Home / Habitat / Le capteur solaire à air SolarVenti par Dimitri Duraj

L’effet de serre, c’est pourtant grâce à lui si l’on peut vivre sur terre. Il maintient une température moyenne de 15 °C à la surface du globe. Sans effet de serre, cette température serait de -18 °C ! L’effet de serre, c’est exactement ce que va utiliser le capteur solaire à air SolarVenti pour apporter de l’énergie universelle et gratuite. Pour comprendre ce principe, il suffit de se placer derrière une vitre par temps clair. On ressent tout de suite cette sensation de chaleur. Mais d’où vient-elle ?

En fait, le soleil émet 2 types de rayons : les UV (ultraviolets) et les IR (infrarouges). Ce sont ces derniers qui nous intéressent. Les IR que nous envoie le soleil traversent les différentes couchent de l’atmosphère, viennent « frapper » la matière qui nous entoure et, par un phénomène physique, la réchauffent. C’est le rayonnement. Quand cette matière est une vitre, ils la traversent et réchauffent l’intérieur de la pièce.

Plus il fait froid, plus les rayons sont longs ; et, inversement, plus il fait chaud, plus ils sont courts. Quand ils arrivent de l’extérieur et qu’ils pénètrent à travers la vitre, ils vont loin dans la pièce. Mais la température intérieure les rend plus courts et ils ne ressortent pas.

Dans le capteur solaire à air, on optimise ce rayonnement. Les IR traversent le polycarbonate et viennent s’emprisonner dans le caisson du capteur. La température augmente. Quand elle atteint une valeur suffisante, un petit ventilateur la pulse dans le local à chauffer. On a produit de la chaleur gratuite.

Pour rendre le système complètement autonome, on intègre une cellule photovoltaïque de petite puissance dans le capteur pour alimenter le ventilateur et la régulation qui va le commander. Les applications du capteur solaire à air sont nombreuses.

Dans l’habitat, il peut apporter une grande partie du chauffage. Parmi les autres applications, citons le chauffage d’une maison secondaire et son maintient hors gel, l’installation en amont d’une ventilation double flux pour en accroître les performances, ou l’aération d’un local pour abaisser son taux d’humidité sans le refroidir.

Dans l’industrie, des modules spécifiques existent. Ils sont soit raccordés sur la ventilation existante, soit on leur adjoint un ventilateur externe, alimenté sur le secteur ou grâce à des capteurs photovoltaïques ou de l’éolien. Les besoins en énergie, généralement très conséquents des usines ou des ateliers, occasionnent un retour sur investissement de l’installation très rapide.

En collectivité, on peut aisément chauffer des gymnases, des salles polyvalentes ou des bureaux et ainsi réduire une partie des dépenses énergétiques de la commune, tout en faisant un geste très important pour l’environnement.

Le monde agricole a aussi ses applications. On peut chauffer des stabulations et garantir le hors gel des installations d’eau.

Le séchage de céréales peut être optimisé par l’apport d’air tempéré, qui permettra une meilleure évaporation de l’humidité.

Des projets sont aujourd’hui en cours d’étude pour le séchage des résidus boueux de stations d’épuration dans les Landes et celui d’acacias sur l’île de La Réunion, dans le but de méthaniser et de produire de l’électricité.

Partout où de l’air chaud est nécessaire, le capteur solaire à air peut répondre aux besoins. SolarVenti fabrique ses capteurs au Danemark depuis 1981. Les pays nordiques utilisent ce principe depuis de très nombreuses années. Il n’est d’ailleurs pas rare d’en voir en Norvège ou en Suède au-delà du cercle polaire, preuve que le système est efficace, même dans des conditions climatiques difficiles.

La simplicité du système est aussi un gage de durabilité : seulement l’effet de serre et un ventilateur, aucun raccordement au réseau, aucun entretien dans le cas d’une habitation. Une étude du lieu à équiper est nécessaire, mais il est rare de ne pas trouver de solution en vue d’une installation performante.

Dimitri Duraj
www.energie-logique.fr

Autres articles de l'auteur

Actualités
La Tribu vous propose de devenir investisseurs et de réinventer l’épicerie au quotidien
L’aventure entrepreneuriale éthique et 100 % participative s’ouvre à l’actionnariat citoyen
Actualités
Lancement du Fonds de dotation – Les Jardins de Gaïa
Depuis plus de 25 ans, l’entreprise Les Jardins de Gaïa s’engage aux côtés des acteurs de la société civile, d’associations, de coopératives, d’ONG, dans leur lutte pour la préservation de la nature et le progrès social.
Actualités
Nature guérisseuse
Venez vivre une journée au Grand Rex de Paris le samedi 12 mars 2022 pour reprendre votre santé en main grâce aux trésors thérapeutiques de la nature.
Bien-être
Se sentir mieux, grâce aux plantes
Les plantes n’ont pas leur pareil pour nous permettre de nous sentir mieux, tout naturellement
Habitat
Murfy, un service de dépannage et de réparation d’électroménager
Cela fait près de 2 ans que Murfy, spécialiste de la réparation de gros électroménager, a complété son offre en s’ouvrant à la collecte et au reconditionnement.
Enfants
Môme des bois, de jolis jouets en matériaux naturels qui font découvrir la nature
Môme des bois est entièrement dédiée à la nature et à l'environnement

À la une sur le même thème

Habitat
Petit lexique de géobiologie… L’électricité sans fil
Approvisionner l’électricité dans les bâtiments directement par l’air
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Les infrasons
Notre oreille rend audibles les fréquences à partir de 20 hertz.
Habitat
Un billet pour l’autonomie : Le poêle bouilleur, c’est le bonheur !
Un billet pour l’autonomie
Habitat
Nouveautés 2022 de la marque Caillard pour accueillir les oiseaux du jardin
De nouvelles mangeoires et nichoirs toujours plus innovantes avec un design travaillé qui optimise le bien-être des oiseaux tout en décorant le jardin ou la terrasse.
Habitat
Acquavitaée, traiter calcaire et corrosion
Acquavitaée® : 4 en 1 qui adoucit, prévient la corrosion, purifie et dynamise l’eau des réseaux de nos habitats, jardins, piscines…
Habitat
LEVELUK K8, ioniseur d’eau par electrolyse
L'eau du robinet est d’abord filtrée, puis ionisée à l'aide du processus d'électrolyse. Des eaux alcalines et acides sont alors produites, celles-ci peuvent être utilisées en tant que : boissons, pour la beauté, la préparation des repas, le nettoyage et la désinfection de la maison.

Autres articles

Humeurs
« Jacques a dit… Bonne année ! »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Si tous les gars du monde… »
Les paroles de la chanson qui lui sert de base agissent comme des propulseurs vers une très belle année 2022
Humeurs
Souriez si vous voulez et riez, c’est encore mieux !
Quand avez-vous ri pour la dernière fois ? Le rire libère les endorphines, qui évacuent le stress et dopent notre système immunitaire et respiratoire.
Actualités
Voyage au bout d’un rêve (suite) … La période « moderne »
Faisant fi de notre nationalisme légendaire, il nous faut reconnaître qu'au XVIIIe siècle, les chercheurs agronomes anglais étaient nettement en avance sur la France
Actus marques
Le stress, un mot trop utilisé et pourtant un impact réel sur notre organisme
L’ensemble de nos cellules, des plus apparentes – la peau – aux plus profondes – tous nos organes –, est impacté par le stress.
Actualités
L’Allemagne arrête 3 réacteurs nucléaires
Le retrait de 3 réacteurs nucléaires sur 6 encore en activité intervient en pleine crise énergétique européenne

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.