Home / Enfants / Et si nous cultivions nos relations en famille à l’engrais du positif ? partie 3

L’écologie relationnelle

Dans les 2 derniers numéros de l’écolomag, nous avons entamé notre série Et si nous cultivions nos relations en famille à l’engrais du positif !

Ainsi, nous avons parlé :
– de l’importance de changer nos perceptions et de chausser nos lunettes à filtre positif pour mieux voir toutes les choses merveilleuses que nos enfants font, ainsi que comment dire, exprimer notre contentement,
– de sortir du rôle de juge-arbitre et donner à nos enfants l’occasion de développer leur autonomie.

Cultiver le positif en nous, le récolter et le partager

Dans ce 3e volet, je vous propose de poser notre attention… sur nous !

Comment devenir un vecteur d’ondes positives ou renforcer notre capacité à l’être ?

C’est par cela que tout commence. Le regard que nous portons sur le monde, notre entourage, notre journée, nous-même impacte directement l’appréciation qu’ont nos enfants de leur environnement.

Alors, pas de baguette magique ici non plus. Mais quelques idées pour renforcer notre capacité à déployer le positif en nous et autour de nous.

La « vie de tous les jours » nous emporte dans son flot. Nous courons beaucoup, plaçons les barres haut, sautons des obstacles. Comment, dans ce contexte, cultiver notre capacité à projeter du positif ?

« Oh là là, quelle journée ! Je suis épuisée. » Voici la phrase que j’ai dû probablement répéter un milliard de fois le soir à mes filles quand nous nous retrouvions après nos journées d’école et de travail. Jusqu’à ce que l’une d’entre elles me dise : « ben, t’es tout le temps épuisée. Pourquoi tu changes pas tes journées ? » Euh… ben oui, au fait… Pourquoi ?

Alexandra, en me posant cette question plus que pertinente, m’a aussi permis de comprendre que les messages que j’envoyais n’étaient pas neutres. Ils avaient un impact sur elle et, à l’évidence, cela ne lui était pas agréable ; la répétition n’arrangeant rien a fortiori.

Alors, QUE FAIRE ? Parce que j’étais vraiment authentique quand je disais cela. Mais, en même temps, est-ce que cela reflétait vraiment la réalité de ma journée ? Non, bien sûr.

J’étais authentique mais partielle, je donnais à voir mon état de fatigue au moment où nous nous retrouvions mais j’oubliais de parler de toutes les chouettes choses que j’avais vécues. J’oubliais d’en parler aussi parce que, finalement, en fin de journée, j’avais une fâcheuse tendance à rester centrée sur ce que je n’avais pas encore eu le temps de faire. Quand on voit le verre à moitié vide, on parle du verre à moitié vide… et c’est contagieux.

Faire grandir le positif en nous

Alors, j’ai entrepris de développer ma capacité à percevoir le positif et à le faire grandir. Quelques petits trucs personnels :
– Je débute ma journée en me demandant : qu’est-ce qui ferait que ce soit une super chouette journée ? Et je m’attache à gérer mes priorités en fonction de mes réponses.
– Je travaille sur ma capacité à organiser mon temps pour minimiser les frustrations. Je m’interdis de dire « je n’ai pas eu le temps », mais je dis « je n’ai pas pris le temps. » Ainsi, je remets dans mes mains la responsabilité de mon emploi du temps et je fais des choix, j’arbitre, de sorte que, en fin de journée, quand je pose mon crayon, j’ai l’impression d’avoir fait ce que j’avais choisi de faire.
– Le soir, avant de me coucher, pendant longtemps, j’ai tenu un carnet de recueil du positif : je notais tout ce qui m’était arrivé de bien dans la journée. C’est d’ailleurs un exercice génial à faire avec nos enfants. Chacun son petit cahier.

Alors ainsi, petit à petit, ma capacité à voir les choses positives qui se produisaient, à les goûter, à faire en sorte que leur impact grandisse en moi s’est améliorée. Et de fait, par ricochet, mon aptitude à faire face aux problèmes et aux difficultés s’en est trouvée améliorée. Comme si, finalement, ma capacité globale à percevoir le réel s’était musclée, me permettant de mieux faire face, de mieux gérer.

Dire le positif et se révéler, et permettre à nos enfants de le faire

Une fois que l’on perçoit mieux le positif, IL FAUT LE PARTAGER ! Dire les bonnes choses qui nous sont arrivées, dire en quoi nous sommes heureux ce soir. Nos enfants sont avides de ce genre de partages. Chez Gordon, nous appelons cela les messages de révélations. En se révélant à nos enfants, on les encourage à se révéler aussi s’ils le souhaitent et, surtout, on renforce encore la relation en sollicitant le dialogue sur de superbes thématiques.

Parent : « je suis trop contente, j’ai réussi à finir un gros dossier aujourd’hui ! » « C’était dur ? » « Ben oui, et puis, c’était sur un sujet super intéressant… » Et le dialogue s’engage. Que de beaux partages.

Jouer au jeu du high-low-high – que j’ai découvert aux États-Unis – est un moyen de transférer cette pratique à toute la famille. Le soir, au dîner ou au coucher, chacun partage une chose positive qu’il a vécue dans la journée (high), une chose moins positive (low) et termine par un événement positif (high). Essayez, vous verrez, c’est génial.

En développant notre capacité à voir le verre plein d’eau et d’air, à se réjouir aussi des choses positives qui nous arrivent, nous avançons les yeux un peu plus ouverts. Nous sommes plus à même de générer le positif. Nous serons aussi plus forts pour aller au devant et gérer les soucis et problèmes. Nous permettrons à nos enfants d’en faire de même automatiquement.

J’ai toujours mon carnet dans lequel je note, le soir avant de me coucher, les choses positives de ma journée. Cependant, je l’utilise moins et à présent uniquement dans les périodes où j’ai perdu un peu ma boussole positive. Car, maintenant, à force d’entraînement, les lunettes positives sont beaucoup plus souvent sur mon nez qu’avant et c’est délicieux.

Alors… vous l’achetez quand, votre petit carnet ?

Donnez-nous des nouvelles de vos essais sur Facebook !

Beau printemps à tous,

Nathalie Reinhardt Présidente
Les Ateliers Gordon
www.ateliergordon.com

Pour nous transmettre vos retours sur cet article et aller plus loin : rendez-vous sur notre page Facebook L’Atelier Gordon France, ou dans notre groupe Les Ateliers Gordon. À très vite !

0 Commenter

Laisser un commentaire

Suggestions de livre

Autres articles de l'auteur

Enfants
Violence dans la famille. Pourquoi ? Comment en tarir la source ?
La résignation n’est pas dans mon tempérament. Je fais partie des irréductibles réalistes optimistes
Archives
STOP À LA PRESSION De notre pression et de celle de nos enfants
Vous est-il déjà arrivé de vous sentir tellement sous pression que la seule issue apparente était soit l’implosion, soit l’explosion ?
Enfants
À la rentrée, fixons-nous nos étoiles polaires de l’année !
La rentrée est le début d’un cycle nouveau. On range lentement nos affaires d’été, pourvu que les effets de la détente durent !
Enfants
Parents digitaux – enfants digitaux : quelques belles questions à se poser
Loin de moi l’idée de montrer du doigt qui que ce soit. Je suis la première à adorer me servir de mon smartphone.
Enfants
Écologie relationnelle – À quand la fin de la carotte et du bâton ?
Déjà en 1962 – il y a plus de 55 ans –, Thomas Gordon soulignait, dans son premier livre consacré à la communication entre parents et enfants, combien il était contre-productif d’utiliser la carotte et le bâton, la récompense et la punition, la contrainte...
Enfants
Écologie relationnelle : Débattre plutôt que de se battre
Thomas Gordon, docteur en psychologie américain, a été le premier à définir une méthode pour résoudre les conflits sans perdant – aujourd’hui souvent appelée « gagnant-gagnant ».

À la une sur le même thème

Enfants
Môme des bois, de jolis jouets en matériaux naturels qui font découvrir la nature
Môme des bois est entièrement dédiée à la nature et à l'environnement
Enfants
L’ambre Une pierre de guérison qui soulage les douleurs
l’ambre est une résine fossilisée qui est largement utilisée pour lutter contre les allergies et les douleurs
Enfants
Tribee, la cagnotte qui donne aux enfants le pouvoir d’agir
Convaincue que la transition écologique s’accélérera grâce aux enfants, Cécile Flament a créé Tribee
Enfants
10 nouveaux épisodes de Bestioles
Le podcast pour enfants de France Inter et du Muséum national d’Histoire naturelle
Enfants
Les experts déconseillent les nanoparticules pour la peau fragile des bébés
De plus en plus d’études démontrent les risques engendrés pour l’homme et pour l’environnement par l’exposition aux nanoparticules
Enfants
Le ballon turbine
le rendez-vous de Touchons du Bois

Autres articles

Humeurs
« Jacques a dit… Bonne année ! »
LES HUMEURS DE LA CHOUETTE
Humeurs
« Si tous les gars du monde… »
Les paroles de la chanson qui lui sert de base agissent comme des propulseurs vers une très belle année 2022
Humeurs
Souriez si vous voulez et riez, c’est encore mieux !
Quand avez-vous ri pour la dernière fois ? Le rire libère les endorphines, qui évacuent le stress et dopent notre système immunitaire et respiratoire.
Actualités
Voyage au bout d’un rêve (suite) … La période « moderne »
Faisant fi de notre nationalisme légendaire, il nous faut reconnaître qu'au XVIIIe siècle, les chercheurs agronomes anglais étaient nettement en avance sur la France
Actus marques
Le stress, un mot trop utilisé et pourtant un impact réel sur notre organisme
L’ensemble de nos cellules, des plus apparentes – la peau – aux plus profondes – tous nos organes –, est impacté par le stress.
Actualités
La Tribu vous propose de devenir investisseurs et de réinventer l’épicerie au quotidien
L’aventure entrepreneuriale éthique et 100 % participative s’ouvre à l’actionnariat citoyen

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.