Home / Santé Bien-être Beauté / Santé / Le surprenant lien entre le ventre et le cerveau

Le Dr Emeran Mayer, professeur de médecine et directeur du centre de neurobiologie du stress à l’UCLA (Californie), a été le président fondateur des centres collaboratifs pour la médecine intégrative de cette université et codirecteur du CURE (Centre de recherches sur les maladies digestives). Il partage son temps entre la médecine, la physiologie et la psychiatrie. Au travers d’un ouvrage passionnant, il nous raconte le lien fascinant qui existe entre le ventre et le cerveau… Nous avons eu l’honneur de lui poser quelques questions.

Par quels travaux a été mis en évidence le lien cerveau et intestin ?

Plusieurs séries d’études ont été réalisées sur des souris et des rats, lesquelles démontrent que les comportements émotionnels, sociaux, nociceptifs (liés à la douleur) et alimentaires de ces animaux sont d’une certaine façon liés au microbiote intestinal. Les études ont été menées de différentes manières :

  • Comparaison du comportement d’animaux sans bactéries avec celui d’animaux ayant un microbiote normal.
  • Comparaison entre des animaux après traitement avec des antibiotiques à large spectre et des animaux témoins.
  • Observation des effets de la prise de probiotiques sur le comportement.
  • Observation du comportement des animaux sans bactéries après l’administration de bactéries fécales provenant d’un animal ayant un comportement différent.

Quelques-uns de ces résultats soulignent l’influence du microbiote sur le comportement des rongeurs.

Quelles découvertes ont été faites pour que l’intestin devienne, en quelques années, un super-ordinateur doté d’une grande intelligence, au point de devenir notre « second cerveau » ?

Dans mon livre, j’expose le concept du cerveau en tant que super-ordinateur, qui reçoit une quantité impressionnante d’informations, chaque millième de seconde, en provenance de l’intestin – mais aussi du reste de l’organisme –, enregistre une grande partie d’entre elles et apporte en contrepartie les réponses les plus adaptées à l’ensemble des différentes données reçues.

L’intestin et son microbiote jouent un rôle majeur dans ce système car ils fournissent au cerveau un nombre très important d’informations issues des microbes en réponse à ce dont ils se nourrissent.

Comment l’intestin est-il connecté au cerveau ?

Plusieurs voies de communication parallèles sont présentes entre l’intestin et le cerveau : de l’intestin vers le cerveau, il existe des circuits hormonaux, inflammatoires (cytokines et autres molécules inflammatoires) et nerveux (nerf vague).

Et du cerveau vers l’intestin, on recense des circuits neuronaux (système nerveux autonome) et hormonaux (hormones du stress).

Cette organisation garantit que les perturbations de l’axe cerveau-intestin mettent toujours en relation, à la fois et simultanément, le cerveau et l’intestin ; ce qui signifie que la communication est toujours bidirectionnelle.

Comment expliquez-vous que 95 % de notre sérotonine soient stockés dans notre intestin ?

Il est difficile de répondre parce que nous ne connaissons sûrement pas encore tout le processus.

La sérotonine assure en effet une fonction majeure sur la modulation du système nerveux entérique (intestinal) et, à travers cette action, influence la motilité (l’ensemble des mouvements spécifiques à un organe) intestinale et les sécrétions.

La sérotonine est déversée dans l’intestin, où elle peut affecter le comportement de la flore intestinale.

La sérotonine sécrétée est utilisée par les plaquettes, puis acheminée vers les autres organes, dont les os. Enfin, les cellules de l’intestin contenant de la sérotonine possèdent des connexions très étroites avec le nerf vague, qui transmet le signal à l’intestin.

Il est probable que cette activation du nerf vague par la sérotonine et le signalement aux centres de régulation du cerveau soient les plus importants, par lesquels un régime ou des microbes peuvent impacter la quantité de sérotonine produite puis libérée.

Par conséquent, la meilleure réponse à apporter à cette question serait que la majeure partie de la production de sérotonine et son stockage s’effectuent dans l’intestin, puisqu’elle a besoin de se trouver à proximité des aliments ingérés et de notre flore intestinale.

Quelle place tient la sérotonine dans les échanges intestins/cerveau ?

Comme évoqué précédemment, la sérotonine libérée par les cellules dans l’intestin agit sur les terminaisons du nerf vague, qui transmettent le signal directement aux zones autonomes et limbiques du cerveau.

Quels troubles peuvent survenir lors de l’altération du lien cerveau/intestin ?

Il existe aujourd’hui une liste de plus en plus longue de perturbations possiblement liées aux désordres du microbiote, parmi lesquelles la maladie de Parkinson, le syndrome de l’intestin irritable, les troubles du comportement alimentaire – tant l’obésité que l’anorexie –, l’autisme…

Comment le microbiote peut-il influer sur nos émotions ?

La preuve de l’existence de ce phénomène provient presque exclusivement d’études sur des animaux, et nous devons rester prudents afin de ne pas extrapoler trop rapidement ces expérimentations, réalisées sur des souris, à des troubles du comportement émotionnel chez les humains.

Je pense que nous avons publié la seule étude qui ait montré un impact du microbiote intestinal sur les systèmes cérébraux impliqués dans les émotions en réponse à l’ingestion de probiotiques.

Cependant, il est évident que le cerveau peut intervenir sur nos émotions, en déclenchant par exemple la sensation de bien-être après l’ingestion d’un bon repas ou celle de faim quand l’intestin est vide.

Ces sensations sont produites par les hormones, libérées par les cellules intestinales et qui rejoignent le cerveau via la circulation sanguine ou via le nerf vague.

Les cellules contenant ces hormones répondent aux signaux envoyés par certaines bactéries intestinales. Si l’on prend en considération le rôle essentiel des bactéries intestinales sur la production de sérotonine et l’activation du nerf vague, il est fort probable que certaines émotions, comme le bien-être et le mal-être, soient influencées par le microbiote intestinal.

Vous parlez dans votre ouvrage du langage microbien. Kézako ?

Il existe des preuves suffisantes pour affirmer que les microbes ont développé plusieurs mots du langage biologique universel, lesquels sont par ailleurs utilisés par nos systèmes endocrinien et nerveux.

Plusieurs de nos neurotransmetteurs humains ont des équivalents chez les substances microbiennes neuroactives.

Les micro-organismes – microbes, virus et champignons – sont les plus anciennes et les plus performantes des formes de vie présentes sur notre planète, et existaient déjà 4,5 milliards d’années avant l’apparition des premières espèces animales. On estime que les microbes ont 400 fois plus de gènes que les humains, ce qui leur confère une capacité exceptionnelle à créer de nouveaux « mots ». Plusieurs de ces gènes pourraient avoir été convertis en cellules intestinales ou neuronales spécialisées, permettant de ce fait à toutes ces cellules de produire des molécules de signalisation.

Quel rôle jouent les microbes dans la communication intestin/ cerveau ?

Les microbes intestinaux se situent à l’interface entre les signaux en provenance du cerveau via le système nerveux autonome, et entre les signaux qui reviennent au cerveau par les voies de communication déjà présentées précédemment.

Dans mon livre, j’ai utilisé comme exemple le fait que les microbes intestinaux peuvent écouter les conversations qui existent entre notre intestin et notre cerveau, et influencer ainsi la communication.

Site web du Dr Mayer :
http://emeranmayer.com
(site en anglais)

 

Pour aller plus loin

La connexion Cerveau Intestin

L’intestin au secours du cerveau

L’intestin, notre deuxième cerveau

Suggestions de livre

Autres articles de l'auteur

Santé Bien-être Beauté
Le neem, la plante qui guérit de tous les maux
L'un des constituants les plus notoires du neem est l'azadirachtine
Bien-être
Dossier bien-être : La pollution mentale
Les pollutions ne touchent pas seulement notre santé mais ont un impact indéniable sur la qualité de notre bien-être
Bien-être
La pollution mentale
Le mot « détox » n’a jamais autant été plébiscité.
Bien-être
NON aux pensées négatives, OUI à la psychologie positive
Toutes les pensées négatives que nous avons au quotidien sont une source de pollution mentale qui nous empêche d’accéder au bonheur.
Bien-être
Les bienfaits du massage pour la santé
L’humain puise des forces en lui pour aller de nouveau vers l’extérieur, vers l’autre.
Bien-être
La Fermentation en Cascade
avec Claudia Vigier - Naturopathe

À la une sur le même thème

Santé
LEVELUK K8, ioniseur d’eau par electrolyse
L'eau du robinet est d’abord filtrée, puis ionisée à l'aide du processus d'électrolyse. Des eaux alcalines et acides sont alors produites, celles-ci peuvent être utilisées en tant que : boissons, pour la beauté, la préparation des repas, le nettoyage et la désinfection de la maison.
Santé
SAGESSE et VIRUS
Pour faire face aux divers agents infectieux virus et bactéries en tous genres, notre corps se trouve en état de défense permanent
Santé
Guide des meilleurs aliments-santé
Voici un guide de plusieurs aliments ayant des propriétés bénéfiques pour la santé.
Santé
Dents et décodage biologique – Nos dents nous parlent !
Pourquoi des douleurs et/ou maladies se manifestent-elles chez certaines personnes et pas chez d’autres ? Christian Flèche, psychobio-thérapeute et créateur du décodage biologique, s’est penché sur le sujet et nous explique que la maladie est le résultat de certains principes biologiques.
Santé
Le microbiote intestinal : l’allié santé
Avoir un microbiote sain serait la clé pour être en bonne santé. «  Aider le corps à s’aider  » est la devise de base de toute médecine naturelle.
Santé
Retrouvez votre vitalité
Retrouver votre vitalité, votre jeunesse, grâce à une eau différente qui est antioxydante, alcaline, très hydratante… Changez votre Eau, Changez votre Vie !

Autres articles

Actualités
Mon pochon de Noël, le cadeau zéro déchet idéal !
IDÉE CADEAU : un applicateur en bois de hêtre et son déodorant, un bouton poussoir en liège, 2 recharges.
Beauté
Spray H2 générateur d’hydrogène moléculaire dissous
Le spray H2 est un petit générateur d'eau hydrogénée par électrolyse. Il réduit le vieillissement cellulaire causé par les radicaux libres.
Actus marques
Les épices à avoir dans son placard pour faire voyager vos papilles
Les épices et aromates sont une porte d’entrée formidable pour découvrir d’autres traditions culinaires venues du bout de monde. Leurs goûts rehaussent les plats, changeant parfois complètement les saveurs.
Bien-être
Soigner la pollution mentale avec l’aide des Fleurs de Bach
Que nous suggère le mot POISON ? Quelque chose de nocif, de dangereux et contraire à la vie, à la bonne santé morale et physique…
Bien-être
Atelier sophrologie anti-pollution
La pollution de l'air est particulièrement insidieuse.
Enfants
Substances suspectées ou avérées toxiques dans les couches pour bébés
Les associations prônent la tolérance zéro

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.