Home / Santé Bien-être Beauté / Le gattilier (Vitex agnus-castus) une plante qui aime les femmes !

Description botanique du gattilier

De la famille des verbénacées, le gattilier est un arbrisseau haut de 1 à 5 m, originaire d’Asie Centrale et acclimaté dans les régions méditerranéennes. Il affectionne particulièrement les bords de fleuves et des rivières.

Ses tiges sont quadrangulaires, souples et tomenteuses, et possèdent une écorce gris clair. Ses feuilles sont caduques, opposées, palmées et divisées en 5 à 7 folioles. Les folioles sont lancéolées, entières ou légèrement dentées, vert sombre sur la face supérieure et blanchâtres sur la face inférieure. Elles peuvent atteindre 10 cm de long. Les fleurs sont petites (4 à 6 mm), tubulaires, à 5 lobes mais semblant être bilabiées. Elles sont de couleur violette, bleue, rose, plus rarement blanche et disposées en glomérules. Les fruits sont des drupes rondes de 3 à 4 mm de diamètre, ressemblant à des grains de poivre, et contenant 4 graines.

Histoire et traditions du gattilier

Dans l’Antiquité, le gattilier servait d’anaphrodisiaque. Au Moyen Âge, les moines utilisaient ses graines dans ce même but, sous forme d’eau distillée (essence de chasteté de Michaels) ou de sirop.

Dans les pays du bassin méditerranéen, les femmes employaient les fruits du gattilier dans les bains de siège contre les problèmes utérins. Associés à l’armoise, aux pétales de rose et à la capillaire, les fruits du gattilier étaient ajoutés à l’eau du bain pour soigner les calculs rénaux. De plus, ils sont traditionnellement employés comme galactogène et emménagogue, mais aussi pour stimuler la digestion et soigner les rhumes. Quant aux sommités fleuries, elles étaient reconnues pour être anti-spasmodiques.

Le gattilier est aussi très apprécié comme arbre ornemental dans les jardins et les haies pour ses grandes inflorescences, son feuillage léger et le parfum poivré qu’il exhale.

Étymologie et légendes

Le nom de genre Vitex est l’ancien nom d’un arbrisseau analogue au gattilier. Il vient du latin viere, qui signifie tresser, et rappelle la souplesse des rameaux qui peuvent servir de liens, à fabriquer des clôtures, etc. Le nom d’espèce agnuscastus, littéralement « agneau chaste », fait référence à l’application du gattilier pour calmer la libido. Au Moyen Âge, les moines en consommaient les fruits dans le but de faciliter l’acceptation du voeu de chasteté, d’où son appellation « poivre de moine ».

D’après Dioscoride, lors des fêtes athéniennes, les jeunes filles se couchaient sur des sacs de branches de gattilier pour chasser leurs idées impures. Dans L’Iliade, d’Homère, le gattilier symbolisait la chasteté capable d’éloigner le mal. Le très pieux Conrad de Megenberg a écrit : « Puisse Dieu permettre que moins de vignes et plus de gattiliers poussent sur cette terre ! »

Le gattilier côté santé

Les fruits du gattilier font partie de la liste des médicaments à base de plantes pouvant bénéficier d’une AMM – autorisation de mise sur le marché – abrégée (document édité par l’Agence du Médicament dans les Cahiers de l’Agence en 1998) : « Traditionnellement utilisés dans les règles douloureuses » et « dans le traitement symptomatique des états neurotoniques des adultes et des enfants, notamment en cas de troubles mineurs du sommeil ».

L’effet le plus spécifique du gattilier réside dans son action gynécologique. Il agit non pas comme hormone progestéronique, mais comme antioestrogène. À ce titre, la tradition y a recours dans les traitements contre l’acné et la rétention d’eau prémenstruelle.

Ses propriétés seraient dues au pouvoir inhibiteur des extraits de ce fruit sur la sécrétion de prolactine, dont la production excessive peut entraîner des troubles du cycle, parfois avec disparition des règles et stérilité. En effet, des composés présents dans les extraits de gattilier, et plus précisément les diterpènes, possèdent une affinité pour les récepteurs de la dopamine, elle-même inhibitrice de la fabrication de la prolactine.

Enfin, le gattilier montre une activité anti-bactérienne et anti-fongique.

Bon à savoir : l’alchémille commune, par son action stimulatrice progestéronique, est la plante complément majeur du gattilier, ainsi que le yam ou l’achillée millefeuille, qui agissent dans la deuxième phase du cycle féminin en rééquilibrant l’excès relatif d’oestrogènes, responsable de la majorité des problèmes hormonaux féminins.

Sous quelles formes est-il possible de trouver le gattilier ?
Il est possible de le trouver dans le commerce sous diverses formes : teintures, extraits liquides, extraits solides. Le dosage devrait correspondre à 30 à 40 mg de baies séchées. Certains extraits sont standardisés en casticine, d’autres en agnuside. Ces deux substances sont des molécules exclusives à cette plante et servent donc de marqueurs dans la fabrication des extraits :
Baies séchées. Prendre de 30 à 40 mg de baies broyées par jour. Extrait standardisé en casticine (de 0,6 % à 1 %). Prendre de 2,5 à 4,5 mg par jour.
Extrait standardisé en agnuside (de 0,5 % à 6 %). Prendre de 1 à 4 mg par jour.
Extrait liquide et teinture : suivre les indications du fabricant.

Il est également possible de préparer une décoction de gattilier
Mettez 1 cuillère à café de fruits pour 25 cl d’eau froide. Faites bouillir 2 mn et laissez infuser 10 mn à couvert. Filtrez et buvez 3 tasses par jour, à sucrer de préférence avec du miel d’hysope, de sauge ou de trèfle.

Le rituel santé : plusieurs semaines, voire quelques mois de traitement sont nécessaires avant de ressentir les effets du gattilier. Il faut, par exemple, compter de 1 à 3 cycles menstruels avant de noter une amélioration du syndrome prémenstruel, au moins 2 cycles pour réguler le cycle menstruel et de 3 à 7 mois pour espérer une grossesse en cas d’infertilité. Le gattilier peut être associé à d’autres plantes sources de stimulants hormonaux ou des phyto-modulateurs, comme la sauge, l’isoflavone de soja, la maca, l’huile d’onagre ou encore l’huile de bourrache.

CONTRE-INDICATIONS
En raison de son action hormonale, le gattilier est déconseillé en cas de grossesse. Il est également déconseillé si l’on envisage, à plus ou moins court terme, une fécondation in vitro, dans la mesure où le gattilier est soupçonné d’empêcher la fixation de l’embryon sur les parois de l’utérus.

Le gattilier côté beauté

En cosmétique, les fruits de gattilier peuvent être utilisés comme actifs adoucissants, antioxydants et anti-âge. À ce titre, ils sont appréciés par les peaux abîmées, matures et irritées.
Purifiants, ils sont aussi conseillés dans le soin des peaux et cheveux gras.

Recette express beauté : préparez une tasse (50 ml) de décoction de baies de gattilier comme indiqué ci-dessus. Filtrez, puis réservez jusqu’à complet refroidissement. Ajoutez 1 cuillère à soupe de glycérine végétale, 0,05 g d’acide hyaluronique en poudre et 10 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse. Remuez soigneusement à l’aide d’une petite cuillère ou d’un mini-fouet, puis transvasez dans un flacon de 50 ml. Appliquez matin et soir à l’aide d’un linge propre sur les peaux fatiguées et matures. Se conserve 7 jours maximum au réfrigérateur.

Autres articles de l'auteur

Beauté
La femme sans tabou
La beauté des femmes n’échappe pas aux tabous…
Santé Bien-être Beauté
L’aubépine – Amie de la femme
L'aubépine – appelée dans nos campagnes « épine blanche » – pousse dans les haies et les sous-bois des zones tempérées d'Europe, d'Afrique du Nord, d'Asie de l'Est et d'Amérique du Nord.
Bien-être
À la découverte de l’homéo-résonance avec Emmanuel Carrière
Connaissez-vous l’homéo-résonance, une médecine intégrative passionnante qui donne (pour l’avoir testée) d’excellents résultats.
Santé Bien-être Beauté
Déjouer le stress tout naturellement
Pour la très grande majorité d’entre nous, le stress fait désormais partie intégrante de notre vie
Santé Bien-être Beauté
La rhodiola
la rhodiola fait partie des plantes dites « adaptogènes »...
Santé
Le stress est-il aussi une histoire de perception ?
avec Sylvie Espellet Sophrologue

À la une sur le même thème

Santé Bien-être Beauté
La femme sans tabou
La beauté des femmes n’échappe pas aux tabous…
Santé Bien-être Beauté
Sexualité et usure du temps, comment réinventer son intimité ?
On se rappelle tou-te-s des premiers émois de nos étreintes charnelles, de nos préliminaires, de la passion...
Santé Bien-être Beauté
L’aubépine – Amie de la femme
L'aubépine – appelée dans nos campagnes « épine blanche » – pousse dans les haies et les sous-bois des zones tempérées d'Europe, d'Afrique du Nord, d'Asie de l'Est et d'Amérique du Nord.
Santé Bien-être Beauté
À la découverte de l’homéo-résonance avec Emmanuel Carrière
Connaissez-vous l’homéo-résonance, une médecine intégrative passionnante qui donne (pour l’avoir testée) d’excellents résultats.
Santé Bien-être Beauté
Aidons nos enfants à grandir naturellement avec une alimentation équilibrée et les bons compléments !
avec Fériel Berraies Guigny
Santé Bien-être Beauté
Déjouer le stress tout naturellement
Pour la très grande majorité d’entre nous, le stress fait désormais partie intégrante de notre vie

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les dernières infos directement dans votre boite mail.

Vos données ne seront jamais revendues.