Home / Santé Bien-être Beauté / Bien-être / Voir la vie en mieux et en plus petit !

Le bien-être, c’est aussi s’ouvrir à de nouveaux horizons, à de nouvelles perspectives résolument différentes, comme vivre dans une micro-maison pour s’alléger du superflu. Après la beauté less is more (moins, c’est mieux), voilà que l’habitat s’intéresse également de près à une vie plus minimaliste, tournée vers l’humain plutôt que vers le matériel et la démesure.

Nous avons posé quelques questions à Ève Marcorelles, chargée de communication en environnement et créatrice écologique polyvalente, qui a construit sa tiny house.

Pour tous nos lecteurs qui n’auraient pas entendu parler du concept des tiny houses, pourriez- vous nous expliquer ce qu’elles sont ?

Historiquement, elles sont apparues aux États-Unis dans les années 2000 après la crise immobilière, certainement via un jeune architecte, Jay Shafer. C’est un concept de micro-maisons, à ossature bois la plupart du temps, et sobres en énergie. Ce sont de toutes petites maisons d’environ 20 m2, souvent mobiles, prônant la simplicité volontaire.

Quels intérêts y a t-il à adopter ce mode d’habitation ?

Il y en a plein et c’est ce qui est innovant avec les tiny houses, car elles peuvent être une réponse à diverses situations : vie étudiante, divorce, couple qui démarre dans la vie, retraités qui veulent bouger, difficulté financière à traverser, alternative aux logements sociaux…

Pour quelles raisons avez-vous souhaité créer votre propre micro- maison ?

Pour ma part, ça a été un véritable coup de cœur et un chemin de cohérence. Cet habitat rassemblait, à mes yeux, beaucoup de mes valeurs : une faible empreinte au sol, des matériaux sains, une certaine mobilité pour répondre aux aléas de la vie, un léger engagement économique, une sobriété volontaire. Eh oui, j’ai dû me séparer de dizaines de chaussures !

Un acte posé, délibéré de faire un pas de plus vers la transition écologique.

Mon compagnon étant marin, il connaissait la promiscuité, et moi étant géographe environnementaliste, j’étais déjà attirée par l’habitat écologique. Nous avons donc tout de suite senti que c’était ce type d’habitat que nous souhaitions essayer.

Vers qui vous êtes-vous tournés pour réaliser ce projet ?

Vers nous et nos propres ressources ! Nous avons décidé, avec mon compagnon, de l’autoconstruire. C’était le bon moment, c’était l’occasion de partager une création ensemble et de limiter les coûts. Nous avons eu la chance de nous enrichir des conseils et compétences de notre réseau. Après avoir dessiné des plans et réalisé une maquette 3D en carton au 1/10e, nous avons pu les confronter aux regards d’amis et de la famille, d’architectes, de charpentiers, d’ingénieurs, qui nous ont montré du doigt certains points de vigilance. Nous en avons pris en compte quelques-uns et d’autres moins. On verra si la maison tient toujours dans 10 ans !

Combien de temps vous a-t-il fallu pour que ce projet voie le jour ?

Si l’on parle de la réalisation, nous avons mis seulement 4 mois, mon compagnon à plein temps et moi à mi-temps sur le chantier, à l’achat des matériaux et avec nos deux petits enfants. C’est merveilleux de voir sortir de terre, ou devrais-je dire sortir d’une remorque, une véritable maison en un trimestre.

Ce projet est arrivé en 2015 en discutant de ces habitats avec un membre de la famille qui vivait au Canada et en regardant sur Internet. Nous avons tout de suite lu Tiny House, le nid qui voyage d’Yvan Saint- Jours et Bruno Thiéry, et commencé des plans. Après, c’est l’inertie de la vie quand vous faites des choix, cela peut prendre un certain temps : trier vos affaires, trouver un endroit, financer le projet…

© Eve Marcorelles

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

À ma grande surprise, le financement plus que la technique de réalisation ou le regard des autres. J’ai eu beaucoup de mal à faire comprendre à mon banquier ce qu’était cet « objet » et dans quelle case il pourrait le mettre pour enclencher une demande de prêt. Alors, comme ma maison allait avoir une carte grise (pour la remorque), j’ai fait un prêt auto ! Mais cela n’a pas suffi. Donc, je me suis posé beaucoup de questions et j’ai cru que nous n’arriverions pas à finaliser le chantier.

Heureusement, les temps changent et nous pouvons arrêter d’attendre la bonne volonté d’un banquier pour faire appel à des prêts personnels. Eh oui, nous avons rencontré une bonne fée qui a cru en notre projet et l’a soutenu. Et nous avons pu signer un même contrat de prêt « particulier » que celui fait auprès d’une banque. Mais je vous assure que rembourser tous les mois quelqu’un qui vous connaît, qui vous « parraine » en quelque sorte, vous donne beaucoup plus le sourire que de voir votre remboursement de prêt bancaire sur votre relevé de compte ! Une autre difficulté que nous avons rencontrée, comme beaucoup d’autres, est la relation avec la municipalité. Aucune habitude n’existe encore avec les tiny houses. Tout est pionnier et à inventer ; alors, parfois, l’accueil est difficile, par manque d’information et de compréhension de ce choix d’habitat. L’installation peut même être impossible dans certains cas.

Qu’avez-vous dû changer dans votre vie et dans vos habitudes de consommation avant d’emménager et une fois installés ?

Tout ! Non, nous étions déjà dans une démarche écologique pour certains aspects de la vie quotidienne, ce qui facilite ce choix de micro-habitat, mais tout n’était pas gagné d’avance. Vous devez repenser votre façon d’habiter ! Tout d’abord, le plus difficile, à première vue, ce sont toutes les affaires que l’on accumule. Pour l’anecdote, nous avons quand même eu, avec mon compagnon, un hangar de 75 m2 rempli d’affaires du sol au plafond, avec des meubles, des cartons de vêtements, des vélos et même une 2 CV !

Tout ceci nous a pris 2 ans pour trier, vendre, jeter, mais cela nous a fait aussi un bien fou.

Ce qui m’a motivée par rapport à mes habitudes de consommation, c’était le fait que j’allais consommer moins, mais mieux. Acheter peut-être qu’une seule paire de sandales pour l’été, mais The sandales, celles que j’adore, celles que j’achète en conscience. Et ça a été le cas pour plein d’autres choses, l’électroménager par exemple. Nous avons pris beaucoup de temps pour choisir.

Bien sûr, de nombreux compromis sont à faire, entre le prix, le « made in France », l’écologique, le poids des objets (car, dans une tiny house, vous êtes limité en poids !) ; mais tout ça est une bonne réflexion, qui donne du sens à vos achats.

Qu’est-ce que votre tiny house a changé dans votre vie ?

Dans les relations humaines, beaucoup de cadeaux, des rencontres, de l’émerveillement et de la curiosité, du soutien de notre réseau proche ; mais aussi beaucoup d’inquiétude, de jugements dans la sphère plus « officielle ».

© Eve Marcorelles

Une fois que l’on est installé, l’esprit tiny vous pousse tout doucement vers une autre façon de consommer. Vous tombez dans le « zéro déchets » et c’est mon nouvel engagement pour l’année à venir.

En matière d’organisation, il n’y a pas beaucoup de choses qui changent du rythme de vie familiale dans une habitation classique, mais vous devez juste repenser la proximité et vous réhabituer à vivre plus proches les uns des autres. Ce qui vous amène parfois à des situations étonnantes, comme sortir de la tiny pour une petite dispute conjugale, en plein air, ce qui a le pouvoir merveilleux de ne pas durer car discuter en pleine nature vous apaise très vite ! Vous ne pouvez pas dire « va bouder dans ta chambre ! » Alors, soit c’est dehors, soit on zappe le temps du boudage et on passe à quelque chose de plus joyeux.

Vivre en tiny, c’est vivre beaucoup dehors en contact avec la nature. Vivre dans une micro-maison, c’est paradoxalement de l’abondance.

Existe-t-il une réglementation spécifique pour ce type de maisons ?

Oui, mais encore peu connue et souvent mal interprétée. Les tiny houses peuvent être assimilées à un habitat démontable à titre de résidence principale pour ses utilisateurs, prévu dans la loi Alur de 2014, ce qui les différencie – à juste titre – des caravanes et des mobil-homes, aux fonctions temporaires et de loisirs, et, surtout, peu écologiques. L’information autour des tiny houses, l’explication de ce choix d’habitat écologique, la sensibilisation des élus et leur accompagnement pour aider à l’installation de ce nouveau type d’habitat innovant et pionnier, sont autant de facteurs qui freinent le passage à l’acte de nombreuses familles désireuses de vivre autrement et souhaitant s’engager en conscience dans leur choix d’habiter.

Le mot de la fin ?

Vivre en tiny house est une jolie part de Colibri ! [NDLR : en référence au mouvement des Colibris, dans lequel chacun « fait sa part »]

Suggestions de livre

Autres articles de l'auteur

Santé Bien-être Beauté
Grand dossier : Le ventre au centre de toutes les attentions
S’il est au centre de notre corps, le ventre n’est pas toujours au centre de nos préoccupations…
Santé Bien-être Beauté
Le basilic – L’allié aromatique de notre ventre
Les feuilles de basilic entrent traditionnellement dans le traitement des troubles digestifs
Santé
Dossier santé : Le ventre au centre de toutes les attentions
Le bon fonctionnement de l’intestin est vital pour notre santé, tant au niveau physique que mental.
Santé
10 chiffres qui en disent long sur notre ventre…
Le bon fonctionnement de l’intestin est vital pour notre santé, tant au niveau physique que mental.
Santé
Réguler le 2e cerveau pour plus de joie dans la vie !
Des chercheurs ont découvert récemment que certaines cellules nerveuses existent aussi bien dans le cerveau que dans les intestins.
Santé
De l’importance du microbiote dans les troubles intestinaux
Entretien avec Julien Masset, docteur en biochimie et spécialisé en production industrielle de probiotiques

À la une sur le même thème

Bien-être
Le Chanvre, une plante écologique aux multiples usages et vertus
Nous avons tellement "d'a priori" sur le chanvre et pourtant il sert à de nombreuses fonctions que nous ignorons :
Bien-être
Maté Vert
Maté Vert : Histoire, origine, différences, vertus...apprenez en plus grâce à cet article !
Bien-être
Pourquoi prendre de l’Omega Source : les bienfaits insoupçonnés des Oméga 3
Découvrez, avec Natésis, les avantages à se supplémenter en Oméga Source, et comment consommer les Oméga 3.
Bien-être
Été 2021 : incorporez la spiruline dans votre routine
Les beaux jours sont de retour, c’est le bon moment pour (re)mettre en place de bonnes habitudes !
Bien-être
Docteur Tsewang Dolkar Khangkar, « Lady Doctor » Tibétaine
Philanthrope, érudite et personnalité de ce siècle, découvrez le Dr Dolkar
Bien-être
La médecine Traditionnelle Tibétaine, médecine douce bouddhiste
De nombreuses variétés de plantes médicinales poussent sur le plateau du Tibet. Découvrez les principes de la médecine Tibétaine, utilisés depuis 2000 ans.

Autres articles

Alimentation
Du côté des vins bio…
Au domaine de Rancy, dans le caveau juché dans les hauteurs du superbe village de Latour-de-France les dégustations deviennent historiques…
Actualités
« PENSE À TA BELLE MER, RECYCLE ! », l’opération qui transforme des masques usagés en cendriers de plage
Pour protéger les plages et les mers, Plaxtil et Essaimons lancent l’opération « PENSE À TA BELLE MER, RECYCLE ! », qui transforme les masques usagés en cendriers de plage.
Actualités
L’ARGENTINE DEVIENT LE PREMIER PAYS DU MONDE À INTERDIRE L’ÉLEVAGE DE SAUMONS
Le 30 juin 2021, l'Argentine est devenue le premier pays au monde à interdire l'élevage de saumons. L'Assemblée législative de la province de la Terre de Feu, seul territoire apte à recevoir des fermes piscicoles dans l'extrême Sud du pays, a adopté à l'unanimité un texte de loi interdisant cette pratique.
Actualités
Pranaloe : une boutique en ligne incontournable pour les amoureux de la beauté naturelle
Pranaloe, la boutique en ligne de soins, cosmétiques et accessoires naturels et partenaire de L'Aloe Vera Fresca de Fuerteventura, depuis 2015.
Alimentation
Quelles sont les différences entre le thé Japonais, Chinois et Indien ?
Thés Japonais, Chinois, Indien...tant de variétés de thés existent et sont pourtant si différentes sur leur façon de fabrication.
Actualités
Fête du lait bio. Venez découvrir les coulisses de l’élevage bio du 29 août au 26 septembre
Synonyme de partage, de convivialité et d’authenticité, la Fête du lait bio vous invite à découvrir l’agriculture biologique de manière ludique, pédagogique et gourmande.

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.