Home / Santé Bien-être Beauté / Santé / Le surprenant lien entre le ventre et le cerveau

Le Dr Emeran Mayer, professeur de médecine et directeur du centre de neurobiologie du stress à l’UCLA (Californie), a été le président fondateur des centres collaboratifs pour la médecine intégrative de cette université et codirecteur du CURE (Centre de recherches sur les maladies digestives). Il partage son temps entre la médecine, la physiologie et la psychiatrie. Au travers d’un ouvrage passionnant, il nous raconte le lien fascinant qui existe entre le ventre et le cerveau… Nous avons eu l’honneur de lui poser quelques questions.

Par quels travaux a été mis en évidence le lien cerveau et intestin ?

Plusieurs séries d’études ont été réalisées sur des souris et des rats, lesquelles démontrent que les comportements émotionnels, sociaux, nociceptifs (liés à la douleur) et alimentaires de ces animaux sont d’une certaine façon liés au microbiote intestinal. Les études ont été menées de différentes manières :

  • Comparaison du comportement d’animaux sans bactéries avec celui d’animaux ayant un microbiote normal.
  • Comparaison entre des animaux après traitement avec des antibiotiques à large spectre et des animaux témoins.
  • Observation des effets de la prise de probiotiques sur le comportement.
  • Observation du comportement des animaux sans bactéries après l’administration de bactéries fécales provenant d’un animal ayant un comportement différent.

Quelques-uns de ces résultats soulignent l’influence du microbiote sur le comportement des rongeurs.

Quelles découvertes ont été faites pour que l’intestin devienne, en quelques années, un super-ordinateur doté d’une grande intelligence, au point de devenir notre « second cerveau » ?

Dans mon livre, j’expose le concept du cerveau en tant que super-ordinateur, qui reçoit une quantité impressionnante d’informations, chaque millième de seconde, en provenance de l’intestin – mais aussi du reste de l’organisme –, enregistre une grande partie d’entre elles et apporte en contrepartie les réponses les plus adaptées à l’ensemble des différentes données reçues.

L’intestin et son microbiote jouent un rôle majeur dans ce système car ils fournissent au cerveau un nombre très important d’informations issues des microbes en réponse à ce dont ils se nourrissent.

Comment l’intestin est-il connecté au cerveau ?

Plusieurs voies de communication parallèles sont présentes entre l’intestin et le cerveau : de l’intestin vers le cerveau, il existe des circuits hormonaux, inflammatoires (cytokines et autres molécules inflammatoires) et nerveux (nerf vague).

Et du cerveau vers l’intestin, on recense des circuits neuronaux (système nerveux autonome) et hormonaux (hormones du stress).

Cette organisation garantit que les perturbations de l’axe cerveau-intestin mettent toujours en relation, à la fois et simultanément, le cerveau et l’intestin ; ce qui signifie que la communication est toujours bidirectionnelle.

Comment expliquez-vous que 95 % de notre sérotonine soient stockés dans notre intestin ?

Il est difficile de répondre parce que nous ne connaissons sûrement pas encore tout le processus.

La sérotonine assure en effet une fonction majeure sur la modulation du système nerveux entérique (intestinal) et, à travers cette action, influence la motilité (l’ensemble des mouvements spécifiques à un organe) intestinale et les sécrétions.

La sérotonine est déversée dans l’intestin, où elle peut affecter le comportement de la flore intestinale.

La sérotonine sécrétée est utilisée par les plaquettes, puis acheminée vers les autres organes, dont les os. Enfin, les cellules de l’intestin contenant de la sérotonine possèdent des connexions très étroites avec le nerf vague, qui transmet le signal à l’intestin.

Il est probable que cette activation du nerf vague par la sérotonine et le signalement aux centres de régulation du cerveau soient les plus importants, par lesquels un régime ou des microbes peuvent impacter la quantité de sérotonine produite puis libérée.

Par conséquent, la meilleure réponse à apporter à cette question serait que la majeure partie de la production de sérotonine et son stockage s’effectuent dans l’intestin, puisqu’elle a besoin de se trouver à proximité des aliments ingérés et de notre flore intestinale.

Quelle place tient la sérotonine dans les échanges intestins/cerveau ?

Comme évoqué précédemment, la sérotonine libérée par les cellules dans l’intestin agit sur les terminaisons du nerf vague, qui transmettent le signal directement aux zones autonomes et limbiques du cerveau.

Quels troubles peuvent survenir lors de l’altération du lien cerveau/intestin ?

Il existe aujourd’hui une liste de plus en plus longue de perturbations possiblement liées aux désordres du microbiote, parmi lesquelles la maladie de Parkinson, le syndrome de l’intestin irritable, les troubles du comportement alimentaire – tant l’obésité que l’anorexie –, l’autisme…

Comment le microbiote peut-il influer sur nos émotions ?

La preuve de l’existence de ce phénomène provient presque exclusivement d’études sur des animaux, et nous devons rester prudents afin de ne pas extrapoler trop rapidement ces expérimentations, réalisées sur des souris, à des troubles du comportement émotionnel chez les humains.

Je pense que nous avons publié la seule étude qui ait montré un impact du microbiote intestinal sur les systèmes cérébraux impliqués dans les émotions en réponse à l’ingestion de probiotiques.

Cependant, il est évident que le cerveau peut intervenir sur nos émotions, en déclenchant par exemple la sensation de bien-être après l’ingestion d’un bon repas ou celle de faim quand l’intestin est vide.

Ces sensations sont produites par les hormones, libérées par les cellules intestinales et qui rejoignent le cerveau via la circulation sanguine ou via le nerf vague.

Les cellules contenant ces hormones répondent aux signaux envoyés par certaines bactéries intestinales. Si l’on prend en considération le rôle essentiel des bactéries intestinales sur la production de sérotonine et l’activation du nerf vague, il est fort probable que certaines émotions, comme le bien-être et le mal-être, soient influencées par le microbiote intestinal.

Vous parlez dans votre ouvrage du langage microbien. Kézako ?

Il existe des preuves suffisantes pour affirmer que les microbes ont développé plusieurs mots du langage biologique universel, lesquels sont par ailleurs utilisés par nos systèmes endocrinien et nerveux.

Plusieurs de nos neurotransmetteurs humains ont des équivalents chez les substances microbiennes neuroactives.

Les micro-organismes – microbes, virus et champignons – sont les plus anciennes et les plus performantes des formes de vie présentes sur notre planète, et existaient déjà 4,5 milliards d’années avant l’apparition des premières espèces animales. On estime que les microbes ont 400 fois plus de gènes que les humains, ce qui leur confère une capacité exceptionnelle à créer de nouveaux « mots ». Plusieurs de ces gènes pourraient avoir été convertis en cellules intestinales ou neuronales spécialisées, permettant de ce fait à toutes ces cellules de produire des molécules de signalisation.

Quel rôle jouent les microbes dans la communication intestin/ cerveau ?

Les microbes intestinaux se situent à l’interface entre les signaux en provenance du cerveau via le système nerveux autonome, et entre les signaux qui reviennent au cerveau par les voies de communication déjà présentées précédemment.

Dans mon livre, j’ai utilisé comme exemple le fait que les microbes intestinaux peuvent écouter les conversations qui existent entre notre intestin et notre cerveau, et influencer ainsi la communication.

Site web du Dr Mayer :
http://emeranmayer.com
(site en anglais)

 

Pour aller plus loin

La connexion Cerveau Intestin

L’intestin au secours du cerveau

L’intestin, notre deuxième cerveau

Suggestions de livre

Autres articles de l'auteur

Santé
Dossier santé : Vivre le plus longtemps possible en bonne santé
Vivre le plus longtemps possible en bonne santé n’est plus un mythe mais bel et bien un objectif des plus atteignable.
Santé
L’argilothérapie, ou l’argile qui guérit
Dans toutes les civilisations, l’argile fut l’un des premiers remèdes naturels à de nombreuses affections
Santé
Connaissez-vous le régime Dopamine ?
Nous fabriquons tous de la dopamine...
Santé
À la découverte de la fermentation en cascade
avec Patrick Gardier de la société EnzymPro
Santé Bien-être Beauté
Le microbiote intestinal : un espoir pour soigner et prévenir les douleurs chroniques
Une nouvelle découverte majeure démontre un lien entre la composition des bactéries intestinales et les douleurs chroniques
Bien-être
À la découverte de la gynécologie émotionnelle
avec Maud Renard auteure

À la une sur le même thème

Santé
Mieux connaître le cerveau (en naturopathie)
La complexité du cerveau, grand maître dans la distribution de notre énergie corporelle homéostasique, est de plus en plus mise en lumière en recherche neurophysiologique.
Santé
Analyse logique sur la prise de poids
Chaque année au printemps, nous voyons fleurir les toutes dernières révélations de spécialistes nutritionnistes, diététiciens ou autres faiseurs de minceur, toujours plus efficaces pour faire maigrir le porte monnaie
Santé
Lavement au café vert, la clé d’une bonne santé
l’équilibre hépato-intestinal est primordial pour notre santé
Santé
L’alimentation anti-âge… Mythe ou réalité ?
Notre alimentation contribue bel et bien non seulement à notre santé, mais aussi à notre longévité.
Santé
Renforcer votre terrain pour soutenir votre immunité
Pour faire pousser de bons légumes, il faut un terrain riche et sain. La bonne santé est également une affaire de terrain !
Santé
Les concentrés fermentés en cascade et nos émotions
Dans le rythme et les contraintes de la vie moderne, les émotions peuvent devenir une source de stress, surtout quand on ne prend pas soin de les exprimer.

Autres articles

Actualités
Un cadeau écolo pour une Fête des Mères sous le signe de l’amour
Offrir un cadeau durable est mieux reçu qu'un cadeau non durable
Actus marques
Gamme Eclat de rose de Centifolia
Véritable source d’hydratation et d’éclat pour la peau
Actualités
La 1ere cure anti-age d’exception à boire !
Nourrir sa beauté de l'intérieur avec Regulatpro Hyaluron à l'acide hyaluronique végétalien. La jeunesse éternelle à portée de main...
Alimentation
Seniors : quelle alimentation pour bien vieillir ?
Notre espérance de vie s’est rallongée, mais comment se préserver des maladies qui frappent à mesure que l’on vieillit
Actus marques
Regulatessenz® bio
Regulatpro® Bio vous fait profiter des bénéfices de la FERMENTATION EN CASCADE
Actus marques
Regulatpro® Hyaluron. La quintessence de la beauté dans une bouteille
Alors que les crèmes n’agissent que sur les couches superficielles de la peau, Dr. Niedermaier Pharma met la beauté en bouteille avec Regulatpro® Hyaluron.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.