Home / Santé Bien-être Beauté / Santé / La pollution de l’air

Selon l’OMS, la pollution atmosphérique est cancérigène. Subir les divers polluants de l’atmosphère par le biais des organes respiratoires, mais aussi de la peau, peut engendrer chez l’homme des troubles immédiats, mais également des pathologies chroniques ou de graves maladies, et une dégradation profonde des écosystèmes.

La seule pollution aux particules fines causerait en France 48 000 décès prématurés* par an. Les dommages sanitaires de cette pollution représenteraient un coût annuel de 20 à 30 milliards d’euros**.

* Rapport 2016 « Impacts de l’exposition chronique aux particules fines sur la mortalité en France continentale et analyse des gains de santé de plusieurs scénarios de réduction de la pollution atmosphérique » – Santé publique France. ** Rapport de la Commission des comptes et de l’économie de l’environnement. Santé et qualité de l’air extérieur. MEDDE SEEIDD, juin 2012.

Parmi les polluants physicochimiques de l’air les plus courants :

  • Les particules fines (PM10, PM2,5) et ultrafines (PM1), issues des émissions du trafic routier (en particulier des moteurs diesel anciens), des industries, de la combustion de biomasse (chauffage individuel au bois, brûlage de déchets verts à l’air libre) ou de la combustion du fioul.
  • Des oxydes d’azote (NO, NO2) dus au trafic routier, aux installations de combustion, aux engrais azotés…
  • Du monoxyde de carbone (CO), émis par le trafic routier et le chauffage.
  • Du dioxyde de soufre (S02), généré par la combustion du charbon et du fioul.
  • Les COV, formés notamment par les transports et le chauffage individuel.
  • Les POP – ou polluants organiques persistants –, dégagés lors des combustions incomplètes (incinération des ordures, métallurgie, chauffage au bois, brûlage de déchets verts à l’air libre, moteurs diesel).
  • Les métaux lourds (plomb, mercure, cadmium, nickel et zinc…), dus à la combustion du charbon, du pétrole, des ordures ménagères ou au trafic routier.

Le saviez-vous ?

Pour vivre, un être humain inhale entre 10 000 et 15 000 litres d’air par jour. Il peut contenir plus de 3 millions de particules par cm3 dans une ville industrielle, alors qu’au-dessus de l’océan ou en montagne, il n’y en a que quelques milliers.

Le comportement de chacun, un enjeu majeur

Chacun d’entre nous peut agir pour préserver la qualité de l’air : loin d’être marginales, nos actions quotidiennes sont une des clés pour réduire la pollution de l’air, dont les sources sont multiples. Et n’oubliez pas que la qualité de l’air extérieur influe sur celle de votre logement. En participant à l’amélioration de l’air extérieur, vous contribuez à améliorer aussi la qualité de l’air intérieur.

3 actions qui peuvent faire la différence…

Faire le choix d’un chauffage pertinent

Une cheminée à foyer ouvert n’est pas un mode de chauffage car son rendement est dérisoire. C’est une source de pollution de l’air intérieur et extérieur. Préférez un INSERT IGNORE ou un foyer fermé, plus efficaces et moins polluants.

Si votre chaudière, votre poêle à bois, votre INSERT IGNORE… datent de plus de 10 ans, il vaux mieux les remplacer. Les performances des matériels ont fait des progrès importants ces dernières années : amélioration des rendements et consommation de combustible réduite (chaudière gaz à condensation ou à microcogénération…), émissions polluantes très faibles, en particulier pour les particules…

Dans le cas du chauffage au bois, la quantité de polluants rejetés (particules surtout) dépend largement du combustible. Brûler du bois bien sec, de qualité, dans un appareil performant assure une limitation des particules.

Suivez soigneusement les conseils d’utilisation des équipements pour contenir les émanations polluantes. L’entretien régulier des appareils et des installations par un professionnel est un gage de bon fonctionnement, donc de limitation des émissions de gaz à effet de serre et de polluants.

Adopter un comportement différent vis-àvis des transports

Notre pratique de la mobilité et nos comportements sont décisifs pour diminuer la part des transports individuels dans la production des polluants dans l’air extérieur :

  • En modérant l’usage de la voiture particulière, en développant d’autres façons de nous déplacer, moins ou non polluantes : transports en commun, vélo, marche… en ayant recours à des pratiques de partage de la voiture, comme le covoiturage ou l’autopartage.

Le saviez-vous ? On estime qu’un véhicule en auto-partage remplace 8 à 10 voitures individuelles et 15 places de stationnement.

  • En adaptant notre façon de conduire : moins vite, moins brutalement, ce qui limite les émissions polluantes, et en entretenant régulièrement son véhicule.
  • • En privilégiant l’achat des véhicules peu polluants et en remplaçant autant que possible les véhicules anciens peu performants (en particulier les véhicules diesel non équipés de filtres à particules fermés).

Le brûlage des végétaux

On ne le sait malheureusement pas assez, mais il est interdit, notamment pour un particulier, de brûler à l’air libre des déchets verts (feuilles mortes, branchages, tontes de pelouses…). Or, cet usage est une source importante d’émission de polluants dans l’air, notamment de particules : elle a des incidences néfastes directes sur les personnes qui la pratiquent et sur leur voisinage, et des retombées sur la qualité de l’air et l’environnement. Une réglementation interdit cette habitude, mais un moyen efficace de la supprimer est de changer son comportement.

Les lichens, marqueurs naturels de pollution

Saviez-vous que plus l’air est pollué, moins il y a de lichens ? Ces champignons lichénisés sont en effet incapables de réguler leurs échanges avec l’atmosphère. Ainsi, en cas de pollution atmosphérique, ils absorbent les polluants et finissent par mourir… Dès lors, ils sont d’excellents indicateurs de la qualité de l’air. Alors, ouvrez grand les yeux et observez…

L’intelligence végétale

Non seulement les plantes s’adaptent mieux que nous aux changements de notre environnement gazeux, mais elles élaborent en permanence de nouvelles solutions pour rétablir les conditions de la vie. Elles inventent des systèmes précis de synthèses biologiques pour éliminer chaque polluant, purifier l’air, le sol et maintenir l’humidité de l’atmosphère. On peut dire que nous sommes « contrôlés » par les végétaux. Dans la campagne, l’air est chargé de milliards de molécules aromatiques différentes provenant de la végétation. Ces molécules agissent et interagissent entre elles de mille façons, avec des actions spécifiques sur notre métabolisme.

Certaines molécules aromatiques peuvent réagir avec l’ozone, comme les pinènes (monoterpènes insaturés), qui se comportent alors comme des scavengers, c’est-à-dire des nettoyeurs de l’air, capables de capturer et neutraliser des substances nocives et de nous aider à mieux profiter de l’oxygène.

Le Bol d’air Jacquier®, pour respirer la santé

Il s’agit d’une méthode 100 % naturelle qui s’est inspirée de cette intelligence végétale en se servant de l’huile essentielle de résine de pin ou térébenthine Pinus pinaster. Issu des landes françaises ou portugaises, ce composé contient majoritairement des alpha-pinènes et des bêta-pinènes.

Ces derniers sont parmi les molécules aromatiques les plus répandues dans la nature. Elles forment la majorité des bonnes senteurs fabriquées par les arbres, les arbustes, les fleurs et les herbes. Dans la pharmacopée classique, les effets bénéfiques de la térébenthine – à faible dose – sont parfaitement identifiés : antiseptique, bactéricide, amélioration des taux de saturation de l’oxyhémoglobine et de la pression partielle artérielle en oxygène, réduction sans hyperventilation de la pression partielle en CO2 sanguine de malades hypercapniques (trop de CO2 dans le sang), amélioration du rendement des systèmes d’oxydo-réductions et de la diffusion tissulaire en oxygène, action décongestionnante sur les muqueuses de l’arbre respiratoire, action anti-inflammatoire.

En sortie du Bol d’air Jacquier®, sous forme de nébulisat peroxydé, ces molécules aromatiques gagnent une propriété supplémentaire : elles deviennent capables de s’associer à l’hémoglobine pour mieux transporter et délivrer l’oxygène vers la cellule. La présence d’oxygène au niveau cellulaire est facilitée et les défenses anti-radicalaires naturellement augmentées. L’oxygénation est normale malgré la pollution.

Précisons que cette méthode naturelle, qui est enseignée dans toutes les écoles de naturopathie, ne conduit pas à inhaler plus d’oxygène, mais permet aux cellules de mieux récupérer l’oxygène circulant dans le sang. Son emploi régulier favorise une oxygénation équilibrée et préserve un bon état de santé global. Chaque séance de quelques minutes est à l’origine d’une stimulation de plusieurs heures.

Pour en savoir plus : http://www.holiste.com

Autres articles de l'auteur

Santé
Allergies de printemps, vive le Bol d’air® !
Une solution naturelle
Actus marques
Le Bol d’air Jacquier : l’allié bien-être 100% naturel de la rentrée
Méthode unique d’oxygénation, le Bol d’air® est un dispositif qui permet de transformer les parties volatiles d'un extrait de résine de pin, orésine® en porteurs d'oxygène naturels.
Actus marques
Respirez la santé grâce au bol d’air Jacquier HOLISTE
Une nouvelle édition du livre de Laurence Salomon : Respirez la santé grâce au bol d'air Jacquier HOLISTE aux éditions Grancher
Actus marques
Les 4 saisons du Bol d’air Jacquier : pour 365 jours de pleine santé
Le Bol d’air est utile à tous les moments de la vie
Actus marques
Bol d’Air Jacquier® : La méthode naturelle d’oxygénation des cellules
Le Bol d'Air Jacquier ® est une inhalation qui met en contact les principes actifs de plantes avec les muqueuses respiratoires

À la une sur le même thème

Santé
ANALYSE  LOGIQUE sur la prise de POIDS
Nous mangeons trop et déséquilibré (l'obésité n'existe pas dans le monde animal sauvage ''Konrad Lorentz'').
Santé
Réflexions contemporaines sur la prévention santé
L'évolution dans chaqu'un des domaines contemporains, médecine, économie, technologie, sociologie, écologie... s'apparente à un éternel retour de type <> Günter Grass.
Santé
Dites NON au stress et à la toxémie ! Cultivez un cercle vertueux !
Il y a 100 ans, le Dr Tilden écrivait : « Le stress, l’anxiété et les soucis affaiblissent l’énergie du corps, ce qui engendre un épuisement, lequel provoque “l’énervation” : un affaiblissement qui bloque l’élimination des toxines issues des déchets des tissus. Le sang se charge alors de toxines. Il s’ensuit un auto-empoisonnement du sang, […]
Santé
Salon Bien-être Médecine Douce Paris
120 CONFÉRENCES ET ATELIERS SUR LE SUJET 2022 : L’IMMUNITÉ immunité et sa défense, immunité au quotidien, immunité et développement personnel, immunité et alimentation, immunité et remèdes naturels.
Santé
Dossier santé : Souriez, la vie est belle !
Voir la vie en rose, ou du moins un peu plus rose, sourire, prendre les choses avec plus de recul et de philosophie, se sentir mieux, ça se cultive !
Santé
Boostons notre dopamine !
Savez-vous qu’il existe un neurotransmetteur, qui est aussi une hormone, appelé dopamine, présent dans notre corps et produit par le cerveau ?

Autres articles

Actualités
Le Palo Santo à travers sa récolte & ses vertus
Le Palo Santo, un arbre issu d'Amérique Latine aux multiples usages, vertus avec une récolte 100% écologique & naturelle !
Actualités
Guide de la FRANCE BIO
Depuis des années, le bio fait sa place dans notre consommation, aussi bien en produits bien-être qu’en alimentation. Il a su conquérir par ses qualités, mais aussi par la nécessité de changement dans notre société actuelle. Le bio n’est pas qu’une simple mode, mais bel et bien une nécessité absolue et durable. En consommant différemment, […]
Actualités
Appel à projets pour améliorer la connaissance de la Nature, la préserver et partager ses richesses
Soutenir des actions qui aident à améliorer la connaissance de la Nature, la préserver et partager ses richesses : telle est l’ambition du deuxième Appel à projets de la Fondation Science & Nature.
Habitat
Faire sa lessive maison
Diluez les copeaux de savon de Marseille dans de l'eau bien chaude
Cosmétique
Recette : Roll-on « Y’A D’LA JOIE »
Ce roll-on apporte détente et optimisme.
Humeurs
« Jacques a dit… Bonne année ! »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.