S'inscrire à la newsletter

Bain de bouche concentrée haleine fraîche et protection gencives sensibles

Parce que la bouche et les dents méritent, elles aussi, le meilleur de la nature, CENTIFOLIA lance un bain de bouche à l’extrait de Menthe verte BIO. Il complète l’action du dentifrice pour assurer une protection parfaite des dents et des gencives. Sans alcool, il apaise et prend soin des gencives sensibles tout en éliminant les impuretés responsables de la mauvaise haleine. Il procure une haleine fraîche immédiate et est efficace contre la plaque dentaire.

LA FORMULE BOTANIQUE SURDOUÉE

Poudre d’Aloe Vera bio Hydratante

Xylitol Produit un effet rafraîchissant en bouche. Il prévient l’apparition des caries, aide à prévenir la plaque dentaire et freine la prolifération des bactéries les plus nocives.

Menthe verte bio Rafraîchit l’haleine

Menthol bio Rafraîchissant

 

LE RITUEL D’HYGIÈNE BUCCALE

Formule concentrée à diluer : après le brossage des dents, verser 10 ml de bain de bouche dans le gobelet doseur puis compléter avec de l’eau jusqu’à 20 ml. Rincer la bouche pendant 30 secondes, puis recracher.

Formule concentrée pure : pour une action plus intense et renforcée, il est possible de l’utiliser pur sans dilution. Ne pas avaler. À utiliser en bain de bouche et/ou gargarisme. Enfants à partir de 6 ans. Convient aux femmes enceintes.

 

EFFICACITÉ PROUVÉE
Une excellente acceptabilité cosmétique, avec 100 % d’opinions favorables (1)

  • Mon haleine est fraîche immédiatement : 100%
  • Mes dents et mes gencives sont protégées : 100%
  • Le produit apaise mes gencives sensibles : 100%
  • Le bain de bouche est efficace contre la plaque dentaire : 100%
  • Le goût est agréable : 100%

(1) Test d’usage réalisé pendant 21 jours auprès de 21 volontaires (auto-évaluation).

Le retour de la goëlette Tara !

Les 15 et 16 octobre avait lieu le retour de la goëlette Tara à Lorient.

Partie depuis presque un an, la goëlette Tara a sillonné l’océan Atlantique Sud dans le cadre de la mission Microbiome. Une mission ayant pour but d’étudier le microbiome, c’est-à-dire l’ensemble des micro-organismes planctoniques (zooplancton et phytoplancton, algues, virus, bactéries…) qui peuplent le milieu marin.

Les 3 grandes étapes clés de cette mission sont à découvrir sans attendre sur le site Phare d’Eckmühl !

Booster son immunité avec les trésors de Mère Nature

Avec la baisse de luminosité, la baisse de vitalité ?

Dès le début de ce mois de novembre, nous avons « gagné » une heure de sommeil. Ce décalage horaire, qui nous a offert une petite grasse matinée, ne nous a en réalité pas fait gagner une minute de soleil en plus, et il faut se rendre à l’évidence : notre meilleur pourvoyeur de vitamine D et de Vie (le soleil) commence à faire défaut.

S’il y a bien une chose intéressante qui est ressorti de la crise sanitaire de ces deux dernières années, c’est que notre immunité naturelle, c’est-à-dire la capacité qu’à notre corps à se défendre tout seul, est essentielle pour faire face aux virus, et surtout, qu’elle peut varier d’une personne à l’autre.

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout. »

C’est cette notion de terrain qui explique que certaines personnes font des formes asymptomatiques ou bénignes lors d’infections, tandis que d’autres ont des réactions bien plus graves. Le terrain, c’est l’état général de notre organisme, qui va faire que le même virus va être soit totalement inoffensif, soit extrêmement agressif. Malheureusement, le mode de vie occidental (nourriture industrielle, stress, manque de sommeil, et peurs) a une fâcheuse tendance à dégrader ce précieux Terrain…

Mais Mère Nature est merveilleuse, et elle nous offre des solutions pour préparer notre immunité au début de la saison froide.

 

Les Trésors de Mère Nature

Voici donc une liste non-exhaustive des plantes/compléments alimentaires spécifiques pour stimuler au mieux votre immunité :

La propolis, l’antibiotique naturel fabriqué par les abeilles pour protéger la ruche !

L’échinacée, qui est l’une des rares plantes reconnues à la fois par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence européenne du médicament (EFSA). Elle soutient votre système immunitaire et a également une action sur vos poumons et les maux de gorge.

Le thym : C’est la plante locale de référence pour booster l’immunité.

Le sureau noir, qui permet de réduire les symptômes de la grippe et de nombreuses infections virales.

Les champignons : Le Shiitaké, le Reishi et l’Erysimum renforcent les lymphocytes NK (Natural killer) qui attaquent toutes les cellules infectées, et coordonnent l’activité d’autres types de globules blancs.

Le cumin noir (également appelé Nigelle) : cette petite graine engendre un large spectre d’action dans la fortification du système immunitaire.

Et ça tombe bien, car la plupart de ces remèdes sont regroupés dans nos spécialités Immuno4, gélules et spray, qui contiennent également une dilution homéopathique d’Anna Barbariae (ingrédient essentiel du fameux Oscillo-coccinum).

Immuno4 gélules : Renforcez votre système immunitaire tout au long de l’hiver en prenant une gélule par semaine. En cas d’infection, vous pouvez prendre 1 à 3 gélules par jour jusqu’à amélioration.

Immuno4 spray : Contribue à la résistance de l’organisme, à l’hygiène de la bouche et à la protection de la voix. Il soulage rapidement les maux de gorge. Conseil d’utilisation : Deux pulvérisation deux fois par jour (adulte et enfants à partir de 6 ans)

 

Qui dit vitamine D, dit immunité

La vitamine D a bien été sur le devant de la scène durant la période COVID, tant sa carence est délétère pour notre immunité. Cette vitamine D est naturellement synthétisée par le corps lorsque l’on s’expose régulièrement au soleil entre les mois de mai et d’octobre, ce qui est normalement suffisant pour faire le plein pour l’année. Toutefois, les confinements successifs, le télétravail et les heures passées devant un ordinateur au bureau, entravent considérablement la réalisation de ce « plein » vital de soleil.

Il devient donc indispensable pour une grande partie de la population de se supplémenter en vitamine D dès le mois de novembre. Un dosage (par bilan sanguin) peut être intéressant pour voir où vous en êtes, mais en général la dose de 1000 UI par jour devrait vous aider à passer l’hiver tranquillement. Pour une bonne assimilation, nous vous recommandons de la consommer le soir, avec du magnésium (une gélule de Z-stress par exemple).

Merveilleuse huile essentielle de Citron (Citrus Limon) :

L’huile essentielle de citron à l’odeur des bonbons citronnés de notre enfance et active ce côté pétillant et joyeux de l’enfant intérieur. Mais ce n’est pas tout, cette huile est essentiellement composée (entre 57 et 70%) de d-limonene, une molécule qui stimule limmunité, protège des douleurs et lutte contre le stress et l’anxiété. Elle contient également de l’y-terpinene (anti-viral). Cette huile essentielle est également reconnue pour ses vertus protectrices du foie… Bref, c’est une panacée en cette période propice aux premières infections. Vous pouvez la diffuser, l’inhaler directement après l’avoir déposé sur un mouchoir, ou la consommer (2 gouttes sur un comprimé neutre ou diluées dans un peu de miel). C’est bien pour cela qu’on l’a ajouté à notre recette du mois (spécial goûter!) !

Nous vous souhaitons un doux mois de novembre à tous !

SALON BIEN-ÊTRE & HABITAT SAIN LES 15 & 16 AVRIL 2023 à CRUSEILLES (74)

60 exposants, répartis en différents secteurs : thérapeutes, producteurs, auteurs, artisans… Démonstration et conférences  durant deux jours en continu pour trouver des clés pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête.

Conférences et ateliers en continu – restauration (traditionnelle et végétarienne) sur place – bar à jus – boisson ayurvédique – crêpes sucrées et salées – Salon tout public

Contact: Lisa Marie   06 37 68 82 24 ou 09 52 86 25 98 – contact@therapeutes-zen.com

https://therapeutes-zen.com/exposants-salons-bien-etre/

Comment un tissu peut-il agir sur votre santé ?

Quand nature, science et technologie sont réunies au cœur d’un textile pour vous offrir une expérience de bien-être incroyable !

Notre objectif n’est pas de cibler une pathologie mais d’amener une information générale à l’eau du corps pour rééquilibrer l’énergie vitale.
Notre tissu actif minéral est révolutionnaire et innovant dans la gestion de la douleur grâce à son action bénéfique sur les molécules d’eau de votre corps (70 % de votre poids cellulaire). Innovant par l’action de ses minéraux sur le corps, il procure un soin actif naturel qui stimule le corps à se régénérer et donc à guérir…
 

CONCOURS D’AUTOMNE NORIA

10 lots de cosmétiques naturelles à gagner !

Envie de cosmétiques naturelles et d’une nouvelle routine bien être? Alors n’hésitez pas à participer et ainsi gagner, une sélection de 4 produits issus des marques @Noria_fr, à savoir : @solarayfrance, @kalvitaminesfr, Bioveillance et HDNC ?

Une vitamine liquide et au bon gout de myrtille, idéal pour être en forme cet hiver : La vitamine D3 liquide de @kalvitaminesfr

– L’Acidophilus Plus vegan de @solarayfrance
– La formule équilibre féminin de HDNC, notre marque de nutri-cosmétiques fabriquée en France
– Désir des îles en format voyage roll-on, l’eau de parfum qui vous accompagne partout de Bioveillance

Pour cela rien de plus simple rendez-vous sur la page instagram @noria_fr pour participer au concours

Le Grand Gagnant sera annoncé le Lundi 14 novembre sur notre page Instagram, restez à l’affût !

Bilan 2022 de l’autonomie énergétique – le billet de www.toitot.com

Depuis plus de  10 ans, nous vous rassurons sur les solutions d’autonomie énergétique qui fonctionnent, et qui vous rendent indépendants des réseaux publics. Avec la crise sanitaire et les prédictions alarmistes des gens d’en haut, l’autonomie énergétique et notamment électrique, a le vent en poupe. Pour autant, c’est la peur et la précipitation qui semblent guider vos pas et non une réalité consciente. Alors, pour ne pas faire n’importe quoi sous l’effet de la peur, une mise au point s’impose !

Enfin !…

Ca y est, vous commencez à toucher du doigt ce que signifie l’autonomie énergétique, et toutes les portes qu’elle ouvre. L’actualité vous aide à cela. Cependant, peu d’entre vous sont encore réellement prêt à passer au 100% autonomie électrique. La résilience fait peur !… Mais de quelle résilience parlons nous ? On ne vous parle pas de vous éclairer à la bougie ni de faire votre lessive à la main, mais simplement de débrancher définitivement votre jaccuzzi électrique et votre sèche linge. Vous voyez la nuance ? Autrement dit, que préférez-vous : ne plus avoir de sèche linge, ou ne plus avoir d’électricité du tout ?!

L’indépendance énergétique, ce n’est pas une mode !

Avec le boum des énergies renouvelables, on voit fleurir de partout des installateurs ou des boutiques en ligne de kit autonome. Très bien, sauf que sur le net, on trouve de tout, et surtout de n’importe quoi. Bon prix ne rime pas avec éthique et qualité ! 

Mais que cherchez-vous en réalité ? A faire comme le voisin qui a mis 4 panneaux solaire chinois subventionnés pour se faire croire qu’il est écologique ? La mode, c’est toujours du court terme, donc jetable. La réalité de l’autonomie, c’est tout le contraire ! Restons concentrés sur l’objectif d’une éthique viable. Nos enfants nous remercierons.

L’autonomie, c’est notre amie pour la vie !

Aujourd’hui, un bon panneau photovoltaïque ça dure plus de 100 ans, et les batteries Nickel-Fer aussi. Autrement dit, en faisant les bons choix, votre installation vous accompagnera toute votre vie, celle de vos enfants, et sera recyclable à la fin… ! Oui, il y a un surcout de 30% par rapport au low cost, mais il faut savoir ce qu’on veut ! C’est dans nos actes qu’on sauve la planète, pas derrière un écran…

A la pêche aux infos

Dans tout ce fracas médiatique, comment faire le bon choix ? Tout simplement en ne prenant  pas pour argent comptant le discours d’un youtubeur, même (ou surtout) s’il a pignon sur rue ! Allez fouiner, croiser, recouper, comparer l’information. Qui cherche trouve ! Arrêtez avec le « On m’a dit que… ». Soyez perspicaces et vous trouverez votre vérité.

La mouche…

Serez-vous cette mouche qui passera son temps à se cogner dans la vitre fermée alors que celle d’à coté est ouverte ? 

Où agirez-vous en humain responsable, conscient que la résilience n’est pas péjorative mais plutôt salvatrice ?

L’avenir nous le dira.

 

À lire également :

La chanvritude ; n’attendons pas demain !

Une solution clé en main pour un potager bio et autonome

Un bon ensoleillement : la base d’une construction bioclimatique

Virus et système immunitaire

Qu’est-ce qui fait qu’une personne tombe malade tandis qu’une autre résiste aux virus ? Le système immunitaire, bien sûr ! Si de nombreux facteurs influent sur la qualité de notre réponse immunitaire – sommeil, stress, activité physique, alimentation… -, certaines solutions naturelles permettent de renforcer nos défenses avant l’hiver. Zoom sur les mesures les plus efficaces !

Tout d’abord, qu’est-ce que le système immunitaire ? C’est notre système de défense face à toutes les agressions extérieures : virus, bactéries, champignons… Ce mécanisme complexe, mettant en œuvre de nombreux organes, travaille sans relâche pour nous éviter de tomber malade. Un système immunitaire qui fonctionne de façon optimale permet à l’organisme de lutter efficacement contre les affections hivernales.

Le SARS-CoV-2 est venu récemment se rajouter aux virus déjà connus, avec son lot de nouvelles questions. En attendant, il est tout à fait possible d’améliorer son terrain immunitaire et de se protéger avec bon sens et positivisme !

Qu’est-ce qui fait qu’une personne tombe malade tandis qu’une autre résiste aux virus ? Le système immunitaire, bien sûr ! Si de nombreux facteurs influent sur la qualité de notre réponse immunitaire – sommeil, stress, activité physique, alimentation… -, certaines solutions naturelles permettent de renforcer nos défenses avant l’hiver. Zoom sur les mesures les plus efficaces !

Tout d’abord, qu’est-ce que le système immunitaire ? C’est notre système de défense face à toutes les agressions extérieures : virus, bactéries, champignons… Ce mécanisme complexe, mettant en œuvre de nombreux organes, travaille sans relâche pour nous éviter de tomber malade. Un système immunitaire qui fonctionne de façon optimale permet à l’organisme de lutter efficacement contre les affections hivernales.

Le SARS-CoV-2 est venu récemment se rajouter aux virus déjà connus, avec son lot de nouvelles questions. Le temps de la recherche est, malheureusement, long. En attendant, il est tout à fait possible d’améliorer son terrain immunitaire et de se protéger avec bon sens et positivisme !

 

Une bonne hygiène de vie…

Nous savons aujourd’hui qu’un bon système immunitaire est étroitement liée à une bonne hygiène de vie. Nous pouvons donc agir en respectant nos besoins en matière de repos. Le sommeil doit être réparateur, avec un état de bien-être au lever. L’important est donc d’écouter son corps lorsque la fatigue se fait sentir et de dormir suffisamment (entre 6 et 10 heures par nuit, selon les personnes).

En plus de favoriser une bonne santé globale, l’exercice physique aurait aussi un effet direct sur l’immunité. En améliorant la circulation sanguine, il permettrait aux diverses substances du système immunitaire de circuler plus facilement dans le corps. Enfin, une alimentation non carencée est primordiale pour soutenir le système immunitaire. Il est donc particulièrement important de veiller à consommer, chaque jour, des portions suffisantes de fruits et de légumes, de protéines et de « bons gras ».

Des nutriments essentiels

Aux côtés d’une bonne hygiène de vie, des solutions naturelles existent bel et bien pour booster l’immunité dans un contexte pré-hivernal. Car si l’organisme peut stocker du gras, il ne peut en revanche conserver les micronutriments.  Les “compteurs” sont donc remis à zéro tous les jours ! Pour prévenir les carences, veillez à faire le plein de nutriments tels que : 

1. Les vitamines

Les vitamines sont des substances organiques Elles ne peuvent pas être fabriquées directement par notre corps, il faut donc lui en fournir au quotidien. Un apport adéquat en vitamines – notamment C et D – préserve et potentialise notre immunité.

Vitamine C

Antioxydant puissant, elle aide à la formation des cellules immunitaires et accélère leur mobilité. La vitamine C est capable de renforcer la production et le renouvellement des anticorps.

Où la trouver ?

En consommant des fruits frais et surtout des agrumes, fruits rouges, kiwis. Les légumes frais, notamment les légumes verts (épinards, cresson, persil), les choux, en contiennent aussi. Leur concentration en vitamine C peut varier. Par exemple : la cerise des Antilles, aussi appelée acérola, est 20 fois plus concentrée en vitamine C que l’orange ou le citron. 

Et si l’on ne consomme pas assez de fruits et légumes frais ?

On choisira un complément alimentaire riche en vitamine C, tel que l’Acérola. La vitamine C d’origine naturelle contenue dans l’acérola, est mieux reconnue et mieux assimilée que la vitamine C de synthèse.

Vitamine D

Elle n’est pas véritablement une vitamine mais plutôt une pro-hormone. On a récemment démontré le rôle clé de la vitamine D dans la régulation de l’immunité. L’apport de vitamine D réduit le risque d’infection respiratoire aiguë de 70% chez les patients carencés.

Où la trouver ?

La vitamine D est produite par la peau sous l’action des rayons ultraviolets B du soleil. Même si l’organisme peut la puiser en petite quantité dans certains aliments (poissons gras, jaunes d’œufs, abats…), l’apport principal en vitamine D se fait par synthèse cutanée.

Certains facteurs perturbent cependant cette production : faible ensoleillement hivernal, pollution atmosphérique, recours aux crèmes solaires, pigmentation de la peau.

Comment faire en hiver ?

Sous nos latitudes, la synthèse cutanée n’est efficace que sur une période qui s’étend de juin à octobre. Selon un rapport de l’Académie de Médecine Française, près de 80% de la population occidentale manque ainsi de vitamine D en hiver. Autant prévenir la carence avec une supplémentation en vitamine D d’origine végétale ! LAnses rappelle l’importance d’un apport suffisant en vitamine D en cette période ; en effet, une insuffisance prolongée  entraine une immunité affaiblie. 

 

2. Les oligo-éléments

Enfin, on n’oubliera pas les oligo-éléments, minéraux présents en très petites quantités dans notre corps et indispensables au bon fonctionnement de celui-ci. Le zinc, le fer (contenu dans la spiruline) et le sélénium, notamment, participent à de nombreuses fonctions dont celle de stimuler le système immunitaire.

 

3. Les super-aliments

Dans les pays industrialisés, l’accès à la nourriture est abondant. Néanmoins certaines carences en nutriments spécifiques sont assez répandues. En cas de carence, ces nutriments peuvent être apportés à l’organisme par certains compléments alimentaires ou super-aliments.

Les plus efficaces sont la spiruline et le moringa qui concentrent de nombreux nutriments essentiels. Ces compléments reconnus donnent un coup de fouet aux organismes en manque de vitalité, surtout lorsqu’il sont associés comme dans la Spiruline/Moringa.

D’autres compléments méritent également votre attention pour renforcer l’organisme et faire face aux agressions :

  • Lherbe de blé, qui apporte des vitamines A, B, C et E, de la chlorophylle, des minéraux et acides aminés (dont les 9 essentiels),
  • l’ashwagandha, plante adaptogène qui agit de façon globale en boostant l’énergie vitale et en réduisant les effets néfastes du stress sur l’organisme.

 

 

Les indispensables “gestes barrières”

Face aux infections virales, il existe des gestes tout simples capables de nous protéger et de protéger notre entourage. Ces “gestes barrières” s’inscrivent dans un ensemble de mesures de prévention susceptibles de limiter la propagation de certaines maladies.

Le nettoyage des mains est une mesure encore sous-estimée contre la transmission des virus. Or nous portons nos mains au visage plusieurs centaines de fois par jour ; et la bouche, le nez et les yeux sont des points d’entrées pour la contamination !  Se laver les mains régulièrement permet donc d’éviter au maximum la transmission manuportée.

Enfin, le port du masque complète ces mesures de distanciation physique et d’hygiène.

Cure détox : et si vous abordiez l’hiver sereinement ?

La cure détox d’automne permet de nettoyer et de revitaliser nos émonctoires (organes impliqués dans les processus d’élimination des toxines et toxiques) pour renforcer le système immunitaire et le système digestif.

La luminosité diminue, l’envie de dormir plus longtemps et de moins bouger s’installe. Ajoutons à cela les microbes qui commencent à proliférer, les températures qui diminuent, et la compensation par une alimentation plus riche. Notre métabolisme passe, progressivement, au ralenti. Il est nécessaire de lui donner un coup de pouce.

 

 

Dans le cadre d’une cure détox, le Bol d’air :

  • Contribue à réduire les douleurs et la fatigue
  • Favorise le bien-être mental : moins de stress et d’anxiété
  • Optimise l’élimination : action favorable sur le métabolisme des graisses
  • Aide au bon fonctionnement de la sphère respiratoire?

 

Envie de tester la méthode, de prendre un rendez-vous ? Cliquez sur le lien suivant

INFOS CHEZ HOLISTE

« Le contraste entre le calme avec lequel nous continuons à vivre tranquillement et ce qui nous arrive est vertigineux. » Bruno Latour (philosophe)

Il paraît que, dans les premiers temps, les humains respectaient la nature. Il en est même qui demandaient pardon à leur gibier avant de le croquer. D’autre parlaient aux arbres et au soleil, c’était selon. En échange, la nature les nourrissait comme elle pouvait. Vous connaissez la suite. Vous avez tout gagné. La nature s’est offerte et vous l’avez dévorée. Il est même des endroits où vous attaquez l’os ! Et vous voilà aujourd’hui tour à tour soumis ou révoltés, consommateurs ou militants. Nous en sommes presque tous là. Il en est même qui ont le légume bio, mais le café en capsule. Vous apprenez le nouveau monde, mais l’ancien a la peau dure. Mais je sais que c’est la bio qui va gagner. C’est forcé, c’est toujours le nouveau monde qui gagne ! Et tant pis pour les amateurs de capsules en aluminium.

L’écologie n’est pas une doctrine partisane. L’écologie est un art de vivre. Je sais que je ne suis qu’une vieille chouette ignorante, mais je vais tout de même te donner mon avis. Le bonheur est une course de fond. L’écologie aussi. Dans ce monde où tout va vite, où il faut être le premier, le meilleur et tout ça, prends ton temps. Laisse-les courir et regarde autour de toi, et, tu verras, il y a plein de jolies choses. Fais-toi du bien et fais-toi pote avec ton voisin.

Et tu es là, ami lecteur, à vouloir du mieux plutôt que du plus. Et puisque tu me lis, je sais que tu vis plus « propre » que la plupart des autres.

Depuis tout ce temps que je m’égosille du fond de ma forêt, tu m’as toujours renvoyé de la bienveillance. Eh bien, tu sais… tu me fais du bien ! C’est dit ! Et tant pis pour les chafouins qui vont me traiter de démago.

Je suis un magazine indépendant et je dis ce que je veux.

Naturellement vôtre,

La Chouette

Le bout du tunnel

Il y a des années, avec mon premier voilier – de 9,33 m de long – nommé Alpha, le mât de 10 m allongé sur le pont, moi-même enceinte de 7 mois de ma première fille, j’ai vécu un passage qui a marqué profondément mon esprit.

Partie du nord des Pays-Bas, après avoir traversé, par canaux et rivières, la Belgique et le nord de la France jusqu’à Paris, le canal de Bourgogne, construit en 1825/1832, long de 242 km, nous permettait d’accéder au Rhône, qui nous conduirait en Méditerranée, puis autour du monde.

Ce tunnel de 3,333 km de long, inclus dans un bief de 5 km, était un vrai cauchemar. Sachez que, longtemps, les petites péniches mettaient 10 heures à le parcourir. Puis un remorquage a réduit ce temps à deux heures.

Les difficultés sont un plafond très bas, que je pouvais toucher en levant les bras, une profondeur très faible, telle que la quille du bateau devait rester très au milieu du canal pour ne pas s’enliser sur les côtés, un canal très étroit et de plus sans aucun éclairage.

Ma claustrophobie, ajoutée à la difficulté à maintenir le bateau exactement au bon endroit, dans le noir, et à ma sensibilité liée à la grossesse, l’absence totale de projecteur sur notre bateau qui ne possédait qu’une très petite lampe à pétrole m’obligèrent à me concentrer de toutes mes forces sur un minuscule petit point blanc, qui finit par apparaître après une bonne demi-heure d’angoisses.

Car, au début, nous ne voyions que du noir, cerné de risques d’enlisement. Il faut y ajouter l’absence totale de téléphone ! Aucun moyen pour appeler au secours, et une rare circulation sur ce canal à cette époque.

Avec notre petit moteur, allié aux risques encourus, il nous fallut près de 2 heures pour parcourir les 3 kilomètres.

Cette image est restée gravée à jamais dans ma mémoire. Quand on me parle de bout du tunnel, cela résonne très fort en moi.

Or, en ce moment, nous sommes dans un tunnel. Nous sommes en train de deviner la très petite lumière blanche, tout au bout.

Beaucoup d’entre nous ne la voient pas encore. C’est que leur bateau est parti un peu après le nôtre. Ils nous suivent.

Se maintenir exactement au milieu du canal demande une extrême vigilance de tous les instants. Mais tous avancent inéluctablement vers la sortie, vers la lumière, et chacun de nous possède une longue amarre, prête à être lancée au suivant, s’il se trouve en difficulté.

Nous ne laisserons personne enlisé sur un bord du canal.

Et lorsque nous en serons tous sortis, nous pourrons tous nous serrer dans les bras pour une immense fête, comme nous savons le faire pour Noël, pour partager notre joie en n’oubliant personne ! Car le vrai partage est ce moment de mystère où, par tradition, on reçoit un cadeau venu du ciel, anonyme.

Celui qui donne ne se montre pas, celui qui reçoit remercie tous les humains qui l’entourent. Ceux qui n’ont pas les moyens d’offrir ne sont pas humiliés. Et leur coeur est aussi remercié.

Si cette manière de donner et de recevoir a disparu dans certaines contrées où les enfants et les adultes font leurs commandes et doivent remercier chaque donateur, il existe encore des milliards d’êtres humains qui ont gardé le sens du présent anonyme, celui qui fait du bien à tous !

Voilà exactement la meilleure fin d’année que je nous souhaite à tous, avec l’écolomag.

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Page Facebook Méthode France Guillain
+ Appli

 

À lire : 

Nos chers pieds

 

Prenez le pouvoir !

Nous passons un tiers de notre vie assoupis ! Mais pour quoi faire ?

Dormir est une fonction vitale, essentielle pour rester en vie. Ne rien faire, c’est indispensable ? Eh bien, oui ! C’est plutôt agréable à entendre, même si ce n’est qu’en apparence, car de nombreux phénomènes se produisent lorsque nous dormons…

Ne dit-on pas que le sommeil permet de recharger les batteries ?

De nombreux mécanismes complexes sont à l’oeuvre : création de la mémoire, apprentissage, immunité, repos du corps…

Les enjeux du sommeil sont très importants et les troubles associés vont avec la diminution régulière du temps que nous y consacrons : 1 h 30 en moyenne de moins qu’il y a 50 ans. Dormir n’est pas une perte de temps, même si un rêve serait de pouvoir concentrer les différents cycles du sommeil pour dégager du temps à être toujours plus actifs… Une durée idéale de 7 h à 8 h est généralement admise, mais l’essentiel est de pouvoir dormir de façon équilibrée.

Vive la sieste après une soirée prolongée ou lors d’une journée de repos ! Il faut savoir écouter son corps qui réclame du repos pour lui et pour la « tête »… Amusant lorsque l’on définit le sommeil par une baisse de l’état de conscience qui sépare deux périodes d’éveil. Voilà que la force de l’éveil est battue en brèche par le besoin de perte de vigilance et de diminution du tonus musculaire…

Dormir, c’est « tendance ». En fait, ce qui est tendance, c’est surtout d’être en bonne santé, d’écouter son corps et donc de consacrer du temps à cette activité indispensable : micro-siestes, salles de repos… La liste est longue et se reposer commence à être perçu comme une force et non de la fainéantise.

La recherche d’un sommeil de qualité devient tendance. En plus, cela développe l’activité cérébrale. De là à imaginer des compétitions de sommeil… Et pourquoi pas ! En attendant… À vos oreillers… Prêts ? Prenez le pouvoir de l’intérieur : dormez !

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Groupe Laboratoire
Science et Nature

Conseils et vente à domicile www.body-nature.fr

 

Cosmétique naturelle des marais salants Produits écologiques et biologiques disponibles sur l’e-shop et en magasins bio www.guerande-cosmetics.com Cosmétiques bio en distribution spécialisée et e-commerce www.centifoliabio.fr

 

Consom’acteur : être solidaire, cohérent et en phase avec ses convictions !

Profitons des fêtes de fin d’année, propices à la générosité, pour porter la solidarité et soutenir les paysannes et paysans français et du monde entier ! Pour cela, partons à la recherche du label repère de la bio équitable et responsable BIOPARTENAIRE® en magasin bio :

Une consommation solidaire, équitable et responsable pour les fêtes ?

Bien que la période des fêtes soit synonyme de partage, elle reste une période importante de consumérisme. « Plaisir d’offrir, joie de recevoir » s’adresse aussi à ceux qui se trouvent derrière les produits que nous achetons !

Quel est le réel prix de cette consommation festive ? N’est-ce pas le bon moment pour se tourner vers une consommation plus solidaire et responsable ?

Le commerce équitable participe à une chaîne de solidarité humaine ! En défendant des conditions de travail et des revenus justes pour les paysannes et paysans, il permet à des milliers de personnes et leurs familles de vivre dignement et de travailler dans des conditions décentes. Il intègre aussi un vrai combat pour la planète.

Les fondamentaux du label BIOPARTENAIRE ® depuis plus de 20 ans ? Respecter les valeurs de la bio, dans une démarche durable et dans un esprit collectif de préservation de la Terre, des femmes et des hommes !

Qu’apporte le label BIOPARTENAIRE® aux paysannes et paysans ?

« Pour moi, quelque chose a changé : je gagne de l’argent que je n’ai jamais eu avant et je développe mon activité. J’ai pu construire ma maison, par exemple. J’ai acheté une vache et je l’ai mise à la maison. Cela a de la valeur pour moi et pour mes enfants, car ils dorment le ventre plein. Ils peuvent se faire soigner car la mutuelle est payée d’avance. »

Valéria Mulangéréo – Productrice d’ananas au Rwanda, engagée en BIOPARTENAIRE®

 

« L’impact, pour moi, c’est une garantie supplémentaire du bio et cela donne une valeur de plus à mon produit. Le bio, c’est le respect de la Terre, BIOPARTENAIRE® c’est le respect des hommes. »

Robert Laurent – Paysan membre du groupement Produire bio ensemble, engagé en BIOPARTENAIRE®

 

Un produit labellisé : quelles garanties ?

Dans vos magasins bio, plus de 1 000 produits équitables de qualité arborent fièrement le label BIOPARTENAIRE® dans des rayons variés : des chocolats aux fruits secs, en passant par les cosmétiques, biscuits, pains, épices, infusions, produits laitiers, boissons, huiles… Les fêtes de fin d’année sont le moment propice pour soutenir ces produits engagés, qui garantissent :

• La juste rémunération et de meilleures conditions de vie des paysannes et paysans français et internationaux. BIOPARTENAIRE® apporte une sécurité financière grâce à des contrats qui garantissent des prix et des volumes sur plusieurs années.

• La mise en place de projets de développement agricoles et sociaux selon les besoins collectifs des paysannes et paysans, à partir du fonds de développement* : accès à l’éducation, aux soins, au numérique, inclusion des femmes dans les activités économiques et prises de décision, achat de matériel…

• Les démarches responsables : les conditions de travail respectent des exigences économiques (emplois pérennes…), sociales (travail des enfants, nondiscrimination…), sanitaires et de sécurité (équipements de protection…). Chaque partenaire est également exigeant en matière d’écologie : maintien de la biodiversité, préservation de la ressource en eau…

• Le label est réservé aux produits des marques vendues exclusivement en magasins spécialisés bio. En cohérence avec les valeurs du label, vous ne retrouverez pas BIOPARTENAIRE® en grandes surfaces !

• Un label associatif. Pas d’objectif financier, uniquement la volonté d’un commerce plus équitable pour toutes et tous, à commencer par les paysannes et paysans !

Derrière chaque produit labellisé, il y a des Biopartenariats : des femmes et des hommes qui ont choisi de travailler ensemble pour un modèle économique durable. Ils mettent en place une chaîne d’engagements réciproques, équitables et sur du long terme, pour proposer de bons produits, respectueux des humains et de la Terre. Faites, vous aussi, le choix d’une bio équitable et responsable pour les fêtes. Avec le label BIOPARTENAIRE® comme repère, un coup d’oeil suffit !

Rendez-vous sur : www.BIOPARTENAIRE.com

* Une contribution financière systématique versée au groupement de paysannes et de paysans, pour développer des pratiques collectives agroécologiques et/ou sociales. Ce sont les paysannes et les paysans qui décident de son utilisation.

Notre sélection de produits BIOPARTENAIRE® à retrouver dans les magasins bio pour les fêtes de fin d’année :

Tisane Douceur Hivernale de Tisanes Le Dauphin

Baume de beurre de karité à l’huile d’argan d’Emma Noël

Calendrier de l’Avent enfant de Belledonne

Design Engagé : un ambitieux projet d’upcycling sur 7 mois

Pour initier les étudiants en design à l’écoconception et au recyclage valorisant tout en redonnant de la valeur à du mobilier ou à des objets délaissés.

Depuis le 1er janvier 2022, la réglementation oblige tous les professionnels à organiser la collecte et le recyclage des déchets issus des produits et matériaux qu’ils mettent sur le marché. C’est dans ce contexte que SG Design, agence tourangelle spécialisée dans le design d’espace expérientiel, lance Design Engagé : un projet de 7 mois basé sur l’upcycling des meubles et objets du quotidien.

Réalisé en coopération avec Emmaüs et les lycées d’Arsonval et Sainte-Marguerite, il va permettre d’initier des étudiants en design et marchandisage à l’écoconception.

Des meubles et objets vont ainsi être conçus par les étudiants, à partir de produits en fin de vie et issus des mobiliers récupérés par Emmaüs. À ces mobiliers seront ajoutés de nombreux matériaux, initialement destinés à la déchetterie et récupérés auprès d’industriels partenaires. À terme, il aboutira à la réalisation de mobiliers et d’objets au design unique, qui seront exposés publiquement afin de valoriser les talents de ces futurs designers.

Pour finaliser ce projet, les étudiants auront près d’une dizaine de workshops (ateliers de création) répartis sur plusieurs mois afin d’expérimenter toutes les phases de conception. Du workshop in situ au prototypage, en passant par des phases de recherche appliquée, ils pourront entièrement prendre part à ce projet de design engagé.

Une exposition publique des créations des étudiants aura d’ailleurs lieu de septembre à décembre 2023.

Plus d’infos sur https://sg design.fr

Et si la solution à la crise énergétique se trouvait dans nos campagnes ?

Un système de production décentralisé, des circuits courts de distribution et une économie circulaire en zone rurale : voici le pari de Gaz de Ferme.

Gaz de Ferme, c’est une nouvelle approche autour d’une technologie brevetée qui valorise le biogaz et permet de répondre à de nombreux objectifs :

Diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES), multiplier par 100 la production de gaz vert d’ici 2030, permettre à l’agriculture de se passer des hydrocarbures fossiles, ne plus importer de gaz ni de pétrole, vivre à la campagne sans dépendre du gasoil, du sans-plomb, du propane ni du fuel.

Car face à l’augmentation du prix du gaz et des carburants, si le biogaz apparaît comme une formidable opportunité, toute la filière se heurte actuellement à un défi majeur : la difficile valorisation de cette énergie verte.

Il y a en effet plusieurs obstacles :

  • Ses 2 principaux composants (méthane à 60 % et dioxyde de carbone à 40 %) ont une action antagoniste ;
  • Actuellement, les gisements de biogaz génèrent en moyenne 40 % d’émission directe de GES dans l’atmosphère ;
  • Plus de 95 % des gisements de biogaz exploités à ce jour ne bénéficient pas d’un traitement du biogaz performant, ce qui limite fortement la valeur ajoutée par m3 de biogaz produit ;
  • Les solutions de traitement actuelles ne s’adaptent pas à toutes les tailles de gisements.

D’où l’intérêt de l’innovation développée par le groupe français Gaz de ferme : le carboséparateur. Cette technologie brevetée révolutionne la rentabilité et le bilan carbone des gisements de biogaz, une énergie 100 % naturelle et renouvelable.

Pourquoi ?

Zéro émission. Grâce au procédé de carboséparation, la totalité du carbone traité est captée et valorisée. Il n’y a plus aucun rejet direct dans l’atmosphère.

Économies. Zéro intrant chimique, zéro consommable : la technologie Gaz de Ferme utilise un volume limité d’eau, qui est régénéré en permanence. De plus, la consommation électrique est réduite au maximum et le corps de la machine est conçu pour durer (acier inox).

Des débouchés diversifiés et rentables. La production de biométhane permet de viser des débouchés moins hasardeux que l’électricité ou la chaleur : carburant, combustible, injection. La production de dioxyde de carbone complète cette valorisation et diversifie encore les débouchés : agroalimentaire, loisirs, sécurité, éco-industries… La solution Gaz de Ferme s’intègre par ailleurs aux fermes équipées en cogénération biogaz.

Fiabilité et confiance. Gaz de Ferme assure systématiquement l’exploitation et la maintenance de ses appareils. La sécurisation de ses installations permet de rétablir la confiance avec les propriétaires des gisements en offrant un service complet d’exploitation sur le long terme.

Pour faire face à une forte demande et déployer sa solution, Gaz de Ferme a besoin de décupler ses fonds propres pour financer 3 objectifs : la mise en production du carboséparateur, l’accélération commerciale pour le C02 bio en bouteille, et le renforcement de l’équipe et de la structure.

Si le projet vous interpelle, rendez-vous sur www.wiseed.com / Projet Gaz de Ferme

Bon à savoir :

Gaz de Ferme a vu le jour grâce à la curiosité insatiable de Pierre Lebbe. Depuis plus de 20 ans, il mêle l’exploitation d’une ferme avec l’expérimentation en énergies renouvelables : chez lui, chèvres et tracteurs, poste à soudure et armoire électrique, bouteille de gaz et théorèmes thermodynamiques se côtoient au quotidien.

Persuadé des intérêts de la petite méthanisation pour les fermes et déçu par le manque d’initiatives dans le domaine, Pierre contacte Romain pour lui faire part de ses avancées. Enthousiaste, Romain propose à Pierre et Robert de s’associer pour créer Gaz de Ferme et populariser l’épuration du biogaz dans les fermes du sud-ouest.

Pendant 5 ans, ils vont améliorer l’épurateur, puis déposer un brevet, définir un modèle économique innovant, étudier le marché du dioxyde de carbone et du méthane, et identifier les premiers clients. À l’été 2019, ils embauchent 3 employés pour lancer l’activité de l’entreprise. En 2020, l’entreprise convainc son premier client. En 2021, elle lance la première gamme de bouteilles de CO2 100 % biosourcé.

En 2022, face à une demande forte et le besoin d’accélérer le déploiement, les fondateurs décident d’une levée de fonds et d’une ouverture du capital.

Plus d’infos sur http://www.gazdeferme.sitew.fr 05 62 35 35 73

Vers une beauté éclairée, énergétique et quantique

avec Isabelle Bon
spécialiste de la cosmétique quantique

 

En pleine mutation depuis quelques années, la cosmétique ne cesse de se métamorphoser pour devenir de plus en plus engagée et éclairée. Désormais, elle ne se contente pas seulement de sublimer notre peau, mais cherche aussi à magnifier notre aura, à contribuer à notre bien-être et à nous faire rayonner comme jamais.

Isabelle Bon, spécialiste de la cosmétique quantique, nous éclaire sur cette beauté multidimensionnelle.

 

Selon vous, la cosmétique purement topique a-t-elle atteint ses limites ?

La beauté est généralement associée à l’aspect physique, à la plastique des choses et des personnes. Or, nous savons aujourd’hui que la beauté prend sa source plus profondément en chacun de nous, qu’elle est intimement liée à l’état d’âme de chacun. Une personne qui n’est pas apaisée, qui ne se sent pas bien ou qui manque de confiance en elle ne peut se sentir belle. L’état de ses pensées et de son âme, les jugements qu’elle porte sur elle vont l’affecter et empêcher son énergie de rayonner pleinement. En effet, lorsque l’énergie est déstabilisée, désaxée, nous perdons en ressources, en force, et notre bien-être physique et mental s’affaiblit. Au contraire, lorsque notre système est dynamisé, notre santé se renforce et notre beauté rayonne, nous sommes attirants aux yeux des autres. La beauté intérieure est ainsi un rayonnement qui émane des profondeurs de notre champ énergétique.

C’est un cercle vertueux qui nous rend aussi plus beau aux yeux des autres. L’expression d’une « personne solaire » n’en est-elle pas la parfaite illustration ? 

 

 

Comment révéler notre beauté intérieure ? rendre l’invisible visible ?

Pour faire rayonner pleinement l’énergie de votre beauté, il faut se sentir bien dans sa peau sur tous les plans ! Au programme, focus sur la force de notre intention beauté, rééquilibrage des énergies, élimination des toxines, activation du processus d’autoguérison naturel et revitalisation des cellules par le son, la lumière et la vibration. Assurer une montée en puissance vibratoire et une accélération de la réinformation cellulaire pour stimuler l’activité du système nerveux autonome et permettre l’émission d’électrons sur la peau pour rendre visibles toutes les facettes de la lumière de notre beauté.

 

Vous croyez beaucoup en l’avènement d’une beauté énergétique. Pour quelles raisons ?

« Tout est vibration », disait déjà Albert Einstein. Eh oui, il est bon de rappeler que nous sommes des êtres faits d’énergie, vivant dans un monde constitué d’énergie !

À ce titre, la physique quantique fait partie intégrante de notre quotidien, sans même que nous en prenions réellement conscience. 

L’énergie est une force constitutive de nos cellules qui garantit la dynamique vitale de l’être lorsqu’elle est en harmonie. Dans notre monde cellulaire, nous avons des atomes, des ions et des électrons, et même des particules de lumière, les photons, que l’on peut voir au microscope à la puissance moins 17.

La beauté énergétique prend aussi sa source dans la pleine conscience, dans l’éveil des sens et dans la capacité à découvrir la lumière unique que chacun de nous porte en lui. Se connecter à cette énergie, c’est rejoindre une vie remplie de force et d’équilibre, qui vous rapproche chaque jour davantage de cet éveil radieux. En nous réside une source intarissable de beauté, que nous trouverons dans la connaissance de nous-même. C’est cette source qu’il nous faut cultiver et que vous pouvez cultiver au travers de soins et de rituels quantiques.

 

On entend de plus en plus parler d’aura cosmétique. Qu’est-ce que c’est ?

Nous ne pouvons le nier : indépendamment de toute cosmétique topique, notre beauté ne ressemble pas à un long fleuve tranquille. Certains jours, nous nous trouvons belle – même avec peu de sommeil – et d’autres jours rien ne va : notre perception de notre apparence et de nos traits nous semble ingrate et nous mine le moral. C’est bien la preuve qu’une dimension plus spirituelle et holistique entre en jeu, qu’il existe une aura ou un vrai visage de notre âme qui influe sur nous. L’aura est décrite comme un halo lumineux qui entoure la personne et la pénètre. Tous les êtres vivants et les objets en possèdent une, parce que tout ce qui nous entoure émet une énergie.

Chez chacun d’entre nous, l’aura est un champ magnétique alimenté et formé par les rayonnements des chakras et ceux émis par l’ensemble de tous nos corps subtils, en partant du corps physique jusqu’au corps spirituel. Elle regroupe donc l’ensemble de nos centres énergétiques.

Une aura saine et lumineuse est formée de couches d’énergie de couleurs parfaitement symétriques par rapport au corps physique, qui en disent long sur notre état physique et mental. Les perturbations sont perçues comme des zones moins lumineuses, des couleurs moins franches ou qui se mélangent à une autre. On voit tout dans l’aura, puisqu’elle contient toutes les informations du corps et parce que les émotions qui nous parasitent ont des répercussions tant sur le plan mental que sur le plan physique. Il y a interdépendance entre l’aura et le corps physique : tout changement sur l’un a des répercussions sur l’autre.

Il est donc possible d’agir sur plusieurs niveaux avec des soins énergétiques pour notre bien-être en général et notre beauté en particulier.

 

Vous révolutionnez l’essence même de la cosmétique en y intégrant les notions d’énergie et de vibrations. Le consommateur est-il prêt à vivre une telle expérience cosmétique ?

J’étais profondément convaincue que « toute la magie n’était pas seulement dans un flacon », mais aussi dans la reconnexion avec sa beauté intérieure, sa nature profonde et l’univers du vivant.

Dans un monde de plus en plus connecté, les premiers consommateurs ont très bien accueilli l’équilibre entre l’efficacité des soins naturels et la dimension technologique vertueuse des thérapies de biorésonance et des neurosciences déjà largement reconnues.

 

Comment définiriez-vous simplement la beauté quantique, terme que vous avez déposé ?

Une beauté quantique®, c’est une beauté éclairée par l’énergie de la nature. Naturelle, inclusive, hyper-personnalisée, dynamique et durable, elle est incarnée et sublimée sur tous les plans. C’est une beauté in and out, en harmonie avec son environnement du plus profond des cellules jusqu’aux confins de l’univers.

Sur quels fondements repose-t-elle ? 

Tout est énergie au niveau cellulaire, selon moi. Par exemple, pour révéler un regard éclairé et lifté, nous sublimons la peau avec l’application d’un sérum tenseur effet lifting rafraîchissant et relaxant sur le contour de l’œil et sur la zone frontale du 3e œil. L’action subtile de la synergie d’huiles essentielles et de l’encodage informationnel permet de remonter à la source de la problématique de préoccupation des rides : la peur de vieillir, la peur de mourir… En préparant l’âme au passage, nous désamorçons toute la source de la préoccupation pour un profond lâcher prise et enclencher le processus de guérison.

 

Au travers de votre gamme de soins Energecia, votre souhait était de parvenir à transcender ‘essence de vie des plantes dans des soins capables de réharmoniser les flux d’énergie essentiels pour se sentir bien dans sa peau et de transcender la réinformation cellulaire. Y êtes-vous parvenue ?

J’y suis arrivée en collaboration avec mon binôme Christophe, en charge de la R&D, avec qui nous avons su faire évoluer ce procédé d’encodage quantique en plusieurs étapes. Tout d’abord en se concentrant sur l’impact subtil des plantes selon leur place dans l’échelle botanique, l’équilibre quantitatif/qualitatif des ingrédients, la transcendance de la puissance vibratoire, puis la qualité informationnelle avec « l’œil quantique » d’experts internationaux.

 

Qu’est-ce qu’un taux vibratoire d’un soin cosmétique et en quoi nous permet-il d’être plus belle ?

La force vitale est à la base de toute vie, elle se mesure avec le taux vibratoire. Toutes les approches holistiques reposent sur cette force vitale invisible, mais bien existante. Nos cellules sont en relation avec une « force », une « énergie », qui organise, régule, répare nos fonctions organiques et nos corps sur tous les plans pour révéler notre plein potentiel beauté pour une beauté éclairée, une peau rayonnante.

 

En quoi consiste votre savoir-faire alchimique vous permettant d’obtenir un taux vibratoire 3 fois plus puissant qu’un soin cosmétique traditionnel ?

Mon savoir-faire repose sur l’interaction entre la lumière et les cellules pour révéler en conscience une nouvelle beauté multidimensionnelle. Il s’appuie sur la révélation des quantas de lumière – une onde lumineuse composée de photons qui transmet de l’information à travers chacune des cellules – dotés d’une mémoire universelle. Cette révélation permet de réinformer les cellules en dynamisant leur taux vibratoire pour transcender la beauté et le bien-être.

 

Pour en savoir plus : https://energecia.com

L’État français condamné pour son inaction dans la lutte contre la pollution de l’air

Mi-octobre 2022, le Conseil d’État a condamné l’État à 20 millions d’euros d’amendes pour le non-respect répété des normes européennes et françaises en matière de qualité de l’air. Dans un communiqué publié en parallèle de sa décision, le Conseil d’État explique que : « si des améliorations dans la durée ont été constatées, les seuils limites de pollution au dioxyde d’azote – qui doivent être respectés depuis 2010 – restent dépassés dans plusieurs zones en France, notamment dans les agglomérations de Paris, Lyon et Marseille. À ce jour, les mesures prises par l’État ne garantissent pas que la qualité de l’air s’améliore de telle sorte que les seuils limites de pollution soient respectés dans les délais les plus courts possibles. »

Il a donc infligé 2 amendes d’un montant de 10 millions d’euros chacune à l’État, reprochant à ce dernier de ne pas appliquer la réglementation européenne en la matière et sa transposition dans la loi française.

Le Conseil d’État avait en effet été saisi en 2017 de l’affaire par des associations de défense de l’environnement. Il avait alors demandé à l’État d’agir pour réduire la pollution au dioxyde d’azote (NOx) et aux particules fines (PM10) sous peine d’une amende de 10 millions d’euros par semestre de retard.

Il réexaminera en 2023 la situation et la portée des mesures prises entre septembre 2022 et 2023.

P O L LU T I O N . Les dépêches de GoodPlanet.info

Près de 70 % de la faune sauvage a disparu depuis 1970

Selon l’évaluation de référence du Fonds mondial pour la nature (WWF) publié mi-octobre 2022, la planète a perdu en moyenne près de 70 % de ses populations d’animaux sauvages en une cinquantaine d’années.

Entre 1970 et 2018, environ 69 % des populations de cette faune sauvage – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles – ont ainsi disparu, selon l’Indice Planète vivante, outil de référence publié tous les 2 ans par le WWF.

Selon le rapport, la destruction des habitats naturels, en particulier pour développer l’agriculture, reste la cause principale, suivie par la surexploitation et le braconnage.

Le changement climatique est le 3e facteur, mais son rôle « augmente très, très vite », met en garde Marco Lambertini, directeur général du WWF. Suivent la pollution de l’air, de l’eau et du sol, ainsi que la dissémination par l’homme des espèces invasives.

Pour « inverser la courbe de la perte de biodiversité » et « atténuer le changement climatique », le rapport plaide pour l’intensification des efforts de conservation et de restauration, la production et la consommation d’aliments plus durables et la décarbonation rapide de tous les secteurs économiques. Une alerte rouge de plus pour la planète et ses habitants.

B I O D I V E R S I T É . Les dépêches de GoodPlanet.info

Prolongez la durée de vie de votre appareil Bol d’air Jacquier

Le changement de saison est une période particulièrement intéressante pour faire du Bol d’air. C’est le moment de vous assurer du bon fonctionnement de votre appareil. Le forfait révision vous garantit le maintien de ses performances. Depuis sa création, Holiste s’engage à fournir des appareils de qualité et à prolonger leur durée de vie.

 

Forfait Révision Tonic

PROLONGEONS LA DURÉE DE VIE DE VOS APPAREILS !
Le forfait révision vous garantit le maintien des performances
de votre Bol d’air.

 Inclus dans le forfait :
• nettoyage complet de l’appareil
• changement de la résistance
• changement du distributeur (bras corolle)
• main d’œuvre
• transport aller/retour

En savoir plus

 

 

Entretien du Bol d’air Tonic en tutoriel…

Tout au long de l’année, entretenez votre Bol d’air de façon optimale afin de profiter pleinement des bienfaits de la méthode.

 

Profitez du nouveau kit d’entretien

Composition du kit :

  • Un goupillon
  • Un chiffon microfibre
  • Un bouchon avec bec verseur
  • Un entonnoir
  • Un flacon d’alcool ménager
  • Un pochon

 

INFOS & ACHAT EN LIGNE

Bol d’air Jacquier désormais en location

Votre location 100% REMBOURSÉE 
en cas d’achat d’un appareil*

Offre valable jusqu’au 30 novembre

Le Bol d’air optimise l’oxygénation de l’organisme. Il augmente et entretient notre faculté d’assimilation de l’oxygène normalement respiré. Le Bol d’air contribue ainsi à préserver un bon état de santé.

Objectif : respirer plus efficacement

Notre capacité à utiliser l’oxygène de l’air diminue en raison de nombreux facteurs comme la pollution, les conditions de vie, le stress, le vieillissement, la maladie… Le Bol d’air apporte une solution à la sous-oxygénation cellulaire (hypoxie) qui en découle.
En savoir plus sur la sous-oxygénation

Lorsque nous respirons, l’oxygène pénètre au fond des alvéoles pulmonaires. Il se lie à  l’hémoglobine de façon instable et forme avec elle l’oxyhémoglobine. L’oxyhémoglobine, transportée par le sang dans tout l’organisme, cède son oxygène aux cellules sous une forme assimilable. Elle se ré-oxygène en revenant aux poumons et le cycle recommence.

Dans l’air que nous respirons, même en cas de pollution extrême, l’oxygène est constamment disponible et sa concentration est de 21% depuis des millénaires. Si nos cellules manquent d’oxygène, c’est bien notre capacité à l’utiliser qui est en cause.

Une solution grandeur nature

René Jacquier avait constaté que depuis l’Antiquité, les lieux de santé se situaient dans des forêts de pins et de sapins. D’observations en expériences, il trouva dans les essences du pin des Landes (Pinus pinaster) la réponse à ses questions.

 

Le rôle de l’essence de pin

L’essence de résine de pin, riche en alpha et beta pinènes, est composée de molécules aromatiques insaturées qui offrent la possibilité d’une liaison chimique supplémentaire. Dans l’atmosphère et dans certaines conditions physiques et météorologiques, elles se chargent fortement en oxygène, ce qui les rend très réactives. C’est à partir de ce phénomène naturel que René Jacquier a imaginé la solution Bol d’air : utiliser l’huile essentielle de résine de pin (térébenthine), pour créer un transporteur d’oxygène.

Un oxygène hautement assimilable

Les pinènes de l’huile essentielle Orésine®, transformés par peroxydation, deviennent des facilitateurs de l’oxygénation cellulaire. D’où le nom de biocatalyseurs que leur donnait René Jacquier.
Le mécanisme est triple :
• l’oxygène est mieux distribué aux cellules. En effet, l’hémoglobine “capte” plus volontiers les pinènes oxygénés que l’oxygène seul. A quantité équivalente dans l’air inspiré, elle en transporte davantage vers les cellules
l’oxygène est plus facilement libéré dans les tissus : transporté par l’intermédiaire des pinènes, il est moins solidement lié à l’hémoglobine
• l’oxygène est délivré sous une forme naissante, hautement assimilable par la cellule.

Une oxygénation équilibrée

Avec le Bol d’air, l’organisme est simplement et naturellement mieux oxygéné :
la respiration cellulaire s’effectue sans risque de stress oxydatif lié au déficit ou à l’excès d’oxygène
la fonction mitochondriale s’améliore :
– accroissement de la production d’énergie
– renforcement des défenses anti radicalaires
la biodisponibilité de l’oxygène est améliorée.

Cette approche n’a rien à voir avec une oxygénation quantitative qui consiste à inhaler plus d’oxygène qu’il n’y en a naturellement dans l’air. Elle est naturelle, sans danger et sans accoutumance.

 

*Le montant de votre location est totalement remboursé en cas d’achat d’un appareil dans le mois qui suit (dans la limite de 2 mois de location). Offre valable jusqu’au 30 novembre.

 

INFOS & ACHAT/LOCATION EN LIGNE

 

 Bonnes adresses

Le bout du tunnel

Le bout du tunnel

Il y a des années, avec mon premier voilier – de 9,33 m de long – nommé Alpha, le mât de 10 m allongé sur le pont, moi-même enceinte de 7 mois de ma première fille, j’ai vécu un passage qui a marqué profondément mon esprit.

Partie du nord des Pays-Bas, après avoir traversé, par canaux et rivières, la Belgique et le nord de la France jusqu’à Paris, le canal de Bourgogne, construit en 1825/1832, long de 242 km, nous permettait d’accéder au Rhône, qui nous conduirait en Méditerranée, puis autour du monde.

Ce tunnel de 3,333 km de long, inclus dans un bief de 5 km, était un vrai cauchemar. Sachez que, longtemps, les petites péniches mettaient 10 heures à le parcourir. Puis un remorquage a réduit ce temps à deux heures.

Les difficultés sont un plafond très bas, que je pouvais toucher en levant les bras, une profondeur très faible, telle que la quille du bateau devait rester très au milieu du canal pour ne pas s’enliser sur les côtés, un canal très étroit et de plus sans aucun éclairage.

Ma claustrophobie, ajoutée à la difficulté à maintenir le bateau exactement au bon endroit, dans le noir, et à ma sensibilité liée à la grossesse, l’absence totale de projecteur sur notre bateau qui ne possédait qu’une très petite lampe à pétrole m’obligèrent à me concentrer de toutes mes forces sur un minuscule petit point blanc, qui finit par apparaître après une bonne demi-heure d’angoisses.

Car, au début, nous ne voyions que du noir, cerné de risques d’enlisement. Il faut y ajouter l’absence totale de téléphone ! Aucun moyen pour appeler au secours, et une rare circulation sur ce canal à cette époque.

Avec notre petit moteur, allié aux risques encourus, il nous fallut près de 2 heures pour parcourir les 3 kilomètres.

Cette image est restée gravée à jamais dans ma mémoire. Quand on me parle de bout du tunnel, cela résonne très fort en moi.

Or, en ce moment, nous sommes dans un tunnel. Nous sommes en train de deviner la très petite lumière blanche, tout au bout.

Beaucoup d’entre nous ne la voient pas encore. C’est que leur bateau est parti un peu après le nôtre. Ils nous suivent.

Se maintenir exactement au milieu du canal demande une extrême vigilance de tous les instants. Mais tous avancent inéluctablement vers la sortie, vers la lumière, et chacun de nous possède une longue amarre, prête à être lancée au suivant, s’il se trouve en difficulté.

Nous ne laisserons personne enlisé sur un bord du canal.

Et lorsque nous en serons tous sortis, nous pourrons tous nous serrer dans les bras pour une immense fête, comme nous savons le faire pour Noël, pour partager notre joie en n’oubliant personne ! Car le vrai partage est ce moment de mystère où, par tradition, on reçoit un cadeau venu du ciel, anonyme.

Celui qui donne ne se montre pas, celui qui reçoit remercie tous les humains qui l’entourent. Ceux qui n’ont pas les moyens d’offrir ne sont pas humiliés. Et leur coeur est aussi remercié.

Si cette manière de donner et de recevoir a disparu dans certaines contrées où les enfants et les adultes font leurs commandes et doivent remercier chaque donateur, il existe encore des milliards d’êtres humains qui ont gardé le sens du présent anonyme, celui qui fait du bien à tous !

Voilà exactement la meilleure fin d’année que je nous souhaite à tous, avec l’écolomag.

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Page Facebook Méthode France Guillain
+ Appli

 

À lire : 

Nos chers pieds

 

Prenez le pouvoir !

Prenez le pouvoir !

Nous passons un tiers de notre vie assoupis ! Mais pour quoi faire ?

Dormir est une fonction vitale, essentielle pour rester en vie. Ne rien faire, c’est indispensable ? Eh bien, oui ! C’est plutôt agréable à entendre, même si ce n’est qu’en apparence, car de nombreux phénomènes se produisent lorsque nous dormons…

Ne dit-on pas que le sommeil permet de recharger les batteries ?

De nombreux mécanismes complexes sont à l’oeuvre : création de la mémoire, apprentissage, immunité, repos du corps…

Les enjeux du sommeil sont très importants et les troubles associés vont avec la diminution régulière du temps que nous y consacrons : 1 h 30 en moyenne de moins qu’il y a 50 ans. Dormir n’est pas une perte de temps, même si un rêve serait de pouvoir concentrer les différents cycles du sommeil pour dégager du temps à être toujours plus actifs… Une durée idéale de 7 h à 8 h est généralement admise, mais l’essentiel est de pouvoir dormir de façon équilibrée.

Vive la sieste après une soirée prolongée ou lors d’une journée de repos ! Il faut savoir écouter son corps qui réclame du repos pour lui et pour la « tête »… Amusant lorsque l’on définit le sommeil par une baisse de l’état de conscience qui sépare deux périodes d’éveil. Voilà que la force de l’éveil est battue en brèche par le besoin de perte de vigilance et de diminution du tonus musculaire…

Dormir, c’est « tendance ». En fait, ce qui est tendance, c’est surtout d’être en bonne santé, d’écouter son corps et donc de consacrer du temps à cette activité indispensable : micro-siestes, salles de repos… La liste est longue et se reposer commence à être perçu comme une force et non de la fainéantise.

La recherche d’un sommeil de qualité devient tendance. En plus, cela développe l’activité cérébrale. De là à imaginer des compétitions de sommeil… Et pourquoi pas ! En attendant… À vos oreillers… Prêts ? Prenez le pouvoir de l’intérieur : dormez !

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Groupe Laboratoire
Science et Nature

Conseils et vente à domicile www.body-nature.fr

 

Cosmétique naturelle des marais salants Produits écologiques et biologiques disponibles sur l’e-shop et en magasins bio www.guerande-cosmetics.com Cosmétiques bio en distribution spécialisée et e-commerce www.centifoliabio.fr

 

Consom’acteur : être solidaire, cohérent et en phase avec ses convictions !

Consom’acteur : être solidaire, cohérent et en phase avec ses convictions !

Profitons des fêtes de fin d’année, propices à la générosité, pour porter la solidarité et soutenir les paysannes et paysans français et du monde entier ! Pour cela, partons à la recherche du label repère de la bio équitable et responsable BIOPARTENAIRE® en magasin bio :

Une consommation solidaire, équitable et responsable pour les fêtes ?

Bien que la période des fêtes soit synonyme de partage, elle reste une période importante de consumérisme. « Plaisir d’offrir, joie de recevoir » s’adresse aussi à ceux qui se trouvent derrière les produits que nous achetons !

Quel est le réel prix de cette consommation festive ? N’est-ce pas le bon moment pour se tourner vers une consommation plus solidaire et responsable ?

Le commerce équitable participe à une chaîne de solidarité humaine ! En défendant des conditions de travail et des revenus justes pour les paysannes et paysans, il permet à des milliers de personnes et leurs familles de vivre dignement et de travailler dans des conditions décentes. Il intègre aussi un vrai combat pour la planète.

Les fondamentaux du label BIOPARTENAIRE ® depuis plus de 20 ans ? Respecter les valeurs de la bio, dans une démarche durable et dans un esprit collectif de préservation de la Terre, des femmes et des hommes !

Qu’apporte le label BIOPARTENAIRE® aux paysannes et paysans ?

« Pour moi, quelque chose a changé : je gagne de l’argent que je n’ai jamais eu avant et je développe mon activité. J’ai pu construire ma maison, par exemple. J’ai acheté une vache et je l’ai mise à la maison. Cela a de la valeur pour moi et pour mes enfants, car ils dorment le ventre plein. Ils peuvent se faire soigner car la mutuelle est payée d’avance. »

Valéria Mulangéréo – Productrice d’ananas au Rwanda, engagée en BIOPARTENAIRE®

 

« L’impact, pour moi, c’est une garantie supplémentaire du bio et cela donne une valeur de plus à mon produit. Le bio, c’est le respect de la Terre, BIOPARTENAIRE® c’est le respect des hommes. »

Robert Laurent – Paysan membre du groupement Produire bio ensemble, engagé en BIOPARTENAIRE®

 

Un produit labellisé : quelles garanties ?

Dans vos magasins bio, plus de 1 000 produits équitables de qualité arborent fièrement le label BIOPARTENAIRE® dans des rayons variés : des chocolats aux fruits secs, en passant par les cosmétiques, biscuits, pains, épices, infusions, produits laitiers, boissons, huiles… Les fêtes de fin d’année sont le moment propice pour soutenir ces produits engagés, qui garantissent :

• La juste rémunération et de meilleures conditions de vie des paysannes et paysans français et internationaux. BIOPARTENAIRE® apporte une sécurité financière grâce à des contrats qui garantissent des prix et des volumes sur plusieurs années.

• La mise en place de projets de développement agricoles et sociaux selon les besoins collectifs des paysannes et paysans, à partir du fonds de développement* : accès à l’éducation, aux soins, au numérique, inclusion des femmes dans les activités économiques et prises de décision, achat de matériel…

• Les démarches responsables : les conditions de travail respectent des exigences économiques (emplois pérennes…), sociales (travail des enfants, nondiscrimination…), sanitaires et de sécurité (équipements de protection…). Chaque partenaire est également exigeant en matière d’écologie : maintien de la biodiversité, préservation de la ressource en eau…

• Le label est réservé aux produits des marques vendues exclusivement en magasins spécialisés bio. En cohérence avec les valeurs du label, vous ne retrouverez pas BIOPARTENAIRE® en grandes surfaces !

• Un label associatif. Pas d’objectif financier, uniquement la volonté d’un commerce plus équitable pour toutes et tous, à commencer par les paysannes et paysans !

Derrière chaque produit labellisé, il y a des Biopartenariats : des femmes et des hommes qui ont choisi de travailler ensemble pour un modèle économique durable. Ils mettent en place une chaîne d’engagements réciproques, équitables et sur du long terme, pour proposer de bons produits, respectueux des humains et de la Terre. Faites, vous aussi, le choix d’une bio équitable et responsable pour les fêtes. Avec le label BIOPARTENAIRE® comme repère, un coup d’oeil suffit !

Rendez-vous sur : www.BIOPARTENAIRE.com

* Une contribution financière systématique versée au groupement de paysannes et de paysans, pour développer des pratiques collectives agroécologiques et/ou sociales. Ce sont les paysannes et les paysans qui décident de son utilisation.

Notre sélection de produits BIOPARTENAIRE® à retrouver dans les magasins bio pour les fêtes de fin d’année :

Tisane Douceur Hivernale de Tisanes Le Dauphin

Baume de beurre de karité à l’huile d’argan d’Emma Noël

Calendrier de l’Avent enfant de Belledonne

Design Engagé : un ambitieux projet d’upcycling sur 7 mois

Design Engagé : un ambitieux projet d’upcycling sur 7 mois

Pour initier les étudiants en design à l’écoconception et au recyclage valorisant tout en redonnant de la valeur à du mobilier ou à des objets délaissés.

Depuis le 1er janvier 2022, la réglementation oblige tous les professionnels à organiser la collecte et le recyclage des déchets issus des produits et matériaux qu’ils mettent sur le marché. C’est dans ce contexte que SG Design, agence tourangelle spécialisée dans le design d’espace expérientiel, lance Design Engagé : un projet de 7 mois basé sur l’upcycling des meubles et objets du quotidien.

Réalisé en coopération avec Emmaüs et les lycées d’Arsonval et Sainte-Marguerite, il va permettre d’initier des étudiants en design et marchandisage à l’écoconception.

Des meubles et objets vont ainsi être conçus par les étudiants, à partir de produits en fin de vie et issus des mobiliers récupérés par Emmaüs. À ces mobiliers seront ajoutés de nombreux matériaux, initialement destinés à la déchetterie et récupérés auprès d’industriels partenaires. À terme, il aboutira à la réalisation de mobiliers et d’objets au design unique, qui seront exposés publiquement afin de valoriser les talents de ces futurs designers.

Pour finaliser ce projet, les étudiants auront près d’une dizaine de workshops (ateliers de création) répartis sur plusieurs mois afin d’expérimenter toutes les phases de conception. Du workshop in situ au prototypage, en passant par des phases de recherche appliquée, ils pourront entièrement prendre part à ce projet de design engagé.

Une exposition publique des créations des étudiants aura d’ailleurs lieu de septembre à décembre 2023.

Plus d’infos sur https://sg design.fr

Et si la solution à la crise énergétique se trouvait dans nos campagnes ?

Et si la solution à la crise énergétique se trouvait dans nos campagnes ?

Un système de production décentralisé, des circuits courts de distribution et une économie circulaire en zone rurale : voici le pari de Gaz de Ferme.

Gaz de Ferme, c’est une nouvelle approche autour d’une technologie brevetée qui valorise le biogaz et permet de répondre à de nombreux objectifs :

Diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES), multiplier par 100 la production de gaz vert d’ici 2030, permettre à l’agriculture de se passer des hydrocarbures fossiles, ne plus importer de gaz ni de pétrole, vivre à la campagne sans dépendre du gasoil, du sans-plomb, du propane ni du fuel.

Car face à l’augmentation du prix du gaz et des carburants, si le biogaz apparaît comme une formidable opportunité, toute la filière se heurte actuellement à un défi majeur : la difficile valorisation de cette énergie verte.

Il y a en effet plusieurs obstacles :

  • Ses 2 principaux composants (méthane à 60 % et dioxyde de carbone à 40 %) ont une action antagoniste ;
  • Actuellement, les gisements de biogaz génèrent en moyenne 40 % d’émission directe de GES dans l’atmosphère ;
  • Plus de 95 % des gisements de biogaz exploités à ce jour ne bénéficient pas d’un traitement du biogaz performant, ce qui limite fortement la valeur ajoutée par m3 de biogaz produit ;
  • Les solutions de traitement actuelles ne s’adaptent pas à toutes les tailles de gisements.

D’où l’intérêt de l’innovation développée par le groupe français Gaz de ferme : le carboséparateur. Cette technologie brevetée révolutionne la rentabilité et le bilan carbone des gisements de biogaz, une énergie 100 % naturelle et renouvelable.

Pourquoi ?

Zéro émission. Grâce au procédé de carboséparation, la totalité du carbone traité est captée et valorisée. Il n’y a plus aucun rejet direct dans l’atmosphère.

Économies. Zéro intrant chimique, zéro consommable : la technologie Gaz de Ferme utilise un volume limité d’eau, qui est régénéré en permanence. De plus, la consommation électrique est réduite au maximum et le corps de la machine est conçu pour durer (acier inox).

Des débouchés diversifiés et rentables. La production de biométhane permet de viser des débouchés moins hasardeux que l’électricité ou la chaleur : carburant, combustible, injection. La production de dioxyde de carbone complète cette valorisation et diversifie encore les débouchés : agroalimentaire, loisirs, sécurité, éco-industries… La solution Gaz de Ferme s’intègre par ailleurs aux fermes équipées en cogénération biogaz.

Fiabilité et confiance. Gaz de Ferme assure systématiquement l’exploitation et la maintenance de ses appareils. La sécurisation de ses installations permet de rétablir la confiance avec les propriétaires des gisements en offrant un service complet d’exploitation sur le long terme.

Pour faire face à une forte demande et déployer sa solution, Gaz de Ferme a besoin de décupler ses fonds propres pour financer 3 objectifs : la mise en production du carboséparateur, l’accélération commerciale pour le C02 bio en bouteille, et le renforcement de l’équipe et de la structure.

Si le projet vous interpelle, rendez-vous sur www.wiseed.com / Projet Gaz de Ferme

Bon à savoir :

Gaz de Ferme a vu le jour grâce à la curiosité insatiable de Pierre Lebbe. Depuis plus de 20 ans, il mêle l’exploitation d’une ferme avec l’expérimentation en énergies renouvelables : chez lui, chèvres et tracteurs, poste à soudure et armoire électrique, bouteille de gaz et théorèmes thermodynamiques se côtoient au quotidien.

Persuadé des intérêts de la petite méthanisation pour les fermes et déçu par le manque d’initiatives dans le domaine, Pierre contacte Romain pour lui faire part de ses avancées. Enthousiaste, Romain propose à Pierre et Robert de s’associer pour créer Gaz de Ferme et populariser l’épuration du biogaz dans les fermes du sud-ouest.

Pendant 5 ans, ils vont améliorer l’épurateur, puis déposer un brevet, définir un modèle économique innovant, étudier le marché du dioxyde de carbone et du méthane, et identifier les premiers clients. À l’été 2019, ils embauchent 3 employés pour lancer l’activité de l’entreprise. En 2020, l’entreprise convainc son premier client. En 2021, elle lance la première gamme de bouteilles de CO2 100 % biosourcé.

En 2022, face à une demande forte et le besoin d’accélérer le déploiement, les fondateurs décident d’une levée de fonds et d’une ouverture du capital.

Plus d’infos sur http://www.gazdeferme.sitew.fr 05 62 35 35 73

Vers une beauté éclairée, énergétique et quantique

Vers une beauté éclairée, énergétique et quantique

avec Isabelle Bon
spécialiste de la cosmétique quantique

 

En pleine mutation depuis quelques années, la cosmétique ne cesse de se métamorphoser pour devenir de plus en plus engagée et éclairée. Désormais, elle ne se contente pas seulement de sublimer notre peau, mais cherche aussi à magnifier notre aura, à contribuer à notre bien-être et à nous faire rayonner comme jamais.

Isabelle Bon, spécialiste de la cosmétique quantique, nous éclaire sur cette beauté multidimensionnelle.

 

Selon vous, la cosmétique purement topique a-t-elle atteint ses limites ?

La beauté est généralement associée à l’aspect physique, à la plastique des choses et des personnes. Or, nous savons aujourd’hui que la beauté prend sa source plus profondément en chacun de nous, qu’elle est intimement liée à l’état d’âme de chacun. Une personne qui n’est pas apaisée, qui ne se sent pas bien ou qui manque de confiance en elle ne peut se sentir belle. L’état de ses pensées et de son âme, les jugements qu’elle porte sur elle vont l’affecter et empêcher son énergie de rayonner pleinement. En effet, lorsque l’énergie est déstabilisée, désaxée, nous perdons en ressources, en force, et notre bien-être physique et mental s’affaiblit. Au contraire, lorsque notre système est dynamisé, notre santé se renforce et notre beauté rayonne, nous sommes attirants aux yeux des autres. La beauté intérieure est ainsi un rayonnement qui émane des profondeurs de notre champ énergétique.

C’est un cercle vertueux qui nous rend aussi plus beau aux yeux des autres. L’expression d’une « personne solaire » n’en est-elle pas la parfaite illustration ? 

 

 

Comment révéler notre beauté intérieure ? rendre l’invisible visible ?

Pour faire rayonner pleinement l’énergie de votre beauté, il faut se sentir bien dans sa peau sur tous les plans ! Au programme, focus sur la force de notre intention beauté, rééquilibrage des énergies, élimination des toxines, activation du processus d’autoguérison naturel et revitalisation des cellules par le son, la lumière et la vibration. Assurer une montée en puissance vibratoire et une accélération de la réinformation cellulaire pour stimuler l’activité du système nerveux autonome et permettre l’émission d’électrons sur la peau pour rendre visibles toutes les facettes de la lumière de notre beauté.

 

Vous croyez beaucoup en l’avènement d’une beauté énergétique. Pour quelles raisons ?

« Tout est vibration », disait déjà Albert Einstein. Eh oui, il est bon de rappeler que nous sommes des êtres faits d’énergie, vivant dans un monde constitué d’énergie !

À ce titre, la physique quantique fait partie intégrante de notre quotidien, sans même que nous en prenions réellement conscience. 

L’énergie est une force constitutive de nos cellules qui garantit la dynamique vitale de l’être lorsqu’elle est en harmonie. Dans notre monde cellulaire, nous avons des atomes, des ions et des électrons, et même des particules de lumière, les photons, que l’on peut voir au microscope à la puissance moins 17.

La beauté énergétique prend aussi sa source dans la pleine conscience, dans l’éveil des sens et dans la capacité à découvrir la lumière unique que chacun de nous porte en lui. Se connecter à cette énergie, c’est rejoindre une vie remplie de force et d’équilibre, qui vous rapproche chaque jour davantage de cet éveil radieux. En nous réside une source intarissable de beauté, que nous trouverons dans la connaissance de nous-même. C’est cette source qu’il nous faut cultiver et que vous pouvez cultiver au travers de soins et de rituels quantiques.

 

On entend de plus en plus parler d’aura cosmétique. Qu’est-ce que c’est ?

Nous ne pouvons le nier : indépendamment de toute cosmétique topique, notre beauté ne ressemble pas à un long fleuve tranquille. Certains jours, nous nous trouvons belle – même avec peu de sommeil – et d’autres jours rien ne va : notre perception de notre apparence et de nos traits nous semble ingrate et nous mine le moral. C’est bien la preuve qu’une dimension plus spirituelle et holistique entre en jeu, qu’il existe une aura ou un vrai visage de notre âme qui influe sur nous. L’aura est décrite comme un halo lumineux qui entoure la personne et la pénètre. Tous les êtres vivants et les objets en possèdent une, parce que tout ce qui nous entoure émet une énergie.

Chez chacun d’entre nous, l’aura est un champ magnétique alimenté et formé par les rayonnements des chakras et ceux émis par l’ensemble de tous nos corps subtils, en partant du corps physique jusqu’au corps spirituel. Elle regroupe donc l’ensemble de nos centres énergétiques.

Une aura saine et lumineuse est formée de couches d’énergie de couleurs parfaitement symétriques par rapport au corps physique, qui en disent long sur notre état physique et mental. Les perturbations sont perçues comme des zones moins lumineuses, des couleurs moins franches ou qui se mélangent à une autre. On voit tout dans l’aura, puisqu’elle contient toutes les informations du corps et parce que les émotions qui nous parasitent ont des répercussions tant sur le plan mental que sur le plan physique. Il y a interdépendance entre l’aura et le corps physique : tout changement sur l’un a des répercussions sur l’autre.

Il est donc possible d’agir sur plusieurs niveaux avec des soins énergétiques pour notre bien-être en général et notre beauté en particulier.

 

Vous révolutionnez l’essence même de la cosmétique en y intégrant les notions d’énergie et de vibrations. Le consommateur est-il prêt à vivre une telle expérience cosmétique ?

J’étais profondément convaincue que « toute la magie n’était pas seulement dans un flacon », mais aussi dans la reconnexion avec sa beauté intérieure, sa nature profonde et l’univers du vivant.

Dans un monde de plus en plus connecté, les premiers consommateurs ont très bien accueilli l’équilibre entre l’efficacité des soins naturels et la dimension technologique vertueuse des thérapies de biorésonance et des neurosciences déjà largement reconnues.

 

Comment définiriez-vous simplement la beauté quantique, terme que vous avez déposé ?

Une beauté quantique®, c’est une beauté éclairée par l’énergie de la nature. Naturelle, inclusive, hyper-personnalisée, dynamique et durable, elle est incarnée et sublimée sur tous les plans. C’est une beauté in and out, en harmonie avec son environnement du plus profond des cellules jusqu’aux confins de l’univers.

Sur quels fondements repose-t-elle ? 

Tout est énergie au niveau cellulaire, selon moi. Par exemple, pour révéler un regard éclairé et lifté, nous sublimons la peau avec l’application d’un sérum tenseur effet lifting rafraîchissant et relaxant sur le contour de l’œil et sur la zone frontale du 3e œil. L’action subtile de la synergie d’huiles essentielles et de l’encodage informationnel permet de remonter à la source de la problématique de préoccupation des rides : la peur de vieillir, la peur de mourir… En préparant l’âme au passage, nous désamorçons toute la source de la préoccupation pour un profond lâcher prise et enclencher le processus de guérison.

 

Au travers de votre gamme de soins Energecia, votre souhait était de parvenir à transcender ‘essence de vie des plantes dans des soins capables de réharmoniser les flux d’énergie essentiels pour se sentir bien dans sa peau et de transcender la réinformation cellulaire. Y êtes-vous parvenue ?

J’y suis arrivée en collaboration avec mon binôme Christophe, en charge de la R&D, avec qui nous avons su faire évoluer ce procédé d’encodage quantique en plusieurs étapes. Tout d’abord en se concentrant sur l’impact subtil des plantes selon leur place dans l’échelle botanique, l’équilibre quantitatif/qualitatif des ingrédients, la transcendance de la puissance vibratoire, puis la qualité informationnelle avec « l’œil quantique » d’experts internationaux.

 

Qu’est-ce qu’un taux vibratoire d’un soin cosmétique et en quoi nous permet-il d’être plus belle ?

La force vitale est à la base de toute vie, elle se mesure avec le taux vibratoire. Toutes les approches holistiques reposent sur cette force vitale invisible, mais bien existante. Nos cellules sont en relation avec une « force », une « énergie », qui organise, régule, répare nos fonctions organiques et nos corps sur tous les plans pour révéler notre plein potentiel beauté pour une beauté éclairée, une peau rayonnante.

 

En quoi consiste votre savoir-faire alchimique vous permettant d’obtenir un taux vibratoire 3 fois plus puissant qu’un soin cosmétique traditionnel ?

Mon savoir-faire repose sur l’interaction entre la lumière et les cellules pour révéler en conscience une nouvelle beauté multidimensionnelle. Il s’appuie sur la révélation des quantas de lumière – une onde lumineuse composée de photons qui transmet de l’information à travers chacune des cellules – dotés d’une mémoire universelle. Cette révélation permet de réinformer les cellules en dynamisant leur taux vibratoire pour transcender la beauté et le bien-être.

 

Pour en savoir plus : https://energecia.com

L’État français condamné pour son inaction dans la lutte contre la pollution de l’air

L’État français condamné pour son inaction dans la lutte contre la pollution de l’air

Mi-octobre 2022, le Conseil d’État a condamné l’État à 20 millions d’euros d’amendes pour le non-respect répété des normes européennes et françaises en matière de qualité de l’air. Dans un communiqué publié en parallèle de sa décision, le Conseil d’État explique que : « si des améliorations dans la durée ont été constatées, les seuils limites de pollution au dioxyde d’azote – qui doivent être respectés depuis 2010 – restent dépassés dans plusieurs zones en France, notamment dans les agglomérations de Paris, Lyon et Marseille. À ce jour, les mesures prises par l’État ne garantissent pas que la qualité de l’air s’améliore de telle sorte que les seuils limites de pollution soient respectés dans les délais les plus courts possibles. »

Il a donc infligé 2 amendes d’un montant de 10 millions d’euros chacune à l’État, reprochant à ce dernier de ne pas appliquer la réglementation européenne en la matière et sa transposition dans la loi française.

Le Conseil d’État avait en effet été saisi en 2017 de l’affaire par des associations de défense de l’environnement. Il avait alors demandé à l’État d’agir pour réduire la pollution au dioxyde d’azote (NOx) et aux particules fines (PM10) sous peine d’une amende de 10 millions d’euros par semestre de retard.

Il réexaminera en 2023 la situation et la portée des mesures prises entre septembre 2022 et 2023.

P O L LU T I O N . Les dépêches de GoodPlanet.info

Près de 70 % de la faune sauvage a disparu depuis 1970

Près de 70 % de la faune sauvage a disparu depuis 1970

Selon l’évaluation de référence du Fonds mondial pour la nature (WWF) publié mi-octobre 2022, la planète a perdu en moyenne près de 70 % de ses populations d’animaux sauvages en une cinquantaine d’années.

Entre 1970 et 2018, environ 69 % des populations de cette faune sauvage – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles – ont ainsi disparu, selon l’Indice Planète vivante, outil de référence publié tous les 2 ans par le WWF.

Selon le rapport, la destruction des habitats naturels, en particulier pour développer l’agriculture, reste la cause principale, suivie par la surexploitation et le braconnage.

Le changement climatique est le 3e facteur, mais son rôle « augmente très, très vite », met en garde Marco Lambertini, directeur général du WWF. Suivent la pollution de l’air, de l’eau et du sol, ainsi que la dissémination par l’homme des espèces invasives.

Pour « inverser la courbe de la perte de biodiversité » et « atténuer le changement climatique », le rapport plaide pour l’intensification des efforts de conservation et de restauration, la production et la consommation d’aliments plus durables et la décarbonation rapide de tous les secteurs économiques. Une alerte rouge de plus pour la planète et ses habitants.

B I O D I V E R S I T É . Les dépêches de GoodPlanet.info

Prolongez la durée de vie de votre appareil Bol d’air Jacquier

Prolongez la durée de vie de votre appareil Bol d’air Jacquier

Le changement de saison est une période particulièrement intéressante pour faire du Bol d’air. C’est le moment de vous assurer du bon fonctionnement de votre appareil. Le forfait révision vous garantit le maintien de ses performances. Depuis sa création, Holiste s’engage à fournir des appareils de qualité et à prolonger leur durée de vie.

 

Forfait Révision Tonic

PROLONGEONS LA DURÉE DE VIE DE VOS APPAREILS !
Le forfait révision vous garantit le maintien des performances
de votre Bol d’air.

 Inclus dans le forfait :
• nettoyage complet de l’appareil
• changement de la résistance
• changement du distributeur (bras corolle)
• main d’œuvre
• transport aller/retour

En savoir plus

 

 

Entretien du Bol d’air Tonic en tutoriel…

Tout au long de l’année, entretenez votre Bol d’air de façon optimale afin de profiter pleinement des bienfaits de la méthode.

 

Profitez du nouveau kit d’entretien

Composition du kit :

  • Un goupillon
  • Un chiffon microfibre
  • Un bouchon avec bec verseur
  • Un entonnoir
  • Un flacon d’alcool ménager
  • Un pochon

 

INFOS & ACHAT EN LIGNE

Bol d’air Jacquier désormais en location

Bol d’air Jacquier désormais en location

Votre location 100% REMBOURSÉE 
en cas d’achat d’un appareil*

Offre valable jusqu’au 30 novembre

Le Bol d’air optimise l’oxygénation de l’organisme. Il augmente et entretient notre faculté d’assimilation de l’oxygène normalement respiré. Le Bol d’air contribue ainsi à préserver un bon état de santé.

Objectif : respirer plus efficacement

Notre capacité à utiliser l’oxygène de l’air diminue en raison de nombreux facteurs comme la pollution, les conditions de vie, le stress, le vieillissement, la maladie… Le Bol d’air apporte une solution à la sous-oxygénation cellulaire (hypoxie) qui en découle.
En savoir plus sur la sous-oxygénation

Lorsque nous respirons, l’oxygène pénètre au fond des alvéoles pulmonaires. Il se lie à  l’hémoglobine de façon instable et forme avec elle l’oxyhémoglobine. L’oxyhémoglobine, transportée par le sang dans tout l’organisme, cède son oxygène aux cellules sous une forme assimilable. Elle se ré-oxygène en revenant aux poumons et le cycle recommence.

Dans l’air que nous respirons, même en cas de pollution extrême, l’oxygène est constamment disponible et sa concentration est de 21% depuis des millénaires. Si nos cellules manquent d’oxygène, c’est bien notre capacité à l’utiliser qui est en cause.

Une solution grandeur nature

René Jacquier avait constaté que depuis l’Antiquité, les lieux de santé se situaient dans des forêts de pins et de sapins. D’observations en expériences, il trouva dans les essences du pin des Landes (Pinus pinaster) la réponse à ses questions.

 

Le rôle de l’essence de pin

L’essence de résine de pin, riche en alpha et beta pinènes, est composée de molécules aromatiques insaturées qui offrent la possibilité d’une liaison chimique supplémentaire. Dans l’atmosphère et dans certaines conditions physiques et météorologiques, elles se chargent fortement en oxygène, ce qui les rend très réactives. C’est à partir de ce phénomène naturel que René Jacquier a imaginé la solution Bol d’air : utiliser l’huile essentielle de résine de pin (térébenthine), pour créer un transporteur d’oxygène.

Un oxygène hautement assimilable

Les pinènes de l’huile essentielle Orésine®, transformés par peroxydation, deviennent des facilitateurs de l’oxygénation cellulaire. D’où le nom de biocatalyseurs que leur donnait René Jacquier.
Le mécanisme est triple :
• l’oxygène est mieux distribué aux cellules. En effet, l’hémoglobine “capte” plus volontiers les pinènes oxygénés que l’oxygène seul. A quantité équivalente dans l’air inspiré, elle en transporte davantage vers les cellules
l’oxygène est plus facilement libéré dans les tissus : transporté par l’intermédiaire des pinènes, il est moins solidement lié à l’hémoglobine
• l’oxygène est délivré sous une forme naissante, hautement assimilable par la cellule.

Une oxygénation équilibrée

Avec le Bol d’air, l’organisme est simplement et naturellement mieux oxygéné :
la respiration cellulaire s’effectue sans risque de stress oxydatif lié au déficit ou à l’excès d’oxygène
la fonction mitochondriale s’améliore :
– accroissement de la production d’énergie
– renforcement des défenses anti radicalaires
la biodisponibilité de l’oxygène est améliorée.

Cette approche n’a rien à voir avec une oxygénation quantitative qui consiste à inhaler plus d’oxygène qu’il n’y en a naturellement dans l’air. Elle est naturelle, sans danger et sans accoutumance.

 

*Le montant de votre location est totalement remboursé en cas d’achat d’un appareil dans le mois qui suit (dans la limite de 2 mois de location). Offre valable jusqu’au 30 novembre.

 

INFOS & ACHAT/LOCATION EN LIGNE

 

Des solutions naturelles pour soutenir le système immunitaire

Des solutions naturelles pour soutenir le système immunitaire

L’hiver arrive… Il est temps de dire au revoir aux longues journées ensoleillées et aux douces soirées d’été.

Penser un instant aux frimas et aux jours qui raccourcissent, leurs lots de virus et d’infections que l’on se passerait bien d’abriter, j’en ai des frissons… pas vous ?

C’est démontré, les virus préfèrent nous attaquer durant la saison froide, lorsque notre système immunitaire est affaibli. Fatigue, températures basses, notre corps, en lutte permanente, est alors davantage exposé aux maladies.

Novembre est là, et voilà que notre organisme manifeste ses premiers signes de fatigue et de vulnérabilité : mal à la gorge, nez qui coule…

Et si nous adoptions des solutions naturelles pour soutenir notre système immunitaire et lutter contre les infections de l’hiver ?

On n’attrape pas froid, mais ce sont les virus et les bactéries qui nous attrapent !

Le froid nous fragilise car, en asséchant notre muqueuse nasale, nos barrières en sont affectées. Virus et bactéries s’en donnent à coeur joie. À cela s’ajoute la prolifération virale qui s’accélère quand les rayons du soleil faiblissent. Eh oui, les U.V. détruisent les virus… Bien se couvrir, porter un bonnet, aérer les pièces même en hiver pour inviter les virus à sortir par la fenêtre sont déjà les bonnes attitudes à adopter.

Heureusement, pour nous aider, bien des solutions naturelles existent. Après des utilisations empiriques millénaires, aujourd’hui, de nombreuses études attestent des propriétés antibactériennes ou immunostimulantes de certaines plantes ou substances naturelles. Échinacée, papaye, vitamine C naturelle, extrait de pépins de pamplemousse et certaines huiles essentielles, comme le ravintsara, phycocyanine figurent ainsi parmi les meilleures solutions pour relancer notre immunité et/ou lutter efficacement contre certaines maladies infectieuses.

L’extrait de pépins de pamplemousse (EPP)

On présente traditionnellement l’EPP comme un produit naturel aux vertus antiseptiques et antimicrobiennes à large spectre, avec une action sur les bactéries, les virus, les champignons. L’EPP est obtenu à partir des pépins, mais certains ajoutent parfois la pulpe et la partie blanche des pamplemousses. Pour plus d’efficacité, il est préférable de choisir des extraits de pépins purs et bio. Ses effets antimicrobiens très larges font de l’extrait de pépins de pamplemousse un complément efficace pour de nombreux maux et très intéressant en cas d’infections hivernales.

Bienfaits de l’échinacée

L’échinacée est une plante réputée pour sa beauté, et notamment pour ses délicates fleurs roses. Les échinacées forment un genre de plantes appartenant à la famille des astéracées, qui comprend 9 espèces et 2 sous-espèces différentes. Ces plantes sont toutes originaires d’Amérique du Nord. En phytothérapie et en herboristerie, 3 espèces d’échinacées sont plus utilisées que les autres, dont Echinacea purpurea.

Par sa composition unique, l’échinacée pourpre stimule de façon significative les défenses naturelles de l’organisme et permet de réduire les désagréments et les symptômes du rhume tout en raccourcissant sa durée. D’après certaines études, l’échinacée renforcerait le système immunitaire, donnerait plus de résistance à l’organisme et consoliderait les défenses immunitaires pour mieux se défendre.

L’échinacée aurait également des vertus pour traiter les états infectieux localisés, notamment ORL : rhinopharyngites, otites, angines… et cutanés.

Une association d’échinacée et de sureau noir potentialisera les effets de ces 2 plantes. En effet, depuis l’Antiquité, le sureau noir est employé pour lutter contre le rhume et les excès de mucus. Chose assez rare, la plante a donné lieu à plusieurs essais pharmacologiques, publiés dans des revues scientifiques. Son usage est donc réputé en cas d’inflammations des voies respiratoires, d’état grippal, de bronchite ou de rhume, grâce à ses propriétés antivirales, antioxydantes et anti-inflammatoires.

On peut également booster ses défenses immunitaires grâce à la phycocyanine !

La phycocyanine, surnommée « l’or bleu » de la spiruline, est reconnue comme étant son composant le plus actif. C’est la source majeure des propriétés énergisantes, immunostimulantes et antioxydantes de la spiruline. Elle va naturellement et activement participer à la protection des cellules de l’organisme. Consommée en cure pour booster vos défenses immunitaires, la phycocyanine va démultiplier les bénéfices reconnus de la spiruline : soutien au système immunitaire, amélioration de la résistance de l’organisme, de la vitalité, du tonus. Il existe de la phycocyanine bio, qui est à privilégier. Des formes concentrées à 40 % de phycocyanine en gélules vous permettront d’ingérer la bonne dose, qui garantira l’efficacité.

Côté aromathérapie, les huiles essentielles sont des actifs puissants

L’huile essentielle de ravintsara est l’incontournable. Elle est présieuse lors des infections hivernales : bronchites, grippes, sinusites, rhumes, toux… Elle aide à dégager les voies respiratoires et nez bouchés.

Saviez-vous que les huiles essentielles sont encore plus efficaces en prise orale ?

Si vous souhaitez prendre de l’huile de ravintsara par voie orale, il faut absolument la diluer dans une huile végétale, sinon ce serait trop agressif. Le mieux est de l’associer à l’huile végétale de nigelle, dont l’action complémentaire rendra le traitement encore plus efficace. La nigelle est immunostimulante, en augmentant le nombre et l’activité des cellules impliquées dans les processus de l’immunité.

Sachez que l’on peut aussi trouver des huiles essentielles déjà diluées, prêtes à l’emploi, dont on peut tirer bénéfice par voie orale sans danger de surdosage. Attention toutefois à ne pas cumuler la prise de plusieurs huiles essentielles sans connaître les possibles interactions entre elles…

La papaye, fruit de jouvence et de l’immunité

Utilisée de façon ancestrale aux Philippines comme soutien de l’immunité et partenaire de longévité, la papaye (Carica papaya) peut être qualifiée de superfruit par sa richesse en fibres, minéraux et vitamines. Dans sa composition, nous retrouvons des enzymes, comme le glutathion, la superoxyde dismutase (SOD), la catalase et la peroxydase. Cette richesse en nutriments et enzymes fait de la papaye une extraordinaire source de vitalité pour l’organisme. La papaye constitue un véritable immunostimulant et un allié majeur de notre système immunitaire, pour nous maintenir en forme et faire face aux agressions de l’hiver.

De la manière la plus courante, la papaye fermentée peut être consommée en début d’hiver pour relancer et stimuler les défenses immunitaires et ainsi prévenir des infections hivernales courantes : grippe, rhumes, otites, sinusites, bronchites…

Vous pourrez la trouver associée à de la vitamine C naturelle extraite de l’acérola, pour un soutien de l’immunité encore plus efficace !

Quelques conseils d’hygiène de vie pour arrêter l’évolution d’un « petit froid » ?

Pensez d’abord à votre alimentation, qui doit être riche en vitamines et minéraux afin de fortifier votre organisme et augmenter vos défenses immunitaires. Alors, abusez de légumes verts et céréales semi-complètes, et limitez les matières grasses saturées, sucres et produits laitiers. Veillez également à avoir un sommeil réparateur pour que votre corps puisse récupérer et se battre contre les agresseurs.

Des pieds chouchoutés pour un corps bien ancré

Des pieds chouchoutés pour un corps bien ancré

« Un homme est fait pour être mobile. Un homme est fait pour bouger. Il n’est pas fait pour s’arrêter. L’homme est fait pour continuer, pour mourir en mouvement, éventuellement. Tout le malheur vient de l’immobilité. Toujours », nous disait Jacques Brel. Les états de mobilité et d’immobilité ont tous deux des choses à nous apprendre et explorer ces deux mondes nous enrichit.

Dans notre société actuelle, notre mental a tendance à s’agiter, alors que notre corps est trop sédentaire. La majeure partie d’entre nous passent trop de temps assis sur des chaises dans une position contraire à notre physiologie. Cela engendre divers dysfonctionnements, notamment au niveau de notre dos et même au niveau digestif.

Marcher est dans notre nature

Nos ancêtres n’allaient pas au supermarché en voiture pour s’approvisionner. Il leur fallait parcourir de longues distances pour trouver de quoi se nourrir. On pense que les premiers êtres humains chassaient jusqu’à l’épuisement. Moins rapides sur une brève distance et dépourvus de griffes, nos ancêtres étaient capables de poursuivre des animaux jusqu’à ce que ceux-ci s’effondrent. Selon certains scientifiques, notre capacité à réguler notre température corporelle par la transpiration et grâce à l’absence de pelage serait un avantage comparé aux autres mammifères, qui doivent haleter pour être plus endurants en marche et en course à pied.

Trouver chaussures à ses pieds

Si vous lisez l’écolomag, il est probable que vous vous intéressez à une meilleure hygiène de vie. L’alimentation moderne est l’exemple typique des travers de notre société. Sans parler crudivorisme, alimentation vivante ou paléo, il est évident que l’alimentation qu’on nous propose de façon standard est, certes, abondante, mais trop riche en sucres, en mauvaises graisses, trop transformée et bourrée d’additifs. Il en va de même en ce qui concerne nos pieds que nos ventres. Les chaussures des magasins conventionnels sont faites pour la mode, pas pour le confort des pieds et votre santé. Rigides et trop étroites, elles sont contraires à notre besoin intrinsèque de mobilité. Elles vont en totale contradiction avec la capacité extraordinaire de nos pieds à modifier l’aspect tridimensionnel de leur structure à chaque pas. Les chaussures rigides empêchent nos pieds et l’ensemble de notre corps de fonctionner correctement. Car notre corps est une chaîne. En redonnant de la mobilité à nos pieds, notre corps retrouve vie. Beaucoup de clichés circulent autour des pieds. On nous dit tout autant qu’il faut un petit talon comme de manger plusieurs produits laitiers par jour. À force de porter des chaussures trop étroites, les orteils se déforment. À force d’être dans des chaussures rigides, ils deviennent rigides.

Si les chaussures épousent nos pieds comme une seconde peau, nul besoin de talon. Notre pied est fait pour amortir. Il nous faut toutefois respecter une période de transition pour retrouver une foulée plus naturelle, qui s’amorce plutôt par l’avant et le milieu du pied (et non par le talon) et utilise une propulsion par la jambe arrière. Une foulée souple et légère, totalement différente des pas talonnants des chaussures conventionnelles. Il est temps de retrouver le contact avec notre corps, d’être à son écoute.

C’est dans les pieds que réside la technique de la marche, pas dans les chaussures, leurs talons, leurs gels ni leurs semelles intérieures. Les chaussures sont utiles pour se protéger du froid, des saletés, de ce qui blesse, et servent à satisfaire des conventions sociales qui voient d’un mauvais oeil les « va nus pieds ».

Les chaussures pieds nus leguano

Les chaussures pieds nus leguano sont ultra-souples et légères. Elles respectent les orteils et suivent parfaitement les mouvements des pieds. Les leguano sont fabriquées en Allemagne depuis 2009. Elles ont été pour moi une révélation. Pratiquante de yoga et d’arts martiaux depuis des années, je me suis rendue compte que les chaussures rigides étaient une aberration, contraire à notre nature. J’ai découvert que nos pieds sont faits pour ressentir. C’est le principe de la réflexologie plantaire, mais la plupart d’entre nous l’ignorent car nous n’avons jamais marché pieds nus plus que quelques minutes dans notre salle de bain voire quelques heures à la plage. Or, lorsque l’on marche pieds nus, nos pieds sont les capteurs qui détectent le relief du sol pour que, en coordination avec l’oreille interne, notre posture s’ajuste et que nous gardions l’équilibre.

La légèreté des chaussures leguano est un immense atout, qui, plutôt que de soulever des enclumes à chaque pas, permet d’économiser de l’énergie pour d’autres activités. Je suis convaincue qu’elles sont un superbe outil pour retrouver le plaisir de la marche, parce qu’il n’y a plus aucun obstacle à ce plaisir.

L’espace pour les orteils évite aux pieds de prendre la forme des chaussures étroites au fil des ans et d’avoir des orteils qui se chevauchent ou en griffe. Si c’est déjà votre cas, souvenez-vous que notre corps n’est pas immobile, et que, si on lui laisse le temps et si on le respecte, petit à petit, les orteils ont la capacité à revenir dans leur axe. Tandis que les laisser dans un espace exigu et rigide ne fera qu’aggraver les problèmes.

Au plus profond de nous-même, notre corps est en perpétuel mouvement. Telle la Terre qui tourne autour du Soleil, à chaque instant, notre coeur bat, nos poumons se gonflent et se dégonflent pour ne cesser leur mouvement qu’au moment ultime de notre passage vers une autre forme de vie. Ainsi l’on rejoint les paroles de Jacques Brel indiquant que l’immobilisme est la mort. Soyons en vie ! Je vous la souhaite belle, joyeuse et en mouvement !

www.leguano.fr

Grand dossier : Réveiller notre pouvoir intérieur !

Grand dossier : Réveiller notre pouvoir intérieur !

Nous oublions trop souvent que nous faisons partie intégrante de la nature. Notre mode de vie moderne nous a, en effet, déconnecté de la nature au profit d’un certain confort matériel. Or, plus nous nous éloignons d’elle, plus nous nous éteignons et fatiguons facilement. Mais la nature possède d’incroyables pouvoirs dont il nous est possible de profiter au jour le jour. Alors, pour être en harmonie avec soi-même, rayonner de l’intérieur et réveiller nos énergies, observons la nature et profitons, dans le plus grand respect, de la Terre nourricière. Afin d’entretenir cette fréquence vitale tout au long de l’année, il est nécessaire de caler notre rythme sur celui de la nature, d’observer la vie et ses cycles et de nous en nourrir.

Voici nos quelques conseils à suivre au quotidien… À se perdre dans la nature, il se pourrait bien que nous nous y retrouvions.

« La véritable sagesse consiste à ne pas s’écarter de la nature, mais à mouler notre conduite sur ses lois et modèles. » Sénèque

 

 

Conseil n° 1 : se relier à la nature

Savez-vous que la Terre est en lien direct avec notre énergie vitale, notre bien-être et notre beauté ?

C’est, en effet, au contact de la nature et des éléments, parcourus par des réseaux énergétiques, que nous évoluons et que nous créons notre propre univers sensoriel.

Retrouver une vie consciente et ancrée dans la nature nous aide à mieux vivre en accord avec elle, avec les autres et avec soi-même. Car, au contact des éléments de la nature, notre corps reçoit des informations et recharge ses batteries, notre système immunitaire se renforce et notre charge mentale diminue. Nous voyons alors plus clair dans notre vie.

Le meilleur moyen de s’harmoniser au contact de la nature et d’en recevoir tous ses bienfaits est de pratiquer le earthing.

Il consiste à être au maximum en contact avec les éléments afin de capter des informations sensorielles et de développer tous nos sens. Le toucher, en marchant par exemple pieds nus dans la nature, en rentrant au contact de l’écorce des arbres, du sable, de la terre, l’odorat en profitant des embruns marins, en humant la forêt, le goût au travers d’une alimentation végétale raffinée, l’ouïe en pratiquant par exemple une méditation en écoutant les bruits de la nature, comme celui des vagues, le chant des oiseaux ou le vent, et enfin la vue, en contemplant des paysages apaisants, des espaces clairs, verts et ouverts.

« Du vert pour les yeux »

Au Moyen Âge, Hildegarde – docteur de l’église et abbesse – recommandait du « vert pour les yeux » en cas de fatigue de ces derniers. « Le vert de ce pré écarte les troubles des yeux et les rend propres et clairs », disait-elle. Cela fonctionne également avec une simple étendue d’eau, élément vivant qui fait du bien.

Pour aller plus loin…

S’ouvrir à l’énergie des arbres

Le génie des plantes

 

Conseil n° 2 : vivre au rythme des saisons

Notre rythme de vie moderne nous a quelque peu déconnecté du rythme des saisons. Nous mangeons des tomates en toutes saisons, nous affectionnons l’été et détestons souvent les saisons froides, au lieu de tirer profit de chacune des saisons. Il est urgent de prendre conscience de leur caractère cyclique et de leur influence sur notre équilibre émotionnel, c’est une condition pour pouvoir se sentir épanoui et en accord avec soi-même. Car elles représentent l’éternel recommencement de la vie, qui naît, s’épanouit, produit des fruits et meurt. Elles sont le reflet de notre existence entière, mais aussi des cycles plus courts qui construisent notre quotidien. Vivre en harmonie avec le rythme des saisons, c’est accepter la temporalité de l’existence, puisque l’impermanence dans le permanent est fondamentale dans le cycle de la vie. Il est question d’apprendre à identifier, reconnaître et vivre nos émotions pour créer notre équilibre.

Comment vivre au mieux avec l’hiver ?

L’hiver est un temps de connexion à soimême, de recueillement et de construction intérieure. C’est le moment propice à la réflexion et au silence. On se ressource, on redirige l’énergie vers soimême, on fait le bilan et on profite du calme de la nature endormie.

C’est la saison du repos et de l’hibernation de la Terre. On se pose et on rassemble toute son énergie afin de prendre de la puissance. L’hiver correspond à la direction du nord.

Symboliquement, dans le cycle de la vie, le soleil qui se couche représente la vieillesse. C’est donc la période favorable à la régénération : on se protège pour mieux se reconstruire. La phase lunaire de l’hiver est la nouvelle lune. On se prépare à être plus fort, on s’enracine.

 

Conseil n° 3 : se faire ami avec la lune

Peut-être l’avez-vous remarqué, mais nous tenons de moins en moins compte des cycles lunaires et cela influe négativement sur notre énergie et nos humeurs. Si la lune a des effets puissants sur notre planète (sa force d’attraction affecte les marées, dont les courants modulent la circulation océanique qui redistribue la chaleur de l’équateur vers les pôles. Elle a donc un effet sur le climat. Sa force gravitationnelle maintient également la légère inclinaison de l’axe de la Terre, qui détermine les saisons), elle en a aussi sur notre corps, qui est fait majoritairement d’eau, jusqu’au niveau cellulaire. Sous son action, nos fluides et nos cellules vivent une micro-marée dans notre corps. Et bien sûr, les femmes ont un cycle menstruel rythmé par celui de la lune. La lune représente d’ailleurs l’énergie yin, donc notre côté féminin.

Lorsque nous prenons conscience des phases par lesquelles la lune passe, nous pouvons vivre pleinement les changements qui s’opèrent dans notre corps et tirer parti de ces mouvements énergétiques pour notre beauté. Les 4 grandes phases de cet astre peuvent, en effet, nous aider à nous caler dans nos énergies féminines et à nous harmoniser.

Vivre en conscience avec ces cycles est un très grand support pour gagner en confiance en soi, et pratiquer des rites de lune est une expérience rééquilibrante.

Pour aller plus loin…

Vivre au rythme de la lune

 

Conseil n° 4 : profiter du pouvoir du soleil

Le soleil est source de joie et de vitalité. Il représente l’énergie yang, donc notre côté masculin, associé à la force et à l’activité. Sa lumière guérisseuse a un pouvoir régénérant. Lorsque nous y sommes exposé, son énergie est redistribuée dans tout notre organisme et participe à la bonne assimilation des vitamines. Il est notre principale source de vitamine D, dont la synthèse booste notre système immunitaire. Il stimule les hormones du bien-être, qui régulent notre humeur et notre appétit, tandis que le manque de lumière peut conduire parfois à un état de morosité. 10 à 20 minutes de soleil par jour suffisent pour booster notre humeur et nous aider à mieux dormir.

 

Articles à voir :

Dossier santé : Réveiller notre pouvoir intérieur !

Dossier bien-être : Réveiller notre pouvoir intérieur

Dossier beauté : Réveiller notre pouvoir intérieur !

THERATEX révolutionne la gestion de la douleur avec ses textiles innovants aux propriétés antidouleur et anti-inflammatoire naturelles.

THERATEX révolutionne la gestion de la douleur avec ses textiles innovants aux propriétés antidouleur et anti-inflammatoire naturelles.

Quand Nature, Science et Technologie sont réunies au cœur d’un textile bioactif pour vous offrir une expérience de bien-être incroyable !

Spécialiste en vêtements techniques aux propriétés anti-douleurs, THERATEX révolutionne la gestion de la douleur et des tensions physiques en proposant une thérapie alternative, naturelle et innovante, à la pointe de la technologie du bien-être, apportant soulagement et bien-être à tout le corps. 

 L’énergie minérale, la solution active naturelle pour un soulagement efficace
 
  • APAISE vos douleurs
  • SOULAGE vos tensions  musculaires
  • LIBERE votre mobilité articulaire
  • AMELIORE les problèmes circulatoires et œdèmes
  • OPTIMISE votre métabolisme cellulaire
  • ACTIVE le thermorégulation 
  • REGULE votre équilibre acido-basique

 

Sportifs, les cellules fonctionnant mieux, on observe une  optimisation du métabolisme cellulaire   ainsi qu’une régulation des dysfonctionnements du corps.

  • REDUIT le temps de récupération après l’effort ( meilleure élimination des toxines )
  • AMELIORE les performances physiques (meilleur apport en oxygène)
  • ACCELERE la régénération cellulaire (meilleur échange au niveau cellulaire)
  • NON DOPANT

 

 

INFOS & ACHAT EN LIGNE

Dossier santé : Réveiller notre pouvoir intérieur !

Dossier santé : Réveiller notre pouvoir intérieur !

Il est une évidence : nous ne nous faisons pas assez confiance, et ce particulièrement dans le domaine de la santé. L’objectif n’est, bien sûr, pas une automédication, mais d’être dans une écoute subtile des signaux que notre corps nous envoie. Nous détenons les clés de notre pleine santé, alors soyons attentif au quotidien à ce qu’il a à nous dire. Il est grand temps de réveiller notre médecin intérieur !

« La santé, c’est le parfait dialogue entre nos cellules, notre corps et notre environnement. En élevant notre niveau de conscience, nous élevons notre niveau vibratoire et renforçons notre système immunitaire. Tout est Un et rien n’est séparé. Le problème de notre temps n’est pas la bombe atomique, mais le cœur de l’homme. » Albert Einstein

 

 

Réveiller notre médecin intérieur !

Et si nous réveillions notre médecin intérieur ? L’objectif n’étant pas, bien sûr, de pratiquer l’automédication, mais de revoir notre vision de la santé.

Comment ? Tout d’abord, nous devons prévenir plutôt que guérir.

La prévention est au premier plan de notre santé. Le jour où la maladie se déclare, il est souvent trop tard. La plupart des médicaments pour traiter l’hypertension, le diabète, les maladies cardiaques, le cancer, les maladies auto-immunes de toutes sortes ne sont pas efficaces pour la guérison. Ils ne traitent pas la cause intime de nos maladies, de sorte que nous vivons pour les années à venir sous les effets secondaires souvent nocifs de plusieurs médicaments, car nous ne connaissons pas les interactions de tous ces cocktails médicamenteux à prendre des années durant. Par ailleurs les études nous démontrent, de plus en plus, que plus de la moitié de toutes ces maladies chroniques pourraient être complètement prévenues avec un style de vie adéquat. Le médecin doit être à l’affût, car, de plus en plus, les recherches scientifiques pharmacologiques sont davantage à la solde de la finance corporative que de l’intérêt santé du patient.

Ainsi, prévention et santé consciente vont de pair. Il faut donc que l’individu se conscientise, se responsabilise et s’informe quant à son environnement, son alimentation, sa qualité physique et émotionnelle. L’individu, l’être humain est une entité corps-esprit dont la médication ne peut résoudre le dilemme maladif. La médecine ne saurait être extérieure à l’homme. L’homme n’est pas une machine. Nous réalisons de plus en plus qu’il n’y a pas de régime universel, qu’il n’y a pas de médicament universel, qu’il n’y a pas une seule cause à une crise cardiaque. Les messages psychologiques non verbalisés, retenus vont se condenser, se matérialiser dans le corps physique et se manifester sous forme de maladie.

Ensuite, il est important de travailler sur la cause et non de soulager les symptômes comme la plupart de nos médicaments pharmaceutiques le font trop bien, se renseigner et se responsabiliser sur notre santé et non s’en remettre uniquement à des institutions médicales et pharmaceutiques qui détiennent tout le savoir sur notre santé.

Faisons-nous confiance, intégrons le fait que nous détenons les clés de notre pleine confiance sans toujours attendre que la médecine fasse des miracles en masquant les causes par des réponses aux seuls symptômes.

 

Articles à voir : 

Le réveil du grand poisson sage

Rubrik’ à trucs Spécial réveiller le pouvoir qui est en vous !

Le réveil du grand poisson sage

Le réveil du grand poisson sage

« Un jour, deux jeunes poissons demandèrent : “Qu’est-ce que c’est que l’eau ?” N’obtenant pas de réponses satisfaisantes, ils se mirent à voyager en quête de rencontrer le grand poisson sage. Celui-ci leur répondit : “Sots que vous êtes, et cependant sages êtes-vous le peu d’entre vous qui cherchez la vérité, vous vivez et avez votre existence dans l’eau, elle est l’énergie qui circule partout en vous, dans toutes vos cellules, et vous maintient en vie !” »*

De même, avons-nous conscience que nous nous mouvons dans l’éther, dans la force de vie ?

S’il vous plaît, cessons de donner du pouvoir à des sources extérieures, les réponses sont en nous. Tout est en nous. La puissance est en nous.

Nous avons tous un pouvoir de cocréation

Selon les écrits anciens, nous avons un pouvoir de cocréation puisque nous aurions été faits à l’image du Créateur.

Comment faire pour réveiller ce pouvoir intérieur ? Je crois qu’un chemin serait d’élever notre conscience, en réalisant que nous sommes de puissants êtres créateurs souverains, capables de surmonter toutes les situations aliénantes… Si nous le voulons, nous pouvons utiliser ce pouvoir de cocréation avec sagesse et bienveillance. Il s’agit notamment de la puissance de notre pensée créatrice. En visualisant un monde meilleur, pour le bien-être des générations futures, nous pouvons améliorer la situation (actuellement déplorable) de notre planète.

Comment élever notre conscience ? Peut-être avec des lectures avisées, des pratiques méditatives, de la gratitude envers la vie, et surtout la mise en pratique de nos valeurs et de nos croyances, car c’est ce qui semble nous manquer le plus.

La sagesse est en nous

Selon ce qu’on peut en lire : la sagesse est amour et action. Elle ne juge pas, elle est honnête en toutes situations, elle est bienveillante, patiente, empathique, pacifique, à l’écoute de chacun. La sagesse serait le fruit de la mise en pratique des valeurs les plus hautes. Elle est calme tout en étant très dynamique, efficace, assertive et droite… La sagesse donne et reçoit, sans attendre. La sagesse n’est pas issue de l’intellect, son expression vient du coeur ! La sagesse ne divise pas les hommes ; au contraire, elle les rassemble et les ramène vers l’amour et la miséricorde…

La sagesse s’incarne avec beauté et courage dans des êtres qui laissent une trace indélébile, comme la grande thérapeute du Moyen Âge, Hildegarde de Bingen. La sagesse nous instruit avec une patience et une bonté infinies. Elle peut être rectitude et cependant toujours douce et bienveillante.

« Bienheureux en esprit sont les pauvres, car le royaume des cieux leur appartient. »* Que veulent dire ces paroles de Jésus ? Qu’il serait préférable d’avoir un grand coeur plutôt que d’avoir une grosse tête ? Toutes nos connaissances intellectuelles nous ont-elles permis de conjurer le changement climatique, la misère dans le monde, les maladies, les guerres, la souffrance animale ?

Des animaux qui nous disent que nous sommes « une partie d’un grand tout »

Si vous lisez le captivant livre de Dawn Baumann Brunke, Perles de sagesse du peuple animal (aux éditions Ariane), vous serez peut-être surpris comme moi par les similitudes des messages d’animaux d’espèces très différentes (poissons, chiens, chats, chevaux, éléphants, mouches, baleines, oiseaux, etc.), qui nous disent tous : « Nous sommes tous UN ! »

« Le message le plus important du point de vue des animaux que je rencontre, dit Carol Gurney, est : “Laissez-nous venir vous aider à vous aimer vous-même.” »

Dès que l’on prend conscience que nous sommes une partie d’un grand tout, dont la dimension dépasse l’entendement humain, et que l’on met en pratique cette idée, alors notre vie se transforme positivement et merveilleusement ! C’est aussi la façon dont on peut appliquer la physique quantique dans tous les domaines de la vie.

Cette ouverture de conscience nous amène à constater une accélération du temps, une accélération de l’élévation vibratoire et une accélération du réveil des consciences de chacun.

Ce phénomène exponentiel d’élévation provoque la fin de l’époque guerrière de l’ère des poissons. Et même si la transition devait encore durer longtemps, le processus aboutira. Il serait donc souhaitable de surfer sur la vague et de s’accrocher…

Pourrait-on imaginer que, dans quelques années, les guerres n’existent plus ? Parce que ceux qui les provoquaient ne seront plus là. La terre refleurirait. Les hommes vivraient de plus en plus dans le respect des valeurs les plus hautes, le respect des règnes animal, végétal et minéral… Ils apprendraient à vivre en paix les uns avec les autres.

Soyez assuré que nous avons tous en nous un pouvoir latent immense, qui est celui de cocréer par la pensée, les sensations, les émotions, et de bâtir un monde nouveau, meilleur que le précédent, à condition d’exercer nos pouvoirs dans le « bon » sens, avec empathie et bienveillance.

Ces derniers mois, je vois des gens de partout qui se rencontrent grâce à de nouveaux réseaux d’êtres humains, qui refont société ensemble et s’entraident. C’est réjouissant. Les valeurs du coeur apportent beaucoup plus de bonheur que tout l’argent du monde. Donner et partager, cela rend heureux.

Attendez-vous un sauveur ? Il me semble que nous devrions agir en accomplissant nous-même ce que nous attendons des autres. Devenir notre propre sauveur en nous appuyant sur nos pouvoirs de cocréation d’une nouvelle réalité.

La recherche de pouvoir est un chemin de perdition

Quand je vois parfois des jeunes s’amuser à l’apprenti sorcier avec des livres de sortilèges, des tablettes de ouija, je suis inquiet, car il est fort dangereux et aliénant de chercher à développer des pouvoirs occultes et à pratiquer la sorcellerie… Même en étant pourvu de bonnes intentions, ce n’est jamais sans risque ! Harry Potter est une fiction. Dans la réalité, c’est différent, le praticien risque fort de s’abandonner à des esprits et à des entités malfaisants qui ne le laisseront pas en paix.

Inversement, si nous cherchons à développer plus de sagesse, par la mise en pratique de valeurs éthiques, et en avançant sur le chemin intérieur d’apprentissage par la connaissance de soi, alors nous aurons de grandes chances de trouver en nous-même « le trésor intérieur » qu’est la puissance de l’aide intérieure, comme une connexion à « l’intelligence infinie, l’amour absolu » en nous. Les « médecines quantiques » en attestent : l’amour est le plus puissant de tous les pouvoirs. Paix dans les coeurs.

Stéphan Lentzner
Naturopathie, MTC**
www.therapie-globale.com

* Extraits d’une parabole de Jésus
** Médecine traditionnelle chinoise

Rubrik’ à trucs Spécial réveiller le pouvoir qui est en vous !

Rubrik’ à trucs Spécial réveiller le pouvoir qui est en vous !

Se recharger en énergies positives avec la douche de lumière

Cet exercice salvateur ne vous prendra pas plus de 2 à 5 minutes par jour. Debout, les yeux fermés, sentez la lumière qui descend sur votre tête, comme l’eau coule d’un pommeau de douche. Elle éclaire votre visage et ruisselle le long de votre corps. Vous la recevez dans les paumes de vos mains. Prenez une douche avec cette lumière. Passez vos mains rayonnantes sur votre corps, votre visage, vos bras, votre dos et le long de vos jambes. Cette douche entraîne les impuretés de vos corps subtils dans la terre, qui les absorbe et les recycle.

Visualisez maintenant la lumière qui entre en vous par le sommet de votre chakra couronne ; elle pénètre toutes les cellules de votre corps. Vous êtes la lumière. Vous êtes à présent dans un halo lumineux protecteur.

 

 

Se purifier par fumigation au palo santo

Connaissez-vous ce bois sacré qui est utilisé par les chamans lors des cérémonies de purification ?

Il est idéal pour faire rayonner notre paix intérieure et nous permettre de nous recentrer avec sérénité.

Seul le bois femelle renferme la sève sacrée, et c’est bien après que les branches de l’arbre soient mortes et arrivées à maturation (quelques années sont nécessaires) qu’elles sont enfin récoltées. Sa senteur chaleureuse aux notes boisées et aux accents de citrus nous place dans un état de bienêtre très agréable, favorisant la détente du corps et de l’esprit. Ce bois a des vertus antiseptiques, antivirales, anti-infectieuses, anti-inflammatoires et antibactériennes.

Comment procéder pour le rituel ?

Commencez par allumer une bougie et formuler une intention de renouveau. Placez le bâton de palo santo sur la flamme pour qu’il puisse se consumer. Lorsqu’il brûle suffisamment, soufflez dessus afin de générer une fumée purificatrice.

Passez-la tout autour de vous afin de vous faire entrer dans un état d’harmonie. Déplacez-vous également dans vos pièces pour les purifier si besoin. Il est possible aussi d’enfumer vos cristaux et tous les objets que vous souhaitez purifier.

Répétez l’opération jusqu’à ce que vous vous sentiez en accord avec vous et votre espace.

Un mantra de purification ?

Lors de votre rituel de purification, vous pourrez, si vous le souhaitez, verbaliser et trouver votre propre mantra de visualisation, à répéter plusieurs fois.

Par exemple : « Que par cette fumée toutes les mauvaises énergies retournent à la terre et que cet endroit s’emplisse de lumière. Namaste. » Puis remerciez l’univers.

 

Pardonner et tourner la page

Le pardon fait partie de la vie en chacun d’entre nous. Il en existe de plus difficiles à accorder que d’autres, et l’on n’est pas toujours enclins à le faire. Il s’agit d’un cheminement personnel, il faut attendre le bon moment : celui où l’on se sent prêt. Pardonner ne signifie pas oublier ce qu’il s’est passé ni justifier les actes qui nous ont blessé.

Le pardon est une libération que l’on s’offre à soi-même, un pas immense vers la paix intérieure. On pardonne pour soi, pour se sentir libéré !

 

Des pensées positives pour renforcer et faire briller votre aura

  • Identifiez ce qui vous rend négatif. Transformez-le en positif, en agissant sur ce qui peut changer, que ce soit la situation extérieure elle-même ou votre attitude.
  • Évitez les situations de stress.
  • Évitez les énergies parasites. Soignez votre alimentation.
  • Faites de l’exercice, le plus souvent possible.
  • Évitez de vous dévaloriser.
  • Préférez les phrases positives aux phrases négatives.
  • Tous les soirs, pensez à 3 moments positifs de votre journée.
  • Exposez-vous à la lumière du jour. Soignez votre sommeil, notamment en vous couchant avant minuit, après une douche froide, sans écran au moins 1 heure avant.

 

Rencontrer son animal totem

Qu’est-ce qu’un animal totem ? C’est un animal dont la symbolique correspond à notre propre nature, à nos désirs, à notre dimension animale. En règle générale, on ne choisit pas son animal totem, mais c’est lui qui nous choisit. On l’appelle aussi « animal de pouvoir ». Pour les chamans, rencontrer son animal totem est une médecine puissante qui nous permet de prendre confiance en notre instinct, pour être plus assuré et ferme dans nos choix.

Alors, comment découvrir notre animal totem ?

Sachez tout d’abord que nous avons, en nous, cette capacité de lui demander de se révéler à nous.

Le découvrir par l’enfance : quand vous étiez enfant, quel était votre animal préféré ? celui que vous aimiez dessiner spontanément ?

Le découvrir en balade : lors d’une balade en pleine nature, quel animal rencontrez-vous souvent ou vous fascine tout particulièrement ?

Le découvrir par le rêve : le soir, avant de vous coucher, fermez les yeux. Laissez vos pensées défiler puis exprimez le souhait de rencontrer votre animal totem en rêve.

Quelques exemples d’animaux totems et de leurs singularités :

Le loup : sensibilité à l’écologie – caractère sauvage – famille

Le léopard des neiges : force – élégance – nature insaisissable

L’ours noir : mûrissement – hibernation – introspection

L’orang-outan : paix – présence – solitude

Le rhinocéros : tranquillité – ténacité – ancrage

L’araignée : créativité – réceptivité – patience

L’écureuil roux : énergie – constitution athlétique – anticipation

L’éléphant : bonté – sagesse ancestrale – coopération

Pour aller plus loin…

Animaux totems

 

Dossier bien-être : Réveiller notre pouvoir intérieur

Dossier bien-être : Réveiller notre pouvoir intérieur

Nous sommes tous, en quelque sorte, des magiciens, fées ou sorcières sans même le savoir, et cela n’a rien de péjoratif et ne doit nullement nous effrayer ! Car, oui, nous possédons tous des pouvoirs, quels qu’ils soient. Mais, ce qui nous manque le plus souvent, c’est la confiance en nous, en notre potentiel illimité. Nous sommes à la fois notre meilleur ennemi et notre plus grand saboteur. C’est nous-même, et non les autres, qui nous posons des limites et nous empêchons de réaliser et d’obtenir ce que nous voulons le plus.

Mais les choses peuvent changer. Nous pouvons renforcer et éveiller notre pouvoir intérieur. Alors, n’oubliez jamais que vous êtes magique !

« Réalisez profondément que le moment présent est tout ce que vous avez. » Eckhart Tolle

 

Articles à voir :

Élévation de la conscience et du pouvoir intérieur…

Porter un nouveau regard sur la femme ménopausée

 

Élévation de la conscience et du pouvoir intérieur…

Élévation de la conscience et du pouvoir intérieur…

Avec l’aide des Fleurs de Bach et de leur énergie vibratoire qui nous touchent au plus profond de notre être, tel un catalyseur de transformation.

Comprendre et accepter que nous sommes ce que nous pensons. C’est déjà un grand pas vers la réalisation de son pouvoir intérieur face à notre vie, notre devenir et sa matérialisation. En effet, notre pensée est créatrice… Plus nous pensons « positif », plus nous le serons et déclencherons ce processus de conception de notre bonheur sur terre.

Le corps, l’âme et l’esprit ne font qu’un, dans une enveloppe charnelle qui nous renseigne et nous envoie des signes afin de rééquilibrer l’harmonie et la fluidité des énergies.

Il y a 92 ans, le Docteur Bach, précurseur en son temps, avait déjà décelé ce lien ; il disait que « l’état d’esprit d’une personne a un impact sur sa santé », alors que la médecine allopathique – encore balbutiante tant en chirurgie que dans la recherche – ne s’accrochait qu’aux symptômes, certes admirable à bien des points de vue. Mais, aujourd’hui, en 2022, interpréter notre force de guérison comme une élévation de conscience qui va nous permettre d’acquérir un super-pouvoir face à nos peurs, nos tracas, nos maladies, nos traumas est une évidence !

Le Dr Bach parlait, à l’époque, de la gestion de notre psyché humaine par 3 pôles principaux : le moi supérieur, c’est-à-dire la petite flamme qui fait de nous un être divin, notre âme ; le moi pensé, qui est construit par notre éducation familiale, scolaire, religieuse, sociétale et civique, tel un logiciel que l’on aurait mis dans le disque dur ; et le moi senti, représentant notre coeur, l’affect, les émotions, le lieu d’échanges d’amour et d’équilibre entre le donner et le recevoir…

Ainsi, choisir la florithérapie comme outil de développement personnel et/ou d’élévation spirituelle, ou d’aide au déclenchement du processus d’autoguérison, c’est pratiquer les 4 points décrits par le Dr Bach lui-même (Extrait de La guérison par les Fleurs).

« Notre victoire sur la maladie dépend essentiellement des conditions suivantes :

  1.  Avoir conscience de la divinité en nous, et, par conséquent, de notre pouvoir contre le mal.
  2. Savoir que la cause fondamentale de la maladie est le manque d’harmonie entre la personnalité et l’âme.
  3. Avoir la bonne volonté et l’intelligence de découvrir le défaut responsable du conflit.
  4. Éliminer ce défaut en développant la vertu opposée. »

Les fleurs ou élixirs floraux diffusent peu à peu et naturellement, par le vecteur de l’eau, leurs bienfaisantes vertus curatives et leurs messages afin d’inverser une émotion vécue négativement pour la vivre en positif, et nous soutiennent dans notre travail intérieur de développement personnel. La prise d’élixirs participe grandement à mettre des mots sur nos émotions et notre ressenti, afin de conscientiser notre réel pouvoir intérieur pour cerner notre caractère, notre tempérament, nos blocages, nos peurs et nos besoins.

Cela paraît simple, et se faire aider par les fleurs et notamment celles appelées « fleurs de type » intéressantes et efficaces sur notre psyché, car elles boostent subtilement notre vitalité et la prise de conscience de notre potentiel, pour le mettre en route en conscience.

• Certaines fleurs sur les 38 de Bach comme : Star of Bethlehem, Chestnut Bud, Cerato, Agrimony, Crab apple, Centaury, Holly, Wild Oat, Sweet Chestnut, Water Violet…

• Certains élixirs floraux Deva sur les 96, comme : Abricotier, Alchemille argentée, Amarante, Bouton d’or, Brunelle, Coeur de Marie, Épilobe, Lavande, Lotus, Passiflore, Oignon et bien d’autres !

… sont de réels soutiens à la personnalité et au recentrage vers l’essentiel ; réconfort et cicatrisation, estime de soi, confiance, détermination, quête d’identité, nettoyage et purification, apaisement, aide à l’orientation, au ressourcement, à se réaliser…

Le Docteur Bach a été, en ce point, un précurseur sur l’apprentissage de la médecine, une médecine nouvelle et holistique qui prend l’être dans son ensemble, son histoire, son vécu, ses particularités, ses émotions, qui sont des éléments tellement importants à prendre en compte dans le processus de santé globale et d’aide à la guérison.

Nous vivons en ce moment une prise de conscience mondiale et universelle de ces changements ou transmutation des énergies, et allons, pour ceux qui y sont sensibles, vers cette nouvelle ère… ÉNERGÉTIQUE ET VIBRATOIRE. Nous devons vivre pour cela une période de cohabitation plus ou moins chaotique ; gardons le cap avec prise de recul et vue d’ensemble, et restons en cohérence avec nos croyances non limitantes !

Je suis à votre disposition pour trouver vos fleurs en fonction de vos besoins d’aujourd’hui, vous concocter le bon mélange floral et énergétique pour une cure d’1 mois pour commencer, et plus si besoin…

Isabelle Bourdeau
06.814.614.86 sur rendez-vous en distanciel et présentiel
contact@lapogeedesoi.fr  
www.lapogeedesoi.fr

Chaîne YouTube : Isabelle Bourdeau Florithérapeute et plus

Porter un nouveau regard sur la femme ménopausée

Porter un nouveau regard sur la femme ménopausée

avec Yaël Catherinet-Buk
Auteure
 

Le regard sur la femme ménopausée est en pleine évolution et c’est une excellente nouvelle ! Car la fin du cycle n’est pas la fin de la femme, bien au contraire ! Dans son magnifique ouvrage Femme sage aux éditions Véga, l’auteur Yaël Catherinet-Buk nous délivre un message fort et poignant. Accompagnante du féminin en chemin, poétesse, doula, formée à la naturopathie, Yaël accompagne les femmes selon leurs besoins par des soins, des consultations, des stages, des cercles et des temps individuels. Nous sommes ravis d’avoir pu lui poser quelques questions sur ce sujet encore si tabou.

En tant que femmes, sommes-nous suffisamment préparées pour accueillir avec bienveillance la ménopause ?

Il me semble que le mot préparer est inadéquat, car la ménopause n’est pas comme la grossesse avec la notion de kit de préparation.

Le passage de la ménopause doit être un accompagnement, une transition, un regard.

On peut plutôt s’interroger sur les ressources dont les femmes disposent pendant ce passage : des modèles inspirants, la parole des unes et des autres et pas qu’un suivi gynécologique qui pose le fatal diagnostic.

La complexité de la ménopause est qu’il y a des manifestations physiques et émotionnelles, mais aussi une question autour de notre place en tant que femme ménopausée.

L’accompagnement doit se faire à la fois sur la transformation physique, psychologique et surtout sur le chemin qui, au contraire, débute et non se termine.

Beaucoup de femmes vivent cette transition dans une détresse physique et psychologique. Quels conseils leur donneriez-vous ?

Comme je l’évoquais ci-dessus, il est nécessaire de s’interroger sur la transition elle-même, celle qui nous est proposée en France. Au Japon, les femmes n’abordent pas et ne vivent pas la ménopause de la même manière et n’ont, du coup, pas les mêmes symptômes liés à ce passage.

Le conseil qui me semble opportun à donner, c’est que si notre corps, notre esprit « parle » et « s’exprime » par une manifestation physique ou émotionnelle, c’est qu’il a un ou des besoins, une demande de soutien, de reconnaissance, de mise en lumière.

Ce soutien peut venir d’une professionnelle, d’un rituel ou de toute manifestation festive qui rend ce passage non comme une fatalité mais comme une célébration.

Enfin, la détresse peut être apaisée et s’accompagner de ressources naturelles et non chimiques.

Cependant, si l’une d’entre nous emprunte la voix plus classique pour ce passage, il me semble aussi important de ne pas la stigmatiser mais, au contraire, d’ouvrir un espace d’écoute aux peurs, aux besoins… et qu’elle trouve ce qui est le plus approprié pour elle. Il n’y a pas qu’un modèle, mais diverses possibilités pour chacune !

Selon vous, pourquoi ce moment si singulier dans la vie d’une femme est-il non pas une fin, mais un commencement ?

La ménopause est la fin de notre cycle menstruel et, pour certaines, il y a une crainte inconsciente liée au désir, à la sexualité, à la créativité.

Comme un deuil renvoyant à une petite mort, au vieillissement et cela effraie. Car nous possédons toutes une image archétypale d’une femme vieillissante qui, après la ménopause, passe déjà dans le 3e âge !

Or, à la ménopause, nous n’avons pas 80 ans, mais 45, 50, 55 ans… Nous ne sommes plus confrontées au risque de grossesse. Nous constatons que nous avons plus de temps pour nous-même ! Nous avons plus d’expérience, de connaissance sur qui nous sommes, sur nos désirs, nos rêves. C’est un nouveau printemps qui s’ouvre à nous.

Nous nous allégeons des modèles de réussite, de performance, du « faire », nous plongeons dans « l’être ». Nous ne sommes plus au service des autres, mais au service de la femme que nous sommes !

Comment définiriez-vous cette femme sage dont vous parlez dans votre ouvrage ?

La femme sage nous montre une femme qui, comme un fruit mûr, incarne la plénitude. Elle n’est pas que sagesse parce qu’elle possède la sagesse de l’expérience et la connaissance.

Elle devient la sagesse car elle s’est libérée des modèles de perfection et, sûrement, de ce qu’elle-même avait comme attentes sur sa féminité et sa place de femme.

Elle n’a plus rien à prouver, gagner, juste à goûter !

La femme sage, après avoir réuni toutes ses aspérités, devient une femme solaire !

Ce passage clé n’est-il pas encore plus compliqué lorsque l’on n’a pas été mère alors qu’on le souhaitait et que la vie en a décidé autrement ?

Idem, la réalisation d’une femme ne passe pas par la case maternité.

Nous sommes toutes mères de divers projets, créations, relations aux autres… La « mère » est une figure en nous toutes, que nous portons si nous souhaitons prendre soin, créer, être en lien avec ce qui germe ; l’amour qui se diffuse…

Bien sûr, certaines femmes, à ce passage, peuvent éprouver des regrets d’une non-maternité de chair, renvoyant à elles un vide, un questionnement.

Mais, là encore, c’est une histoire d’affranchissement du regard des autres.

Surtout, il me semble que le diktat de la société nous a trop répétés qu’une femme – pour être pleinement épanouie – se devait d’être mère. Être femme n’est pas une fonction, c’est une rencontre avec sa féminité. Une féminité à se créer, à s’affranchir de tout modèle inféodant et donnant du pouvoir aux « sachants ».

Comment devenir cette femme sage dont vous parlez ? Quels conseils donneriez-vous à nos lectrices ?

Soyez-vous ! La sagesse, ce n’est pas d’être sage comme une image ou une petite fille. C’est ce que propose Clarissa Pinkola Estés dans Femmes qui courent avec les loups, de courir, de gagner toute sa souveraineté.

À lire également :

Rester jeune, ça se cultive !

Les bénéfices du drainage lymphatique 

Mieux vivre sa ménopause

Pour aller plus loin…

Femme sage

Recette de beauté éclairée Sérum olfacto-émotionnel pleine confiance

Recette de beauté éclairée Sérum olfacto-émotionnel pleine confiance

La confiance joue un rôle significatif dans l’image que nous avons de nous-même et dans celle que nous dégageons. La bonne idée : la renforcer au travers d’un soin 2 en 1, à la fois anti-âge et générateur de confiance en soi. Comment ? En s’appuyant sur le pouvoir exceptionnel des huiles essentielles, capables à la fois de prendre soin de notre peau et de nos émotions.

  • Préparation : 5 mn
  • Conservation : 3 à 6 mois à l’abri de la chaleur et de la lumière

Matériel

  • 1 bécher gradué de 100 ml
  • 1 mini-fouet
  • Flacon compte-gouttes en verre de 50 ml

 

 

Dans mon panier

  • 20 ml d’huile végétale d’inca inchi (Plukenetia volubilis)
  • 28 ml d’huile végétale de carthame (Carthamus tinctorius)
  • 30 gouttes d’huile essentielle de petitgrain bigarade (Citrus aurantium)
  • 15 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat (Pelargonium graveolens)
  • 3 gouttes de vitamine E d’origine végétale

La recette

  1. Versez les 2 huiles végétales dans le bécher et mélangez.
  2. Ajoutez la synergie d’huiles essentielles et mélangez.
  3. Terminez par l’ajout de la vitamine E et mélangez une dernière fois.
  4. Transvasez dans le flacon.

Le rituel de beauté

Le manque de confiance se caractérise au niveau du teint par son aspect terne, qui manque de lumière et de vitalité. Au niveau des rides, la ride du lion entre les yeux ou les rides du contour de la bouche (rides de l’amertume ou rides nasogéniennes) peuvent apparaître. De plus, un manque de fermeté au niveau du contour, ainsi qu’une perte d’élasticité de la peau peuvent se faire sentir.

 

1. Appliquez votre sérum en suivant les flèches.

 

 

2. Tapotez vos joues.

 

3. Massez et gommez les rides de l’amertume.

4. Massez et gommez la ride du lion.

 

Pour aller plus loin…

Les trajectoires du soleil

Les trajectoires du soleil

Petit lexique de géobiologie…

Définition

J’ai volontairement utilisé le pluriel en parlant des trajectoires du soleil car la course de l’astre du jour évolue continuellement tout au long de l’année. Et il est très important d’en avoir conscience lorsque l’on fait l’acquisition d’un bien.

Il arrive fréquemment qu’un achat réalisé au printemps ou en été révèle une bien mauvaise surprise en période hivernale. Le terrain baigné de soleil lors de la visite se retrouve partiellement ou totalement dans l’ombre aux mois de novembre, décembre et janvier principalement.

L’assertion qui affirme que le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest est trompeuse car trop approximative. Pour être plus précis, elle n’est vraie que deux fois par an, lors de l’équinoxe de printemps, le 21 mars, et de l’équinoxe d’automne, le 21 septembre. En réalité, en été, le soleil se lève en nord-est et se couche en nord-ouest, et, en hiver, il se lève en sud-est et se couche en sud-ouest. L’écart n’est pas anecdotique puisqu’il est de 70° environ entre les deux positions extrêmes (solstice d’été le 21 juin et solstice d’hiver le 21 décembre).

Il faut ajouter à cela que la hauteur du soleil varie considérablement : il est très haut en été (environ 70° à midi) et très bas en hiver (environ 20°).

La conjonction de ces deux paramètres fait qu’en été, le soleil passe au-dessus de beaucoup d’obstacles (qui créent des masques solaires), mais qu’en hiver, un relief, une construction voisine, un écran végétal… peuvent constituer des masques solaires. Par exemple, un des cas extrêmes est celui des terrains montant vers le sud : dans les 3 mois où la course est la plus basse et la plus étroite, le soleil disparaît totalement derrière le relief… alors que, lors de la visite à une autre saison, le soleil inondait le terrain.

Dans le cas de l’achat d’un appartement situé au nord, une visite en début de matinée ou en fin de journée au mois de juin va faire penser que le soleil pénètre dans l’habitation mais, tout le reste de l’année, le logement ne verra plus jamais le soleil, quelle que soit l’heure de la journée.

Mon conseil bien-être

Cette situation est préjudiciable à deux points de vue :

– Pour l’habitant, car le manque de soleil et de lumière dérègle l’horloge biologique et agit également sur le moral, allant du blues hivernal jusqu’à la dépression saisonnière.

– Sur l’habitat, car un bon ensoleillement est la base d’une construction bioclimatique.

Avant d’acheter un bien, il est donc primordial de vérifier l’ensoleillement et les masques solaires tout au long de l’année. Pour ce faire, soit vous pouvez avoir recours à un professionnel, soit il existe des applications assez faciles (trajectoiredusoleil.net par exemple) à utiliser par un particulier. Après cette étape, vous connaîtrez les forces et les faiblesses du lieu du point de vue de l’ensoleillement. Comme toujours dans ma démarche, il est important de prendre une décision par choix et non plus par ignorance.

Philippe Bouchaud – GCB Conseils
www.geobiologie-pb.com
info@geobiologie-pb.com
06 15 21 18 74

Cuisine zéro déchet : j’opte pour les bocaux en verre

Cuisine zéro déchet : j’opte pour les bocaux en verre

Faire évoluer les gestes du quotidien et les habitudes de consommation est au cœur de la démarche du site de vente en ligne Boboco : une marque engagée, qui prône l’artisanat en remettant au goût du jour les pots, bocaux, bouteilles et accessoires en verre made in France.

La lutte contre le suremballage nécessite une vigilance permanente pour limiter l’arrivée des nouveaux emballages. La solution ? Une alternative eco-friendly simple et pratique : faire ses courses en vrac et opter pour les bocaux en verre pour y ranger ses aliments ! Le verre est en effet le matériau idéal pour stocker, organiser, conserver les aliments et les protéger des mites alimentaires. Matériau sain et écologique par excellence, il est le plus neutre et le plus naturel des matériaux d’emballage. Il est 100 % recyclable et à l’infini, et assure une parfaite préservation des aliments en toute sécurité pour la santé.

Pour ceux qui ne s’y sont pas encore mis, le pack de démarrage Zéro Déchet proposé par Boboco est idéal en guise d’initiation pour se lancer facilement. Il contient 10 contenants de différentes tailles pour tous les aliments secs et boissons :

  • 1 bouteille de limonade de 75 cl et son bouchon mécanique, idéale comme carafe d’eau.
  • 1 bouteille fraîcheur de 75 cl avec son couvercle Twist Off 48 noir, parfait pour le jus de fruit du petit déjeuner.
  • 1 gros pot cylindrique de 170 cl et son couvercle Twist Off 82 noir, le contenant pour votre kilo de farine.
  • 1 pot cylindrique de 100 cl et son couvercle Twist Off 82 noir, pour votre kilo de sucre.
  • 1 pot cylindrique de 85 cl et son couvercle Twist Off 82 noir, pour vos pâtes.
  • 1 pot cylindrique de 70 cl avec réserve et son couvercle Twist Off 82 noir, pour votre riz.
  • 4 petits pots cylindriques bas de 10 cl et leurs 4 couvercles Twist Off 63 noirs, parfaits pour vos épices favorites.

Complémentaires, ces bocaux et bouteilles permettent de stocker tous les aliments pour réorganiser, repenser et optimiser le rangement en cuisine. 14,90 € le pack

Bon à savoir : Lancé en 2015, Boboco est un site de vente en ligne de bouteilles, bocaux et accessoires de bouchage destiné aux particuliers et aux petits artisans qui souhaitent privilégier le verre comme matériau d’emballage. Dédié aux consommateurs sensibles au made in France, Boboco est implanté en Charente et commercialise des produits fabriqués dans les usines françaises de Verallia. Le site Boboco livre en France et en Belgique.

Rendez-vous sur www.boboco.fr

 

Retrouvez 20 projets couture, faciles à réaliser, pour remplacer les objets jetables de votre cuisine dans le livre de Sarah Despoisse (alias Les Plaisanteries) aux éditions Leduc : Couture cuisine durable

La sélénite pour purifier l’air et se débarrasser des mauvaises ondes

La sélénite pour purifier l’air et se débarrasser des mauvaises ondes

Symbole de pureté, la sélénite est une pierre lunaire blanche et éclatante avec de beaux reflets irisés, qui trouvera toute sa place pour embellir votre intérieur !

Elle purifie l’air ambiant et débarrasse des mauvaises ondes l’intérieur de la maison. On la trouve d’ailleurs souvent sous forme de lampe car elle diffuse une énergie douce et apaisante. Une lampe en sélénite dans votre espace de détente ou votre chambre favorisera donc le calme et la sérénité.

Très utile pour les problèmes osseux et musculaires, la sélénite se porte aussi en bijou. Elle réduit le stress, apaise, détend et stabilise.

La sélénite étant une pierre tendre et friable, attention à ne pas la mettre dans l’eau, au risque de la dissoudre.

 

 

Mes conseils : Déposer une sélénite en bas de la colonne vertébrale aidera à faire disparaître les noeuds et rendra plus fluide la circulation énergétique.

Entretien : Pas d’eau ! Purification et rechargement à la lune, dans une géode de quartz, ou sur une fleur de vie.

Créations personnalisées, bracelets adaptés aux enfants, votre créatrice est disponible sur www.lumi-creations.fr ou par e-mail : sophiefolliot@hotmail.com
Fleurs de vie en bois ajouré en vente sur le site.

Le four solaire de Sorède

Le four solaire de Sorède

C’est à Sorède, sur les hauteurs de Notre-Dame du Château, au Coll del Buc, que Manuel Antonio Gomes, dit « Padre Himalaya », moine physicien portugais alors âgé de 32 ans, fut le premier à expérimenter un four solaire.

Durant l’été 1900, c’est à dos d’hommes et de mulets que des artisans de Sorède vont monter, puis installer la machine du savant.

Ce four possédait une optique de 5 mètres de diamètre, équipée de 260 miroirs tronconiques, fixés sur une structure métallique qui pouvait être orientée vers le soleil. La nature du métal réfléchissant utilisé demeure inconnue. La disposition de ce système optique à concentration suggère le fonctionnement d’une lentille à échelons popularisée par Augustin Fresnel.

Chacun de ces miroirs doit être courbé et orienté de façon à renvoyer les rayons solaires vers le foyer où était situé le creuset. Ce creuset accueillait les matériaux traités.

La chaleur du soleil concentrée par les miroirs permit au savant d’obtenir une température avoisinant les 900 °C.

Le record de température fut atteint en 1900 avec 2 500 °C. On peut encore voir de nos jours les restes de la plateforme expérimentale, les murs en pierres sèches, ainsi que la piste en ciment qui supportait les rails circulaire et horizontal. Une association dynamique a reconstitué ce four.

C’est sur ce dernier que pivotait la machine. Le suivi du soleil est réalisé en 2 étapes, qui étaient effectuées manuellement :

  1. rotation du four sur le rail circulaire (axe vertical),
  2. pointage en hauteur au moyen du treuil (axe horizontal).

La fréquence de ces réglages dépend de l’heure du jour et de la permanence de la température souhaitée. En effet, la température s’abaisse rapidement quand le système se désaxe dans le temps. Il faut un réglage fin et donc fréquent si l’on veut maintenir une température maximale. Une utilisation normale laisse prévoir des intervalles de 2 à 3 minutes entre 2 réglages.

Ce lieu a donc vu naître le premier four solaire jamais réalisé dans le département des Pyrénées- Orientales, voire même dans le monde. *

Plus modestement, les capteurs solaires à air Solarventi vous apporteront une chaleur venant conforter votre habitat et réduire votre facture de chauffage, atténuer l’humidité ambiante, ventiler pour chasser mauvaises odeurs et moisissures, sécher du bois, du linge, etc.

Indépendants du 230 V, ce sont les seuls systèmes ingénieux n’utilisant aucune autre énergie que le soleil. La pose sur mur ou sur toiture est réalisable par un bricoleur outillé ou l’un de nos revendeurs-installateurs.

Sylvain Bouhot – CAPT’AIR SOLAIRE
Importateur-distributeur SOLARVENTI depuis 2010
solarventifrance@captairsolaire.com
06 33 87 77 95 (Dijon)
www.captairsolaire.com

* Extrait d’un article de Sébastien Marin

Militez grâce à votre potager : la mission d’ArbraCulture

Militez grâce à votre potager : la mission d’ArbraCulture

Une formation en ligne consacrée au potager en permaculture pour aller vers l’indépendance alimentaire.

Aller vers l’indépendance alimentaire, s’éloigner des supermarchés, améliorer sa santé en mangeant des produits sains et cultivés sans pesticides, créer du lien et de l’entraide entre familles, amis et voisins, diminuer son stress, contribuer au maintien du puits de carbone en régénérant les sols, etc. : cultiver ses propres fruits et légumes offre de nombreux avantages !

Pour aider les jardiniers en herbe à faire pousser leur potager, la société ArbraCulture propose une formation en ligne au « potager militant » pour reprendre le pouvoir sur sa vie et sa consommation. Elle aborde tous les aspects du potager en permaculture, des semis à la récolte de légumes, en passant par les associations de légumes, l’entretien des plants, la reproduction de ses propres graines, et bien d’autres sujets. Résolument axée sur la pratique, elle vise à sortir du tout théorique : « La permaculture s’expérimente plus qu’elle ne s’explique », partage Louis Gavériaux, son fondateur. « Dans tout ce que nous proposons, nous incitons à venir expérimenter sur le terrain. »

À côté de vidéos théoriques, qui expliquent les savoirs indispensables, la formation propose de nombreux tutoriels et supports pédagogiques qui montrent les gestes essentiels du potager permaculture.

Pour faciliter le passage à l’action, à la fin de chaque vidéo, un défi est lancé, permettant d’appliquer les connaissances dans le potager. Elle pousse chacun à expérimenter sur son propre terrain, ce qui est essentiel car, comme chaque potager est unique, chaque solution permacole est aussi unique.

Et pour rester dans la bonne humeur, la formation ArbraCulture a pour particularité d’être pleine d’humour, les vidéos étant tournées avec des variations de rythmes et de plans afin de les regarder en famille avec plaisir.

Débutants ou non, elle s’adresse à tous ceux qui souhaitent devenir autonomes et adopter des modes de consommation plus respectueux de l’environnement.

Bon à savoir :

En plus de sa formation, ArbraCulture a créé une communauté de passionnés, qui se réunit en ligne et sur le terrain. Elle est accessible gratuitement via son groupe Facebook Les ArbraCulteur.rices.

Elle accueille toutes les personnes intéressées par la permaculture, engagées dans la transition écologique et avides d’entraide. Chacun apprend, partage et expérimente la transition écologique et sociale dans la convivialité et la bonne humeur.

La communauté propose aussi des chantiers participatifs, qui visent à installer un potager d’un membre de la communauté, des visites de jardins, des événements et rencontres, des supports pédagogiques avec les actions à mener chaque mois dans le potager, et des lives avec Louis, fondateur d’ArbraCulture et permaculteur depuis 2017, qui répond aux questions des internautes.

Plus d’infos sur www.arbraculture.com

L’ayurvéda en cuisine… L’importance du feu digestif

L’ayurvéda en cuisine… L’importance du feu digestif

Selon l’ayurvéda – la science de la vie dont est issue la médecine traditionnelle indienne –, nos émotions sont reliées à l’état de notre feu digestif, l’agni. Il est, dans cette vision, inimaginable d’avoir un état émotionnel équilibré, une santé parfaite si notre système digestif est déréglé. On parle à l’heure actuelle du côlon comme étant le 2e cerveau. L’ayurvéda, comme d’autres médecines traditionnelles, l’avançait déjà il y a plusieurs millénaires, et ce principe ne s’arrête pas au côlon. Beaucoup d’autres paramètres sont à observer pour comprendre la qualité de notre feu digestif.

Lors de mes consultations, lorsque j’interroge des personnes au sujet de leur appétit pour estimer la qualité de cet agni, ce feu, certains me répondent : « Ça va, je n’ai pas faim. » Cela ne va pas du tout ! Imaginez l’agni comme une chaudière dont le foyer se situe au niveau de l’estomac et de l’intestin grêle. Ne pas avoir d’appétit est le premier signe que cette chaudière est presque éteinte. On comprend aisément que l’on ne peut pas charger cette chaudière n’importe comment. Il va falloir rallumer le feu en l’alimentant avec des éléments faciles à brûler, et attendre qu’il y ait suffisamment de flammes avant d’ajouter plus de combustible.

Les 4 états du feu digestif

  • Sama agni : équilibré.
  • Vishama agni : irrégulier.
  • Tikshna agni : intense.
  • Manda agni : faible.

 

ÉTAT DU FEU DIGESTIF LE CORPS LE PSYCHISME
Équilibré Bonne énergie, joli teint, peu de toxines (langue non chargée le matin, peu d’odeurs corporelles) Clarté mentale, bonne capacité à comprendre et mémoriser, joie et entrain
Irrégulier
(constitution vata)
Fatigue, ballonnements, constipation, peau sèche, raideurs, acouphènes, sommeil perturbé, crainte du vent froid Agitation, anxiété, angoisse, difficultés cognitives (concentration, mémoire, élocution…)
Intense
(constitution pitta)
Acidité ou reflux gastriques, selles mal moulées, inflammations, infections, problèmes cutanés et capillaires, crainte de la chaleur Impatience, colère, besoin de contrôle, addictions, stress, mentalisation excessive
Faible
(constitution kapha)
Lourdeur et fatigue pendant la digestion, rétention d’eau, prise de poids, mucosités excessives, crainte de l’humidité Manque d’envie, tristesse, nostalgie, attachement au passé, lenteur de compréhension, d’apprentissage

 

Quelques règles essentielles pour maintenir et réguler le feu digestif, l’agni

  • Manger avant tout quand on a une vraie faim.
  • Si l’appétit est trop souvent absent, c’est un symptôme de feu digestif faible. On va alors consommer de petites portions très digestes aux heures habituelles des repas pour « rééduquer » le feu digestif, et le renforcer en utilisant des épices.
  • Si l’appétit est présent en dehors des horaires de repas, on pourra consommer des aliments de bonne qualité nutritive en très petites quantités pour ne pas trop décaler les horaires de repas (les horaires sont importants pour maintenir « l’horloge » d’agni).
  • Ne rien consommer de trop froid. Si un aliment ou une boisson est à température du réfrigérateur, on va au minimum le laisser se réchauffer à température ambiante.
  • Mâcher longuement les aliments. Plus les aliments sont mastiqués et mélangés à la salive, plus ils seront digestes.
  • Manger dans une atmosphère sereine. Si ce n’est pas le cas, la vigilance occasionnée va couper les fonctions digestives.
  • Respecter le volume de l’estomac : environ ce qui peut tenir dans nos 2 mains.
  • Respecter les proportions nécessaires au bon broyage des aliments dans l’estomac : 1/3 (1/2 maximum) d’aliments solides, 1/3 de liquide, 1/3 de vide.
  • Ne pas faire de longue pause au cours du repas. Si on laisse passer un peu de temps, le cycle de la digestion est amorcé. Cela demande donc au corps d’entamer un autre cycle (surtout si l’on ingère la saveur sucrée, qui se digère en début de repas !). Cela crée de la lourdeur et des toxines.
  • Consommer les fruits en dehors des repas. Jusqu’à 30 mn avant un repas, à partir de 3 h après le repas. Ils se digèrent très vite et font vidanger l’estomac alors qu’il n’a pas fini de digérer le reste des aliments.
  • Ne pas faire de mauvaises associations alimentaires, telles que les protéines de lait et les autres protéines animales.
  • Boire de petites quantités d’eau chaude ou de tisane aux épices favorise la digestion.

Chaque constitution va voir sa santé améliorée ou ses troubles aggravés par certains aliments. Consulter un praticien en ayurvéda vous aide à vous connaître et à adapter votre alimentation et votre quotidien à vos propres besoins.

Les recettes qui suivent favorisent la saveur douce, qui apaise les émotions. Les épices sont utilisées pour aider le feu digestif à mieux fonctionner. Choisir de préférence des épices non piquantes, sauf pour les tempéraments humides (manda agni) de la constitution kapha.

À lire également : Ashwagandha, plante majeure de l’ayurvéda

Recettes proposées par Sandra Hoche :

Le kitchari

Tajine de patates douces au cumin noir

Pommes cannelle-amandes

La Maison Gaborit lance 2 nouveaux produits bio

La Maison Gaborit lance 2 nouveaux produits bio

Produits laitiers d’exception

La Maison Gaborit lance 2 nouveaux produits bio

Créée dans le respect de la nature et des hommes en 1979 par Bernard Gaborit, la Maison Gaborit propose des produits laitiers de haute qualité en magasins bio spécialisés. Réputée pour la qualité exceptionnelle de son lait et pour les techniques artisanales qu’elle utilise pour la transformation de ses produits, Gaborit se singularise nettement par la préservation des saveurs et des bienfaits du lait de sa gamme. Depuis plus de 20 ans, la ferme construit avec ses éleveurs locaux de véritables partenariats de confiance, basés sur la reconnaissance de la qualité de leur travail. Le lait de vache jersiaise et le lait de chèvre proviennent de fermes bio proches de la laiterie (Maine-et-Loire, Vendée et Deux-Sèvres), et le lait de brebis lacaune est issu d’éleveurs de brebis bio de l’Aveyron. Tous avec les mêmes valeurs de qualité et d’élevage de leurs animaux.

Le skyr

Le skyr est un yaourt égoutté, à la texture dense, très riche en protéines et sans matières grasses. Idéal au petit déjeuner pour tenir jusqu’au repas du midi, en en-cas ou en dessert, vous pouvez aussi l’utiliser en cuisine : le skyr se substitue particulièrement bien à la crème fraîche épaisse pour des recettes sucrées ou salées.

La touche Gaborit

Le savoir-faire traditionnel de la Maison Gaborit et le lait frais de jersiaise apportent au skyr une saveur délicate, une douceur lactée sans aucune acidité et une texture dense. La Maison Gaborit a élaboré ses 2 nouvelles recettes avec les mêmes techniques de transformation traditionnelles que pour ses yaourts et desserts :

  • Pasteurisation lente au bain-marie.
  • Lait non standardisé et non homogénéisé.
  • Uniquement du lait frais et des ferments : sans ajout de poudre de lait.

Le lait de jersiaise est par ailleurs plus riche en minéraux, en vitamines et en protéines, et contient naturellement moins de lactose – sa transformation traditionnelle permet de savoureux yaourts, au goût unique et à la texture plus onctueuse.

Avec des ingrédients simples, naturels et des fruits bio 100 % français gorgés de soleil, sans sucre ajouté (uniquement le sucre de la préparation de fruits), Gaborit propose maintenant le skyr nature et le skyr pêche abricot dans les magasins bio.

Le ghee

La clarification du beurre consiste à séparer naturellement l’eau, le lactose et les protéines de la matière grasse pour extraire la matière pure : le ghee, ou beurre clarifié. Parfaitement adapté à la cuisson, le ghee ne noircit pas et résiste aux températures élevées tout en conservant ses qualités nutritionnelles et son goût de beurre. Il est réputé pour atteindre un point de fumée très élevé (250 °C), et ne contient pas de lactose ni caséine (protéine du lait).

La touche Gaborit

L’alimentation de ses vaches au pâturage sur prairies à fleurs composées et au foin vert est riche en bêta-carotène, ce qui donne une couleur dorée et un goût unique au ghee de la Maison Gaborit, si reconnaissable à sa couleur jaune or.

Bon à savoir

Souhaitant maintenir des exigences bio élevées, qui font sens dans les métiers d’agriculteurs, d’éleveurs et de transformateurs 100 % bio, la Maison Gaborit a intégré Bio Cohérence en 2011. Bio Cohérence est une certification de filière portée par des producteurs, des transformateurs, des distributeurs, ainsi que des consommateurs. Son cahier des charges certifie des fermes et des entreprises à taille humaine, 100 % bio. La fabrication et les matières premières sont françaises (hors produits bio labellisés commerce équitable), la liste des additifs autorisés est très restrictive, et les procédés de fabrication sont respectueux de la matière et de la naturalité des produits.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.bernardgaborit.fr

Trouvez l'Écolomag

[table id=50 responsive=mode /]

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.