Respirez, flairez, sentez, humez c’est indispensable au cerveau ! | L'écolomag
Home / Actualités / Respirez, flairez, sentez, humez c’est indispensable au cerveau !

Si le masque a, selon ce qu’il est, parfois, l’avantage de nous protéger des gaz d’échappement, de la pollution, et aussi, nous dit-on, de protéger les autres et nous-mêmes de vilaines petites bêtes microscopiques, nous ne devons pas oublier que notre nez, avec l’olfaction et l’oxygénation de tout le corps, et en particulier du cerveau, sont vitaux. Notre nez est la porte d’entrée de l’oxygénation du cerveau et du sang. Se boucher complètement le nez en fermant la bouche est, assurément, trépasser, comme chacun le sait. Tel n’est pas notre objet aujourd’hui.

Pour l’heure, nous nous intéressons à l’odorat, à l’olfaction, à la finesse, à la délicatesse de notre perception des odeurs, des effluves et relents, et, mieux, des parfums, des senteurs, qui sont une belle partie de notre bonheur de vivre, par leurs promesses ou par les souvenirs qu’ils raniment si bien. Si avoir un bon odorat nous protège des aliments avariés ou des zones polluées, ce même odorat nous conduit par le bout du nez vers la boulangerie ou vers l’éclade – ou églade – de moules du voisin en Charente, ou vers la préparation d’un bon aïoli en Provence. De même, notre capacité à humer les airs peut nous conduire vers le parfum ou la belle odeur de peau de l’être aimé, ou au contraire ne plus pouvoir le (ou la) sentir si nos sentiments ont changé.

Or, il advient que des chercheurs de l’Université de Toronto au Canada, ont travaillé récemment sur les liens très puissants entre l’odeur, la senteur, le parfum et notre mémoire. Dans notre cerveau, l’amygdale qui traite l’information sensorielle, et l’hippocampe, zone très impliquée dans la mémorisation, sont très proches. Les chercheurs canadiens parlent donc d’un noyau olfactif antérieur, qui permet ce que l’on connaît sous le nom d’effet madeleine de Proust. Par exemple, un parfum peut nous faire revivre, en pensée et dans les moindres détails, une première rencontre amoureuse.

Ces chercheurs ont noté que la perte d’odorat, corrélée à la mémoire, semble être la toute première déficience en tout début de la maladie d’Alzheimer, assez longtemps avant les troubles plus accentués de mémoire.

Attention : la perte d’odorat peut être liée à un rhume, à la prise de certains médicaments. Elle peut aussi être due à la présence de polypes, de sinus bouchés ou d’allergies saisonnières. On nous dit qu’elle est également associée à l’âge, mais ceux qui connaissent ma méthode savent très bien que c’est avant tout une hygiène de vie trop éloignée de la nature qui en est responsable, et non pas l’âge !

Ce que disent ces chercheurs, c’est qu’en fonction de son hérédité, des pathologies que l’on a, après avoir fait faire par le médecin ORL toutes les investigations nécessaires, si la perte d’odorat persiste, il est bon de consulter un spécialiste des maladies neurodégénératives.

Mais, la bonne nouvelle, est que ces chercheurs disent aussi que l’on pourrait faire de la prévention !

Une étude publiée dans la revue scientifique Neuron a montré que la stimulation par les bonnes odeurs augmentait notre mémoire. À nous les bons petits plats parfumés de thym, romarin, sarriette, basilic, ail, ciboulette, à nous les bons fruits et légumes bio délicieusement odorants. Les bonnes huiles bio si variées !

À nous aussi les huiles essentielles, mais attention. On les utilise avec parcimonie, on ne s’en asperge pas les vêtements jusqu’à en faire suffoquer les voisins, oui, ça existe ! Je me souviens d’un trajet en voiture où j’ai dû conduire quelques centaines de kilomètres avec un gros foulard sur le nez, tant ma voisine s’était aspergée d’huiles essentielles.

Par contre, à chaque fois que nous le pouvons, libérons nos narines pour nous régaler de l’odeur des pins, des épicéas ou de la mer. Flairons les sous-bois après la pluie, l’odeur de la mousse et des champignons. Jouons avec les enfants à reconnaître les odeurs, les yeux bandés.

Sachons aussi que, lorsque nous mangeons principalement, sur la durée, des aliments végétaux bio et crus, ou lorsque nous jeûnons au moins une semaine, lorsque nous faisons une cure de raisins, notre flair s’affine beaucoup. Lorsque nous évitons le plus possible de saler ou sucrer aussi.

Alors, fidèles de L’écolomag, ne manquons aucune occasion de libérer nos narines pour flairer, humer, sentir ! Cela fait partie des grandes joies de la vie et, en plus, cela préserve notre cerveau !

France Guillain
www.bainsderivatifs.fr
Méthode France Guillain
Appli smartphone http://bainsderivatifs.mobapp. at/
Formations diplômantes
La Méthode France Guillain, Le Bain dérivatif, Le Miam-Ô-Fruit, Le Miam-Ô-5, éditions du Rocher
7 aliments précieux, éditions Eyrolles
Le bonheur d’être nu, éditions Albin Michel
J’allaite mon bébé, éditions La Plage

Autres articles de l'auteur

Humeurs
« Cachez ce petit triangle que je ne saurais voir ! »
Le soleil et la douceur printanière précoces cette année nous rappellent combien notre corps a besoin de ce véritable aliment qu’est le soleil.
Humeurs
« C’est mon amie la rose, qui l’a dit ce matin »
Cette chanson, Mon amie la rose, de Cécile Caulier, illustre en élégance et en douceur la fragilité de nos vies éphémères.
Actualités
Vous êtes fous de manger ça !
Quand je dis qu’il suffit de manger avec intelligence et bio 5 jours sur 7
Actualités
Et que raconterait Monsieur Jean de La Fontaine aujourd’hui ?
C’est en relisant L’hirondelle et les petits oiseaux que je me fis cette réflexion
Actualités
La Terre s’enflamme, nous aussi ! aujourd’hui ?
par France Guillain
Actualités
Tu crois encore au Père Noël ?
est-il bon que nos enfants croient encore au Père Noël ?

À la une sur le même thème

Actualités
Les 300&bio, l’union de 300 laitiers passionnés
Les 300&bio n’est pas qu’une simple marque de yaourts bio.
Actualités
Terres d’espérance : Un webdocumentaire sur l’agriculture alternative précautionneuse des sols
Certains agriculteurs audois ont fait le choix de l’agriculture alternative précautionneuse de l’environnement.
Actualités
Langouët, le village breton qui prépare l’après pétrole
À Langouët, 603 habitants, l’équipe municipale s’emploie depuis 20 ans à faire de l’écologie sociale une réalité...
Actualités
Saint-Quentin-en-Yvelines, une ville en transition qui passe au compostage
Saint-Quentin-en-Yvelines propose aux habitants de l’agglomération des kits de compostage
Actualités
Des microplastiques jusque dans les entrailles des océans
Aucun écosystème marin n’est épargné par la pollution au plastique
Actualités
La transition agroécologique de l’agriculture selon Didier Guillaume
Pour mieux manger, la France doit compter sur la « transition agroécologique » de son agriculture conventionnelle

Autres articles

Beauté
Les alliés anticellulite
pratiquer une activité physique permet de lutter contre toutes les formes de cellulite
Alimentation
Le souchet, un tubercule de papyrus au goût d’amande sucrée
C'est une belle découverte que le souchet (Cyperus esculentus)
Alimentation
Cette année, je jongle avec les oméga 3, 6, 9 !
Les lipides ou acides gras ont été pendant longtemps l’ennemi de tous ceux qui souhaitent perdre du poids. Une réputation non méritée...
Alimentation
La nouvelle marque Pépite, spécialiste des fruits secs bio et équitables
Une pâte à tartiner 100 % équitable
Alimentation
De l’or naturellement
Et si l’on s’offrait le meilleur des fleurs comme cadeau aujourd’hui ? J’ai nommé le pollen et, en particulier, le pollen de ciste.
Non classé
Place aux emballages éco-responsables ! chez Nature & Partage
Les emballages de demain devront être sains, durables, écologiquement performants… La plupart des consommateurs et des entreprises sont aujourd’hui conscients de cette nécessité. Comment Nature & Partage s’est-elle emparée de cette problématique ?

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.