Home / Santé Bien-être Beauté / Bien-être / La charge mentale, une addiction au féminin

Comprendre les addictions pour s’en libérer

Si, pendant longtemps, le terme « addiction » a été associé à l’alcoolisme, la toxicomanie ou au tabagisme, on observe depuis la seconde moitié du 20e siècle que les comportements sont tout aussi susceptibles que les substances d’entraîner une dépendance. Ainsi, la réalité clinique des addictions comportementales n’est plus à prouver. Addiction à la performance et à l’hyperactivité, dépendance affective ou à une relation toxique… sont autant d’addictions comportementales qui nous empoisonnent la vie et peuvent même conduire à la dépression. Nos experts nous apportent un éclairage sur certaines de ces nouvelles addictions et des solutions pour mieux les traiter ou les anticiper.

 

Le dossier du mois
La charge mentale,
une addiction au féminin

avec Laurence Bourgeois
auteur de plusieurs ouvrages sur le développement personnel

Difficile d’ouvrir un magazine sans entendre parler d’elle. Il faut dire que ce syndrome de l’hyperactivité au féminin, pouvant mener à l’épuisement, concerne de plus en plus de femmes, étouffées par un perfectionnisme domestique de plus en plus pesant.

Laurence Bourgeois, auteur de plusieurs ouvrages sur le développement personnel et qui vient de sortir un livre passionnant sur le sujet – Se libérer de la charge émotionnelle aux éditions Eyrolles –, nous dit tout sur les mécanismes de cette addiction au féminin (mais qui pourrait tout aussi bien concerner de plus en plus d’hommes).

Comment définiriez-vous la charge mentale, ou syndrome de Rosita ?

Le syndrome de Rosita se caractérise par un état de surchauffe, à la fois mentale et physique, lié à la gestion quotidienne d’une multitude de tâches, aussi bien au niveau professionnel que personnel. En règle générale, c’est à la femme qu’incombe la responsabilité de gérer non seulement le foyer, mais aussi « d’assurer » au travail. Rosita incarne cette femme surmenée du 21e siècle, tout autant épouse bienveillante que mère de famille dévouée, salariée modèle, véritable fée du logis, cuisinière hors pair…

Même si sa coupe est plus que pleine, force est de constater que Rosita maîtrise tout ! Mais cet état de surchauffe chronique doit susciter la plus grande vigilance car il peut conduire au désormais tristement célèbre burn out, ou à d’autres pathologies.

La femme du 21e siècle serait-elle devenue masochiste ?

On peut effectivement se poser la question ! Nous touchons ici du doigt le paradoxe du syndrome de Rosita : une aptitude à tirer sur la corde mêlée à une incapacité à agiter la sonnette d’alarme. À râler de devoir tout régenter sans oser demander l’aide de quiconque. À être consciente qu’il faut mettre la pédale douce, mais à continuer d’accélérer de plus belle. Vous vous reconnaissez sans doute là… Inévitablement, ce décalage entre ses aspirations et son train-train fait plonger Rosita dans l’amertume, la colère, voire la déprime. Pour autant, elle ne pense pas à déléguer – ou refuse de le faire – et continue d’absorber la surcharge quotidienne. Et, ce faisant, elle se fait du mal. Le pire, c’est qu’elle en est souvent parfaitement consciente !

Qu’avons-nous donc à prouver pour être devenues des accros à l’hyperactivité ?

Dans un monde fait de vitesse, d’exigence, de performance et de sursollicitations en tous genres, on en vient à trouver presque normal de mener plusieurs vies en une. Comme si, pour exister à la maison, pour être aimée de ses enfants, pour être reconnue et valorisée au travail, il était indispensable de vivre à mille à l’heure… Tous les jours, le stress prend place dans notre corps… et dans nos conversations. On s’épuise à courir après la perfection, mais la perfection existe-t-elle ?

Vous dites que cette hyperactivité correspond à la peur du vide. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ?

Quand l’hyperactivité s’avère chronique, elle correspond à un besoin de satiété non assouvi. Guidées par la culpabilité, la peur de décevoir ou de ne plus être aimées, nous nous fixons comme objectif – le plus souvent inconscient – de remplir la vie des autres : on chouchoute nos enfants, on panse les blessures de nos amis, on se met en quatre pour la famille, etc. Ce faisant, on ressent la satisfaction de se remplir soi-même. Rosita aurait pourtant tout à gagner à réaliser ses rêves, à dire non un peu plus souvent et, surtout, à lâcher prise !

Que craignons-nous autant pour être dans l’hyper-contrôle permanent ? Est-ce la peur de nous sentir vulnérables ? de perdre le pouvoir ? de nous montrer sous notre vrai visage ?

L’hyper-contrôle sur les personnes et les choses qui nous entourent offre un haut degré de sécurité. Et Rosita adore la sécurité ! Prise dans la routine, elle répète chaque jour les mêmes gestes, pense aux mêmes choses, pour les mêmes personnes. Sortir de sa zone de confort la paralyse, puisque c’est prendre le risque de ne pas savoir, de se sentir vulnérable, et, par voie de conséquence, d’avoir la perception d’être moins appréciée. Par ailleurs, même si elle râle, Rosita adore tout régenter. Quelque part, perdre la maîtrise sur les choses, ce serait pour elle perdre du pouvoir… et se détacher de l’image de la femme parfaite qu’elle cherche à atteindre.

Vous proposez un programme sur une semaine pour guérir du syndrome de Rosita. Est-ce suffisant pour se libérer de la charge mentale ?

J’ai construit mon ouvrage comme un parcours thérapeutique sur 7 jours, la semaine étant rythmée par des diagnostics et des remèdes permettant de sortir rapidement la tête de l’eau, le week-end étant consacré au bilan et à l’intégration de nouveaux mantras ou leçons de vie. Mais, soyons clairs : il n’est pas question de vous faire des « surpromesses » car les symptômes du surmenage ne disparaissent jamais complètement – certaines contraintes quotidiennes sont impossibles à supprimer – et, surtout, pas du jour au lendemain ! En revanche, je suis convaincue que, grâce à mes remèdes, Rosita tirera son épingle du jeu et stoppera la machine avant qu’il ne soit trop tard. D’ailleurs, à la fin de l’ouvrage, vous constaterez qu’elle a réussi quelque chose de formidable : changer d’état d’esprit !

Quels conseils pratiques donneriez-vous à nos lectrices pour baisser un peu la garde et lâcher prise ?

Se recentrer sur l’essentiel – après tout, n’estce pas ce qui compte vraiment dans la vie ? –, être capable de s’offrir ce qu’on donne aux autres, s’accorder le droit d’en faire moins, déléguer plus souvent, baisser son niveau d’exigence tout en augmentant son seuil de tolérance, et, surtout, se dire qu’après tout, si ce que nous faisons n’est pas parfait, cela n’est pas si grave !

 

Pour aller plus loin

Se libérer de la charge mentale – Une semaine pour guérir du syndrome de Rosita

C’est malin – Je dis non à la charge mentale !

 

Suggestions de livre

Autres articles de l'auteur

Santé Bien-être Beauté
Le neem, la plante qui guérit de tous les maux
L'un des constituants les plus notoires du neem est l'azadirachtine
Bien-être
Dossier bien-être : La pollution mentale
Les pollutions ne touchent pas seulement notre santé mais ont un impact indéniable sur la qualité de notre bien-être
Bien-être
La pollution mentale
Le mot « détox » n’a jamais autant été plébiscité.
Bien-être
NON aux pensées négatives, OUI à la psychologie positive
Toutes les pensées négatives que nous avons au quotidien sont une source de pollution mentale qui nous empêche d’accéder au bonheur.
Bien-être
Les bienfaits du massage pour la santé
L’humain puise des forces en lui pour aller de nouveau vers l’extérieur, vers l’autre.
Bien-être
La Fermentation en Cascade
avec Claudia Vigier - Naturopathe

À la une sur le même thème

Bien-être
Mon pochon de Noël, le cadeau zéro déchet idéal !
IDÉE CADEAU : un applicateur en bois de hêtre et son déodorant, un bouton poussoir en liège, 2 recharges.
Bien-être
Soigner la pollution mentale avec l’aide des Fleurs de Bach
Que nous suggère le mot POISON ? Quelque chose de nocif, de dangereux et contraire à la vie, à la bonne santé morale et physique…
Bien-être
Atelier sophrologie anti-pollution
La pollution de l'air est particulièrement insidieuse.
Bien-être
Le vrai luxe en cosmétique : remis(e) en question
La cosmétique de luxe se paie au prix fort et se revendique exclusive, mais les formules sont le plus souvent décevantes, comme l'analyse l'Association Slow Cosmétique.
Bien-être
SAGESSE et VIRUS
Pour faire face aux divers agents infectieux virus et bactéries en tous genres, notre corps se trouve en état de défense permanent
Bien-être
BÔSTICK, duo applicateur bois et déodorant solide, sève de bambou
La texture du déodorant est un parfait équilibre entre l'huile végétale de noix de coco, le beurre de karité et la cire de Carnauba pour offrir une application douce et facile sous les aisselles.

Autres articles

Beauté
Spray H2 générateur d’hydrogène moléculaire dissous
Le spray H2 est un petit générateur d'eau hydrogénée par électrolyse. Il réduit le vieillissement cellulaire causé par les radicaux libres.
Actus marques
Les épices à avoir dans son placard pour faire voyager vos papilles
Les épices et aromates sont une porte d’entrée formidable pour découvrir d’autres traditions culinaires venues du bout de monde. Leurs goûts rehaussent les plats, changeant parfois complètement les saveurs.
Actus marques
LEVELUK K8, ioniseur d’eau par electrolyse
L'eau du robinet est d’abord filtrée, puis ionisée à l'aide du processus d'électrolyse. Des eaux alcalines et acides sont alors produites, celles-ci peuvent être utilisées en tant que : boissons, pour la beauté, la préparation des repas, le nettoyage et la désinfection de la maison.
Enfants
Substances suspectées ou avérées toxiques dans les couches pour bébés
Les associations prônent la tolérance zéro
Enfants
Violence dans la famille. Pourquoi ? Comment en tarir la source ?
La résignation n’est pas dans mon tempérament. Je fais partie des irréductibles réalistes optimistes
Enfants
La famille Zen apprend à se concentrer grâce à la sophrologie
Le petit dernier de la famille Zen est rentré très content de l’école.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.