Home / Habitat / Petit lexique de géobiologie… Les plantes dépolluantes

DÉFINITION

La notion de plantes dépolluantes est apparue dans les années 1980 avec les travaux de la NASA. L’agence spatiale avait identifié plus de 100 polluants présents à l’intérieur des cabines spatiales et cherchait une solution contre cette pollution. Des résultats probants ont été obtenus avec les plantes, mais il faut considérer que c’était en laboratoire et qu’il s’agissait de conditions très particulières, bien différentes de celles d’un habitat : concentrations très élevées de polluants, dans des enceintes totalement étanches et de petits volumes, sur de courtes durées.

En 2004, la Faculté de Pharmacie de Lille s’est associée à d’autres organismes, tels que le CSTB1 ou l’ADEME2, dans le cadre du programme Phytair3. Celui-ci s’est déroulé en 3 phases, de 2004 à 2011.

Les 2 premières ont semblé très prometteuses. Mais elles ont été réalisées en laboratoire et en conditions contrôlées, avec des contraintes de volume, d’aération et d’exposition très éloignées des conditions réelles. Dans ce cadre expérimental, elles ont confirmé la capacité des plantes à neutraliser certains polluants. Elles ont aussi fait apparaître que ces capacités diffèrent selon les plantes et le type de polluant, et que le substrat joue un rôle primordial grâce à certains micro-organismes vivant au niveau des racines. Ces études ont également révélé que les polluants ont un effet néfaste sur la physiologie des végétaux.

En 2010, la 3e phase, tout en se rapprochant des conditions réelles (vraies sources de polluants, conditions réalistes de ventilation et de configuration), s’est avérée décevante. Il en est ressorti que l’action épuratrice existe, mais elle n’est pas assez importante pour être significative dans les bâtiments. À la même période, un autre programme nommé Phyt’Office, et mené dans ses propres bureaux par la société Inddigo en conditions réelles, est arrivé aux mêmes conclusions.

MON CONSEIL BIEN-ÊTRE

Pour éliminer toutes les sortes de polluants (les COV – ou composés organiques volatils – dans leur globalité, mais aussi les particules et les biocontaminants) et avec une efficacité presque totale, rien ne remplace un système de filtration d’air bien réfléchi.

On trouve des matériaux (plaques de plâtre ou de gypse, carrelages…) et revêtements (peintures, plâtre…) absorbeurs et destructeurs de COV, qui fonctionnent par photocatalyse. Leur efficacité peut aller jusqu’à 70 %.

L’aération et la ventilation restent des valeurs sûres pour évacuer les polluants.

Et, bien entendu, comme toujours, la meilleure des actions porte sur le traitement des causes. Il est important d’éviter de produire des polluants : par son mode de vie (tabac, produits d’entretien, peintures, aérosols, bougies…), par le mauvais entretien des appareils à combustion, par l’humidité intérieure excessive, etc.

REMARQUE

Cela n’enlève en rien la capacité reconnue des plantes à transformer par photosynthèse le CO2 en oxygène au cours de la journée. Par contre, la nuit, elles respirent comme nous et produisent du CO2 en très faible quantité. Le bilan reste donc favorable sur 24 heures, ce qui est un argument pour la possession d’une plante. Idéalement, il conviendrait de mettre des plantes dans la chambre le jour et les enlever la nuit (attention, toutefois, au risque d’allergies aux moisissures).

1- Centre Scientifique et Technique du Bâtiment 2- Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie. 3- Le programme Phytair est un programme français de recherche portant sur la faisabilité de l’épuration de l’air à l’intérieur des bâtiments par des plantes.

Philippe Bouchaud – GCB Conseils
Expertises / Formations / Livres
www.geobiologie-pb.com
info@geobiologie-pb.com
06 15 21 18 74

Autres articles de l'auteur

Habitat
Petit lexique de géobiologie… L’accoutumance
Lorsque je mesure des valeurs sonores très élevées dans une chambre (à cause d’une forte circulation dans la rue, par exemple), la personne concernée me répond souvent « qu’elle avait été gênée au début par le bruit mais qu’avec le temps, elle ne l’entendait plus ».
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Le Professeur Yves Rocard
Lorsque je mesure des valeurs sonores très élevées dans une chambre (à cause d’une forte circulation dans la rue, par exemple), la personne concernée me répond souvent « qu’elle avait été gênée au début par le bruit mais qu’avec le temps, elle ne l’entendait plus ».
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Température ressentie
Définition. La température annoncée par votre thermomètre n’est qu’une indication de ce qu’il se passe dans la pièce où vous vous trouvez.
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Vous avez dit « biotique » ?
Biocompatible signifie « qui ne dégrade pas le milieu biologique dans lequel il/elle est employé-e ».
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Le wi-fi communautaire
Lorsque vous êtes hors de chez vous, il existe des solutions pour connecter votre ordinateur ou votre téléphone en wi-fi : en vous branchant sur un hotspot wi-fi (dénommé également borne wi-fi ou point d’accès wi-fi).
Habitat
Petit lexique de géobiologie… QAI : la Qualité de l’Air Intérieur
La QAI dépend des pollutions générées à l’intérieur des constructions, mais aussi provenant de l’extérieur.

À la une sur le même thème

Habitat
Plus que jamais, l’abeille a besoin d’être protégée ! Agissons maintenant !
L'Union Nationale de l'Apiculture Française et des centaines d'apiculteurs français se mobilisent une fois encore, avec un dispositif adapté au contexte sanitaire, dans près de 60 sites, en métropole, Outremer et à Monaco.  La thématique de cette nouvelle édition des APIdays® 2021 :  « Plus que jamais, l’abeille a besoin d’être protégée ! »
Habitat
Que peut apporter la purification de l’air par ionisation ?
Un air pur et une eau saine sont essentiels pour notre quotidien. Pourtant, en milieu urbain, il devient de plus en plus difficile d’en avoir sans recourir à différentes technologies.
Habitat
La maison en A, un projet de construction féminin et solidaire pour 40 000 €
Vous souhaitez construire en auto-construction une maison passive en bois avec un petit budget ?
Habitat
Place à RIVER CLEANUP WORLD en FRANCE et partout dans le monde !
OBJECTIF : Collecter le plastique avant qu’il pollue nos océans ! Tout a commencé en 2017 par un défi : ramasser des déchets des rivières pendant seulement dix minutes et conscientiser tout un chacun à la problématique. Hélas, ce sont 8 milliards de kilos de plastique qui sont déversés dans nos océans chaque année et […]
Habitat
Un billet pour l’autonomie : Transition énergétique, pourquoi pas l’autonomie ?
J’ai l’intime conviction que l’autonomie suit le même chemin que la thèse de Galilée : elle est ridiculisée avant de devenir une évidence.
Habitat
Mint Energie : quand électricité renouvelable rime avec tarifs bas et reboisement
Mint Energie a choisi de se positionner en tant qu’acteur majeur de cette transition en proposant une offre entièrement cohérente.

Autres articles

Loisirs
Dormir au vert – Un nouveau concept de slow-vacances qui fait du bien
Claude Carignant, qui a fondé Slowmoov en 2014, est l’un des précurseurs en France ayant imaginé et créé des villages aux hébergements insolites et respectueux de l’environnement.
Actualités
Le Petit Prince, ambassadeur de la planète, lance un podcast et se mobilise pour Surfrider Foundation Europe
Petit Prince, le célèbre petit héros d'Antoine de Saint Exupéry - ambassadeur avant-gardiste pour protection de notre planète - lance un podcast sur les vertus de l'écologie positive et se mobilise aux côtés de Surfrider pour sensibiliser petits et grands à la préservation des océans.
Actus chez vous
Nouveau site de GAYRAL REYNIER
GAYRAL REYNIER Producteur, distillateur, liquoriste, seve de bouleau…
Actualités
Le Fonds pour l’Arbre veut fédérer face à l’urgence de protéger et reconstituer les haies en France
Le Fonds pour l’Arbre veut fédérer face à l’urgence de protéger et reconstituer les haies en France en démultipliant la capacité de soutien des projets locaux en faveur de l’arbre.
Actus chez vous
WHAT’S FOR DINNER : Ateliers de cuisine bio !
En 2000, Amandine Geers et Olivier Degorce créent WHAT'S FOR DINNER, une structure associative engagée et pluridisciplinaire ayant pour objet l'information, la rencontre et l'échange autour des questions d'alimentation et d'écologie.
Actus chez vous
La Parenthèse Végétale : Un espace dédié à la cuisine bio végétale
Une super bonne nouvelle : Melle PIGUT crée un atelier entièrement dédié à la cuisine bio et végétalienne à Paris !

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.