Home / Actualités / Les dépêches de Gooplanet

France : l’ADEME publie son étude sur une électricité 100 % verte

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a, depuis peu, dévoilé son scénario d’une France avec une électricité 100 % issue des énergies renouvelables, 7 mois après le report de la publication d’une version provisoire, malgré tout dévoilée dans la presse.

Le report de la publication, initialement prévue début 2015 – soit en plein débat parlementaire de la loi sur la transition énergétique –, avait suscité la polémique.

L’un des points de friction pendant les débats portait sur la trajectoire de réduction de la part du nucléaire (75 % aujourd’hui) dans le mix-électrique du pays et la montée en puissance des renouvelables (40 % du mix-électrique en 2030, selon la loi).

L’étude avait finalement été publiée par le site Mediapart en avril et les écologistes l’avaient mise en avant pour pousser le gouvernement à aller plus loin dans la loi.

L’ADEME s’était défendue de ce report, évoquant « des hypothèses à retravailler ».

Mais, dans la présentation de sa version finale, le président de l’ADEME, Bruno Lechevin, insiste très fortement sur le fait que cette étude n’est pas un « scénario politique » mais « une étude scientifique à caractère prospectif et exploratoire ».

Ce scenario de mix-électrique 100 % renouvelable en France en 2050 fait qu’« une hypothèse jusqu’ici impensable pour la majorité des acteurs en France devienne une hypothèse techniquement possible », estime-t-il toutefois. L’étude présente donc 14 variantes de mix-électrique, avec une part des énergies renouvelables qui oscille entre 40, 80, 95 et 100 % en fonction de critères d’appropriation sociétale, de coûts des énergies, d’accès au financement ou encore de maîtrise de la demande.

Dans son cas de référence à 100 %, l’étude répartit la consommation d’énergie entre 63 % d’éolien, 17 % de solaire, 13 % d’hydraulique et 7 % de géothermie et thermique renouvelables, comme dans sa version provisoire révélée en avril.

 

Costa Rica : toute proche de son objectif 100 % renouvelable

Au milieu du canyon du fleuve Reventazon, près de la côte Caraïbe du Costa Rica, la construction d’une gigantesque centrale hydroélectrique est sur le point de s’achever, rapprochant le pays de son objectif ambitieux : une énergie 100 % renouvelable.

Ce projet pharaonique est le 2e plus grand chantier d’infrastructure de l’isthme centraméricain, après celui de l’agrandissement du canal de Panama. Le complexe, situé en pleine jungle près de la ville de Siquirres, à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale, produira à terme 305,5 mégawatts d’électricité, assez pour fournir près de 525 000 familles, dans un pays qui compte environ 5 millions d’habitants.

Il s’agira alors de la plus grande centrale hydroélectrique d’Amérique centrale, permettant au Costa Rica d’être désormais tout proche de son but affiché depuis plusieurs décennies d’atteindre une production énergétique 100 % renouvelable. Une fois le chantier terminé, 99,4 % de la population sera fournie par le réseau d’énergie renouvelable.

 

Maroc : la chaîne de tri et de valorisation des déchets évolue

Au Maroc, des milliers de « récupérateurs informels » – petites mains de la lutte contre le réchauffement climatique – sillonnent les rues en tirant des charrettes chargées d’une montagne de bouteilles en plastique ou fouillent des décharges insalubres.

Ces chiffonniers – ou mikhala, un terme péjoratif en dialecte marocain – ont souvent mauvaise réputation, mais le succès d’une coopérative pourrait contribuer à changer leur image. Ce secteur informel peut en effet jouer un rôle non négligeable pour permettre au royaume de remplir ses ambitieux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), fixés à -13 % d’ici 2020. À leur modeste niveau, les mikhala trient et recyclent les déchets dans un pays où cette pratique n’existe pas dans les habitudes des consommateurs. C’est à la fois pour leur offrir des conditions de travail plus décentes et pour promouvoir un projet écologique qu’a été créée la coopérative Attawafoq de tri des déchets sur le site d’une décharge au sud de Rabat. Quatre ans après son ouverture en 2011, cette structure emploie près de 150 personnes. Elle a réalisé pour la première fois un bénéfice qui sera réparti entre les membres en fin d’année et utilisé pour augmenter son capital. Attawafoq est devenue un maillon important de la chaîne de tri et de valorisation des déchets au sein du Centre d’Enfouissement Technique (CET) d’Oum Azza, un site pionnier dans un pays qui compte 220 décharges sauvages. Seizeentres semblables à Attawafoq ont déjà été financés par le ministère de l’Environnement, en partenariat avec des communes, selon Loubna El Abed, une responsable ministérielle. L’objectif du Maroc, précise-t-elle, est d’éliminer toutes ses décharges sauvages d’ici 2020.

Autres articles de l'auteur

Actualités
CollectiBIO, un geste en plus, un déchet en moins
Nous le savons, le plastique est devenu un vrai fléau...
Actualités
BackToStore, un nouvel outil pour des achats plus malins
Pour aider les petits commerces et l’artisanat local...
Loisirs
Nouvelle application FairTrip 2.0, le guide de voyage réinventé
Découvrez des adresses exceptionnelles partout dans le monde, sélectionnées pour leur impact positif
Archives
C’est quoi le bonheur pour vous ? Le film de Julien Peron
Loin d'être une utopie, le bonheur est en effet une réalité tangible à la portée de tous.
Actualités
Les 300&bio, l’union de 300 laitiers passionnés
Les 300&bio n’est pas qu’une simple marque de yaourts bio.
Archives
Prenez votre santé en main, 12 conférences prévention-santé du Pr Henri Joyeux
En 2016, le Professeur Henri Joyeux, grand habitué des conférences, en donnait pour la première fois à Paris.

À la une sur le même thème

Actualités
Réchauffement climatique : 2018, année de tous les records en France
2018 aura été une année marquée par une prise de conscience des Français...
Actualités
Langouët, le village breton qui prépare l’après pétrole
À Langouët, 603 habitants, l’équipe municipale s’emploie depuis 20 ans à faire de l’écologie sociale une réalité...
Actualités
Des microplastiques jusque dans les entrailles des océans
Aucun écosystème marin n’est épargné par la pollution au plastique
Actualités
La transition agroécologique de l’agriculture selon Didier Guillaume
Pour mieux manger, la France doit compter sur la « transition agroécologique » de son agriculture conventionnelle
Actualités
Vous êtes fous de manger ça !
Quand je dis qu’il suffit de manger avec intelligence et bio 5 jours sur 7
Actualités
Soyez innovant, protégez la nature !
Le velcro est à l’image des graines de bardane qui s’accrochent aux vêtements.

Autres articles

Beauté
10 compléments alimentaires au top pour la beauté de la peau, des cheveux et des ongles
Les compléments alimentaires n’ont rien à envier à ceux présents dans le domaine de la santé et du bien-être.
Santé
Tout savoir sur les compléments alimentaires
Il est un fait indiscutable : rien ne remplace l’aliment et une bonne hygiène de vie
Santé Bien-être Beauté
Un nouveau regard sur les compléments alimentaires
Par Sophie Macheteau
Santé
Pour le meilleur… et le pire !
Les compléments alimentaires et les aliments ne font pas toujours bon ménage
Santé
Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
avec Didier Le Bail naturopathe, auteur
Santé
Aidons nos enfants à grandir naturellement avec une alimentation équilibrée et les bons compléments !
À notre tour aujourd’hui d’essayer de convaincre nos enfants de manger des légumes plutôt que des frites ou des hamburgers !

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.