Home / Actualités / La transition agroécologique de l’agriculture selon Didier Guillaume

Pour mieux manger, la France doit compter sur la « transition agroécologique » de son agriculture conventionnelle, désormais « irréversible », estime le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, dans un entretien avec l’AFP, où il appelle parallèlement à ne pas « industrialiser » la production de bio.

« La transition agroécologique de l’agriculture est en route, et elle est irréversible, car la demande sociétale est irréversible aussi », a jugé M. Guillaume à l’issue du 56e salon de l’Agriculture. « Nos concitoyens nous demandent plus de transparence, plus de sécurité, moins de produits phytosanitaires et plus de bien-être animal. » Selon lui, les agriculteurs conventionnels ont « précédé » ces demandes « depuis des années », en utilisant « moins d’eau, moins de phytos, et moins d’antibiotiques dans les élevages ».

Mais, pour répondre à la demande croissante des consommateurs avides de produits plus naturels et sans pesticides, « il ne faut pas industrialiser » la production d’aliments biologiques, a-t-il aussi plaidé. Certains pays ont répondu au développement de la demande avec des modes de production bio intensifs, s’approchant dans certains cas du modèle des fermes usines décriées par les associations environnementales. « On ne peut pas faire passer toute l’agriculture en bio, parce que cette agriculture-là n’est pas à même aujourd’hui de produire l’alimentation que nous souhaitons en quantité », a jugé le ministre. C’est l’évolution de l’agriculture traditionnelle, grâce notamment à des techniques empruntées au bio (nouvelles pratiques agraires, rotations des sols) qui permettra la « montée en gamme de l’agriculture française », a-t-il précisé. Pour rassurer les producteurs bio, il a souligné qu’il poussait « beaucoup pour les conversions de nouveaux agriculteurs », même si le gouvernement a renoncé à un accompagnement financier prolongé sur 5 ans.

De 6,5 % des surfaces agricoles françaises, l’agriculture biologique doit en couvrir 15 % en 2022, selon les engagements du gouvernement. Interrogé sur les retards de paiement des aides européennes pour les agriculteurs bio, le ministre a admis « une défaillance de l’État français et de l’Agence de services et de paiement », et un « bug inacceptable ». Certains agriculteurs bio ont d’ailleurs récemment intenté une action en justice contre l’État pour recevoir leurs arriérés.

Selon M. Guillaume, il reste un solde de « 60 millions d’euros » à verser sur les 4 milliards promis pour la période 2016/17.

Revenant sur le salon SIMA des matériels agricoles, qui s’est tenu parallèlement à Villepinte (Seine- Saint-Denis), il a indiqué que l’industrie des agroéquipements s’était aussi engagée dans la transition, grâce à des appareils plus performants (pulvérisateurs, etc.) donnant la possibilité de réduire de « 70 à 80 % » l’utilisation de produits phytosanitaires.

Interrogé sur la dégradation de l’excédent commercial agroalimentaire français depuis le début des années 2000, le ministre a déclaré que la France devrait se concentrer surtout sur les exportations alimentaires vers les pays européens les plus rapprochés.

Autres articles de l'auteur

Actualités
Réchauffement climatique : 2018, année de tous les records en France
2018 aura été une année marquée par une prise de conscience des Français...
Actualités
Langouët, le village breton qui prépare l’après pétrole
À Langouët, 603 habitants, l’équipe municipale s’emploie depuis 20 ans à faire de l’écologie sociale une réalité...
Actualités
Des microplastiques jusque dans les entrailles des océans
Aucun écosystème marin n’est épargné par la pollution au plastique
Actualités
Rapport du GIEC : les principaux points par GoodPlanet
voici les principaux points du rapport dédié à l’usage des terres et au réchauffement climatique
Actualités
Océans : la moule serait un aspirateur à pollution
Sous sa coquille noire bleutée se cache une chair orangée savoureuse...
Actualités
Mexique : le cactus pour produire du plastique ? par GoodPlanet
Le cactus, emblème national du Mexique, décliné en de nombreux produits, pourrait trouver un usage supplémentaire et inédit

À la une sur le même thème

Actualités
CollectiBIO, un geste en plus, un déchet en moins
Nous le savons, le plastique est devenu un vrai fléau...
Actualités
BackToStore, un nouvel outil pour des achats plus malins
Pour aider les petits commerces et l’artisanat local...
Actualités
Les 300&bio, l’union de 300 laitiers passionnés
Les 300&bio n’est pas qu’une simple marque de yaourts bio.
Actualités
Terres d’espérance : Un webdocumentaire sur l’agriculture alternative précautionneuse des sols
Certains agriculteurs audois ont fait le choix de l’agriculture alternative précautionneuse de l’environnement.
Actualités
Saint-Quentin-en-Yvelines, une ville en transition qui passe au compostage
Saint-Quentin-en-Yvelines propose aux habitants de l’agglomération des kits de compostage
Actualités
Biodiversité : le rôle essentiel des espèces rares dans la multifonctionnalité des écosystèmes
Une équipe internationale impliquant des chercheurs de l’Inra et du CNRS révèle le rôle capital de la diversité végétale

Autres articles

Beauté
10 compléments alimentaires au top pour la beauté de la peau, des cheveux et des ongles
Les compléments alimentaires n’ont rien à envier à ceux présents dans le domaine de la santé et du bien-être.
Santé
Tout savoir sur les compléments alimentaires
Il est un fait indiscutable : rien ne remplace l’aliment et une bonne hygiène de vie
Santé Bien-être Beauté
Un nouveau regard sur les compléments alimentaires
Par Sophie Macheteau
Santé
Pour le meilleur… et le pire !
Les compléments alimentaires et les aliments ne font pas toujours bon ménage
Santé
Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
avec Didier Le Bail naturopathe, auteur
Santé
Aidons nos enfants à grandir naturellement avec une alimentation équilibrée et les bons compléments !
À notre tour aujourd’hui d’essayer de convaincre nos enfants de manger des légumes plutôt que des frites ou des hamburgers !

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.