Home / Humeurs / hU ma NI TÉ par France Guillain

ECONEWS-46

Opinions

hU ma NI TÉ

Dans le mot humanité, il y a unité. Le mois de janvier l’a très durement souligné.

L’être humain est un animal grégaire. Il a besoin de deux êtres pour être conçu, porté, élevé, aimé a minima, jusqu’à ce qu’il devienne à son tour capable de subvenir à ses besoins et de soutenir d’autres humains.

Le premier modèle de l’entraide, du groupe, de l’amour, de l’altruisme est la cellule familiale. C’est elle qui nous sert de point d’appui, de départ, d’aire pour nous lancer vers d’autres groupes, plus grands, plus larges.

Si nous polarisons tout sur la famille, le clan ou le pays, nous excluons le reste du vivant de notre amour inconditionnel.

Mais le chemin est sinueux, périlleux, difficile et, a contrario, nous pouvons souffrir jusqu’à la fin de nos jours de ne pas sentir l’amour des nôtres : un père, une mère, un frère, une soeur, par colère, par jalousie – que sais-je ? – nous tiennent à l’écart pendant une vie entière, et nous continuons à en souffrir à 60 ans.

Que d’énergie perdue quand il y a tant d’amour inconditionnel à recevoir et à donner autour de soi. Mais que de travail avant d’y parvenir !

De même que l’utérus nous prépare à entrer dans un monde plus vaste, plus ouvert, la famille nous prépare à entrer dans le village, l’école. En grandissant, notre amour peut s’étendre au pays, puis au monde et, enfin, à l’univers infini, incluant le monde animal et végétal qui ont presque tous des neurones comme nous ; avec lesquels nous pouvons échanger chaque jour généreusement.

Nous aussi, lecteurs de l’écolomag, nous échangeons et nous nous reconnaissons dans des valeurs partagées : écologie, bio, bien-être naturel, comme d’autres autour du foot ou de mille autres passions. Tous ces groupes, ces familles s’interpénètrent, se croisent, se côtoient, partagent. La mondialisation souhaitée par les uns, honnie par les autres, nous montre cependant que les humains, quels que soient leur origine et leur mode de vie, ont bien plus de points communs que de différences.

Tout d’abord, nous avons tous un squelette, des organes et des muscles. Nous nous multiplions tous de la même manière. Nous avons tous besoin de manger, dormir, travailler, nous reposer, mais aussi de créer, d’exprimer notre univers intérieur.

Tous les parents du monde ont envie d’être heureux, de voir leurs enfants heureux. Les sentiments, agréables ou désagréables, sont universels.

Tous les êtres humains ont besoin d’être infiniment respectés et aimés. C’est pourquoi nous apprenons à aimer l’autre en famille, en cellule étroite du même sang, en grandissant avec des exigences différentes selon l’âge et le caractère, et cet apprentissage devrait peu à peu nous conduire vers le même amour pour les autres, ceux qui ne sont ni de notre sang, ni de notre village, ni de notre pays.

Peut-être qu’une condition importante du bonheur est justement quand la famille cesse d’être le seul lieu privilégié, le point unique de nos soins et de nos pensées ?

Pour nous, humbles humains, avec nos faiblesses et nos qualités, il existe un moyen simple pour nous aider à nous sentir mieux tous ensemble.

Il suffit parfois de partager une papaye, une mangue, des pommes, s’attabler autour d’une belle salade ou d’une bonne soupe chaude au potimarron quand il fait bien froid !

Nous sentir tous faits de la même matière, des mêmes molécules de fruits, de légumes, des aliments naturels et universels.

Où que nous allions dans le monde, nous nous sentons toujours chez nous, en retrouvant partout le Miam-Ô-5 sous les formes les plus variées, mais fidèle à lui-même. Dans toutes les traditions du monde, nous retrouvons la pratique ancestrale du bain dérivatif.

Une hygiène de vie humaine et universelle ne serait-elle pas un premier pas, accessible à chacun de nous, vers cette unité qui occupe tant les esprits aujourd’hui ?

Gageons que l’écolomag nous serve de lien !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr

Autres articles de l'auteur

Archives
C’est quoi le bonheur pour vous ? Le film de Julien Peron
Loin d'être une utopie, le bonheur est en effet une réalité tangible à la portée de tous.
Actualités
Les 300&bio, l’union de 300 laitiers passionnés
Les 300&bio n’est pas qu’une simple marque de yaourts bio.
Archives
Prenez votre santé en main, 12 conférences prévention-santé du Pr Henri Joyeux
En 2016, le Professeur Henri Joyeux, grand habitué des conférences, en donnait pour la première fois à Paris.
Actualités
Terres d’espérance : Un webdocumentaire sur l’agriculture alternative précautionneuse des sols
Certains agriculteurs audois ont fait le choix de l’agriculture alternative précautionneuse de l’environnement.
Actualités
Saint-Quentin-en-Yvelines, une ville en transition qui passe au compostage
Saint-Quentin-en-Yvelines propose aux habitants de l’agglomération des kits de compostage
Archives
Édition 2019 des Défis du Bois 3.0
Cette année, les Défis du Bois 3.0 auront lieu du 11 au 18 mai 2019, sur le Campus Bois d'Épinal.

À la une sur le même thème

Humeurs
« Aujourd’hui peut-être, ou alors demain… »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Cachez ce petit triangle que je ne saurais voir ! »
Le soleil et la douceur printanière précoces cette année nous rappellent combien notre corps a besoin de ce véritable aliment qu’est le soleil.
Humeurs
C’est grave, docteur ?
Réchauffement ou dérèglement climatique, nous n’en sommes plus à l’heure de la sémantique.
Humeurs
« Ce qui éclaire l’existence, c’est l’espérance. » Jean d’Ormesson
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Les gens sont ce qu’est leur époque. » William Shakespeare
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Le temps passe… C’est normal, il n’a que ça à faire ! »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

Autres articles

Bien-être
Plus jamais SANS la méthode Coué
avec Luc Teyssier d'Orfeuil Auteur, coach, formateur, conférencier
Beauté
Une année sans… 100 % de mieux-être
L’ère de la beauté futile et irréfléchie est révolue.
Beauté
Une année SANS cotons et SANS protections hygiéniques jetables
Au quotidien, nous pouvons faire des petits gestes pour restreindre nos déchets...
Beauté
Une année SANS complexe avec le « body positive »
Le « body positive » n’a cessé de faire parler de lui en 2018.
Beauté
Une année SANS chute de cheveux
Superaliment issu de la pharmacopée africaine, le moringa
Beauté
Une année SANS coloration chimique
avec Simon Assoun

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.