Home / Actualités / Voyage au bout d’un rêve (suite) Retour aux origines

Le livre La ferme bio de They – Voyage au bout d’un rêve, récemment sorti, est présenté sous forme d’un feuilleton en plusieurs épisodes depuis le numéro de mai/juin 2021 de l’écolomag. La démarche essentielle de l’auteur s’appuie sur la défense de notre environnement, des richesses des espaces naturels, et la promotion des produits issus de l’agriculture biologique proposés aux consommateurs. Dans ce numéro, ce sont les origines de l’agriculture biologique que Gérard Garcia nous propose d’aborder.

S’inspirant de l’ouvrage de Claude Michelet (Histoires des paysans de France, éditions Robert Laffont, 1996) et de nos nombreuses recherches bibliographiques, nous ayant permis de retracer le vécu de nos lointains ancêtres, nous pouvons désormais mieux comprendre ce que fut l’évolution de l’agriculture au fil des siècles. D’abord bien sommaire, elle connut d’authentiques révolutions et des bouleversements déterminants.

Nous nous apercevrons, au fil des pages, que le monde agricole s’est forgé et transformé en intégrant petit à petit les différentes technologies issues de découvertes successives, dont l’homme a su faire profiter tous les secteurs de son quotidien.

En effet, à compter de ces jours où les hommes décidèrent de défricher des morceaux de forêts, par le feu et la hache de silex, et de les emblaver, ils furent contraints de rester sur place, non seulement pour surveiller et protéger la croissance des cultures, mais surtout pour en assurer la récolte.

Pour ces premiers paysans (étymologiquement : habitants d’un pays) et sauf catastrophe, guerres, épidémies, c’en était fini de l’errance des chasseurs-cueilleurs.

Et parce que la sédentarisation, donc la stabilité, est plus propice à la réflexion et aux plans à long terme que le nomadisme, c’est bien grâce et avec la naissance de cette agriculture – balbutiante, mais réelle – que les hommes s’acheminèrent vers une forme moderne de civilisation.

Avec les hameaux qui s’érigèrent et s’agrandirent au centre des terrains gagnés sur la forêt, se multiplièrent les artisans, les commerçants, les inventeurs aussi. Grâce à quoi, pour faciliter les échanges et le commerce, des sentiers, puis des chemins s’ouvrirent de village à village et sillonnèrent ainsi les contrées. Mais, déjà, nous en sommes maintenant vers les années 9 000 avant J.-C.

Les agriculteurs, peut-être fatigués de gratter la terre en vue des semailles avec des andouillers de grands cerfs ou de simples bâtons à fouir, dont ils durcissaient la pointe au feu, s’orientèrent vers une forme d’outil plus efficace : la houe !

Grâce à elle, à sa forme, à son solide manche que terminait une sorte de lame, en bois renforcé de silex, le « labour » devint un peu moins superficiel.

Autre progrès encore plus marquant, c’est aussi vers cette époque – et alors que, passant de la traction humaine à celle des animaux domestiques, certains se demandaient sûrement comment améliorer le halage des traîneaux et soulager les bêtes de somme, boeufs et vaches – qu’apparurent sur les chemins qui desservaient les villages et venant du sud-est les premiers attelages, garnis de roues des commerçants en quête de troc.

En ces temps-là, comme pour d’autres outils et d’autres cultures, nos lointains voisins de Mésopotamie et d’Égypte avaient de nombreux millénaires d’avance sur les propres grands-parents de nos Gaulois. Tellement d’avance que c’est aussi à eux que nous devons l’arrivée sur notre sol d’un instrument qui, malgré sa simplicité, fit faire un grand bond à l’agriculture : l’araire, tiré par 2 boeufs, remplace le bâton à fouir et se diffuse entre 7 000 et 5 000 ans avant J.-C. dans toute l’Europe. On peut dire, là encore, que cet outil, comme la roue, apporta une véritable évolution dans les façons culturales, donc dans l’extension des sols cultivés et dans les rendements.

Avec les bâtons à fouir et les houes, dont l’usage, malgré l’araire, perdura pendant des siècles, la terre était grattée en surface, puis ensemencée, mais elle n’était pas du tout retournée. Avec l’araire et bien que cet outil nous apparaisse aujourd’hui on ne peut plus archaïque, la terre, sans être découpée et retournée comme plus tard avec la bêche et surtout la charrue, était quand même mieux aérée car ouverte grâce aux raies que traçait le soc. Raies qu’il importait, bien entendu, de multiplier en quadrillant perpendiculairement le sol, parfois jusqu’à 4 fois de suite.

Bien plus tard, des inventeurs adaptèrent une paire de roues à l’avant de l’araire, rendant ainsi son emploi moins pénible et plus efficace. Pour ce faire, fallait-il encore que nos ancêtres entrent dans l’âge de métal. D’abord le cuivre aux environs de 3 500 ans avant J.-C. en Europe et 4 000 ans avant J.-C., voire plus en Perse, Palestine ou Égypte.

La naissance de la métallurgie donna un véritable élan à notre technologie et à ses répercussions, à tous points de vue.

D’abord et de par son coût et sa rareté, le fer fut principalement consacré à la fabrication des armes, qui servaient aussi d’outils. Puis, le matériel se démocratisant au travers de ce minerai moins rare, il fut adapté à l’agriculture par l’intermédiaire d’habiles forgerons, qui s’en servirent pour fabriquer de multiples pièces métalliques inhérentes à différents outils agricoles.

C’est aussi à cette époque que le cheval, alors domestiqué, est utilisé autrement que comme bête à viande.

À suivre…

Auto-édition – 126 pages, texte et photos format luxe 29 € – Frais de port offerts en France métropolitaine – Contact : gerard.garcia770@orange.fr

La ferme bio de They

0 Commenter

Laisser un commentaire

Autres articles de l'auteur

Actualités
Voyage au bout d’un rêve (suite)
Dans cet article, c’est l’agriculture biologique que Gérard Garcia nous propose d’aborder.
Actualités
Voyage au bout d’un rêve – La ferme bio de They
une ferme qui est passée d'un fonctionnement conventionnel à une pratique totalement bio et à une quasi-autonomie énergétique

À la une sur le même thème

Actualités
SAVEZ-VOUS QUE L’ALCALINISATION EST IMPORTANTE ? POUR EVITER L’ACIDITE DE VOTRE CORPS ?
L'eau Kangen est alcaline
Actualités
? Apocalypse sous le Soleil exactement ? ?! ? Egalité devant ( / écologie Juste) – Fraternitées – Liberté… )) )
? Apocalypse sous le Soleil exactement ? ?! ? Egalité devant ( / écologie Juste) - Fraternitées - Liberté... )) ) Toutes et tous écolos en 2022 !!! ? (élections "charnières" )
Actualités
Une révolution intérieure est en cours…
À la surface du monde, en ce moment même, il y a des guerres, de la violence, de la folie, et l’avenir peut paraître bien sombre… Pourtant, au même moment... ( image choisie en "aveugle" par hazard dans ma photothèque... )
Actualités
Equilibrer l’énergie dans votre lieu de Vie
Harmonisation du lieu d’habitation, Etude de votre lieu de vie Depuis juillet 2021 les Energies Vibratoires ont beaucoup augmenté. Pour garder une bonne santé physique, l’association TE Martine Martin vous propose d’intervenir sur plan à distance pour vérifier le taux vibratoire et énergétique de votre lieu de Vie. Si nécessaire celui-ci pourra être monté aux […]
Actualités
L’Agence ORE participe à la quatrième édition des GéoDataDays
Le 15 septembre, l’Agence ORE interviendra à Grenoble à l’occasion de deux temps forts des Géodatadays.
Actualités
Trophées Natexpo 2021 : les meilleures innovations bio de l’année récompensées
les meilleures nouveautés des 12 derniers mois ont été désignées par les Trophées Natexpo 2021

Autres articles

Archives
« PENSE À TA BELLE MER, RECYCLE ! », l’opération qui transforme des masques usagés en cendriers de plage
Pour protéger les plages et les mers, Plaxtil et Essaimons lancent l’opération « PENSE À TA BELLE MER, RECYCLE ! », qui transforme les masques usagés en cendriers de plage.
Archives
Spécial été: Le top 5 des crèmes solaires minérales clean de Mireille
Mireille est la 1ère application INDEPENDANTE qui traduit simplement les étiquettes de nos produits cosmétiques.
Actus marques
NOUVEAUX PANES AUX MULTI-GRAINES BIO DE FOOD4GOOD
Pour se nourrir de la mer sans la détruire, Food4Good vous propose une nouvelle gamme inédite de filets de cabillaud panés, associant le kasha, des graines bio et de fines paillettes d’algue nori bio.
Beauté
Atelier D.I.Y. : faire ses compléments alimentaires maison
Au même titre que les cosmétiques, il est tout à fait possible de réaliser ses compléments soi-même, à la maison.
Santé
La cure de Breuss contre les pathologies lourdes
Mise au point par Rudolph Breuss, cette cure traite des pathologies lourdes...
Bien-être
Des fleurs pour combattre les douleurs chroniques
Des douleurs qui reviennent toujours

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.