Home / Actualités / Voyage au bout d’un rêve (suite) Du Moyen Âge à…

Le livre La ferme bio de They – Voyage au bout d’un rêve est présenté sous forme d’un feuilleton en plusieurs épisodes depuis le numéro de mai/juin 2021 de l’écolomag. La démarche essentielle de l’auteur s’appuie sur la défense de notre environnement, des richesses des espaces naturels, et la promotion des produits issus de l’agriculture biologique proposés aux consommateurs.

Personne, encore de nos jours, ne peut scientifiquement situer la datation de l’arrivée de la charrue en France ! La vraie, telle qu’on la connaît, naît au IIe siècle avant notre ère, avec les premiers socs en planche. Un siècle plus tard, ils sont en métal et s’enfoncent plus profondément pour retourner les sols lourds, accroissant de 30 % les rendements agricoles dans le nord de l’Europe, permettant de nourrir davantage de monde.

Tout juste peut-on en estimer qu’elle fut utilisée plus massivement à partir du Xe ou XIe siècle.

Elle a largement contribué à la modernisation de l’agriculture par une transformation de l’araire en modifiant la forme de son soc.

L’araire avait déjà largement provoqué un bond essentiel dans les modes de culture, mais l’avènement de la charrue fut une véritable révolution, qui s’améliorera constamment jusqu’à aujourd’hui.

La différence entre l’araire et la charrue est de taille. En effet, si le premier permettait de passer l’ère du grattoir au sol, il ne retournait pour autant pas la terre ; et même si, au fil du temps, il fut amélioré par l’ajout d’un avant-train de roues, il ne pouvait par remonter une glèbe en surface pour la faire respirer, l’aérer et la faire profiter de la chaleur naturelle du soleil. De ce fait, les graines tombaient au fond d’un sillon et ne donnaient qu’un très faible rendement.

La charrue, quant à elle, et de par ses particularités – notamment avec son coutre (partie tranchante de l’instrument) à l’avant du soc –, fouille et ouvre le sous-sol en remontant la terre à la surface ; puis celle-ci glisse le long du versoir, se torsade et se retourne en retombant et en enfouissant la couche superficielle.

L’homme comprit, dès lors, tout l’avantage de ce travail, qui perdure encore sur tous les terrains agricoles de la planète. La charrue fut surtout diffusée en Europe du nord et dans les régions aux terres argileuses et lourdes, alors que l’araire resta employé très longtemps en Afrique.

À partir de son utilisation, les rendements furent substantiellement augmentés et passèrent jusqu’à 4 et même 5 pour 1. Bien entendu, cela n’explique pas tout dans cette augmentation des rendements, mais il est indéniable que la charrue y a largement contribué.

D’ailleurs, la domestication du cheval, à cette même époque, réel auxiliaire du cultivateur, auquel fut adapté un collier rigide, a également et efficacement aidé à la modernisation de l’agriculture, entre autres dans les grands domaines de riches propriétaires. Technique de labours encore fortement améliorée par l’utilisation du collier d’épaule pour ces chevaux et boeufs où, en plus de leur éviter l’asphyxie, apportait une traction plus puissante, donc plus efficace.

Le travail demeurait toutefois pénible. La charrue s’enfonçant plus profondément dans les sols nécessitait de puissants attelages et les chevaux étaient souvent à la peine. Reste aussi que le petit paysan, métayer ou serf ne disposait pas de suffisamment de moyens financiers pour acheter des outils coûteux et encore moins d’attelages de chevaux et même de bœufs. De ce fait, ils continuèrent de labourer à la force de leurs bras.

À suivre…

Auto-édition – 126 pages, texte et photos format luxe 29 € – Frais de port offerts en France métropolitaine Contact : gerard.garcia770@orange.fr

La ferme bio de They

0 Commenter

Laisser un commentaire

Autres articles de l'auteur

Actualités
Voyage au bout d’un rêve (suite) Retour aux origines
l'évolution de l'agriculture au fil des siècles
Actualités
Voyage au bout d’un rêve (suite)
Dans cet article, c’est l’agriculture biologique que Gérard Garcia nous propose d’aborder.
Actualités
Voyage au bout d’un rêve – La ferme bio de They
une ferme qui est passée d'un fonctionnement conventionnel à une pratique totalement bio et à une quasi-autonomie énergétique

À la une sur le même thème

Actualités
Mon pochon de Noël, le cadeau zéro déchet idéal !
IDÉE CADEAU : un applicateur en bois de hêtre et son déodorant, un bouton poussoir en liège, 2 recharges.
Actualités
Le vrai luxe en cosmétique : remis(e) en question
La cosmétique de luxe se paie au prix fort et se revendique exclusive, mais les formules sont le plus souvent décevantes, comme l'analyse l'Association Slow Cosmétique.
Actualités
Comportementalisme sociétal
Parce que nous vivons une période désorganisatrice au possible, tant dans son intensité que dans son prolongement, il nous faut aujourd'hui nous interroger sur les forces et les faiblesses de notre humanité
Actualités
SAGESSE et VIRUS
Pour faire face aux divers agents infectieux virus et bactéries en tous genres, notre corps se trouve en état de défense permanent
Actualités
Avez-vous pensé à l’adoption de sapin de Noël cette année ?
L’enseigne de jardinerie botanic® annonce la nouvelle édition de son service Treezmas dédié à l’adoption de sapin de Noël en pot !
Actualités
BÔSTICK, le déodorant zéro déchet
Éco-conçu, rechargeable, efficace, 100 % Français. 3 fragrances développées par des parfumeurs à Grasse afin d’allier sensorialité et efficacité : Lait d’Amandier, Sève de Bambou et Fleur de Grenadier.

Autres articles

Santé Bien-être Beauté
Le neem, la plante qui guérit de tous les maux
L'un des constituants les plus notoires du neem est l'azadirachtine
Beauté
Spray H2 générateur d’hydrogène moléculaire dissous
Le spray H2 est un petit générateur d'eau hydrogénée par électrolyse. Il réduit le vieillissement cellulaire causé par les radicaux libres.
Actus marques
Les épices à avoir dans son placard pour faire voyager vos papilles
Les épices et aromates sont une porte d’entrée formidable pour découvrir d’autres traditions culinaires venues du bout de monde. Leurs goûts rehaussent les plats, changeant parfois complètement les saveurs.
Actus marques
LEVELUK K8, ioniseur d’eau par electrolyse
L'eau du robinet est d’abord filtrée, puis ionisée à l'aide du processus d'électrolyse. Des eaux alcalines et acides sont alors produites, celles-ci peuvent être utilisées en tant que : boissons, pour la beauté, la préparation des repas, le nettoyage et la désinfection de la maison.
Bien-être
Dossier bien-être : La pollution mentale
Les pollutions ne touchent pas seulement notre santé mais ont un impact indéniable sur la qualité de notre bien-être
Bien-être
La pollution mentale
Le mot « détox » n’a jamais autant été plébiscité.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.