Home / Santé Bien-être Beauté / Bien-être / La charge mentale, une addiction au féminin

Comprendre les addictions pour s’en libérer

Si, pendant longtemps, le terme « addiction » a été associé à l’alcoolisme, la toxicomanie ou au tabagisme, on observe depuis la seconde moitié du 20e siècle que les comportements sont tout aussi susceptibles que les substances d’entraîner une dépendance. Ainsi, la réalité clinique des addictions comportementales n’est plus à prouver. Addiction à la performance et à l’hyperactivité, dépendance affective ou à une relation toxique… sont autant d’addictions comportementales qui nous empoisonnent la vie et peuvent même conduire à la dépression. Nos experts nous apportent un éclairage sur certaines de ces nouvelles addictions et des solutions pour mieux les traiter ou les anticiper.

 

Le dossier du mois
La charge mentale,
une addiction au féminin

avec Laurence Bourgeois
auteur de plusieurs ouvrages sur le développement personnel

Difficile d’ouvrir un magazine sans entendre parler d’elle. Il faut dire que ce syndrome de l’hyperactivité au féminin, pouvant mener à l’épuisement, concerne de plus en plus de femmes, étouffées par un perfectionnisme domestique de plus en plus pesant.

Laurence Bourgeois, auteur de plusieurs ouvrages sur le développement personnel et qui vient de sortir un livre passionnant sur le sujet – Se libérer de la charge émotionnelle aux éditions Eyrolles –, nous dit tout sur les mécanismes de cette addiction au féminin (mais qui pourrait tout aussi bien concerner de plus en plus d’hommes).

Comment définiriez-vous la charge mentale, ou syndrome de Rosita ?

Le syndrome de Rosita se caractérise par un état de surchauffe, à la fois mentale et physique, lié à la gestion quotidienne d’une multitude de tâches, aussi bien au niveau professionnel que personnel. En règle générale, c’est à la femme qu’incombe la responsabilité de gérer non seulement le foyer, mais aussi « d’assurer » au travail. Rosita incarne cette femme surmenée du 21e siècle, tout autant épouse bienveillante que mère de famille dévouée, salariée modèle, véritable fée du logis, cuisinière hors pair…

Même si sa coupe est plus que pleine, force est de constater que Rosita maîtrise tout ! Mais cet état de surchauffe chronique doit susciter la plus grande vigilance car il peut conduire au désormais tristement célèbre burn out, ou à d’autres pathologies.

La femme du 21e siècle serait-elle devenue masochiste ?

On peut effectivement se poser la question ! Nous touchons ici du doigt le paradoxe du syndrome de Rosita : une aptitude à tirer sur la corde mêlée à une incapacité à agiter la sonnette d’alarme. À râler de devoir tout régenter sans oser demander l’aide de quiconque. À être consciente qu’il faut mettre la pédale douce, mais à continuer d’accélérer de plus belle. Vous vous reconnaissez sans doute là… Inévitablement, ce décalage entre ses aspirations et son train-train fait plonger Rosita dans l’amertume, la colère, voire la déprime. Pour autant, elle ne pense pas à déléguer – ou refuse de le faire – et continue d’absorber la surcharge quotidienne. Et, ce faisant, elle se fait du mal. Le pire, c’est qu’elle en est souvent parfaitement consciente !

Qu’avons-nous donc à prouver pour être devenues des accros à l’hyperactivité ?

Dans un monde fait de vitesse, d’exigence, de performance et de sursollicitations en tous genres, on en vient à trouver presque normal de mener plusieurs vies en une. Comme si, pour exister à la maison, pour être aimée de ses enfants, pour être reconnue et valorisée au travail, il était indispensable de vivre à mille à l’heure… Tous les jours, le stress prend place dans notre corps… et dans nos conversations. On s’épuise à courir après la perfection, mais la perfection existe-t-elle ?

Vous dites que cette hyperactivité correspond à la peur du vide. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ?

Quand l’hyperactivité s’avère chronique, elle correspond à un besoin de satiété non assouvi. Guidées par la culpabilité, la peur de décevoir ou de ne plus être aimées, nous nous fixons comme objectif – le plus souvent inconscient – de remplir la vie des autres : on chouchoute nos enfants, on panse les blessures de nos amis, on se met en quatre pour la famille, etc. Ce faisant, on ressent la satisfaction de se remplir soi-même. Rosita aurait pourtant tout à gagner à réaliser ses rêves, à dire non un peu plus souvent et, surtout, à lâcher prise !

Que craignons-nous autant pour être dans l’hyper-contrôle permanent ? Est-ce la peur de nous sentir vulnérables ? de perdre le pouvoir ? de nous montrer sous notre vrai visage ?

L’hyper-contrôle sur les personnes et les choses qui nous entourent offre un haut degré de sécurité. Et Rosita adore la sécurité ! Prise dans la routine, elle répète chaque jour les mêmes gestes, pense aux mêmes choses, pour les mêmes personnes. Sortir de sa zone de confort la paralyse, puisque c’est prendre le risque de ne pas savoir, de se sentir vulnérable, et, par voie de conséquence, d’avoir la perception d’être moins appréciée. Par ailleurs, même si elle râle, Rosita adore tout régenter. Quelque part, perdre la maîtrise sur les choses, ce serait pour elle perdre du pouvoir… et se détacher de l’image de la femme parfaite qu’elle cherche à atteindre.

Vous proposez un programme sur une semaine pour guérir du syndrome de Rosita. Est-ce suffisant pour se libérer de la charge mentale ?

J’ai construit mon ouvrage comme un parcours thérapeutique sur 7 jours, la semaine étant rythmée par des diagnostics et des remèdes permettant de sortir rapidement la tête de l’eau, le week-end étant consacré au bilan et à l’intégration de nouveaux mantras ou leçons de vie. Mais, soyons clairs : il n’est pas question de vous faire des « surpromesses » car les symptômes du surmenage ne disparaissent jamais complètement – certaines contraintes quotidiennes sont impossibles à supprimer – et, surtout, pas du jour au lendemain ! En revanche, je suis convaincue que, grâce à mes remèdes, Rosita tirera son épingle du jeu et stoppera la machine avant qu’il ne soit trop tard. D’ailleurs, à la fin de l’ouvrage, vous constaterez qu’elle a réussi quelque chose de formidable : changer d’état d’esprit !

Quels conseils pratiques donneriez-vous à nos lectrices pour baisser un peu la garde et lâcher prise ?

Se recentrer sur l’essentiel – après tout, n’estce pas ce qui compte vraiment dans la vie ? –, être capable de s’offrir ce qu’on donne aux autres, s’accorder le droit d’en faire moins, déléguer plus souvent, baisser son niveau d’exigence tout en augmentant son seuil de tolérance, et, surtout, se dire qu’après tout, si ce que nous faisons n’est pas parfait, cela n’est pas si grave !

 

Pour aller plus loin

Se libérer de la charge mentale – Une semaine pour guérir du syndrome de Rosita

C’est malin – Je dis non à la charge mentale !

 

Suggestions de livre

Autres articles de l'auteur

Santé
Dossier santé : Vivre le plus longtemps possible en bonne santé
Vivre le plus longtemps possible en bonne santé n’est plus un mythe mais bel et bien un objectif des plus atteignable.
Santé
L’argilothérapie, ou l’argile qui guérit
Dans toutes les civilisations, l’argile fut l’un des premiers remèdes naturels à de nombreuses affections
Santé
Connaissez-vous le régime Dopamine ?
Nous fabriquons tous de la dopamine...
Santé
À la découverte de la fermentation en cascade
avec Patrick Gardier de la société EnzymPro
Santé Bien-être Beauté
Le microbiote intestinal : un espoir pour soigner et prévenir les douleurs chroniques
Une nouvelle découverte majeure démontre un lien entre la composition des bactéries intestinales et les douleurs chroniques
Bien-être
À la découverte de la gynécologie émotionnelle
avec Maud Renard auteure

À la une sur le même thème

Bien-être
Mieux connaître le cerveau (en naturopathie)
La complexité du cerveau, grand maître dans la distribution de notre énergie corporelle homéostasique, est de plus en plus mise en lumière en recherche neurophysiologique.
Bien-être
La 1ere cure anti-age d’exception à boire !
Nourrir sa beauté de l'intérieur avec Regulatpro Hyaluron à l'acide hyaluronique végétalien. La jeunesse éternelle à portée de main...
Bien-être
Renforcer votre terrain pour soutenir votre immunité
Pour faire pousser de bons légumes, il faut un terrain riche et sain. La bonne santé est également une affaire de terrain !
Bien-être
Innovation mondiale : Regulatpro® Hyaluron
Regulatpro® Hyaluron est l’association hautement efficace du concentré Regulatessenz® anti-âge cellulaire naturel très riche en nutriments essentiels, de vitamine C et de silice naturelles, de biotine, de zinc, de cuivre et d’un acide hyaluronique vegan
Bien-être
Regulatpro Metabolic optimise le microbiote des sportifs
Le fort stress oxydatif auquel sont soumis les sportifs doit être traité en priorité. Il faut pour cela appliquer la meilleure pratique anti-oxydante possible.
Bien-être
Réguler le deuxième cerveau pour plus de joie dans la vie !
Les problèmes gastro-intestinaux sont parmi les plaintes les plus fréquentes en cabinet médical.

Autres articles

Actualités
Analyse logique sur la prise de poids
Chaque année au printemps, nous voyons fleurir les toutes dernières révélations de spécialistes nutritionnistes, diététiciens ou autres faiseurs de minceur, toujours plus efficaces pour faire maigrir le porte monnaie
Actualités
Un cadeau écolo pour une Fête des Mères sous le signe de l’amour
Offrir un cadeau durable est mieux reçu qu'un cadeau non durable
Actus marques
Gamme Eclat de rose de Centifolia
Véritable source d’hydratation et d’éclat pour la peau
Actus marques
Lavement au café vert, la clé d’une bonne santé
l’équilibre hépato-intestinal est primordial pour notre santé
Santé
L’alimentation anti-âge… Mythe ou réalité ?
Notre alimentation contribue bel et bien non seulement à notre santé, mais aussi à notre longévité.
Alimentation
Seniors : quelle alimentation pour bien vieillir ?
Notre espérance de vie s’est rallongée, mais comment se préserver des maladies qui frappent à mesure que l’on vieillit

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.