Home / Santé Bien-être Beauté / À la découverte de la beauté thérapie

À la découverte de la beauté thérapie

Une femme heureuse est une femme belle… C’est en partant de ce postulat que la cosmétique est en train de se réinventer pour embellir notre peau tout en allégeant l’esprit et en créant un positivisme bienfaisant. Les cosmétiques sont désormais capables de booster notre humeur et de jouer les thérapeutes. Cela passe aussi bien par la pertinence de formulation des produits via des actifs naturels surdoués que par les nouvelles gestuelles d’application, les textures, les couleurs des cosmétiques, les fragrances bienfaisantes et les sensations qu’elles suscitent, ces critères étant à la fois interdépendants et complémentaires les uns des autres.

Lorsque l’on se fait du bien, la peau en profite et elle renvoie tout l’éclat du bonheur ressenti. Nous savons aujourd’hui que la peau est un organe sensoriel étroitement lié au cerveau, réagissant à tout ce que nous vivons et ressentons par un orage moléculaire qui diffuse force bienfaisante ou appel au secours. Rappelons, d’ailleurs, que l’action combinée du stress oxydatif* et du stress neurochimique** (par exemple, stress psychologique ou de vives émotions « négatives » ressenties) ont des effets délétères sur la peau, notamment l’accélération du vieillissement cutané, son manque d’éclat, son relâchement…

* Stress oxydatif : Ensemble des processus biologiques intervenant dans un organisme pour aboutir à la production de radicaux libres et au cours desquels sont produites des lésions cellulaires par des composés oxygénés, appelés formes réactives de l’oxygène (FRO).

** Stress neurochimique : Ensemble des processus biologiques issus de l’action des médiateurs chimiques et neuromédiateurs, au cours desquels sont produites des lésions cellulaires.

 

Zoom sur les bêta-endorphines :
les « molécules du bien-être de la peau »

La recherche en neuro-dermatologie a prouvé, récemment, qu’indépendamment du cerveau, la peau pouvait, elle aussi, fabriquer des endorphines.

Si le cerveau est en mesure de libérer environ 200 neurotransmetteurs, la peau est aussi capable d’en fabriquer elle-même une vingtaine, qui sont à 98 % des peptides, une association d’acides aminés (hormones, neurotransmetteurs, etc.).

Ces fameuses petites molécules, vecteurs du plaisir, participent activement à la lutte contre les premiers signes de l’âge, en stimulant l’activité des kératinocytes (cellules constituant 90 % des cellules de l’épiderme) et des fibroblastes (cellules du derme aussi appelées cellules de soutien) :

– Au niveau de l’épiderme, elles favorisent la prolifération de kératinocytes, avec une répercussion sur la finesse de son grain et de son éclat.

– En stimulant l’activité des fibroblastes au niveau du derme, leur action a un effet visible sur les premières rides.

 

Autre point important

Être belle ne suffit pas. Il faut aussi s’aimer et faire preuve d’auto-bienveillance. Plusieurs marques de cosmétiques naturels l’ont bien compris et formulent, par exemple, des soins avec des Fleurs de Bach ou des Fleurs du Bush australien. À titre d’exemple, un soin hydratant pourra travailler sur l’estime de soi. Une bien jolie manière de nous rappeler que nous devrions tous apprendre à aimer et à accepter notre corps physique, car il est notre temple. En effet, l’image que nous nous faisons de notre propre corps est façonnée par nombre d’influences externes, qui peuvent se manifester par une aversion de l’image que nous renvoyons. Il faut donc s’entraîner à s’aimer et à s’accepter telle que l’on est.

D’autres marques mettent en formulation des synergies d’huiles essentielles, qui travaillent sur le principe de l’olfactothérapie, s’adressant plus particulièrement au plan psychoémotionnel de la personne. L’objectif ? Libérer des blocages psychiques et nous permettre de vivre pleinement nos émotions grâce à certaines molécules contenues dans les huiles essentielles, telles que :

LES COURMAINES : elles influent positivement sur le taux de sérotonine et atténuent ainsi le blues et les angoisses. Les huiles essentielles qui en contiennent, comme la bergamote, ont, elles aussi, le pouvoir d’améliorer l’humeur.

LES ESTERS : les huiles essentielles riches en esters ont un pouvoir euphorisant et aident à prendre la vie du bon côté.

LES ESTERS MONO- ET SESQUITERPÉNIQUES : ils calment le système nerveux central, ce qui a pour effet de favoriser le relâchement des organes subordonnés. En stimulant la libération de sérotonine – antidépresseur naturel produit par le cerveau –, ils augmentent la sensation de bien-être et de calme intérieur. Les huiles essentielles de bergamote, camomille romaine, lavande fine, sauge sclarée, cardamome et petit grain bigaradier en contiennent.

Plus holistiques, ces nouveaux cosmétiques invitent à de nouveaux gestes de beauté. Ils peuvent, par exemple, se respirer en inspirations profondes avant d’être appliqués.

 

Françoise Rapp, (Aromathérapeute)
comment les huiles essentielles agissent-elles sur nos émotions ?

Les huiles essentielles sont une matière végétale « vivante » hautement concentrée et composée de plus de centaines de molécules biochimiques. Complexes mais volatiles et fines, celles-ci sont véhiculées très rapidement par notre système olfactif jusqu’à notre système limbique, le siège des émotions. Là, elles déclenchent une réaction biochimique interne sur nos émotions et notre mémoire subtile. Nous en avons l’exemple avec la célèbre madeleine de Proust !

De même pour une application cutanée, les molécules biochimiques fines des huiles essentielles sont véhiculées sur et dans la peau par une action rapide et quasi immédiate : sur la peau, elles fusionnent facilement avec le film hydrolipidique car elles sont en osmose complète (les huiles essentielles étant liposolubles) ; ensuite, leur pénétration continue par les capillaires sanguins, qui les transportent dans les différentes couches de la peau. Une autre particularité importante des huiles essentielles est que, même appliquées topiquement, elles agissent sur l’ensemble de l’individu ; en effet, elles sont transportées par notre système circulatoire et sont énergétiques.

L’huile essentielle de lavande fine de Provence apaise tous les petits maux physiques et émotionnels : la lavande « lave » les petits stress des enfants comme des adultes. Par exemple, elle soulage les chagrins, aide à surmonter les petites angoisses et stress du quotidien. Bienfaitrice pour la peau grâce à ses vertus cicatrisantes et apaisantes, elle est un soin hédoniste qui réconforte la peau et l’esprit.

L’huile essentielle de géranium rosat est connue pour ses vertus astringentes et équilibrantes cutanées (en particulier pour les peaux grasses et acnéiques). Il est intéressant de l’employer pour les peaux jeunes et/ou avec imperfections car elle agit sur l’acceptation de soi et permet de se libérer du sentiment de mal-être dans sa peau !

Françoise Rapp – Aromathérapeute
Tél. : 06 84 66 98 77 – frapp@lca-aroma.com

Autres articles de l'auteur

Loisirs
Voyagez équitable et solidaire en Tanzanie
Voyager en Tanzanie, c’est découvrir une faune exceptionnelle
Loisirs
Des vacances en mode nomade avec Wikicampers
Wikicampers spécialiste de la location de camping-cars et vans entre particuliers
Loisirs
Cet été, et si on louait nos biens pour quelques heures ?
We Peps, l’alternative à Airbnb pour louer son bien immobilier à l’heure
Archives
Bouger en Drôme Provençale
Voici les séjours à thème au Mas aux Trois Fontaines
Archives
Natexpo : le salon international des produits biologiques, l’événement qui dessine la bio de demain
Organisé par et pour des professionnels de la bio...
Archives
Chanee au Festival Atmosphères
Chanee, fondateur de l’association Kalaweit...

À la une sur le même thème

Santé Bien-être Beauté
Le féminin sans tabou
En 2019, les tabous autour de la femme sont encore trop nombreux...
Santé Bien-être Beauté
Le framboisier – Un allié au féminin
Le framboisier, un allié au féminin
Santé Bien-être Beauté
Libérons la parole sur le cycle féminin
avec Audrey Guillemaud
Santé Bien-être Beauté
Sacrément culottées !
Si les femmes sont uniques elles ont un point commun : les règles !
Santé Bien-être Beauté
Quand une journaliste brise le tabou de l’hyper-flatulence
avec Dora Moutot
Santé Bien-être Beauté
Le féminin sans tabou
Qui mieux que la femme elle-même pour se réapproprier son bien-être

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.