Home / Habitat / La Géobiologie… et la culture cosmo-tellurique

Nous avons vu, dans les articles précédents, que la réalisation d’un habitat biotique nécessite deux conditions : 1. L’absence de perturbations, 2. La présence d’énergies naturelles équilibrées.

Pour la culture, l’équation est à peu près la même : 1. Une étude de terrain va d’abord faire le bilan des perturbations présentes et permettre la plantation dans les zones les plus favorables. 2. Ensuite, le contexte cosmo-tellurique va être étudié et amélioré pour dynamiser la croissance des plantes.

Depuis longtemps, les hommes ont remarqué que les végétaux poussaient mieux à certains endroits. Mais la nature du sol, l’exposition, les conditions climatiques ainsi que les méthodes de culture n’expliquaient pas tout. Certains ont eu l’intuition, vérifiée ensuite par la pratique, que d’autres phénomènes entraient en jeu et, parmi eux, le magnétisme terrestre, les courants électriques et les ondes cosmiques.

Les végétaux poussent mieux après l’orage et pas uniquement à cause de l’apport d’eau : l’électrisation de l’air, l’ionisation négative sont aussi des facteurs favorables. De même, quelques clous en fer plantés dans les pots améliorent la croissance de la plante.

À partir de 1745, de nombreux chercheurs se sont intéressés à cette discipline cosmo-tellurique, qui apparaît le plus souvent sous le nom d’électroculture. Ce vocable regroupe de nombreuses techniques, similaires ou complémentaires : cosmoculture, magnétoculture, culture cosmo-tellurique, etc. Ces techniques sont plus ou moins élaborées mais, à la base, elles utilisent toutes les mêmes énergies naturelles, telluriques et cosmiques. Ce qui complique encore un peu plus la situation provient du fait qu’elles sont parfois aussi associées à des techniques sonores (musique), informationnelles (à base d’huiles essentielles) ou autres. Nous ne parlerons dans cet article que de la partie cosmo-tellurique.

Rappelons que l’homme, l’animal et le végétal sont des antennes qui captent les énergies du ciel et de la terre. Tout organisme vivant a besoin de cette énergie vitale pour se développer harmonieusement. Les Chinois l’ont nommé chi, les hindous prâna, les Égyptiens kâ et tous ont su l’utiliser. Notre civilisation cartésienne ne la prend plus en compte… alors qu’elle connaît mieux certains de ses composants : le champ magnétique qui circule du sud au nord, le champ électrique qui circule d’est en ouest, les ondes cosmiques (protons, rayons X…) qui descendent du ciel, etc.

Pour les hommes, la situation est plus simple : ils sont tous bâtis sur le même modèle et les besoins énergétiques sont identiques pour tous. Pour les végétaux, cela se révèle plus complexe car les besoins énergétiques diffèrent selon les cas et ceux-ci sont très divers. Même si l’on se concentre uniquement sur la culture, il existe des végétaux qui poussent dans le sol et d’autres hors du sol.

La culture cosmo-tellurique consiste à amplifier le champ local d’énergies naturelles, pour dynamiser la croissance des semences ou des végétaux.

L’objectif est de capter et concentrer vers la plante cette énergie bénéfique présente dans l’air, par des méthodes très variées : une perche métallique de plusieurs mètres de haut plantée dans le sol ; des barres métalliques, des fils conducteurs ou des aimants enterrés ; des amendements à base de poudre de roche magnétique afin d’augmenter la sensibilité du sol aux forces cosmo-telluriques ; des ondes de forme (pyramide, par exemple) ; mais aussi un simple collier en cuivre, laissé ouvert vers le nord, incliné vers le nord selon un angle de 20 à 30 degrés et qui vient entourer la tige ou le tronc d’une plante. Cette dernière technique, issue notamment des travaux de Georges Lakhovsky sur les circuits oscillants, constitue souvent le premier contact avec la culture cosmo-tellurique.

Tous les moyens sont bons tant qu’il s’agit d’exploiter les énergies du champ magnétique terrestre, des courants électriques ou des rayons cosmiques naturellement présents dans l’air ou dans le sol. Les principes restent souvent les mêmes, seuls les montages diffèrent.

L’intérêt pour la culture cosmo-tellurique a fluctué depuis son apparition : considérée comme avant-gardiste et prometteuse à ses débuts, elle n’a jamais véritablement été mise en lumière car elle ne présente aucun intérêt commercial, bien au contraire.

Comme pour tout ce qui est gratuit et à la portée de tous, les expérimentations sont donc souvent réalisées à titre individuel, aussi bien pour le potager que pour les plantes d’agrément. Si cette technique est complexe pour le potager et donc difficile à mettre en oeuvre par un néophyte, une première expérience simple peut être réalisée sur une plante d’agrément : la mise en place dans un pot d’un circuit de Lakhosky cité plus haut, si possible en combinaison avec un arrosage d’eau dynamisée (comme en biodynamie) devrait favoriser la croissance… à condition de se trouver sur une zone non nocive.

Philippe Bouchaud
GCB Conseils – Études géobiologiques
Études électromagnétiques
Formations de professionnels et particuliers, en groupe ou en cours individuels sur mesure.
www.geobiologie-pb.com
info@geobiologie-pb.com
04 26 03 17 28 / 06 15 21 18 74

Autres articles de l'auteur

Habitat
Petit lexique de géobiologie… Le Professeur Yves Rocard
Lorsque je mesure des valeurs sonores très élevées dans une chambre (à cause d’une forte circulation dans la rue, par exemple), la personne concernée me répond souvent « qu’elle avait été gênée au début par le bruit mais qu’avec le temps, elle ne l’entendait plus ».
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Température ressentie
Définition. La température annoncée par votre thermomètre n’est qu’une indication de ce qu’il se passe dans la pièce où vous vous trouvez.
Habitat
Petit lexique de géobiologie… L’accoutumance
Lorsque je mesure des valeurs sonores très élevées dans une chambre (à cause d’une forte circulation dans la rue, par exemple), la personne concernée me répond souvent « qu’elle avait été gênée au début par le bruit mais qu’avec le temps, elle ne l’entendait plus ».
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Vous avez dit « biotique » ?
Biocompatible signifie « qui ne dégrade pas le milieu biologique dans lequel il/elle est employé-e ».
Habitat
Petit lexique de géobiologie… Le wi-fi communautaire
Lorsque vous êtes hors de chez vous, il existe des solutions pour connecter votre ordinateur ou votre téléphone en wi-fi : en vous branchant sur un hotspot wi-fi (dénommé également borne wi-fi ou point d’accès wi-fi).
Habitat
Petit lexique de géobiologie… QAI : la Qualité de l’Air Intérieur
La QAI dépend des pollutions générées à l’intérieur des constructions, mais aussi provenant de l’extérieur.

À la une sur le même thème

Habitat
Qu’est-ce qu’une orgonite ? par Marie Vignaud
Une orgonite est un outil thérapeutique constitué de cristaux, de minéraux et de métaux choisis pour leur capacité à garder et émettre une intention
Habitat
La maison en A, un projet de construction féminin et solidaire pour 40 000 €
Vous souhaitez construire en auto-construction une maison passive en bois avec un petit budget ?
Habitat
Un billet pour l’autonomie – L’autonomie est notre amie pour la vie !
Si l’obsolescence programmée est bien réelle dans nos sociétés, elle est moins courante en autonomie
Habitat
Fabriquez votre déshumidifificateur d’air maison
DIY de Raphaële Vidaling
Habitat
Mint s’engage auprès des consommateurs en quête d’écoresponsabilité
Énergie verte - Abonnement mobiles - Site e-commerce de produits
Habitat
Capteurs solaires à air Solarventi
Autonomes, indépendants du 230 V, ils fonctionnent avec un rayon de soleil.

Autres articles

Enfants
Des cadeaux écolos qui protègent les insectes butineurs
Parfaits pour tou·te·s les amoureu·x·ses de la nature, ou ceux en devenir…
Santé
Lien entre santé globale et hygiène bucco-dentaire
avec Le Dr Christophe Lequart, porte-parole national d de l’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco- Dentaire)
Actualités
Séjournez dans un écolodge au Maroc !
Dix ans de travail quotidien, porté par la passion de la palmeraie et de celles et ceux qui y vivent, ainsi qu'une philosophie écologique ont fait de Bab El Oued une référence des écolodges au Maroc et dans le monde.
Actus marques
Découvrez les Émincés vegan de Soy
Découvrez les Émincés vegan de Soy, en version nature ou Tex Mex, le tout sans viande ni aucun ingrédient d’origine animale...
Actus marques
N’ayez pas peur de dire « Ciao le Sel ! » par Aromandise
Découvrez 3 substituts au sel pour en diminuer votre consommation quotidienne.
Actualités
Compléments alimentaires : ce qu’il faut savoir par Bercy Infos
Teint lumineux, cheveux brillants, jambes galbées etc. Ces résultats promis par les nombreux compléments alimentaires disponibles sur le marché nécessitent de se renseigner sur leurs propriétés. Comment s’informer sur leur composition ? À quelle réglementation sont-ils soumis ? On vous répond !

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.