S'inscrire à la newsletter

Sérum galbant pour les seins

• Préparation : 5 mn
• Conservation : 3 mois à l’abri de la chaleur

Mon matériel

  • 1 bol ou bécher
  • 1 petite cuillère ou mini-fouet
  • 1 flacon en verre teinté de 30 ml

Ingrédients

  • 1 c. à s. d’huile végétale de fenugrec bio
  • 1 c. à s. de macérât huileux de bellis
  • 10 gouttes d’huile essentielle de géranium bourbon
  • 2 gouttes de vitamine E

La recette

  1. Transférez l’huile végétale et le macérât dans le bol ou le bécher et mélangez soigneusement.
  2. Ajoutez l’huile essentielle et la vitamine E, et mélangez à nouveau.
  3. Versez dans le flacon.

Rituel de beauté

Appliquez quelques gouttes en massages circulaires sur le buste tous les soirs.

Huile sublimante fesses et hanches

• Préparation : 10 mn
• Conservation : 3 mois à l’abri de la chaleur

Mon matériel

  • 1 bol ou bécher
  • 1 petite cuillère ou mini-fouet
  • 1 flacon en verre teinté de 50 ml

Ingrédients

  • 2 c. à s. d’huile végétale de fenugrec
  • 1 c. à s. d’huile végétale de chaulmoogra préalablement fondue
  • 20 gouttes d’huile essentielle de christe marine
  • 20 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse
  • 3 gouttes de vitamine E

La recette

  1. Transférez les huiles végétales dans le bol ou le bécher et mélangez soigneusement.
  2. Ajoutez les huiles essentielles et la vitamine E, et mélangez à nouveau.
  3. Versez dans le flacon.

Rituel de beauté

Appliquez généreusement sur le corps matin et soir.

La crème « peau douce »

• Préparation : 35 mn
• Conservation : 3 mois à l’abri de la chaleur

Mon matériel

  • 1 bol ou bécher
  • 1 petite cuillère ou mini-fouet
  • 1 bol
  • 1 pot de 100 ml

Ingrédients

Phase A

  • 8 g d’émulsifiant*
  • 5 g de beurre de tucuma
  • 10 g d’huile végétale de prune

Phase B

  • 1 g de miel en poudre
  • 20 g (ou ml) d’eau de source
  • 56 g (ou ml) d’eau florale de fleurs d’oranger ou hydrolat
  • 1 g d’urée
  • 20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse
  • 7 gouttes de vitamine E

* Glyceryl stearate citrate, sucrose stearate, polyglyceryl-4-cocoate, cetyl alcohol, sodium ricinoleate
Référence cœur de crème chez Aroma-Zone

La recette

  1. Mettez les ingrédients de la phase A dans un bol.
  2. Dans un autre bol, versez ceux de la phase B.   
  3. Faites chauffer les 2 bols dans 2 bains-marie séparés (75 °C/80 °C).
  4. Lorsque l’émulsifiant est totalement fondu et que l’eau commence à frémir, sortez les bols du bain-marie.
  5. Versez lentement la phase B dans l’autre bol sans cesser d’agiter vigoureusement pendant environ 3 mn.
  6. Placez le bol dans un fond d’eau froide et continuez à agiter jusqu’à refroidissement.
  7. Ajoutez ensuite l’extrait de pépins de pamplemousse et la vitamine E, puis mélangez.
  8. Transférez la préparation dans le pot.

Rituel de beauté

Appliquez généreusement sur le corps matin et soir.

Comment pouvons-nous regagner notre autonomie alimentaire ?

L’épidémie que nous traversons a considérablement modifié notre rapport à l’alimentation et à notre consommation. Mais est-ce que cela sera suffisant pour des changements durables ? À l’occasion de la sortie du Manifeste pour une alimentation durable, Mathilde Golla et Valère Corréard nous éclairent sur le sujet…

avec Mathilde Golla et Valère Corréard

Quelles ont été les motivations pour écrire ce manifeste ?

Le projet du livre est né au lendemain du premier confinement. Nous avons vécu un moment historique. La situation était inédite, entre les rayons clairsemés dans les supermarchés, les pénuries de produits de première nécessité, le manque de bras dans les champs, la perte de confiance des Français dans notre modèle, la crainte d’un effondrement du système alimentaire… Ces événements nous ont poussés à vouloir comprendre et documenter ce moment si particulier. Nous avons ainsi voulu le décrypter grâce aux témoignages de citoyens, d’agriculteurs, de distributeurs et d’experts. L’objectif est aussi, à notre niveau, d’accompagner le changement de modèle vers une alimentation plus durable.

La pandémie a agi comme un révélateur des fragilités structurelles de notre système alimentaire mondialisé. Pourriez-vous, svp, nous éclairer sur ces fragilités ?

Notre système alimentaire est à bout de souffle. Les agriculteurs ne vivent plus de leur métier, ils appartiennent à la catégorie socio-professionnelle qui accuse le plus haut taux de pauvreté, selon l’Insee. Près de 20 % des agriculteurs n’ont pas pu se verser de revenu en 2017. Le nombre de fermes diminue et la population active agricole a été divisée par 2 en moins de 30 ans. Les difficultés financières du milieu paysan accélèrent son déclin et expliquent aussi le recours à la main-d’œuvre bon marché des travailleurs détachés pour les récoltes saisonnières. La crise sanitaire a tristement mis en lumière les incohérences du système de la grande distribution, où les prix d’achat des produits agricoles sont fixés indépendamment de leurs coûts de production.

Ce système aux abois a été encore un peu plus déstabilisé par la crise sanitaire. L’agriculture française a en effet pâti de la mise à l’arrêt des restaurants et des marchés lors du premier confinement. Elle a aussi été affaiblie par la fermeture des frontières, la privant d’une maind’oeuvre étrangère dont elle ne peut plus se passer.

En quoi la crise a-t-elle été un accélérateur de transformation ?

La crise agricole est profonde, mais, pour beaucoup de Français, elle restait encore théorique. Or, le manque de bras dans les champs et l’incapacité à remplacer la main-d’œuvre étrangère, ainsi que la crainte de pénuries alimentaires, ont notamment rendu les failles de notre système alimentaire concrètes pour un grand nombre de Français. La crise a créé un électrochoc. Elle a sans doute été le point de départ d’un basculement collectif : nous avons réalisé notre vulnérabilité, mesuré l’ampleur des dépendances de notre système alimentaire, mais aussi notre capacité à la résilience. Cette prise de conscience a incité les Français à agir et préférer des produits frais et locaux achetés au plus près du milieu paysan et des commerces indépendants pour soutenir une profession en crise, plébisciter des méthodes de production plus durables, se maintenir en meilleure forme, tout en faisant des économies…

Elle a aussi encouragé les Français à vouloir reconquérir collectivement l’autonomie alimentaire.

Pourquoi la pandémie a-t-elle poussé 73 % des Français à consommer plus responsable ?

Les dysfonctionnements de notre système ne datent pas d’aujourd’hui, mais ils ont éclaté au grand jour dès le premier confinement, provoquant une perte de confiance dans notre système. Les citoyens ont privilégié un circuit de distribution à taille humaine, où l’on connaît la provenance des produits. « C’est comme si les gens s’étaient rendu compte de la fragilité de nos approvisionnements… Il y a eu une prise de conscience de l’importance de privilégier une alimentation plus locale », analyse Yuna Chiffoleau, directrice de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Par ailleurs, l’alimentation joue un rôle majeur sur la santé et sur l’environnement. Elle a été un refuge pendant les confinements. Soutenir des paysans de plus petites fermes aux méthodes de production plus vertueuses, sans suremballage, a donc été un réflexe pour bon nombre d’entre nous.

Vous expliquez que le confinement a aussi marqué un retour vers des produits durables et non transformés. Pensez-vous que cet attrait pour le fait maison sera durable ?

En tout cas, la crise a poussé les Français à se recentrer sur les choses essentielles, à commencer par se nourrir. Nous avons collectivement repris goût à la cuisine, aux plaisirs du jardinage et aux joies de consommer les produits de nos jardins. Le « monde d’après » semble s’écrire incontestablement dans notre assiette, et c’est une bonne nouvelle.

Quels sont les nouveaux circuits de distribution plus durables qui ont émergé ?

La crise a poussé des agriculteurs à se réorganiser. Les circuits courts en ont été renforcés. Ce mode de distribution compte un seul intermédiaire entre la clientèle et le producteur – selon la définition du ministère de l’Agriculture – et les producteurs déterminent leurs prix, gage d’une rémunération décente.

Ainsi, les ventes directes à la ferme, en AMAP – où les adhérents s’engagent à recevoir un panier de produits sur une période déterminée –, en épiceries paysannes ou coopératives, auprès des producteurs sur les étals des marchés, ont vu affluer de nouveaux clients. Des citoyens, collectivités, municipalités, partout en France, ont imaginé des solutions pour permettre aux agriculteurs, privés de leurs débouchés habituels, d’écouler leur production. Une manière aussi de redonner du sens dans nos assiettes, mais aussi du goût !

Ces transformations sont expliquées dans notre manifeste !

Quels sont les gestes qui favorisent une relocalisation de la production, de la transformation et de la distribution, et garantissent une reconquête au moins partielle de notre autonomie alimentaire ?

Les solutions sont nombreuses et détaillées dans notre ouvrage ! Sans surprise, la plus évidente est le fait de privilégier un approvisionnement au plus près de son domicile et de consommer des produits de saison. Les citoyens ont enclenché le mouvement et la crise a joué le rôle d’accélérateur.

Il faudrait aussi revaloriser le travail des agriculteurs, privilégier une alimentation locale et de qualité dans les collectivités et imaginer des systèmes pour que tous les Français puissent avoir accès à une alimentation de qualité. C’est aussi l’objet de notre manifeste !

Le mot de la fin ?

Ce n’est que le début !

 

Pour aller plus loin…

Manifeste pour une alimentation durable

Cultivons l’amour de notre planète et de ses habitants

Il y a, au cœur de l’esprit humain, un amour pour autrui et pour la nature. La santé de notre vie est liée à la santé des plantes, des animaux, des eaux et des sols. Aimer et protéger l’environnement, c’est aussi préserver la biodiversité dont nous avons besoin.

avec Christophe Latouche
Artisan chanvrier depuis 1998

1- Cultivé avec soin, récolté avec amour

Le chanvre est réputé pour ses vertus écologiques. Il s’agit d’une plante résistante ayant peu de prédateurs et nécessitant peu de soins et d’eau. Elle n’a besoin d’aucun pesticide ou engrais pour être cultivée. Dans la nature, c’est l’exemple même de la capacité d’adaptation à son environnement, ce qui, depuis des milliers d’années, aide l’homme dans ses pratiques culturales.

C’est la plante pour tous, qui s’adapte aux latitudes. On la trouve sur tous les continents. De l’équateur avec des variétés à cycle très long aux zones tempérées ou montagneuses à cycle plus court, voire très court pour les zones australes. Le chanvre est toujours là pour nous servir.

Face au réchauffement climatique, il est urgent de produire sain, sûr et durable. Le chanvre est le candidat idéal du monde en devenir. Sa facilité à être cultivé sous toutes les conditions de température favorise le circuit court. Grâce à son système racinaire, le chanvre résiste aisément à la sécheresse et nécessite très peau d’eau pour pousser. Il n’exige aucun intrant en matière de produits phytosanitaires, et c’est tant mieux car, grâce à sa hauteur et sa densité, le chanvre fait office de bon réservoir de biodiversité. On y trouve des araignées, des scarabées, des mouches ou encore des guêpes prédatrices. Des petits habitants très utiles car régulateurs et prédateurs des ravageurs de cultures.

Grâce à son fort pouvoir d’adaptation, c’est depuis toujours une plante locale. En témoignent les gréements1 de toutes les marines à voiles à travers le monde pendant des siècles et comme le rappellent fréquemment les noms des lieux-dits de nos campagnes ou de nos villes. N’avez-vous jamais rencontré sur votre chemin des endroits nommés « Canebière », « Chanvière », « Chenevière » ou encore « Chenevril » ?

Le chanvre est également un allié efficace pour les fermes biologiques.

En effet, les plants prodiguent un large panel de produits de haute qualité technique, avec des écobilans exemplaires. Les graines sont appelées « chènevis », à destination de l’alimentation et de la cosmétique, la « chènevotte » sert à la construction des bâtiments et à la litière des animaux, la fibre est à destination des industries du textile et de la papeterie et, enfin, la fleur, dont est notamment extrait le CBD.

Le chanvre ménage également le producteur puisqu’il s’agit d’une plante nettoyante. Le plant de chanvre, bien mis en place, prendra le dessus sur toutes les adventices2 et évitera ainsi les traitements destructeurs. Planté aux alentours du mois de mai, il poussera seul jusqu’en septembre sans intervention mécanique ni chimique et sans arrosage afin d’atteindre jusqu’à 3 mètres de hauteur.

2- Alimentation végétale et écologie, une évidence ?

Savez-vous que l’un des moyens les plus efficaces pour prendre soin de la planète se trouve dans votre assiette ? Plusieurs fois par jour, vous avez le choix de vous tourner vers une nourriture plus durable et plus respectueuse de l’environnement.

Pour adopter une alimentation durable, la première étape est de consommer local et de saison, ce qui est meilleur pour les papilles, la santé et l’équilibre écologique. Vous pouvez donc aisément respecter la planète tout en continuant d’être un fin gourmet.

À prendre en compte également, la méthode d’agriculture utilisée. C’est la phase de production qui aurait le plus d’impact sur les émissions totales. Dans le cadre d’une alimentation plus vertueuse, on se dirigera donc vers des méthodes de production limitant l’utilisation d’intrants au profit de méthodes s’aidant de l’écosystème dans sa globalité et de la biodiversité des champs.

Malheureusement, malgré toutes les bonnes pratiques agricoles, certains aliments seront toujours plus polluants que d’autres. Des plantes auront besoin de plus d’eau que d’autres, certaines seront plus sensibles aux maladies et aux ravageurs, et donc associées à l’utilisation de davantage d’intrants.

Nous pouvons, par exemple, citer les impacts environnementaux de la viande. Produire de la viande, c’est convertir des plantes (nourriture des animaux) en chair. Cette conversion induit forcément des conséquences écologiques. Il faut plusieurs calories végétales pour produire une calorie animale (11 pour une calorie de boeuf, 8 pour une calorie de lait, 4 pour une calorie de porc, de volaille ou d’oeuf). Nous avons donc plus d’avantages à consommer directement les végétaux.

D’autre part, les animaux d’élevage rejettent d’importantes quantités de méthane. Or, le méthane a un pouvoir réchauffant 25 fois supérieur à celui du CO2. L’industrie de la viande est ainsi, selon certaines estimations, le premier secteur de pollution au monde, devant les transports.

Une alimentation écologique doit donc limiter au maximum la viande. Mais par quoi la remplacer ? Comme le quinoa, le soja ou encore la spiruline, le chanvre fait partie du cercle privilégié des aliments d’origine végétale contenant les mêmes protéines complètes3 que la viande.

Quoi de plus simple qu’une graine qui renferme en quantité importante tous les acides gras essentiels (oméga 3 et 6), une quantité idéale de protéines complètes (32 % pour la graine de chanvre décortiquée, 50 % pour la farine), des vitamines et des minéraux.

Manger du chanvre régulièrement participe donc tout autant au bien-être de votre corps qu’à celui de la planète et de ses habitants. Et si vous vous lanciez un challenge en vous fixant comme objectif, par exemple pour débuter, un repas végétarien par semaine ?

3 – Cultiver l’amour

Par ces temps un peu troubles où nous nous questionnons sur le monde de demain, où nos enfants, nos familles et la planète crient l’urgence de trouver des solutions, nous, chanvriers, sommes confiants et optimistes. Grâce à cette plante aux multiples usages, nous savons qu’il est possible de produire généreusement nourriture, vêtements, produits de santé, maisons, papier, partout dans le monde, sur tous les continents et sous toutes les latitudes.

La sécheresse gagnant de plus en plus de régions du globe, le chanvre est une culture qui redonne espoir à de nombreux agriculteurs dans le monde, piégés par l’évolution défavorable du climat.

Quelle plus belle preuve d’amour pouvait nous faire la nature que de nous offrir cette belle verte. Quel dommage que nous ayons laissé les industriels s’en emparer et la décrédibiliser pendant 70 ans. Elle qui a régné dans nos maisons, nos armoires, nos bonnetières, nos greniers, nos ateliers et nos bateaux pendant des siècles… Il est temps aujourd’hui de redonner au chanvre ses lettres de noblesse.

1- Le gréement est l’ensemble des pièces fixes et mobiles d’un navire à voiles permettant sa propulsion et sa manœuvre par la force du vent. 2- Une adventice, appelée également « mauvaise herbe », désigne, pour les agriculteurs et les jardiniers, une plante qui pousse dans un endroit sans y avoir été intentionnellement installée. 3- Protéines contenant les 8 acides aminés essentiels non synthétisés par l’organisme.

Rendez-vous sur www.lchanvre.com

Il y a, au cœur de l’esprit humain, un amour pour autrui et pour la nature. La santé de notre vie est liée à la santé des plantes, des animaux, des eaux et des sols. Aimer et protéger l’environnement, c’est aussi préserver la biodiversité dont nous avons besoin.

1- Cultivé avec soin, récolté avec amour

Le chanvre est réputé pour ses vertus écologiques. Il s’agit d’une plante résistante ayant peu de prédateurs et nécessitant peu de soins et d’eau. Elle n’a besoin d’aucun pesticide ou engrais pour être cultivée. Dans la nature, c’est l’exemple même de la capacité d’adaptation à son environnement, ce qui, depuis des milliers d’années, aide l’homme dans ses pratiques culturales.

C’est la plante pour tous, qui s’adapte aux latitudes. On la trouve sur tous les continents. De l’équateur avec des variétés à cycle très long aux zones tempérées ou montagneuses à cycle plus court, voire très court pour les zones australes. Le chanvre est toujours là pour nous servir.

Face au réchauffement climatique, il est urgent de produire sain, sûr et durable. Le chanvre est le candidat idéal du monde en devenir. Sa facilité à être cultivé sous toutes les conditions de température favorise le circuit court. Grâce à son système racinaire, le chanvre résiste aisément à la sécheresse et nécessite très peau d’eau pour pousser. Il n’exige aucun intrant en matière de produits phytosanitaires, et c’est tant mieux car, grâce à sa hauteur et sa densité, le chanvre fait office de bon réservoir de biodiversité. On y trouve des araignées, des scarabées, des mouches ou encore des guêpes prédatrices. Des petits habitants très utiles car régulateurs et prédateurs des ravageurs de cultures.

Grâce à son fort pouvoir d’adaptation, c’est depuis toujours une plante locale. En témoignent les gréements1 de toutes les marines à voiles à travers le monde pendant des siècles et comme le rappellent fréquemment les noms des lieux-dits de nos campagnes ou de nos villes. N’avez-vous jamais rencontré sur votre chemin des endroits nommés « Canebière », « Chanvière », « Chenevière » ou encore « Chenevril » ?

Le chanvre est également un allié efficace pour les fermes biologiques.

En effet, les plants prodiguent un large panel de produits de haute qualité technique, avec des écobilans exemplaires. Les graines sont appelées « chènevis », à destination de l’alimentation et de la cosmétique, la « chènevotte » sert à la construction des bâtiments et à la litière des animaux, la fibre est à destination des industries du textile et de la papeterie et, enfin, la fleur, dont est notamment extrait le CBD.

Le chanvre ménage également le producteur puisqu’il s’agit d’une plante nettoyante. Le plant de chanvre, bien mis en place, prendra le dessus sur toutes les adventices2 et évitera ainsi les traitements destructeurs. Planté aux alentours du mois de mai, il poussera seul jusqu’en septembre sans intervention mécanique ni chimique et sans arrosage afin d’atteindre jusqu’à 3 mètres de hauteur.

2- Alimentation végétale et écologie, une évidence ?

Savez-vous que l’un des moyens les plus efficaces pour prendre soin de la planète se trouve dans votre assiette ? Plusieurs fois par jour, vous avez le choix de vous tourner vers une nourriture plus durable et plus respectueuse de l’environnement.

Pour adopter une alimentation durable, la première étape est de consommer local et de saison, ce qui est meilleur pour les papilles, la santé et l’équilibre écologique. Vous pouvez donc aisément respecter la planète tout en continuant d’être un fin gourmet.

À prendre en compte également, la méthode d’agriculture utilisée. C’est la phase de production qui aurait le plus d’impact sur les émissions totales. Dans le cadre d’une alimentation plus vertueuse, on se dirigera donc vers des méthodes de production limitant l’utilisation d’intrants au profit de méthodes s’aidant de l’écosystème dans sa globalité et de la biodiversité des champs.

Malheureusement, malgré toutes les bonnes pratiques agricoles, certains aliments seront toujours plus polluants que d’autres. Des plantes auront besoin de plus d’eau que d’autres, certaines seront plus sensibles aux maladies et aux ravageurs, et donc associées à l’utilisation de davantage d’intrants.

Nous pouvons, par exemple, citer les impacts environnementaux de la viande. Produire de la viande, c’est convertir des plantes (nourriture des animaux) en chair. Cette conversion induit forcément des conséquences écologiques. Il faut plusieurs calories végétales pour produire une calorie animale (11 pour une calorie de boeuf, 8 pour une calorie de lait, 4 pour une calorie de porc, de volaille ou d’oeuf). Nous avons donc plus d’avantages à consommer directement les végétaux.

D’autre part, les animaux d’élevage rejettent d’importantes quantités de méthane. Or, le méthane a un pouvoir réchauffant 25 fois supérieur à celui du CO2. L’industrie de la viande est ainsi, selon certaines estimations, le premier secteur de pollution au monde, devant les transports.

Une alimentation écologique doit donc limiter au maximum la viande. Mais par quoi la remplacer ? Comme le quinoa, le soja ou encore la spiruline, le chanvre fait partie du cercle privilégié des aliments d’origine végétale contenant les mêmes protéines complètes3 que la viande.

Quoi de plus simple qu’une graine qui renferme en quantité importante tous les acides gras essentiels (oméga 3 et 6), une quantité idéale de protéines complètes (32 % pour la graine de chanvre décortiquée, 50 % pour la farine), des vitamines et des minéraux.

Manger du chanvre régulièrement participe donc tout autant au bien-être de votre corps qu’à celui de la planète et de ses habitants. Et si vous vous lanciez un challenge en vous fixant comme objectif, par exemple pour débuter, un repas végétarien par semaine ?

3 – Cultiver l’amour

Par ces temps un peu troubles où nous nous questionnons sur le monde de demain, où nos enfants, nos familles et la planète crient l’urgence de trouver des solutions, nous, chanvriers, sommes confiants et optimistes. Grâce à cette plante aux multiples usages, nous savons qu’il est possible de produire généreusement nourriture, vêtements, produits de santé, maisons, papier, partout dans le monde, sur tous les continents et sous toutes les latitudes.

La sécheresse gagnant de plus en plus de régions du globe, le chanvre est une culture qui redonne espoir à de nombreux agriculteurs dans le monde, piégés par l’évolution défavorable du climat.

Quelle plus belle preuve d’amour pouvait nous faire la nature que de nous offrir cette belle verte. Quel dommage que nous ayons laissé les industriels s’en emparer et la décrédibiliser pendant 70 ans. Elle qui a régné dans nos maisons, nos armoires, nos bonnetières, nos greniers, nos ateliers et nos bateaux pendant des siècles… Il est temps aujourd’hui de redonner au chanvre ses lettres de noblesse.

1- Le gréement est l’ensemble des pièces fixes et mobiles d’un navire à voiles permettant sa propulsion et sa manœuvre par la force du vent.
2- Une adventice, appelée également « mauvaise herbe », désigne, pour les agriculteurs et les jardiniers, une plante qui pousse dans un endroit sans y avoir été intentionnellement installée.
3- Protéines contenant les 8 acides aminés essentiels non synthétisés par l’organisme.

Rendez-vous sur www.lchanvre.com

Les filières équitables à défendre pour une rémunération juste !

Les petits producteurs survivront-ils ?
Les filières équitables à défendre pour une rémunération juste !

« Petits producteurs » est un terme qui est entré dans le langage courant pour désigner des agriculteurs indépendants, propriétaires de parcelles cultivées dont ils dépendent majoritairement pour subvenir à leurs besoins. Pourquoi poser la question de leur survie à moyen terme ? Y a-t-il des raisons concrètes de s’inquiéter au sujet de la pérennité d’un modèle agricole vertueux qui sécurise dans le temps les filières paysannes ? Les petits producteurs survivront-ils non seulement aux crises économiques et environnementales, mais aussi aux exigences des marchés occidentaux ? Les données éthiques et économiques peuvent-elles être compatibles ? Le modèle proposé par le commerce équitable apporte une réponse incontestable à ces questions et, plus que jamais, ouvre des perspectives pragmatiques et transparentes pour construire un monde plus juste.

Des gens comme vous et moi

Les produits que nous consommons ne sont que l’aboutissement du travail d’un nombre considérable de personnes qui constituent les parties prenantes d’une filière. Agriculteurs et leurs familles, coopératives ou groupements de producteurs, exportateurs, importateurs, transformateurs, distributeurs, magasins détaillants, consommateur final, la liste est longue ! Ce que l’on peut espérer de mieux est que ces acteurs s’intègrent dans une chaîne de solidarité fondée sur des partenariats qui protègent et valorisent la place, le travail et les droits fondamentaux de chacun tout en préservant notre planète.

C’est à ce stade qu’intervient la notion de commerce équitable : le paysan n’y est pas une figure de l’ombre et la défense de ses intérêts y constitue une priorité. Pourtant, même si le rôle du producteur est essentiel en amont, car, sans lui, absolument rien ne serait possible, il est indéniablement le plus oublié et, de surcroît, il est souvent le plus vulnérable !

N’oublions pas que derrière le sucre, le café, le cacao et bien d’autres matières premières, il existe des gens comme vous et moi qui travaillent et luttent pour avoir un niveau de vie décent, qui rient et pleurent, souffrent et espèrent ; ils méritent, comme tout un chacun, de se loger correctement, d’envoyer leurs enfants à l’école, d’avoir accès à des soins ou, tout simplement, de vivre dignement.

Cette réalité mérite d’être rappelée car elle est inscrite d’une manière invisible dans un paquet de riz ou une tablette de chocolat…

Le commerce équitable : un modèle économique global

Le commerce équitable n’est pas réservé qu’aux pays du sud. En Europe, la notion de commerce équitable prend aussi de l’ampleur et l’on ne peut que s’en féliciter ; car, en encadrant la planification et la sécurisation dans le temps des prix et des quantités, il est possible de valoriser les filières paysannes en tenant compte de nombreux paramètres qui, s’ils étaient écartés, engendreraient toujours plus de précarité. Les critères environnementaux font également partie des points de contrôle, cela va sans dire !

Il faut souligner que, pour une transparence totale, chaque partie prenante doit être identifiée et contrôlée : ainsi, une filière équitable est constituée d’acteurs qui doivent tous rendre des comptes et être en conformité avec un cahier des charges, que l’on nomme un référentiel.

C’est, entre autres, grâce à ces contrôles et à cette transparence qu’un commerce équitable digne de ce nom préserve les intérêts des producteurs, souvent mis à mal par des négociants locaux peu scrupuleux.

Les « prix bas » sont-ils rémunérateurs ?

Voici concrètement l’objet d’une de nos inquiétudes car il faudrait substituer à la notion suspecte de « prix bas » (tout comme celle de « prix élevé », qui est contre-productive et ne bénéficie qu’à quelques-uns), la notion de « prix juste », à savoir un prix rémunérateur pour l’ensemble des acteurs. C’est à ce niveau qu’un paradoxe économique majeur se révèle : comment harmoniser la demande légitime des consommateurs d’acheter le moins cher possible avec celle d’une rémunération juste pour les petits producteurs ?

Dans un souci de cohérence globale, il est utile de s’interroger sur la compatibilité entre, d’une part, un travail d’accompagnement et de soutien aux paysans indépendants, demandant aux marques engagées dans le développement de filières de gros efforts administratifs et financiers, et, d’autre part, une approche du marché reposant sur la concurrence et la compétitivité.

Il faut donc s’assurer que les prix pratiqués ne soient pas élaborés en sacrifiant la rémunération des producteurs ni la santé financière des différentes parties prenantes, qui, en contractualisant et s’engageant sur le long terme, participent à la pérennisation de leur travail et de leurs conditions de vie.

Les petits producteurs victimes du climat

Nous voilà au cœur d’un autre débat, complexe et source de nombreuses polémiques : le conflit entre le local et l’international. Là encore, il faut se garder de faire trop de généralités. Savez-vous que les produits transformés locaux ont souvent un impact carbone plus élevé que des matières premières brutes importées ? Que le bilan carbone d’1 kg de bananes importées de Martinique est de 480 g, alors que celui d’1 kg de viande de bœuf français culmine entre 10 et 18 kg de CO2 ?

Il est courant de trouver sur des forums des commentaires virulents contre certains produits alimentaires d’importation, notamment issus du commerce équitable, écrits sur des téléphones ou des ordinateurs fabriqués en Chine ! Difficile de se frayer un chemin devant tant de contradictions, alors même que les inquiétudes pour notre planète sont plus que jamais légitimes.

Les filières de petits producteurs construites sur des modèles économiques équitables, reposant sur l’agriculture biologique préservant, de surcroît, la biodiversité, sont des modèles bien plus vertueux qu’on ne l’imagine. Elles permettent aux agriculteurs de ne pas vendre leurs terres, leur évite d’aller nourrir la misère urbaine résultant de l’exode rural, tout en préservant leur environnement. On ne peut que déplorer que les changements climatiques provoquent de la misère, mais il faut savoir que l’inverse est tout aussi vrai.

Information, communication, responsabilisation

Tous nos actes d’achat impliquent notre responsabilité car, selon les cas, ils valident et renforcent tout autant une approche éthique des relations commerciales que l’exploitation du plus faible par le plus fort. Il n’y a pas de remède miracle et 2 axes se dessinent, de toute évidence, pour décider quelle approche sera priorisée : les consommateurs doivent s’informer, et les marques doivent communiquer sur les moyens mis en oeuvre pour préserver la dignité et l’intégrité des producteurs auxquels elles achètent leurs matières premières.

L’agriculture biologique et le commerce équitable constituent assurément des secteurs qui préservent notre planète et ceux qui cultivent la terre pour nous nourrir. Lorsqu’ils s’associent en un mariage heureux, c’est une démarche de progrès environnemental et social qui en résulte, pour un monde meilleur !

Essayez cette toute nouvelle famille de condiments bio !

Pour cuisiner vite et bien, les Sauces au Carré® sont idéales pour les cuisiniers pressés qui veulent manger sain. Quatre recettes réfléchies avec soin : Curry Japonais, Curry Thaï vert, Curry Indien Madras et Béchamel, qui possèdent une haute valeur nutritionnelle et permettent de réaliser un vrai plat cuisiné en quelques minutes.

Sans huile de palme, sans exhausteurs de goût, à teneur réduite en sel, vegan et sans gluten !

Pour les utiliser, c’est tout simple : tous les ingrédients dans la casserole + Sauce au Carré = on laisse la magie opérer !

 

Voir les recettes :

Crevettes pimentées à la coco

Curry de cabillaud à l’indienne

Curry végétarien

Rubrik’ à trucs Spécial Miam

Conserver ses herbes aromatiques

Pour faire sécher vos herbes fraîches, lavez-les d’abord à l’eau et laissez-les sécher naturellement. Faites-en ensuite de petits bouquets, que vous laisserez pendre par les tiges, tête en bas, dans un endroit sombre et sec. Lorsque vous estimez que les herbes sont suffisamment sèches, stockez-les dans des bocaux en verre pour les conserver.

Rafraîchir les bouteilles

En cette période de fêtes, voici une astuce pour rafraîchir plus rapidement vos bouteilles de champagne ou de vin : ajoutez une poignée de gros sel dans la glace du seau à champagne et faites-y tremper la bouteille.

Recyclez les restes d’huîtres

S’il vous reste des huîtres fraîches après le repas et pour éviter de les jeter, détachez- les de leur coquille et mettez-les au congélateur. Vous pourrez ensuite les paner et en faire de savoureuses bouchées frites.

Relever le goût du café

Si un café est un peu fade, ou simplement pour relever son goût, ajoutez une pincée de cannelle dans le café moulu juste avant qu’il ne passe dans le filtre. Il sera bien meilleur.

Éviter que les glaçons collent

Pour éviter que vos glaçons collent entre eux avant que vous ayez eu le temps de vous servir, disposez- les dans un récipient avec un peu d’eau gazeuse.

Dégraisser un potage

Votre potage est un peu trop gras ? Pour le dégraisser facilement, il suffit de mettre une feuille de salade à la surface du potage (hors du feu). Cette dernière va attirer le gras, que vous pourrez ensuite récupérer avec une louche ou autre ustensile approprié.

Bon à savoir : la cannelle diminue l’acidité d’une sauce tomate. Pour ce faire, versez une pincée de cannelle dans votre sauce tomate lorsqu’elle mijote. Si vous êtes sujet aux acidités gastriques, ne vous en privez pas !

www.trucsdegrandmere.com

Cuisine de fêtes : 5 conseils judicieux pour un Noël plus vert

Chaque année c’est pareil, Noël approche et revient le casse-tête du repas pour célébrer ce jour en famille. Et nous sommes tous passés par là. Du désir d’une table magnifique à l’envie de titiller les papilles de nos convives, nous sommes évidemment attirés par des plats aux couleurs vives et chatoyantes, aux saveurs inattendues et une décoration de table aux allures de fête. Pourtant, même à Noël, l’impact de nos choix sur la planète continue… C’est pourquoi Treedom, la première plateforme au monde qui permet de planter et d’offrir un arbre à distance, divulgue 5 astuces faciles pour un Noël merveilleusement festif, surprenant… et tellement écologique !

 

1- Une alimentation locale et saisonnière

Ces étagères débordant de fruits et légumes multicolores cachent parfois un secret… Des mangues péruviennes aux avocats sud-africains, de nombreux produits ont fait des voyages incroyablement longs, avec un impact sur l’environnement. Alors préférons autant que possible les produits saisonniers et locaux. Clémentines, mandarines et oranges ou encore châtaignes et marrons sont bien de saison, produits en France et ils orneront merveilleusement nos tables de Noël ! Nous contribuerons ainsi à réduire les émissions de CO2 et à diversifier notre alimentation. En plus, les asperges de saison ont meilleur goût !

 

2- Pas de viande pour un Noël résolument remarquable

Bien sûr, un Noël sans viande peut paraitre être une idée saugrenue. Pourtant, quand on sait que la production de viande est largement considérée comme un facteur de stress majeur pour de nombreux écosystèmes et pour la planète dans son ensemble, on peut y réfléchir. D’autant que pour Noël, les quantités produites sont plus importantes pour faire face à la ruée des consommateurs sur ce type de produits. Alors si on ne peut imaginer passer le réveillon sans cuisiner le traditionnel chapon ou déguster notre si délicieux foie gras, il est certain qu’on peut vraiment étonner et régaler ses convives en proposant un repas végétarien. Et c’est surtout un excellent moyen de participer à la réduction de notre empreinte carbone et commencer à changer nos habitudes et nos coutumes si délétères pour la planète !

 

3- Bouteilles en verre ou eau du robinet… sinon rien

Fini bouteilles en plastique ! La réduction de l’utilisation des plastiques est une étape importante pour la conservation et la santé de nos écosystèmes et de nos océans, car de nombreux types de plastiques ne peuvent pas être entièrement recyclés. Boire l’eau du robinet, même à Noël, ou acheter de l’eau en bouteilles en verre, réutilisables en carafe par exemple – mais surtout recyclable – permet d’économiser de l’énergie et de limiter le gaspillage. D’autant qu’il en existe de magnifiques proposées en cette période de fêtes qui décoreront merveilleusement notre table de Noël… mais aussi de tous les jours !

 

4- Du bio, du bio… du bio

Les aliments biologiques sont produits en accordant une attention particulière à l’environnement. Encore mieux lorsqu’ils sont produits à partir de ressources renouvelables, en préservant le sol et l’eau et en évitant les antibiotiques, les hormones de croissance et les pesticides. C’est pourquoi ces aliments peuvent souvent être légèrement plus chers que les produits classiques – mais leur choix peut avoir des répercussions bien au-delà de votre portefeuille. Noël n’échappe pas à la règle et le festin n’en sera que plus goûteux !

 

5- Rincer et réutiliser les bocaux

Après la fête, on peut encore agir ! Il suffit de laver les pots de sauces tomates, de confitures, d’olives ou de Nutella – et ça fonctionne aussi ! Une alternative écologique au Tupperware ! Les bocaux resservent ensuite pour réaliser nos propres confitures ou conserver nos légumes longtemps, mais aussi pour y loger pâtes ou biscuits ou encore y transporter des salades fraîches pendant l’été. Un petit conseil de notre cuisinier Treedom : pour garder les feuilles fraîches, mettre la sauce à salade dans le fond du pot – au moment de déjeuner il suffira de secouer ! Mais attention, avec le bouchon fermé !

 

Climate Justice « Let’s do it fair! »

Solidar’Monde part en campagne
pour sensibiliser les Français à une consommation plus responsable et équitable

Aujourd’hui, la crise climatique est devenue une priorité pour tous. Elle est dans toutes les conversations, de tous les programmes et de toutes les intentions. Mais beaucoup reste encore à faire pour changer les mentalités et les habitudes de consommation de chacun d’entre nous pour permettre une VRAIE transition écologique efficace et durable mais surtout équitable.

À l’approche de la COP26 qui se tiendra à Glasgow en novembre prochain, le sujet du changement climatique est encore plus brûlant. Car nous en connaissons tous les effets néfastes et dévastateurs : sécheresses, inondations, augmentation des catastrophes naturelles, mauvaises récoltes, réduction de la biodiversité… comme le relate le dernier rapport du GIEC publié le 9 août dernier. Tous ces impacts mettent en jeu l’existence même de l’humanité. Car cette crise n’est pas purement environnementale. Elle est également sociale.

La campagne Climate Justice « Let’s do it fair ! », menée de concert par les membres de l’EFTA (European Fair Trade Association) dont Solidar’Monde fait partie, a vocation à sensibiliser les Européens et les Français vers un engagement fort pour une transition écologique plus équitable et durable.

À travers 4 vidéos engagées, Solidar’Monde appelle les consommateurs à faire leur part en passant à une consommation positive et responsable, respectueuse de la planète et socialement juste.

Climate Justice, une campagne pour faire des choix clairs et engagés

Poursuivre la justice climatique signifie rendre la transition écologique plus équitable, c’est-à-dire qu’en plus d’agir sur les causes de la crise (telles que les émissions de carbone), il est impératif de rééquilibrer la répartition de ses conséquences.

Car soyons honnêtes ! Ce sont les pays en développement qui impactent le moins sur le changement climatique, mais ceux sont eux qui en souffrent le plus !

Ce sont eux qui subissent de plein fouet la météo capricieuse, les hausses de températures et les changements de saisons qui impactent durement leurs cultures et affament les populations. Il n’y a donc pas de justice climatique sans justice sociale.

Comment utilisons-nous les ressources de notre planète, comment produisons-nous mais également comment consommons-nous, nous déplaçons-nous, à quelles technologies donnons-nous la priorité ? Cette campagne appelle donc chacun à faire des choix clairs, à pousser les citoyens et les consommateurs à s’engager, les entreprises à être plus responsables… pour rendre la justice climatique, pour réduire la pauvreté et les inégalités et opérer une transition écologique, durable, solidaire et équitable.

Le commerce équitable, pour un commerce au service de la justice climatique

Le commerce équitable est une réponse à la crise climatique et contribue à la solution. Il favorise une plus grande équité en permettant de meilleures conditions commerciales et de travail aux producteurs. En construisant un modèle économique mondial plus juste et en replaçant l’humain et la biodiversité au centre des préoccupations, le commerce équitable permet aux producteurs de vivre décemment de leur travail et d’être acteurs de leur modèle de développement.

C’est pourquoi il est primordial de mettre en place les bonnes pratiques et d’engager rapidement les entreprises à produire de façon responsable et de convaincre les consommateurs à acheter des produits issus du commerce équitable, pour réduire les inégalités mondiales.

C’est la mission de Solidar’Monde : sélectionner, importer et commercialiser des produits artisanaux, alimentaires et cosmétiques du commerce équitable. Ces produits proviennent de pays en développement et sont commercialisés selon les principes d’équité et de solidarité, avec pour objectif d’améliorer les conditions de vie des producteurs. Car c’est aussi en réduisant les inégalités et la pauvreté, que nous pourrons faire avancer la planète et rendre une justice environnementale et sociale.

Cette action entend rappeler l’importance d’intégrer la justice sociale et économique aux réponses à la crise climatique.

Dans le cadre de cette campagne de sensibilisation, tous les réseaux de boutiques Artisans du Monde, mettront en avant des produits équitables sur des étagères de présentation (chocolat bio Fairafric, capsules de café compostables…) pour sensibiliser et engager au quotidien les consommateurs à agir pleinement pour un commerce plus propre, plus respectueux de l’environnement et plus équitable.

Un mini site web a aussi été créé pour l’occasion, retrouvez toutes les informations ici : https://www.boutique-artisans-du-monde.com/climatejustice

Salon Marjolaine 2021

Du 6 au 14 nombre 2021.
Pour Marjolaine, c’est donc le moment ou jamais de partir en campagne pour promouvoir une consommation responsable.

UN MANIFESTE QUI FAIT RIMER HEUREUX ET VERTUEUX

Du 6 au 14 novembre, pendant 9 jours, Marjolaine présentera donc son Manifeste construit autour de 9 thématiques : défendre l’agriculture bio et paysanne, protéger le vivant, les sols, la biodiversité, reconstruire une économie locale et solidaire, mettre en valeur les savoir-faire artisanaux et les pratiques oubliées, développer l’économie circulaire, le recyclage, le zéro déchet, l’anti-gaspillage, maîtriser les énergies, vivre heureux en sobriété, être solidaire, innover, penser et agir autrement et ainsi résister au statu quo. Chacun de ces objectifs est accompagné de propositions concrètes. Car il faut faire bouger les lignes. Les Français sont d’ailleurs prêts à s’engager dans ce sens et ils le montrent. De nombreuses études prouvent que la crise sanitaire a catalysé la tendance à « mieux consommer » et à choisir la bio, les circuits courts, les engagements éthiques et équitables… La semaine du 15 mars 2020, lors de l’entrée en vigueur du confinement, selon l’Institut Nielsen, la bio a ainsi enregistré une hausse de 63 % par rapport à 2019 contre 40 % pour le conventionnel. Un sondage OpinionWay pour Max Havelaar a également pointé que, durant cette période « d’enfermement », les deux-tiers des Français ont opté pour « le responsable  ». Sur l’année 2020, ils ont d’ailleurs été 15 % de nouveaux consommateurs à ajouter des produits labellisés bio dans leur panier de courses ; les 3/4 des Français en consomment au moins une fois par mois et 13 % tous les jours (baromètre annuel de l’Agence Bio, paru en mars 2021).

AU CŒUR DU CHANGEMENT

Marjolaine s’inscrit au cœur de ces mutations essentielles. Lieu de partage, d’échanges et de rencontres, le salon Marjolaine est le rendez-vous incontournable de tous les acteurs de l’agriculture biologique, de l’écologie, du développement durable et du bien-être au naturel. Plus grand événement bio de France, Marjolaine est, depuis sa création, une manifestation experte et exigeante où rien n’est laissé au hasard. Chaque produit présenté par les 500 exposants, préalablement contrôlé par un organisme certificateur, est également soumis à un Comité de sélection indépendant piloté par Nature & Progrès, association de producteurs et de consommateurs qui s’attache à défendre la santé des femmes et des hommes et celle de la Terre. Résultat, Marjolaine révèle des talents authentiques, promeut de « vraies » initiatives et innovations… bonnes pour la santé de l’humanité et de la planète.

EXIGENCE ET PÉDAGOGIE

Ce monde meilleur que de nombreux consommateurs aspirent désormais à bâtir, Marjolaine le construit depuis plus de 40 ans, sans jamais perdre son énergie ni s’essouffler. Et sans oublier d’innover car, cette édition 2021 marque de grands changements pour toujours offrir la meilleure expérience aux visiteurs. Ce travail de fond a permis de rassembler et de fidéliser une équipe de spécialistes qui captent les avancées, anticipent les caps, analysent les évolutions… Marjolaine est ainsi, chaque année, la vitrine exhaustive et intransigeante de la vie en bio, soit 11 secteurs qui touchent au quotidien de chacun : alimentation, vin, santé, beauté, mode, décoration, bien-être, jardin, tourisme, écologie, maison. Les visiteurs de cette édition de novembre 2021 savent qu’ils trouveront au Parc Floral de Paris, pendant 9 jours, de quoi satisfaire leurs attentes. Mais, ils viennent aussi pour se former, apprendre, aller plus loin. Car Marjolaine, ce sont 30 conférences et ciné-conférences qui rassemblent scientifiques, politiques, médias… pour débattre autour des grands enjeux de demain en matière d’écologie et 65 ateliers pour découvrir de façon concrète bons produits et bonnes pratiques.

QUELQUES RENDEZ-VOUS À POUR ALLER AU-DELÀ DES CIRCUITS COURTS

MERCREDI 10 NOVEMBRE
15 h Souveraineté alimentaire : où en est la France ?
Table ronde avec Mathieu PERDRIAULT, directeur d’AGTER (Améliorer la Gouvernance de la Terre, de l’Eau et des Ressources naturelles) ; Mathieu COURGEAU, paysan en Vendée, président de « Pour une autre PAC » ; Nadège GARAMBOIS, ingénieure agronome diplômée de l’Institut National Agronomique ParisGrignon, maître de conférences en Agriculture comparée à AgroParisTech et Monique CHEMILLIER GENDREAU, Professeure émérite de droit public et de science politique à l’université ParisDiderot, spécialiste de droit international et de la théorie de l’État, auteure de « Pour un Conseil Mondial de la Résistance ».
VENDREDI 13 NOVEMBRE
14 h 45 Démesure urbaine, modes de vie métropolitains et crises écologiques : nous sommes tou.te.s des pangolins !
Par Guillaume FABUREL, professeur en géographie, urbanisme et science politique à l’université Lyon 2 ; membre fondateur du Réseau français des territorialistes, auteur de « Les métropoles barbares » et de « Pour en finir avec les grandes villes. Manifeste pour une société écologique post-urbaine », paru au Passager clandestin.
16 h 30 Alternatives socio-écologiques dans les grandes périphéries rurales : le monde d’après est déjà là, et bien là !
Table ronde avec Lætitia DELHAHAIES, coordinatrice stratégique du mouvement Colibris Gaspard D’ALLENS, journaliste à Reporterre, auteur de nombreux ouvrages dont « Les néo-paysans » Marcel LE PENNEC, ancien maire de Moëlan-sur-Mer Manu de la ZAD Notre-Dame-des-Landes Amandine QUIN, Association Label Vers (Beaucet-Vaucluse)
18 h 15 Vers une décroissance urbaine ? De la désobéissance civile à la désobéissance fertile
Table ronde avec Tomjo de la Friche Saint Sauveur (Lille), auteur de « L’enfer vert » Baptiste de la ZAD Notre-Dame-des-Landes. Maële, ex-militante urbaine, écologie radicale et féminisme libertaire Collectif du Quartier des Lentillères, (Dijon) sous-réserve.

PROGRAMME COMPLET ICI.

Un événement de SPAS Organisation, spécialiste des événéments Bio et Bien-être

Boulangerie bio et artisanale : La Panetière des Hameaux fête ses 10 ans

Créée en 2011 à Pornic en Loire-Atlantique pour offrir au consommateur du goût, de la qualité, de l’artisanat et de la proximité, La Panetière des Hameaux fête cette année ses dix ans d’existence !

Une décennie remplie de succès, que l’équipe de la boulangerie compte célébrer dignement en octobre et novembre prochain.

Dix ans d’existence que La Panetière des Hameaux compte bien célébrer avec une décoration et de nombreuses animations à l’image des valeurs de la boulangerie : le bio, le goût, le local, l’artisanat et l’anti-gaspillage.



Des événements à noter à l’agenda (+invitations!) :

– Des visites du fournil seront organisées pour le public. Au programme : histoire de la boulangerie et des explications sur le savoir-faire artisanal des différentes étapes de la panification avec notamment le matériel et la spécialité de la maison, le levain.
A la fin de chaque visite, des quiz permettront aux visiteurs de gagner des lots 100 % bio et gourmands.



Ces visites auront lieu les mercredis 6 et 13 octobre et les samedis 9 et 16 octobre de 14h00 à 17h00 (cinq sessions de 30 minutes). L’inscription se fait directement à la boulangerie de Pornic ou par téléphone au : 02 40 64 64 44. 



– Des ateliers d’échanges autour de la fabrication du pain vont également être organisés. Le public pourra découvrir le travail des boulangers et s’essayer à la fabrication de pain. Ces ateliers pourront accueillir cinq personnes et se dérouleront, sur inscription, les samedis 6 et 20 novembre de 14h00 à 16h30.

Nouveau magasin bio de quartier : Les Hameaux Bio ont ouvert leur 9ème boutique à Nantes

Nouveau magasin bio de quartier co-créé avec les habitants

 

Les Français, très sensibles aux produits qu’ils consomment, privilégient désormais les produits bio et locaux : le marché du bio a connu une croissance de +10,4 % depuis 2019, et 58 % de nos compatriotes favorisent désormais les produits de proximité et les achats en circuits courts (source : étude Agence Bio/Spirit Insight, mars 2021).

L’idée est de remettre du sens dans ses achats, pour préserver la planète et dynamiser les territoires, tout en prenant soin de soi.

La demande est donc de plus en plus forte pour une offre de proximité, qualitative et authentique : 44 % des Français ont modifié leurs habitudes durant la crise pour fréquenter davantage les petits commerces de quartier, et 29 % s’y rendent de plus en plus pour faire leurs achats (source).

C’est pour répondre à leurs attentes que Les Hameaux Bio Biocoop ont lançé leur 9e magasin à Nantes, au 22 rue Barbara, dans le bourg de St Joseph de Porterie.

Il a ouvert officiellement ses portes le mardi 5 octobre 2021.

Notre développement est motivé par la volonté d’apporter une alimentation Biologique, exigeante et de qualité au plus grand nombre. Par nos magasins, et les produits que nous y vendons, nous défendons aussi un modèle de société et de production plus vertueux pour que la valeur soit justement répartie entre les acteurs. “Quentin Allonville, co-gérant”

Une implantation dans un quartier nantais à taille humaine

Saint Joseph de Porterie, “St Jo” pour les intimes, est un quartier familial, situé à proximité de la nature et de l’Erdre, avec de nombreux coins de verdure.

Il incarne à lui seul tout un art de vivre, avec ses différentes activités conviviales que les habitants aiment pratiquer : le vélo, le skateboard, les pique-niques en famille, les promenades, le potager collectif….

Autant de tranches de vie que l’artiste nantaise Orana Trikovna a su représenter dans la superbe fresque qu’elle a réalisée pour le nouveau magasin des Hameaux Bio.

L’épicerie bio de proximité, authentique et conviviale

Les Hameaux Bio, c’est LE magasin de quartier dans lequel il fait bon venir pour dénicher des fruits et légumes savoureux, un large choix de pains au levain (pains complets, pains aux graines, pains naturellement sans gluten…) de la boulangerie La Panetière des Hameaux, des fromages bio à la coupe riches en goût…

Avec, toujours, la garantie de participer au développement d’une agriculture biologique paysanne et locale : plus de 120 producteurs locaux, situés à moins de 150 km du magasin, seront ainsi soutenus pour valoriser le savoir-faire régional.

De belles valeurs sont aussi mises en avant comme le commerce équitable, la réduction des déchets (130 références sucrées et salées en vrac), et la convivialité.

“Un magasin de quartier est un lieu de vie, un carrefour de rencontre entre les habitants du quartier, la vie collective et associative et le commerçant. Il offre une dimension humaine chaleureuse où l’on se sent un peu comme chez soi et où la proximité est privilégiée. Selon moi, le magasin de quartier est aussi un acteur de la vie de quartier et y participe activement.” Quentin Allonville

Un lieu de vie festif et coloré

Cette nouvelle épicerie de proximité veut contribuer à sensibiliser à la protection de la planète en se définissant comme un lieu de partage, de lien social et d’économie de “seconde main” grâce à l’alimentation.

En partenariat avec des acteurs locaux (producteurs, associations, consom’acteurs), de nombreux événements seront ainsi organisés tels que des ateliers, des conférences, et des animations autour du zéro déchet, du DIY, du local, de l’économie circulaire…

Et pour une ambiance toujours plus chaleureuse et accueillante, une “boîte à livres” sera mise à disposition pour que chacun puisse déposer et emprunter des livres gratuitement dans l’incontournable “coin café” aux mobiliers chinés et recyclés.

Un cahier des charges exigeant

Le nouveau magasin Les Hameaux Bio s’engage à respecter le cahier des charges rigoureux du réseau Biocoop.

Tout son fonctionnement est ainsi structuré autour de :

La transparence

Toutes les activités du magasin sont transparentes, tout comme la traçabilité de ses approvisionnements.

La qualité

Les produits proposés sont vraiment bio et sains : fournisseurs 100 % bio privilégiés, refus des OGM et des additifs à risque, respect de la saisonnalité, refus des arômes non bio, animaux nourris avec 100 % d’aliments bio…

Le développement

Fidèle à “l’esprit du bio”, le magasin Les Hameaux Bio encourage l’agriculture biologique dans un esprit d’équité et de coopération. Il privilégie aussi les filières régionales et les petits producteurs locaux.

La sensibilisation

Parce qu’il est très simple d’effectuer une transition vers une consom’action responsable, la nouvelle épicerie de proximité nantaise informe sa clientèle sur de nombreux sujets tels que le développement durable, un mode de vie écologique, une alimentation saine…

Informations pratiques

Les Hameaux Bio Biocoop de Saint Joseph de Porterie.

Ouvert: Du lundi au samedi de 10h à 20h

Adresse : 22 rue Barbara – 44300 Nantes.

Pour en savoir plus:

Site web : https://leshameauxbio.fr/magasins-bio/magasin-les-hameaux-bio-saint-joseph-de-porterie-2/

Facebook : https://www.facebook.com/BiocoopLesHameauxBioNantes

Instagram : https://www.instagram.com/les_hameaux_bio/

 

Le microbiote intestinal : l’allié santé

Les problèmes digestifs concernent 70 % de la population et empêchent la bonne assimilation des nutriments. Pire, l’inflammation chronique de la muqueuse intestinale et une flore déséquilibrée rendent la consommation des aliments crus et riches en vitamines et minéraux difficile. De nombreux travaux de recherches démontrent qu’une flore intestinale pauvre ou déséquilibrée expose à des maladies. Avoir un microbiote sain serait donc la clé pour être en bonne santé.

«  Aider le corps à s’aider  » est la devise de base de toute médecine naturelle.
Ayant bien ceci à l’esprit, le pharmacien et biochimiste Dr. Niedermaier (1913-2003) a développé et breveté la fermentation en cascade après des années de recherches. Dans ce procédé unique, des fruits, légumes, noix et épices issus de l’agriculture biologique sont fermentés pendant 8 semaines en plusieurs étapes avec des bactéries lactiques. À travers cette fermentation dynamique, tous les ingrédients sont découpés dans leur plus petite unité ce qui les rend facilement disponibles pour le corps.

Le résultat est le concentré régulateur bio
Ce concentré n’est pas un simple supplément vitaminique mais un régulateur de terrain. Il apporte de l’acide lactique L(+) et des peptidoglycanes pour une sphère digestive saine, des acides aminés et peptides pour le système enzymatique, des antioxydants sous une forme naturelle et concentrée contre le stress oxidatif.

Le mot de l’expert !
La clé pour une vitalité et une santé durable se trouve dans la possibilité du corps de rester dans un certain équilibre – aussi appellé l’homeostasie. Dans cet état, le corps est au maximum de sa capacité de réparation, régénération et de défense. Les produits issus de la fermentation en cascade soutiennent le corps dans le maintien de cet équilibre.

Les épices à avoir dans son placard pour faire voyager vos papilles

À l’occasion de la Semaine du Goût, nous vous aidons à découvrir d’autres traditions culinaires venues du bout de monde. Pour cela, les épices et aromates sont une porte d’entrée formidable. Leurs goûts rehaussent les plats, changeant parfois complètement les saveurs.

 

Liste des épices pour voyager à l’autre bout du monde

  • Le gingembre : origine Inde, on utilise son rhizome tant pour la cuisine que pour la médecine traditionnelle chinoise. Principalement utilisé en Inde et en Asie dans la cuisine traditionnelle. Au Japon, c’est un rafraîchissant lors de la dégustation de sushis, mais on l’utilise aussi mariné dans du vinaigre de riz. En Inde, il est un ingrédient important de nombreux mélanges d’épices et sauces. De manière générale, ses saveurs piquantes et fraîches accompagnent parfaitement des plats de poissons et de fruits de mer. 

  • Le curcuma : origine sud voire sud-est de l’ On utilise les rhizomes, et son utilisation la plus commune en cuisine est celle du curry. En Inde, le curcuma est considéré comme une super-plante. Il est utilisé dans bien des domaines de la vie indienne, très loin de la cuisine traditionnelle. Le curcuma s’utilise seul ou en mélanges d’épices et entre dans la composition de nombreux plats : indiens, malaisiens, indonésiens, cuisine thaïe, malienne, iranienne, belge, anglaise, etc. Ses saveurs sont chaudes et légèrement piquantes, donnant un effet de satiété rapidement. Il colore agréablement les plats d’une teinte jaune-orangée. 

  • Le cumin est originaire du Proche-Orient, du Levant. Il entre dans la composition de nombreux mélanges d’épices, apportant des saveurs fortes, âcres et piquantes. Il est très utilisé dans les régions du Nord de la Chine, et les pays musulmans. 

  • La cannelle de Ceylan est originaire du Sri Lanka. Cette cannelle est très différente de la cannelle de Chine, aux saveurs bien moins prononcé La cannelle est utilisée principalement seule, dans les pâtisseries ou en huile essentielle. C’est une épice très usitée lors des biscuits de Noël. 

  • La coriandre : l’origine de la coriandre est incertaine car elle pousse au Proche-Orient et dans le Sud de l’ Elle est utilisée pour ses feuilles mais aussi ses fruits et ses racines. Les feuilles ont des saveurs fraîches et sont utilisées dans les currys verts, le chich barak et la kebbé nayé. Les fruits, quant à eux, sont utilisés séchés, entiers ou en poudre (après torréfaction). Leurs saveurs sont légèrement orangées et épice les tajines, harira et couscous. Quant aux racines, elles sont surtout utilisées en Thaïlande, pilées avec de l’ail et du poivre, et forment un condiment. 

  • La cardamome est originaire d’Asie du Sud-Est. On utilise ses fruits séchés, longues capsules vertes contenant les graines. On peut donc la trouver sous cette forme ou en poudre. Les Indiens sont particulièrement friands de cette épice aux notes fraîches et fruité On l’utilise aussi pour aromatiser les thés ou le café turc. 

 

L’authenticité des épices Cook

Nos épices et mélanges sont 100% naturels, sans aucun ajout de produits ou d’arômes. Nous sélectionnons des épices de qualité, en faisant de notre mieux pour favoriser le bassin de production originel. Nous broyons nous-même la plupart de nos matières premières, ce qui permet de développer un savoir-faire et de garantir un produit 100% naturel. Nos mélanges d’épices du bout du monde sont inspirés de traditions culinaires ou des pays d’origine. 

Choisir les épices Cook, c’est opter pour des épices bio, respectueuses de l’Homme et de l’environnement. En effet, notre démarche est valorisée par un label RSE (BioEd) et un label de Commerce Équitable (Biopartenaire).

Pour en savoir plus sur notre entreprise et ses engagements : https://www.arcadie.fr/

Retrouvez-y également des recettes épicées de saison.

Lessive à la cendre de bois

Ingrédients

  • Cendre de bois tamisée
  • Eau

Recette

  • Faire chauffer dans un fait-tout : 1 dose de cendre pour 2 doses d’eau.
  • Quand c’est chaud, couper le feu et laisser de côté pendant 3 jours en remuant de temps en temps.
  • Filtrer ce mélange avec une passoire fine
  • Verser ce liquide  à l’aide d’un entonnoir dans une bouteille en verre ou un ancien bidon lessive.
  • Étiqueter et utiliser comme une lessive du commerce.

Conseil++

Dans le cendrier du poêle, il arrive qu’on récupère aussi du bois carbonisé, mieux vaut ne pas s’en servir. Je vous conseille donc de tamiser vos cendres de bois avant d’y mettre de l’eau. On peut tamiser avec un tamis de bricoleur ou avec une passoire de cuisine et ainsi ne récupérer que les cendres fines et gris clair.

Pour le filtrage, j’ai utilisé de la gaze mais ça n’a pas super bien filtré. J’ai fini par utiliser un filtre à café permanent qui a fait le job (une fois de plus!).

On obtient un liquide un peu jaune sans odeur qui au toucher est savonneux et se garde plusieurs semaines.

Économie

Cette lessive est économique évidemment et encore plus que ma lessive au savon de Marseille. Elle me permet surtout de faire un geste pour la planète en ne rejetant pas de phosphate dans les eaux usées (puis dans nos rivières !!) et d’économiser les bidons en plastique vendus en grande surface !!

NOUVEAUX PANES AUX MULTI-GRAINES BIO DE FOOD4GOOD

Il aura fallu à Food4Good près de 18 mois et 30 recettes testées pour atteindre son but et son niveau d’exigence habituel, tant sur l’origine des ingrédients que la gourmandise, et ils sont particulièrement heureux de les lancer en ce mois de septembre :  
                                           
 
–          Filets panés de Cabillaud MSC aux 5 graines bio : sont associés un vrai filet de cabillaud MSC pêche durable à une panure croustillante aux 5 graines bio. L’ingrédient coup de cœur de cette nouvelle recette est le KASHA (sarrasin toasté), première fois qu’il est intégré dans un poisson pané ! Fidèle aux exigences de Food4Good, les graines de kasha, courge, millet, lin brun et tournesol sont bio, cultivées et transformées en France : comme une évidence, mais qui n’en est finalement pas une, il a fallu batailler pour ne pas avoir des graines de courge de Chine et d’autres horizons !
 
–          Filets panés de Cabillaud MSC aux graines & algue Nori bio : sont associées de fines paillettes d’ALGUE NORI, des graines bio de millet et de lin doré cultivées et transformées en France. Après dégustation d’algues dulse, laitue, kombu et autres wakamé, fraiches, séchées, ou en paillettes… c’est l’algue Nori qui fut finalement gagnante pour sa saveur iodée qui reste discrète.
 
 

Retrouvez votre vitalité

 

 

Retrouver votre vitalité, votre jeunesse,

grâce à une eau différente qui est antioxydante, alcaline, très hydratante…

Changez votre Eau, Changez votre Vie !

SAVEZ-VOUS QUE L’ALCALINISATION EST IMPORTANTE ? POUR EVITER L’ACIDITE DE VOTRE CORPS ?

Pour en savoir plus :

 

Cécilia Duchézeau
Responsable Service Clientèle
ENAGIC depuis 2009
Tél. : +(33)06 80 84 45 40
Web société : www.kangen-fontaine.fr
Contact-société : kangen@orange.fr
Sinon, cliquer ici

 Bonnes adresses

LEVELUK K8, ioniseur d’eau par electrolyse

LEVELUK K8, ioniseur d’eau par electrolyse

L’eau du robinet est d’abord filtrée, puis ionisée à l’aide du processus d’électrolyse. Des eaux alcalines et acides sont alors produites, celles-ci peuvent être utilisées en tant que : boissons, pour la beauté, la préparation des repas, le nettoyage et la désinfection de la maison.

 

Retenez que cette eau Kangen possède 3 propriétés majeures pour vous qui la différencie de toutes les autres eaux :

1 : Grâce à son fort pouvoir antioxydant, l’eau Kangen ralentit le processus de vieillissement cellulaire et empêche l’oxydation. En buvant de l’eau antioxydante de Kangen, l’action antioxydante agit rapidement. Cette action antioxydante est permanente et l’organisme est protégé tout le temps et, par conséquent il peut mieux lutter contre l’oxydation tout le temps. Elle est donc anti-âge. Ce qui vous permet de retrouver votre jeunesse et votre vitalité.

2 : Elle est micromoléculaire, c’est-à-dire qu’elle ne contient que 5-6 molécules, contrairement à une eau classique qui contient 15-20 molécules, donc votre corps sera hydraté 6 fois plus qu’avec une eau ordinaire et pénétrera plus facilement vos cellules.

3 : Elle favorise l’équilibre acido-basique et la détoxification de votre corps. Elle est fortement alcaline, c’est-à-dire qu’elle va « nettoyer » toutes les zones acides de vos cellules de tout votre corps, car l’acidité est l’ennemi de votre corps !

 

 Technicité

La fontaine d’eau Kangen® 8 est maintenant le modèle phare et la plus puissante dans sa catégorie antioxydante d’Enagic. La k8 est la meilleure technologie dans le monde, dans le secteur de l’eau ionisée avec 15 ans de recherches abouties. Elle est extrêmement ergonomique, avec des propriétés absolument incroyables.

Dotée de 8 plaques de titane trempées dans du platine !

Ces plaques d’électrode :

  • augmentent la surface de l’électrolyse,
  • améliore l’ionisation de l’eau,
  • augmente le potentiel de production d’antioxydants.
Garantie : complète de 5 ans

 

Elle a un pouvoir antioxydant supérieur. La toute puissante K8 est une formidable productrice d’antioxydants ! L’ioniseur d’eau K8 génère un flux continu de 5 types d’eau différentes qui répondent aux besoins variés : L’Eau Forte Alcaline Kangen, l’Eau Kangen®, l’Eau Neutre, l’Eau de Beauté et l’Eau Forte Acide

Écran LCD en Couleur
La K8 est extrêmement simple d’utilisation, grâce à son large écran LCD en couleur et à sa voix claire. Par le simple toucher d’un bouton, vous avez accès à l’une des 5 eaux de votre choix. Votre machine confirmera l’eau que vous avez sélectionnée d’une voix agréable, et en l’espace d’un instant, la machine déversera par le biais de son tuyau flexible, une eau ionisée et bonne pour votre santé.

 

Caractéristiques du Produit

Plaques d’électrodes : 8
Taille de la plaque : (mm) 135 x 75
ORP négatif : (mV) -850
Gamme de pH : 2,5 – 11,5
Génère : 5 types d’eau
Puissance : (W) 230
Poids total : (kg) 5
Dimensions WHD : (mm) 279 x 345 x 147

Taux de production : (l/min)

  • Eau Kangen® : 4,5 – 7,6
  • Acidic Water : 1,5 – 2,6
  • Strong Acidic Water : 0,6 – 1,1

Facilité d’Utilisation : Entièrement automatique, très simple à utilise

 

Certifications

Enagic International est certifiée ISO 9001, ISO 14001 et ISO 13485 pour le contrôle de la qualité et la gestion environnementale, le sceau d’or de la Water Quality Association pour la certification des produits, et est membre en règle de la prestigieuse Direct Selling Association.

 

Prix HT : 3.660,00 € TVA 20 % : 732 €

Prix : 4392,00 € (incl. 20 % TVA)

 

Financement

Mise à votre disposition un financement adapté et personnalisé à vos besoins
à partir de
39,97 € mensuel
avec ou sans apport et avec ou sans report de 6 mois ! Renseignez-vous au 06 80 84 45 40

 

Depuis 1974, l’eau Kangen apporte des améliorations très concrètes sur votre bien-être global.

 

 

COMMANDER VOTRE FONTAINE D’EAU KANGEN

 

Cécilia Duchézeau
Responsable Service Clientèle
ENAGIC depuis 2009
Tél. : +(33)06 80 84 45 40
Web société : www.kangen-fontaine.fr
Contact-société : kangen@orange.fr
Sinon, cliquer ici

Une révolution intérieure est en cours…

Une révolution intérieure est en cours…

À la surface du monde, en ce moment même, il y a des guerres, de la violence, de la folie, et l’avenir peut paraître bien sombre… Pourtant, au même moment…

Pourtant, au même moment, Calmement, tranquillement, Quelque chose se produit sous la surface. Une révolution intérieure est en cours… Des personnes rayonnent une plus grande lumière. C’est une révolution silencieuse, Qui part de l’intérieur pour aller vers l’extérieur, Arrive d’en bas et remonte vers le haut. Il s’agit d’une coopération mondiale subtile, Qui a des cellules dans chaque nation.

C’est une (r)évolution spirituelle planétaire. Nous n’allons pas passer à la télé, Nous n’écrirons rien à notre sujet dans les journaux, ni à la radio. Nous ne cherchons pas la gloire. Nous ne portons aucun uniforme. Nous sommes de toutes les formes, de toutes les tailles, de toutes les couleurs et de tous les styles. Nous venons de tous les pays et toutes les cultures de ce monde. Nous vivons dans de grandes villes ou de plus petites, à la montagne ou dans des vallées, Dans des fermes ou des villages, dans des tribus ou sur des îles.

La plupart d’entre nous travaillons dans l’anonymat Ne cherchant pas la reconnaissance du nom, Mais une transformation profonde de notre vie. Nous œuvrons tranquillement en coulisse. Vous pourriez nous croiser dans la rue Et ne même pas nous remarquer. Nous avançons incognito, Sans chercher à savoir à qui reviendra le mérite, Nous cherchons simplement à ce que les actions soit faites.

La plupart d’entre nous ont un travail normal. Mais derrière ce qui apparaît Une oeuvre plus profonde prend place. Grâce au pouvoir individuel et collectif De nos esprits et de nos cœurs Nous semons des graines de passion, de connaissance et de joie, pour toutes et tous.

Ensemble nous co-créons un monde nouveau !

Chacun de nous s’exprime d’une manière unique Avec ses propres dons et talents. « Soyons le changement que nous voulons voir dans ce monde » C’est la devise qui remplit nos cœurs. Nous savons que là est la voie d’une transformation profonde. Nous savons, tranquillement et humblement, Individuellement et collectivement Que nous avons une puissance inouïe.

À première vue, notre oeuvre n’est pas visible. Elle est lente et minutieuse. Et pourtant, nos efforts combinés Vont façonner et déplacer le Monde Au cours des années et des siècles à venir.

L’amour est ce que nous venons partager L’amour émane de l’intelligence du cœur, De cette pulsion d’évolution qui existe depuis la nuit des temps chez les êtres. Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Personne d’autre que toi ne peut le faire. Mais n’oublie jamais, nous sommes tous là pour te soutenir.

Chacun est le bienvenu, et chacun est aimé.

(texte de Brian Piergross adapté librement)

? Apocalypse sous le Soleil exactement ? ?! ? Egalité devant ( / écologie Juste) – Fraternitées – Liberté…  ))  )

? Apocalypse sous le Soleil exactement ? ?! ? Egalité devant ( / écologie Juste) – Fraternitées – Liberté… )) )

J’observe toutes les croyances relatives à demain…

???

Il y a de grandes peurs profondes qui remontent.

Souvent par peur l’on porte son attention ailleurs,

par endroits cela devient tabou ou on fait du déni.

Mais tout le monde en parle, et tout le monde y pense :

C’est de la “Fin du monde” dont je parle.

Ce que nous vivons, c’est maintenant !

Notre destin formidable est de le vivre en 2021 !

 

Armaggedon, Apocalypse, transition, Nouveau paradigme, métamorphose… ou Encore Rélovution ! C’est Tout la même chose…

 

Alors l’humanité doit grandir !!!

Chacun de nous est dans une réalité qui échappe…

Qui nous mène, aussi, à l’humilité, c’est essentiel ça !

De toutes manières maintenant nous avons un défi individuel et collectif, c’est de créer ce monde de demain qui sera Vraiment durable…

Aussi qui sera enFin véritablement en PAIX !

J’annonce la Paix complète, totale pour octobre 2033 !

Qui me croix ?!! LoOoL 😉

Qui d’autres, cette fois-ci a cette même Foi ?!

 

Le fond de l’homme est bon. J’en Suis Certain.

En dépit d’un faisceau (fait-sôts ?! hum) d’apparences souvent contraires…

 

Oui, alors, dites-moi pourquoi

toutes et tous Ensembles pour de Bon

provoquerions-nous le chaos puis le néant ?

Non !!! Je signe et je persiste face à la “théorie de collapsologie” !

Moi, bien au contraire je dis avec humour que je suis :

Paradisiologue !!! <3

 

Et mes enfants m’y poussent !

Je choisis Tous Jours la Vie et l’à Venir pour nous-autres au présent, mais aussi pour tous les enfants du Monde !

A mes yeux, c’est cela notre plus grande Responsabilité !

Il y aura une société post-apocalypse.

Et j’y vois la Paix, et j’y vois l’éveil global et total,

j’y vois aussi la Joie.

Aurions-nous fait Tout cet immense Chemin pour rien ?!

Désolé, Non, je peux pas avaler ça.

 

Je vous le dis maintenant :

Au bout il y a un fabuleux cadeau, Un Présent, Un Trésor ïnouï,

et pour absolument Tout le monde en égalité.

 

Reste à chacun.e de donner le meilleur de soi-m’aime,

dans la force du Cœur et le discernement de l’Esprit….

Chacune et Chacun enFin Libre pour sa vision de la Vie,

ses rêves d’enfants, ses Utopies. ?

L’humanité est vouée à atteindre son ultime perfection,

c’est à dire tout simplement son “âge adulte”

mais pour deux bonds cette fois.

 

Alors Limitons la casse.

Soyons, devenons non-violents, et plus intelligents qu’eux aux sommets actuel de la pyramide.

Dans la rue, avec les réseaux sociaux, avec ses proches, avec ses enfants, tout le temps : une “tâche de fond” d’ordinateur, en somme…

Pensons au futur et soyons présents au présent.

Programmons nous pour la Vie non d’une pipe !

//

Nous cheminons tous vers l’Unité… Je le sais, je le sens.

En 2033 je promets…

Cela vous fée encore Rire ?!

Comme je vous comprends bien,

car je suis tellement à contre-courants dominants.

Un Fou allié, un ovni diront certains. 😉

De toutes manières, le soleil reste Jaune, Ouiii ? !! Sourire.

Si tu parles avec le Cœur, c’est un acte à chaque mot.

Et pour clore mon “bar à thym” :

Einstein = Quelle que Soit la question, la réponse c’est AM?UR !!!

Amen

//

EnFin rappellons nous Alain :

Il faut prêcher sur la vie, non sur la mort ; répandre l’espoir et non la crainte ; et cultiver en commun la joie, vrai trésor humain. C’est le grand secret des sages et ce sera la lumière de demain.

(publié en octobre 2020 sur mon blog dans Mediapart et aussi dans LeMonde)

Equilibrer l’énergie dans votre lieu de Vie

Equilibrer l’énergie dans votre lieu de Vie

Harmonisation du lieu d’habitation, Etude de votre lieu de vie

Depuis juillet 2021 les Energies Vibratoires ont beaucoup augmenté.
Pour garder une bonne santé physique, l’association TE Martine Martin vous propose d’intervenir sur plan à distance pour vérifier le taux vibratoire et énergétique de votre lieu de Vie. Si nécessaire celui-ci pourra être monté aux nouvelles énergies vibratoires d’après mes propres calculs basés sur ceux de mon instructeur

Qui suis-je : Autodidacte et « Elève » de M. Prat 

En 1991, j’ai créé l’association TE Martine Martin et depuis plus de 30 ans, je me suis sentie attirée, concernée par la défense de la Planète Terre et par la spiritualité.
Dans les années 2000, je me suis intéressée aux énergies vibratoires des habitations, c’est dans ce cadre qu’en 2004, j’ai fait la connaissance de Monsieur Georges Prat, grand géobiologue de cette époque.
Pendant plus de 12 ans, j’ai pu collaborer directement avec lui dans la remise en énergie de lieux sacrés et de lieux de vie. J’ai mis en place des séminaires, qu’il a animés, pour que le plus grand nombre puisse profiter de son enseignement.
Monsieur Prat nous a quittés en 2015.
Depuis son départ, riche de tout ce qu’il m’apprit, j’ai poursuivi et progressé sur ce chemin vaste et surprenant. Avec humilité, simplicité et suivant mes ressentis je suis en mesure de remonter les énergies vibratoires de vos lieux de Vie « nettoyage du lieu » 
Un lieu de vie où l’énergie est très basse, apporte fatigue, ennuis de santé, déprime et n’apporte plus le ressourcement souhaité quand vous « rentrez à la maison ». Prendre soin de soi, c’est d’abord avoir un lieu de vie porteur d’une bonne énergie pour rester en forme.

Une simple étude de contrôle est gratuite. Une participation de 50€ vous sera demandée pour les interventions sur plan, selon les cas à traiter. Tarif participatif dans une démarche solidaire, accessible à tous.
Les règlements peuvent se faire par chèque ou virement.

Association TE Martine Martin
Tel : 06 46 32 43 47 astemm@sfr,fr
Siret : 490 518 842 Ape 8230

Abc Protect, prévenir et traiter l’embouage des réseaux fermés

Abc Protect, prévenir et traiter l’embouage des réseaux fermés

Abc Protect® notre désemboueur à vortex a été conçu de taille minimaliste afin de pouvoir s’installer facilement sous une chaudière, à l’arrivée d’un plancher chauffant ou même entre deux radiateurs. 

  • En préventif, il empêche la corrosion et la formation de l’embouage nuisible et corrosif.
  • En curatif, il traite l’embouage éliminant les boues de toute nature (métalliques, organiques, bactériennes…) des réseaux de chauffage et d’eau glacée en quelques semaines.

Nous avons équipé notre désemboueur pour le particulier d’un témoin visuel afin que l’on puisse voir de visu la couleur de l’eau qui circule dans les réseaux. Ainsi nous pouvons prévenir toute problématique et visualiser la clarification de l’eau après passage en boucles dans le désemboueur.
Finie la chimie… et bien entendu longue durée de vie de nos appareils.
Les chiffres et analyses avant-après installation de nos désemboueurs montrent combien sous l’effet de notre désemboueur à vortex, l’eau se clarifie, stabilise ses paramètres. 

Clarificateur à vortex

Le désemboueur Abc Protect® traite en permanence l’embouage, la corrosion et le calcaire. Il élimine les boues de toute nature des réseaux de chauffage et d’eau glacée (métalliques, organiques, bactériennes …)

Applications et Résultats

  • Clarification très rapide de l’eau
  • Réduction drastique de tous les dépôts (boues) métalliques
  • Neutralisation de l’embouage, de la corrosion et de l’entartrage
  • Destruction des bactéries aérobies et anaérobies
  • Traitement permanent des boues de toute nature
  • Détartrage et désencrassage des surfaces d’échange thermique

 

https://www.ingenio.pro/desembouage-traitement-d-eau/reduction-embouage-analyses-deau-economies.html

+ d’infos sur le désemboueur.

Pour qui ?

Nous fabriquons :

  • Des appareils 80, 100, 300 kilos voir plus pour : l’industrie, les OPHLM, les écoles, hôpitaux, hôtels, agriculteurs, boulangeries, brasserie de bière… Et pour les châteaux d’eau (c’était notre idée première, traiter l’eau en amont, pour en finir avec le chacun son p’tit appareil à soi…) mais nous n’en sommes pas encore là, cela viendra.
  • Des appareils de 200 grammes à 1 kilo 500  pour nos maisons.

 

Nos process :

Observer, comprendre, mesurer et expliquer rationnellement, percevoir intuitivement pour tenter de reproduire le process d’auto nettoyage de l’eau dans la nature. Nous concevons des spires à inclinaison spécifique qui crée un vortex centripète, alliées à un léger champ magnétique en extérieur de l’appareil. L’association de ces 2 procédés ajoutée au contenu informationnel à l’intérieur de notre spire inox crée le VRV2m® (le Vortex à résonnance vibratoire magnétique et moléculaire.) Nos produits fonctionnent sans énergie sur les forces de l’eau. 

 

ACHETER CHEZ INNOVATIVE

 

Autre produit de traitement adoucisseur, purificateur et dynamiseur :

Acquavitaée, traiter calcaire et corrosion

 

Acquavitaée, traiter calcaire et corrosion

Acquavitaée, traiter calcaire et corrosion

Le calcium et le magnésium sont bons pour notre santé mais lorsqu’ils s’associent dans les tuyauteries de nos habitations, le calcaire se crée, nuisant aux équipements ménagers et aux installations… Ce qui induit des surcoûts pour nos portes monnaies…

Acquavitaée® conserve calcium et magnésium mais inverse leurs polarités électriques, ils ne peuvent plus s’agglomérer et deviennent de l’aragonite. Il en est de même avec la corrosion, elle ne peut plus attaquer nos ballons d’eau chaude.

3 modèles en fonction du taux de calcaire de l’eau à traiter :

  1. Acquavitaée® (eau à dureté peu élevée jusqu’à 15°f)
  2. Acquavitaée® TH+ (eau à dureté moyenne à dure de 16°f à 39°f)
  3. Acquavitaée® TH Max (eau à dureté très élevée au dessus de 39°f)

https://anti-calcaire.bio/adoucir/

https://anti-calcaire.bio/proteger/

Acquavitaée® : 4 en 1 qui adoucit, prévient la corrosion, purifie et dynamise l’eau des réseaux de nos habitats, jardins, piscines…

Affiner, purifier

Comme l’eau qui serpente, circonvolue dans la nature, l’eau du réseau de nos maisons qui arrive dans Acquavitaée® entre 2 et 4 bars de pression est contrainte à s’enrouler autour de la spire de l’appareil. L’eau s’oxygène et s’auto épure. Nous ne prétendons pas une purification totale, mais lorsque nous testons le chlore au robinet de l’évier dans les habitations où l’on vient d’installer Acquavitaée®, le taux de chlore au robinet diminue de 48 à 50 %. Un bon filtre à charbon est encore souvent utile pour l’eau que nous buvons et avec laquelle nous cuisinons. Nous ajouterons ces filtres à charbon (sans ajout d’argent) que vous pouvez retrouver dans notre boutique en ligne. Ils filtrent l’eau à 99,9 %.

https://anti-calcaire.bio/affineur-d-eau-a-vortex/

 

Dynamiser, restructurer

Acquavitaée® dynamise, restructure et régénère l’eau, nous retrouvons le geste spontané de boire. Une photo vaut mieux qu’un long blabla.

https://anti-calcaire.bio/dynamiser/

 

Données techniques

Petit, simple, pratique, nomade, durable conçu pour s’installer à l’arrivée d’eau (traitement de l’eau froide et de l’eau chaude) ou dans des petits espaces.

Raccords : 3/4’’ FF, Pression d’épreuves : 16 bars, Corps : 100 % Acier inox 316L, sans aucun relargage de micro polluants ions zinc, argent… dans l’eau que nous buvons et avec laquelle nous cuisinons.

Garantie : 5 ans  
Durée de vie : supérieure à 20 ans (fiche technique complète sur demande)

 

ACHETER CHEZ INNOVATIVE

 

 

Prévenir et traiter l’embouage des réseaux fermés : 

Abc Protect, prévenir et traiter l’embouage des réseaux fermés

 

Ingénio, une entreprise française engagée depuis 30 ans pour préserver l’environnement

Ingénio, une entreprise française engagée depuis 30 ans pour préserver l’environnement

Nous sommes une entreprise familiale implantée en Languedoc au cœur des Cévennes. Nous ne pouvons créer des dynamiseurs dans des conditions de chaînes de montage. Chaque appareil passe par les mains d’hommes et de femmes conscients de la préciosité de l’eau. Nos anticalcaire, dynamiseur et désemboueur sont 100% autonomes et durables. Ils traitent l’eau naturellement sans la malmener. L’heureux « propriétaire » de notre technologie n’est contraint à aucun abonnement, zéro entretien, aucun consommable, pas de pièce à changer, en un mot pas de fil à la patte… et ceci pendant longtemps.

La durée de vie de nos systèmes est de plus 20 ans (1980 est  la date anniversaire de nos premiers appareils installés au CNRS de Montpellier) mais nous soufflerons encore bien des bougies. Nous avons choisi l’inox ; il est formidablement durable…

Nous ne participons à aucun salon, que nous pensons polluant et extrêmement couteux (en argent 10 à 15 000 € pour un salon pro, en temps, en énergie, en paperasseries, en carburant…). Nous n’avons pas d’équipes de commerciaux qui rayent le plancher pour arriver à leurs objectifs, ne faisons aucune publicité aux prix exorbitants qui auraient une incidence sur nos tarifs. Pour les particuliers, les prix n’ont pas changé depuis 2017.

Nous sommes bien implantés en Europe et en octobre, nous conclurons des marchés avec des partenaires d’Amérique… En travaillant avec et pour l’Eau nous avons appris à être patients, humbles… et à faire la planche lorsque les vagues tempêtent. Notre plus grosse vague a été lorsque l’un de nos distributeurs est parti à la concurrence et que nous avons retrouvé nos argumentaires, fiches techniques et analyses sur des sites copieurs…

Trente ans plus tard, nous osons dire que nous nous laissons porter par l’Eau, médiatrice entre ciel et terre. Nous nous laissons guider par celle qui nous constitue tous quelque soit notre origine, couleur de peau, croyances, statut social à + de 70%. Car nous croyons qu’Elle nous relie les uns aux autres et à tout ce qui vit.

Qui sommes-nous ?

Martine naturopathe créatrice du brevet VRV2m®,
Christian ingénieur des fluides, fabricant.
Nos collaborateurs sont des femmes et hommes respectueux, sereins et conscients.

Nos appareils à vortex qui sont-ils ?

Acquavitaée® : 4 en 1 qui adoucit, prévient la corrosion, purifie et dynamise l’eau des réseaux de nos habitats, jardins, piscines…

Abc Protect® : qui prévient l’embouage. Désemboue et clarifie les eaux de chauffage de nos chaudières, PAC, plancher chauffant, radiateurs…

Pour qui ?

Nous fabriquons :

  • Des appareils 80, 100, 300 kilos voir plus pour : l’industrie, les OPHLM, les écoles, hôpitaux, hôtels, agriculteurs, boulangeries, brasserie de bière… Et pour les châteaux d’eau (c’était notre idée première, traiter l’eau en amont, pour en finir avec le chacun son p’tit appareil à soi…) mais nous n’en sommes pas encore là, cela viendra.
  • Des appareils de 200 grammes à 1 kilo 500  pour nos maisons.

 

Nos process :

Observer, comprendre, mesurer et expliquer rationnellement, percevoir intuitivement pour tenter de reproduire le process d’auto nettoyage de l’eau dans la nature. Nous concevons des spires à inclinaison spécifique qui crée un vortex centripète, alliées à un léger champ magnétique en extérieur de l’appareil. L’association de ces 2 procédés ajoutée au contenu informationnel à l’intérieur de notre spire inox crée le VRV2m® (le Vortex à résonnance vibratoire magnétique et moléculaire.) Nos produits fonctionnent sans énergie sur les forces de l’eau. 

 

Où se renseigner, comment s’équiper ?

Particuliers :
innovative 4 rue Biron à Ganges 34190
Ou sur notre boutique en ligne pour le particulier
+ d’infos : www.anti-calcaire.bio

Professionnels et industries :
ingénio 10 rue de la gare à Sumène 30440
+ d’infos : ingenio.pro

Italien, mélange d’épices Bio Cook Arcadie

Italien, mélange d’épices Bio Cook Arcadie

Pour relever les sauces tomates présentes dans de nombreux plats de la cuisine italienne, parmi lesquels pâtes et lasagnes.

Composition : piment doux d’Espagne*, origan*, thym*, laurier*, sauge*, coriandre graines*, basilic*, poivre noir*.
* : produit issu de l’agriculture biologique certifiée par Fr-Bio-01.

Marque COOK

Informations complémentaires : 
Poids : 28 g – Conditionnement : Falcon 100ml PET

ACHETER CHEZ COOK ARCADIE

Monchanvre.fr, marketplace du chanvre français

Monchanvre.fr, marketplace du chanvre français

Le Chanvre français à enfin sa marketplace !

Monchanvre.fr est une plateforme spécialisée dans la vente à distance de produits alimentaires, cosmétiques et de bien-être issus de la production française de chanvre.

 

Le Concept

C’est une idée simple, un concept unique et surtout la volonté de réunir producteurs français et consommateurs de produits sains et naturels.
Le site propose déjà plus de 200 produits (huiles, graines entières ou décortiquées, farines, savons et shampoings solides, lotions, soins pour la peau, la barbe et les cheveux, infusions…), mais aussi un blog avec des informations, des conseils, des recettes, des tutos cosmétiques…
Le visiteur bénéficie d’un accès au meilleur catalogue de produits naturels à base de chanvre issus de 25 producteurs certifiés et engagés (Ecocert, Slow Cosmétique, Nature & Progrès…), qui expédient directement chez vous.
Votre commande est donc préparée et envoyée directement par le producteur. Cela évite des transports inutiles et permet de réduire l’empreinte carbone au minimum.
La livraison est offerte à partir de 60€ de commande chez le même producteur (hors frais de livraison).

Le chanvre français

Le chanvre fait partie de notre patrimoine culturel et historique car il a été cultivé pendant des siècles. La France a même été le premier producteur mondial.
La culture du chanvre a marqué l’histoire de nombreuses régions de France et pour l’anecdote, sachez que la fameuse Canebière de Marseille veut dire « chanvrière » en Provençal !
Cette plante, parmi les premières plantes domestiquées par l’Homme, était extrêmement appréciée et utilisée pour de nombreuses raisons :

  • Se loger (isolation, construction)
  • S’habiller (vêtements, sacs, chaussures et accessoires)
  • Se déplacer (cordage, voilage, carburant)
  • Communiquer et échanger (papiers, livres, billets de banque)
  • Se nourrir (protéines, oméga 3 6 9 et vitamines)
  • Se soigner (peaux sèches, inflammations, sommeil, système digestif…)
  • Se détendre (CBD et autres cannabinoïdes) …

Et tout cela est encore valable de nos jours ! En mieux encore…

 

Le Chanvre pour tous 

Le chanvre pour notre environnement :

Les applications du chanvre dans l’industrie moderne sont très prometteuses grâce à sa souplesse, sa légèreté et sa résistance, et les propriétés du chanvre intéressent déjà de grandes marques automobiles notamment pour des pare-chocs ou des tableaux de bord, ainsi bio sourcés et recyclables.
Les matériaux bio sourcés sont devenus incontournables et le plastique de chanvre en est un bel exemple, car il est entièrement biodégradable en quelques semaines et pourrait être entièrement fabriqué en France.
Les textiles, issus de la fibre à l’intérieur de la tige, sont très doux, résistants et durables, et même anti bactérien. Sa culture nécessite jusqu’à 10 fois moins d’eau que pour produire la même surface de coton.
Et sans le moindre engrais ou pesticide !

0 pesticide, 0 déchet, 0 consommation d’eau !!

Le chanvre est un champion écologique que Monchanvre.fr souhaite valoriser afin de promouvoir par la même occasion le savoir-faire français !

Découvrez les producteurs et les marques sur Monchanvre.fr

Le chanvre pour notre santé :

Monchanvre.fr est une place de marché qui vous permet de retrouver facilement les produits issus d’une agriculture biologique locale, et de bénéficier d’une alimentation et de cosmétiques sains au quotidien. Nous vous garantissons ainsi la qualité, une origine contrôlée et la traçabilité de chaque produit.
Le chanvre est considéré comme un super aliment, car il est extrêmement nutritif, riche en fibre, en protéines végétales, en minéraux, en vitamines… Les produits alimentaires à base de chanvre vous procurent jusqu’à 80% des apports journaliers en omégas, dont le ratio entre omégas 3 et 6 est idéal pour notre santé cardio-vasculaire.

En cosmétiques, l’huile de chanvre est dite “sèche” et convient parfaitement à tout âge, à tous types de peaux, pouvant même soulager psoriasis, eczémas et autres maladies cutanées.
De nombreuses marques utilisent l’huile de chanvre car c’est une précieuse alliée pour la peau et les cheveux : efficace contre l’acné et l’excès de sébum, idéale pour le maintien de l’hydratation de la peau, elle est reconnue pour son action anti-âge, et elle nourrit les cheveux en leur donnant brillance et volume.
Avec 100% d’ingrédients naturels, les huiles, savons, crèmes, baumes à base de chanvre vous apporteront tous leurs bienfaits au quotidien.

 

Le chanvre pour notre bien-être :

Le chanvre dispose d’une centaine de molécules appelées cannabinoïdes qui sont bénéfiques et aident à l’équilibre général de votre corps.
On parle plus particulièrement du CBD, ou cannabidiol, qui est une molécule aux propriétés exceptionnelles.

De nouvelles études se réalisent tous les jours aux quatre coins du monde pour tenter de révéler ses secrets. Le CBD agirait notamment sur le stress, l’anxiété, la détente musculaire, l’arthrose, le système immunitaire, la digestion, le sommeil…

On peut également appliquer les propriétés du chanvre pour nos animaux de compagnies, notamment chiens et chats, afin de leur fournir une alimentation et des soins naturels, mais aussi pour améliorer leur bien-être grâce au CBD.

 

Le chanvre pour notre avenir :

Le chanvre est une plante d’hier, d’aujourd’hui… et surtout de demain !
Elle accompagne l’Homme depuis des milliers d’années et de nombreux pays reconnaissent pleinement ses vertus et ses qualités. Toutes les parties de la plante sont utiles et peuvent être facilement valorisées. Certaines régions agricoles continuent d’agrandir leurs surfaces exploitées tandis que d’autres se lancent.
Le potentiel de développement économique du chanvre est malheureusement contraint aujourd’hui mais il ne tient qu’à nous, consommateurs et consom’acteurs, d’aider la filière et de valoriser nos producteurs.

Monchanvre.fr, marketplace du chanvre français, propose un catalogue unique, 100% made in France, de produits naturels à base de chanvre, bénéfiques pour la santé et le bien-être de tous.

 

Rubrik’ à trucs spécial ventre

Rubrik’ à trucs spécial ventre

Le bonheur est dans l’intestin

Nous avons vu que l’intestin produit 95 % de la sérotonine. Cette « hormone du bonheur », ainsi surnommée, est un neurotransmetteur présent dans le système nerveux central qui joue un rôle important dans la sensation de bien-être, de joie et d’optimisme. Elle induit différents mécanismes, notamment dans la régulation de certains comportements liés à l’humeur et à l’émotivité. Elle agit sur le sommeil, la libido, les troubles alimentaires, l’agressivité et la dépression. Alors, pour être heureux, pensez à prendre le plus grand soin de votre intestin. Il vous le rendra bien !

 

De l’aloe vera contre les maux de ventre

Anti-inflammatoire, le gel d’aloe vera (à choisir en qualité alimentaire) est un précieux allié pour soulager les brûlures ou aigreurs d’estomac, reflux et douleurs gastriques. Prenez-le en cure de 3 semaines, à raison de 1 à 3 c. à s. par jour, pur ou dilué dans une boisson. Une fois le flacon ouvert, pensez à bien le conserver au réfrigérateur.

 

Massage aromatique pour gastro-entérite

Inflammation simultanée des muqueuses gastriques et intestinales, la gastro-entérite se traduit à la fois par des nausées, vomissements, diarrhées et douleurs abdominales.

Se masser le ventre avec une huile aromatique peut grandement soulager lors d’une telle infection.

Dans le creux de la main, mélangez 6 gouttes d’huile végétale de votre choix avec 3 gouttes d’HE d’estragon, à la fois antispasmodique puissant et antiviral. Appliquez 2 à 3 fois par jour sur le bas du ventre et le bas du dos en prenant soin de bien faire pénétrer.

Ne pas utiliser sur un enfant de moins de 6 ans.

 

L’artichaut, l’ami du foie

Reconnu pour favoriser un bon fonctionnement du foie, ainsi que pour faciliter les fonctions d’élimination et la digestion, l’artichaut est l’aliment détox par excellence. Consommez ses feuilles en décoction ou buvez l’eau de cuisson lorsque vous en préparez en cuisine. Cerise sur l’artichaut : le tanin concentré dans ses feuilles, appelé cynarine, stimule la production de la bile et soulage les nausées.

 

Massage du ventre au basilic

Une mauvaise digestion peut entraîner des spasmes très désagréables, qu’il est possible de traiter par des massages du ventre. Pour ce faire, préparez une huile aromatique en mélangeant 99 ml d’huile de noyau d’abricot avec 35 gouttes d’HE de basilic tropical. Transférez la préparation dans un flacon. En cas de spasmes digestifs, massez-vous le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre avec l’équivalent d’1/2 c. à c. de cette huile.

 

De la gentiane contre les aigreurs d’estomac

Peu agréables, les aigreurs d’estomac se manifestent généralement par une sensation de brûlure, des remontées acides, voire des régurgitations.

Misez sur la décoction de gentiane (Gentiana lutea).

Riches en substances amères, les racines de cette belle plante stimulent la sécrétion des sucs gastriques, facilitent la digestion et soulagent les remontées acides.

Dans une casserole, mettez 2 g de racines séchées de gentiane dans 30 cl d’eau de source. Portez à ébullition et laissez frémir pendant 5 à 10 minutes à feu très doux. Puis, hors du feu, laissez infuser 5 minutes avant de boire.

L’usage de la gentiane est contre-indiqué en cas d’ulcère gastrique.

 

Aller au charbon

Réputé depuis l’Antiquité pour ses propriétés adsorbantes*, le charbon végétal activé réduit les gaz intestinaux, les ballonnements et les flatulences. Buvez de 1/2 à 1 c. à s. de charbon végétal activé dispersé dans un verre d’eau, 1/4 d’heure avant chaque repas.

* Contrairement à l’absorption, qui est un phénomène où les molécules sont absorbées par un liquide, en cas d’adsorption, les molécules se fixent à la surface.

 

Solution anti-paresse intestinale

Il existe des solutions naturelles pour réguler le transit et lutter contre la paresse intestinale. Misez notamment sur le psyllium (Plantago ovata), une variété de plantain originaire d’Inde, utilisé en Ayurvéda pour soulager la paresse intestinale. Versez 1 c. à c. de graines de psyllium dans un verre d’eau (25 à 30 cl) et buvez. À consommer 3 fois par jour maximum.

 

Digestion difficile

La digestion est une fonction métabolique très importante, à laquelle il faut parfois donner un petit coup de pouce naturel, notamment grâce à l’infusion de mélisse.

Reine des infusions digestives, cette plante aromatique améliore la digestion, réduit les crampes et spasmes intestinaux tout en aidant le corps et l’esprit à se relaxer, et les tensions à se relâcher.

Dans une tisanière, mettez 6 feuilles fraîches ou sèches de mélisse. Couvrez avec de l’eau de source frémissante et laissez infuser 10 minutes. Consommez après les repas.

 

Comme par magie

Extrait d’algues rouges de la famille des Rhodophyceae, l’agar-agar est un polysaccharide qui se présente sous la forme d’une poudre blanche fine. Connu pour son pouvoir gélifiant très puissant, il a la capacité, au contact de liquide, de tripler de volume dans l’estomac. Le tout pour zéro calorie ! L’astuce pour conserver un joli ventre plat est donc de se préparer des thés ou infusions bio avec de l’agar-agar, qui agira comme un coupe-faim. Comment faire ?

Dans une casserole, versez 1 litre d’eau de source, du thé ou des plantes (en vrac ou en sachet) et 4 g d’agar-agar. Portez à ébullition et laissez infuser 2 minutes. Filtrez si besoin, puis consommez rapidement cette infusion avant qu’elle ne gélifie (en dessous de 40 °C).

 

Cocktail ventre plat

Dans un verre, déposez quelques morceaux de concombre, 5 à 6 feuilles de menthe fraîche et le jus d’1 citron vert bio. Écrasez le tout à l’aide d’un pilon, puis ajoutez de l’eau de source bien fraîche jusqu’en haut. Dégustez !

 

De l’art de la lenteur

Pour chouchouter son intestin, l’une des règles d’or est de mastiquer lentement, un minimum de 20 minutes par repas.

Dans un monde où le mot d’ordre est d’aller toujours plus vite, revenir à davantage de lenteur est un véritable enjeu du quotidien. Pensez à tourner 10 à 15 fois votre langue dans votre bouche avant d’avaler l’aliment. Cela vous produira de la salive, à la fois antibactérienne et très alcaline, donc protectrice de l’oesophage.

 

Préparez votre kéfir d’eau

Il fait partie de la grande famille des boissons fermentées. Très différentes des sodas industriels, ces boissons santé font appel à des petites bêtes – des levures ou bactéries –, qui produisent naturellement du CO2 en dégradant les sucres contenus dans le liquide. Et voilà une boisson pétillante bien vivante, riche en probiotiques et pauvre en sucre.

En buvant des boissons fermentées, nous absorbons directement des millions de bonnes bactéries probiotiques qui vont coloniser nos intestins et notre estomac. Un excellent moyen de booster notre flore intestinale et notre organisme tout entier.

Vous pourrez facilement réaliser votre propre kéfir d’eau. La première chose sera de récupérer des graines (vous pourrez en trouver à discrétion sur internet).

Pour 2 litres de kéfir d’eau, il vous faudra 50 g de graines de kéfir, 2 litres d’eau minérale, 2 c. à s. de sucre de canne blond, 2 figues séchées, ainsi que 3 rondelles de citron bio sans la peau. Voici le mode opératoire : disposez les graines de kéfir dans un grand bocal. Ajoutez le sucre, le citron et les figues. Mélangez le tout avec une grande cuillère, recouvrez d’un linge et laissez fermenter 24 à 48 heures dans une pièce chaude. La fermentation est terminée quand les fruits remontent à la surface. Filtrez la préparation, versez-la dans une bouteille en verre munie d’un bouchon hermétique et réservez-la au réfrigérateur.

Astuce : vous pouvez ajouter à la fermentation filtrée quelques morceaux de fruits (framboises, cassis, myrtilles…), des épices (gingembre frais, cannelle…) ou des plantes aromatiques, telles que la menthe, afin de parfumer agréablement votre eau de kéfir. Bonne dégustation !

 

Pour aller plus loin

Kéfir – kombucha et autres boissons fermentées

NA&T STORY Cosmétiques Naturels Certifiés Bio à Aix-en-Provence

NA&T STORY Cosmétiques Naturels Certifiés Bio à Aix-en-Provence

NA&T STORY est une gamme de soins visage bio très qualitatifs que l’on retrouve en instituts de beauté, en magasins bio et en ligne.

Les traits caractéristiques de nos soins visage bio sont :

• Gamme visage courte très qualitative,
• Concentrations exceptionnelles en actifs : pas ou peu d’eau dans nos formules,
• L’aloe vera présent dans toutes nos formules pour sa richesse en nutriments,
• Nos formulations marient les ingrédients de haute qualité nobles comme les huiles végétales vierges et la biotechnologie végétale française, innovante et responsable, qui booste nos formules,
• Qualité et traçabilité des matières premières,
• Textures très soignées, fondantes et pénétrantes, l’aloe vera n’a jamais été aussi glamour 
• Les parfums doux et gourmands 100% naturels (et sans allergènes pour certains) de chaque soin sont élaborés à Grasse et Avignon,
• Toute la gamme est certifiée bio par Ecocert selon le référentiel COSMOS ORGANIC, 
• Gamme 100% végane et sans huile de palme, sans ingrédients controversés, non testée sur animaux bien évidemment,
• Eco-conception et éco-formulation garantissant une biodégradabilité maximale des formules (sans ingrédient controversé), 
• Emballages recyclables.
• Prix justes
 
 
• Nos engagements :
 
Nos labels : “Cosmétique bio charte Cosmébio » – « Ecocert Cosmos Organic » – « Recommandé par l’Observatoire des Cosmétiques 2021 »
 
Notre démarche : aucun ingrédient d’origine animale, aucun test sur animaux, nous privilégions les filières équitables et responsables dans le choix de nos matières premières, éco-fabrication.
 
Notre devise : “La santé de la peau est un état d’équilibre et de bien-être. Donnez-lui la force naturelle de se régénérer.”
 
Notre histoire : C’est l’histoire d’un entrepreneuriat féminin, d’une envie de créer et d’entreprendre en connexion avec le naturel, avec la qualité et le savoir-faire français, d’une rencontre providentielle avec une femme en Asie qui fût l’élément déclencheur et notre première cliente. 
 
Mélisse l’Herbier de France

Mélisse l’Herbier de France

La mélisse, à l’arôme léger et légèrement miellé vous apportera une pause digestive bienvenue après un repas copieux.

100% bio, notre mélisse est issue d’une filière labellisée commerce équitable (Biopartenaire) et française !

Présente dans certains de nos mélanges pour infusions, elle saura vous offrir goût et détente lorsque vous en aurez besoin.

 

ACHETER CHEZ L’HERBIER DE FRANCE

 

Idée recette

Infusion mélisse & romarin

Mélange pour riz Cook bio

Mélange pour riz Cook bio

C’est la rentrée, et vous n’avez pas trop de temps à consacrer à la cuisine ? Bonne nouvelle, voici un mélange d’épices qui vous aidera à préparer de bons petits plats pour toute votre tribu simplement.

Ouvrez, saupoudrez, dégustez !

Un mélange d’épices pour vos plats à base de riz !

Notre mélange riz est doux en goût, mais saura assaisonner vos plats de rentrée.

Ses douces notes de curcuma et de piment doux d’Espagne sont accompagnées d’herbes aromatiques aux notes méditerranéennes (origan, persil et romarin).

100% bio, ce mélange d’épices fait aussi partie de notre gamme labellisée commerce équitable (label Biopartenaire). En effet, le curcuma et le poivre noir qu’il contient nous viennent de notre filière de Madagascar, un partenariat que nous chérissons depuis plus de 20 ans !

 

Pour utiliser ce mélange, vous pouvez, au choix :

  • Saupoudrer directement vos assiettes, en laissant les quantités à l’initiative de chacun.
  • Mettre une ou deux cuillères à café directement dans votre préparation et laisser les arômes se développer lors de la cuisson.
  • Verser quelques cuillères dans vos sauces, ajoutant ainsi des saveurs chaudes et suaves à votre assaisonnement.

 

A vous de choisir la méthode qui vous convient le mieux !

 

ACHETER CHEZ COOK ARCADIE

Idée recette :

Galettes de riz et sauce au yaourt

Miel au CBD de Rhododendron

Miel au CBD de Rhododendron

Selon une étude récente, 2430 espèces d’abeilles sont menacées en France et 188 espèces ne sont plus, les abeilles ont un rôle extrêmement important sur notre écosystème.

La pollinisation est à la base même de la nourriture de toute la planète.

Le miel de rhododendron est un miel de haute montagne assez rare, il est léger et doux.

La récolte du miel de rhododendron issue des Pyrénées Ariégeoises en haute montagne est soumise aux variations climatiques (gelée, pluie, etc…).

Très clair, devenant même presque transparent, il est légèrement aromatique, avec des notes boisées, délicatement fruitées et n’est pas sans rappeler le miel de romarin.

Les vertus du miel de rhododendron sont nombreuses. 

Il est revitalisantaphrodisiaque et soulage les articulations douloureuses.

En apithérapie, il est recommandé comme un régénérant cellulaire.

Le miel au CBD spectre large est le parfait combo pour profiter des vertus de ces deux super-aliments.

Le spectre large provient de l’extraction complète de la plante c’est à dire que toutes les parties du chanvre sont utilisées (fleurs, feuilles, graines & tiges). Elle assure une efficacité optimale et possède une saveur puissante.

Quant au miel, il fait partie des produits alimentaires au CBD les plus recherchés et les plus appréciés pour ses bienfaits.

Pourquoi le miel de CBD est-il complet ? La combinaison des propriétés anti-bactériennes et anti-inflammatoires du miel brut et des extraits de chanvre riches en cannabinoïdes, font du miel au CBD une recette de la nature. 

Il a l’avantage de pouvoir être consommé de différentes façons, en cuisine, en encas ou bien encore pour apporter une touche de sucre à votre infusion.

+ d’infos et achat.

L’Agence ORE participe à la quatrième édition des GéoDataDays

L’Agence ORE participe à la quatrième édition des GéoDataDays

Le 15 septembre, l’Agence ORE interviendra à Grenoble à l’occasion de deux temps forts des Géodatadays.

L’Agence ORE, alliance de tous les distributeurs d’électricité et de gaz en France, participe cette année aux GeoDataDays, le premier événement national indépendant et itinérant autour de la géographie numérique, né en 2018 de la fusion des Rencontres des Dynamiques régionales en information géographique et des Rencontres DécryptaGéo.

Débattre sur les nouveaux enjeux géographiques en France

L’Agence ORE interviendra le 15 septembre au World Trade Center de Grenoble dans deux moments majeurs de l’événement, aux côtés d’autres experts des données, de la géographie, de la transition écologique et des représentants des territoires :

– 10h15 – 11h45 lors du «Grand débat» qui lancera la journée à l’Auditorium – L’intérêt général : un nouveau cadre réglementaire et de coopération pour les données géographiques ?

Après les données publiques et les données souveraines, c’est maintenant le concept de données d’intérêt général qui semble être au cœur de la stratégie “données” de l’État français. À travers ce débat, nous essayerons de comprendre la portée de cette nouvelle approche et ce qu’elle redéfinit comme rapports entre acteurs étatiques, collectivités, délégataires de services publics et entreprises privées, tous concernés par les données géographiques.

16h00 – 17h15 – lors du « Grand défi » – Salle Kilimandjaro – Énergies renouvelables : un fort potentiel pour l’information géographique

Photovoltaïque, solaire, biomasse, hydroélectricité, éolien : les énergies renouvelables se nourrissent de géodata. Approches territoriales sectorielles ou plus systémiques, panorama d’outils au service de mix énergétiques durables. Aux côtés de GreenAlp, membre de l’Agence ORE et gestionnaire du réseau de distribution gaz et électricité pour Grenoble et 23 autres communes iséroises, l’Agence ORE expliquera comment “Visualiser l’implantation des énergies renouvelables sur votre territoire”.

A propos de l’Agence ORE

L’Agence ORE (Opérateurs de Réseaux d’Énergie), association loi 1901, regroupe l’ensemble des acteurs français de la distribution d’électricité et de gaz, pour offrir une vision globale de la distribution en France, en un guichet unique et gratuit de la donnée, agrégeant quelque 120 entités de la distribution d’électricité et de gaz. Par cette mutualisation des moyens et des compétences des gestionnaires de réseaux de distribution (GRD), et un accès facilité aux données d’électricité et de gaz (open data, datavisualisations pour faire parler les données d’énergie, services de bilans d’énergie en closed data), l’Agence ORE contribue à répondre aux enjeux numériques de la transition énergétique dans les territoires (production d’énergies renouvelables, autoconsommation, mobilitépropre, …). Plus d’informations sur www.agenceore.fr | @AgenceOre

A propos de GreenAlp

GreelAlp est le 6ème distributeur français d’électricité et le 4ème en gaz naturel. En Isère et en Savoie, ce distributeur gère 1655 km de réseaux électriques et 360 km de réseaux gaz, et a en charge la conception, la construction, l’exploitation, la maintenance et le développement de ces réseaux. GreenAlp est une société indépendante et filiale à 100 % du groupe GEG.

Climat et environnement : les Français de plus en plus mobilisés

Climat et environnement : les Français de plus en plus mobilisés

1 an après son arrivée en France et dans les pays francophones et plus de 2 millions d’arbres plantés dans le monde, les Français ont dit oui à Treedom ! 

Tout juste 1 an après l’arrivée de Treedom sur le marché français, les Français confirment qu’ils sont de plus en plus prêts à agir pour le climat et l’environnement, notamment en plantant des arbres avec Treedom. Une croissance de plus de 330% du nombre d’utilisateurs entre juillet 2020 et juillet 2021 et une augmentation de +425% du nombre de transactions en 1 an qui démontre la prise de conscience des Français face à l’urgence climatique.

Créé en 2010, Treedom est une plateforme italienne qui plante des arbres en système agroforestier dans le but de protéger l’environnement tout en contribuant à la sécurité alimentaire des communautés locales. La plateforme plante des arbres natifs et saisonniers, en recherchant toujours la durabilité du projet et en offrant un maximum de garanties dans l’entretien de ces systèmes. Ces arbres sont plantés, soignés et élevés par les agriculteurs locaux, qui profitent directement de leurs bienfaits et de leurs fruits. Leur rôle est de protéger la biodiversité, d’absorber du CO2, de produire de l’oxygène nécessaire à la planète. Et d’effacer l’empreinte carbone.

En 1 an, les francophones ont plutôt bien accueilli ce projet et montrent leur intérêt pour la cause puisqu’ils ont déjà planté plus de 11 000 arbres avec Treedom. Sur le seul marché français, même constat avec une augmentation du nombre de visiteurs et de transactions en forte augmentation par rapport à l’année précédente. 

Des arbres aux noms exotiques et connus plus plébiscités que d’autres qui rassurent

Sans grande surprise, les arbres les plus plantés sont le Cacaotier (3736), suivi par des espèces déjà connues et appréciées comme le Caféier (1326), le Manguier (566) ainsi que l’Avocatier (555)

De son côté, l’espèce qui a connu la plus grande progression entre juillet 2020 et juillet 2021 est le Caféier qui a vu augmenter son nombre d’achat de +978%, suivi de près par le Papayer (+828%) et le Baobab (+769%). Au total, entre le 1er juillet 2020 et le 1er juillet 2021, Treedom a enregistré en France une croissance de +322% de visiteurs avec près de 30 000 utilisateurs enregistrés et +425% de transactions réalisées.

Des chiffres qui démontrent que les Français achètent ce qu’ils connaissent le mieux et ce qui évoque des destinations connues qui font rêver. Plus le fruit est exotique et connu plus il est choisi pour être planté. 

Car à l’inverse, le Calliandra et le Croton connaissent une baisse respective de -13% et -52%. Ils ont été moins choisis par les Français cette année car bien moins connus que les autres. Des arbres qui pourtant ont des vertus nécessaires à l’équilibre de la planète et indispensables dans des régions spécifiques.

Des disparités selon les régions

Le nombre de nouveaux utilisateurs de Treedom a bondi de +330% par rapport à l’année précédente. Un chiffre logique mais qui révèle des disparités territoriales en matière d’affinité avec la cause. 

En effet, on constate que la région Hauts-de-France enregistre la plus forte progression avec près de 500% de nouveaux utilisateurs, suivie de près par la région Grand-Est (+413%) et Nouvelle-Aquitaine (+405%). Sans surprise, la région Ile-de-France enregistre de son côté le plus grand nombre d’utilisateurs avec près de 82 000 utilisateurs, en progression de près de 44% par rapport à l’année précédente. Un chiffre qui montre que les Franciliens sont plus sensibilisés aux problématiques environnementales et de pollution.

C’est en revanche la région Grand-Est qui réalise le plus de transactions avec une croissance de +988%, suivie par l’Occitanie avec une augmentation de +870%. 

Une disparité selon le signe astrologique

Treedom a mis en évidence l’existence d’un lien fort entre nos signes astraux et certains arbres. Force, énergie, puissance, protection… tous ont un caractère qui leur est propre et qui s’allie plus particulièrement à certains signes plutôt qu’à d’autres. Les Français sont souvent à l’écoute de leur signe astrologique et les arbres horoscopes de Treedom n’enfreignent pas la règle. En effet, entre le 1er juillet 2020 et le 1er juillet 2021, le nombre d’arbres achetés représentant l’horoscope a lui aussi augmenté de +383%

Les Verseaux et les Taureaux sont en tête du classement du nombre d’arbres plantés même si ce sont les Capricornes et Sagittaires qui enregistrent une des plus belles progressions avec respectivement +600% et +409%

A l’inverse, Balance et Gémeaux ne font pas d’adeptes avec un seul arbre planté pour chacun d’eux en 1 an. 

Le signe astrologique serait-il un gage d’engagement ou non pour des causes importantes ? Pas sûr…

Trophées Natexpo 2021 : les meilleures innovations bio de l’année récompensées

Trophées Natexpo 2021 : les meilleures innovations bio de l’année récompensées

Les habitudes de consommation des Français évoluent et beaucoup décident de s’orienter vers des produits plus naturels, responsables, locaux, faits maison… C’est dans ce contexte en mouvement, très favorable aux produits bio et vecteur d’innovations dans le domaine, que les meilleures nouveautés des 12 derniers mois ont été désignées par les Trophées Natexpo 2021.

Reflet du dynamisme exceptionnel de la bio, ces Trophées récompensent, depuis 2005, les produits les plus innovants, utiles, pratiques et originaux mis sur le marché pendant l’année.

Cette année, ce sont plus de 330 produits, soit 40 % de plus qu’en 2019 – un record ! –, qui ont été soumis au jury, dans 8 catégories :

  • Produits frais
  • Produits d’épicerie sucrés • Produits d’épicerie salés
  • Boissons
  • Compléments alimentaires
  • Cosmétique et hygiène
  • Produits et services pour la maison et la personne

Authenticité, proximité, simplicité, écoresponsabilité, anti-gaspi… les innovations gagnantes illustrent parfaitement les grandes tendances du moment !

Nous avons donc souhaité présenter aux lecteurs de l’écolomag les 14 lauréats dont les produits s’adressent directement aux consommateurs. À consommer sans modération ! Nous rappelons que le salon Natexpo, qui se tiendra du 24 au 26 octobre à Paris, au Parc des expositions de Villepinte, n’est pas un salon grand public mais uniquement réservé aux professionnels de la Bio.

 

PRODUITS FRAIS

TROPHÉE D’OR

Skyr Apéro poivrons paprika / PUFFY’S

Le Skyr Apéro est le premier tartinable Nutriscore A, pour prendre soin de sa santé lors de moments conviviaux, sans aucun complexe ni aucune concession !

L’avis du jury : Cette spécialité laitière, entre le yaourt et le fromage frais, a séduit le jury grâce à son goût et sa fabrication française. L’association originale du skyr avec les poivrons et le paprika a conquis les jurés, tout comme sa classification A dans la jauge Nutriscore.

TROPHÉE D’ARGENT

Le yaourt au lait de chèvre à l’hydrolat de verveine citronnée sur coulis de citron / LA LÉMANCE

Fabriqué en Vendée, ce yaourt inédit associe la délicatesse du lait de chèvre, le goût subtil de l’hydrolat de verveine citronnée et toute la puissance acidulée du coulis de citron.

L’avis du jury : Bon et équilibré : voici les deux principales qualités retenues par les membres du jury. Les yaourts au lait de chèvre étant encore peu présents sur le marché, le jury a particulièrement apprécié l’alliance entre l’authenticité du crémeux de ce lait et les saveurs de la verveine citronnée.

 

CATÉGORIE PRODUITS D’ÉPICERIE SALÉS

TROPHÉE D’OR

Petites truites de montagne à l’huile de tournesol et poivre sauvage de Madagascar / LA TRUITELLE

Gastronomique et écologique, cette conserve au poivre sauvage propose une expérience gustative inédite, entre finesse de chair, équilibre des saveurs et une belle longueur en bouche.

L’avis du jury : Ce produit a retenu l’attention du jury car il s’agit de la première conserve labellisée AB. Élaborée à partir de produits de qualité, conjuguant plaisir culinaire et bienfaits, cette conserve a été jugée haut de gamme et a également plu pour son aspect écologique. En effet, ces conserves constituent une alternative à la surpêche des poissons traditionnellement utilisés dans la conserverie de poissons.

TROPHÉE D’ARGENT

Caviar d’ail noir / GAÏHAMSA (ISWARI-SAMADHI)

Caviar d’ail noir à l’huile d’olive bio, agrémenté d’une pointe de sel. Produit gastronomique, idéal en toasts ou pour relever vos recettes favorites. Stimule le système immunitaire et prévient le vieillissement cellulaire. 100 % ail biologique cultivé et transformé dans la Drôme. Certifié vegan et sans gluten.

L’avis du jury : Le jury a estimé qu’il s’agit d’une véritable innovation au rayon des condiments. Les jurés ont trouvé ce caviar d’ail noir à la fois original et bon, parfait pour agrémenter les recettes des consommateurs. De plus, la liste courte de produits : 3 ingrédients seulement, dont 80 % d’ail noir de la Drôme, a fini de convaincre les membres du jury.

 

CATÉGORIE PRODUITS D’ÉPICERIE SUCRÉS

TROPHÉE D’OR

Crème de coco à fouetter équitable / BASE ORGANIC FOOD

Réveillez vos papilles, apportez du peps et du fun à vos plats salés ou sucrés, la crème de coco à fouetter Base Organic Food est une vraie alternative à la chantilly !

L’avis du jury : Un véritable coup de coeur pour le jury ! La texture chantilly et le goût ont fait l’unanimité auprès des jurés. En plus d’être délicieuse et d’avoir une texture agréable, cette crème de coco, équitable, est tendance et bluffante.

TROPHÉE D’ARGENT

Farine de noisette déshuilée / LES GOURMANDS EXIGEANTS (MAX DE GÉNIE)

Délicieuse farine à utiliser comme protéine végétale pour enrichir vos plats et abaisser leur indice glycémique. Idéale pour cuisiner avec peu de glucides et sans gluten.

L’avis du jury : Dans la tendance du Do It Yourself et des produits upcyclés, cette poudre est un complément aux farines. Le jury a particulièrement apprécié le fait que ce produit innovant s’adapte à tous les consommateurs et dispose d’un emballage pratique.

 

CATÉGORIE BOISSONS

TROPHÉE D’OR

Jus Yuzu Concombre / UNAJU

Jus très peu sucré mais avec beaucoup de goût. Le process technologique d’infusion permet de conserver la fraîcheur des fruits et des plantes tout en ayant une DLUO longue.

L’avis du jury : Bon, frais et original. Le jury a particulièrement apprécié cette alliance innovante de jus de yuzu bio avec du concombre.

TROPHÉE D’ARGENT

Maté – Pop caramel / BIOMATE

Dotée d’un parfum intense et sucré, cette création caramélisée est une gourmandise par excellence. Profitez des vertus du maté tout en vous régalant d’une saveur de bonbon.

L’avis du jury : Le jury a été conquis par son emballage à l’aspect « premium » et sa saveur gourmande. Les jurés ont ressenti dans le goût – à la fois intense, sucré et caramélisé – que cette marque novatrice choisissait ses produits avec attention.

 

CATÉGORIE COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

TROPHÉE D’OR

Pur’Biotic, jus pétillant fermenté 98,2 % aloé vera / CIEL D’AZUR LABS

Pur’Biotic, premier jus pétillant bio combinant aloé vera cru et ferments, booste le microbiote intestinal. Des bulles rafraîchissantes et bienfaisantes au service de votre santé.

L’avis du jury : Le jury a estimé ce produit original à tous les niveaux : sur la formulation, le positionnement, le conditionnement façon bière et le Made In France… De plus, le jury a également été conquis par les certifications de ce jus : bio, vegan, Ecocert… En conclusion : un concept bien abouti qui lui a valu l’OR dans la catégorie compléments alimentaires !

TROPHÉE D’ARGENT

Jolie nuit sur mes deux oreilles / DIETAROMA (THERA SANA)

Jolie nuit, c’est comme un rituel du soir pour le sommeil des enfants dès 3 ans. Bio, faible en sucre, il est pratique grâce au petit spray et 100 % français. Dès 3 ans.

L’avis du jury : Un produit pour les enfants, naturel et doux, voici tout d’abord ce qui a plu aux membres du jury. Les jurés ont également estimé que son utilisation par spray et son bon goût étaient parfaitement adaptés aux enfants.

 

CATÉGORIE COSMÉTIQUES ET HYGIÈNE

TROPHÉE D’OR

La crème au calendula bio / DRUYDES

La crème au calendula bio, enrichie en probiotiques, aide à hydrater, apaiser et nourrir les peaux les plus fragiles, comme les peaux tatouées ou atopiques (type eczéma).

L’avis du jury : Un effet chantilly réussi, effet « waouh » dès l’ouverture, voici ce qui a marqué dans un premier temps le jury. Ensuite, sa texture et son odeur ont fini de les convaincre.

TROPHÉE D’ARGENT

Poudre de shampoing à la coquille d’huître blanche / PERLUCINE (ENTRE MER ET TERRE SARL)

Le shampoing Perlucine est une formule poudre, minimaliste, à la coquille d’huître blanche, économique, nomade et ludique, le tout dans un contenant rechargeable et 100 % recyclable.

L’avis du jury : Les membres du jury ont craqué pour son packaging innovant et élégant, rappelant les belles plages françaises. Ils ont particulièrement apprécié sa formule poudre à base de coquille d’huître blanche.

 

CATÉGORIE PRODUITS ET SERVICES POUR LA MAISON ET LA PERSONNE

TROPHÉE D’OR

Famille (presque) Zéro Déchet, Ze Jeu / BIOVIVA ÉDITIONS

Un jeu familial pour découvrir, en s’amusant, les astuces et bonnes pratiques du (presque) zéro déchet. 250 idées pour passer du jeu à la réalité et dire bye bye aux déchets ! Dès 8 ans.

L’avis du jury : Ludique, intéressant et intelligent ! Ce jeu a été le coup de coeur du jury dans cette catégorie. Plus qu’un jeu pour les enfants à partir de 8 ans, les questions sociétales ont été jugées intelligentes pour plaire aux petits comme aux grands !

TROPHÉE D’ARGENT

Porte-savon aimanté Fabriqué en France / J’AIME MES DENTS (SAS ALTHODE)

Insérez la petite capsule dans votre savon ou shampoing solide, fixez la ventouse aimantée sur une surface lisse et économisez votre savon en le gardant toujours bien au sec.

L’avis du jury : Ce porte-savon aimanté est une réponse aux attentes des consommateurs qui n’osent pas encore passer aux cosmétiques solides. Il a convaincu les membres du jury pour sa praticité avec sa ventouse ne nécessitant aucune installation particulière.

Toutes les infos de Natexpo sur : www.natexpo.com

Préservez la jeunesse de vos artères pour réduire les facteurs de risques cardio-vasculaires

Préservez la jeunesse de vos artères pour réduire les facteurs de risques cardio-vasculaires

Grâce aux artères, le sang peut circuler dans notre corps pour apporter à nos organes l’oxygène et les nutriments dont ils ont besoin pour fonctionner. Cependant, l’âge, le mode de vie, l’excès de cholestérol peuvent altérer la santé des artères et, par conséquent, la circulation artérielle. Cette altération peut perturber l’activité de certains organes et provoquer des troubles cardio-vasculaires graves. Il est donc primordial de préserver la santé et la jeunesse de ses artères.

Cholestérol et circulation sanguine

Une mauvaise circulation artérielle est le plus souvent le résultat d’un rétrécissement parfois total des artères, consécutif au dépôt progressif de cholestérol sur leur paroi. Ces amas sont appelés plaques d’athérome. Avec le temps, ces dépôts se durcissent, s’étendent, s’épaississent et réduisent progressivement le diamètre des artères, qui finissent par s’obstruer. On parle alors d’athérosclérose. L’athérosclérose est favorisée par l’excès de cholestérol, mais également par d’autres facteurs comme l’hypertension artérielle (nous le verrons plus loin), le diabète, l’âge, l’hérédité, l’obésité, le tabagisme. Si nous ne pouvons rien contre certaines causes, comme l’hérédité par exemple, nous pouvons toutefois agir sur d’autres en adoptant une hygiène de vie qui limitera les risques : arrêt du tabac, alimentation plus saine, exercice physique régulier et réduction de la consommation d’alcool.

Adoptez une alimentation plus saine

Le lien entre les graisses que nous ingérons et l’excès de cholestérol n’est pas toujours établi, mais il convient d’appliquer quelques règles pour limiter les risques :

  • équilibrer sa consommation de graisses alimentaires en privilégiant celles de bonne qualité riches en oméga 3, 6 et 9 ;
  • respecter le ratio : oméga 6/oméga 3. Ce ratio ne doit pas excéder 5 oméga 6 pour 1 oméga 3. Or, il atteint souvent 20 dans les pays occidentaux (c’est-à-dire que l’on consomme 4 fois plus d’oméga 6 que ce qui est recommandé) ;
  • choisir des huiles végétales vierges de première pression à froid ;
  • ne pas oublier les fibres, qui empêchent l’absorption des graisses ;
  • utiliser l’huile d’olive ou de coco pour la cuisson ;
  • éviter les graisses saturées « trans » présentes, entre autres, dans les biscuits industriels, les viennoiseries, les barres chocolatées…
  • diminuer la quantité d’aliments à index glycémique élevé.

Au-delà de ces règles hygiéno-diététiques indispensables, la nature nous offre des solutions pour lutter contre les différents facteurs de l’athérosclérose.

L’huile de son de riz pour maîtriser naturellement son cholestérol

L’huile de son de riz (Oryza sativa) est 100 % d’origine végétale. C’est l’huile la plus concentrée en gamma oryzanols, des lipides spécifiques de la famille des stérols végétaux qui aident à réguler le cholestérol sanguin. Une étude* a en effet montré que l’huile de son de riz réduit le cholestérol total et le cholestérol LDL (le « mauvais » cholestérol). Cette étude a également prouvé que son action sur le cholestérol provient des insaponifiables qu’elle contient (phytostérols, gamma oryzanols, tocotriénols et vitamine E) et qu’elle est la seule à détenir.

Elle renferme également plus de 100 antioxydants, comme la vitamine E et des polyphénols, précieux pour limiter les dommages du stress oxydatif sur les artères. Contrairement à la levure de riz rouge, l’huile de son de riz n’appartient pas à la classe des statines, ces médicaments prescrits dans les cas d’hypercholestérolémie, qui peuvent présenter des effets secondaires indésirables (douleurs musculaires, articulaires…).

Maîtriser son cholestérol est important pour préserver la jeunesse de ses artères. Mais il est également essentiel de surveiller sa tension artérielle.

L’hypertension artérielle, causes et conséquences de la mauvaise santé de nos artères

La tension artérielle est la pression exercée par le sang dans les vaisseaux sanguins. Elle est mesurée par 2 chiffres, par exemple 14/8. Le premier représente la pression artérielle au moment de la contraction du coeur (systole), le deuxième la pression artérielle au moment du repos du coeur (diastole).

On parle d’hypertension artérielle (HTA) lorsque le premier chiffre dépasse 14 et/ou lorsque le deuxième dépasse 9, et ce de façon persistante dans le temps.

Les causes de l’hypertension

Dans la majorité des cas, l’hypertension artérielle est dite « essentielle » car aucune cause connue n’explique son apparition. Cependant, elle est favorisée par des éléments prédisposants.

Parmi les plus connus, citons l’excès de cholestérol. Comme nous l’avons vu, il favorise la formation des plaques d’athérome, qui induisent un rétrécissement du diamètre des artères et une hausse de la pression artérielle. Mais cette dernière est aussi responsable de la formation des plaques d’athérome. En effet, lorsque le sang circule dans les artères, il rencontre des coudes et des contournements. Arrivé dans un coude avec une pression forte (hypertension artérielle), il engendre des remous qui « arrachent » des cellules de la paroi interne des artères. Ces micro-blessures sont alors le siège d’inflammations, où les plaques d’athérome adorent se loger. C’est un cercle vicieux.

La consommation excessive de sel peut engendrer une augmentation du volume d’eau dans le sang et, par conséquent, l’élévation de la pression artérielle. Parmi les autres facteurs prédisposants, citons le stress, le manque d’activité physique, le sexe, l’hérédité ou bien l’âge. En vieillissant, les parois des artères sont moins souples et s’épaississent, entraînant un rétrécissement de leur diamètre. Et donc une élévation de la pression sanguine.

S’il est impossible de rajeunir ou de modifier son hérédité, adopter un mode de vie plus sain limitera les risques d’apparition de l’hypertension. En complément, la nature met à notre disposition des solutions pour contrôler notre tension et préserver la santé de nos artères.

L’ail noir fermenté contre le vieillissement du système cardio-vasculaire

En vieillissant, les parois des artères sont moins souples et s’épaississent, leur calibre diminue. L’ail noir fermenté contient un puissant antioxydant, la S-allyl-cystéine. On sait que les antioxydants contribuent à lutter contre le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire du système cardio-vasculaire. L’ail noir permet ainsi d’éviter le rétrécissement du calibre des artères.

La feuille d’olivier

La feuille d’olivier est riche en oleuropéine, un flavonoïde qui entretient l’élasticité du système artériel grâce à ses effets vasodilatateurs. Elle dispose, de ce fait, de propriétés hypotensives.

La feuille de piloselle pour favoriser l’élimination rénale de l’eau

L’excès de liquide dans le sang provoque l’augmentation de la volémie (volume total de sang dans l’organisme), facteur responsable de l’HTA. La piloselle est connue pour ses puissantes propriétés diurétiques, donc sa capacité à éliminer l’excès d’eau dans le sang.

Réduire les risques en s’attaquant aux facteurs comportementaux

N’oublions pas que l’un des fondements de la naturopathie est la prévention. Il est donc primordial d’adopter une bonne hygiène de vie. Tabagisme, régime alimentaire déséquilibré, obésité, sédentarité ou encore trop grande consommation d’alcool sont des facteurs comportementaux sur lesquels il vous faudra intervenir pour préserver la santé de ses artères, gage d’une bonne circulation sanguine dans l’organisme.

* Étude menée auprès de 14 individus, publiée en 2005 dans The American Journal of Clinical Nutrition : Ricebran oil, not fiber, lowers cholesterol in humans. Marlene M. Most, Richard Tulley, Silvia Morales and Michael Lefevre

« La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. » Sénèque

« La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. » Sénèque

C’est la rentrée ! Vous m’avez l’air un peu inquiets. Cette histoire de masques, de vaccins et tout le toutim est bien compliquée. Sommes-nous condamnés à nous isoler de plus en plus en tête-à-tête avec nos téléphones dans des maisons fermées ? Ça va pas être simple. De l’isolement à la peur de l’autre, il n’y a qu’un pas, un tout petit pas. Le monde est en train de changer. Que dis-je, le monde a changé ! C’est une bonne occasion pour chacun d’entre nous ! De toute manière, il va bien falloir nous le manger, cet avenir qu’on nous décrit comme incertain. Est-ce que tu veux, simple spectateur, revoir le film d’avant en couleur, ou bien tu veux dépoussiérer deux ou trois trucs dans le genre « bienveillance », « respect de la nature » et, pourquoi pas, « écologie » ? Franchement, tu n’aimerais pas te balader dans des forêts propres, retrouver le goût des cerises et boire à la fontaine ? Ignorons les gougnafiers qui nous vendent des fringues à deux balles fabriquées par des minots du bout du monde, ou du guano en barquette en prétendant que c’est du « bon et pas cher ». Libérons-nous de cette peur collective qui me noue la gorge et allons chercher des sourires dans les yeux du voisin. Je sais que je vais encore me faire traiter de bisounours et qu’une fois de plus, les esprits « éclairés » vont me moquer et dire que c’est de l’écologie pour vieil enfant naïf. On va m’opposer le fameux « principe de réalité », et « la vraie vie, ce n’est pas ça », et « patin-couffin ».

Eh bien, moi, tout ça, je m’en désintéresse. Je suis une vieille chouette et tous ces discours qui se disent raisonnables me fatiguent. Ils ne sont là que pour protéger quelques faquins à rosette qui ne pensent qu’à me piquer mon oseille et ma liberté. J’ai décidé de tourner le dos à tous ces nodocéphales. Je sais que le monde est rempli de jolies personnes qui ne demandent qu’à y croire. Alors voilà, je revendique le droit de rêver et le besoin de faire de ce rêve une réalité. Et puisque la vie m’a offert une petite tribune, j’en profite pour te demander, ami lecteur, de me donner du bonheur en me la rendant plus jolie. Je sais que tu as déjà commencé !

Naturellement vôtre,

La Chouette

 

Elles ne savent pas…

Elles ne savent pas…

Dans le Bonheur d’être Nu (éditions Albin Michel), j’expliquais naguère combien le combat de médecins, d’hygiénistes, mais aussi de personnes de toutes conditions, fut long et difficile pour obtenir le droit tout simple de faire des cures de soleil, sur le corps intégralement nu. Dans La Méthode France Guillain, un chapitre est consacré à l’importance du soleil doux, direct, sur toutes les parties du corps sans exception. Les mammifères savent bien nous montrer cette importance lorsqu’ils s’exposent, en hiver, au moindre rayon de soleil, couchés sur le dos, les pattes bien écartées. En une demi-heure, ils doublent leur taux d’hormones.

J’écrivais donc que les naturistes, en leurs lieux très protégés, avaient dû créer les panneaux Nudité obligatoire, afin de protéger le droit au naturisme, qui est une hygiène de vie simple, que l’on ne doit pas confondre avec le nudisme. Le nudisme est juste le plaisir de bronzer intégralement ou de se promener nu.

Ces panneaux ont un rôle important dans la préservation de ce droit.

J’écrivais, il y a 24 ans, que le combat pour la liberté d’être nu, dans un lieu naturel et protégé, était comparable au combat féministe.

Que les jeunes femmes d’aujourd’hui, qui se moquent parfois de certains excès des féministes, « ne savent pas qu’un droit, une liberté n’est jamais définitivement acquise. Que ce qui était permis hier peut être interdit demain. (…) Au début du 20e siècle, les Allemandes avaient le droit de vote : Hitler le leur a retiré. » Que l’on voit dans le monde « des femmes qui ont été libres, elles étaient médecins et portaient des mini-jupes, comme en Afghanistan, et se retrouvent voilées, leurs libertés conquises difficilement leur ont été retirées dans la violence et la répression. Certaines paient ces retours à l’absence de liberté de leur propre vie. (…)

Le naturisme a la même fragilité. Il suffit pour cela de créer certaines peurs, des inquiétudes… »

Sachant que le naturisme a été un formidable levier de l’hygiénisme et de la naturopathie, de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, du respect des droits des femmes, du développement de l’alimentation bio et du respect de la nature – loin de toute politique – l’écolomag est le juste lieu pour s’en souvenir !

En ces temps terriblement perturbés, prenons garde de ne tomber dans aucun intégrisme, quel qu’il soit. Attention aux récupérations intéressées mais très dangereuses de notre amour de la nature.

Prenons exemple sur cette nature qui nous est chère, et nous montre comment plantes, animaux, insectes vivent en harmonie, s’entraident mutuellement, chaque vie ayant besoin des autres, et prenant soin des autres.

Pour que la quiétude, le grand soin des autres se développent le plus possible entre les humains. Pour que chacun de nous puisse respirer, se mouvoir, s’alimenter, s’abriter librement, le plus naturellement du monde.

La vie – qui était dite moderne – nous a beaucoup déshumanisés. Jusqu’à tolérer qu’il existe dans nos villes des personnes sans abri. Le chacun pour soi était surdéveloppé. Nos vies familiales et de labeur nous isolaient de plus en plus les uns des autres. La douceur de vivre était le plus souvent un rêve de vacances. Certaines fêtes familiales devenaient parfois le lieu d’affrontements par méconnaissance des personnes de sa propre famille. Une toute petite bête – pas terrible – a été le prétexte d’une immense prise de conscience à l’échelon mondial.

Certains pays y ont échappé, car ils ne possèdent aucune des richesses convoitées par les autres, et ils sont organisés en sociétés très paisibles, et en parfait équilibre avec la nature qui les entoure. Leur existence nous montre que nous pouvons en faire autant. La condition expresse pour y accéder est que chacun participe, à sa mesure, ne serait-ce que quelques heures par semaine, et aussi directement que possible, à la production de ce qui nous fait vivre, nos aliments.

Car plus nous sommes proches du sol, plus notre équilibre est stable. Plus nous participons directement à l’émergence de la vie, plus nous prenons confiance en nous.

Il est possible aussi d’augmenter notre autonomie en faisant de la couture, du tricot, du crochet, de la menuiserie, de la mécanique, de la restauration de bâtiments, ou en créant de très petites écoles. Lorsque l’on se trouve dans la tempête, il est très important de bien s’ancrer dans la matière, dans la vie pratique, dans l’organisation matérielle, qui favorise l’autonomie et la survie de chacun.

Les possibilités sont très variées dans un monde que nous avons d’ores et déjà commencé à construire, depuis des années, avec l’écolomag ! Car l’écolomag appartient au monde durable, celui qui survivra à bien de très petites bêtes !

Et mon voeu le plus cher, en cette rentrée, est qu’après la tempête, nous puissions tous nous réunir vraiment, physiquement, avec nos plus beaux sourires, pour une grande fête !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Page Facebook Méthode France Guillain
Appli

Bien-être

Bien-être

Bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans sa vie professionnelle et personnelle : être bien, c’est le bien-être. Un équilibre pas toujours facile à atteindre, peu considéré à sa juste mesure et pas toujours apprécié comme il le mériterait.

Mais c’est aussi, pour certains, une course sans fin pour viser un état de plénitude inaccessible, en recherchant toujours plus, en visant le mieux-être. Une démarche qui fait oublier l’instant présent, pour se projeter sans cesse dans un futur qui efface la perception du moment et le déconsidère… Sachons profiter de la convivialité d’un repas entre amis ! Sachons considérer notre situation matérielle au regard des plus démunis ou bien des habitants de certains pays qui ne peuvent avoir le même niveau de vie qu’en France.

Viser plus haut, chercher mieux est louable et légitime, mais à la condition de ne pas sacrifier l’appréciation du bien-être présent. Quand nous estimons notre situation justement, nous sommes dans l’estime de l’être.

La perception des facteurs négatifs joue un rôle, certes, mais avoir conscience des composantes positives de notre équilibre de vie est nécessaire. Sachons l’exprimer, cela aide à en prendre conscience. Nous pouvons nous plaindre, mais nous devons nous estimer heureux quand c’est le cas. Et cela peut prendre une multitude de formes. Il fait beau. On est bien ! J’ai de la chance… Et si renouer avec la nature, prendre patience et accepter les événements avec sérénité tout en prenant conscience du présent suffisait pour être dans cette posture ? Et si « l’être » était plus important que « l’avoir » et son cortège de biens matériels ? Les thématiques sur le sujet fleurissent dans les guides et autres livres de réflexion personnelle. Tant mieux. Mais sachons être pratiques et apprécier ce bienêtre que nous avons tous à notre portée. Respirez, vous y êtes.

Olivier Guilbaud
Co-dirigeant du Groupe
Laboratoire
Science et Nature

Conseils et vente à domicile www.body-nature.fr

 

Cosmétique naturelle des marais salants Produits écologiques et biologiques disponibles sur l’e-shop et en magasins bio www.guerande-cosmetics.com Cosmétiques bio en distribution spécialisée et e-commerce www.centifoliabio.fr

 

Voyage au bout d’un rêve (suite) Retour aux origines

Voyage au bout d’un rêve (suite) Retour aux origines

Le livre La ferme bio de They – Voyage au bout d’un rêve, récemment sorti, est présenté sous forme d’un feuilleton en plusieurs épisodes depuis le numéro de mai/juin 2021 de l’écolomag. La démarche essentielle de l’auteur s’appuie sur la défense de notre environnement, des richesses des espaces naturels, et la promotion des produits issus de l’agriculture biologique proposés aux consommateurs. Dans ce numéro, ce sont les origines de l’agriculture biologique que Gérard Garcia nous propose d’aborder.

S’inspirant de l’ouvrage de Claude Michelet (Histoires des paysans de France, éditions Robert Laffont, 1996) et de nos nombreuses recherches bibliographiques, nous ayant permis de retracer le vécu de nos lointains ancêtres, nous pouvons désormais mieux comprendre ce que fut l’évolution de l’agriculture au fil des siècles. D’abord bien sommaire, elle connut d’authentiques révolutions et des bouleversements déterminants.

Nous nous apercevrons, au fil des pages, que le monde agricole s’est forgé et transformé en intégrant petit à petit les différentes technologies issues de découvertes successives, dont l’homme a su faire profiter tous les secteurs de son quotidien.

En effet, à compter de ces jours où les hommes décidèrent de défricher des morceaux de forêts, par le feu et la hache de silex, et de les emblaver, ils furent contraints de rester sur place, non seulement pour surveiller et protéger la croissance des cultures, mais surtout pour en assurer la récolte.

Pour ces premiers paysans (étymologiquement : habitants d’un pays) et sauf catastrophe, guerres, épidémies, c’en était fini de l’errance des chasseurs-cueilleurs.

Et parce que la sédentarisation, donc la stabilité, est plus propice à la réflexion et aux plans à long terme que le nomadisme, c’est bien grâce et avec la naissance de cette agriculture – balbutiante, mais réelle – que les hommes s’acheminèrent vers une forme moderne de civilisation.

Avec les hameaux qui s’érigèrent et s’agrandirent au centre des terrains gagnés sur la forêt, se multiplièrent les artisans, les commerçants, les inventeurs aussi. Grâce à quoi, pour faciliter les échanges et le commerce, des sentiers, puis des chemins s’ouvrirent de village à village et sillonnèrent ainsi les contrées. Mais, déjà, nous en sommes maintenant vers les années 9 000 avant J.-C.

Les agriculteurs, peut-être fatigués de gratter la terre en vue des semailles avec des andouillers de grands cerfs ou de simples bâtons à fouir, dont ils durcissaient la pointe au feu, s’orientèrent vers une forme d’outil plus efficace : la houe !

Grâce à elle, à sa forme, à son solide manche que terminait une sorte de lame, en bois renforcé de silex, le « labour » devint un peu moins superficiel.

Autre progrès encore plus marquant, c’est aussi vers cette époque – et alors que, passant de la traction humaine à celle des animaux domestiques, certains se demandaient sûrement comment améliorer le halage des traîneaux et soulager les bêtes de somme, boeufs et vaches – qu’apparurent sur les chemins qui desservaient les villages et venant du sud-est les premiers attelages, garnis de roues des commerçants en quête de troc.

En ces temps-là, comme pour d’autres outils et d’autres cultures, nos lointains voisins de Mésopotamie et d’Égypte avaient de nombreux millénaires d’avance sur les propres grands-parents de nos Gaulois. Tellement d’avance que c’est aussi à eux que nous devons l’arrivée sur notre sol d’un instrument qui, malgré sa simplicité, fit faire un grand bond à l’agriculture : l’araire, tiré par 2 boeufs, remplace le bâton à fouir et se diffuse entre 7 000 et 5 000 ans avant J.-C. dans toute l’Europe. On peut dire, là encore, que cet outil, comme la roue, apporta une véritable évolution dans les façons culturales, donc dans l’extension des sols cultivés et dans les rendements.

Avec les bâtons à fouir et les houes, dont l’usage, malgré l’araire, perdura pendant des siècles, la terre était grattée en surface, puis ensemencée, mais elle n’était pas du tout retournée. Avec l’araire et bien que cet outil nous apparaisse aujourd’hui on ne peut plus archaïque, la terre, sans être découpée et retournée comme plus tard avec la bêche et surtout la charrue, était quand même mieux aérée car ouverte grâce aux raies que traçait le soc. Raies qu’il importait, bien entendu, de multiplier en quadrillant perpendiculairement le sol, parfois jusqu’à 4 fois de suite.

Bien plus tard, des inventeurs adaptèrent une paire de roues à l’avant de l’araire, rendant ainsi son emploi moins pénible et plus efficace. Pour ce faire, fallait-il encore que nos ancêtres entrent dans l’âge de métal. D’abord le cuivre aux environs de 3 500 ans avant J.-C. en Europe et 4 000 ans avant J.-C., voire plus en Perse, Palestine ou Égypte.

La naissance de la métallurgie donna un véritable élan à notre technologie et à ses répercussions, à tous points de vue.

D’abord et de par son coût et sa rareté, le fer fut principalement consacré à la fabrication des armes, qui servaient aussi d’outils. Puis, le matériel se démocratisant au travers de ce minerai moins rare, il fut adapté à l’agriculture par l’intermédiaire d’habiles forgerons, qui s’en servirent pour fabriquer de multiples pièces métalliques inhérentes à différents outils agricoles.

C’est aussi à cette époque que le cheval, alors domestiqué, est utilisé autrement que comme bête à viande.

À suivre…

Auto-édition – 126 pages, texte et photos format luxe 29 € – Frais de port offerts en France métropolitaine – Contact : gerard.garcia770@orange.fr

La ferme bio de They

Objectif Terres met en relation les paysans cédants et les candidats à l’installation en bio

Objectif Terres met en relation les paysans cédants et les candidats à l’installation en bio

Constatant les difficultés liées à la transmission de fermes et à l’installation de nouveaux paysans, et face aux nombreuses demandes, Terre de Liens, mouvement pionnier agissant pour faciliter l’accès au foncier agricole, a récemment lancé Objectif Terres : une plateforme d’annonces permettant la mise en relation entre candidats à l’installation, paysans cédants et propriétaires privés de terres agricoles. Un objectif : démultiplier les projets d’installations et de transmissions ! Alors que la moitié des agriculteurs partira à la retraite d’ici une dizaine d’années et que les candidats à l’installation traversent un véritable parcours du combattant, l’accès au foncier et la reprise des fermes constituent des enjeux cruciaux. Face à ces constats, Terre de Liens a créé Objectif Terres pour mettre à disposition une plateforme d’annonces foncières dédiée à l’agriculture biologique et paysanne sur le territoire français.

Gratuite et accessible à tous, la plateforme permet d’effectuer des recherches avancées (avec des filtres par surface, production, prix, localisation, etc.), d’échanger en direct avec l’annonceur ou avec l’équipe de Terre de Liens Midi-Pyrénées, et offre également la possibilité d’accéder à des ressources ciblées pour les candidats à l’installation et les cédants, en lien avec le Centre de ressources de Terre de Liens. La plateforme se veut être une porte d’entrée pour tout porteur de projet souhaitant être accompagné par une antenne locale de Terre de Liens.

Bon à savoir : Terre de Liens Occitanie suit la mise en relation entre candidats à l’installation et paysans-cédants. Elle agit au quotidien avec des citoyens engagés localement pour apporter des éclairages aux personnes en recherche de foncier et à celles désireuses de mettre à disposition leur bien agricole. Un groupe d’une vingtaine de bénévoles est ainsi chargé de recontacter toutes les personnes venues vers l’association et ayant des questions relatives au foncier agricole. Chaque année, près de 300 hommes et femmes sont accueillis de cette façon.

Plus d’infos : www.objectif-terres.org

Fake or not ? : une collection qui décrypte les enjeux environnementaux faisant débat

Fake or not ? : une collection qui décrypte les enjeux environnementaux faisant débat

Des auteurs reconnus dans leur domaine analysent scientifiquement divers sujets environnementaux, avec des données pertinentes et vérifiées. Ils décodent les idées reçues, les déconstruisent et nous donnent des clés de réflexion pour lutter contre la désinformation et l’obscurantisme.

Comment y voir plus clair dans le magma d’informations, d’assertions et de rumeurs qui nous submerge ? Médias et réseaux sociaux nous plongent dans la confusion et la défiance. Il y a urgence à démêler le vrai du faux. La collection Fake or not nous aide à y voir plus clair. Ces livres scientifiques et pédagogiques décryptent le réel, déconstruisent les fake news et les idées reçues en s’appuyant sur l’analyse d’un scientifique, sur des chiffres, des faits et des ordres de grandeur. Une collection qui donne des repères fiables et aiguise notre sens critique pour identifier les conséquences de nos modes de vie et de consommation sur l’environnement. Tana éditions

1% for the Planet lance un appel au don

1% for the Planet lance un appel au don

Pour financer des actions concrètes en faveur de la planète

Et si chacun participait, en fonction de ses moyens, à financer les projets des associations environnementales ? La Terre s’en porterait probablement mieux… Le collectif 1% for the Planet organise, d’août à octobre, les Rencontres pour la Planète. Depuis le 23 août, le grand public a la possibilité de s’engager et soutenir financièrement le projet environnemental d’une association de son choix à l’aide des différentes vidéos postées sur le site web du collectif. Et, en bonus, le collectif s’engage à doubler la mise en abondant chaque don réalisé en ligne – c’est donc un total de 20 € reversés à l’association pour 10 € donnés !

La seconde phase des Rencontres pour la planète aura lieu les 5 et 6 octobre 2021. Elle rassemblera des associations et des entreprises prêtes à les soutenir via des dons. Le concept : des pitchs devant une assemblée de mécènes et retransmis en direct pour le grand public afin de permettre à 40 associations de présenter leurs engagements pour la planète et lever des fonds pour financer leurs projets pour 2022.

Grâce à l’engagement des entreprises et du grand public, 610 871 € ont pu être versés aux associations agréées de 1% for the Planet l’année dernière !

Plus d’infos : www.onepercentfortheplanet.fr
Pour retrouver les vidéos des différents projets : www.onepercentfortheplanet.fr/ les-projets-2021

« Pense à ta Belle Mer, recycle ! »

« Pense à ta Belle Mer, recycle ! »

Une opération lancée par Plaxtil et Essaimons, qui transforment les masques usagés en cendriers de plage

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, d’importantes quantités de masques jetables se retrouvent sur la voie publique et dans la nature, créant une nouvelle pollution écologique et sanitaire : un masque met, en effet, plus de 400 ans à se dégrader naturellement.

Avec la saison estivale, les acteurs du littoral français ont dû agir pour protéger les plages et la mer. C’est pour les aider dans cette lutte que Plaxtil et Essaimons ont lancé l’opération « Pense à ta Belle Mer, recycle ! ». Elle s’adresse à tous les acteurs publics et privés du littoral français (régions, départements, agglomérations, communes, mais aussi hôtels, restaurants, clubs de plage, clubs de voile et campings) et a pour particularités d’être circulaire, écologique et solidaire. Les organisations commandent une « Boîte qui recycle pour de vrai », dans laquelle ils récupèrent les masques usagés. Ces masques seront ensuite transformés en cendriers de plage, qui ont une double action écologique : ils luttent contre la pollution provoquée par les mégots et celle liée aux masques. Chaque « Boîte qui recycle pour de vrai » est vendue au prix de 96 € TTC, avec un tarif dégressif à partir de 3 boîtes commandées. Tous les bénéfices de l’opération « Pense à ta Belle Mer, recycle ! » seront reversés à des associations de protection des mers et des océans.

Plus d’infos : www.plaxtil.com
www.essaimons.com

I am Greta – Un film de Nathan Grossman

I am Greta – Un film de Nathan Grossman

Greta Thunberg, une lycéenne de 15 ans, ne supporte plus de rester les bras croisés face au dérèglement climatique. Elle entame, seule, une grève de l’école devant le Parlement suédois. Quelques personnes la rejoignent, puis des centaines, et bientôt des centaines de milliers d’autres. D’une détermination sans limite, elle interpelle les politiciens du monde entier et se bat contre la lâcheté de leurs décisions, motivées par des enjeux économiques. En l’espace de quelques mois, Greta devient une icône planétaire et la porte-parole de millions de jeunes qui veulent faire de demain un monde meilleur.

Distribué par KMBO – Sortie nationale
le 29 septembre 2021 – 97 mn

Être avec les Abeilles

Être avec les Abeilles

réalisé par Perrine Bertrand et Yan Grill

Depuis des millénaires, le peuple de la ruche entretient des relations étroites avec l’homme. Aujourd’hui, les populations d’abeilles donnent des signes de disparition et cela inquiète. Au-delà du miel, précieux nectar consommé par plus de 75 % de la population française, les abeilles nous sont indispensables, en assurant directement ou indirectement un tiers de notre alimentation, et sont nécessaires au maintien de la biodiversité. Résolument tourné du côté des abeilles, ce film lance un cri d’amour pour une apiculture plus responsable, où la priorité est portée sur le bien-être et la sauvegarde de ces insectes. Faisant intervenir des spécialistes, chercheurs, apiculteurs et associations, les réalisateurs Perrine Bertrand et Yan Grill proposent des pistes concrètes pour un futur avec les abeilles et les pollinisateurs. En prenant le contre-pied des idées reçues, ils nous invitent à être avec les abeilles au nom de la biodiversité.

« Changer notre regard sur la nature, travailler avec elle et non contre elle », un discours que Jupiter Films souhaite défendre pour éveiller les consciences et nous relier au vivant en conscience. Un film résolument tourné du côté des abeilles, plein d’espoir, enrichissant, engagé, enthousiasmant et politiquement incorrect… qui transformera notre regard sur cet insecte et le monde vivant.

Au cinéma en septembre 2021
Jupiter Films – 75 mn

L’équilibre alimentaire, une question de santé

L’équilibre alimentaire, une question de santé

En lisant ce dossier, vous vous direz peut-être que ce n’est pas pour vous, que vous avez déjà consulté une multitude de médecins et essayé tellement de méthodes sans succès. Que vous êtes gros parce que vous êtes fait ainsi ou que, de toute façon, ces 5 kilos ne disparaîtront jamais pour remettre cette petite robe d’été. En pensant cela, vous prenez déjà le contre-pied de ce qu’est l’Ayurveda : une attention privilégiée et bienveillante sur vous-même.

Mettez du positif, du repos et de la conscience dans vos actes. Pensez à votre corps comme un ami/allié auquel vous ne voulez surtout pas faire de mal et arrêtez de le considérer comme une machine. Les résultats ne tarderont pas.

 

Selon l’Ayurveda, une alimentation idéale suit 3 thématiques :

. La pureté

Elle consiste à éviter les toxines pour privilégier les aliments naturels et idéalement bio. Évitez aussi les plats transformés et tout ce qui peut nuire à votre équilibre, comme l’alcool ou les graisses saturées.

. L’énergie

L’énergie est ce que vous puiserez à la fois dans le plaisir de manger et dans les nutriments que vous absorberez. Choisissez de faire de chaque repas un moment de joie. Est-ce que vous préférez, par exemple, des fraises croulant sous la chantilly, englouties en étant accoudé au mange-debout d’une boutique un peu triste, ou des fraises savoureuses ramassées dans un bois et dégustées sur l’instant ? C’est cela, l’énergie de l’aliment : le plaisir de le voir, de le toucher, de le sentir et de le goûter en s’en faisant une joie. Ainsi, selon l’Ayurveda, les aliments énergétiques ne sont pas seulement ceux qui fournissent du « carburant » au corps pour pouvoir fonctionner, ce sont aussi ceux qui donnent de la bonne humeur.

. L’équilibre

L’équilibre est le fruit de vos envies, de vos besoins et de ce que vous proposez à votre corps. Trouvez ce dont votre organisme a besoin, comme l’eau, le sommeil ou des fruits et légumes. Adaptez votre apport calorique à votre niveau d’activité et choisissez des aliments frais et variés. Ne consommez pas de légumes flétris qui ne font pas envie, évitez les préparations sans saveur et, si vous n’avez plus que cela au réfrigérateur, utilisez des épices pour réveiller vos sens. N’oubliez en aucun cas que, selon l’Ayurveda, vous devez éprouver du plaisir à vous nourrir !

 

Un moyen simple de combler ses repas

L’Ayurveda possède une manière infaillible d’avoir des repas variés en utilisant à chaque fois les 6 saveurs que cette science a identifiées : sucré, salé, acide, amer, piquant et astringent.

L’Occident creuse ici un fossé avec l’alimentation ayurvédique, puisque l’on a généralement tendance à ne privilégier que les 3 saveurs retenues par l’industrie agro-alimentaire comme étant les plus addictives : sucré, salé et acide. L’amer, l’astringent et le piquant étant nettement moins dégustées en France.

1 – Le sucré

On y trouve les graines, les céréales, le pain, les pâtes, les huiles, les produits laitiers et les poissons. Le maïs, la patate douce ou l’igname enrichissent cette catégorie. Ces aliments sont, selon l’Ayurveda, les plus nourrissants. Ils sont riches en glucides, protéines et graisses. Attention, les aliments sucrés comme les barres chocolatées, soda ou même sucres raffinés n’ont pas leur place dans l’alimentation ayurvédique car ils ne sont pas naturels, donc ils ne sont pas indispensables à l’équilibre alimentaire.

2 – L’amer

Vous dégusterez des aliments amers avec les légumes, tels que les salades, blettes, brocolis, céleri, aubergines, épinards ou choux. Ils ont un effet anti-âge important et préservent très bien le coeur.

3 – Le piquant

Les aromates et les épices sont généralement gorgés de piquant : piment, oignon, ail, moutarde, menthe poivrée, origan, thym… Cette saveur est stimulante pour l’organisme, c’est la petite dose de vitalité à chaque repas ! L’Ayurveda les considère également comme antibactériens.

4 – L’acide

Cette saveur réveille l’appétit et facilite la digestion. On la retrouve dans des aliments tels que les fruits frais, le vinaigre ou le fromage. Les fruits au goût acide sont en général riches en vitamine C, qui prévient certains cancers et maladies cardio-vasculaires. L’acide doit être consommé par petites touches au cours des repas. L’alcool, qui entre également dans cette catégorie, doit être totalement évité dans une recherche de poids idéal, car il contient beaucoup de sucre.

5 – Le salé

On déniche généralement le sel dans un grand nombre d’aliments, comme la sauce soja, les algues et, bien entendu, le sel de table ! Cette saveur possède une action légèrement laxative et favorise la digestion, mais il ne faut en aucun cas en abuser car l’excès de sel peut également contribuer à la rétention d’eau et provoquer des dommages cardio-vasculaires.

6 – L’astringent

Cette saveur assez peu connue en Occident est très présente dans les pois (lentilles, soja…), les pommes acides, artichauts, asperges, champignons, pamplemousses, pommes de terre… Elle régule la digestion et favorise la cicatrisation.

 

L’Ayurveda, c’est aussi une constitution doshique

Un dosha est une énergie vitale, un lien direct avec la nature. Il en existe 3 dans l’Ayurveda et ils sont tous présents en chacun de nous. Il y a Vata, Pitta et Kapha. Ces doshas englobent toutes nos caractéristiques et sont responsables de tous les processus physiologiques et psychologiques de notre corps. Quand l’un de ces doshas prend le pas sur les autres de manière trop importante, cela entraîne un déséquilibre de tout notre fonctionnement. L’alimentation ayurvédique va donc viser à rétablir l’équilibre par une nourriture spécifique à chacun des doshas.

Les personnes de type Vata devraient favoriser les saveurs douces, acides et salées. Les Pitta privilégieront les saveurs amères, douces et astringentes et Kapha les saveurs piquantes, amères et astringentes.

 

Une bonne nuit de sommeil essentielle au poids de forme

Si vous mangez trop, vous dormirez mal. C’est déjà une bonne raison pour dîner un peu plus léger que d’habitude ; si vous n’y arrivez pas, faites suivre votre repas d’une promenade en plein air.

Le manque de sommeil perturbe le cortisol, qui affecte à son tour l’appétit. Un grand nombre de personnes en surpoids connaissent un sommeil de mauvaise qualité et n’en tirent que peu de bénéfices, ce qui incite ensuite à trop manger. Ne vous couchez jamais insatisfait, que ce soit au niveau de l’alimentation ou de ce que vous avez fait dans la journée. Au contraire, repensez à vos actions positives et soyez-en fier. Qu’il s’agisse d’avoir pris un escalier plutôt que l’ascenseur, de ne pas vous être resservi 2 fois des pâtes, d’avoir bouclé un dossier important ou consacré quelques minutes à appeler un ami. Ménagez un intervalle de 2 heures entre la fin du dîner et le moment du coucher.

Comme pour l’alimentation, l’Ayurveda considère que la nuit est un moment précieux pour l’organisme. Il a une utilité, le repos et un résultat : l’équilibre psychologique. Ne le négligez surtout pas si vous souhaitez retrouver votre poids idéal !

 

Une question de transit

Aller à la selle est un acte sain et nécessaire, qui justifie d’avoir toute votre attention. Avec un bon transit, facile et régulier, vous allez perdre du poids et vous sentir plus léger.

En Ayurveda, il existe un complexe pour réguler vos selles, c’est le triphala. Cette association de 3 baies a été élaborée par les médecins ayurvédiques pour libérer et nettoyer le côlon ! N’hésitez pas à l’utiliser en cures régulières.

 


 

Petit mémo des doshas

Vata, air et éther (ou espace) :

Quand le dosha Vata est dominant, cela donne des individus créatifs, enthousiastes, avides de liberté, généreux, joyeux, pleins de vitalité. Sur le plan organique, Vata est lié à la fonction motrice, les battements du coeur, l’inspiration et l’expiration, la stimulation des sucs digestifs.

Pitta, feu et eau :

Sur le plan de l’individu, ces tendances révèlent : ambition, concentration, confiance, courage, soif de connaissances, bonheur, intelligence. Sur le plan organique, Pitta est lié à la digestion et l’assimilation de la nourriture, le maintien de la température du corps, l’éclat des yeux et de la peau.

Kâpha, eau et terre :

Le dosha Kapha a pour qualités l’attention, la concentration, la compassion, la foi, l’accomplissement, la patience, la stabilité, la tendresse. Sur le plan organique, Kapha est lié à la douceur du corps, la distribution de la chaleur, la force et l’endurance, le sommeil et la longévité.

Grand dossier : Le chanvre, une plante d’exception !

Grand dossier : Le chanvre, une plante d’exception !

« Il existe un chevauchement important entre les usages du chanvre “bien-être”, du cannabis “médical” et du cannabis dit “récréatif”. Nous commençons néanmoins à peine à comprendre la pleine portée du Cannabis sativa L. Son influence sur la société ne peut être sous-estimée, et son impact sur les individus peut véritablement changer leur vie. »

Professeur Mike Barnes, neurologiste et expert en cannabis médical

 

Magnifié par certains et décrié par d’autres, le moins que l’on puisse dire, c’est que le chanvre ne laisse jamais indifférent. Longtemps tombé aux oubliettes, le chanvre revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec, notamment, le succès de l’huile de chanvre en cosmétique et des huiles bien-être au CBD.

Mais le chanvre n’a pas attendu le marketing moderne pour tenir une place de choix dans nos vies. Car ce végétal représente une ressource incontournable pour l’humanité depuis le néolithique, en ce qui concerne l’alimentation humaine ou animale, la fabrication de fibres végétales, l’imprimerie* mais aussi comme remède de santé.

Outil d’indépendance, indispensable à de nombreuses civilisations naissantes, le chanvre fut l’une des fibres végétales les plus cultivées sur notre planète, s’adaptant à tous les climats entre 0 et 3 500 mètres d’altitude.

Par conséquent, contrairement à ce que certains pourraient croire, le chanvre n’est pas une découverte du XXe siècle mais bien un partenaire de route historique, qui a su s’imposer au cours des siècles comme une plante polyvalente, efficace et salvatrice. Aux côtés de nos experts, je vous invite à (re)découvrir cette plante d’exception et à revenir sur quelques vérités souvent déformées.

* La première recette de papier de chanvre daterait de 105 après J.-C. et serait l’oeuvre de Cai Lun, un eunuque de la cour impériale chinoise.

NB : Toutes les informations sur le chanvre sont données dans un but informatif. Nous n’encourageons nullement la consommation de cannabis à usage récréatif.

 

Articles à voir :

Si le chanvre m’était conté…

Dossier santé : Le chanvre, une plante vraiment surprenante !

Dossier bien-être : Le chanvre, une plante caméléon

Dossier beauté : Le chanvre, une plante vraiment stupéfifiante

Trouvez l'Écolomag

[table id=86 responsive=mode /]

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.