fatigué, déprimé et, parfois même, par tomber malade. Grâce au jeûne, il est possible de désintoxiquer notre organisme pour renouer avec le bien-être physique, psychique et émotionnel. Cette pratique agissant comme une véritable cure de jouvence, notre corps profite de ce repos digestif salutaire pour éliminer les toxines, renouveler ses cellules et faire le plein de vitalité. Une vraie révision, en somme ! Comment le corps se nourrit-il en l’absence de nourriture ? Le mécanisme s’appelle l’autolyse. Le corps puise dans ses réserves de sucre, de protéines (en début de jeûne) et, surtout, de graisses. En parallèle, la randonnée permet de tonifier le corps, d’accélérer le phénomène de nettoyage afin d’en ressentir pleinement le dynamisme. C’est aussi un bon moyen d’occuper l’esprit et de découvrir de très belles régions. Jeûne et Randonnée, c’est l’association des bienfaits du jeûne avec une semaine de vraies vacances.

La semaine de Jeûne et Randonnée se décompose d’ailleurs en différentes phases, à laquelle il faut ajouter une période préliminaire et une autre reprise :

  • Une semaine de préparation, pour effectuer une « descente alimentaire » afin de mettre en condition (on élimine chaque jour une famille d’aliments).
  • La semaine de jeûne, pendant laquelle vous consommez uniquement de l’eau, des tisanes, des jus de fruits dilués et du bouillon de légumes filtré. Les randonnées de 3 ou 4 heures et les différentes activités rythment les journées. Et, à la fin du jeûne, votre premier repas partagé avec les autres jeûneurs est vécu comme une fête, un festival de sensations (goûts, odeurs…).
  • Une semaine de reprise alimentaire, pour réintroduire progressivement les différents aliments.

Pour en savoir plus : http://www.ffjr.com


L’exercice, indispensable à la pleine santé

Justine-Andanson

Justine Andanson
journaliste bien-être et fit-girl aguerrie

« Point de santé si l’on ne se donne pas tous les jours suffisamment de mouvement. » Arthur Schopenhauer (philosophe allemand du 19e siècle)

L’exercice physique est indispensable, non seulement à notre bien-être mais aussi à notre santé. Si vous n’êtes pas adepte du running, sachez que vous pouvez très bien pratiquer la marche rapide pendant 30 minutes par jour, sans s’arrêter, pour profiter d’un effet bénéfique au quotidien sur votre santé. Plusieurs études scientifiques montrent d’ailleurs que marcher de 3 à 5 heures par semaine à un rythme moyennement soutenu réduirait d’environ 50 % les risques de cancers. Natation, cyclisme, pilates, yoga, cross fit, zumba, tennis, running, aquacycling, fitness… Les activés ne manquent pas pour se bouger au quotidien. Nous avons profité de la sortie de son ouvrage Mon cahier fitness pour poser quelques questions à Justine Andanson, journaliste bien-être et fit-girl aguerrie.

Justine, quelle serait votre définition du fitness ?

Un excellent moyen d’entretenir sa forme et de se sculpter une jolie silhouette.

À qui s’adresse-t-il ?

À tout le monde ! Aujourd’hui, il existe même des cours pour enfants et pour seniors.

Pensez-vous que le fitness puisse jouer un rôle de prévention sur notre santé ? Si oui, pourquoi ?

Ô que oui ! Pour prévenir de l’obésité, des maladies cardiovasculaires, de certains cancers, de la maladie d’Alzheimer, de l’ostéoporose, de la dépression, du stress, des insomnies… La liste n’est pas exhaustive ! Et ce n’est pas le fitness mais le sport en général qui possède toutes ces vertus.

Vous donnez de nombreux conseils et défis nutrition, dont notamment celui de supprimer en grande partie le sucre. Pourquoi ?

Pour certains, le sucre est une véritable dépendance dont il est difficile de se défaire. C’est un produit addictogène, comme l’alcool ou le tabac. C’est un véritable poison, qui peut être extrêmement nocif pour la santé et un véritable ennemi lorsque l’on veut perdre du poids. Le sucre a aussi un effet inflammatoire, ce qui augmente la cellulite car il s’agit d’une inflammation des graisses.

Que peuvent espérer plus particulièrement les femmes en pratiquant quotidiennement cette activité sportive ?

À la fois une transformation physique, mais aussi des bienfaits sur leur santé et leur bien-être. Une plus belle silhouette, sculptée et harmonieuse, un meilleur moral, un sommeil facilité, une plus grande confiance en soi, les bienfaits sont si nombreux !…

Dans votre ouvrage Mon cahier fitness, vous proposez de nombreux exercices et conseils pour pratiquer le fitness à la maison. Quelles recommandations donneriez-vous à nos lecteurs pour bien démarrer ?

Investir dans des vêtements et des accessoires de fitness adaptés, et surtout planifier ses séances chez soi comme des séances en club de sport, histoire de ne pas les manquer. En parallèle du cahier, faire 1 à 2 activités cardio, comme le vélo, la marche, la course, des cours de danse – j’adore le fit’ballet ! –, ou bien sûr des cours de fitness – comme les cours Les Mills, par exemple, avec du BodyAttack, du Grit…

Comment faire sans coach pour ne pas se faire mal ni se démotiver rapidement ?

Décomposer les mouvements et bien respecter les consignes. Un exercice ne doit jamais être douloureux sauf pour le muscle sollicité. Un squat doit faire « mal » aux cuisses, aux fesses, mais pas au dos ni aux genoux ! Pour ne pas se démotiver, il faut avoir des résultats, donc être assidu(e) !

Pourriez-vous partager avec nous 5 exemples d’exercices à pratiquer lorsque l’on débute, ainsi que le nombre de répétitions et la fréquence ?

Le squat, 4 séries de 20, pour les cuisses et les fesses.

Les fentes, 4 séries de 15 sur chaque jambe, pour les cuisses et les fesses.

La planche, 30 secondes puis rapidement 1 minute, le meilleur gainage ! Lorsqu’il est bien fait, il muscle tout le corps et pas seulement les abdominaux. Les dips, 4 séries de 15, pour les triceps. Les abdominaux bicyclettes, 4 séries de 20.

Un exercice de yoga minceur ?

La respiration abdominale est le véritable secret d’un ventre plat.

En position assise, les jambes décroisées, les pieds bien ancrés dans le sol, le dos et les épaules dégagées des oreilles, placez une main à plat sur votre bas ventre – en dessous du nombril – et une main à plat sur vos lombaires – dos de la main collé en bas du dos. Inspirez par le nez en gonflant le ventre sur 3 temps et expirez par le nez en rentrant le ventre sur 3 temps également. À faire une dizaine de fois pour un effet détente garanti. Les atouts : la respiration abdominale est le réflexe anti-stress. Au lieu de grignoter, faites cet exercice plusieurs fois par jour. Cela favorise le calme et le lâcher-prise. Cet exercice renforce le transverse, muscle profond de l’abdomen, qui aide à obtenir un ventre plat. Quand vous expirez, contractez vraiment le ventre pour bien stimuler vos muscles.

Pour aller plus loin

Mon cahier fitness
livre-mon-cahier-fitnessde Justine Andanson

Les challenges fitness sont la grande tendance du moment et leurs photos explosent les compteurs Instagram. Mon cahier fitness lance aux femmes 3 body challenges pour des abdos bien dessinés, des fesses en béton, des cuisses de gazelle et un corps totalement transformé ! C’est parti pour 8 semaines d’exercices cardio, d’endurance et de répétitions (squats, dips, fentes, pompes, pont, planche, crunchs, etc.) : objectifs silhouette atteints en un clin d’oeil. Et pour booster sa perte de poids, on relève aussi les challenges avec une alimentation équilibrée !

Éditions Solar – 7,90 €


éco livres

Les exercices qui vous soignent – Tome 2
Troubles de la posture et ergonomie
les-exercices-qui-soignentdu Dr Jean Drouin, Denis Pedneault et Roberto Poirier

Au travail, dans nos loisirs ou dans nos activités quotidiennes, une posture qui ne respecte pas la mécanique naturelle du corps peut faire de gros dégâts. Dans cet ouvrage entièrement illustré sont répertoriées les 16 attitudes posturales à l’origine des maux les plus courants. Pour chacune, 9 exercices sont proposés afin de nous guider dans une réadaptation graduelle en 3 phases : dégager les tensions, repositionner les articulations, puis stabiliser le corps dans une posture adéquate.

Éditions Albin Michel – 22 €

À vos baskets toutes !
livre-a-vos-baskets-toutesde Fabienne Broucaret

À votre avis, combien de femmes pratiquent le running ? Avez-vous déjà entendu parler de l’aéroboxe ou du body karaté ? Saviez-vous que des cours d’escrime existent pour les patientes atteintes d’un cancer du sein ?

Plaidoyer pour le sport au féminin, cet ouvrage est un véritable essai pour penser le sport comme source de progrès de la place des femmes en France, étayé de témoignages de sportives – anonymes ou célèbres –, d’encadrés ludiques et d’interviews d’experts, à travers lequel se dessine le reflet d’une nouvelle société en mouvement, qui défend la mixité, la coopération et la solidarité. À dévorer !

Éditions Michalon – 18 €

Équilibre et méditation par les plantes – 30 plantes à découvrir
livre-equilibre-et-meditationde Claire Tiberghien

Connaissez-vous l’influence des plantes sur votre mental ? Au-delà de leurs vertus thérapeutiques, empreintes d’un fort pouvoir symbolique, elles nous ouvrent aussi aux mondes psychique et émotionnel. Ce livre fait découvrir 30 plantes, classées selon les 5 éléments de la médecine chinoise, qui, à travers leurs messages, offrent un chemin de questionnement, des pistes pour se comprendre et évoluer. Il invite à suivre la voie de l’émotion, du coeur, pour aller en direction du mieux-être et de la pleine conscience. Les bienfaits de chaque plante sont suivis par une méditation complétant le chemin thérapeutique proposé. Un CD audio accompagne l’ouvrage pour entrer en méditation.

Éditions Jouvence – 22 €

Bien-être au naturel
livre-bien-etre-au-naturelde Julien Kaibeck

L’expert Julien Kaibeck, spécialiste de la slow cosmétique, concentre ici, enfin, tout son savoir et ses recettes pour que chacun puisse devenir acteur de sa beauté et de son bien-être, au naturel. Parce que, pour Julien, être bien au naturel est la clé d’une vie autonome et équilibrée, il propose ici toutes ses méthodes, techniques et recettes afin que chacun vive librement son bienêtre au naturel : idées reçues, questions- clés, fiches sécurité, ustensiles et tableaux pratiques, pour plonger bien équipé dans le monde du bienêtre au naturel. Les astuces de Julien pour utiliser au quotidien les 12 produits de base qui vont devenir les essentiels du bien-être jour après jour.

Éditions Solar – 19,90 €

livre-la-slow-lifeLa Slow Life en pleine conscience
Ralentir et trouver son rythme idéal

de Cindy Chapelle

La Slow Life est une attitude au quotidien, basée sur la prise de conscience de l’instant présent afin d’être plus en accord avec soi, ses valeurs, ses objectifs. Une autre façon d’améliorer sa gestion du temps et de retrouver l’harmonie entre corps et esprit.

Éditions Jouvence – 4,50 €


Rubrik-a-trucs-special-prevention

Là où ça fait mal ! Gérer le stress avec l’acupression

Saviez-vous que l’acupression et la réflexologie permettent de soulager de nombreux troubles, facilement et n’importe où, sans avoir à faire appel à un spécialiste ni avoir recours aux médicaments ? Il suffit tout simplement de stimuler un point d’acupuncture bien précis ou de masser une zone réflexe sur le visage et le corps. Vous êtes stressé(e) ? Voici l’exercice de stimulation à pratiquer :

les-points-img1 les-points-img2 les-points-img3
1 – Commencez par appuyer sur le point situé dans le pli du poignet, dans l’alignement de l’auriculaire, sur le côté extérieur du tendon, dans le creux de l’os. 2 – Pressez le dos de la main, dans le V formé par l’angle de l’os entre les pouces et l’index. 3 – Appuyez sur le dessus du pied, dans l’angle de l’os, entre le gros orteil et son voisin.
les-points-img4 les-points-img5 les-points-img6
4 – Pressez le point situé à 3 largeurs de doigt au-dessus de la pliure du poignet, sur la face interne de l’avantbras, entre les 2 tendons centraux. Ce point, qui apaise les angoisses, est également connu pour calmer les nausées et le mal des transports. 5 – Tout en respirant calmement par le ventre, pressez de manière appuyée le point qui se trouve à 2 travers de doigt sous le centre du nombril… 6 – Puis massez délicatement le point situé entre les seins, à mi-distance entre les mamelons.
les-points-img7 les-points-img8  
7 – Stimulez le point situé à 6 largeurs de doigt au-dessus du nombril. 8 – Massez ensuite le point à mi-distance entre votre nombril et l’endroit où vos côtes se rejoignent.  

Exercice extrait de

lire-les-points-qui-guerissentD’ici ou d’ailleurs – Les points qui guérissent
de Murielle Toussaint

Classés par ordre alphabétique, la plupart des symptômes et maladies trouvent ici leur solution grâce à l’acupression et à la réflexologie des pieds, des mains et du visage. L’auteur indique précisément, pour chaque pathologie, les zones réflexe ou les points à solliciter par la pression ou le massage. Chaque geste est illustré de photographies, afin que l’utilisation soit aussi simple que rapidement efficace. Un indispensable à avoir de toute urgence dans sa bibliothèque !

Leduc.s Poche – 8,90 €

Dans les bras de Morphée

passifloreClé d’une santé optimisée, le sommeil n’est surtout pas à négliger. N’hésitez pas à faire appel à la phytothérapie, notamment pour un sommeil plus réparateur. Reconnue pour ses propriétés sédatives, anxiolytiques, calmantes et tranquillisantes, la passiflore est l’allié idéal. Faites infuser 15 g de fleurs et feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante pendant 15 minutes, puis filtrez. Buvez 3 tasses par jour entre les repas, la 3e avant le coucher.

Sacrés pépins !

Tout est bon dans le pamplemousse, surtout les pépins ! C’est un médecin immunologiste d’origine yougoslave, Jacob Harich (1919-1996), qui a observé que, sur un tas de compost, les pépins de pamplemousse ne se décomposaient pas. Intrigué, il a étudié de plus près ces pépins et a découvert qu’ils étaient très riches en bioflavonoïdes, aux puissantes propriétés antioxydantes, antibactériennes, antibiotiques et antifongiques, et ce sans effets secondaires, sans affaiblir le système immunitaire ni détruire les bonnes bactéries présentes dans l’organisme. On réalise avec ces pépins un extrait liquide, considéré comme « la plus petite pharmacie du monde dans un flacon » ! Il faut dire que cet extrait de pépins de pamplemousse – ou EPP – sait tout faire, ou presque :

EN INTERNE :

  • pamplemousseGingivite, saignement des dents, aphtes, herpès
  • Diarrhée et turista
  • Prévention et traitement et des coups de froid
  • Infections des voies respiratoires
  • Renforcement du système immunitaire
  • Résistance et vitalité
  • Protection des cellules contre le stress oxydatif
  • Infections fongiques (ongles, peau, cheveux…)

EN EXTERNE : (pur ou dilué)

  • Pour nettoyer des légumes ou fruits non bio qui seront consommés crus, surtout avec leur peau
  • Pour assainir la brosse à dents
  • Panaris : en massant le sillon latéral de l’ongle avec quelques gouttes de l’extrait non dilué, 2 ou 3 fois par jour
  • Pellicules (masser le cuir chevelu avec le shampooing habituel mélangé à 10 gouttes d’EPP, pendant 2 minutes environ), démangeaisons, psoriasis… La juste dose :
    – Adultes : 15 gouttes, 3 fois par jour dans un verre d’eau ou de jus de fruits
    – Enfants : 3 gouttes par 10 kg de poids par jour
    – Femmes enceintes et allaitantes : 7 gouttes dans un peu d’eau ou un jus de fruits, à boire 3 fois par jour.

Avoir des amis, c’est bon pour la santé !

Nul doute qu’avoir des amis rend bien des services dans la vie quotidienne. Mais saviez-vous que les amis, c’est aussi bon pour la santé ? Une étude scientifique, publiée récemment par la revue Scientific Reports, conduite par Katerina Johnson et Robin Dunbar – deux psychologues de l’université d’Oxford –, montre que la sociabilité diminue la douleur physique, amoindrit le taux d’hormones du stress dans le sang et retarde la calcification des artères. Une bonne excuse pour s’octroyer quelques soirées entre amis.

Prévenir les problèmes de prostate

tomatesContre les problèmes de prostate, la tomate est l’un de vos meilleurs alliés. Selon une étude menée par les chercheurs britanniques des universités de Bristol, Cambridge et d’Oxford, manger une bonne dizaine de portions de tomates chaque semaine (c’est-à-dire l’équivalent de 2 tomates par jour) permettrait aux hommes de réduire de 20 % leur risque de cancer de la prostate, grâce à leur rôle antioxydant et anti-inflammatoire.

Les raisins de la prévention

raisinÀ l’approche de l’automne, il est salvateur de commencer à détoxifier son corps en douceur. La monodiète de raisin – ou cure uvale – est incontournable. Elle nettoie l’organisme, le revitalise, renforce le système immunitaire, aide à lutter contre la constipation, les insomnies, résout les problèmes de peau, régule l’irritabilité et la fatigue. Variez la durée de la cure en fonction de vos besoins et de votre expérience : de quelques jours à 3 ou 4 semaines. Les bénéfices augmentent bien évidemment avec la durée. Pour une découverte, il peut être intéressant de réaliser 2 ou 3 fois 3 jours de cure durant le mois de septembre. Veillez à choisir des raisins bio et variez les plaisirs : muscat, chasselas, centennial… À la fin de la cure, pensez à faire une transition en douceur par une reprise alimentaire progressive, avec fruits et légumes par exemple. Ne convient pas aux diabétiques ni aux femmes enceintes.

Exprimez votre gratitude !

Saviez-vous que la gratitude est, avec la générosité, l’un des plus puissants exhausteurs de bonheur ? Alors, à partir de maintenant, n’ayez plus peur d’exprimer votre gratitude envers les autres. Une lettre, un mail, un coup de téléphone ou un texto pour dire merci, ce n’est pas grand chose mais cela fait souvent beaucoup. Car l’expression de la gratitude fait du bien à celui qui l’entend. C’est la nourriture par excellence qui permet de rassasier le besoin de reconnaissance et d’estime de soi en chacun de nous. Et lorsque quelqu’un vous dit merci, acceptez-le comme un cadeau, avec simplicité et humilité.


éco livres

La Médecine énergétique
livre-la-medecine-energetiquede Gérard Edde

Qu’est-ce que l’énergie vitale ? Comment la stimuler et, surtout, de quelle manière la préserver ? Quels en sont les forces et processus subtils sousjacents ? En quoi consistent « l’art de guérir » et la recherche de la longévité ? Depuis plusieurs millénaires, l’Extrême-Orient a répondu de façon empirique et précise à ces interrogations. Dans cet ouvrage abondamment illustré l’auteur, spécialiste français de l’Extrême-Orient, revient sur les origines de la médecine énergétique pour en exposer les applications contemporaines. Il présente les nombreuses facettes théoriques et pratiques d’une médecine énergétique actuellement en plein développement : bases philosophiques, textes fondateurs, découverte chinoise des réseaux d’énergie (méridiens), descriptions détaillées d’exercices de Qi Gong et de respiration, travail sur les organes et les noeuds émotionnels, activation des flux naturels du Qi, stimulation des points d’acupuncture fondamentaux (digitopuncture), tests d’évaluation des stagnations énergétiques, automassages…

Éditions Grancher – 22 €

Mes aliments miracle
livre-mes-aliments-miraclesd’Emmanuelle Jumeaucourt

Faites le plein de vitamines naturelles, sels minéraux, d’antioxydants, acides aminés, oligoéléments, oméga 3 indispensables à votre corps. Entre autres, le chocolat, les fruits, l’huile d’olive, l’ail, le citron, les noix, les légumes verts… sont des aliments miracles qui n’auront plus de secrets pour vous.

Cet ouvrage alphabétique, dynamique et synthétique vous permettra, en un clin d’oeil, de choisir, d’utiliser et de marier les bons aliments selon vos besoins et ceux de votre entourage. Astuces et recettes viennent le compléter pour vous faciliter la vie !

Éditions Jouvence – 6,90 €


Côté Beauté

beaute-img2La prévention ne s’exprime pas uniquement dans les domaines de la santé et du bien-être, elle trouve également tout son sens dans celui de la beauté.

Cheveux abîmés, peau desséchée, rides prématurées, teint en berne, apesanteur avant l’heure… Nous passons beaucoup de temps à essayer de réparer des dégâts plus ou moins importants que nous aurions pu éviter avec quelques recommandations de bon sens et des alliés 100 % naturels, capables de veiller sur nous et sur notre apparence. Voici donc quelques précieux conseils pour être durablement belle de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur.

Prévenir les boutons plutôt que leur faire la guerre

Rien de plus désagréable que d’avoir de disgracieux boutons sur le visage. Il s’agit bien souvent de dermatoses. En effet, les glandes qui sont à la racine des poils sécrètent du sébum et forment des comédons. Ces derniers obstruent les pores et une réaction inflammatoire se forme, tout en faisant apparaître les indésirables.

LES CLÉS DE LA PRÉVENTION

• Favoriser le désengorgement des pores par des exfoliations ciblées et douces. • Équilibrer la sécrétion de sébum. • Purifier la peau afin d’éviter la prolifération bactérienne.

LA ROUTINE BEAUTÉ À ADOPTER

• Si vous ne supportez pas l’application d’eau sur le visage, préférez un nettoyage avec un lait ultra-doux enrichi en actifs apaisants. • Hydratez délicatement votre peau en choisissant une formule simple avec seulement 1 ou 2 actifs doux et bien tolérés. Choisissez, par exemple, des actifs apaisants et protecteurs. • Évitez autant que possible les ajouts de parfums et de colorants à vos formules. Évitez les lotions alcooliques, les huiles essentielles, sauf bien sûr celles qui sont reconnues pour être apaisantes. • Une fois par semaine, appliquez un masque soin doux, riche en actifs apaisants.

LA NATURE À LA RESCOUSSE

• Les huiles essentielles : fragonia, manuka, palmarosa, tea tree, lavande fine. Recette express : sérum anti-boutons Dans un bol, mélangez 45 ml d’huile de jojoba avec 60 gouttes d’HE de tea tree, 60 gouttes d’HE de lavande fine et 30 gouttes d’HE de palmarosa. Transférez dans un flacon pipette en verre. Appliquez 2 à 5 gouttes de ce mélange sur le visage le matin, en évitant le contour des yeux. • Les huiles végétales : jojoba, nigelle, son de riz, noisette, macadamia, sésame… • Les hydrolats : achillée millefeuille, lavande, lavandin, cyprès bleu, tea tree et romarin, litsée citronnée, bay Saint Thomas… • Les plantes : romarin, consoude, pensée sauvage, aloe vera… • Mais aussi : argile verte, extrait de pépins de pamplemousse, propolis, levure de bière… Le saviez-vous ? Purifiant, l’aloe vera possède une activité anti-bactérienne et des propriétés inhibitrices sur le champignon Candida albicans (candidose).

DANS LA CUISINE

• le citron est l’arme anti-boutons par excellence, grâce à sa triple action antiseptique, astringente et cicatrisante. En cas de boutons, tamponnez-les avec un coton-tige imbibé de jus de citron bio ; • la tomate est riche en sels acides (citrates, tartrates et malates) et en vitamines (A, B3, PP, B5, B6, C), qui agissent sur la peau par leur action anti-infectieuse ; • la laitue contient de la lactucine et de la lactucopicrine, aux vertus anti-inflammatoires et adoucissantes. Ses acides organiques (malique, citrique et ascorbique) favorisent les sécrétions de la peau et purifient les glandes sébacées ; • l’oseille renferme de l’acide oxalique, de la vitamine C et du bioxalate de potassium. Le cresson se révèle également particulièrement efficace ; • le blanc d’oeuf, grâce à une enzyme appelée lysozyme, qui s’attaque aux bactéries et agit comme un antibiotique naturel. Recette express : le soir au coucher, appliquez du blanc d’oeuf battu à l’aide d’un linge propre ou d’un pinceau. Laissez reposer durant la nuit. Rincez à l’eau citronnée le matin. • le miel contient des enzymes comme la glucose oxydase, qui stimule la cicatrisation par production de petites quantités régulières de peroxyde d’hydrogène.

Recette express :

Une décoction de laitue pour assainir la peau Préparez une décoction de feuilles de laitue en faisant bouillir quelques feuilles dans de l’eau (environ 3 belles feuilles de salade pour 25 cl d’eau de source). Appliquez matin et/ou soir sur le visage. Vous pouvez aussi préparer un jus de cresson à l’extracteur, à appliquer également matin et/ou soir sur les boutons. Conservation pour ces préparations : 72 h max au réfrigérateur.

LE SOIN SALVATEUR = LE BAIN DE VAPEUR DÉTOX

Pratiqué 1 fois par semaine, il vous assurera une peau dépourvue d’imperfections et de points noirs.

La recette : mettez dans une casserole 50 cl d’eau de source faiblement minéralisée, 1 c. à c. de consoude séchée, 1 c. à c. de feuilles de romarin et 1 c. à c. de fleurs de pensée sauvage. Portez à ébullition. Aux premiers frémissements, retirez du feu, puis versez dans un saladier.

Le rituel beauté : Couvrez-vous la tête d’une serviette-éponge. Fermez les yeux et maintenez votre visage à 30 cm du saladier pendant 10 minutes. Attendez au moins 30 mn ensuite avant d’appliquer votre soin habituel.

masque-de-nuitRecette beauté n° 1
Masque de nuit Rébellion
Pour venir à bout des boutons

Et si, pendant que vous dormez, vous laissiez faire votre soin, afin qu’il travaille pour vous ? Cette crème contient de l’acide lactique, qui combat les bactéries, et de l’essence d’arbre à thé, qui n’a pas sa pareille pour lutter contre les boutons et autres imperfections de la peau.

• Préparation : 10 mn
• Conservation : 1 semaine maxi
• Coût : moins de 5 €

Mon matériel

• 1 bol
• 1 mini-fouet
• 1 pot de 50 ml

Dans mon panier

? 3 c. à s. d’argile verte
? 1 c. à s. d’hydrolat de romarin bio
? 1 c. à s. de gel d’aloe vera bio
? 3 gouttes d’huile essentielle de tea tree
? 3 gouttes d’huile essentielle de lavande fine
? 3 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

La recette

1 > Dans le bol, humectez l’argile avec l’hydrolat de romarin jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse.
2 > Ajoutez le gel d’aloe et mélangez à nouveau.
3 > Ajoutez les 2 huiles essentielles, l’extrait de pépins de pamplemousse et mélangez une dernière fois.
4 > Transférez dans le pot.

Rituel de beauté

Avant de vous coucher, appliquez localement et par petites touches sur les boutons. Laissez poser toute la nuit. Au réveil, rincez avec une eau de source citronnée.


Produits de la ruche
et santé de la peau

Produits-ruche

Notre peau est le tissu qui protège notre organisme des éléments extérieurs, tout en assurant des échanges contrôlés avec le monde qui nous entoure. Elle est donc sans cesse soumise à des agressions, qu’elles soient d’origine physique (UV), chimique (pollution) ou microbiologique (bactéries, champignons, virus, etc.). Les produits de la ruche peuvent nous aider à lutter contre elles.

L’état de notre peau est avant tout le reflet de notre santé. C’est également un critère esthétique important pour bon nombre d’entre nous, d’où l’intérêt de la préserver et l’entretenir. Le miel est un produit particulièrement adapté en massage pour aider la peau à éliminer les toxines accumulées. Il présente une très forte osmolarité, qui va faire sortir les toxiques de la peau.

Si le soleil est capital car il dope notre moral et permet la synthèse de la vitamine D, tout en nous donnant un joli teint hâlé, une exposition excessive peut cependant entraîner des effets néfastes : coups de soleil, allergies cutanées, vieillissement prématuré de l’épiderme, voire certains cancers (mélanomes). Là encore, un certain nombre de produits de la ruche, riches en antioxydants – tels que le pollen frais, la propolis ou même la gelée royale –, peuvent être salvateurs pour notre peau.

À titre d’exemple, certains pollens frais, comme ceux de ciste ou de saule, contiennent de grande quantité de caroténoïdes, qui sont des pigments allant du jaune au rouge dans les fruits et légumes et ont un rôle de filtre reconnu. C’est notamment le cas de la lutéine (un caroténoïde particulier présent dans le pollen de saule), qui protège la rétine et le cristallin des UV, autres organes très sensibles au soleil. Les polyphénols, que l’on retrouve en grande quantité dans la propolis, sont des métabolites secondaires des plantes qui sont synthétisés pour justement lutter contre les UV et protéger les cellules de la plante. Il est donc tout à fait possible de se prémunir des méfaits des UV avec des protections solaires élaborées à base de ces produits de la ruche, pour peu qu’ils soient initialement de bonne qualité.

D’un point de vue thérapeutique, les plaies et les infections de la peau, quelle que soit leur origine, sont susceptibles d’être soulagées par les produits de la ruche. En effet, tous offrent des propriétés antibactériennes, antivirales et/ou antifongiques plus ou moins prononcées.

Autre exemple, une crème à base de venin d’abeille a récemment été approuvée par la FDA (Food and Drug Administration), aux États-Unis, dans le traitement de l’acné.

Ainsi, que ce soit pour préserver une belle peau ou lutter contre des infections avec des manifestations cutanées, les produits de la ruche peuvent être très utiles. Toutefois, ils ne pourront être efficaces que s’ils sont initialement de bonne qualité et que le process de fabrication des produits finis n’a pas complètement dégradé leurs molécules actives. Attention donc à ne pas détruire ce que l’abeille a pris soin de nous donner comme principes actifs.

Dr Nicolas Cardinault
Docteur en nutrition humaine


beaute-img3Prendre soin de sa peau
avant que « ça gratouille »

Les peaux sensibles, qu’elles soient sèches, mixtes à grasses, sont sujettes à de nombreuses réactions liées à des facteurs exogènes (conditions climatiques, crèmes non adaptées, pollution…), mais également à des facteurs endogènes (stress, émotions, mauvaise hygiène de vie…).

LES CLÉS DE LA PRÉVENTION

  • Favoriser la bonne circulation capillaire.
  • Protéger la peau des agressions climatiques.

LA ROUTINE BEAUTÉ À ADOPTER

  • Nettoyez la peau en douceur sans l’agresser.
  • Hydratez-la délicatement en choisissant une formule simple avec seulement 1 ou 2 actifs doux et bien tolérés. Choisissez, par exemple, des actifs apaisants et protecteurs.
  • Évitez autant que possible les ajouts de parfums, de colorants à vos formules. Évitez les lotions alcooliques, les huiles essentielles (sauf, bien entendu, celles qui sont reconnues pour être apaisantes).
  • Une fois par semaine, appliquez un masque soin doux riche en actifs apaisants.

LA NATURE À LA RESCOUSSE

  • Les huiles essentielles apaisantes : achillée millefeuille, cyprès bleu, tanaisie annuelle…
  • Les huiles végétales : amande douce, coton, macérât de calendula…
  • Les hydrolats : lavande, ciste, coriandre, carotte sauvage, achillée millefeuille, santal blanc, bambou…
  • Les plantes : mauve, robinier, fleurs d’acacia, camomille, tilleul, achillée millefeuille, hamamélis…
  • Mais aussi : argile rose, levure de bière, glycérine, les sels minéraux marins…

Recette express : masque cocooning

Faites infuser 50 g de fleurs d’acacia dans 50 cl d’eau de source peu minéralisée. Hors du feu, réservez 10 minutes, puis filtrez. Transférez dans une bouteille bien propre. Appliquez matin et/ou soir sur le visage en guise de lotion. Se conserve 2 à 3 jours au réfrigérateur.

DANS LA CUISINE

  • les glucides du miel apportent douceur et hydratation à la peau, ainsi que des vitamines, sels minéraux et acides aminés qui lui apportent apaisement et protection ;
  • la crème fraîche contient des acides gras essentiels aux vertus nourrissantes et apaisantes.
  • la farine d’avoine colloïdale renferme des protéines hydratantes et nutritives, des lipides, émollients et nourrissants, ainsi que du bêta-glucane, un polysaccharide aux propriétés anti-inflammatoires ;
  • la gelée royale contient notamment des protéines et des sucres, qui calment les irritations et apportent douceur à la peau.

LA CRÈME DU DR DUCHARME
POUR APAISER LA PEAU

 

Saviez-vous que cette crème a été créée à la fin du 19e siècle par le Dr Ducharme, un médecin militaire familier des climats tropicaux ? Pendant sa brillante carrière au sein de l’armée française, il fut amené à séjourner dans plusieurs pays d’Afrique du Nord, où il s’intéressa aux techniques thérapeutiques locales. Il décida alors de créer une crème capable à la fois d’apaiser et de cicatriser tous les problèmes de peau (irritations, coups de soleil, piqûres d’insectes…). Pour obtenir un maximum d’efficacité, il prépara une formule avec de la cire d’abeille, une synergie d’huiles essentielles d’eucalyptus globulus, de géranium rosat (Pelargonium graveolens) et de verveine odorante (Lippia citriodora), qui fut remplacée en 1976 par la litsée citronnée (Litsea cubeba) compte tenu de son potentiel sensibilisant. Des sels minéraux d’origine marine furent également intégrés à la formule. La crème ainsi obtenue connut un succès militaire et international. Elle fut notamment utilisée sur les champs de bataille lors de la Première Guerre mondiale. La marque fut déposée en 1924 par les Laboratoires Thévenet, dont on dit que la gérante gardait précieusement la formule dans son soutien- gorge ! La crème a été rachetée depuis 2008 par les Laboratoires Laudavie et est à nouveau commercialisée, notamment en officines.

recette-2Recette beauté n° 2
Cérat de Galien apaisant

Voici l’une des plus anciennes formules cosmétiques, imaginée par Galien au 2e siècle avant J.-C. Elle est réputée pour hydrater les peaux sèches, réparer les épidermes abîmés et cicatriser les petites blessures. Pour la rendre encore plus efficace, nous y avons ajouté la synergie du Dr Ducharme.

• Préparation : 10 mn
• Conservation : 3 mois maxi
• Coût : moins de 5 €

Mon matériel

• 2 bols
• 1 mini-fouet
• 1 pot de 50 ml

Dans mon panier

? 26 g d’huile d’amande douce
? 15 g d’eau florale de rose
? 7,5 g de cire d’abeille
? 3 gouttes de vitamine E
? 10 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

La recette

1 > Transférez l’huile d’amande douce et l’eau florale de rose (phase A) dans le 1er bol.
2 > Dans le second bol, transférez la cire d’abeille (phase B).
3 > Faites chauffer séparément au bain-marie les deux phases à 70 °C.
4 > Lorsque les 2 phases sont à la même température, sortez les récipients du bain-marie, puis versez lentement la phase B dans la phase A sans cesser d’agiter. Arrêtez de mélanger lorsque la préparation est bien lisse et homogène.
5 > Terminez par l’ajout de la vitamine E et l’extrait de pépins de pamplemousse.
6 > Transférez la préparation dans le pot.

Rituel de beauté

Ce cérat s’applique matin et soir par petites touches sur le visage.


Retarder l’apparition des rides plutôt
que les combler coûte que coûte

Avec les années qui passent, l’épiderme s’amincit progressivement et les rides apparaissent. S’il n’existe pas de remède miracle, il est cependant possible de retarder au maximum leur venue via une bonne hygiène de vie, une alimentation adaptée et des alliés naturels surdoués.

LES CLÉS DE LA PRÉVENTION

• Protéger la peau de la déshydratation. • Se protéger des radicaux libres (générés par le soleil, le tabac, le stress.).

ZOOM SUR LES RADICAUX LIBRES

Les radicaux libres sont des molécules qui ont gagné ou perdu un électron. Le nombre impair d’électrons rend la molécule instable. Lorsqu’elle se produit dans l’organisme, cette réaction en chaîne est communément appelée stress oxydant – ou oxydatif. Les radicaux libres sont considérés comme une des causes du vieillissement tissulaire, en particulier en ce qui concerne l’apparition des rides de la peau. Les deux grands responsables sont l’alimentation et la pollution :

• une alimentation industrielle et raffinée, trop riche en graisses saturées, alcool et en sucres rapides,
• une pollution environnementale invasive : fumée de cigarette, métaux toxiques (aluminium, cadmium, mercure, plomb…), polluants environnementaux (pesticides, herbicides, produits industriels, peintures, solvants, moquettes, gaz d’échappement), vêtements en fibres synthétiques, l’exposition aux rayons ultra-violets, UVA et UVB, chlore (piscine, produits d’entretien).

LA ROUTINE BEAUTÉ À ADOPTER

  • Adoptez une bonne hygiène de vie (sommeil suffisant, alimentation majoritairement végétale et antioxydante). Réduisez les apports de graisses saturées : viandes rouges, charcuteries, fromages. Bannissez les cuissons à haute température et, surtout, les viandes grillées au barbecue. Préférez les pâtisseries maison aux pâtisseries industrielles…
  • Hydratez votre peau au quotidien et n’oubliez pas de boire au moins 1,5 litre d’eau minérale chaque jour.
  • Protégez et reboostez votre peau au quotidien grâce à des soins naturels ciblés, riches en bêta-carotène, vitamines C et E, sélénium, zinc, bioflavonoïdes…
  • Faites appel, si besoin, à une supplémentation en antioxydants, telle que l’açaï, l’ail noir fermenté, les baies de goji, le gomphrena ou l’urucum…

LA NATURE À LA RESCOUSSE

  • Les huiles essentielles : curcuma, bois de rose, ciste ladanifère, criste marine, encens oliban, immortelle, sauge sclarée, ylang-ylang, géranium rosat, myrrhe…
  • Les huiles végétales : argan, rose musquée, bourrache, onagre, germe de blé, buriti… Le saviez-vous ? Véritable concentré de caroténoïdes, l’huile de buriti est réputée pour être capable d’absorber une bonne partie des rayons UV et d’emprisonner les radicaux libres.
  • Les hydrolats : rose, géranium, ciste, encens, mélisse, lavande fine…
  • Les plantes : prêle, brède mafane, edelweiss, algues, notamment la spiruline…
  • Mais aussi : acide hyaluronique, gelée royale, gel d’aloe vera, vitamine C…

Le saviez-vous ? Il est scientifiquement prouvé que les propriétés antioxydantes de l’acide ascorbique – ou vitamine C – stimulent la synthèse du collagène et préviennent l’apparition des rides.

DANS LA CUISINE

  • le blanc d’oeuf pour son effet tenseur,
  • le miel pour ses propriétés régénérantes,
  • le fromage blanc et la crème fraîche pour leurs actions nourrissantes et hydratantes,
  • les fruits riches en vitamines C.

ZOOM SUR LA DIÉTÉTIQUE ANTIRIDES

Une alimentation de qualité a toute son importance lorsque l’on parle de prévention antirides. Voici quelques réflexes à adopter, si ce n’est déjà fait :

Misez sur des fruits riches en vitamines C (kiwi, orange, citron, pamplemousse…). Mangez davantage de végétaux à feuilles vertes (épinards, cresson, salades, pourpier, blettes…). Privilégiez les huiles riches en oméga 3 (noix, colza, lin, cameline…). Consommez des aliments à index glycémique bas (quinoa, sarrasin, petit épeautre, riz complet, patate douce, avoine…). Mangez alcalin (citron, chou, pomme, raisins secs, roquette…). Faites de l’exercice !

recette-3Recette beauté n° 3
Masque antirides à la spiruline

La spiruline est une algue bleue microscopique naturellement très riche en acides aminés, en protéines et en vitamines. Ces nombreux nutriments lui confèrent la propriété de protéger le collagène et l’élastine de la peau, et de limiter ainsi l’apparition des rides. La voici formulée dans un masque au vert intense, pour allier beauté et bonne humeur.

• Préparation : 5 mn
• Conservation : masque minute qui ne se conserve pas
• Coût : moins de 2 €

Mon matériel

• 1 bol
• 1 mini-fouet

Dans mon panier

? 1 c. à s. de spiruline en poudre
? 1 c. à s. de crème fraîche non liquide entière bio
? 2 gouttes d’HE de ciste ladanifère
? 2 gouttes d’HE de criste marine

La recette

1 > Transférez la crème fraîche dans le bol. Ajoutez la spiruline et mélangez soigneusement.
2 > Compléter par l’ajout des 2 huiles essentielles et mélangez à nouveau.

Rituel de beauté

Appliquez ce masque en couche épaisse sur votre visage. Laissez poser 15 à 20 minutes, puis rincez à l’eau de source.


LOVE SYSTEM, des élixirs floraux australiens pour une beauté à fleur de peau

Les élixirs floraux sont désormais bien connus pour favoriser une bonne gestion des émotions lors de moments difficiles ou de changements importants.

D’où l’excellente idée de la marque australienne ELIXIRS DE FLEURS DU BUSH AUSTRALIEN, déjà riche d’une gamme d’élixirs floraux exclusivement formulés à partir de fleurs du bush australien : intégrer ces mêmes élixirs à sa gamme de soins cosmétiques LOVE SYSTEM. Ainsi, il est désormais possible de se faire du bien et préserver sa peau tout en prenant en compte ses émotions.

Les soins LOVE SYSTEM contiennent 111 ingrédients naturels bioactifs dotés des qualités profondes des élixirs floraux du Bush australien, qui encouragent l’équilibre émotionnel, et des extraits autochtones australiens, qui stimulent le rajeunissement de la peau pour lui apporter un teint éclatant, la revitaliser et la protéger des agressions extérieures. Ces produits nous incitent à reconnaître notre beauté naturelle et notre valeur véritable innée, afin de connecter le corps avec l’âme, et à développer un dialogue interne sain, responsable et sincèrement attentionné.

LOVE SYSTEM s’attache à préserver les qualités délicates de la force vitale de la plante et à créer les formulations les plus adaptées pour la peau et le corps.

Dans la gamme LOVE SYSTEM, le Lait corporel Vivifiant aux Agrumes Dynamisants Matinaux illustre à merveille ces propos. Il invite à considérer le corps comme un temple, et va permettre de le régénérer et de prendre conscience que la journée qui s’annonce offre de nouvelles possibilités.

Ce lait aux agrumes biologiques mûris au soleil revigore l’épiderme et les sens. Il laisse la peau douce, veloutée, rafraîchie, réhydratée et protégée pour toute la journée.

Une excellente façon de se mettre en condition le matin après la douche et de prendre soin de son corps, pour l’aimer chaque jour un peu plus.

Les soins cosmétiques LOVE SYSTEM* sont disponibles en magasins de produits bio et diététiques, et sur le site : www.source-claire.com

* Produits labellisés bio par le principal organisme de certification australien – ACO – Australian Certified Organic


Prévenir la chute des cheveux
plutôt que de les voir tomber

beaute-img4Quand vous les lavez, quand vous les brossez, vos cheveux tombent par poignées et cela vous inquiète ? Si les causes peuvent être multiples, la prévention peut se révéler être très efficace pour stimuler leur repousse.

LES CLÉS DE LA PRÉVENTION

  • Stimuler la microcirculation.
  • Opter pour une bonne hygiène de vie.

LA ROUTINE BEAUTÉ À ADOPTER

  • Utiliser des actifs naturels qui vont stimuler la microcirculation.
  • Masser le cuir chevelu quotidiennement avec des vinaigres capillaires ou sérums capillaires.
  • Demander à un médecin un bilan pour vérifier l’absence de carences alimentaires (notamment en fer). Faire également un bilan hormonal pour détecter tout déséquilibre.
  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et riche en nutriments (protéines, vitamines B, fer, zinc, soufre… sont essentiels à la beauté des cheveux), gérer le stress…
  • Faire une cure de vitamines B et minéraux (soufre, fer, potassium).
  • Faire une cure de spiruline (1 c. à c. par jour dans un verre d’eau) ou de MSM (voir ci-contre), réputé pour lutter contre la chute des cheveux et les embellir (1 à 1,5 g par jour dans un verre d’eau, à répartir en 2-3 prises pour plus d’efficacité).

LA NATURE À LA RESCOUSSE

  • Les huiles essentielles : cèdre de l’Atlas, citron, bay St Thomas, nard, pamplemousse, sauge sclarée, romarin à cinéole… À intégrer dans une base shampooing neutre, un vinaigre de cidre ou une huile végétale.
  • Les huiles végétales : ricin, sapote, calophylle inophyle, nigelle, chaulmoogra, jojoba… • Les hydrolats : thym, tilleul, laurier noble, pamplemousse…
  • Les plantes : ortie, gingembre, capucine, buis, genièvre, jus d’ortie ou de cresson, serpolet, piment, maca vital, bardane, thym, prêle, poudres ayurvédiques d’amla, bhringaraj, brahmi, kapoor kachli…
  • Mais aussi : le soufre biodisponible et inodore appelé MSM (methyl-sulfonyl- methan). Indispensable au métabolisme cellulaire, le soufre améliore l’état des cheveux et favorise leur pousse.

Recettes express : Rhum à la capucine

Remplissez un flacon en verre (environ 25 cl) de feuilles et de fleurs de capucine. Couvrez ensuite avec du rhum. Laissez macérer pendant 15 jours à l’abri de la lumière, en prenant soin de remuer régulièrement puis filtrez. Utilisez cette lotion pour vous frictionner 2 à 3 fois par semaine le cuir chevelu.

DANS LA CUISINE

  • l’oignon, riche en soufre, est un excellent revitalisant. Astuce : avant un shampooing, frottez-vous le cuir chevelu avec un oignon coupé en deux.
  • le gingembre est l’arme anti-chute par excellence. Préparez un masque capillaire en mélangeant 1 c. à s. de gingembre haché et 1 à 2 c. à s. d’huile de sésame afin d’obtenir une pâte homogène. Appliquez sur le cuir chevelu, puis effectuez un massage doux avec la pulpe des doigts. Laissez agir 20 à 30 mn, puis procédez à votre shampooing habituel.

Recette beauté n° 4
Eau de la Reine
de Hongrie

Cette eau aromatique mythique n’a pas pour seule vertu de soulager les articulations de la reine Élisabeth de Hongrie !… mais permettrait également de booster la pousse des cheveux.

• Préparation : 10 mn
• Conservation : environ 6 mois
• Coût : moins de 10 €

recette-4Mon matériel

• 1 bocal en verre avec couvercle d’1 litre
• 1 grande cuillère en bois

Dans mon panier

? 1 belle poignée de sommités fleuries de romarin
? 1 belle poignée de sommités fleuries de thym
? ½ poignée de feuilles de sauge ? ½ poignée de feuilles de marjolaine
? 1 l d’eau de vie

La recette

1 > Lavez soigneusement les différentes plantes.
2 > Dans le bocal, transférez les sommités fleuries de thym et de romarin, les feuilles de sauge et de marjolaine.
3 > Remplissez le bocal d’eau de vie (bien recouvrir toutes les plantes).
4 > Refermez bien le bocal, puis laissez macérer pendant 1 mois en remuant régulièrement à l’aide de la cuillère en bois.

Rituel de beauté

Pendant 1 mois, frictionnez quotidiennement votre cuir chevelu avec cette lotion royale !


L’aloe vera, le gel de toute beauté

aloe-veraL’intérêt porté à l’aloe vera est loin d’être récent car il a traversé les âges et son succès est toujours aussi vif. Il y a 3 000 ans, les Égyptiens connaissaient les propriétés cicatrisantes de l’aloès et les femmes magnifiaient leur beauté légendaire en l’utilisant en bains et en collyres. Suivant les prescriptions de Dioscoride, les Grecs employaient le gel d’aloès pour soigner les contusions, les affections cutanées et oculaires. Au 4e siècle av. J.-C., Aristote aurait persuadé Alexandre le Grand de conquérir l’île de Socotra, en Afrique, afin d’obtenir des quantités suffisantes de gel d’aloès pour cicatriser les plaies des soldats.

S’il existe plus de 300 espèces d’aloès, la plus utilisée est sans conteste l’Aloe barbadensis Miller, plus connue sous le nom d’aloe vera. C’est au coeur de sa feuille que se trouve le véritable trésor caché de cette plante : la pulpe, donnant un gel incolore et translucide très prisé en cosmétologie et dermatologie. Particulièrement riche en vitamines, acides aminés, enzymes et oligoéléments, l’aloe vera dispose de propriétés qui proviennent de la robustesse et de la constitution particulière de ses feuilles : elles évaporent peu d’humidité et stockent l’eau et les substances nutritives pendant les périodes de sécheresse. Si, par malheur, l’une de ses feuilles se casse, elle a la capacité de cicatriser presque instantanément.

Pour un usage externe, il est préférable de choisir des soins cosmétiques à base de gel natif ou de pulpe d’aloe. Il vaut mieux, par contre, éviter la pulpe d’aloe pulvérisée car sa qualité et son efficacité ne sont pas garanties. Le gel d’aloe vera présente l’avantage de convenir à tous les types de peaux car il est très nutritif, lissant et adoucissant. De plus, assouplissant, il améliore l’élasticité de l’épiderme et l’embellit car il possède un pouvoir illuminateur intéressant pour les peaux ternes. Enfin, et surtout, réputé pour son pouvoir hydratant, il est parfait pour les peaux assoiffées : il pénètre à l’intérieur de la peau 3 à 4 fois plus vite que l’eau et 7 fois plus en profondeur.

SES MEILLEURES INDICATIONS BEAUTÉ :

  • Pour le soin de jour et de nuit des peaux déshydratées
  • En soin contour des yeux liftant
  • En cas d’engelures, de crevasses
  • Pour redonner du tonus, de l’élasticité et de l’éclat aux peaux fatiguées et ternes
  • Pour atténuer les rides et ridules
  • Pour apaiser les peaux irritées, sensibles et les rougeurs
  • En soin apaisant après le rasage ou une épilation
  • En cas d’acné grâce à ses propriétés antiinflammatoires
  • Après une brûlure ou des coups de soleil
  • En masque capillaire pour les cheveux mous, cassants, fragiles, qu’il va nourrir et revitaliser
  • En guise de gel coiffant et hydratant
  • Pour formuler des gels jambes légères
  • En soin traitant pour les ongles cassants


éco livres

livre-maquillageMaquillage à faire soi-même
par Aroma-Zone

Cet ouvrage vous présente tout le processus pour réaliser vous-même votre maquillage. De l’achat du matériel et des ingrédients au mélange et au dosage des quantités, vous serez accompagnée à travers des illustrations et des explications détaillées. Au programme, pas moins de 25 recettes de maquillage à confectionner soi-même : fonds de teint, mascaras, rouges à lèvres, crèmes, poudres blush compactes…

Éditions Marie-Claire – 12,90 €

Mes huiles essentielles anti-âge
livre-huiles-essentielles-anti-agede Danièle Festy

Premières rides, fatigue, ménopause, prise de poids, vieillissement soudain de la peau… Le passage des années a de nombreuses conséquences sur notre état général et il n’est pas toujours facile d’accepter ce corps qui change et que l’on ne reconnaît plus. Heureusement, les huiles sont là pour nous aider à surmonter ces différentes étapes, en limitant les effets du temps et en atténuant certains symptômes, parfois très gênants. Ce livre nous présente les meilleures plantes et huiles essentielles capables de nous protéger, ainsi que des conseils simples à appliquer au quotidien, des astuces beauté pour conserver éclat et jeunesse, des suggestions d’activité physique… Bref, de quoi aider le corps à se rééquilibrer et se sentir en forme.

Éditions Leduc.s – 18 €


Zoom sur l’huile végétale
de cranberry

Un remède ancien

Originaire d’Amérique du Nord, la cranberry – aussi appelée canneberge, grande airelle rouge ou encore atoca – est le fruit d’une plante à feuilles persistantes qui ne tombent qu’une fois tous les 2 ans. L’arbrisseau, qui peut vivre jusqu’à 100 ans, pousse à l’état sauvage mais peut également être cultivé. Son fruit, une petite baie rouge et acidulée, est utilisé depuis des décennies comme remède traditionnel par les médecines indiennes ayurvédique et unani.

Petite baie aux grands bienfaits !

L’huile de pépins de cranberry, outre le fait qu’elle valorise une partie auparavant peu utilisée de ces fruits, est une huile précieuse et très bénéfique, aussi bien en cosmétique qu’en alimentaire. Elle présente la particularité d’avoir une composition très équilibrée en acides gras essentiels, couplée à une richesse exceptionnelle en insaponifiables. En effet, elle contient un ratio naturel de 1 pour 1 d’oméga 3 (acide alpha-linolénique) et d’oméga 6 (acide linoléique), combinés à des oméga 9 (acide oléique). Ce mélange idéal facilite l’absorption des acides gras essentiels dans la peau, pour la nourrir tout en l’aidant à retenir l’eau et, donc, à l’hydrater.

Cette huile remarquable contient également de nombreux actifs, tels que des tocophérols et tocotriénols, des caroténoïdes, des phytostérols et des phospholipides en pourcentage élevé. Ces actifs insaponifiables confèrent à cette huile des propriétés hydratantes, lubrifiantes, anti-âge, antioxydantes, anti-inflammatoires et photoprotectrices. Elle renforce la barrière cutanée, répare, régénère et tonifie la peau.

Une huile de beauté pour la peau…

Cette huile rare est un soin cosmétique fabuleux et un anti-âge d’exception. Elle s’utilise pure ou bien associée à d’autres huiles végétales et/ou à quelques gouttes d’huiles essentielles. Elle s’incorpore également dans vos cosmétiques maison (sérum anti-âge, huile de massage, lait apaisant…). Son toucher pénétrant est apprécié par tous les types de peau, notamment les peaux matures, sensibles, exposées aux agressions extérieures ou sèches.

Et les cheveux !

Secret d’éclat et de lumière pour la chevelure, l’huile de cranberry protège, soigne et renforce les cheveux abîmés. Très efficace sur les cheveux colorés ou méchés, elle prolonge et préserve la brillance de la couleur. On l’utilisera pure sur les cheveux ou associée à d’autres huiles végétales et/ou à quelques gouttes d’huiles essentielles, ou encore comme ingrédient actif dans vos recettes de soins capillaires maison !

• R e c e t t e s •

Recettes de cosmétique maison « active » de l’équipe experte en matières premières AROMA-ZONE

Sérum
« super-antioxydant »

? Préparation : 5 mn
? Coût : ~ 4 € pour 15 ml
? Difficulté : débutant
? Conservation : 6 mois

Recette-serumDans mon panier

? Flacon Laura 15 ml
? 1 dosette de 10 ml d’huile végétale de cranberry
? ½ dosette de 10 ml d’huile végétale de framboise
? ½ dosette de 10 ml d’huile végétale de prune bio

La recette

1- Mettez les huiles végétales directement dans le flacon
2- Ferme-le et agitez
3- C’est prêt !

Rituel de beauté

Un sérum gourmand ultra-concentré en antioxydants, pour préserver la jeunesse et l’éclat de la peau ! À utiliser en tant que sérum sous votre soin habituel ou en guise de soin de jour et/ou de nuit.

Conservation

Fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales et gardé à l’abri de la chaleur et de la lumière, votre produit pourra se conserver au moins 6 mois.

Huile protectrice
des cheveux colorés

? Préparation : 5 mn
? Coût : ~ 4,5 € pour 30 ml
? Difficulté : débutant
? Conservation : 6 mois

recette-Huile-protectriceDans mon panier

? Flacon Airless 30 ml
? Éprouvette graduée 50 ml
? 20 ml d’huile végétale de cranberry
? 10 ml d’huile végétale de cassis bio
? 10 gouttes d’huile essentielle d’ylang-ylang complète bio

La recette

1- Mettez les huiles végétales directement dans le flacon.
2- Fermez-le et agitez.
3- C’est prêt !

Rituel de beauté

Deux petites baies aux grands effets allient leurs propriétés régénérantes, protectrices et embellissantes, pour apporter de l’éclat à la chevelure et préserver la couleur et la lumière des cheveux colorés. À appliquer sur l’ensemble de la chevelure. Laissez poser aussi longtemps que désiré, puis lavez avec un shampooing doux.

Conservation

Fabriqué dans des conditions d’hygiène optimales et gardé à l’abri de la chaleur et de la lumière, votre produit pourra se conserver au moins 6 mois.

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.