Santé, Bien-être & Beauté

L’écolomag N° 57

Sophie-Macheteau-56 Remèdes de grands-mères pour un hiver serein

grand-mere-1Nous n’avons jamais autant cherché dans le passé des réponses pour notre présent. Pendant plus d’un siècle, l’industrialisation nous a poussés à aller toujours plus loin, à construire des théories toujours plus avant-gardistes et modernes, en oubliant parfois qu’il était très utile de jeter un coup d’oeil sur le passé pour y trouver des réponses à nos interrogations présentes.

Mais cette époque est révolue… Comme en témoigne l’intérêt porté à Hildegarde de Bingen dans les médias, nous sommes désormais en quête d’une forme de réassurance dans le passé et les écrits des anciens plus ou moins éloignés. Pas étonnant, dans ce contexte, que nos grands-mères reviennent en force sur le devant de la scène. Après des années de chimie à gogo et de surmédicalisation de plus en plus précoce*, nous avons à coeur de revenir à davantage de simplicité et de naturalité, comprenant enfin qu’efficacité ne rime pas nécessairement avec complexité. Rachelle, Geneviève, Josette, Yvonne, Lucienne, Célestine… Vive nos grands-mères qui détiennent dans leur grimoire des astuces et recettes de grande valeur, dont nous aurions tort de nous passer !

* cf. le numéro de septembre-octobre « Prévenir plutôt que guérir ».


La plante du mois
La moutarde
Un condiment bienfaisant qui ne manque pas de piquant !

moutarde1Quoi de mieux que la moutarde pour incarner l’antan et les recettes de nos aïeux ? Cultivée depuis plus de 2 000 ans, c’est un condiment qui ne manque pas de piquant. Blanche, brune ou noire, la moutarde nous en fait voir de toutes les couleurs ! Il existe en effet plusieurs variétés, notamment la moutarde blanche (Sinapis alba), la moutarde brune (Brassica juncea) et la moutarde noire (Brassica nigra).

Savez-vous que, dans la famille des épices et des condiments, la moutarde est le 3e produit le plus consommé dans le monde ?

Description botanique

Il s’agit d’une plante herbacée annuelle de la famille des Brassicaceae, qui mesure environ 1 m de haut et fleurit tout l’été. Sa racine tubéreuse a la forme d’un navet. Ses tiges cylindriques, ramifiées et parcourues de stries bleutées, sont velues dans leur partie basale. Elles portent des feuilles alternes, lancéolées, aux bords légèrement dentés et de couleur vert glauque. Les inflorescences forment de petites grappes denses de fleurs longuement pédonculées. Les fleurs, à 4 sépales* et 4 pétales en croix, sont jaunes et répandent une odeur de vanille.

* Les sépales sont de petites feuilles qui entourent la fleur.

Histoire et tradition

Connue depuis l’Antiquité, la moutarde était beaucoup plus utilisée que le poivre, hors de prix à cette époque. Dans un premier temps, ce sont les feuilles de moutarde qui furent majoritairement consommées comme légume ou confites dans du vinaigre. L’usage de la moutarde comme condiment se développa à partir du Moyen Âge, époque à laquelle la corporation des vinaigriersmoutardiers vit le jour à Orléans.

Mais, au 15e siècle, Vasco de Gama rapporta de nouvelles épices à des prix plus abordables, engendrant ainsi une diminution de l’usage de la moutarde.

La moutarde est également renommée depuis longtemps pour son usage médicinal. Théophraste, Dioscoride et Pline mentionnaient déjà ses vertus digestives et antiseptiques. Pythagore la conseillait notamment en cataplasme contre les piqûres de scorpion.

moutarde2Étymologie et légendes

Brassica viendrait du grec prasikê signifiant le légume par excellence, en référence aux nombreux usages domestiques de ce genre végétal, qui regroupe en particulier le chou, très apprécié des Anciens.

Le terme moutarde serait issu du latin Mustum ardens, traduit par moût brûlant, car les Romains la préparaient en broyant ses graines avec du moût de raisin pour en atténuer le piquant.

On raconte que Louis XI avait toujours son propre pot de moutarde avec lui pour être sûr de ne pas en manquer.

Quand la moutarde monte au nez !

La moutarde doit son goût piquant à la présence d’isothiocyanate d’allyle, qui se forme quand les graines sont broyées. Ce composé est responsable de l’odeur piquante de la moutarde et de ses effets chauffants puissants sur la peau. La moutarde contient en effet des dérivés d’acides aminés, tels que les glucosinolates, composés responsables de « l’odeur de chou », qui, lorsque les graines sont broyées, se dégradent au contact d’une enzyme appelée « myrosinase » pour libérer le fameux isothiocyanate d’allyle.

Côté santé
un alliée de la digestion

Grâce à leur saveur piquante, les graines de moutarde possèdent, à petite dose, des vertus apéritives et digestives.

À forte dose, elles deviennent émétiques*. La consommation de moutarde a aussi montré un effet hypoglycémiant et hypocholestérolémiant, notamment sur le mauvais cholestérol. Les graines de moutarde sont reconnues pour leur pouvoir antioxydant et sont traditionnellement utilisées broyées ou sous forme de farine pour réaliser des cataplasmes chauffants afin d’apaiser les douleurs rhumatismales ou de lutter contre les toux et bronchites.

En usage externe, elles favorisent la circulation périphérique. Cependant, un contact trop prolongé est contre-indiqué car il peut occasionner des irritations de la peau.

* Qui provoquent un vomissement.

Recette express :
Ouille, aille, aille !

En cas de mal de dos, préparez-vous un cataplasme chauffant en mélangeant 1 tasse de graines de moutarde moulues avec 2 tasses de farine de votre choix. Ajoutez de l’eau tiède jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène. Étalez la préparation sur un linge propre, que vous plierez. Appliquez ensuite sur la peau et laissez poser 20 minutes. Rincez soigneusement.

Côté cuisine – un rehausseur de goût

Les graines de moutarde sont largement employées en cuisine comme condiment. Préparées à froid, elles développent une saveur piquante, aromatique et poivrée réputée, qui sert à rehausser le goût de multiples mets. Dans la cuisine indienne, par exemple, elles entrent dans la préparation de nombreux mélanges épicés, tels que le curry, le garam masala ou le chutney.

Notons toutefois qu’à forte dose, les graines de moutarde fraîches peuvent devenir irritantes pour les muqueuses intestinales. Les griller permet alors de leur enlever leur piquant.

La moutarde de Dijon, que nous connaissons tous, est élaborée à partir des graines de la moutarde brune (Brassica juncea).

Faites germer vos graines de moutarde !

La graine de moutarde contient 20 à 30 % de protéines, 25 à 35 % d’acides gras et 12 à 18 % de glucides. Elle dispose donc de vertus antibiotiques et antiseptiques naturelles grâce à la présence d’isothiocyanate d’allyle, dont nous avons parlé un peu plus haut. Elle est également riche en minéraux : soufre, calcium, potassium, fer, et en vitamines A, B1, B2 et C. Il est particulièrement intéressant de faire germer ses graines de moutarde (les blanches) à l’aide d’un germoir adapté aux graines mucilagineuses. Auparavant, pensez à les faire tremper environ 12 heures et comptez 6 à 7 jours de germination.

Les graines germées de moutarde blanche sont délicieuses parsemées directement sur les salades, dans les plats ou sur vos soupes maison.

Moutarde, vous avez dit moutarde ?

En France, la moutarde est constituée des graines réduites en farine et mélangées à du verjus, le jus acide extrait des raisins n’ayant pas mûri. D’autres ingrédients, tels que sucre, miel, vinaigre ou encore vin, peuvent être ajoutés.

Côté beauté – des cheveux fortifiés

Zoom sur l’huile de moutarde

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la moutarde veille aussi sur notre beauté, au travers d’une huile obtenue par pression à froid des graines de moutarde noire.

Très appréciée en Inde et au Maghreb, elle est réputée pour stimuler la pousse des cheveux, activer la circulation sanguine au niveau du cuir chevelu, gainer et nourrir la fibre capillaire grâce à la présence d’acide érucique, activer la microcirculation grâce à son effet chauffant et combattre les pellicules. Mais ce n’est pas tout… Cette huile est également un précieux allié pour préparer des huiles de massage musculaires ou antirhumatismales.

Recommandations

Compte tenu de sa puissance, il est vivement recommandé de diluer l’huile avec une ou plusieurs autres huiles végétales plus douces, comme celles d’abricot, de coco, de jojoba…

moutarde3

Recette express :

Huile de massage capillaire anti-chute

Mélangez 2 c. à c. d’huile de moutarde, 2 c. à c. d’huile de chaulmoogra et 10 gouttes d’huile essentielle de cèdre de l’Atlas. Appliquez sur le cuir chevelu, puis massez délicatement. Enroulez la tête d’une serviette chaude et laissez poser 20 minutes. Lavez vos cheveux avec un shampooing doux.

Huile de massage capillaire spéciale pousse

Mélangez 2 c. à c. d’huile de moutarde avec 2 c. à c. d’huile de ricin et 10 gouttes d’huile essentielle de romarin. Appliquez sur le cuir chevelu, puis massez délicatement. Enroulez la tête d’une serviette chaude et laissez poser 20 minutes. Lavez vos cheveux avec un shampooing doux.

Sérum capillaire sublimateur

Mélangez 25 cl l’huile de moutarde avec 25 cl d’huile de coco et 5 gouttes d’huile essentielle d’ylang ylang. Chauffez 2 gouttes de ce sérum entre les paumes des mains et appliquez par petites touches sur les longueurs et les pointes. Ce sérum se conservera 6 mois.


Côté Santé

Misez sur la simplicité et la naturalité grâce à des remèdes qui ont fait leurs preuves auprès de nos grands-mères et arrière-grands-mères et qui sont des valeurs sûres pour soulager les maux du quotidien. Bien plus qu’un simple effet de mode, c’est une façon durable de renouer avec le passé et de redonner du sens à une nature trop longtemps sacrifiée. Tisanes d’antan, onguents médicinaux, inhalations aromatiques, astuces du garde-manger, infusions, potions de « gentilles sorcières », remèdes de la ruche, grogs magiques… Le meilleur d’hier est aujourd’hui à portée de main pour passer un hiver des plus serein.

« Le médecin soigne, la nature guérit » Proverbe chinois

abeilleLe dossier du mois :
Les remèdes de la ruche

Angine, grippe, rhinite, otite… Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’hiver n’épargne pas la sphère ORL (oto-rhino-laryngée). Excellente alternative aux antibiotiques, les produits de la ruche traversent les générations et veillent sur notre santé, pour un hiver au beau fixe.

Nicolas-Cardinault

Entretien avec :

Nicolas Cardinault, docteur en nutrition, chercheur, membre du Conseil Scientifique de l’Association Francophone d’Apithérapie (AFA) et membre de la Commission d’Apithérapie d’Apimondia (Fédération Internationale des Associations Apicoles), qui nous livre quelques secrets liés aux abeilles et à leurs incroyables trésors.

Les substances de la ruche
sont-elles animales, végétales ou hybrides ?

On peut identifier 6 produits de la ruche, 3 seront des produits purement d’origine animale car fabriqués exclusivement par l’abeille : le venin d’abeille, la cire et la gelée royale ; les 3 autres ont une origine végétale, mais subissent une transformation issue de l’abeille : la propolis, le miel et le pollen.

Les propriétés du miel diffèrent-elles
selon l’espèce botanique de l’arbre ? Quelques exemples ?

En plus de leurs propriétés générales – antibactériennes, cicatrisantes, nutritives –, les miels monofloraux disposent de caractéristiques spécifiques qui dépendent de l’origine florale. Citons, par exemple, les propriétés digestives et laxatives du miel d’acacia, sédatives du miel de citronnier, expectorantes du miel d’eucalyptus ou antiseptiques du miel de thym.

Existe-t-il une ou plusieurs propolis ?

Comme pour le miel, il existe autant de propolis qu’il existe de résines florales d’origines botaniques différentes récoltées par les abeilles. Les propriétés pharmaco-biologiques de la propolis sont donc liées à l’origine florale de la résine recueillie par l’abeille pour fabriquer cette propolis. Actuellement, seuls 3 types de propolis sont clairement identifiés, caractérisés, et ont fait l’objet d’études scientifiques démontrant certaines activités biologiques : la propolis de peuplier, la propolis de Baccharis et la propolis de Dalbergia.

Quels sont les produits de la ruche
les mieux adaptés aux maux de l’hiver ? Pourquoi ?

mielL’hiver est une période propice aux infections en tous genres, bactériennes, virales. En cause une baisse de notre immunité et des conditions de développement favorables. En premier lieu, on doit assurer un bon fonctionnement à notre système intestinal, qui marche en symbiose avec le système immunitaire, en consommant du pollen frais de ciste, riche en ferments lactiques. Ce renforcement du système immunitaire peut être renforcé par la prise de gélules de propolis de peuplier et/ ou de Baccharis. On peut aussi assurer une protection locale de la sphère ORL par le biais de spray, sirop ou pastilles à la propolis. Enfin, en cas d’extrême fatigue, on peut commencer par une cure de gelée royale fraîche.

Pour chacun de ces maux, pourriez- vous nous indiquer
une recette simple à réaliser chez soi ?

Dans chacune de ces indications, je recommande une cure de pollen frais de ciste pour renforcer la flore intestinale, et donc le système immunitaire :

• RHUME 3 actidoses de propolis de peuplier par jour, dès les premiers symptômes, à prendre avec du miel d’eucalyptus pendant 7 jours.

• GRIPPE 3 actidoses de propolis de peuplier par jour, dès les premiers symptômes, à prendre avec du miel de thym + 4 gélules de propolis de peuplier pendant 10 jours.

• MAL DE GORGE 4 à 6 pulvérisations par jour de spray buccal à la propolis de peuplier sur les zones sensibles, dès l’apparition des premières gênes, et sucer des pastilles à la propolis.

• BRONCHITE 4 gélules de propolis de peuplier pendant 20 jours + 1 actidose de propolis de peuplier par jour pendant 20 jours, dès les premiers symptômes, à prendre avec du miel de thym.

• TOUX 1 cuillère de miel calme les quintes de toux.

• BAISSE DE TONUS Cure de 2 pollens : 3 semaines ciste + 3 semaines cerisier, à raison d’1 cuillère à soupe par jour au cours du petit déjeuner + pendant les 20 premiers jours une cure de gelée royale en cas de grande fatigue.

  le-miel le-pollen la-propolis la-gelee-royale
Processus de fabrication À partir d’un liquide sucré (le nectar) issu des fleurs pour le miel, ou excréments d’insectes pour le miellat, transporté jusqu’à la ruche dans le jabot des abeilles (poche formée par un renflement de l’oesophage), puis evaporé jusqu’à 18 % d’humidité avant d’être mis en réserve dans des alvéoles et opercules. Recolté sur les étamines des fleurs, cette poussière recouvre les poils de l’abeille, qui sont brossés et dirigés vers les corbeilles des 3 paires de pattes. Dans ce mouvement de brossage, l’abeille régurgite un peu de nectar pour permettre à ces grains de pollen de se compacter pour former une pelote. Récoltée à partir d’une résine végétale mélangée à de la cire et des sécrétions salivaires pour former une sorte de ciment, qui va permettre d’étanchéifier la ruche et de l’aseptiser. Son aspect, sa couleur, mais aussi les principes actifs qu’elle contient vont varier en fonction de l’origine botanique de la résine. Sécrétée à partir des glandes hypopharyngiennes des abeilles nourricières au cours de leurs 5 premiers jours de vie. La gelée royale est la nourriture exclusive de la reine.
Composition 80 % de sucre (glucose + fructose), 18 % d’eau, des minéraux, des vitamines (principalement du groupe B), des polyphénols, des acides organiques, des enzymes (gluco-oxydase, catalase, invertase, amylase, glucosidase). Aliment le plus complet : des protéines (de 14 à 35 %), des glucides simples et complexes, des lipides (de 3 à 6 % plutôt insaturés), des fibres (de 10 à 15 %), des ferments lactiques (de la famille des lactobaccilus et bifidobacterium), des vitamines (groupes B, C et E), des minéraux, des caroténoïdes, des polyphénols, des phytostérols. La composition va être fonction de la plante source du pollen. La composition dépend, là encore, de l’origine botanique et non géographique de la résine végétale utilisée par l’abeille. On retrouve principalement des polyphénols et des molécules volatiles. 60 à 70 % d’eau, des protides (de 9 à 18 % surtout sous forme d’acides aminés libres), des sucres plutôt simples : glucose + fructose (de 7 à 18 %), des lipides (de 3 à 8 %, dont un très spécifique, le 10-HDA = l’acide 10-hydroxy-2-décénoïque), tous les minéraux, les vitamines du groupe B (aliment le plus riche en vitamine B5), un peu de vitamine C, des protéines spécifiques (royalisine ou l’apisimine), de l’acétylcholine, des acides organiques, des polyphénols, des hormones.
Les différentes vertus Nutritif, cicatrisant, antibactérien, antioxydant, antitussif. Nutritf et rééquilibrant des subcarences nutritionnelles, antioxydant, antibactérien, anti-inflammatoire et organo- protecteur. Antibactérienne, antivirale, antifongique, antioxydante, immunomodulatrice, antiinflammatoire, antitumorale, organo-protectrice, neuroprotectrice. Antibactérienne, antivirale, immunomodulatrice, antifatigue, anti-âge, hypocholestérolémiante et aidant au contrôle de la glycémie.
Les contre-indications Personnes allergiques aux produits de la ruche. Autorisé en quantité raisonnable, surtout pour les miels liquides (riches en fructose) chez les personnes souffrant d’une pathologie chronique traitée et équilibrée. Enfants de moins d’1 an. Personnes allergiques aux produits de la ruche. Personnes allergiques aux produits de la ruche, ou plus specifiquement à la propolis. Dermatite de contact possible. Personnes allergiques aux produits de la ruche. Deconseillée chez les personnes à risque direct et indirect de cancer hormono-dépendant. Deconseillé chez les femmes enceintes et prudence chez les femmes allaitantes.

Pour aller plus loin

Soignez-vous avec les produits de la ruche
livre-les-produits-de-la-ruchede Nicolas Cardinault

Miel, propolis, pollen, gelée royale, venin d’abeille : découvrez dans ce guide sans équivalent toutes leurs applications validées par la science. Toutes ces vertus, souvent méconnues du grand public et des thérapeutes, ont été rassemblées pour la première fois par l’auteur, chercheur spécialiste en apithérapie. Il nous apprend à intégrer les produits de la ruche aux protocoles de soins, d’autant que ce guide est un véritable mode d’emploi : choix des meilleurs produits du marché, doses à utiliser, conseils de conservation, tout y est. Sans oublier des protocoles thérapeutiques avec le produit choisi et sa posologie, le b.a.- ba de la prévention et des conseils en nutrition pour chaque pathologie.

Éditions Thierry Souccar – 240 pages – 13,90 €


La pharmacie de mamie

En cas d’angine
Ce qu’il faut faire…

  • Drainer, adoucir, renforcer l’organisme avec, par exemple, une infusion de thym.
  • Stimuler la résistance de l’organisme avec de l’acérola ou du camu camu (1 c. à c. par jour avant les repas).
  • Lutter contre l’infection et l’inflammation, avec notamment :
    • de l’extrait de pépins de pamplemousse à raison de 15 à 30 gouttes par jour dans 1/2 verre d’eau ;
    • de l’extrait de propolis noire à raison de 5 à 6 gouttes dans 1/2 verre d’eau, 1/4 d’heure avant les 3 repas principaux.

Gargarisez-vous !

Avec une décoction légère de feuilles de sauge, thym et laurier noble. À faire 2 ou 3 fois dans la journée. Vous pouvez également le faire avec un mélange d’1/4 vinaigre et de 3/4 d’eau fraîche. Vous pourrez y ajouter 1 c. à c. de miel.

Massez-vous la gorge !

Mélangez 6 gouttes d’huile végétale d’amande douce avec 1 goutte d’HE de niaouli et 1 goutte d’HE de thym à thujanol. Massez votre gorge 2 fois par jour avec ce mélange.

Mettez-vous à la gym anti-angine !

Tirez la langue le plus loin possible durant au moins 20 à 30 secondes. Répétez cet exercice 5 fois d’affilée et renouvelez-le au cours de la journée. Ce mouvement provoque un afflux sanguin qui permet d’évacuer les toxines et, par conséquent, aide à éliminer l’angine.

À vous les cataplasmes d’antan !

Avec de l’argile verte : confectionnez une pâte d’argile assez épaisse (avec de l’eau tiède) et placezla dans un linge. Positionnez sur la gorge et entourez d’une écharpe.

Avec du gros sel : faites-en chauffer une poignée dans une poêle à sec, puis placez-le dans un linge propre ou une chaussette en laine. Appliquez sur la gorge, en veillant à ce que ce ne soit pas trop chaud pour ne pas vous brûler, et maintenez en place à l’aide d’une écharpe ou d’un foulard.

Avec de la pomme de terre : faites cuire 1 ou 2 grosses pommes de terre, écrasez-les en purée et placez celleci dans un linge. Posez sur la gorge en maintenant avec une écharpe. Gardez toute la nuit si possible.

berlingot

La recette de mamie Huguette
Berlingots adoucissants pour la gorge
Miel, Thym et Citron

Faciles à confectionner, ces berlingots sont aussi délicieux qu’apaisants pour la gorge.

MON MATERIEL
• 1 cuillère en bois
• 1 thermomètre de cuisine
• 1 paire de ciseaux de cuisine
• 1 passoire
• 1 boîte en métal destinée à un usage alimentaire
• 1 tapis de cuisson • 1 balance de cuisine

DANS MON PANIER
? 100 g d’eau
? 250 g de sucre de canne roux
? 50 g de miel bio
? 5 gouttes d’HE de citron
? 2 gouttes d’HE de thym
? 1 peu de sucre glace pour éviter que les berlingots ne collent les uns aux autres.

LA RECETTE
1. Dans une casserole, mettez l’eau, le sucre et le miel, laissez fondre. Puis chauffez jusqu’à 160 °C.
2. Retirez du feu, ajoutez les HE, puis remuez délicatement.
3. Versez rapidement sur un tapis de cuisson. Dès que la préparation commence à figer, roulez-la jusqu’à l’obtention d’un boudin allongé d’environ 1 cm de diamètre.
4. Coupez aux ciseaux une fois sur la droite, une fois sur la gauche pour obtenir cette forme caractéristique du berlingot.
5. Réservez jusqu’à complet refroidissement.
6. À l’aide d’une passoire, saupoudrez les berlingots de sucre glace.
7. Conservez dans une jolie boîte en métal.

CONSEIL D’UTILISATION
En cas de mal de gorge, sucez lentement, sans croquer, 3 à 6 berlingots par jour.

En cas de bronchite & toux
Ce qu’il faut faire…

  • Drainer et purifier les intestins avec 1 ampoule de radis noir matin et soir.
  • Stimuler la résistance de l’organisme avec de l’acérola ou du camu camu (1 c. à c. par jour avant les repas).
  • Lutter contre l’infection et l’inflammation, avec notamment :
    • de l’extrait de pépins de pamplemousse à raison de 15 à 30 gouttes par jour dans 1/2 verre d’eau ;
    • de l’extrait de propolis noire à raison de 5 à 6 gouttes dans 1/2 verre d’eau, 1/4 d’heure avant les 3 repas principaux.

Misez sur… la tisane des 4 fleurs !

Cette célèbre infusion d’antan contient aujourd’hui non pas 4 mais 7 fleurs pectorales (son nom est cependant resté inchangé), utilisées dans le traitement des inflammations des voies respiratoires. Coquelicot, mauve, guimauve, violette, tussilage et pied de chat, nos grands-mères connaissaient parfaitement ces plantes et les employaient au quotidien. NB : dans la recette ci-dessous, nous n’avons volontairement pas mis de « pied de chat » (Antennaria dioica) car c’est une plante plus difficile à trouver.

DANS MON PANIER
? Préparez, ou faites préparer par votre herboriste, le mélange suivant :
? 2 c. à s. de fleurs de molène ou bouillon-blanc
? 2 c. à s. de fleurs de guimauve
? 2 c. à s. de fleurs de mauve
? 2 c. à s. de fleurs de violette
? 1 c. à s. de pétales secs de coquelicot
? 1 c. à s. de fleurs de tussilage

LA RECETTE
1. Mettez 1/2 c. à c. du mélange dans une tasse. Couvrez avec de l’eau frémissante.
2. Laissez infuser 10 mn et filtrez.
3. Sucrez avec 1 c. à s. de miel (eucalyptus, lavande ou sapin) et buvez bien chaud.

CONSEIL D’UTILISATION
Prenez-en 4 à 5 tasses par 24 heures les premiers jours, puis diminuez progressivement au fur et à mesure de l’amélioration. Ne pas utiliser la mauve en cas de traitement anticoagulant.

Les sirops de grand-mère maison, ça marche !

Très faciles à préparer, les sirops sont bien utiles en période hivernale pour se soigner naturellement et calmer les toux les plus récalcitrantes.

La leçon de mamie Geneviève pour préparer un sirop de plantes

Commencez par préparer une décoction avec 500 g d’une plante ou d’un mélange de plantes, comme le sureau, le bouillon blanc, le thym, la mauve… dans 1 litre d’eau de source (il est important qu’elle soit faiblement minéralisée et peu calcaire). Laissez bouillir à feu doux pendant 30 minutes, puis faites infuser hors du feu durant plusieurs heures (le temps peut différer en fonction des plantes). Pressez, puis filtrez. Ajoutez à la décoction son poids en sucre roux ou miel. Remettez à cuire à feu doux jusqu’à obtenir une consistance sirupeuse. Remuez de temps en temps et surveillez la couleur pour ne pas faire de caramel. Retirez du feu et, à l’aide d’un entonnoir, transvasez dans une ou plusieurs bouteilles en verre que vous aurez pris soin de bien nettoyer. Bouchez immédiatement en laissant le moins d’air possible dans la bouteille, au-dessus du sirop. Terminez par la pose d’une étiquette en précisant bien la plante, la date de production et la date estimée de péremption. Il se conservera 6 mois non ouvert et environ 15 jours au réfrigérateur une fois ouvert. 2 recettes qui ont fait leurs preuves.

Sirop de thym contre la toux

Mettez 30 g de thym dans 1/2 litre d’eau. Portez à ébullition pendant 5 minutes. Puis, hors du feu, laissez infuser 2 à 3 heures. Ajoutez autant de sucre que d’infusion. Portez à ébullition à feu doux jusqu’à l’obtention d’une consistance sirupeuse. Mettez en bouteille à chaud et fermez bien. Prenez 1 c. à c. 2 à 3 fois par jour pour calmer la toux.

Sirop de radis noir

Le radis noir est un bon fortifiant. Préparé en sirop, il calme les toux et apporte un soulagement dans les cas de bronchites. À prendre à raison de 4 c. à s. par jour. Coupez 1 radis noir en fines rondelles. Mettez une première couche de radis dans une assiette creuse, recouvrez de sucre de canne roux. Posez une 2e couche de radis, puis une autre de sucre, et ainsi de suite jusqu’à ce qui n’y ait plus de radis. Terminez par une couche de sucre. Laissez reposer toute une nuit. Le lendemain, recueillez le sirop dans un petit flacon en verre.

En cas de grippe
et en prévention
Ce qu’il faut faire…

• Drainer, adoucir, renforcer, avec, par exemple, une tisane de thym.
• Stimuler la résistance de l’organisme avec de l’acérola ou du camu camu (1 c. à c. par jour avant les repas).
• Renforcer ses défenses immunitaires avec des plantes ou des huiles essentielles stimulantes de l’immunité, comme l’épinette noire, l’encens, la sarriette des montagnes, le thym saturéoïdes, la ciste…

Adoptez la friction antigrippe !
Diluez 30 gouttes d’HE de sarriette, 50 gouttes d’HE d’épinette noire et 20 gouttes d’HE d’encens dans 100 ml d’huile végétale de noisette. Appliquez quelques gouttes en massage dès le lever sur le plexus solaire, le long de la colonne vertébrale et au-dessus de chaque rein (au niveau des glandes surrénales). Répétez quelques jours jusqu’à diminution des symptômes.

infusion

DANS MON PANIER
Préparez, ou faites préparer par votre herboriste, le mélange suivant :
? 2 c. à s. de fleurs de molène ou bouillon-blanc
? 2 c. à s. de fleurs de guimauve
? 2 c. à s. de fleurs de mauve
? 2 c. à s. de fleurs de violette
? 1 c. à s. de pétales secs de coquelicot
? 1 c. à s. de fleurs de tussilage

LA RECETTE
1. Mettez 1/2 c. à c. du mélange dans une tasse. Couvrez avec de l’eau frémissante.
2. Laissez infuser 10 mn et filtrez.
3. Sucrez avec 1 c. à s. de miel (eucalyptus, lavande ou sapin) et buvez bien chaud.

CONSEIL D’UTILISATION
Prenez-en 4 à 5 tasses par 24 heures les premiers jours, puis diminuez progressivement au fur et à mesure de l’amélioration. Ne pas utiliser la mauve en cas de traitement anticoagulant.

Extrait du livre

Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent –
Les secrets des
grands-mères indiennes

Formules rapides
Contre les maux de gorge

Gorge irritée : une grand-mère de Srinagar (ville très froide du nord de l’Inde), « vraie fée de la cuisine », concocte à sa famille un plat de dal (lentilles), auquel elle ajoute une bonne dose de ghee et de cardamome. Bien efficace a priori.

Infusion : à parts égales, soit 1 c. à c. de gingembre, cardamome, cannelle, poivre noir et sucre de canne, bio de préférence, avec de l’eau. Certains infusent des feuilles de réglisse ou du thé, mais c’est plutôt déconseillé aux personnes atteintes de troubles comme le diabète, l’hypertension, ayant le coeur fragile et aux femmes allaitantes.

Mettez une pointe de ghee à l’entrée des narines en hiver ou par grande chaleur car cela évite la sécheresse nasale.

Dans le sud de l’Inde, à Pondichéry, certains Indiens gardent des feuilles d’eucalyptus dans les poches, qu’ils respirent quand il fait trop chaud ou en ajoutent dans leur très fameux chaï local, un thé noir mélangé à de petits résidus de pommes. On peut utiliser l’eucalyptus en huile essentielle dans la maison, et, pendant l’hiver, pour aider à désencombrer les voies respiratoires.

Formule « j’ai le temps »
Infusion à l’ail, au gingembre et à la cannelle

Faites infuser 1 gousse d’ail dans l’équivalent de 3 mugs d’eau. Ajoutez 3 c. à c. de gingembre en poudre et 2 c. à c. de cannelle. Rajoutez un peu de miel et de citron, buvez et brossez-vous les dents si vous avez peur d’avoir mauvaise haleine avec l’ail !

Pour d’autres recettes…

Venus d’Inde
livre-venus-d-IndeLes remèdes qui guérissent
Les secrets des grand-mères indiennes
de Bénédicte Bonnet
et Jean-Christophe Toillon

Les deux auteurs nous entraînent en Inde pour nous faire découvrir les différents aspects de la médecine traditionnelle indienne. Les grands-mères indiennes qu’ils ont rencontrées leur ont livré de précieux secrets pour se soigner avec les plantes, l’alimentation et les massages.

Éditions Mosaïque-Santé – 224 pages – 18 €

La potion de l’hiver

La nature est bien faite… Elle regorge de superaliments capables de prendre soin de nous et de veiller sur notre santé.

potionDANS MON PANIER ? 1 c. à s. de fleurs de mauve ? 1 c. à s. de fleurs de camomille ? 1 c. à c. de thym ? 1 c. à c. de fleurs de calendula ? 1 gousse d’ail ? 2 bâtons de cannelle ? 1 c. à c. de morceaux de gingembre frais râpé ? 1 c. à c. de morceaux de curcuma frais râpé ? 1 petit piment frais ? 250 ml de miel de thym ? 200 ml d’eau de source ? 1 jus de citron bio frais

LA RECETTE 1. Préparez une décoction en faisant bouillir l’eau de source, les plantes, le petit piment, la gousse d’ail et les épices pendant 10 à 15 mn. 2. Filtrez le tout à l’aide d’un filtre à café. 3. Remettez à chauffer avec le miel et le jus de citron, en prenant soin de bien mélanger. 4. Transférez dans une bouteille en verre stérilisée. 5. Une fois refroidie, refermez soigneusement la bouteille et conservez-la au réfrigérateur 15 jours environ.

LE RITUEL SANTÉ Prenez 1 c. à s. de cette potion le matin et/ ou le soir.


Inhalez pour respirer la santé !

inhalerParticulièrement efficaces pour traiter les affections des voies respiratoires, les inhalations sont un remède de grandsmères incontournable pour soigner les maux de l’hiver. La nébulisation qui se produit pendant une inhalation permet aux muqueuses d’être humectées, permettant ainsi d’être fluidifiées et d’être aisément évacuées.

Je fais comment ?

Dans une casserole, faites macérer environ 2 c. à c. de plantes fraîches ou sèches dans 50 cl d’eau de source pendant 1 heure. Portez ensuite à ébullition (évitez l’eau du robinet, bien souvent trop calcaire). Transvasez la préparation dans un saladier résistant à la chaleur et attendez 2 minutes pour ne pas vous brûler. Mettez une serviette de toilette sur votre tête et penchez-vous sur la vapeur en prenant soin de bien fermer les yeux. Respirez profondément et détendez-vous. Veillez à ce que la serviette recouvre bien les bords du saladier, afin d’éviter que la vapeur se ne disperse trop rapidement. Prévoyez un mouchoir au cas où…

Quelques exemples

Les fumigations au romarin apportent un grand soulagement à ceux qui souffrent de rhumes.

Les fumigations au tilleul sont recommandées dans les cas d’enrouement ou de laryngite.

Les fumigations au thym sont efficaces contre les toux et les rhumes, et dès que le nez coule.

Recommandations

  1. Les voies respiratoires doivent être bien dégagées avant toute inhalation. Dans la négative, procédez à un nettoyage de chaque narine avec un spray d’eau de mer (type Quinton).
  2. Évitez de faire une inhalation en présence d’animaux domestiques (particulièrement les chats) et de jeunes enfants.
  3. Après une inhalation, attendez au moins 2 heures avant de sortir car la vapeur chaude dilate les muqueuses, rendues ainsi plus perméables aux microbes. Idéalement, faites vos inhalations le soir.

Vive le vent d’hiver ! Inhalation spéciale coup de froid

Laissez macérer, pendant 1 heure, 1 c. à s. de sommités fleuries de thym, 1 c. à s. de fleurs de lavande, 1 c. à c. de feuilles d’eucalyptus dans 25 cl d’eau de source froide, puis portez à ébullition. Versez dans un grand bol, puis inspirez cette vapeur en vous couvrant la tête d’une serviette. Restez ainsi pendant 15 minutes. Évitez de sortir pendant les 2 heures qui suivent l’inhalation.

Il est également tout à fait possible de faire des inhalations aromatiques, et ce de 2 manières :

  • Soit des inhalations sèches, en déposant 1 à 2 gouttes d’une huile essentielle ou d’une synergie d’huiles essentielles adaptées sur un mouchoir, que vous inhalerez plusieurs fois par jour.
  • Soit des inhalations humides : versez 50 cl d’eau frémissante dans un saladier résistant à la chaleur. Ajoutez 2 gouttes de l’huile essentielle de votre choix (ou d’une synergie) préalablement diluées dans un dispersant sans alcool (du type Solubol). Mélangez soigneusement et attendez 2 minutes pour ne pas vous brûler. Mettez une serviette de toilette sur votre tête et penchez-vous sur la vapeur en prenant soin de bien fermer les yeux. Respirez profondément et détendez-vous.

Quelles huiles essentielles privilégier pour les voies ORL hautes et basses ?

Ce sont les huiles essentielles particulièrement riches en 1,8-cinéole, une molécule aromatique capable d’ouvrir, nettoyer, décongestionner, déboucher… comme le laurier noble, le ravintsara, l’eucalyptus globulus ou radiata, le niaouli, la myrte commune à cinéole, la romarin à cinéole ou encore la lavande aspic.

Zoom sur…

Le 1,8-cinéole

cineoleLes huiles essentielles dont la teneur en 1,8-cinéole est supérieure à 30 % occupent une place importante en pharmacologie et ont fait l’objet de nombreuses études. Elles sont particulièrement mucolytiques et expectorantes. Mais ce n’est pas tout… Grâce à son effet tensioactif, le 1,8-cinéole empêche les plaques de mucus de rester collées dans la région des alvéoles, dépourvues d’épithélium cilié. À cela s’ajoute une action anti-inflammatoire puissante sur les muqueuses et les bronches. Il a par ailleurs des effets importants sur notre psychisme en réveillant les esprits vitaux et en augmentant notre résistance psychique.

Contre-indications

Attention, de façon générale, l’utilisation des huiles essentielles est interdite pendant la grossesse, ainsi que chez les enfants de moins de 3 ans et les personnes allergiques ou asthmatiques.


Le grog de mamie revisité !

grogRien de tel qu’un grog « coup de fouet » pour repartir du bon pied et entretenir son immunité. Il réchauffe l’organisme, a une action antivirale et immunostimulante, stimule la transpiration et l’élimination des toxines, facilite la digestion et tonifie l’organisme. Jadis formulés avec du miel, du citron et du rhum, ils sont aujourd’hui réinterprétés en version sans alcool et optimisés avec des épices et des superfruits.

RECETTE DE SAISON

Le vin chaud sans alcool
façon « grog vitalité »

Surdoué, ce grog sait tout faire : il adoucit la gorge, assainit les voix respiratoires et renforce les défenses immunitaires.

DANS MON PANIER
? 30 cl d’eau de source
? 1 pincée de fleurs d’hibiscus
? 2 graines d’anis étoilé
? 1 belle tranche d’orange bio
? 1 gros morceau de racine de gingembre épluché et coupé en morceaux
? 1 bâton de cannelle entière
? 5 de clous de girofle
? 1 c. à s. de miel de thym bio (ou d’eucalyptus bio)

LA RECETTE
1. Dans une casserole, mélangez l’eau de source et l’ensemble des ingrédients, excepté le miel. Faites monter à ébullition et laissez frémir pendant 10 minutes à feu très doux.
2. Hors du feu, laissez infuser 10 minutes, puis filtrez.
3. Terminez par l’ajout de miel et remuez.

MON RITUEL SANTÉ
Consommez cette préparation dès les premiers symptômes du rhume ou du premier coup de froid.

En version aromatique

Il vous suffira de préparer un miel aromatique en mélangeant 4 à 5 gouttes d’une synergie d’huiles essentielles (par exemple, 1 goutte d’HE de baies roses, 1 goutte d’HE de cannelle, 1 goutte d’HE de citron, 1 goutte d’HE de clous de girofle) dans un 1 c. à s. de miel. Dans un mug ou une grande tasse, déposez le jus d’un citron bio, ajoutez le miel aromatique, remuez bien, puis complétez avec de l’eau de source frémissante. Buvez sans plus attendre.

À renouveler si besoin 2 à 4 fois par jour.

Le grand retour de la bouillotte !

Longtemps boudée car jugée trop vieillotte, la bouillotte revient en force et fait honneur à nos grands-mères, qui en avaient grand usage. Il faut dire qu’elle présente de nombreux avantages en période hivernale : elle réchauffe le corps et l’esprit, réconforte, soulage des douleurs comme des courbatures, facilite le travail du foie… Elle peut être calée sur le ventre, dans le dos ou posée sur les pieds. Vous pouvez aussi bien l’utiliser la nuit dans votre lit qu’en journée ou soirée, lové(e) dans un canapé ou assis(e) dans un fauteuil, à placer par exemple sur votre ventre ou dans votre dos.

Vous pouvez choisir soit une bouillotte traditionnelle en caoutchouc (choisissez-la de qualité) qui se remplit d’eau chaude (la restitution de sa chaleur est de 4 à 5 h), soit une bouillotte sèche remplie de noyaux de cerises ou de grains, comme le lin, le riz ou l’épeautre, que l’on chauffe au four à micro-ondes. La restitution de sa chaleur se limite en revanche à 1 à 2 h.

Astuce : pour la bouillotte à eau, pensez à recycler l’eau pour arroser vos plantes !

Pour la bouillotte sèche, attention à ne pas dépasser les temps de chauffe indiqués.

À titre indicatif pour 700 W : max 2 mn et 30 sec ; pour 800 W : max 2 mn ; pour 900 W : max 1 mn et 30 sec ; pour 1 000 W : max 1 mn.

Dans tous les cas, ne laissez jamais votre bouillotte sans surveillance pendant le temps de chauffe.

Atelier de grands-mères

Vous pouvez confectionner vous-même votre bouillotte sèche, c’est très facile !

  1. Choisissez un tissu en fibres naturelles qui résiste à la chaleur, tel que le coton, le lin ou le chanvre.
  2. Choisissez les dimensions de votre bouillotte, puis découpez le tissu en 2 épaisseurs.
    Astuce : pensez à ajouter 1 cm de plus, tout autour, pour les coutures.
  3. Placez les 2 morceaux endroit contre endroit, et épinglez-les afin qu’ils restent bien alignés.
  4. Passez à la couture (idéalement à la machine) avec un point droit classique. Prenez soin de laisser un côté ouvert. Coupez les bords et retournez le tissu.
  5. Remplissez votre bouillotte avec du riz, de l’orge, du blé, des haricots secs, des pois chiches, des noyaux de cerises… Ensuite, rentrez la couture à l’intérieur, épinglez et piquez tout le côté à la machine à coudre à environ 2 mm du bord.

Votre bouillotte sèche maison est prête !


eco-livres-56

Gemmothérapie
livre-gemmotherapiede Stéphane Boistard

Les bourgeons au service de la santé Guide pratique et familial Ce livre complet, faisant la synthèse de 50 ans d’études sur le sujet – depuis ses précurseurs dans les années 1960 jusqu’aux travaux les plus récents –, a pour vocation d’accompagner chacun et chacune souhaitant mettre à profit ce don des arbres. Vous y découvrirez comment avoir recours à la gemmothérapie en complément d’autres thérapeutiques naturelles (aromathérapie, phytothérapie) ; comment choisir vos macérâts en fonction de leurs vertus ; comment faire des cures pour soutenir votre santé ; comment réaliser vos propres macérâts grâce à des conseils de cueillette et de préparation.

Éditions de Terran – 256 pages – 22 €

Les superaliments
livre-les-superlalimentsde Susanna Bingemer

Un ouvrage passionnant pour tous ceux qui veulent une alimentation saine pour vivre mieux. Vous y trouverez toutes les informations utiles sur les composants des superaliments et leurs effets bénéfiques sur la santé. Au programme : • 25 articles détaillés sur les superaliments locaux ou exotiques les plus importants, des astuces pratiques et plus de 40 recettes végétaliennes pour enrichir votre alimentation au quotidien. • Des interviews d’experts pour répondre à toutes les questions que vous vous posez.

Éditions Médicis – 128 pages – 15 €

La naturopathie pour les nuls
livre-la-naturopathied’Anne-Claire Meret et Anne-Marie Narboni

Bien plus qu’une médecine naturelle, la naturopathie est un véritable art de vivre, qui privilégie des méthodes naturelles pour garder une bonne santé. Grâce à une connaissance éclairée du corps et de son fonctionnement, elle agit en parfaite complémentarité avec l’allopathie (la médecine conventionnelle). Les deux auteurs, toutes deux naturopathes, nous proposent un livre simple, complet et efficace pour débuter en naturopathie. Un ouvrage ludique et didactique pour prendre sa santé en main. Vous y trouverez notamment l’histoire de la médecine naturelle détox, des recettes saines pour toute la journée, la naturopathie pour les enfants, ainsi que de précieux conseils pour se former en naturopathie.

Éditions First – 372 pages – 22,95 €

livre-remedes-sante-d-antanLes meilleurs remèdes santé d’antan, c’est malin
d’Alix Lefief-Delcourt

Maux d’estomac, migraines, rhume, troubles du sommeil, arthrose, ballonnements… Nos grands-mères ont toujours la solution pour soulager rapidement ces petits bobos du quotidien. Ces remèdes, parfois très anciens, se transmettent de génération en génération, preuve de leur efficacité ! Ce livre très pratique regroupe les 25 ingrédients naturels à avoir chez soi : ail, citron, moutarde, argile, menthe… Peu coûteux, ils permettent de soigner de nombreux troubles !

Éditions Leduc.s – 184 pages – 6 €

Cancer – Être acteur de son traitement
livre-cancerdes Drs Alain Dumas et Éric Ménat

Grâce aux progrès de la recherche, les traitements contre le cancer s’améliorent constamment et offrent beaucoup d’espoir aux malades. Mais ces progrès ont un prix : celui d’effets secondaires nombreux et souvent difficiles à supporter pour des patients qui manquent parfois d’informations. Cet ouvrage de référence, basé sur les dernières données acquises par la science, a pour ambition de proposer aux malades une solution d’accompagnement pour les aider à affronter la maladie plutôt que de la subir, en optimisant les traitements et en limitant leurs effets secondaires.

Éditions Leduc.s – 480 pages – 19,90 €

La bible de la médecine chinoise
livre-medecine-chinoisedu Dr Philippe Maslo et Marie Borrel

Depuis plus de 5 millénaires, la médecine chinoise soigne un nombre impressionnant de maladies. Cette thérapeutique ancestrale se révèle aujourd’hui d’une étonnante actualité. Si l’acupuncture est très connue en Occident, elle n’est pas le seul outil thérapeutique de la médecine chinoise. L’alimentation, les plantes, les massages, les exercices énergétiques sont également couramment utilisés. Un ouvrage très complet, dans lequel vous trouverez :
• Des explications claires pour vous aider à découvrir la médecine chinoise et à en comprendre les rouages : les énergies, les éléments symboliques, les 5 saisons…
• Les outils de la médecine chinoise à votre portée : acupuncture, phytothérapie, aromathérapie, alimentation énergétique, massages de points, exercices de qi gong…
• 5 programmes adaptés aux saisons,
• 30 troubles courants que vous pouvez soigner vous-même : conjonctivite, constipation, douleur, insomnie, migraine…

Éditions Leduc.s – 455 pages – 23 €

Mon cahier de Sorcière pour devenir immortel
de Moune

livre-mon-cahier-de-sorciereSirops, baumes, pommades… pour votre santé

Faites vous-même vos potions magiques, vos onguents… vos remèdes naturels. Ce cahier est un véritable manuel pour préparer vous-même vos teintures-mères, vos élixirs, vos hydrolats, vos baumes et onguents, cicatrisants, anti-bleus, antiseptiques ou anti-inflammatoires, pour vous protéger du soleil ou des insectes ou apaiser les problèmes cutanés… Ce premier cahier, d’une série de recettes de sorcière, vous permettra de créer vos remèdes naturels. Le suivant, Mon cahier de recettes de Sorcière pour devenir irrésistible, sera axé sur la fabrication de cosmétiques naturels. Chacune des recettes est expliquée pas à pas et vous êtes invité(e) à les décliner à l’infini en ajoutant vos propres ingrédients. Amusant, économique et ludique !

Éditions Mosaïque-Santé – 64 pages – 9 €


cote-bien-etre-56

fatigueLe dossier du mois :
La fatigue saisonnière

L’hiver est une saison particulièrement propice à l’installation d’une fatigue à la fois physique et psychologique. On constate bien souvent une baisse d’énergie et un moral plus ou moins en berne. Là encore, nul besoin d’avoir recours à une chimie lourde ; nos grandsmères savaient mieux que quiconque comment reprendre du poil de la bête et retrouver une belle énergie, et le sourire en prime !

10 fortifiants prisés
par nos grands-mères

La levure de bière rend plus résistant grâce aux nombreuses vitamines du groupe B (B1, B5, B8 et B9) et minéraux qu’elle contient. Prenez-en 2 à 3 c. à s. par jour.

Le vinaigre de cidre est un formidable reconstituant. Il apporte un maximum de minéraux, stimule toutes les fonctions du corps, nettoie l’organisme et rééquilibre son taux d’acidité. Mélangez 1 c. à s. de vinaigre et 1 c. à c. de miel dans 1 verre d’eau tiède. Buvez à jeun le matin.

L’ail, bien pourvu en vitamine C (30 mg pour 100 g), minéraux (calcium, phosphore, sélénium, magnésium…), oligoéléments et antioxydants, lutte à merveille contre la fatigue. Ses composés sulfurés, notamment l’allicine – responsable de son odeur caractéristique – sont, quant à eux, d’excellents nettoyeurs de l’organisme. Consommez 1 à 3 gousses d’ail par jour dans votre alimentation ou en jus (pour les plus courageux !).

Le pollen est récolté sur les étamines des fleurs par les abeilles, puis mis en réserve dans la ruche. Grâce à sa concentration en protéines végétales, fibres, vitamines (A, B, C et E), minéraux et oligoéléments, il contribue à la réduction de la fatigue, tout en dynamisant l’organisme et en améliorant sa résistance. Naturellement sans gluten, il doit être consommé à l’état frais (à conserver congelé). Prenez 1 c. à s. le matin au cours du petit déjeuner. En cas de fatigue, le pollen frais de ciste est particulièrement recommandé. Astuce : vous pouvez le consommer seul ou le saupoudrer dans une compote, un yaourt ou même sur une tartine !

Le citron renferme de nombreuses substances énergétiques, telles que des glucides (inositol, pectine et saccharose), des matières minérales (calcium et potassium), des acides organiques (acide citrique, malique et formique) et des vitamines (A, B et C). Le matin, buvez un jus de citron pressé à jeun, additionné d’un peu d’eau de source tiède.

Le gros sel contient de nombreux catalyseurs, comme le cuivre, le nickel, l’or ou le cobalt, ainsi que du chlorure de sodium, du magnésium et de l’iode. Tous ensemble, ils contribuent à stimuler l’organisme et à accroître la vitalité. Une fois par semaine, jetez une poignée de gros sel dans votre bain.

La gentiane, composée notamment d’hétérosides amers, d’oligosaccharides et de pectine, est très efficace contre la fatigue. Préparez- en une décoction en portant à ébullition 3 g de racines séchées dans 50 cl d’eau de source. Hors du feu, laissez infuser pendant 4 heures. Filtrez et buvez 1 tasse avant chaque repas.

L’oignon, riche en silicium, est intéressant pour traiter la fatigue physique et intellectuelle. Les oignons sont une source de silicium, qui est nécessaire à la bonne santé des nerfs et pour réduire la fatigue mentale. Incluez- les quotidiennement dans votre nourriture ou préparez le breuvage suivant : faites cuire, dans 1/2 litre d’eau et pendant 15 mn, 1 oignon coupé en petits morceaux. Une fois l’eau refroidie, filtrez et buvez 1 fois par jour, et ce tant que la fatigue persiste.

La gelée royale est la substance nutritive la plus riche sécrétée par les abeilles ouvrières entre le 5e et le 14e jour de leur existence. Elle sert à nourrir toutes les larves de la ruche pendant leurs trois premiers mois. Seule la reine a le privilège d’en consommer jusqu’à la fin de sa vie. Ce concentré d’énergie permet de lutter efficacement contre la fatigue, grâce à sa richesse en vitamine B et en minéraux. Matin et soir, prenez avant le repas 1/2 c. à c., que vous laisserez fondre sous la langue. Faites une cure de 21 jours.

Le chlorure de magnésium est une solution naturelle pour renforcer le système immunitaire et lutter contre les carences en magnésium, qui sont très courantes en hiver. Vous en trouverez en pharmacie. Il vous suffira de dissoudre 1 sachet de 20 g dans 1 litre d’eau de source. Conservez ce breuvage dans une bouteille en verre et buvez-en chaque matin 1 verre à jeun, pendant 7 jours.


Potion épicée vitalité

Les épices sont également de précieuses alliées pour booster la vitalité et diminuer la fatigue hivernale. Préparez la décoction suivante : épluchez et coupez un morceau de gingembre d’environ 2 cm. Mettez dans une casserole 50 cl d’eau de source, le gingembre, 2 clous de girofle et une pincée de noix de muscade râpée. Portez à ébullition, retirez du feu et laissez infuser 15 minutes, puis filtrez. Buvez le matin et en début d’après-midi. Ces ingrédients ont en commun leur efficacité à apporter un coup de fouet à l’organisme et, surtout, au système nerveux : le gingembre améliore la circulation sanguine, réchauffe le corps et l’esprit, le clou de girofle est un antidouleur et la noix de muscade un stimulant réputé pour donner de l’inspiration et éveiller la créativité.

La trousse aroma anti-fatigue
(physique et psychologique)

Quintessence de la plante, les huiles essentielles ont la faculté de restaurer l’équilibre général, tant sur le plan nerveux, endocrinien, immunitaire qu’émotionnel. L’effet se fait ressentir progressivement et l’énergie vitale se renforce durablement. Parmi les huiles essentielles surdouées en la matière, on trouve en bonne place le pin sylvestre, capable de ramener tonus, vitalité, meilleure immunité et résistance au stress, et l’épinette noire. Mais il existe également d’autres pépites aromatiques encore trop méconnues et pourtant si merveilleuses pour nous accompagner dans cette saison froide. Voici notre top 5 :

L’huile essentielle de serpolet (Thymus serpyllum) De la famille des lamiacées, le serpolet possède des propriétés similaires à celles de son cousin le thym. Tonique général, son huile essentielle vous aidera à lutter contre la fatigue et les baisses de régime.

Le rituel bien-être : en massage sur le plexus solaire, en dilution jusqu’à 20 % maximum dans une huile végétale.

L’huile essentielle de katafray (Cedrelopsis grevei) De la famille des lauracées, le katafray est une plante endémique de Madagascar. Son huile essentielle est particulièrement fortifiante et tonique.

Le rituel bien-être : soit en diffusion atmosphérique, soit en massage le long de la colonne vertébrale avec un mélange de 3 gouttes dans 6 gouttes d’huile de noisette.

L’huile essentielle d’eucalyptus staigeriana Un vrai coup de coeur pour cette plante de la famille des myrtacées, dont l’huile essentielle dégage une odeur pétillante qui s’apparente à l’odeur d’un bonbon acidulé au citron. Il suffit de la respirer pour se sentir déjà mieux. Elle est réputée pour ses propriétés apaisantes sur la sphère psycho-émotionnelle, particulièrement en cas de stress ou de fatigue nerveuse.

Le rituel bien-être : en massage sur le plexus solaire, la plante des pieds et la face interne des poignets, avec un mélange de 3 gouttes dans 6 gouttes d’huile de noisette. Amenez les poignets au niveau du visage et inspirez profondément.

L’huile essentielle de sapin pectiné (Abies alba) Non contente d’être respiratoire, cette huile essentielle a la capacité de redonner du souffle aussi bien au niveau physique qu’au niveau psycho-émotionnel. Et son odeur boisée, fraîche et agréable, sur un fond balsamique, ne gâche rien.

Le rituel bien-être : utilisez en massage le long de la colonne vertébrale avec un mélange de 3 gouttes dans 6 gouttes d’huile de noisette.

L’huile essentielle de kunzea (Kunzea ambigua) Très efficace dans le traitement des affections virales respiratoires, cette huile essentielle, à l’odeur fraîche, résineuse, épicée, aux notes de cannelle, est positivante et aide à combattre les dépressions saisonnières.

Le rituel bien-être : 10 gouttes mélangées à du lait en poudre, que vous verserez directement dans l’eau du bain. Détendez-vous, respirez et lâchez prise.

Recette
Que la force soit avec toi !
Roll-on aromatique anti-fatigue

Dans mon panier
? Roll-on-anti-fatigue1 roll-on de 10 ml
? 1 mini-fouet
? 1 petit bol ou verre
? 1 pipette
? 9 ml d’huile d’abricot
? 10 gouttes d’HE d’eucalyptus staigeriana
? 10 gouttes d’HE de kunzea
? 10 gouttes d’HE de sapin pectiné
? 2 gouttes de vitamine E d’origine naturelle

La recette
1 > Transférez l’huile d’abricot dans le bol.
2 > Incorporez ensuite les 3 huiles essentielles et la vitamine E en mélangeant bien entre chaque ajout à l’aide du mini-fouet.
3 > Transférez la préparation dans le roll-on à l’aide d’une pipette.

Mon rituel bien-être
Appliquez ce roll-on sur l’intérieur des poignets, le plexus solaire et les surrénales (dans le bas du dos). Il vous aidera à garder votre énergie et stimulera votre corps et votre esprit.


Les bains revigorants
préférés de nos grands-mères

bainSi le bain a pour vocation première de relaxer, il peut également réactiver les énergies par le choix d’actifs naturels ciblés. Vous pouvez employer des infusions de plantes, comme la menthe, le romarin, l’eucalyptus, le thym… ou de céréales, telles que l’avoine ou l’orge, des fruits comme le citron ou le camu camu, que vous déposerez directement dans l’eau du bain, du gros sel agrémenté ou non d’huile essentielle, de la teinture mère d’arnica, des huiles essentielles revigorantes que vous pourrez au préalable mélanger avec du gros sel, du sel d’Epsom ou de la mer Morte, du lait en poudre ou liquide, de l’huile de ricin sulfatée….

Sels de bain vivifiants
sapin pectiné & citron

On a beau disposer d’une vitalité débordante, il n’est pas rare de connaître parfois quelques baisses d’énergie en période hivernale. Pour repartir du bon pied, misez sur ce bain aromatique particulièrement revitalisant.

Dans mon panier
• 1 pot de 100 ml
• 1 petit saladier
• 1 mini-fouet ou 1 petite cuillère
? 7 c. à s. de sel de la mer Morte
? 2 c. à s. d’amidon de maïs
? 1 c. à s. d’huile de noyau d’abricot
? 30 gouttes d’HE de citron
? 10 gouttes d’HE de sapin pectiné

La recette
1 > Transvasez dans le saladier l’huile de noyau d’abricot et les 2 HE. Mélangez soigneusement.
2 > Incorporez le sel de la mer Morte, puis mélangez afin d’homogénéiser la couleur.
3 > Ajoutez enfin l’amidon de maïs et mélangez soigneusement.
4 > Transvasez cette préparation dans le pot.

Mon rituel bien-être
Ajoutez 1 à 2 poignées de ces sels aromatiques aux vertus vivifiantes dans l’eau de votre bain. 20 à 30 minutes de bain devraient suffire pour profiter de leurs effets bénéfiques.

Conservation
3 mois à l’abri de la chaleur et de la lumière.


Isabelle-BourdeauLes fleurs de Bach à l’heure d’antan

par Isabelle Bourdeau

Dans l’esprit collectif, le docteur Edward Bach est notre grand-père à tous, notre Sage, notre chaman des temps modernes, celui qui a trouvé dans la nature, par les végétaux, la réponse à nos maux… Et le remède d’urgence par excellence : celui que l’on appelle communément le Rescue, en anglais, qui signifie Secours. Cette composition de 5 élixirs floraux à effets rapides calme, apaise, aide et rassure à un moment où l’on a un besoin urgent de répondre à une situation déstabilisante émotionnellement parlant (en amont, au présent ou a posteriori : un accident, un examen, une dispute, un deuil, un concours, un voyage…).

Le remède est composé de :

Star of Bethlehem ou ornithogale, fleur du réconfort, de l’affect, des larmes, qui répare, aide au recentrage et apporte stabilité face aux chocs, chagrins et souffrances.

Rock rose ou hélianthème, fleur de la terreur aiguë, qui aide à gérer les peurs paniques et paralysantes, atténue les signes physiques d’angoisse et les cauchemars.

Cherry Plum ou prunier myrobolan, fleur de la perte de contrôle émotionnel ou, plus simple, du « pétage de plombs » ! Tout le monde comprend que l’on peut perdre ses moyens et son sang froid dans des moments critiques.

Impatiens, fleur d’une autre notion du temps qui porte bien son nom, qui aide à maîtriser l’énervement, l’irritation, la précipitation, pour retrouver calme et sérénité et à mieux vivre en groupe.

Clematis ou clématite, fleur de la réalité qui aide à la reconnexion, à rester concentré ici, là et maintenant.

Et une deuxième solution est possible complétée avec White Chestnut le marronnier blanc, fleur des pensées pour le calme intérieur, le lâcher-prise sur les idées ruminantes, les conflits intériorisés qui vous tourmentent la tête la nuit, ou pour les personnes spécialement dans le mental, et il y en a beaucoup qui fonctionnent comme cela !

Ce remède doit être facile d’accès, pour toute la famille, des plus petits aux plus grands ! Dans l’eau du bain pour les bébés, mélangé dans un biberon, dans un liquide, compote, yaourt, ou directement dans la bouche pour les plus âgés, et aussi dans votre sac, cartable… sur votre table de nuit…

Le Rescue apporte secours en toute occasion. L’avoir avec soi procure un profond sentiment de sécurité… Je vous rappelle que la florithérapie par les Fleurs de Bach – ou élixirs floraux – est naturelle et douce, sans effets secondaires ni accoutumance, compatible avec tout traitement médicamenteux et sans risque de surdosage ni d’allergie !

Le Rescue existe depuis 1936 et a fait ses preuves d’efficacité depuis 80 ans déjà !

38 autres Fleurs existent pour parer à toute situation émotionnelle du moment qui nécessite une séance avec un thérapeute afin de déterminer votre composition personnalisée, et mettre en place un travail individualisé plus approfondi, concomitant avec le remède d’urgence en alternance si besoin… bien évidemment !

Isabelle Bourdeau – Cabinet L’Apogée de Soi
Florithérapeute – 06 814 614 86
contact@lapogeedesoi.fr


Perline-NoisetteAider le système hormonal grâce à la sophrologie

par Perline Noisette

Sous nos latitudes, l’hiver nous incite à vivre au ralenti, comme tous les êtres vivants. Autant que faire se peut, nous devrions nous conformer au contexte environnemental et ralentir nous aussi. Nous ne le pouvons pas toujours et, dans les faits, nous sur-sollicitons notre corps par rapport à ses besoins et à ses capacités.

Ce sont nos hormones qui en pâtissent. En particulier via, d’une part, les glandes surrénales, qui se situent juste au-dessus de chaque rein, et produisent entre autres le cortisol, l’adrénaline et la testostérone ; et, d’autre part, la thyroïde, dans le cou, au niveau du col de chemise, dont les hormones ont pour fonction, entre autres, de l’adapter aux différences de température.

Si aucun dérèglement n’a été détecté, le blues de l’hiver peut être contré en sollicitant avec douceur ces glandes endocrines par la sophrologie. C’est ce que je vous propose avec deux exercices pratiques, l’une pour les surrénales, l’autre pour la thyroïde.

Par ailleurs, le stress influence le fonctionnement thyroïdien. Il est donc important – en général, mais plus encore en hiver – de veiller à ce qu’il soit éliminé dès que vous le ressentez.

Pour cela, la respiration diaphragmatique – inspirer par le nez en gonflant le ventre comme un ballon, puis souffler l’air ainsi stocké dans nos poumons par la bouche – nous permet de souffler, au sens propre, dès qu’un énervement arrive. Elle favorise l’activation du système nerveux parasympathique, participe à une meilleure digestion et diminue la tension artérielle.

Ainsi, en hiver, après avoir pris soin de diminuer les activités agitées, d’augmenter votre temps de sommeil et de respecter le rythme naturel de votre corps, en adéquation avec son cadre, vous pourrez, pour vous aider à éviter la fatigue – et même la déprime –, faire ces quelques exercices pratiques.

Activer les glandes surrénales
Prenez la position de base :

  • debout,
  • pieds parallèles écartés de la largeur du bassin,
  • dos droit,
  • tête dans l’alignement,
  • épaules relâchées,
  • bras ballants.
  • Si nécessaire, pour vous soulager, pliez les genoux, penchez un peu la tête vers l’avant.
  • Yeux fermés.

Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon.
Bloquez la respiration.
Tournez le bassin et uniquement lui. Cela va entraîner vos épaules, puis vos bras et votre tête.
Tournez énergiquement et le dos de vos mains va venir frapper votre dos, juste au-dessus de vos reins, sur les glandes surrénales.
Quand vous ne pouvez plus retenir votre souffle, cessez de solliciter votre bassin, soufflez doucement par la bouche en laissant votre corps seul revenir lentement à la position initiale.
Reprenez une respiration naturelle.
Accueillez les ressentis au niveau de votre bassin, puis de vos glandes surrénales.

Répétez cet exercice 3 fois de suite.

Solliciter la thyroïde
Prenez la position de base :

  • debout,
  • pieds parallèles écartés de la largeur du bassin,
  • dos droit,
  • tête dans l’alignement,
  • épaules relâchées,
  • bras ballants.
  • Si nécessaire, pour vous soulager, pliez les genoux, penchez un peu la tête vers l’avant.
  • Yeux fermés.

Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme un ballon.
Bloquez la respiration.
Faites oui de la tête, de haut en bas, puis de bas en haut.
Quand vous ne pouvez plus retenir votre respiration, soufflez doucement par la bouche, la tête revenue droite.
Reprenez une respiration naturelle.
Accueillez-les ressentis au niveau de votre tête, puis de votre thyroïde.

Répétez cet exercice 3 fois de suite.

En attendant, respirez fortement et soufflez en une seule fois tout ce qui vous énerve. Puis reprenez une respiration naturelle, douce et reposante.

PerlineNoisette- SophrologuediplôméeRNCP-
Drès sciences-technologie-société Sophrologie et Compagnie ® – http://sophrologie-et-compagnie.com
Perline@sophrologie-et-compagnie.com
Première séance collective gratuite
sans aucun engagement.


Le camu camu (Myrciaria dubia)
Roi de la vitamine C

Petit arbre qui pousse en Amazonie péruvienne dans les aires marécageuses ou sur les sols alluviaux inondés en période de pluie, le camu camu peut atteindre jusqu’à 3 m de haut. Très utilisé dans la cuisine péruvienne depuis la nuit des temps, le camu camu a longtemps été méconnu de la population urbaine d’Amazonie. Ses petits fruits ronds de couleur rouge orangé sont désormais reconnus pour leur très forte teneur en vitamine C, qui le situe d’ailleurs en tête des fruits comestibles : il apporte 2 400 à 3 000 mg de vitamine C pour 100 g, contre 1 000 à 2 000 mg pour l’acérola, 80 mg pour le kiwi, 65 mg pour le citron et 60 mg pour l’orange. Il possède par ailleurs une très forte valeur nutritive car il contient aussi des vitamines B1, B2, B3 et E. Ses meilleurs atouts :

  • tonifiant, il augmente la résistance au froid et à la fatigue et aide à lutter contre les agressions extérieures,
  • aide à surmonter les désagréments liés à la période hivernale,
  • antioxydant,
  • renforce le système immunitaire.

Conseils d’utilisation

Prenez 1 c. à c. par jour avant les repas, à diluer dans de l’eau, un jus de fruit ou un smoothie, durant des périodes de 2 à 3 semaines. À renouveler si nécessaire.


eco-livre-rose

Se relaxer en 5 minutes par jour, c’est malin !
livre-se-relaxerd’Estelle Pouchelon

Cet ouvrage propose des exercices simples, rapides à faire et adaptés à toutes les situations du quotidien pour lutter contre le stress et se relaxer. Au programme : – Pour chaque problème (stress, anxiété, douleur…), LA solution pour vous relaxer (respiration, réflexologie, automassage…), – Les recommandations en matière d’alimentation, pierre angulaire de la relaxation, – Plus de 15 témoignages de spécialistes et des astuces de pro, – Une dizaine d’exercices de 5 minutes pour vous relaxer à différents endroits et différents moments de la journée.

Éditions Leduc.s – 192 pages – 6 €


rubrik-a-truc-special-remedes

Stop au nez qui coule !

selPour stopper l’écoulement nasal, l’eau salée est un superbe allié. Faites bouillir de l’eau avec une poignée de gros sel, puis filtrez. Une fois tiède, nettoyez votre nez avec cette solution. Vous pouvez également utiliser du plasma de Quinton (de l’eau de mer océanique).

Adieu fièvre !

bain-piedsPour faire baisser tout naturellement la fièvre, nos grands-mères avaient leurs remèdes. En voici 4 qu’elles affectionnaient tout particulièrement :

  • Remplissez une bassine d’eau et versez 2 c. à c. de poudre de moutarde par litre, puis plongez vos pieds. Cette astuce permet de drainer le sang vers les pieds et, ainsi, de faire tomber la fièvre.
  • Misez sur le froid et notamment le bain de siège, à faire pendant 15 minutes. Bien se couvrir pendant et après.
  • Appliquez des rondelles d’oignon sous les pieds, puis enfilez des chaussettes pour les maintenir en place pendant toute une nuit. La pomme de terre est également très efficace. Appliquez des tranches de pomme de terre crue sur le front, ainsi que sous les pieds.
  • Versez 1 à 2 c. à c. de fleurs séchées d’achillée mille-feuille dans 15 cl d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 10 mn. Filtrez. Cette plante ne possède pas moins de 82 constituants de principes actifs (flavonoïdes, alcaloïdes, coumarines, lactones sesquiterpéniques…), qui traitent les infections respiratoires et font tomber la fièvre en activant la transpiration. Idéale en association avec la menthe poivrée et les baies de sureau noir.

eucalyptusCompresses aromatiques pour orgelets

Très désagréables, ces petits gonflements rouges et douloureux au bord des paupières disparaissent en 2 à 4 jours une fois qu’ils se sont ouverts pour libérer leur pus. Vous pouvez accélérer le processus en y appliquant des compresses imbibées d’hydrolat d’eucalyptus globulus 3 à 5 fois par jour.

coussinPetit coussin dodo

Pour s’endormir comme un bébé, nos grands-mères avaient pour secret de confectionner un petit coussin garni de sommités fleuries séchées de tilleul, de lavande et de marjolaine. Son parfum apaisant était particulièrement apprécié et aidait à trouver plus facilement le sommeil.

Remèdes anti-gastro

aigremoinePour les gastro-entérites hivernales dues à des virus, optez pour une tisane de fleurs d’aigremoine (1 c. à s. pour 1 tasse). Cette plante est un anti-diarrhéique qui cicatrice les muqueuses et a, de plus, une action antivirale. Buvez 2 tasses par jour pendant 2 à 3 jours.

Autre remède : l’argile, qui a un fort pouvoir d’absorption. Elle protège en effet la muqueuse intestinale en formant comme un pansement, et elle régule le transit en capturant les microbes et en les drainant pour évacuation. Diluez 1 c. à c. d’argile verte dans un verre d’eau, laissez reposer et ne buvez que l’eau trouble en laissant l’argile au fond du verre. À prendre 2 fois par jour jusqu’à ce que la situation s’améliore.

Bain revigorant au thym

thymFaites bouillir doucement 500 g de thym dans 3 litres d’eau pendant 3 minutes, puis laissez infuser hors du feu pendant 10 minutes. Filtrez et ajoutez à l’eau du bain. Ce bain à une action fortifiante, tonique, revigorante et antidouleur.

Infusion d’artichaut

artichautRiche en potassium, en vitamines, en phosphore et en manganèse, l’artichaut est un légume efficace pour redonner tonus et vitalité. Une décoction de ses racines dans de l’eau de source (comptez 2 c. à c. pour 30 cl d’eau) contribue à faire baisser la température. À boire 3 fois par jour en dehors des repas.

Pourquoi tu tousses ?

pimentEn cas de toux récalcitrante à tous les traitements, testez ce sirop maison qui a fait ses preuves : mélangez le jus de 2 citrons pressés avec 5 c. à s. de miel de thym, puis ajoutez une pincée de piment de Cayenne en poudre. Prenez 3 c. à s. de ce sirop par jour pendant 2 à 3 jours.

Aglagla

calophylleVous avez souvent les mains et pieds froids ? Préparez cette huile de massage à la fois circulatoire et réchauffante. Dans un bol, mélangez 90 ml d’huile de calophylle inophyle avec 30 gouttes de chacune de ces huiles essentielles : hélichryse, romarin à camphre, palmarosa et gaulthérie odorante. Matin et soir, massez vos pieds et vos mains avec cette huile aromatique.

Lendemain de fêtes

chicoreeLa chicorée est reconnue pour ses vertus digestives. En cas de digestion difficile, versez 5 g de chicorée sauvage dans 50 cl d’eau froide. Portez à ébullition, puis laissez infuser pendant 10 mn. Filtrez et buvez à la fin des repas.


eco-livre-rose

Mon cahier de tisanes pour se soigner avec les plantes
livre-mon-cahier-de-tisanede Sophie Lacoste

Avec une multitude de plantes et plus de 200 recettes d’infusions, de décoctions, cataplasmes, sirops, teintures et autres vins de plantes, ce cahier de tisanes vous permet de vous soigner de manière naturelle et économique. Vous trouverez ici les solutions grâce à des remèdes simples à réaliser vousmême avec les plantes de votre jardin (et si vous n’avez pas la main verte ou pas de jardin, vous pouvez vous procurer ces plantes séchées en pharmacie et en magasin bio). Vin d’angélique pour un ventre plat, infusion de mélisse contre le stress, tisane épicée anti-nausées, décoction de guimauve contre les aphtes…

Éditions Mosaïque-Santé – 5 pages – 10 €


cote-beaute-56

L’HIVER, la saison de toutes les
attentions beauté

En hiver, la vie fonctionne au ralenti, le métabolisme cutané diminue, la circulation sanguine périphérique s’affaiblit. Le froid, le vent, la neige agressent la couche cornée, la fragilisent et assèchent la peau. Le chauffage et les chocs thermiques renforcent ces agressions et peuvent se traduire par une desquamation. Pour y remédier, nos grands-mères et arrière-grandsmères n’avaient pas à leur disposition une multitude de cosmétiques prêts à l’emploi, comme c’est le cas de nos jours. Pour autant, elles n’en étaient pas moins coquettes, bien au contraire ! Elles devaient faire preuve d’imagination pour piocher dans leurs placards, garde-manger et jardin les ingrédients qui sauraient à merveille réparer et sublimer leur peau et leurs cheveux. À une époque où la simplicité et la naturalité n’ont jamais été autant plébiscitées, s’inspirer des secrets de nos grands-mères est probablement la meilleure chose que nous puissions faire.

Les 10 ingrédients stars de mamie

mamie2Parmi les nombreux ingrédients naturels plébiscités par nos grandsmères, 10 sont tout particulièrement adaptés à la saison hivernale.

Aloe vera

aole-veraRiche en vitamines, notamment du groupe B, minéraux, sucres et acides aminés apaisants, le gel natif frais d’aloe vera était prisé de nos grands-mères, qui l’appliquaient directement sur la peau. Vous pouvez en faire de même ou utiliser un gel d’aloe vera prêt à l’emploi, que vous trouverez aisément dans le commerce. Dans tous les cas, l’aloe vera calme les inflammations et soulage les irritations de la peau. Il stimule la réparation cutanée et accélère la microcirculation. Excellent hydratant, il permet de compenser les pertes en eau de l’épiderme.

Recette express de saison :
masque hydratant banane, miel & aloe vera

Dans un bol, mélangez 1/4 de banane bien mûre écrasée avec 1 c. à s. de gel d’aloe vera et 1/2 c. à c. de miel. Appliquez sur le visage et laissez poser 10 minutes. Enlevez le surplus avec un linge propre sans rincer.

amandeAmande en poudre

De par son contenu élevé en acides gras mono-insaturés (acide oléique et acide linoléique), elle agit comme un exfoliant très doux, idéal en cette saison froide. Adoucissante et nutritive, elle est tout particulièrement adaptée aux peaux sensibles.

Recette express de saison :
masque gommant douceur absolue

Dans un bol, mélangez 1 c. à s. de poudre d’amande avec 1 c. à s. de glycérine végétale et 1 c. à c. d’hydrolat de camomille allemande (matricaire). Appliquez sur le visage, laissez poser 10 minutes, puis effectuez de petits mouvements circulaires pour débarrasser la peau de ses cellules mortes. Enlevez le surplus avec un linge propre sans rincer.

Argile blanche

argileIdéale pour les peaux sèches et sensibles, cette argile – appelée kaolin – est riche en alumine, réputée pour son pouvoir cicatrisant.

Recette express de saison :
masque hydratant peau sensible

Dans un bol, mélangez 10 g d’argile blanche avec 10 ml d’infusion de mauve ou de camomille. Appliquez sur l’ensemble du visage et laissez poser 10 minutes. Rincez à l’eau claire.

Avoine

avoineConcentrée en actifs apaisants et antioxydants (bêta-glucane, avénanthramides) ainsi qu’en éléments nutritifs (lipides, glucides, protéines …), l’avoine calme les démangeaisons, atténue les irritations, adoucit les peaux sensibles et enflammées, réduit les rougeurs et accélère la cicatrisation et la régénération de la peau. Vous la trouverez sous forme de poudre colloïdale (très fine).

Recette express de saison :
crème de nuit pyjama

Dans un bol, mélangez 1 c. à c. de fromage blanc à 40 % de MG avec 1/2 c. à c. de poudre d’avoine colloïdale. Appliquez sur l’ensemble du visage en effectuant de petits massages pour bien faire pénétrer.

Beurre de karité

kariteParticulièrement bien pourvu en acides gras (acides oléique et stéarique), alcools terpéniques (lupéol, parkéol), phytostérols, vitamines A et E, ce beurre hydrate et nourrit la peau en profondeur, tout en lui redonnant élasticité et vitalité.

Recette express de saison :
crème ultra-riche karité & orange

Dans un bol, mélangez 2 c. à s. de karité, 1 c. à s. de crème fraîche épaisse, 1 c. à c. d’huile de germe de blé et 2 gouttes d’HE d’orange douce. Le soir, appliquez ce baume par petites touches sur le visage et le corps en massant quelques minutes.

citronCitron ( jus)

Source de vitamine C, le jus de citron est à la fois purifiant, tonique, fortifiant et éclaircissant. Il permet d’éliminer les points noirs, de conserver un teint frais et lumineux, mais aussi de prendre soin des ongles abîmés.

Recette express de saison :
huile sublimatrice pour les ongles

Dans un bol, mélangez 2 c. à s. d’huile de ricin avec 1 c. à s. de jus de citron bio. Incorporez soigneusement, puis laissez tremper vos ongles dans ce bain pendant 20 minutes. Massez-les puis essuyez l’excédent avec un linge propre.

Huile d’amande douce

huile-amandeRenfermant des acides oléique et linoéique, phytostérols et alcools triterpéniques, qui protègent la peau grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires, cette huile était très prisée de nos grands-mères qui s’en servaient pour nourrir l’épiderme et le protéger du dessèchement. Apaisante, elle calme également les démangeaisons et les irritations.

Recette express de saison :
sérum nocturne amande & orange

Dans un bol, mélangez 50 ml d’huile de germe de blé, 50 ml d’huile d’amande douce + 30 gouttes d’HE d’orange douce. Transvasez dans un flacon en verre. Appliquez quelques gouttes le soir sur le visage en faisant bien pénétrer.

Œuf (blanc et jaune)

oeufsLe blanc d’oeuf, essentiellement composé d’eau et de protéines (notamment de l’ovalbumine), a des effets astringents comparables à ceux de l’argile. Il est réputé pour raffermir la peau (grâce à son effet tenseur) et absorber le sébum.

Le jaune d’oeuf est très nourrissant, car c’est une excellente source de lipides (lécithine) et protéines. Il contient également des vitamines – A, D et E –, des minéraux et des oligoéléments, tels que la silice.

Le saviez-vous ? L’oeuf entier peut faire office de shampooing écologique et assure un nettoyage en douceur des cheveux tout en les nourrissant.

Recette express de saison :
shampooing cocotte

Dans un bol, mélangez 1 oeuf entier avec 1 c. à c. de rhum ou de bière. Procédez ensuite au shampooing comme vous le feriez avec votre shampooing habituel.

Miel

miel2Le miel, c’est bien connu, est la substance sucrée produite par les abeilles à partir du nectar de fleurs qu’elles récoltent et entreposent dans les alvéoles de la ruche. Ce nectar est composé d’eau et de glucides, qui procurent douceur et hydratation à la peau et aux cheveux ; de vitamines qui nourrissent la peau et lui apportent les éléments dont elle a besoin ; d’antibiotiques naturels et d’enzymes, telle la glucose oxydase, qui stimule la cicatrisation par production de petites quantités régulières de peroxyde d’hydrogène. C’est un véritable booster d’hydratation, qui revigore la peau et la protège durablement. Un trésor de toute beauté pour l’hiver.

Recette express de saison :
soin des lèvres gercées

Outre son goût, plus agréable que celui d’une pommade, le miel fait merveille sur les lèvres. Mélangez 1 c. à s. de miel tiédi avec 1 c. à c. d’eau de rose. Ajoutez ensuite 2 gouttes de teinture de souci et remuez. Appliquez sur les lèvres aussi souvent que souhaité.

Yaourt

yaourtLe yaourt nature est un exfoliant doux, non abrasif et éclaircissant, grâce à l’acide lactique naturel qu’il renferme. Les huiles essentielles s’entendent à merveille avec lui, pour le plus grand bonheur de notre peau.

Recette express de saison :
masque hydratant bonne mine

Dans un bol, mélangez 3 c. à s. de yaourt nature non brassé avec 1/2 c. à c. de curcuma, 1/2 c. à c. de macérât de carotte et 2 gouttes d’HE de ciste ladanifère. Appliquez sur l’ensemble du visage, laissez poser 15 minutes, puis rincez à l’eau claire.


beaute-hivernaleL’ordonnance beauté hivernale

On mise sur des crèmes riches et particulièrement cocooning, qui viendront protéger la peau en la nourrissant et en faisant face aux petits ou grands désagréments de la saison.

Je cajole ma peau

En hiver, pour que la peau puisse faire face aux vives agressions, les soins doivent lui apporter le confort dont elle a besoin, tout en luttant contre les signes de vieillissement prématuré. La peau hiberne, mais pas question pour autant de mettre la beauté en berne !

Des recettes et astuces plébiscitées par nos grands-mères…

Le cérat d’antan

Nos grands-mères avaient très souvent recours à cette très ancienne recette, qui remonte au 2e siècle après J.-C., qu’elles utilisaient pour soigner leur peau sèche et cicatriser les petits bobos, comme les crevasses.

La recette originelle, inscrite au Codex, prévoit pour 1 kg de cérat :
? 130 g de cire d’abeille blanche
? 535 g d’huile d’amande douce
? 330 g d’eau de rose
? 5 g de borate de sodium (pour la conservation)

cerat-d-antanVoici la formule que vous pourrez reproduire pour 100 g de cérat :
? 13 g de cire d’abeille blanche
? 53,5 g d’huile d’amande douce
? 33 g d’eau de rose
? 7 gouttes de vitamine E
? 20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

• Préparation : 25 mn
• Conservation : environ 1 mois
• Coût : moins de 5 €

Mon matériel
2 bols
• 1 mini-fouet
• 1 pot de 100 ml

La recette
1 > Dans le 1er bol, faites fondre au bain-marie la cire d’abeille avec l’huile.
2 > Dans le 2e bol, faites chauffer l’eau florale.
3 > Une fois la cire fondue et l’eau de rose frémissante (environ 70 °C), retirez les 2 bols du feu.
4 > Ajoutez petit à petit l’eau florale au mélange cire + huile, en remuant constamment (formez des 8 au fond du bol).
5 > Ramenez au centre les parties du mélange qui figent sur les bords.
6 > Ajoutez la vitamine E et l’extrait de pépins de pamplemousse, puis remuez une dernière fois.
7 > Transvasez dans le pot.

Mon rituel beauté
Appliquez matin et soir une petite noisette de ce cérat sur une peau bien nettoyée.

Astuce : la recette originelle ne prévoit pas l’ajout d’huile essentielle, mais vous pourrez bien évidemment incorporer 5 à 8 gouttes d’HE de votre choix (géranium rosat, rose, mandarine, ciste, hélichryse…). À intégrer en fin de préparation.

Masque éclat minute

Appliquez sur votre visage un masque constitué d’1 blanc d’oeuf battu en neige additionné d’1 c. à c. d’acérola en poudre.

Pour une version à la fois nourrissante et riche en éclat, vous pouvez appliquer sur la peau un mélange de crème fraîche épaisse (1 c. à s.) avec un peu de jus d’ananas (1 c. à c.), qui a la particularité de contenir des acides de fruits, lissants et régénérants, ainsi que des sucres, aux propriétés hydratantes et adoucissantes. Dans les deux cas, laissez agir 5 à 10 minutes, puis rincez.

Oxygéner sa peau

L’hiver, mal oxygéné et dénutri, l’épiderme s’épaissit, les cellules mortes s’accumulent, les vaisseaux capillaires de surface se fragilisent et des dépôts de mélanine apparaissent. Fragilisé, l’épiderme se déshydrate et perd de sa souplesse et de son élasticité. Nos grands-mères, qui n’étaient pas connectées (!), passaient de longues heures à l’extérieur en cette saison, bien plus que nous.

Prenez le temps de vous oxygéner. Sortez vous balader, et ce quelles que soient les conditions météo. Privilégiez les promenades en forêt de pins ou en bord de mer, où l’ionisation négative est particulièrement importante. Votre peau, mieux oxygénée, retrouvera éclat et vitalité.

Crème douceur miel & géranium rosat

Dans un bol, faites fondre au bain-marie 45 ml d’huile d’argan avec 1 c. à s. de cire d’abeille, 1 c. à c. de miel d’acacia. Hors du feu, ajoutez petit à petit 1 c. à s. d’eau florale de rose en formant des 8 avec un mini-fouet. Ajoutez 10 gouttes d’HE de géranium rosat, 4 gouttes de vitamine E et remuez une dernière fois. Transférez la préparation dans un pot de 50 ml. Appliquez matin et soir sur une peau bien propre.

Les vinaigres de toilette

Nos grands-mères en raffolaient et les utilisaient quotidiennement en friction sur le corps ou en soin du visage, dilués dans de l’eau. Elles pouvaient ainsi bénéficier de leur action tonifiante, adoucissante et raffermissante. Ils permettaient également de revigorer le corps et de dissoudre le calcaire contenu dans l’eau. Le plus connu d’entre eux est le vinaigre rosat.

Recette beauté n° 1
Vinaigre rosat

Inscrit au Codex en 1884, le vinaigre rosat, qui connut jadis ses heures de gloire, est un excellent vinaigre de toilette au parfum revigorant.

• Préparation : 15 mn
• Conservation : environ 3 mois
• Coût : moins de 5 €

Vinaigre-rosatMon matériel
• 1 bol
• 1 bocal

Dans mon panier
? 100 g de pétales de roses rouges
? 1 litre de vinaigre de vin rouge

La recette
1 > Faites sécher 100 g de pétales de roses rouges non traitées à l’abri de la lumière et dans un endroit sec, en prenant soin de bien les espacer. Si vous ne disposez pas de jardin, achetezles chez un herboriste.
2 > Une fois séchés, transférez les pétales dans le bocal. Versez par-dessus le vinaigre de vin, que vous aurez préalablement porté à ébullition.
3 > Fermez le bocal et laissez macérer 21 semaines à l’abri de la lumière et de la chaleur.
4 > Filtrez, puis transférez le vinaigre rosat dans une jolie bouteille en verre.

Mon rituel beauté
Diluez 1 c. à s. pour 100 ml d’eau de source et utilisez sur le visage ou sur le corps.

Recette beauté n° 2
Baume au souci pour peau sèche

Grâce aux propriétés cicatrisantes et apaisantes du souci, ce baume est idéal pour prendre soin des peaux fragilisées par les frimas.

• Préparation : 15 mn
• Conservation : 3 mois
• Coût : moins de 5 €

Baume-au-souciMon matériel
• 1 bol
• 1 petite cuillère ou 1 mini-fouet en inox
• 1 bocal hermétique en verre teinté
• 1 pot de 50 ml

Dans mon panier
? Environ 100 g de fleurs de souci séchées
? Environ 150 ml d’huile d’amande douce
? 15 g de beurre de cacao bio
? 27,5 ml du macérât réalisé ci-dessus
? 5 g de cire cera bellina
? 2,5 g de glycérine végétale
? 5 gouttes de vitamine E

La recette du macérât de fleurs de souci (calendula)
1 > Stérilisez le bocal.
2 > Placez-y les fleurs de souci séchées sans les tasser.
3 > Recouvrez complètement avec l’huile d’amande douce.
4 > Refermez bien le bocal et agitez-le de temps en temps.
5 > Au bout de 3 semaines, filtrez la préparation.

La recette du baume apaisant
1 > Transférez le beurre de cacao, le macérât de calendula et la cire dans le bol, puis faites fondre à feu doux au bain-marie.
2 > Une fois tous les ingrédients fondus, retirez du feu.
3 > Ajoutez la glycérine végétale, ainsi que la vitamine E, et remuez une dernière fois.
4 > Coulez la préparation dans le pot. Réservez jusqu’à complet refroidissement.

Mon rituel beauté
En période hivernale, appliquez matin et soir une petite noisette de ce baume sur une peau bien propre en prenant soin de bien le faire pénétrer.


Je prends soin de mon corps

L’hiver ne fragilise pas seulement la peau du visage, mais également celle du corps, et particulièrement des jambes, qui a tendance à se dessécher et à craqueler, causant parfois des démangeaisons bien désagréables. Quant aux crevasses, elles sont souvent présentes sur les mains et les pieds.

Des recettes et astuces plébiscitées par nos grands-mères…

Bain de douceur à l’avoine

Dans un bol, mélangez 2 c. à s. d’argile blanche avec 2 c. à s. d’avoine colloïdale. Vous pouvez ajouter, si vous le souhaitez, 2 gouttes d’HE d’achillée millefeuille. Versez cette préparation dans l’eau bain. Restez au moins 15 minutes pour profiter pleinement des bienfaits de l’avoine.

Vinaigre de sauge et de romarin pour le corps

Au temps de nos grands-mères, le marketing n’était pas aussi segmenté. Bon nombre de cosmétiques étaient aussi bien adaptés aux femmes qu’aux hommes. Tel est le cas de cette recette mixte.

Dans un pot en verre, mettez 15 g de feuilles de sauge et 15 g de feuilles de romarin. Versez dessus 60 cl de vinaigre de cidre. Mélangez avec une cuillère en bois. Laissez macérer pendant 2 semaines, puis filtrez et transférez dans un joli flacon en verre.

Ce vinaigre de toilette peut s’utiliser en lotion après-rasage, pour désinfecter et apaiser la peau, et en lotion corps, pour tonifier et adoucir la peau après la douche.

Creme-du-crocodileCrème du crocodile au géranium rosat

Dans un bol, mélangez 3 c. à s. de crème fraîche épaisse, 1 c. à s. de gel d’aloe vera, 1 c. à c. de glycérine végétale et 5 gouttes d’HE de géranium rosat. Mélangez soigneusement. Appliquez sur le corps après la douche, en massant 5 bonnes minutes.

Baume fouetté pour le corps

Transférez, dans un bol, 25 g de beurre de karité, 40 g d’huile de coco et 20 g d’huile d’olive, puis faites fondre à feu doux au bainmarie. Hors du feu, ajoutez 7 gouttes de vitamine E, ainsi que 10 gouttes de chacune des huiles essentielles suivantes : bergamote, citron, lemongrass. Remuez soigneusement et transvasez dans un pot de 100 ml. Réservez jusqu’à complet refroidissement. Appliquez sur le corps une belle noisette de ce baume, en prenant soin de bien masser.


cheveuxJe dorlote mes cheveux

Les agressions extérieures, comme le froid et le vent, fragilisent les cheveux, qui peuvent s’assécher et devenir ternes. Nos grandsmères le savaient bien puisque, à leur époque, les hivers étaient bien plus rigoureux que de nos jours.

Des recettes et astuces plébiscitées par nos grands-mères…

Massage capillaire nourrissant

Contre les pointes sèches ou endommagées, nos grandsmères avaient pour habitude de masser l’extrémité de leurs cheveux avec une noisette d’huile d’olive et de les envelopper pendant 5 minutes dans une serviette chaude avant de procéder à leur shampooing habituel.

Shampooing brillance intense

Dans un bol, transférez 90 ml de shampooing neutre, 1 c. à s. d’huile d’argan et 1 c. à s. de rhum brun. Mélangez soigneusement, puis transvasez dans un flacon de 100 ml. Procédez ensuite au shampooing. Vos cheveux seront brillants et soyeux.

Eau de rinçage sublimatrice

Dans un bol, préparez le mélange suivant : 80 ml de bière éventée, 20 ml de vinaigre de cidre et 10 gouttes d’HE de citron. Transférez la préparation dans un flacon spray de 100 ml. Appliquez quelques pschitts sur les cheveux mouillés après votre shampooing. Pas d’inquiétude, l’odeur s’estompera rapidement.

Recette beauté n° 3
Lotion capillaire apaisante à la pivoine

Pour calmer les cuirs chevelus sensibles, irrités ou sujets aux démangeaisons, rien de tel que la pivoine, le nard et le tilleul. Cette lotion capillaire, à utiliser en complément d’un shampooing ou au quotidien, dégage un délicieux parfum harmonisant, qui vous apaisera autant que votre cuir chevelu…

• Préparation : 10 mn + 24 h de macération
• Conservation : 1 mois
• Coût : moins de 5 €

lotion-pivoineMon matériel
• 1 bol
• 1 petite cuillère ou 1 mini-fouet en inox
• 1 bocal hermétique en verre teinté
• 1 filtre à café non traité
• 1 balance de précision
• 1 entonnoir
• 1 éprouvette graduée
• 1 flacon de 100 ml

Dans mon panier pour le macérât aqueux de pivoine
? 5 g de pivoine en poudre
? 40 ml d’eau de source

La recette
1 > Dans un bocal en verre, versez l’eau de source, puis ajoutez la pivoine en poudre. Mélangez soigneusement.
2 > Laissez macérer pendant 24 h, à la lumière du soleil, en mélangeant de temps en temps.
3 > Filtrez à l’aide d’un filtre à café.

Dans mon panier pour la lotion capillaire
? 40 ml de macérât aqueux de pivoine
? 30 ml d’hydrolat aromatique de nard de l’Himalaya
? 30 ml d’hydrolat aromatique de tilleul
? 20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

La recette
1 > Dans un bol, versez le macérât aqueux de pivoine et les hydrolats aromatiques de nard et de tilleul. Mélangez bien.
2 > Ajoutez l’extrait de pépins de pamplemousse.
3 > Transvasez dans le flacon.

Mon rituel beauté
Cette lotion sans rinçage s’applique sur des cheveux secs ou mouillés en massant le cuir chevelu.


piedJe chouchoute mes mains et mes pieds

Vaisselle à la main, longues marches dans des chaussures généralement peu confortables, nombreux travaux ménagers, nos grands-mères menaient souvent la vie dure à leurs mains et à leurs pieds. Elles avaient heureusement de nombreux remèdes pour leur apporter un peu de réconfort.

Des recettes et astuces plébiscitées par nos grands-mères…

Gommage palmaire

On oublie trop souvent que les mains trahissent notre âge. En prendre soin commence par des gommages. Nos grands-mères confectionnaient une pâte adoucissante à base de lait et de flocons d’avoine (comptez 2 c. à s. de flocons pour 1 c. à s. de lait d’avoine). Après les avoir légèrement humidifiées, frottez vos mains avec cette pâte pendant 5 minutes. L’avoine contient des polysaccharides (le bêta-glucane) et des composés phénoliques (les avenanthramides), aux propriétés apaisantes et hydratantes.

Nos grands-mères utilisaient également du marc de café et de l’huile d’olive pour effectuer un gommage express des mains : comptez 1 c. à s. de marc de café pour 1/2 c. à s. d’huile d’olive.

soins-mains-piedsGant de velours

La nuit est bien souvent un allié de votre beauté. Pour prendre soin de vos mains, pensez à les masser avec de l’huile d’olive juste avant de vous coucher. Enfilez ensuite des gants de coton, que vous conservez toute la nuit. Au matin, vos mains seront douces et hydratées. Ce vinaigre de toilette peut s’utiliser en lotion après-rasage, pour désinfecter et apaiser la peau, et en lotion corps, pour tonifier et adoucir la peau après la douche.

Baume oeuf et miel pour mains et pieds abîmés

Mélangez 2 c. à c. de miel avec 1 c. à c. d’huile d’olive, 1 c. à c. de jus de citron et 1 jaune d’oeuf, puis appliquez environ 20 minutes sur les mains et/ou les pieds. Rincez à l’eau claire.

Rituel douceur des pieds de mamie Paulette

Dans une bassine d’eau tiède, mettez 3 c. à s. de gros sel et un verre de vinaigre de cidre. Laissez tremper vos pieds 15 minutes, séchez-les, puis ôtez les callosités à l’aide d’une pierre ponce. Massez-les ensuite avec du beurre de karité ou de la crème fraîche et enfilez des chaussettes, que vous conserverez toute la nuit.

Purée de patates anti-crevasses

Faites cuire 1 pomme de terre à la vapeur. Épluchez-la, puis écrasez-la à l’aide d’une fourchette. Ajoutez 1 c. à s. d’huile d’olive et un filet de jus de citron. Mélangez bien afin d’obtenir une préparation homogène. Appliquez matin et soir en cataplasme sur les crevasses des mains ou des pieds, en massant bien. Renouvelez jusqu’à complète disparition.

Remède à l’argile pour venir à bout des crevasses

Dans un bol, mélangez 1 c. à s. d’argile avec 1 c. à s. d’hydrolat de rose. Ajoutez ensuite 1 c. à c. d’huile d’olive et mélangez à nouveau. Appliquez ce soin de manière très localisée sur les crevasses des mains ou des pieds et renouvelez jusqu’à complète disparition.


eco-livres-56

Mon cahier de Sorcière pour devenir irrésistible

livre-mon-cahier-de-sorciereVous rêviez d’un grimoire ? Ce cahier est un véritable manuel pour confectionner vous-même vos shampooings, votre vinaigre de toilette, vos savons, crèmes, lotions, huiles nourricières et parfumées, vos déodorants et parfums… et même vos philtres d’amour !

Chacune des recettes est expliquée pas à pas. Vous pouvez les décliner à l’infini, grâce aux index des propriétés cosmétiques des fleurs et des plantes, des huiles végétales et des huiles essentielles.

Éditions Mosaïque-Santé – 64 pages – 9 €

Je fabrique mes baumes, gels, pommades…
livre-je-fabrique-mes-baumesde Sylvie Hampikian

On ne présente plus l’auteur, experte en pharmaco-toxicologie, qui travaille sur les actifs naturels et les médecines douces, mariant savoir scientifique et pratiques traditionnelles.

Elle présente dans cet ouvrage 100 recettes de soins pour toute la famille : soins dermatologiques, remèdes antirhume, cicatrisation des brûlures, répulsif anti-insectes… Autant de préparations simples à base d’ingrédients faciles à trouver au jardin ou dans le commerce. Sylvie Hampikian dépoussière les remèdes de grands-mères avec une approche scientifique pour les mettre à portée de tous. Pour chacun, l’auteur détaille la recette, les précautions d’emploi et la durée de conservation. Passionnant !

Éditions Terre vivante – 143 pages – 16 €

 

Les informations proposées par l'Écolomag ne se substituent pas à un avis médical auprès des professionnels de santé compétents. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.